Navigation – Plan du site

L'Eglise catholique et les sectes à la fin du XXe siècle

Marcel Bernos
p. 69-82

Résumés

Un document romain de 1986, fondé sur une enquête « universelle » et alarmiste, analyse les raisons de l'extension et du succès des sectes, notamment auprès de personnes matériellement ou psychologiquement vulnérables.

Qu'est-ce qui caractérise les sectes, parfois difficiles à distinguer d'une confession religieuse? Intolérance, agressivité de leur prosélytisme, contraintes physiques et morales exercées sur leurs membres fascinés par un leader charismatique… En revanche, elles offrent une reconnaissance personnalisée, une intégration dans une communauté, des réponses simples aux questions ultimes de la vie, une identité culturelle, surtout dans les pays du Tiers-Monde.

Puis des réponses pastorales sont proposées pour lutter contre leur influence.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Eglise, histoire, religion, secte

Géographie :

Global

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ceci n'est pas une communication originale, mais le simple compte rendu commenté d'un texte officiel, tendant à pallier une lacune du programme. L'ouvrage de référence est un document émanant conjointement du Secrétariat pour l'unité des chrétiens, du Secrétariat pour les non-croyants et du Conseil pontifical pour la culture. Il a été préparé par un questionnaire envoyé aux conférences épiscopales et aux organismes similaires dans le but de réunir des informations concrètes et différenciées selon les pays destinataires. Certaines des 75 réponses, reçues jusqu'au 30 octobre 1985, étaient accompagnées d'une documentation complémentaire : lettres pastorales, brochures, articles, études.

2Intitulé Le phénomène des sectes ou nouveaux mouvements religieux, défi pastoral1, ce document était destiné à donner une première image générale (p. 9-39); il a été rendu public le 3 mai 1986 et était voué à être complété. Apparemment2, il ne semble pas qu'il y ait de document important plus récent. Celui-ci est accompagné, dans sa publication au Seuil, par deux études de Jean Vernette, délégué de l'épiscopat à la question des sectes : Le foisonnement des sectes aujourd'hui en France (p. 41-71), et Quelques questions pertinentes que l'on se pose à propos des sectes (p. 73-81). L'ensemble est complété par une brève présentation de « 150 groupes religieux » (p. 83-106), tous n'étant pas considérés comme des sectes sensu stricto.

3L'intention et la portée du texte romain ne sont pas forcément purement théoriques; et sa date de parution n'est peut-être pas fortuite. Il faudrait une large étude circonstancielle pour mieux prendre en compte tous les facteurs qui ont conduit à sa publication et avancer plus que la timide hypothèse qui suit. Mais on peut citer au moins un élément patent. En Amérique latine où, si elle n'est plus dominante, l'Église catholique romaine reste une puissance politique et culturelle majoritaire, certains courants internes de cette Église, en particulier tout ce qui relève de la théologie de la libération, gênaient alors des gouvernements de droite et la politique de l'Amérique reaganienne. La plate-forme électorale du candidat à l'élection présidentielle des Etats-Unis en 1980 et 1984 s'opposait aux prêtres qui se servent de l'Église comme d'une arme politique contre la propriété privée et le capitalisme productif. 3Or les sectes puissantes et riches qui se répandaient, concurrençant le catholicisme, étaient essentiellement conservatrices et parfois liées à des groupes contre-révolutionnaires. Ajoutons qu'une partie du haut-clergé sud-américain, resté très conservateur… a préféré se taire devant le phénomène. Ce que disent des articles, peut-être militants, est conforté par deux courtes mais suggestives études parues dans l'Universalia4. L'emprise des sectes et leur influence sur des masses se retrouvent ailleurs, par exemple en Asie avec le moonisme, véritable multinationale, dont l'anticommunisme viscéral apparaît comme la principale, sinon l'unique vertu.

4Tous ceux qui ont répondu au questionnaire estiment que le phénomène sectaire est un sujet sérieux, certains le qualifient d'alarmant.

5Le « rapport intermédiaire » est divisé en 8 parties; nous nous attacherons principalement à la seconde : Raisons de l'extension de ces mouvements et groupes, et la troisième : Défi des sectes et approches pastorales. Le plan de la sixième : Questions pour les études et recherches ultérieures, présenterait l'intérêt pour un débat de montrer les orientations données par la hiérarchie catholique à la lutte antisecte.

6Commençons par quelques constats généraux d'analyse externe.

7­ 1° Le premier élément qui donne sa valeur à cette enquête est le caractère « universel » de son information. La question des sectes, en effet, se pose différemment en France (où elles étaient près de 300 en 1985, comptant pour la plupart peu d'adeptes), aux Etats-Unis (où tout mouvement dit « religieux » est exempté d'impôts, ce qui amène à la reconnaissance de fait de 3.000 « cultes »), au Brésil (où elles sont encore plus nombreuses); ou encore en Afrique ou dans le Sud-est asiatique (600 au Japon). Dans les zones non-européennes, l'influence des cultures locales pèse lourd. Il était souhaitable, pour Rome, de recourir à un large tour d'horizon afin de ne pas tirer des conclusions hâtives de renseignements trop topiques.

8­ 2° Seconde qualité : dans un ton mesuré, le rapport cherche des explications historiques, sociologiques, psychologiques, etc. aux comportements sectaires, sans condamnation a priori qui pourrait prendre une allure polémique et diminuer la crédibilité des analyses. Ce relatif irénisme a, nous le verrons, une autre explication.

9­ 3° Corollaire de la remarque précédente, les dicastères chargés de l'enquête 5procèdent à un examen lucide, sans masquer les erreurs ou les fautes du christianisme en général et de l'Église romaine en particulier dans l'explosion des sectes qui apparaissent d'abord comme protestation et réussissent habituellement là où la société ou l'Église n'ont pas réussi à répondre (aux) intentions ou désirs des personnes.

10La question préalable, délicate entre toutes et que rencontrent ceux qui se penchent sur le phénomène, telle, en France, la Commission d'enquête parlementaire, c'est la définition de ce que sont les sectes. Le mot, il est vrai est aujourd'hui marqué d'une connotation péjorative, désignant un mouvement séparatiste dont les adeptes se considèrent comme seuls détenteurs de la vérité à l'exclusion d'autres croyants. Henri Cazelles, auteur de cette définition, remarque que ni le grec airesis, ni le latin secta n'ont ce caractère6. Ces mots désignent des « groupes » particuliers (le terme est employé par exemple pour désigner les saduccéens ou les pharisiens), et l'auteur rappelle que les chrétiens, à leur origine, passaient auprès des romains pour une « secte juive »7. Quant au terme de nouveaux mouvements religieux, employé dans l'introduction du document romain, il est ambigu. Il risque de confondre les nouvelles expressions d'une religiosité qui se cherche hors des Églises, voire des croyances établies, et doivent être respectées au nom de la liberté religieuse, et le développement d'associations totalitaires et coercitives. Celles-ci, parfois numériquement et financièrement très puissantes, couvrent d'un prétexte religieux à la fois des activités économiques et/ou politiques plus ou moins clandestines et une main-mise sur les individus qui y adhèrent8. Elles peuvent donc constituer une menace pour la société. Ses adhérents ­ sans savoir toujours à quoi ils se sont engagés ­ s'exposent à voir leurs libertés les plus fondamentales bafouées.

11Le document romain (1.1) résume les comportements distinctifs communs à ces groupes :

· ils sont le plus souvent autoritaires dans leur structure;
· ils utilisent un certain lavage de cerveau et un contrôle mental;
· ils entretiennent une contrainte collective et inspirent des sentiments de culpabilité et de peur, etc.

12Ces critères restent un peu imprécis et surtout incomplets. Ils ne tiennent pas compte de l'escroquerie financière qui accompagne souvent les pressions exercées sur les individus; ni les perturbations éventuellement apportées dans la vie publique, voire dans l'État.

13Ils sont moins probants que ceux avancés en janvier 1996 par le Rapport Guyard (Commission d'enquête parlementaire). Cherchant à établir des bases objectives, celui-ci a proposé une liste de dix critères qui permettent de mieux définir comme secte un mouvement à prétention « religieuse », lorsqu'il y a convergence de plusieurs d'entre eux.

14Cinq de ces critères pointent la mise en danger des personnes :

· 1. déstabilisation mentale
· 2. caractère exorbitant des exigences financières
· 3. rupture induite avec l'environnement d'origine
· 4. atteintes à l'intégrité physique
· 5. embrigadement des enfants

15Cinq autres portent sur les atteintes à vie de la société :

· 6. discours antisocial
· 7. troubles à l'ordre public
· 8. importance des démêlés judiciaires
· 9. détournement des circuits économiques (travail clandestin, fraude fiscale)
· 10. tentatives d'infiltration des pouvoirs publics

Introduction

16Le document romain (1.1) propose un début de typologie en discriminant les sectes qui sont d'origine chrétienne, de celles qui proviennent d'autres religions ou d'un certain humanisme. Pour les premières, la difficulté supplémentaire consiste à distinguer entre sectes et Églises minoritaires ou mouvements légitimes à l'intérieur des Églises.9

17L'esprit sectaire se traduirait par une attitude d'intolérance jointe à un prosélytisme agressif, mais il ne suffit pas à caractériser une « secte ». Il se rencontre dans certains groupes de fidèles à l'intérieur des Églises10. Un autre critère de distinction, d'après certaines réponses au questionnaire, se rapporterait à la révélation, que ces groupes fassent appel à des « livres révélés » autres que la Bible, qu'ils retranchent arbitrairement certains de ses livres, ou en altèrent le contenu. Mais on voit la part de subjectivité qu'il y aurait dans une telle estimation. On court le hasard d'appeler secte un groupe religieux gênant, qu'il soit intérieur ou extérieur à une grande Église ou à une des « grandes religions universelles ».

18On pourrait imaginer d'autres typologies : par exemple celle qui distinguerait les sectes n'acceptant qu'un mode de vie communautaire, clos sur lui-même, et les non conventuelles qui entretiennent avec leurs membres des liens assurément moins resserrés; ou celle qui prendrait en compte le degré de coercition exercée sur les membres, etc. 11Un paragraphe de l'article de la revue Esprit, auquel nous venons de nous référer, reconnaît que la vie dans les monastères catholiques a pu présenter occasionnellement, et jusqu'aux réformes qui ont suivi Vatican II, certains caractères sectaires, telle la soumission sans murmure requise des individus par certains abbés ou directeurs de séminaire. Jean Vernette admet ce fait dans son commentaire du document.

19Puis, le document romain, toujours dans l'introduction (1.4), recherche les individus les plus vulnérables, à commencer par les jeunes. Plus ils sont « sans attaches », chômeurs, non actifs dans la vie paroissiale…, venant d'un milieu familial instable ou appartenant à des minorités ethniques, vivant dans des endroits plutôt éloignés de l'influence de l'Église, etc., plus ils semblent une cible désignée au prosélytisme des nouveaux mouvements et groupes. Cependant des sectes trouvent leurs adeptes parmi les adultes, et parfois de haut niveau économique ou culturel, entre autres parmi les personnes ayant eu des difficultés relationnelles avec le clergé, des déceptions dans leurs désirs religieux, ou connaissant une situation matrimoniale irrégulière, surtout lorsqu'elles n'en sont pas responsables, etc. Le document concède pourtant que très peu de personnes semblent rejoindre une secte pour des raisons malhonnêtes. Le plus grand reproche que l'on peut faire aux sectes est peut-être que souvent elles abusent des bonnes intentions et des désirs de personnes insatisfaites.

20Bien entendu, le document se préoccupe au premier chef du succès sectaire auprès de catholiques (1,5), dont les raisons sont à chercher non seulement dans les insatisfactions déjà évoquées, mais dans les techniques de recrutement et de formation des sectes, sans compter des raisons étrangères à toute appartenance à l'Église. Ces raisons peuvent être collectives, en particulier les « structures dépersonnalisantes » de la société occidentale, sur lesquelles il reviendra. Exportées dans le reste du monde, elles suscitent des crises révélant des aspirations ­ surtout affectives ­ d'harmonie, de participation et de réalisation humaine auxquelles les sectes prétendent avoir réponse, quitte à obnubiler les facultés intellectuelles de leurs membres. Les motivations de l'adhésion peuvent être plus personnelles : intérêts économiques, pressions politiques, état de stress, voire simple curiosité… Pourtant, cette introduction semble finalement (1.6) atténuer la gravité de la situation en considérant le phénomène sectaire moins comme une menace sociale que comme un « défi pastoral ».

Les raisons de l'extension de ces mouvements

21En premier lieu (2.1), les besoins et aspirations : ce que les sectes semblent offrir, le document en distingue neuf, qui ne sont pas sans se recouper parfois. Ensuite, jouent les : Techniques de recrutement et de formation, procédures d'endoctrinement (2.2).

22­ 1. Première aspiration (2.1.1) : La recherche de l'appartenance (= sens de la communauté). C'est devenu une idée banale, mais vérifiée par les faits, que beaucoup de gens souffrent aujourd'hui de la destruction des communautés traditionnelles, à commencer par le foyer familial. Ils se sentent seuls, non reconnus, non aimés. La liste des mots utilisés dans les réponses est symptomatique : besoin de rencontre, de partage, de communauté, de chaleur, de solidarité, de sécurité… La secte apporte une manière de resocialisation d'individus marginalisés.

23­ 2. La recherche de réponses (2.1.2). La secte offre des réponses simples à des questions compliquées, des versions simplifiées de vérités et valeurs traditionnelles, une théologie pragmatique et souvent syncrétiste, avec des directives bien tranchées, confortées souvent par une « nouvelle révélation ». Elle étaye ses croyances sur des éléments surnaturels : prophéties, possessions, glossolalie, etc.

24­ 3. La recherche d'intégralité (2.1.3). Beaucoup de gens semblent ne plus s'accorder ni avec eux-mêmes, ni avec les autres. Blessés par leurs parents, leurs enseignants, l'Église ou la société, ils se sentent exclus et aspirent à une vision religieuse qui harmoniserait leur être, un culte qui fasse place aussi bien au corps qu'à l'âme. En bref, ils veulent être guéris, désir particulièrement vif en Afrique, peut-être à cause d'un fort respect des marabouts, féticheurs et guérisseurs.

25­ 4. La recherche de l'identité culturelle (2.1.4). Les pays du Tiers-Monde gardent souvent un fort attachement à leur héritage religieux et à leur culture coutumière. Or les sectes leur font place, ainsi qu'à une spontanéité et à un style de participation des pratiquants, étrangers à la tradition occidentale. Le souci d'inculturation des Églises, officiellement affirmé par les plus hautes autorités, n'est pas sans rapport avec cette aspiration, mais il met souvent trop de temps à s'incarner réellement et trop de réserves pour faire adhérer les autochtones. Comme le déclarait récemment un ancien provincial des dominicains : Ce n'est pas en introduisant trois tamtams dans une église qu'on inculture le christianisme.12

26­ 5. Le besoin d'être reconnu, d'être spécial (2.1.5). Les grandes paroisses ou congrégations, surtout là où règne encore un certain cléricalisme, ne permettent guère au fidèle de sortir de son anonymat et d'affirmer ses potentialités. Les sectes, au contraire, semblent porter d'abord à l'individu une attention personnelle, elles lui donnent l'impression d'appartenir à une élite et lui offrent la chance d'accéder à un ministère, voire de participer à la direction du mouvement. Notons que ce peut être un motif déterminant pour une personne au psychisme fragile ou au narcissisme exacerbé.

27­ 6. La quête de la transcendance (2.1.6). Le besoin de trouver des réponses aux questions ultimes de la vie, un sens du mystère, un intérêt pour le prophétisme et les effets de l'Esprit semblent plus immédiatement satisfaits par les sectes, alors que l'Église ­ dont on ignore très souvent les richesses de la tradition mystique ­ paraît insister trop uniquement sur les questions morales et institutionnelles.

28­ 7. Le besoin de direction spirituelle (2.1.7). La place du gourou est suffisamment connue non seulement dans son rôle d'accompagnement spirituel, mais aussi par sa présence charismatique qui peut entraîner une dévotion quasi hystérique. On pourrait s'interroger à ce sujet sur les conséquences de la rétraction de la visibilité des Églises après le traumatisme de mai 68. Les mouvements de jeunes, en particulier, ont pour longtemps mis leur parole sous le boisseau.

29­ 8. Le besoin de vision d'avenir (2.1.8). et surtout d'espoir d'un « nouvel âge » harmonieux, dans un monde où sévissent violences et peur de la destruction.

30­ 9. Le besoin de participation et d'engagement (2.1.9). Cette société future, beaucoup voudraient participer à sa réalisation; et celle-ci est conçue comme une véritable « mission ». La secte aide les individus à réinterpréter leur expérience de vie dans un système conglobant s'instituant comme la « bonne nouvelle » dans un monde chaotique et menaçant.

31(2.2) A côté ou plutôt en complément aux besoins et aspirations qu'elles sont censées combler, le succès des sectes vient aussi de leurs techniques de recrutement souvent très sophistiquées : véritable mise en scène pour attirer des personnes, particulièrement les plus fragiles : jeunes, personnes âgées ou en crise, inconscientes de la nature de la manipulation mentale qu'elles subissent. L'adhésion est confortée par des méthodes de formation qui font baisser la vigilance responsable. Commençant par une approche d'allure positive, tel le « test de personnalité » [amorçage classique des scientologues], elles provoquent ensuite des modifications profondes du comportement par des actes conduisant à une mise à part, tel le flirting-fishing, prostitution comme mode de recrutement chez les « Enfants de Dieu » de David Berg. Dans la plupart des cas, un abandon total de l'adepte au fondateur ou au leader est exigé. Pour cela, on le sépare de sa famille, on le fait rompre avec son milieu, son passé, on l'isole de toute information extérieure (ni journaux, ni radio, ni télévision). Parfois, on parvient à une altération de la conscience par « bombardement intellectuel » à partir de clichés empêchant tout esprit critique. On maintient les recrues en occupation continuelle, on baisse leur résistance par l'exhortation, la flatterie, la peur [voire la privation de nourriture ou de sommeil qui n'est pas évoquée par le document]. On obtient à la fois une exaltation personnelle et une soumission aux directives du meneur qui, dans le cas de « sectes chrétiennes », va jusqu'à se substituer au Christ, devenu prétexte ou caution divine.

32Dans ces analyses du document romain, on ne trouve rien de très spécifique par rapport à ce qu'ont pu observer sociologues, associations antisectes, ou hommes politiques.

Le défi des sectes et approches pastorales

33Dans la troisième partie, le document revient d'abord sur les causes ­ bien connues ­ de l'état de déracinement et de désorientation, donc de vulnérabilité de beaucoup d'individus : destruction des structures traditionnelles, des modèles culturels et du système de valeurs par l'industrialisation, l'urbanisation, les migrations, le développement des systèmes de communications, etc. En même temps qu'ils manquent de repères et de prises sur le réel, les gens ressentent une peur à la fois en ce qui les concerne personnellement (crise d'identité, solitude, crainte du chômage, conflits sociaux), mais aussi quant à l'avenir de l'humanité : conflits multiples, désastre écologique, guerre nucléaire [et, aujourd'hui, les terrorismes, non mentionnés]. Ils se sentent incompris, trahis, opprimés, déçus, aliénés, sans importance, pas écoutés, rejetés, pas pris au sérieux. Ils n'attendent plus grand chose du monde de l'éducation et du travail, de la société technologique, de l'Etat, de l'armée, des Églises, tous déficients ou inadaptés. Cette tension est d'autant plus sensible dans des périodes intermédiaires critiques : entre école et travail, entre mariage et divorce, entre campagne et ville… Ils ont un vide à combler. Ils deviennent soit indifférents et agressifs, soit des « chercheurs » qui aboutissent à un groupe qui sait les accueillir.

Six solutions pastorales à ce défi :

34­ 1° Le sens de la communauté (3.1). La plupart des réponses insistent sur la nécessité de trouver de nouveaux modèles de « communautés paroissiales » plus chaleureuses, plus fraternelles, soucieuses d'une foi vivante et d'espérance, qui célèbrent et qui prient, qui soient missionnaires, c'est-à-dire tournées vers l'extérieur, et ouvertes à ceux qui ont des problèmes particuliers, comme les divorcés remariés.

35­ 2° Formation et formation continue (3.2). Un fort accent est mis sur les besoins d'évangélisation, de catéchèse, de formation continue dans la foi, aussi bien sur le plan biblique [point fort de certaines sectes], que théologique ou œcuménique. Les formateurs eux-mêmes (professeurs, responsables de mouvements de jeunes, prêtres ou religieux) pourraient avoir besoin d'une réflexion qui porterait à la fois sur l'information (croyances, pratiques, formes de spiritualité) et l'approfondissement.

36­ 3° Approche personnelle et approche intégrale (3.3). L'Église doit rappeler à chacun qu'il est unique, aimé de Dieu, avec son histoire propre et l'expérience de son rapport à Dieu par la découverte personnelle du Christ. Une attention particulière doit aussi être accordée au ministère de guérison par la prière, la réconciliation, à la fraternité et à l'attention aux autres […Le] souci pastoral doit s'étendre non seulement aux dimensions spirituelles, mais aussi aux dimensions physiques, psychologiques, sociales, culturelles, économiques et politiques. Cette forme de réponses à des attentes exaltées, n'est peut-être pas pour rien dans la sympathie témoignée par une partie de la hiérarchie catholique aux mouvements charismatiques, qui sont ­ dans une certaine mesure ­ une riposte aux courants pentecôtistes qui, depuis des décennies ont secoué des Églises protestantes, et ont été à la base de la création de bien des sectes d'origine chrétienne.

37­ 4° Identité culturelle (3.4). L'inculturation est un problème fondamental, en particulier en Afrique où les formes de culte et de ministères occidentaux apparaissent non seulement exogènes mais insignifiantes dans le contexte culturel et vital, d'où l'attirance des jeunes pour les « Églises indépendantes » fortement « sectaires ».

38­ 5° Prière et culte (3.5). Des réponses suggèrent une révision des modèles classiques de la liturgie. Elles insistent sur l'importance de la Parole (de Dieu) pour l'édification 13de la communauté. Elles prônent une créativité joyeuse dans les célébrations (y compris appliquée aux lieux où elles se déroulent). La prédication devrait être soignée, sur une base scripturaire et en rapport avec la vie des gens, et non plus théorique ou moralisante.

39­ 6° Participation et direction (3.6). L'irrémédiable diminution du nombre de ministres ordonnés, surtout si une autre conception de l'organisation de l'Église catholique n'intervenait pas14, appelle une promotion renforcée des ministères diversifiés et une formation continuelle des responsables laïcs. Certains d'entre eux exercent déjà, de fait, une véritable direction à la fois spirituelle et pastorale [rôle des catéchistes]. Il y a une distance à combler entre les fidèles et les clercs, et, parmi ces derniers, entre l'évêque et les prêtres qui doivent avant tout manifester l'unité et la communion.

40En conclusion (point 4), le document romain constate la complexité des situations et donc des réponses à apporter cas par cas, car les sectes elles-mêmes sont diverses. Tout en dénonçant la dangerosité de certaines d'entre elles, et quoiqu'il se défende d'être naïvement irénique : constatant ­ par expérience ­ l'impossibilité de dialogue avec certaines15, il paraît s'attacher moins à la critique du phénomène sectaire qu'à la recherche de solutions de barrage par un renouvellement intérieur des méthodes pastorales. Il s'agit sinon de gagner de nouveaux membres à l'Église, du moins d'éviter qu'il s'en perd [au sens eschatologique], au profit de mouvements religieux marginaux, poursuivant des buts idéologiques ou économico-politiques. C'est pourquoi, il invite à mettre en garde les fidèles et à aider ceux qui auraient besoin de protection légale. Il va jusqu'à encourager des mesures radicales de l'Etat…

41Sur ce point, le commentaire de Jean Vernette est plus circonspect. Il reconnaît la valeur du rapport d'Alain Vivien de 1985 sur les sectes 16 comme une contribution importante à la neutralisation de situations scandaleuses et à la solution de problèmes familiaux particulièrement douloureux. II souligne (p. 63) l'importance des neuf propositions finales pour mettre hors d'état de nuire des groupes qui utilisent des méthodes atteignant l'intégrité de la personnalité et transformant la religion en source de profit au bénéfice de quelques-uns. Il salue telle « phrase courageuse » : « (la) dégradation de la laïcité en neutralité ne pouvait qu'aboutir à éliminer la dimension métaphysique inhérente à la nature humaine. » Mais, s'il fait confiance à l'état actuel du sentiment démocratique en France, il pointe quelques dangers potentiels pour la liberté religieuse et même pour la liberté tout court.

42L'apparente objectivité de la législation ne suffit pas, il faut encore savoir, souligne-t-il, par qui et dans quel esprit elle sera appliquée. Qui, en effet, va décider quels groupes sont acceptables ou non, et en vertu de quels critères? Qui aura compétence pour juger de la libre conversion d'un individu ou de son endoctrinement? Pour discerner ce qui est légitime renoncement aux biens ou prodigalité suspecte? Qui déterminera […] la limite entre catéchèse et lavage de cerveau, entre direction spirituelle et « manipulation mentale »? Si aujourd'hui, par exemple, la clôture, des pratiques d'ascèse comme les jeûnes, les levers nocturnes, les régimes alimentaires, le vœu de chasteté, etc., ne sont pas considérées comme des « atteintes à l'intégrité physique et psychique », il constate que certains courants de pensée combattent pour qu'elles soient assimilées aux pratiques délictueuses des sectes. Or les comportements peuvent changer avec les régimes politiques… Il rappelle que, dans certains pays de l'Est, la croyance religieuse pouvait mener à l'asile psychiatrique.

43C'est également pour être fidèle aux principes : respect de la personne humaine et respect de la liberté religieuse, mais aussi ­ c'est un texte religieux ­ foi dans l'action de Dieu, que le document romain ne se satisfait pas d'une condamnation et d'un simple combat [qui n'est pas simple!] contre les sectes. Il préfère considérer que ce qu'il nomme le « défi » des sectes doit stimuler le renouveau de la pastorale, solution sinon unique aux déviances de la religiosité, du moins préférable à une coercition aveugle que J. Vernette illustre par une nouvelle version (p. 78-79) de l'apologue du pavé de l'ours.Appendices

44Une cinquième partie rappelle l'invitation pour le synode extraordinaire de 1985, appelé à célébrer, à vérifier et à promouvoir le deuxième concile du Vatican, (il) a donné un certain nombre d'orientations concernant le renouveau de l'Église aujourd'hui [… qui] sont également une réponse aux besoins et aux aspirations que certaines personnes recherchent chez les sectes. Elles soulignent… la nécessité d'un projet pastoral d'ensemble.

45La sixième partie du document comporte une série de questions pour des études et des recherches ultérieures sur les sectes (p. 31) : 1. études théologiques; 2 études interdisciplinaires; 3 études psychologiques et pastorales; 4 les sectes et la famille; 5 les femmes dans les sectes; 6. acculturation et inculturation dans les sectes; 7 étude comparative historique et sociologique des mouvements de jeunes; 8 la liberté religieuse en relation avec les sectes; 9 l'image des sectes dans l'opinion publique et les effets de cette opinion sur les sectes17.

Haut de page

Notes

1 Dans Les sectes et l'Église catholique. Le document romain. Introduction de Jean VERNETTE, délégué de l'épiscopat. Présentation de 150 groupes religieux, nouv. éd. revue, Paris, Cerf, 1994, 115 p.
2 D'après les sites WEB consultés à la date de rédaction du présent article (avril 2000).
3 Cité par Claudio DIAZ, « Reagan exporte ses sectes », dans Témoignage chrétien, 3 au 9 mars 1986. L'anticatholicisme politique américain ne serait pas clos d'après Andrew SULLIVAN, dans The New York Times Magazine, cité par le Courrier international, n° 494, 20-26 avril 2000, p. 53.
4 Complément annuel de l'Encyclopædia universalis : M. HAUBERT, « Religion et société », dans Universalia 1993, p. 180-183, et J.-J. KOURLIANDSKY, « Église et politique en Amérique latine », dans Universalia 1997, p. 103-109.
5 Outre les trois signataires du texte final, le Secrétariat aux non-chrétiens.
6 « Qu'est-ce qu'une secte religieuse? », dans Communio, XVI, 2 - mars-avril 1991, p. 12-13. L'auteur est un bibliste réputé.
7 TACITE, parle même d'« exécrable superstition », dans Annales, liv. 15, § LIV, éd. Garnier-Flammarion, 1965, p. 439.
8 Termes employés par le sénateur Paul Loridant dans une question au Premier Ministre, le 8 décembre 1994, à la suite des suicides collectifs du Guyana, de Waco, au Texas, et du canton de Fribourg, en Suisse, cité par Th. WANEGFFELEN, L'édit de Nantes. Une histoire européenne de la tolérance (XVIe-XXe siècle), Paris, Livre de poche « Références » (inédit), 1998, p. 333.
9 Question d'historien moderniste : le jansénisme était-il une secte? Ses ennemis le prétendaient, alors même que ses adeptes s'affirmaient véhémentement « catholiques » et manifestaient avec virulence un anticalvinisme, qui n'était peut-être pas exempt du désir de se « dédouaner » vis-à-vis de Rome.
10 Intéressante analyse sur ce sujet de G. FERREYROLLES, « Sur la genèse ecclésiale des sectes », dans Communio XVI, 2 - mars-avril 1991, p. 29-39.
11 Cf. Th. BAFFOY, Les sectes totalitaires, dans Esprit, janvier 1978, p. 53-59.
12 P. J.-P. LINTANF, dans une interview à Ouest France du 11-12 mars 2000, p. 2.
13 Faut-il entendre ce mot au sens d'« instruction » ou de « construction »?
14 Des voix s'expriment dans ce sens, cf. G. LAFONT, Imaginer l'Église catholique, Paris, Cerf, 1995.
15 Vernette cite à ce sujet le cas des Témoins de Jéhovah dont le système clos interdit toute nuance.
16 Publié par la Documentation française en 1985, cité par J. Vernette p. 62 et sv.
17 Complètent le document : 7° une bibliographie sommaire, aujourd'hui naturellement dépassée, et 8° le questionnaire préparatoire.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Bernos, « L'Eglise catholique et les sectes à la fin du XXe siècle », Rives nord-méditerranéennes, 10 | 2002, 69-82.

Référence électronique

Marcel Bernos, « L'Eglise catholique et les sectes à la fin du XXe siècle », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 10 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2005, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/1 ; DOI : 10.4000/rives.1

Haut de page

Auteur

Marcel Bernos

UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals