Navigation – Plan du site
2005

Les territoires touristiques mapuche (Chili)

Un développement local entre spécificité et universalité
Mapuche touristic territories in Chile. Local development between the specific and the universal
Aurélie Volle

Résumés

L'étude des initiatives touristiques mapuche et de leur territoire au Chili permet une réflexion sur le développement local et sur ces enjeux fondamentaux. Malgré des spécificités évidentes dues à la profondeur des inégalités socio-spatiales en Amérique Latine et à la résistance d'une culture autochtone à l'homogénéisation, ces expériences amérindiennes concrètes soulignent, à l'heure des débats sur la pertinence même du concept de développement quelques composantes incontournables : savoirs et formation, espace de pouvoir local, réseaux solidaires, mobilisation territoriale, responsabilité collective,  et quelques mécanismes essentiels des processus de développement local qui ont une portée universelle.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Occident

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Les Mapuche, qui habitent le centre sud chilien entre la ville de Concepción et l’île de Chiloé (Cf. carte n°1) ont développé dans leurs communautés rurales plus de quatre-vingts initiatives touristiques individuelles ou collectives réparties en dix secteurs géographiques identifiés comme Secteurs Mapuche de Développement Touristique (SMDT) (Cf. carte n°2). Ce sont des micro-réalisations d’hébergement : campings, locations de chalets, auberges, hébergements chez l’habitant, agrémentées d’activités de loisirs (restauration, promenades en barques, circuits équestres, animations culturelles, visites de maisons traditionnelles, vente d’artisanat, piscines thermales, etc.). Le tourisme y est essentiellement chilien et régional.

2Il ne s’agit pas ici d’étudier les conséquences de l’introduction du tourisme dans la société mapuche comme logique exogène mais comment une population locale prend en main son développement, comment ces initiatives touristiques participent d’une dynamique de développement local. Ce dernier étant entendu comme un processus intégral qui vise à améliorer les conditions de vie des habitants à partir de l’échelle locale, au plus près de leurs préoccupations ; un processus collectif qui émane de la prise de conscience d’un problème demandant un changement et s’appuie sur un partenariat viable et auto-soutenable, se déroulant dans le temps.

3L’étude du tourisme en terre mapuche1 souligne quatre aspects principaux : le tourisme est révélateur de la situation d’un territoire, il est innovation et en même temps continuité historique renouvelant la problématique de l’impact du tourisme sur les sociétés d’accueil, il a une portée géostratégique et politique et non exclusivement économique et enfin, il éclaire le concept même de développement local. Nous étayerons ce dernier aspect par un regard croisé : du développement local venu des pays industriels aux initiatives mapuche qui prennent racine dans un continent où pèsent des inégalités socio-spatiales fortes mais aussi de puissants mouvements socio-territoriaux2 transformant les conditions du développement local et donc sa physionomie, sans pour autant opérer une rupture conceptuelle. Les territoires touristiques mapuche permettent plutôt de rappeler les engagements fondamentaux du développement local.

Choisir le tourisme : combattre la pauvreté et résister au développement ?

Des territoires touristiques aux marges géographiques, sociales et économiques du Chili

4Les initiatives  touristiques mapuche se trouvent sur le territoire de onze communes appartenant à trois régions administratives différentes dans des espaces divers du littoral aux Andes. Beaucoup se situent dans les parages de lacs et de volcans. La plaine centrale où pourtant se concentrent un grand nombre de communautés mapuche autour de la ville de Temuco est presque absente du développement touristique mapuche. Cette tendance suit celle du développement régional qui connaît un « vide touristique » en son centre, si ce n’est le rôle que joue Temuco comme distributeur de flux vers la périphérie plus attractive, les touristes préférant les paysages « sauvages » du littoral non urbanisé ou de la précordillère des lacs ou encore les forêts d’altitude. La plaine à bocages de la vallée centrale semble trop humanisée pour plaire…

5Les régions rurales concernées sont pauvres (cf. cartes n°3 à 5). En 2000, les taux de pauvreté oscillent entre 30 et 60% des populations communales. On peut observer une assez forte corrélation entre les taux élevés de pauvreté et la présence de populations mapuche. C’est particulièrement vrai pour les communes de Puerto Saavedra, mais aussi de Carahue, Galvarino, Teodoro Schmidt. Les Initiatives Touristiques Mapuche (ITM) naissent essentiellement dans les communes où la population mapuche est importante. La plupart des communes où existent des ITM sont donc aussi des communes dont la population est pauvre. L’observation des projets de développement touristique mapuche renforcent cette constante. Le tourisme en terre mapuche est bien conçu comme outil de développement pour faire face aux difficultés socio-économiques locales. Il se révèle aussi comme un phénomène économique réparti sur l’ensemble du territoire mapuche, non isolé, et se diffusant progressivement, exprimant une situation précaire généralisée.

Territoire mapuche, territoire national et globalisation 

6Malgré une tendance à la monopolisation de l’activité touristique par de grands groupes économiques et de la pratique par les habitants des pays industriels, des populations locales adoptent progressivement le tourisme comme une activité complémentaire. En Amérique Latine, les Amérindiens conscients de la valeur de leur patrimoine naturel et culturel et du goût de plus en plus prononcé du monde urbain pour celui-ci, ont su développer des initiatives qui, en outre, répondent globalement au souci d’un développement durable.

7Cette dynamique cherche à pallier des agricultures de subsistance de plus en plus difficiles à soutenir dans le contexte actuel des pays latino-américains, et donc à procurer de nouvelles sources de revenus sur le territoire. Mais le tourisme apparaît également comme un défi culturel et politique, révélant des enjeux fondamentaux comme la reproduction d’une culture particulière dans un monde globalisé ou  le droit au territoire et au développement comme processus intégral, à la fois économique, social et géostratégique.

8Au Chili, le développement poursuit sa vocation d’intégration nationale. Les aides destinées aux Mapuche sont nombreuses pour qu’ils « rattrapent » le monde chilien et donc l’imitent. Le tout est de savoir si telles sont leurs intentions, d’observer comment ils en bénéficient sans que l’intégration souhaitée par l’Etat ne se réalise vraiment. La tension entre l’Etat et les communautés mapuche persiste malgré la politique indigéniste d’autant plus que la logique descendante du développement est dominante. Dans ce contexte, les Initiatives Touristiques Mapuche (ITM) doivent s’introduire dans les interstices d’un système qui leur est à la fois favorable et contraire sans y perdre leur âme. Les Mapuche entretiennent avec le territoire national des relations marquées par les distances par rapport aux centres de décisions, distances géographiques mais aussi économiques, sociales et culturelles qui font que les SMDT ne constituent pas, malgré les efforts gouvernementaux, des espaces d’intégration nationale où la société mapuche se fondrait et n’aurait d’autres aspirations que de vaincre la pauvreté, mais contribuent, au contraire, à réaffirmer une territorialité mapuche propre. Le tourisme travaille sur des images, sur celles de la nature et de l’identité des Hommes. En ce sens, pour les Mapuche, il accentue le bien-fondé de leur revendication culturelle et politique car le touriste en rémunérant l’accueil qui lui est fait et en communiquant son intérêt pour la culture indienne participe à élever leur « auto-estime3 ». Le tourisme n’apparaît donc pas comme une fin en soi, une activité purement économique, il répond, dans la plupart des cas, à des stratégies qui visent des objectifs politiques et socioculturels.

9Ce tourisme constitue ainsi un défi de développement local qui tente de rompre avec les logiques dominantes du développement en favorisant une plus grande justice sociale entre les habitants, et spatiale entre des zones de richesses et des zones marginalisées.

Pour un « autre développement »

10A. Cunha4 avait déjà énoncé les principes conceptuels et éthiques pour un « autre développement » : l’équité territoriale (les mêmes chances de satisfaire partout les besoins fondamentaux), l’équité sociale (assurer les besoins des plus pauvres), le principe de la croissance endogène (développer les ressources locales face à un développement par le haut), le principe écologique (préserver les écosystèmes et la reproduction des ressources locales) et de l’autonomie territoriale (faire face à la centralisation des pouvoirs pour assurer la poursuite des principes précédents et respecter le droit à la diversité et les différentes territorialités). Ces principes représentent toujours des enjeux centraux du développement local. Si l’endogénéité et l’autonomie ont eu tendance à être écartés comme concept parce qu’ils évoquaient, au temps des réseaux, une trop grande fermeture, c’est qu’il fallait apporter des précisions. J. Ki-Zerbo5 montre bien que l’endogénéité n’est pas synonyme d’autarcie : « L’endogène existe parce qu’il est synonyme de la vie. Il n’y a pas de société saine, sans métabolisme interne intégré, sans processus auto-générés et autopropulsés ; de même qu’il n’y a pas d’organisme sans échange avec l’extérieur. Tous les systèmes vivants sont ouverts et non autarciques ». Quand la démarche part des acteurs territoriaux, elle est endogène ; il en est de même si elle est conçue et menée de façon autonome, ce qui ne l’empêche point de tisser quantité de réseaux avec l’extérieur, de puiser maintes idées ailleurs et de travailler en partenariat. Le débat ne doit pas opposer endogénéité et autonomie contre partenariat et réseaux, car l’enjeu ne se situe pas là, mais dans la maîtrise de la médiation entre l’intérieur et l’extérieur. La question concerne donc le pouvoir.

Développement local, savoir  et pouvoir de décision

11L’émergence d’espaces de pouvoir local passe par des processus d’éducation populaire qui n’ont d’autres objectifs qu’amener les acteurs locaux à un niveau de connaissance suffisant pour qu’émerge une capacité collective de gestion du territoire.

12J.-A. Sequeiro Carvalho6 identifie effectivement les deux niveaux où la formation fait défaut dans le développement local : parmi la population locale mais également au niveau des responsables d’opérations de développement. En terre mapuche, si la culture générale peut être faible, il peut, en revanche, exister une culture de la négociation importante, une culture issue des expériences vécues. Dans le secteur de Lonquimay, les Pewenche de l’auberge de Folil Pewenche  sont aussi ceux qui ont réussi, en 1992, à faire déclarer l’araucaria (arbre sacré), monument national chilien ce qui a abouti à l’interdiction d’exploiter son bois et au départ des entreprises forestières qui avaient dévasté les terres ancestrales de Quinquen. La formation peut prendre des formes très différentes. Elle peut être le fruit d’échanges entre plusieurs réseaux horizontaux ou de parcours divers individuels et / ou collectifs. Le savoir comprend tous les acquis et l’expérience d’une population quelle que soit l’origine de ces connaissances : savoir-faire traditionnels, expériences particulières, études, etc. Les stratégies choisies se basent à la fois sur ce savoir, sur des ressources et des valeurs, lesquelles sont intégrées dans une culture spécifique. Aussi, l’émergence d’espaces de pouvoir local est-elle un processus culturel avant de devenir politique.

13Les déficits de formation parmi les acteurs de terrain sont souvent palliés par le recrutement de techniciens externes. Mais il existe toujours le risque, étant donné les pratiques clientélistes, que la personne soit choisie selon des critères qui ne soient pas ceux de ses compétences. De plus, la distance culturelle et sociale entre les acteurs institutionnels et les techniciens d’une part, et les populations locales d’autre part, constitue généralement un fossé qui gêne la compréhension mutuelle et empêche que ces dernières puissent contrôler l’action des premiers. En règle générale, les connaissances sur les processus complexes de développement local sont absentes. Aussi, diagnostics, connaissances du milieu, évaluations et suivis sont-ils très irréguliers et effectués selon des critères aléatoires. Si la démarche territoriale plutôt que sectorielle est de plus en plus adoptée, chaque institution « jalouse de ses projets » lance souvent la sienne sur le même territoire, ce qui a pour conséquences des pertes d’énergies, une multiplication des intervenants et donc, un affaiblissement de la capacité de mobilisation sur un projet. Cette situation n’est d’ailleurs pas sans rappeler les effets de la société de consommation instaurée en projet de vie par la dictature7. Le développement et par extension la pauvreté est devenue au Chili un enjeu de consommation pour des institutions qui se battent pour « s’attribuer leurs pauvres à développer ».

14Effectivement tout développement correspond à un choix politique et soulève la question du pouvoir local. Pour y répondre, les acteurs  mapuche, soit effectuent des alliances avec les acteurs institutionnels en place (Liquiñe), soit choisissent de présenter aux élections leurs propres candidats. Ils ont élu depuis 1996 quatre maires issus de leur communauté (Lac Lleu-Lleu, Lagune Budi). Soit, au contraire, ils créent des espaces de résistance à l’intervention de l’Etat (Lonquimay, Maicolpi). Souvent ils combinent diverses stratégies (Kolong Ruka, Alto Bío-Bío).

15Le Mexicain G. Bonfil Batalla8 a précisé les fonctionnements dynamiques du développement. Pour lui, le fait de recourir à ces différentes ressources internes et externes n’a jamais signifié, en soi, une acculturation ou une perte de l’autonomie, ni à l’inverse, un enfermement. L’élément décisif n’est pas la provenance de la ressource qu’elle soit matérielle ou intellectuelle, mais l’appartenance de la décision. Il y a développement local quand une société dispose soit de ressources propres sur lesquelles elle a les pleins pouvoirs de décider, ou à défaut lorsque les ressources ne lui appartiennent pas directement et donc quand elle se les procure ailleurs, mais quand elle conserve la capacité de décision sur ces ressources, la libre détermination sur ce qu’elle souhaite en faire.

Le développement local en Amérique Latine : dualités spatiales, mouvements socio-territoriaux et responsabilité collective du développement

16Le poids des inégalités socio-spatiales et l’expérience des organisations populaires à base territoriale caractérisent fortement les dynamiques latino-américaines : les unes agissant comme freins au développement local, les autres comme ressorts. Entre ces deux tendances se pose la question de la responsabilité collective du développement.

Poids des inégalités socio-spatiales : espaces et sociétés duales.

17Les contextes socio-économiques posent une différence évidente en comparaison des réalités européennes, en terme de taux de pauvreté, d’éducation, de sous-emplois, de dette extérieure ; mais aussi par l’étendue de la corruption et la visibilité des réseaux mafieux, par la présence de très grandes mégalopoles et d’un fossé entre villes et campagnes, ainsi que d’importants problèmes écologiques de déboisement et de pollutions urbaines et industrielles. Les territoires sont donc partagés entre espaces de richesse et de pauvreté, espaces légaux et illégaux, voire espaces de droit et de non-droit, espaces de cultures différentes, scindés entre espaces préservés et pollués. Les classes sociales sont cloisonnées tout comme l’espace que chacune a investi.

18Le développement local en Amérique Latine est donc balisé par des conditions particulièrement difficiles Cependant il peut compter sur une capacité d’initiative ancienne de la part des populations locales habituées à gérer une « crise chronique » et possédant une longue tradition d’organisation en particulier sur le mode territorial.

Mobilisation territoriale, réseaux solidaires et jeux d’échelles amérindiens

19Les « organisations à base territoriale », émanent de la société civile qui se mobilise sur un espace déterminé, un quartier, une région et qui le spécifie dans ses revendications que celles-ci portent sur leur cadre de vie ou leurs droits sur  ce territoire.

20Les organisations amérindiennes qui participèrent aux luttes nationales pour la terre au travers des mouvements populaires, dans les années 1960/1980, ont désormais appris à compter sur leurs propres forces sans pour autant se couper du monde. Au contraire, elles se sont à la fois recentrées sur les communautés locales et ouvertes à des relations supranationales de solidarité, négligeant parfois l’échelon national marqué par des relations décevantes. Ces réseaux opèrent donc à plusieurs niveaux ; d’une part, entre les communautés rurales et les villes au travers des membres des familles qui ont migré -presque la moitié de la population mapuche vit désormais dans les grandes agglomérations chiliennes- ; d'autre part, le terme de réseau est associé aux rapports existant entre les communautés amérindiennes et des instances internationales telles que les Nations Unies, les Organisations Non Gouvernementales ou même avec certaines instances gouvernementales d’autres Etats. La notion de réseau concerne encore les liens créés entre organisations autochtones de différents pays, les canaux de commercialisation de certains produits et les liens entre les communautés et d’autres secteurs de la société dite dominante.

21L’Amérique Latine a connu des Etats très protectionnistes qui répondaient aux théories du développement autocentré. Puis, elle est passée à l’ère de la globalisation sans entrave aucune de la part des Etats. Or, si le développement local s’affirme comme processus collectif et responsable, l’Etat doit y participer. La redistribution des richesses et la construction d’une responsabilité collective deviennent une condition pour que mobilisations territoriales et réseaux puissent créer des synergies porteuses de développement.

Chemin faisant entre désengagement de l’Etat et engagement des citoyens

22Mais le développement local est aussi un enjeu pour les tenants du néolibéralisme économique car ceux-ci estiment que les politiques préconisées par la Commission Economique Pour L’Amérique Latine (CEPAL), dans les années 1960, ont favorisé, par les mesures protectionnistes, la concentration des richesses sur les seules régions en contact avec le capital étranger et les échanges de biens et services, soit au Chili, autour de la capitale et des deux ports principaux, Valparaiso et Concepción. Ainsi, le développement local est vu, actuellement, comme une opportunité de libre échange avec l’extérieur permettant une meilleure répartition des investissements sur le territoire. Cette vision est donc fondée sur les avantages comparatifs des régions et sur la libre concurrence entre elles et, naturellement, sur le retrait de l’Etat. En conséquence, le local a ici pour allié le global contre le pouvoir central. Des politiques de décentralisation sont encouragées dans cette optique9.

23On aperçoit la possibilité d’une synergie avec les revendications amérindiennes qui pour d’autres raisons, souligné antérieurement, opèrent un jeu d’échelle similaire. Les initiatives mapuche doivent donc redoubler d’ingéniosité pour échapper aux logiques dominantes. Dans ce type de contexte, il est difficile de penser les partenariats entre acteurs institutionnels et populaires. La responsabilité collective du développement est peu abordée, l’Etat de droit étant plus souvent invoqué que les devoirs de l’Etat.

24Par ailleurs, J.-A Sequeira de Carvalho rappelle « qu’il y a peu de culture administrative en matière de développement local dans les pays en développement 10”. Cette réalité se traduit par des politiques visant à assurer la prise en charge des régions les plus pauvres, par des programmes descendants qui se situent dans une logique d’assistanat contraire aux principes du développement local. La situation mapuche n'échappe pas à ces réalités11.

25Des changements structurels apparaissent donc également indispensables pour que les dynamiques de développement local puissent progresser. Il s’agit à la fois de soutenir les initiatives locales sans pour autant les coopter et s’y substituer.

Retour sur les territoires touristiques mapuche : analyse d’un processus de développement local

La ressource dynamique

26La ressource dynamique permet de penser la transformation du potentiel d’un territoire en processus de développement local. En terre mapuche, nous avons donc tenté d’identifier les capacités des acteurs à mettre en œuvre cette dynamique et à valoriser la ressource territoriale12. Elle se traduit par la capacité d’expression des problèmes, la présence de réseaux, de moyens d’action, par une démarche organisée, par l'importance accordée à la formation et à la communication.

27En fonction des études de terrain effectuées, on peut souligner quatre aspects marquants : la dépendance tend à réduire la ressource dynamique (Alto Bío-Bío) ; l’histoire sociale et politique en transforme les ressorts (Liquiñe) ; elle est d’autant plus importante que ressources humaines et financières propres sont complémentaires (Lac Lleu-Lleu, Lonquimay) ; la ressource dynamique du développement local ne dépend jamais uniquement des ressources financières (Pucon).

28La ressource dynamique dépend aussi du contexte économique régional. La crise économique est exprimée comme point de départ du processus de développement local, naturellement dans les régions les plus défavorisées. Mais dans d’autres secteurs comme Pucon, Liquiñe ou Maicolpi, les Mapuche disposent de situations économiques relativement confortables parce que la région d’insertion est plus riche.

29Le dynamisme est aussi proportionnel au niveau de conscience identitaire. Il définit généralement la prise de conscience collective et la formulation d’un projet de développement local qui va au-delà du tourisme stricto sensus, et produit alors des leaders locaux. Elle dépend également du degré d’intervention des agents extérieurs (Etat et ONG). Les réactions divergent à leur égard. Plus leur présence est ancienne, plus les acteurs mapuche ont tendance à s’en méfier et à s’en défendre, plus elle est récente et liée au projet touristique, plus les acteurs tendent à en dépendre et à être objet d’assistanat.

30La ressource dynamique dépend encore de l’histoire locale. Elle influence les stratégies élaborées. Plus la communauté a une tradition de résistance et de lutte pour la défense de son territoire, plus la créativité en vue du développement local et la capacité à capter des ressources financières est développée, plus la logique interne est affirmée face à la logique extérieure, donc plus les rapports de force sont importants. Réciproquement, une histoire locale faite d’échec a tendance à réduire les capacités d’agir.

31Enfin, elle dépend des niveaux d’éducation dans la culture dominante et de la pertinence des partenaires. Information, formation et communication sont d’autant plus faciles que les acteurs sont outillés. Les partenariats sont rares en terre mapuche, car les relations tissées le sont que rarement sur un pied d’égalité. Il ne suffit pas d’entrer en relation avec l’Etat ou les ONG, encore faut-il qu’il existe une vision commune, une négociation possible sur un pied d’égalité.

La maturité des processus

32Les processus de développement touristique mapuche connaissent des degrés de maturité différents, observables à l’effervescence sociale, à la formation d’espaces de pouvoir local, à la vitalité du tissu économique, à l’amélioration des conditions de vie, au dépassement des clivages internes, à la limitation des risques macro-économiques, à l’essaimage de l’expérience, à la pérennité des animations, à l’apparition d’une nouvelle culture politique et à la réversibilité ou non du processus. Des plus faibles (Alto Bío-Bío, Pucon et Kolong Ruka) aux plus satisfaisants (Lleu-Lleu et Lonquimay), pour un même SMDT la maturité des processus demeure généralement inférieure à la ressource dynamique. Un processus de développement local est toujours en devenir, mais il est plus ou moins achevé si des effets positifs sur les plans économiques, sociaux, politiques peuvent être observés et si une certaine irréversibilité est annoncée par l’arrivée de nouvelles activités, par l’ancienneté des initiatives et lorsque le processus en cours devient un modèle de développement pour lui-même. C’est le principe de développement endogène, de l’auto-développement et donc de la génération d’un développement durable car auto-soutenable. Un certain degré de maturité est atteint lorsque les acteurs sont fiers de leurs réalisations et des résultats et reconnaissent la pluridimensionnalité des bénéfices engendrés face à un modèle de développement dominant et marginalisant.

Le dépassement des obstacles

33Une moitié des Secteurs Mapuche de Développement Touristique (SMDT) ne parvient pas à dépasser les obstacles identifiés : recours à la participation comme manipulation de la part des agents externes, désintégration des solidarités, désengagement de l’Etat, dualités socio-spatiales du monde rural.

34Ces obstacles se traduisent essentiellement par les migrations vers les centres urbains, l’isolement géographique, la pauvreté ou les problèmes liés aux pratiques des gouvernements (clientélisme, désengagement, etc.). Les meilleurs résultats sont attribués à l’Alto Bío-Bío, We Che ruka, Pucon et Kolong Ruka, soit à des secteurs qui n’ont pas forcément une bonne ressource dynamique. Les résultats les plus faibles correspondent au lac Lleu-Lleu, à la lagune Budi, Liquiñe et Maicolpi qui sont, de manière globale, des secteurs disposant d’une bonne ressource dynamique, mais les difficultés socio-spatiales y sont plus nombreuses (4 à 5/7 identifiés) et certains secteurs comme ceux du lac Lleu-Lleu et de Liquiñe connaissent davantage de conflits avec l’Etat ou une concurrence interne.

35En fait, on observe que, plus un processus de développement local est avancé, plus les situations se complexifient et donc, il est logique de trouver, pour les secteurs les mieux évalués, des obstacles importants. En même temps, plus les obstacles sont nombreux, plus les acteurs sont enclins à les dépasser et à augmenter leur dynamisme.

36Dans les processus de développement local des Pays du Sud, les obstacles liés aux inégalités socio-spatiales demeurent très importants. Trois éléments apparaissent déterminants : la mémoire d’une histoire défavorable déjà évoquée antérieurement, c’est le cas de la lagune Budi où la population a une perception négative d’elle-même en raison d’un isolement prolongé ou encore de Liquiñe après la répression du régime militaire ; la dégradation de l’environnement (lac Lleu-Lleu) et la faiblesse de la formation.

37Par contre, l’exode rural, l’isolement géographique, la pauvreté même, bien que constituant des freins au développement local apparaissent moins contraignants. Ils constituent des réalités concrètes mais qui n’affectent pas, comme les éléments précédents, autant les représentations des acteurs. Ils engagent moins de dommages sur l’intellect, sur la créativité ou l’estime de soi individuelle et collective.

38Ainsi, l’avènement d’un véritable développement local ne peut-il que passer par des transformations socio-économiques et politiques globales -car c’est ce que signifie réduire les inégalités socio-spatiales- d’où sa dimension forcément très politique. Le tourisme en terre mapuche parle de développement local, mais avant tout, des transformations sociales qui en sont la condition.

39Un point commun à tous les SMDT est l’absence de partenariat véritable avec les institutions publiques. Ce second point marque une différence importante avec la réalité européenne à laquelle on peut trouver plusieurs explications : la volonté d’autonomie des Mapuche, leur méfiance envers l’Etat, l’incapacité des pouvoirs publics à produire des relations équitables qui dépassent la cooptation ou le clientélisme.

Conclusion : du développement local ici et là-bas

40 Le tourisme en terre mapuche sera un outil de développement local tant qu’il restera sous contrôle culturel mapuche. L’idée centrale de ce développement local repose sur cette constance des savoirs culturels enrichis, consolidant la société propre, sans se couper de la société globale, mais en y opérant un greffage à son avantage. Cette image n’est-elle qu’un mirage ? Certes non, puisque l’histoire mapuche13 a montré que cette logique avait déjà été à l’œuvre et certaines initiatives touristiques s’en approchent beaucoup. Cependant, il est vrai que si l’aspiration existe, les ressorts culturels nécessaires ont parfois partiellement disparu et la formation fait souvent cruellement défaut.

41Le développement local est né dans les pays du Nord dans le contexte de sociétés à économie de marché, pour corriger les déséquilibres produits par ce système. Progressivement, il s’y est affirmé comme nouveau principe en s’institutionnalisant. De nouveaux rapports entre le local et le global se sont instaurés. Mais ces nouveaux principes ne vont pas de soi car toute dynamique de développement met en jeu des intérêts divers qui peuvent donner lieu à de multiples orientations et pratiques. Si le développement local est entendu comme enjeu démocratique et donc comme participation des citoyens aux pouvoirs de décision, il ne peut apparaître que comme concomitant à la création d’espaces toujours plus étendus de pouvoir local.

42En Amérique Latine, les processus de développement local sont portés par des populations locales qui réclament « un droit à l’espace », par la prégnance de mouvements socio-territoriaux nés pour combattre des inégalités socio-spatiales beaucoup plus importantes que celles existant en Europe et que les politiques gouvernementales, seules, ne savent réduire. L’étude de la dynamique des acteurs touristiques mapuche donne la possibilité d’observer, dans la pratique, à la fois comment les grandes tendances universelles opèrent et, comment les spécificités locales liées à une société minoritaire culturellement différente se manifestent. Le développement local mapuche se caractérise par un ensemble de facteurs qui le définissent comme réellement pluridimensionnel. Certains SMDT connaissent un véritable processus de développement local tandis que d’autres, inachevés, pas assez ancrés dans le territoire, ont peu de retombées locales, d’autres encore disposent d’un statut incertain. Les incertitudes sont essentiellement liées à la ressource dynamique car c’est elle qui fait et défait l’avenir des territoires et sait ou non utiliser ses potentiels. L’estime de soi et les éléments culturels sont alors les ressorts des dynamiques. Mais, elles dépendent aussi des contextes globaux car si le développement local est responsabilité collective, il incombe aux Mapuche d’exercer leur » droit à l’espace » et à la société chilienne, dont ils font partie, de permettre un partage de l’espace de pouvoir local.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 L’étude a été réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat en géographie intitulée : Tourisme et développement local en terre mapuche : une approche culturelle des territoires, 2003, sous la dir. de G. Richez, Université de Provence, 585 p.
2 Mouvement socio-territorial, l’expression est empruntée à Jean-Yves MARTIN dans Les Sans-Terre du Brésil. Géographie d’un mouvement socio-territorial, Paris : L’Harmattan, 2001, 172 p.
3 Paolo FREIRE, Pédagogie des opprimés. Paris : Maspéro, 1974, 154 p., utilise le concept de “ auto-estima ”, l’estime de soi.
4 Alain CUNHA, “ Systèmes et territoire : valeurs, concepts et indicateurs pour un autre développement ”, L’espace géographique, Paris, 1988, n°3, pp.181-198
5 Joseph KI-ZERBO, (dir.), La natte des autres : pour un développement endogène en Afrique, Dakar, Ed. CODESRIA 1992, p.1
6 José Antonio de SEQUEIRA CARVALHO, La dynamisation des initiatives locales. Une force synergique de développement, Paris : L’Harmattan, 1997, 135 p.
7 Tomas MOULIAN, Chile actual: anatomía de un mito, Santiago de Chile: ARCIS/LOM, 1998 (1ère ed. 1997), 386 p.
8 Guillermo BONFIL BATALLA, México Profundo, una civilización negada. México : SEP/CIESAS, 1987,  250 p.
9 Hélène RIVIERE D’ARC, “ La décentralisation de l’Etat ”,  Réinventer la démocratie, le défi latino-américain Paris : Presse Nationale de la Fondation des Sciences Politiques, 1992, pp. 297-312.
10 op. cit.,1997, p.44
11 Alejandro SAAVEDRA PELAEZ, Los Mapuche en la sociedad chilena actual: LOM/ Universidad Austral de Chile,  2002, p.69.
12 La ressource territoriale mapuche a fait l’objet d’une communication au colloque organisé pour les 10 ans du CERMOSEM, Pradel, Ardèche sur “ la notion de ressource territoriale ” les 14 et 15 octobre 2004. Aussi n’est-elle pas détaillée ici.
13 Guillaume BOCCARA, Guerre et ethnogénèse mapuche dans le Chili colonial. L’invention de soi. Paris : L’Harmattan, 1998, 390 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Volle, « Les territoires touristiques mapuche (Chili) », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 01 août 2008, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/1593

Haut de page

Auteur

Aurélie Volle

Aurélie Volle enseigne à l’IUT de l’Université de Provence (site de DIGNE LES BAINS). Elle est aussi chercheur associée à l’UMR TELEMME, MMSH, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals