Navigation – Plan du site

Surexploitation des ressources et dégradation de l’environnement face à la croissance touristique des Baléares ?

Jean Reynaud
p. 119-135

Résumés

Si les activités touristiques sont d’une grande importance pour les îles Baléares, elles influencent l’environnement, souvent négativement. Or, un environnement préservé exerce une grande attraction envers le touriste. Comment, dès lors, conserver un attrait touristique important, en respectant l’environnement et en préservant les ressources ? Comment peut-on, en la matière, obtenir un développement soutenable ? Les ressources et besoins en eau, l’impact des déchets liquides et solides résultant des activités deviennent plus que préoccupants : ils pourraient être les prémices d’un rejet du tourisme qui risque d’être atteint si la politique mise en œuvre, encore trop timide, ne peut aboutir.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

CONT

Chronologie :

ESP
Haut de page

Texte intégral

1Lors d’une conférence en novembre 2000, Pere Salvà, professeur de Géographie de l’Université de Palma de Majorque, indiquait que les premiers symptômes de la limitation des ressources des Iles Baléares, caractérisés par la pénurie d’eau et l’accroissement de la production de déchets, étaient maintenant largement dépassés.

2Aussi, une progression notable des flux touristiques mettrait ces îles au bord de l’implosion. Les personnes rencontrées sont sur ce point unanimes : il faut arrêter toute possibilité de construction, notamment en ce qui concerne les lits touristiques, à l’exception d’hôtels de luxe. C’est ce qu’a décidé le Gouvernement autonome des Iles Baléares en 1999, suivant la volonté de la population, exprimée dès 1995 par différentes actions, dont une manifestation à Calvià, principal centre touristique de l’île, qui comporte 120000 lits hôteliers.

3La réflexion suivante s’attachera à mettre en évidence, à partir de l’analyse de la situation actuelle, les évolutions et les actions envisagées et entreprises en ce qui concerne les besoins en eau, les rejets liquides et les déchets solides concernant cet ensemble insulaire.

Ressources et besoins en eau

4Si, autrefois, les moulins à vent qui parsèment la plaine centrale de Majorque permettaient de satisfaire en eau les besoins agricoles et humains, la surexploitation des aquifères, sous la pression de la demande touristique, risque de tarir les unités hydrologiques des îles d’Ibiza et Formentera et, à Majorque, les secteurs d’Andratx, Calvià, Pla de Palma et les « marinas » de la côte orientale. De plus, une intrusion marine entraîne une grande salinisation de la nappe phréatique dans les zones sus-indiquées, ainsi que les milieux côtiers du sud et les zones côtières du nord-est de Majorque. Formentera est, là encore, la plus touchée.

5Malgré la création d’un « Plan hydrologique de recherche des ressources disponibles » en 1999, le captage des eaux superficielles et souterraines semble offrir peu de possibilités, à moins de pouvoir utiliser des nappes plus profondes : les nappes superficielles, situées à moins 12 mètres, sont déjà supplantées par des forages au-delà de 20mètres. Seules deux retenues d’eau collinaires (Cùber et Gor-Blau), dans la partie occidentale de la Serra de Tramuntana, de 10 hm3 de capacité (moins de 3 % de la consommation), créées dans les années 1960, captent les eaux de ruissellement des reliefs, mais les projets de développement n’envisagent pas de nouvelles retenues.

6La plupart des cours d’eau, à sec la plus grande partie de l’année, reçoivent les eaux, souvent mal épurées, des rejets des stations d’épuration. Au final, pour des ressources hydriques naturelles (réserves et aquifères) évaluées à 562 hm3/an, le diagnostic effectué par le Gouvernement autonome, en 2000, ne conserve que 300 hm3/an de ressources utilisables pour l’archipel.

Besoins et ressources en eau.

Source : d'après le Plan Directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie des Baléares, 2000. Graphique réalisé par l'auteur.

7Seule Minorque a une ressource en eau suffisante : Ibiza et Formentera sont déjà en sous-capacité et, dès 2002, Majorque, qui a depuis longtemps des déficits estivaux, sera, sur l’année, déficitaire.

Figure 2. Graphique

Figure 2. Graphique

Répartition de la consommation en eau en 1999.

Source : d'après le Plan Directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie des Baléares, 2000. Graphique réalisé par l'auteur.

8La plus grande part de l’utilisation de l’eau va à l’arrosage agricole, sauf à Formentera où deux tiers des eaux servent au tourisme.

9Un tiers de l’eau est consommée par la population : celle de Palma consomme plus de 50 % des eaux de Majorque, soit 40 hm3/an, dont 80 % de bonne qualité.

10Les besoins industriels sont très faibles, caractéristiques de régions qui vivent principalement du tourisme, mais pourraient augmenter avec le développement de hautes technologies.

11Les besoins en eau des terrains de golf, 2,4 hm3/an en 2000, devraient atteindre une consommation 3 fois supérieure dès 2002, soit 7,3 hm3/an, équivalente à celle de 70000 habitants permanents.Et les promoteurs des golfs, qui occupent actuellement 1500 ha et effectuent des opérations immobilières (15000 lits de « béton vert ») pour les rentabiliser, sont peu favorables à l’utilisation d’eau épurée pour les zones aquatiques de leurs parcours.

12Il est devenu nécessaire de rechercher et développer des ressources de substitution. Le Plan hydrologique s’est orienté, après sélection de critères économiques et écologiques, vers la recherche d’une garantie de subsidiarité par la réutilisation d’eaux épurées et le dessalement de l’eau de mer, correspondant chacune, en 2000, à près de 7 % des ressources mobilisées, afin de limiter l’importation d’eau douce en bateaux-citernes l’été.

13Dès à présent, 15 hm3/an d’eaux épurées ayant subi un traitement secondaire d’affinage sont réutilisés pour les produits agricoles non consommés crus, ainsi que pour les golfs, jardins et parcs, le refroidissement industriel et le nettoyage des rues. Le traitement tertiaire des eaux usées devient obligatoire et, estimé à 1,22 millions d’euros, il permettra la recharge des aquifères pour de l’eau potable.

14EMAYA, entreprise concessionnaire de la commune de Palma et de 14 communes environnantes, gère actuellement 2 usines de dessalement traitant 35,000 m3/jour d’eau saumâtre et 40,000 m3/jour d’eau de mer pour un coût d’exploitation de 0,60 euro par m3, prix peu élevé pour la population locale car la totalité de l’investissement a été pris en charge par la Communauté européenne et l’État espagnol. Mais ces usines sont fortes consommatrices d’électricité.

15Enfin, le transfert d’eau continentale par voie maritime, dont une part provient de la Société des Eaux de Marseille, correspondait à 2,2 % de l’approvisionnement en 1996.

16Face à la pénurie d’eau, une autre solution : limiter la consommation individuelle aux environs de 100 m3 par habitant et par an (soit 270 l/jour). La population commence à en prendre conscience : les hôteliers affichent dans les salles de bain des étiquettes pour économiser l’eau et indiquent que les serviettes, par mesure d’économie, y compris financière, ne sont changées que si les clients les déposent sur le sol ; au bureau d’accueil d’EMAYA sont distribués gratuitement des sachets en plastique à remplir d’eau et à déposer dans les chasses d’eau des WC afin d’en réduire le volume. Des actions de communication publique sont engagées pour donner des conseils pratiques d’économie d’eau à la maison : à Calvià, des brigades bleues vont éduquer à domicile en distribuant un dépliant écrit en catalan et en castillan, qui donne 11 conseils, quantifiés, d’économie (ex : « rincez fruits et salades dans une cuvette, par la suite vous pourrez utiliser cette eau à un autre usage : cela permet d’économiser 10 litres »). La commune a proposé, en 2000, à chaque foyer, des primes de 3 euros par m3 d’eau économisé entre le dernier semestre de l’année et la consommation de la même période en 1999. L’investissement, de 60000 euros, devrait permettre d’économiser jusqu’à 20 000 m3 d’eau, soit un objectif de 150 l/jour/personne au lieu des 270 !

