Navigation – Plan du site
Editorial

En pédagogie de l’enseignement, toutes sortes de questions se posent…

Christelle Lison

Texte intégral

1En 2010, De Ketele considérait que la pédagogie universitaire était un courant en plein développement. Sept ans plus tard, je ne peux qu’être d’accord avec lui. Toutes les semaines, RIPES reçoit de nouvelles propositions de textes. Dans le premier numéro de l’année, je soulignais, dans l’édito (Lison, 2017), que l’on était une revue cosmopolite. Ce numéro ne fait que confirmer cette tendance. En effet, vous y découvrirez sept articles de collègues provenant d’Afrique du Sud, de Belgique, de France, du Liban et du Québec. Au-delà de la provenance, ce numéro de RIPES démontre à quel point les questions d’enseignement et d’apprentissage peuvent s’appréhender à travers différents angles, celui des acteurs, celui des méthodes (d’enseignement et d’accompagnement), celui du numérique et des outils, celui des contenus… À la veille de la clôture des propositions de communication pour le prochain colloque de l’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU) au Bénin, c’est le signe d’un domaine en pleine ébullition.

2Le premier article porte sur des acteurs de plus en plus présents dans les établissements d’enseignement supérieur mais qui font encore (trop) peu l’objet de recherche : les conseillers pédagogiques. Jean-Pierre Bourgade, d’Aix Marseille Université, analyse l’appropriation différenciée d’un outil d’analyse des enseignements par les conseillers pédagogiques sous l’angle de la théorie anthropologique du didactique. À l’aide d’un modèle praxéologique de référence, il fait émerger l’existence d’intérêts divergents chez les conseillers pédagogiques, liés possiblement à leurs positions institutionnelles respectives. Ce texte nous permet d’interroger la profession de conseiller pédagogique et certains rôles qui la constituent.

3Le deuxième article, de Lucie Gouttenoire et Marion Guillot, toutes deux de l’Université Clermont Auvergne, aborde la question de l’accompagnement, sous un angle tout à fait différent. Les deux auteures relatent en effet une expérience pédagogique qu’elles ont menée à plusieurs reprises en agronomie afin de préparer les étudiants à des métiers en mutation. C’est à travers le développement d’une pratique réflexive et d’un dispositif favorisant les conflits socio-cognitifs qu’elles amènent les étudiants à se construire en professionnels agissant de manière responsable et pertinente.

4Le troisième article est celui de Patricia Rached, de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Après beaucoup de travail et de réflexion autour de l’écriture, l’auteure nous présente un dispositif d’accompagnement, fondé sur des pratiques harmonisées entre accompagnateurs et inséré dans une culture de l’accompagnement institutionnalisée, afin de favoriser le sentiment de sécurité de l’étudiant, déterminant de sa motivation pour apprendre. Ce sont 1530 étudiants de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth qui ont accepté de participer à la recherche du point de vue quantitatif. Par la suite, selon une approche qualitative, des groupes de discussion ont été menés avec des étudiants et des enseignants et étudiants. Ce qui l’en ressort, c’est que le dispositif doit être clair pour les étudiants afin qu’ils sentent sécurisés dans leur parcours universitaire.

5S’intéressant également aux étudiants, Mireille Houart, de l’Université de Namur, propose un modèle de l’apprentissage autorégulé pour l’action, intégrant la métacognition, la motivation, la cognition et la volition. L’auteure propose également, à travers une situation nécessitant un apprentissage autonome de la part des étudiants à l’université, sera présentée, une opérationnalisation du modèle avec des actions pédagogiques concrètes. Avec cet article, Mireille Houart souhaite présenter un outil au service de la promotion de la réussite des étudiants, et ce, pour les différents acteurs qui pourront mieux cerner dans quel volet de l’apprentissage se situent les difficultés des étudiants, pour ensuite les accompagner vers des apprentissages plus autonomes.

6Pour le cinquième article, nous quittons les milieux qui nous sont familiers. En effet, Loïse Jeannin, de l’Université de Johannesburg, en Afrique du Sud, nous invite à aborder les questions de diversité culturelle et d’hétérogénéité des besoins et des habitudes d’apprentissage qu’elle entraîne. Son étude qualitative, à l’aide d’entretiens collectifs et individuels, portant sur une université internationale en Thaïlande, a un double objectif : (1) comprendre les difficultés d’apprentissage des étudiants telles que perçues par les enseignants et (2) établir les besoins de formation continue des enseignants dans ce contexte multiculturel. À la lecture des résultats apparaissent les différences de niveaux linguistiques entre les étudiants et les difficultés relatives au travail en groupes que cela engendre. En termes de formation continue, les enseignants ont exprimé le souhait d’approfondir leurs connaissances sur la différenciation pédagogique et les techniques de gestion de classe dans un environnement interculturel.

7Les deux derniers articles de ce numéro de RIPES s’intéressent au numérique. Le premier, celui de Nicole Racette, Bruno Poellhuber et Marie-Pierre Bourdages-Sylvain, collègues du Québec, porte sur la coopération entre tuteurs et équipes de conception afin d’avoir un meilleur suivi des cours à distance. Dans 4 établissements offrant de la FAD, 44 entrevues individuelles et 8 entrevues de groupe ont été menées auprès de ces acteurs. Les résultats montrent qu’il y a des zones de confusion dans les réponses à donner aux problèmes qui surviennent, résultant d’un manque de coopération et de communication, entraînant un manque de reconnaissance du travail de chacun. Considérant l’intérêt que suscite la formation à distance pour de nombreux établissements d’enseignement supérieur, cet article pourrait contribuer à la réflexion afin d’adopter un modèle adapté au profit de la qualité des cours et de la réussite étudiante.

8Le dernier article de ce numéro est celui de deux collègues strasbourgeois, Dina Adinda et Pascal Marquet. Leur article, intitulé Les stratégies d’accompagnement vers
l’autonomie : le cas d’une formation hybride de réorientation des néo-bacheliers à l’université
, traite des postures des enseignants et du ressenti des étudiants en réorientation, dans le cadre d’une formation hybride visant à développer leur autonomie. Les deux auteurs ont réalisé des observations directes et des entretiens avec des enseignants et demandé aux étudiants de compléter un questionnaire. Finalement, il ressort de leur recherche que la posture d’accompagnement dominante est directive et que les apprenants ressentent l’intérêt de cette posture pour le développement de leur autonomie. Ce résultat, différent de ce qui s’observe dans les formations traditionnelles, soulève la question encore peu étudiée des effets différenciés des postures d’accompagnement, selon que les formations sont présentielles ou partiellement à distance.

9Christelle Lison, Sherbrooke, décembre 2017

Haut de page

Bibliographie

De Ketele, J.-M. (2010). La pédagogie universitaire : un courant en plein développement. Revue française de pédagogie, 172, 5-13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Lison, « En pédagogie de l’enseignement, toutes sortes de questions se posent… », Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 33-2 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ripes/1258

Haut de page

Auteur

Christelle Lison

Sherbrooke

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association internationale de pédagogie universitaire
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals