Navigation – Plan du site

27 | 2007
Moyens, supports et usages de l'information marchande à l'époque moderne

Sous la direction de Gilbert Buti et Wolfgang Kaiser

La production et les usages de l’information constituent un sujet majeur des débats actuels au sein des sciences économiques et sociales, y compris en histoire. Les transformations profondes que vivent nos sociétés, caractérisées en apparence par une croissance exponentielle d’informations, ont ressuscité de vieilles questions ou apories : la faillite du marché dans un contexte d’hyper-information, la prospérité d’économies d’interstices articulées avec les autres secteurs dans les sociétés avancées. Confronter des expériences de recherches concrètes avec les approches théoriques concurrentes a été l’objectif d’une journée d’études consacrée aux « moyens, supports et usages de l’information marchande ». À travers cette thématique, ces études abordent l’analyse de la gestion du temps, la prise de décision des acteurs du commerce méditerranéen dans un contexte de rumeurs permanentes et d’accès limité à l’information. Dans l’économie d’Ancien Régime, définie comme « un monde de l’incertitude », l’information qui est au cœur d’ambitions individuelles et de stratégies collectives, est une « marchandise » qui a un coût ; si celui-ci est délicat à mesurer, force est de reconnaître qu’il commande certaines organisations commerciale et financière. La correspondance – active et passive – reste dans une large mesure l’âme du commerce et sa maîtrise constitue un enjeu majeur. Les réseaux des correspondants permettent de contracter l’espace et le temps. Le contrôle de l’information, en temps ordinaire ou en période exceptionnelle (séisme), et sa sécurisation dépendent de l’accès aux circuits de transport. Se croisent ainsi les questions de la circulation de l’information, de sa vitesse – le long des rivages comme à l’intérieur des terres –, des canaux institutionnels et informels, des réseaux officiels et clandestins.

  • OpenEdition Journals