17Cependant, les réseaux d’alimentation en eau potable comporteraient jusqu’à 40 % de fuites, d’après le Groupement Ornithologique des Baléares (GOB), l’un des plus importants groupes environnementaux européens avec 5000 adhérents.

18Maintenant sensibilisée à la pénurie, la population va devoir établir un mode de gestion particulier pour cet espace îlien, développer ou retrouver des solutions, comme les habitants de Banyalbufar l’ont expérimenté depuis longtemps en captant dans des bassins successifs, de la montagne à la mer, eaux de source et eaux pluviales.

19Au-delà de la pénurie de la ressource, l’insuffisance de l’épuration des eaux usées entraîne des dégradations des nappes et des eaux littorales.

Les déchets liquides

20Lors du développement touristique des années 1950 sous la pression des tours opérateurs, rares ont été les collectivités qui ont planifié la récupération des eaux usées. Malgré les efforts de raccordement effectués, nombre d’égouts d’hôtels se jettent encore directement à la mer car ils ne peuvent être renvoyés vers une station d’épuration.

21250 stations d’épuration existent dans l’archipel, mais le traitement est plutôt insuffisant : d’après un audit de la direction générale du littoral du Gouvernement Autonome, sur 59 stations contrôlées, aucune n’a bénéficié de la qualité « excellent », 8 seulement ont un « bon » traitement, 31 doivent être « améliorées » et 20 sont « déficientes », dont 6 des 9 stations contrôlées sur Ibiza et Formentera. Les effluves nauséabonds de ces stations, comme celles de Palma Nova, dans la commune de Calvià, sont un moyen olfactif de détection de dysfonctionnements dus à la saturation touristique et ne sont guère appréciés de l’habitant et du touriste ! Moins visibles, mais non sans effet, surtout sur les herbiers de posidonies, les rejets des émissaires ont fait l’objet d’un inventaire en 1985, réactualisé en 2000 : 125000 euros permettront de mettre aux normes les émissaires existants.

22Si les boues d’épuration, plus de 90000 tonnes/an, compostées sur 3 sites, servent ensuite, positivement, d’amendement agricole, ces stations d’épuration ont pris un important retard sur l’échéance des directives européennes, fixée en 2005.

23Si la qualité des eaux est sujette à l’impact touristique, il en est de même de la production des déchets solides, conséquence directe de l’accroissement du nombre de touristes et du tourisme résidentiel.

Les déchets solides

24Ici encore, l’augmentation de la production des résidus solides, évaluée à 618000 tonnes en 1998 pour les 4 îles par le Plan Directeur de la Chambre de Commerce et d’Industrie, est une conséquence directe de l’accroissement du nombre de touristes et du tourisme résidentiel : l’accroissement de la production des résidus fut de 9 % en 1999. L’été, le tonnage journalier de Majorque passe à 1400 tonnes (avec une pointe maximale atteinte de 3000 tonnes/jour), alors que la production des mois les plus faibles est de l’ordre de 900 tonnes/jour.

25La production d’ordures ménagères, de l’ordre d’un kg/jour/hab., est voisine de la France, mais la composition, semblable à celle de l’Espagne, est légèrement différente, notamment pour la part des matières organiques (40 % à Majorque pour 29 % en France).

26La présence de nombreux conteneurs de collecte sélective pour le verre, le papier et les emballages, préjuge d’une volonté positive des collectivités de résoudre le problème posé par la recrudescence des déchets solides des ménages, en application des lois espagnoles de novembre 1997 sur la récupération par les commerces des emballages et des résidus d’emballages et d’octobre 1998 imposant la collecte sélective dans toutes les agglomérations de plus de 5000 habitants avant 2001.

27La densité de ces équipements de collecte sélective semble plus importante qu’en France ; mais elle s’effectue en quasi-totalité à partir de points d’apport volontaires ; la collecte sélective au porte à porte étant quasi-inexistante.

28À Calvià, 20 % des déchets, dont 50 % de bouteilles, sont recueillis par des conteneurs de collecte sélective. Dans cette commune, d’autres efforts ont été réalisés vers les déchets fermentescibles (déchets verts et épluchures) : accompagnée, au moment de la livraison, de réunions d’information rue par rue, la fourniture gratuite de composteurs individuels eut un meilleur rendement que le compostage collectif réalisé dans la zone « del Toro ».

29Le secteur hôtelier apporte un lot important de déchets : 50 % à Calvià où 15000 tonnes/an d’ordures ménagères proviennent des 40000 résidents et 35000 tonnes/an des 40000 lits hôteliers et des 20000 résidences secondaires. Une action de formation à l’environnement et à la collecte sélective, lancée en 2000 auprès des hôteliers, est accompagnée de rabais allant jusqu’à 15 % des taxes déchets. Le Gouvernement autonome a établi, en 2000, dans le cadre du programme Ecotur pour l’intégration du tourisme et de l’environnement, avec des fonds européens (Life-Environnement), un « guide des bonnes pratiques pour les installations touristiques » dont l’objectif est de permettre la réduction à la source des emballages, leur réutilisation et la séparation des déchets. Et des actions concrètes sont proposées en vue de l’achat de produits et de matériels plus « écologiques » : les installations touristiques (ports, golfs, hôtels, restauration) sont invitées, à partir de l’analyse de leur situation actuelle, à établir un plan interne de gestion des résidus.

30À Palma, la volonté de rendre la vieille ville plus agréable a amené les responsables locaux à s’intéresser à ce qui nuit aux centres historiques, notamment la dépose des poubelles dans les rues et leur ramassage. Avec la réfection des rues et le passage de tous les « fluides » (lignes électriques, eaux potables, usées et pluviales) sous la chaussée, la commune a décidé d’investir dans un système original de collecte des déchets solides par canalisation pneumatique. Créé en 1961 pour un hôpital par l’entreprise suédoise Centralsung, puis développé en 1971 à DisneyWorld, en Floride, dans des gratte-ciels de Tokyo et Caracas, ce système passe à partir de 1985 à un échelon communal, à Gothemburg (Suède), puis s’étend en Espagne à l’occasion des jeux Olympiques de Barcelone de 1992, à Sabadell, Carthagène, dans la zone industrielle de Madrid, dans le centre historique de Léon et les quartiers neufs de Séville. Mais il n’en existe point actuellement en France. Selon Lorenzo Femenias Mesquida, Directeur d’Exploitation d’Emaya, maître d’œuvre à Palma, les déchets, qui peuvent être sélectionnés, seront déposés enveloppés dans des bornes « vide-ordures » selon un programme concernant chaque quartier, 2 fois par jour, puis aspirés par une centrale construite au sud-est de la ville, entre le boulevard de ceinture et les anciens remparts. Le réseau dessert des îlots regroupant plusieurs rues. À titre de sécurité, pour ôter les objets de plus de 50 cm de long (diamètre des conduites) qui pourraient y être jetés, des bouches hermétiques sont prévues tous les 50 mètres. En fonctionnement dès 2002, il s’inscrit, pour 10 % seulement, soit 13,5 M d’euros, dans l’opération de rénovation du centre et est financé à 50 % par des fonds européens. Sa réalisation simultanée à la restructuration des autres réseaux bénéficie ainsi de diminutions du coût.

31Pour la gestion des résidus urbains de Majorque, un Plan directeur sectoriel, approuvé le 18 février 2000, a défini les sources de résidus à prendre en compte :

32– les résidus solides urbains provenant des ménages, des commerces et des services, des services médicaux et hospitaliers, du nettoyage des espaces publics (voiries, zones vertes et récréatives) ;

33– les résidus industriels ne font pas l’objet d’une collecte organisée car le tissu industriel est trop peu important, sauf les résidus toxiques et dangereux qui font l’objet d’une réflexion spécifique ;

34– les carcasses de véhicules (20000 tonnes/an) devraient être récupérées pour la sidérurgie. Mais elles sont encore déposées dans des décharges illégales, formellement interdites sur les sols non urbanisables (SNU), créant ainsi un impact paysager négatif ;

35– un plan national d’installation de recyclage est en cours d’approbation pour les huiles usées : des organismes privés de collecte les font brûler à Felanitx au lieu de les régénérer ;

36– seuls les animaux morts de Palma sont ramassés : ils sont brûlés dans un crématoire à Son Reus.

37Il n’y a pas actuellement de contrôle des boues d’épuration utilisées en amendement agricole, pouvant poser des problèmes aux cultures selon l’époque de l’épandage si elles sont en surcharge sur les sols. La direction générale de l’Environnement du Gouvernement autonome a créé une station pilote de compostage à Felanitx pour les mélanger aux déchets verts. Selon les résultats obtenus, d’autres stations pourront être réalisées.

Les traitements intermédiaires

38Jusqu’au milieu de la dernière décennie, la totalité des déchets était envoyée, sans aucun traitement, dans les décharges disséminées dans les îles selon le principe :

39Collecte = = => Décharge.

40Pour limiter cette mise en décharge, deux solutions peuvent être développées :

La récupération en vue du recyclage et du compostage

41Sur les 470000 tonnes annuelles de déchets produits à Majorque, seules 15000 sont recyclées : verre, dont la collecte a débuté en 1983, en même temps que Madrid et Barcelone, et papier, récolté depuis 1994, forment la quasi-totalité de ce tonnage.

42La Fondation Deixalles, association d’insertion similaire aux chiffonniers d’Emmaüs de France, prit l’initiative de la collecte sélective en plaçant des conteneurs dans les villages où elle obtint une forte implication de la population.

43Le plan de sélection du plastique fut lancé en février 2001 à Majorque et Ibiza par la mise en place de conteneurs, en accord avec des industriels, comme à Calvià. Il prévoit, en accompagnement, des plates-formes de sélection des déchets, dont une pour les emballages légers, et deux plates-formes de compostage. Elles existent à Minorque, qui avait déjà développé une collecte sélective significative des plastiques et des 55000 tonnes/an produites de biodéchets. A partir de plates-formes de sélection, le tri du plastique est effectué et, sur une autre voie, les déchets sont séparés pour le compost (un tiers de la production), le recyclage de l’aluminium et la mise en décharge des ultimes.

44Par contre, sur Ibiza et Formentera, le plan déchets, approuvé en 1994, n’a pas été appliqué et a été remplacé par un nouveau plan mis à l’enquête publique le 4 décembre 2000 qui prévoit, d’ici 3 ans, la collecte sélective du papier, du verre et des matières organiques.

45Au total, le plan directeur sectoriel prévoit pour 2004 un minimum de recyclage matière de 30 % des déchets produits (soit 140 000 t/an de la production qui devrait être stabilisée à 470 000 t/an), dont :

46• une valorisation des produits secs qui devrait atteindre 62000 tonnes, avec un conteneur de 3 m3 de capacité pour 500 habitants minimum, pour récupérer :

47– 30 % des papiers (à Palma : un conteneur pour 320 habitants) ;

48– 41 % du verre (à Palma, où chacun des 878 conteneurs dessert moins de 400 habitants, Eco-Vidrio l’achète à 38 euros/tonne et l’envoie à Barcelone) ;

49– 22 % des emballages légers en plastique et en aluminium : suite à un accord avec EcoEmben, l’équivalent d’Eco-Emballages en France, les collectivités reçoivent une aide pour le transport à Barcelone.

50• une récupération de 56 % des matières organiques, soit près de 80000 tonnes, avec un conteneur pour 100 habitants.

La réduction du volume et du poids des déchets par l’incinération

Figure 3 - Croquis

Figure 3 - Croquis

La réduction par voie d’incinération.

Graphique réalisé par l'auteur.

51La décision de la création d’incinérateur pour 300000 tonnes de déchets par an, soit les deux tiers de la production de Majorque, à Son Reus, sur le territoire de Palma, n’a pas été prise sans discussion. Les associations, animées par Greenpeace, se prononcèrent contre : plus de 30000 signatures de soutien à la plate-forme anti-incinération furent recueillies en 3 mois par un collectif de 150 associations et une grande manifestation de 12000 personnes se déroula à Palma le 24 mars 1994, suivie en octobre d’une protestation devant le GESA, groupe du gaz et de l’électricité. Malgré cela, la décision de réalisation, prise à l’issue de l’enquête publique, fut adoptée par la majorité du Conseil Insulaire. Elle fut aussi soutenue par le Parti Socialiste Majorquin (PSM), auparavant opposé au projet ; seuls le Centre-gauche et les Écologistes le rejetèrent. Par la suite, Greenpeace lança deux occupations du site, pendant la construction, et après la mise en fonctionnement de l’usine qui commença en 1997.

52Dix motifs ont été avancés pour « voter non » à l’incinération de Son Reus :

53– L’incinération menace la santé de la population et l’environnement : elle génère, par réactions chimiques, des dioxines et furannes, et rejette d’autres toxiques dangereux. De plus, elle a une incidence négative sur le climat.

54– L’incinération entraîne la destruction de matières premières et la pénurie d’eau en la contaminant.

55– L’incinération détruit plus d’énergie qu’elle n’en génère, notamment en comparaison aux économies d’énergie générées par un plan de recyclage.

56– L’incinération est le principal ennemi du recyclage : son objectif est de brûler le plus possible et tout ce qui passe à l’incinération (papiers-cartons, plastiques, textiles, matières organiques) ne pourra pas aller au recyclage.

57– L’incinération n’est pas indispensable : c’est la pire des solutions de remplacement des décharges incontrôlées et elle va à l’encontre du recyclage, ce dernier se développant partout dans le monde et en Espagne.

58– L’incinérateur de Son Reus ne résoudra rien : il restera 49 % du tonnage, formé de cendres et de mâchefers toxiques qui ne pourront être éliminés et contamineront, tôt ou tard, les aquifères.

59– L’incinération augmentera les décharges sauvages : plus chère que les décharges contrôlées, elle incitera à jeter n’importe où pour ne pas payer.

60– Dans son fonctionnement, il coûtera plus que le compostage, la réutilisation et le recyclage. Évalué initialement à 36,5 M d’euros, le marché fut passé à 67 M d’euros et le coût final lors de la mise en fonctionnement en 1997 s’est élevé à 104 M d’euros, d’après Nicolau Barceló Monserrat, chef du service environnement du Gouvernement Autonome. Le coût d’investissement final est de 350 euros/tonne, voisin du coût français (de 400 à 460 euros).

61– La pression populaire a permis le rejet de 25 projets similaires en Espagne.

62– La population de Majorque est radicalement contre : l’impact des manifestations et pétitions a une valeur démocratique indéniable.

63Pourtant, la société TIRME, créée par 4 entreprises dont GESA (filiale d’Endesa, entreprise espagnole multinationale équivalente à EDF) qui la contrôle à 40 %, a pu construire l’incinérateur sans que les associations aillent jusqu’au bout de leur détermination. Si Greenpeace a paru le plus en pointe dans cette affaire, le GOB semble avoir été plus en retrait et aucune action en justice n’a été engagée. Est-ce dû à la lassitude plutôt qu’à l’acceptation, à la difficulté de mobiliser régulièrement la population face au pouvoir monolithique d’un interlocuteur unique, ou à un certain « réalisme » du monde associatif pour bénéficier de compensations telles que le PSM avait pu les obtenir lors de son vote. Ainsi, à partir du plan alternatif de Greenpeace de 1999, les associations négocient le développement du compostage, la réduction des décharges et agissent pour la collecte sélective, tandis que, par un pacte de progrès, le gouvernement autonome s’est engagé à réduire la quantité de déchets brûlée.

64Cet engagement est toutefois très limité comme l’indique le tableau ci-dessous :

Figure 4 – Tableau

Prévisions (en tonnes)

2000

2004

Recyclage

20 000

62 000

Compostage

0

79 500

Incinération

315 000

300 000

Mise en décharge

135 000

28 500

Répartition du traitement des déchets urbains en 2000 et 2004.

Source : d’après « Gestion de Residuos y suelos contaminados … Planification Estratégica” (p.11) Govern de les Illes Balears, mai 2000.

65L’incinérateur a brûlé 323000 tonnes en 1999 et fonctionne en surcapacité, avec deux lignes de fours pouvant incinérer chacune 450tonnes de déchets par jour, 24 heures sur 24. Mais il ne peut consommer la totalité des déchets produits : l’été, 500 t/j doivent être mis en décharge sur le site même (ce fut le cas pour 62205 tonnes en 1999) et des décharges doivent être conservées, comme à Ses Barraques, sur Calvià, pour le transit temporaire des déchets.

66Il emploie pour son fonctionnement une cinquantaine de personnes, en 5 équipes de 7 personnes, et un laboratoire de 4 personnes qui effectue des analyses des rejets, indépendamment de contrôles trimestriels de l’administration, et une analyse des dioxines tous les 6 mois.

67Cet incinérateur conserve sur le site les cendres toxiques et cette situation commence à devenir préoccupante car ces résidus (80878 tonnes de scories et 23029 tonnes de cendres en 1999, soit 32 % de la quantité brûlée) ne doivent pas être ainsi stockés, mais déposés dans des décharges spécifiques. Or, le plan directeur n’a rien prévu, indiquant seulement une obligation de conditionnement et de transport de ces toxiques vers un dispositif contrôlé pour recyclage en matériau de construction. En 1999, sur 385205 tonnes entrantes, 40 %, soit 166112 tonnes, ont été mises en dépôt.

68Le volume incinéré pourrait, de plus, être réduit de 15 % si papiers (près de 15000 tonnes en 1998), plastiques (30000 tonnes) et « bricks » (3000 tonnes) étaient plutôt récupérés que brûlés.Avec les métaux, dont le passage à l’incinérateur est inutile, 60000 tonnes ne seraient pas incinérées, soit 20 % de pollution en moins.

69Les rejets aériens, bien qu’en moyenne 10 fois inférieurs aux normes européennes, ne sont pas négligeables et s’élèvent, en 1999, d’après les documents de Tirme, à :

70– 30 tonnes de dioxyde de soufre SO2 et d’oxydes de carbone ;

71– 18 tonnes d’acides ;

72– 5 tonnes de poussières ;

73– 1300 kilos de métaux lourds, dont l’arsenic, le cadmium et le mercure ;

74– 6,5 milligrammes de dioxine, créées lors de la combustion (2,5 grammes ont été captées dans les cendres et les mâchefers) représentant 200000 fois la dose limite absorbable/an pour un adulte.

75L’énergie produite fournit de l’électricité : 137 650 MW/h furent envoyés sur le réseau en 1999, la consommation interne correspondant à 15 % de la production. Cela équivaut à l’énergie produite pour les besoins de 90000 habitants, soit 8 % de la population. Ce n’est pas négligeable, la production autochtone étant quasi-inexistante.

Le stockage des déchets ultimes

  • 1 Avec un apport financier de 300000 euros, il a lancé, avec la Fondation, une campagne de 3 mois, fi (...)

76De nombreuses décharges brutes communales (Campos, Porreres, Capdeperra, Son Servera, Ibiza..) et une multitude de dépôts sauvages, les « puntos marrones », stockent les déchets : la majorité, selon une enquête de la Fondation Deixalles pour le compte du Conseil Insulaire1 se situent près des résidences secondaires de « bas niveau », récupèrent quelque 800000 tonnes/an de déchets de construction, des engins électroménagers et des véhicules abandonnés, et ont un effet négatif sur le paysage et répulsif vis-à-vis du tourisme.

77Les seules décharges contrôlées autorisées se situent à Calvià, Palma, sur l’île de Formentera, et à Minorque, avec compactage : elles recevraient 135000 tonnes chaque année.

78Le Plan directeur envisage une décharge à Ibiza, un compostage et une décharge de produits ultimes qui remplacera la décharge brute de 1993 à Minorque. Il s’inscrit dans la volonté du gouvernement espagnol de réaliser, pour 2006, un plan national pour les déchets urbains, dont plus de 2 milliards d’euros serviront pour :

79– fermer les 3700 décharges illégales (coût : 550000 euros) ;

80– créer de nouvelles décharges aux normes (540000 euros) ;

81– développer la récupération et le recyclage (270000 euros) ;

82– récupérer les bouteilles et les autres emballages (580000 euros) ;

83– des actions de prévention et de sensibilisation (150000 euros).

84La part du tonnage collecté – cendres et mâchefers compris – qui finit en décharge, soit 60 % en 1999 (360000 tonnes), devra alors être réduite.

Conclusion : le stade du rejet sera-t-il bientôt atteint ?

85La sensibilité de la population majorquine nous semble être arrivée au troisième stade, celui de l’irritation, plus ou moins exacerbée, de la courbe de Doxey, ci-dessous, qui lie l’accroissement du nombre de touristes à la perception de la population autochtone.

Figure 5 - Graphique

Figure 5 - Graphique

La sensibilité de la population majorquine arrivée au stade de l'irritation.

Réalisation de l'auteur.

86Ainsi, dans le vieux quartier commerçant de Palma, il n’est pas rare de voir, étendus aux fenêtres, des draps portant des inscriptions réclamant le silence et la fermeture le soir des bars et discothèques, qui s’affrontent à d’autres calicots qui veulent conserver, sous peine de dépérir, une vie nocturne. Elle est renforcée par la prise de conscience d’une forte dépendance extérieure : si Minorque assure encore ses propres besoins alimentaires, Majorque n’en produit que 20 % et dépend, pour le reste, du trafic maritime.

87Les personnes rencontrées dans les instances administratives et les collectivités locales, les techniciens, les militants associatifs environnementalistes ou les simples habitants, tiennent ce même discours homogène : « il faut arrêter, ou du moins limiter l’accroissement du nombre de touristes dans les Baléares ».

88Les moyens mis en œuvre par le gouvernement autonome, qui consistent principalement à bloquer le développement de l’équipement hôtelier, peuvent paraître insuffisants et risquent d’être contournés par les promoteurs immobiliers (la construction de logements loués ou vendus en temps partagé pourrait ainsi se développer). Il serait plus efficace de limiter l’afflux touristique au principal point d’entrée : l’aéroport. Or, celui-ci continue à s’agrandir et pourra bientôt, avec les futurs avions de grande capacité, apporter un flot touristique bien supérieur. Il est d’ailleurs étonnant que le souhait d’interdire à nouveau le trafic de nuit – solution appréciée par les riverains – ne soit même pas évoqué par les écologistes !

Figure 6. Cartes

Figure 6. Cartes

Problèmes environnementaux liés à l'eau et aux déchets.

Réalisation de l'auteur.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Avec un apport financier de 300000 euros, il a lancé, avec la Fondation, une campagne de 3 mois, fin 2000, pour supprimer ces dépôts, sensibiliser la population et recycler le plus possible.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Besoins et ressources en eau.
Crédits Source : d'après le Plan Directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie des Baléares, 2000. Graphique réalisé par l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2. Graphique
Légende Répartition de la consommation en eau en 1999.
Crédits Source : d'après le Plan Directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie des Baléares, 2000. Graphique réalisé par l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3 - Croquis
Légende La réduction par voie d’incinération.
Crédits Graphique réalisé par l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 5 - Graphique
Légende La sensibilité de la population majorquine arrivée au stade de l'irritation.
Crédits Réalisation de l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 6. Cartes
Légende Problèmes environnementaux liés à l'eau et aux déchets.
Crédits Réalisation de l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/140/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Reynaud, « Surexploitation des ressources et dégradation de l’environnement face à la croissance touristique des Baléares ? », Rives nord-méditerranéennes, 12 | 2002, 119-135.

Référence électronique

Jean Reynaud, « Surexploitation des ressources et dégradation de l’environnement face à la croissance touristique des Baléares ? », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 12 | 2002, mis en ligne le 28 janvier 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/140 ; DOI : 10.4000/rives.140

Haut de page

Auteur

Jean Reynaud

En 2002, Jean Reynaud est doctorant en géographie à l’UMR TELEMME. Son directeur est Gérard Richez.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals