Navigation – Plan du site
2006

Habitat social et patronat

Le Comité Interprofessionnel du Logement des Bouches-du-Rhône (1949-1970)
Eléonore MARANTZ-JAEN
p. 115-136

Résumés

Le Comité Interprofessionnel du Logement des Bouches-du-Rhône est créé en 1949 sur le modèle de celui de Roubaix-Tourcoing lorsque quelques employeurs décident de mettre en place un système d’épargne collective visant à améliorer les conditions de logement de leurs salariés. L’action du CIL, balbutiante à ses débuts, est catalysée par l’institutionnalisation du 1% logement qui, en 1953, rend obligatoire la contribution patronale à l’effort de construction. Le bilan des deux premières décennies d’existence de cet organisme (1949-1970) montre comment il s’affirme comme un acteur incontournable du logement social grâce à des réalisations architecturales souvent audacieuses. Il témoigne d’un nouveau mode d’interventionnisme patronal, efficace au regard du nombre de logements construits, et innovant au regard des architectures proposées.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire, habitat, social, ville

Géographie :

Provence

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Déjà endémique entre les deux guerres, la crise du logement devient criante au sortir de la seconde guerre mondiale. Dans les grandes villes françaises, les diverses initiatives publiques et privées ne suffisent pas à résorber le manque de logements.

2Dans ce contexte, la création de Comités Interprofessionnels de Logement (CIL) apparaît comme une initiative positive mais dont la portée n’a pas encore été mesurée par les historiens1. Or, s’intéresser aux CIL c’est avant tout constater qu’à l’aube des années 1950 le patronat investit le champ du logement social d’une manière inédite. Certains estiment que « pour la première fois, la prise en charge du logement social n’est plus le fait des forces socialistes, ni de patrons philanthropes, mais d’un patronat éclairé qui s’écarte des solutions utopistes ou purement pragmatiques »2.

3L’histoire du CIL des Bouches-du-Rhône semble confirmer que cette nouvelle forme d’interventionnisme patronal occupe une place à part dans l’histoire du logement social. L’évocation, forcément partielle3, des vingt premières années d’existence de cet organisme (1949-1970) permet d’en juger.

Le CIL des Bouches-du-Rhône, quelques jalons historiques

Aux origines des CIL

4Le 1% logement est une disposition réglementaire qui oblige les employeurs à participer à l’effort de construction. Il résulte d’une initiative prise par quelques chefs d’entreprises du Nord de la France qui, empreints de catholicisme social, tracent la voie d’un effort collectif du patronat en direction du logement de leurs salariés.

5En juillet 1943, sous l’impulsion d’Albert-Auguste Prouvost, des industriels du textile créent un système d’épargne collective prenant la forme d’une association Loi 1901. Le Comité Interprofessionnel du Logement de Roubaix-Tourcoing, sans but lucratif, est chargé de gérer la contribution des patrons volontaires, contribution fixée à 2% de la masse salariale. Avec cet argent, le CIL réalise « tous programmes de construction jugés nécessaires, par l’intermédiaire d’organismes déjà constitués ou par toutes sociétés immobilières créées spécialement à cette intention. En contrepartie de leurs cotisations, les adhérents se voient accorder un ou des droits à la réservation de logements pour leurs salariés au prorata de leur versement ». L’action du CIL est rapidement reconnue comme salutaire et l’initiative d’Albert Prouvost, privée à l’origine, suscite un effet d’entraînement sur une partie du patronat français puis sur l’Etat. Elle connaît ainsi des avatars régionaux4 avant de s’institutionnaliser.

La création du CIL des Bouches-du-Rhône

6 « Persuadés que la crise du logement, plus encore que les problèmes de salaires, était à la base du malaise social dont toutes les entreprises supportent le contrecoup, un certain nombre d’employeurs groupés dans le cadre de la Société pour la Défense du Commerce et de l’Industrie ont pris l’initiative (…) de créer le CIL des Bouches-du-Rhône. »5

7Le CIL des Bouches-du-Rhône est constitué le 14 janvier 1949 sur le modèle de celui de Tourcoing-Roubaix. Il est une émanation de la Société pour la Défense du Commerce et de l’Industrie – ancêtre de l’Union patronale des Bouches-du-Rhône – alors présidée par Keller qui, dès 1947, avait mis en place une commission chargée de réfléchir au problème du logement. Le CIL élit son premier Président le 18 janvier 1949 en la personne de Jacques Granjon, représentant du Syndicat général des Industries Chimiques. Il restera à la tête du CIL jusqu’au 4 juin 1956. A ses côtés, parmi la liste des administrateurs et des membres actifs, on trouve les grands noms de l’industrie marseillaise ainsi que les représentants des Offices publics HLM, de la Caisse des Allocations familiales et des organismes engagés en faveur du logement social6. Tout au long de son histoire, le CIL fournit une excellente photographie du patronat marseillais7 et si cette dimension mériterait d’être étudiée, il n’en sera pas question ici où l’histoire des réalisations architecturales du CIL va retenir notre attention.

8Lors de l’Assemblée générale constitutive, Keller souligne le travail d’ores et déjà accompli « principalement dans le domaine administratif » avec « des démarches déjà exécutées auprès de la municipalité de la ville de Marseille pour que celle-ci accorde sa garantie aux emprunts qui seront contractés par la Société d’HBM de Marseille pour les programmes financés par le CIL »8. Le Comité s’engage d’abord dans des opérations de petite envergure, finançant des groupes de 30 à 120 habitations. En janvier 1953, au terme de quatre ans d’activité, le bilan du CIL est encore modeste : 66 appartements achevés, 230 en cours de réalisation et 108 sur le point d’être mis en chantier. Le Président Granjon impute alors la situation préoccupante de la trésorerie à la « la lenteur du cheminement administratif »9, lourdeur qui sera balayée avec l’institutionnalisation du 1% logement.

L’institutionnalisation du 1% logement

9L’action pionnière des premiers CIL est consacrée par la loi de 1953 qui rend obligatoire la contribution patronale en faveur du logement. Projeté à l’origine par Eugène-Claudius Petit, première personnalité à accéder à la fonction de Ministre de la reconstruction et de l’urbanisme (septembre 1948-fin de l’année 1952), le 1% logement est finalement mis en œuvre par son successeur, Pierre Courant, qui prend les rênes du Ministère en janvier 1953. Le décret ministériel du 9 août 1953 rend obligatoire la participation des employeurs à l’effort de construction pour toutes les entreprises exerçant une activité industrielle ou commerciale et employant plus de dix salariés10. La volonté du législateur est de laisser au patronat, dans un cadre réglementaire, la responsabilité de la mise en œuvre du résultat de cette collecte. Aussi les cotisants ont le choix entre des investissements directs par le biais de leurs entreprises ou par l’intermédiaire des CIL ou d’autres organismes (organismes HLM, groupements à caractère désintéressé ou de sociétés immobilières dont les statuts prévoient le réinvestissement des bénéfices dans la construction de logements, de Chambres de Commerce, de Fonds de Construction, d’Equipement rural et d’Expansion économique).

10Habilité à collecter le 1% logement dès la promulgation du décret de 1953, le CIL des Bouches-du-Rhône voit son action stimulée. Ses fondateurs, mus par un projet social ambitieux, ont à cœur qu’il ne se transforme pas en un simple instrument collecteur mais qu’il demeure un instigateur d’actions, un lieu de recherches et de réflexions.

Les réalisations architecturales du CIL des Bouches-du-Rhône

Un bilan à la hauteur des ambitions11

11L’institutionnalisation du 1% logement donne une impulsion déterminante à l’action du Comité : en 1954, un bilan fait état de 567 logements édifiés et mis à la disposition des salariés ; en novembre 1959, 2714 logements sont achevés et 2248 en cours de construction. Fin 1965, le contingent a doublé : 5449 logements ont été livrés, 4091 sont en chantier, 1180 sont à l’étude et 2153 prêts ont été consentis aux salariés des entreprises cotisantes. Deux ans plus tard, on dénombre 6596 logements livrés, 2169 en cours de construction, 1309 devant être mis en œuvre l’année suivante et 2415 prêts accordés. Fin 1970, le bilan s’établit à 9117 logements édifiés. Parmi eux il faut distinguer les logements destinés à la location - qu’ils soient propriétés de sociétés immobilières placées sous l’égide du CIL ou des entreprises adhérentes - de ceux réservés à l’accession à la propriété des familles et noter que, contrairement à d’autres acteurs fonciers, le CIL favorise le secteur locatif12. Les logements se répartissent à part à peu près égale entre des programmes immobiliers entièrement financés par le Comité et des programmes mixtes13.

12Ce bilan place le CIL des Bouches-du-Rhône parmi les plus actifs de France14 et témoigne de l’importance de son action dans une ville où l’on construit beaucoup afin de tenter de résorber la pénurie de logements. Au regard des chiffres généralement admis et avec toutes les précautions qu’implique ce type de comparaisons15, la contribution du CIL à la vague de construction qui remodèle la métropole marseillaise n’est pas négligeable. En outre, elle illustre le dynamisme du secteur privé par rapport à la relative inertie des pouvoirs publics en matière de logement social16.

Les modalités des choix architecturaux du CIL

13Il est impossible de déconnecter l’action du CIL du contexte de l’après-guerre, tournant important dans l’histoire de l’architecture du XXe siècle. Le Comité participe indéniablement à l’avènement du logement de masse et à l’érection des grands ensembles de la périphérie marseillaise. Mais derrière ce constat se cache une réalité complexe car, dans son souci de répondre aux mieux aux attentes de ses adhérents, le CIL des Bouches-du-Rhône veille à la qualité et à la diversité de ses réalisations.

14Ainsi, le logement social est prioritaire (95 % environ des logements construits). Tout en restant dans les cadres légaux, les administrateurs y favorisent l’adoption des « normes améliorées ». D’autre part, ils initient quelques ensembles immobiliers à loyers normaux destinés aux cadres. Le premier spécimen - groupe Jean Mermoz, 30 logements situés dans la rue du même nom - est livré en 1953.

15Ensuite, si le grand ensemble est adapté aux opérations de grande envergure, le CIL ne se cantonne pas à cette seule forme architecturale et réalise aussi nombre de résidences de moindre importance. En fait si l’on considère les programmes livrés, en cours de construction ou à l’étude en novembre 1965, il apparaît que seuls six répondent aux critères qui sont généralement admis pour définir ces grands groupes d’habitation17, sept concernent des ensembles de 300 à 499 logements, quinze des opérations de 100 à 299 logements et seize des groupes de moins de 100 logements. D’autre part, les premières tentatives d’habitat individuel ou semi-individuel remontent à 196318.

16La recherche de rentabilité est bien réelle mais ne signifie pas pour autant le sacrifice de la qualité architecturale. Pour la période qui nous intéresse, il est même édifiant de constater à quel point les objectifs socioéconomiques du CIL se doublent d’aspirations humaines et architecturales : il ne s’agit pas seulement de combler un déficit de logements mais d’inventer un nouveau mode d’habitat qui soit en accord avec la société des Trente Glorieuses. Les membres du CIL veillent à ce que le Comité soit un laboratoire du logement social et font pour cela appel à des professionnels aguerris, aux premiers rangs desquels les architectes.

Les architectes du CIL des Bouches-du-Rhône

17Dès la naissance du Comité, les administrateurs s’attachent les services de Jean Rozan (Marseille, 1887-1977), architecte DPLG qui, depuis l’ouverture de son agence en 1920, s’est imposé sur la scène marseillaise et a cumulé diverses fonctions officielles et associatives jusqu’à se voir confiée, en collaboration avec Eugène Chirié (Marseille, 1902-1984), la reconstruction des îlots 10 et 11 du Vieux-Port. Après la guerre, il est l’architecte attitré de la Chambre de Commerce et d’Industrie, ce qui explique sa présence auprès du Président Keller lors de l’Assemblée générale constitutive du CIL le 14 janvier 1949. Son statut d’Architecte-Conseil n’est officialisé qu’en mars 1957 alors qu’il en endosse les responsabilités depuis huit ans19 en étudiant les possibilités techniques des terrains et en participant à la définition des programmes. Jusqu’à sa nomination officielle où est clairement entériné le principe d’incompatibilité entre les fonctions d’Architecte-Conseil et d’Architecte d’Opération, il signe également les plans de quelques groupes d’habitation dont le plus important est celui des Rosiers (723 logements, Marseille 14ème arr., 1957). Jamais Rozan n’a détenu le monopole des commandes mais par contre, dès 1949, il influe directement sur la désignation des architectes.

18Rozan est à la tête du "cadre" informel des architectes du CIL des Bouches-du-Rhône. En fait, l’octroi des chantiers ne se comprend que si l’on considère son réseau professionnel. Ainsi pendant les années 1950, les architectes travaillant pour le compte du CIL sont peu nombreux et appartiennent tous à son entourage proche : André Gallerand, Henri Faure-Ladreyt avec qui Rozan est associé de 1957 à 1967, Eugène Chirié avec qui il collabore à la reconstruction du Vieux-Port. Pendant les décennies suivantes, le cercle s’agrandit aux architectes de la nouvelle génération20 mais force est de constater que les commandes du CIL restent ponctuelles excepté envers l’agence Chirié21 qui, en l’espace de quinze ans, se voit confiées quatre opérations importantes : La Sauvagère (642 logements, 1955-1960, 10ème) ; Sainte-Elisabeth (346 logements, 1958-1963, 12ème)22 ; La Maurelette (748 logements, 1962-1966, 15ème) ; La Simiane (320 logements, 1967-1972, 15ème). Ensemble, maîtres d’œuvre et d’ouvrage vont ainsi questionner le champ des possibles en matière de logement collectif. La Maurelette, opération pilote et exemplaire par bien des aspects, synthétise leurs aspirations communes.

La Maurelette : un grand ensemble exemplaire ?

19La Maurelette - groupe d’habitation situé dans la périphérie Nord de Marseille, composé de barres et de tours, regroupant 748 logements sociaux et des équipements collectifs - est un grand ensemble. Elle se distingue toutefois de la majorité de ceux qui fleurissent alors aux abords des grandes villes françaises par les objectifs architecturaux et humains que se fixent les acteurs du projet, par les moyens mis en œuvre pour les atteindre et par les résultats obtenus.

20Au début de l’année 1961, le CIL acquiert une propriété située au Nord de Marseille, dans le quartier de Saint-Joseph23. Il s’agit d’un ancien domaine bastidaire de douze hectares, arboré et surplombant la rade, que la proximité de l’autoroute a rendu moins agréable aux yeux de ses propriétaires, les familles Tassy et de Barbarin. Le CIL espère y élever 850 à 900 logements et crée à cet effet la Société Immobilière la Tour (SIT)24.

La désignation des architectes et la définition du programme

21Lors de la réunion de Bureau du 18 octobre 1961, le Président Francis Magnan propose que le projet soit confié au cabinet Chirié « en raison d’une part, sur le plan technique, de la réussite du programme de La Sauvagère et d’autre part, sur le plan humain, des préoccupations d’ordre social dont ils font preuve dans la conception d’un grand ensemble. »25

22Conscients que la question du logement méritait une réflexion pluridisciplinaire, Eugène Pierre et Jacques Chirié ont en effet mis en place, en juin 1961, une "Table-ronde" placée sous l’égide du Comité d’Action Logement (CAL) et du CIL. Cette initiative intervient à un moment où émergent les premières inquiétudes à propos du devenir des individus dans l’habitat collectif26. Elle réunit mensuellement des professionnels du bâtiment, des usagers, des médecins, des sociologues, des intervenants sociaux et tout autre personne intéressée par le problème des grands ensembles. Bientôt des représentants du ministère de la Construction, de la Préfecture et de la municipalité y prennent part. Rapidement, les architectes expriment leur satisfaction face à cette expérience : « Lorsque il y aura bientôt dix mois, nous avions proposé au CIL un système de consultation systématique de toutes les professions et disciplines pouvant s’intéresser aux grands ensembles, nous n’avions comme but que de trouver une définition plus honnête des programmes. Jusqu’alors, l’architecte chef d’orchestre ne se voyait confier que des partitions déjà mal écrites, que des contraintes diverses conduisaient de plus à mal exécuter. Les résultats de ce colloque ont dépassé nos espérances. Il ne nous a pas seulement fourni une vraie partition, mais il nous a donné de surcroît l’inspiration. Nous cherchions des conseils. Nous eûmes des connivences. Nous demandions des éclairages. Nous eûmes des certitudes. Nous voulions des points d’appui. Nous eûmes des positions de départ. Nous avions bien prévu que ces ouvertures ne pouvaient que rejoindre les intuitions poétiques sur l’avenir de l’habitat, nous n’avions pas pensé qu’elles les enrichiraient à ce point »27.

23La Maurelette va être le fruit de cette réflexion. L’ambition de tous est d’aboutir « à un habitat et pas seulement à une juxtaposition de logements »28.

L’élaboration du plan de masse

24Le plan de masse doit concilier les quatre objectifs prioritaires définis par les architectes : la conservation d’une échelle humaine ; la qualité des logements ; la présence d’équipements collectifs répondant à tous les besoins de la vie courante ; la mixité et l’équilibre social.

25Eugène, Pierre et Jacques Chirié commencent à l’étudier en octobre 1961. Très rapidement, ils sont épaulés par l’architecte parisien, Xavier Arsène-Henry. Grand Prix de Rome, Architecte en Chef de la reconstruction, ce dernier s’est récemment distingué par la qualité de l’ensemble résidentiel des Grandes Terres (Marly-le-Roi, 1955-1958, 1500 logécos) conçu en collaboration avec son frère Luc ainsi qu’avec Marcel Lods et Jacques Honneger. Au-delà d’objectifs qualitatifs certains, cette consultation est stratégique car Arsène-Henry siège au Conseil d’Architecture et d’Urbanisme, assemblée ministérielle dont l’approbation est indispensable à la concrétisation du projet. Deux principes mis en œuvre à la cité des Grandes Terres se retrouvent à La Maurelette : la hiérarchisation spatiale et la séparation des circulations piétonne et automobile. Y voir l’influence du seul Arsène-Henry serait exagéré car ce sont alors des réflexions courantes. En revanche, il est une idée dont Eugène, Pierre et Jacques Chirié attribuent la paternité à leur conseiller : celle d’une architecture « prenant appui sur un paysage parfois ouvert, parfois enclos mais toujours continu »29. Ce sera une des bases du plan-masse de La Maurelette que les Chirié présentent comme un « poème – phrase – travelling », les mots étant les immeubles, les phrases étant les rues et le travelling correspondant au parcours d’un piéton en mouvement dans cet espace30.

26Les architectes désirent rompre avec les grands ensembles composés de longues barres et de larges avenues pour parvenir à une ambiance villageoise, à « mettre en œuvre un urbanisme méditerranéen, populiste et marseillais ». Cette sensibilité régionale les pousse à essayer de recréer, par une combinaison de volumes, de perspectives, de couleurs, d’espaces verts et de mobilier, une urbanité fondée sur la place. En mai 1962, il est question de « huit cents logements environ, répartis en petits immeubles de quatre étages maximum, agréablement implantés autour de mails et de placettes provençales. »31. Rapidement, les propositions évoluent vers la combinaison d’immeubles bas (2, 3 ou 4 étages) formant des alignements droits et ponctués par quelques tours (9 à 11 niveaux) qui, à l’image des clochers dans les anciens noyaux urbains, servent de repères visuels et spatiaux. Les bâtiments bas délimitent des places, des rues et des chemins ; les tours constituent des articulations. Dans l’esprit des architectes, une telle implantation induit une hiérarchisation spatiale permettant à « la personne de passer sans traumatisme de l’échelle du singulier à celle du pluriel »32 grâce à des paliers (immeuble, bloc, sous-groupe, ensemble, ville). Idée corbuséenne formulée pendant les années 1920, la séparation des circulations piétonne et automobile est appliquée de manière inédite et astucieuse : les voies empruntées par les véhicules sont rejetées à la périphérie du groupe et irriguent des parkings couverts établis sous les places. De fait, les voitures n’empiètent pas sur l’espace du piéton mais, en même temps, elles sont à proximité des logements.

Une leçon de méthode

27En octobre 1962, le plan de masse de La Maurelette est définitivement arrêté. Approuvé successivement par les instances municipales et ministérielles, il reçoit l’accord préalable du Préfet le 1er juillet 1963. Le permis de construire, déposé au mois d’août 1963, est délivré le 27 juillet 1964. Les travaux de voirie et réseaux divers commencent de 4 mai 1964 ; la construction proprement dite le 1er août, quatre jours après l’octroi du permis.

28Le prix moyen de construction est alors évalué à 800 F/m² (valeur 1964). L’enveloppe financière sera respectée puisque le prix de revient final sera de 850 F/m² (valeur 1966).

29Le planning prévoit une exécution en trente-six mois, délai à peine dépassé puisque le chantier dure de mai 1964 à mars 1968.

30Ces objectifs sont atteints grâce à une coordination parfaite entre les acteurs du projet (commanditaires, architectes, BET, entreprises) et une recherche d’efficacité aussi bien au niveau de la conception (architecture modulaire faisant une grande place aux éléments standardisés et préfabriqués) que de l’exécution (haute productivité du chantier par le recours à des matériaux pouvant être rapidement mis en œuvre et par une répartition optimale des tâches).

Plus qu’un grand ensemble… une unité de voisinage

31 La Maurelette compte 748 logements dont les deux tiers sont destinés à la location (propriété des entreprises) et le reste à l’accession à la propriété familiale ce qui garantit une certaine mixité sociale. Ils sont répartis dans les 81 immeubles que compte le groupe. Les bâtiments bas (76) comportent deux appartements par étage tandis que les tours (5) en ont trois. Les cellules d’habitation sont basées sur la répétition d’un module constant. Elles sont composées de manière à séparer les pièces de jour et de repos, à assurer une orientation privilégiée aux pièces à vivre et à obtenir une surface relativement grande pour la cuisine afin d’incorporer un coin-repas jouxtant le séjour. Les sanitaires sont groupés autour des cages d’escalier. Une loggia prolonge le séjour et un séchoir est attenant à la cuisine. Les logements vont de 23,83 m² à 102,24 m² dans des configurations allant du F1 au F6. Dans leur quête qualitative, Eugène, Pierre et Jacques Chirié adoptent, en terme de surfaces, les maxima fixés par l’arrêté du 14 avril 1960 sur les logements économiques et sociaux33.

32Considérés par les architectes et le maître d’ouvrage comme une condition fondamentale d’habitabilité des grands ensembles, les équipements collectifs sont prévus pour être gérés de manière associative par leurs usagers afin de devenir le ciment de la vie communautaire. Ils vont de l’échelle de l’immeuble à celle du quartier. Au cœur du grand ensemble, sur la place du Commerce, une dizaine de petits pavillons de plain-pied constituent le centre commercial et le centre social. L’ensemble est conçu pour être un pôle d’attraction, un lieu de rencontre et d’animation. Il est accessible uniquement par les piétons, l’approvisionnement des magasins34 se faisant par le sous-sol. Pour ce qui est des loisirs, les architectes prévoient, au rez-de-chaussée de chaque immeuble, un local mis à la disposition de tous. Une Maison des Jeunes et de la Culture est aménagée dans l’ancien Château de la Maurelette, rénové et agrandi. Enfin, une salle des fêtes est située en bordure du chemin de Saint-Louis. Afin de garantir l’équilibre générationnel, une quarantaine de logements disséminés dans l’unité de voisinage sont réservés aux personnes âgées35. A partir de 1969, la résidence "La Pomme de Pin" augmente la capacité et améliorer les conditions d’accueil des aînés en réunissant, au sein d’un seul et unique bâtiment, une dizaine de logements supplémentaires ainsi que des services collectifs (restaurant, salle de réunion, bureau d’assistante sociale). Enfin, à la périphérie du groupe, sur des terrains mitoyens et cédés à cet effet par le CIL, une école d’une trentaine de classes et un complexe sportif sont financés et aménagés par la mairie selon les plans d’Eugène Chirié.

La poétique architecturale

33À La Maurelette, Eugène, Pierre et Jacques Chirié s’efforcent de rendre habitable l’espace social36. Ils l’investissent matériellement (mobilier urbain et équipements) mais surtout symboliquement et poétiquement à la manière d’Emile Aillaud dans ses cités de Pantin (Les Courtillières, 1955-1960), de Forbach (cité du Wiesberg, 1959-1963) et de Grigny (La Grande Borne, 1964-1971). Dans leur esprit, la poétique architecturale est indispensable pour aboutir à « un habitat réconcilié avec ses habitants »37. Agissant ici en pionniers, le recours à la couleur, le respect du site et son aménagement paysager ainsi que la toponymie leur permettent de donner un sens à leur architecture.

34Répondant tout autant aux besoins de protection des nouveaux composants de la construction industrielle qu’à une recherche plastique, l’» art de la couleur » apparaît dans l’architecture au début des années 196038. A la Maurelette, les façades sont constituées de panneaux préfabriqués revêtus de tesselles de pâte de verre de Murano dont le choix des couleurs est laissé à Bernard Lassus39. L’intervention de ce coloriste-conseil vise à rendre les échelles plus sensibles, à personnaliser chaque lieu et à établir des passages visuels entre les bâtiments et le site. En outre, la couleur allège la répétition des panneaux de façade et modifie la présence visuelle des bâtiments suivant les heures de la journée. Les bâtiments sont marrons, gris, verts, roses, bleus ou violets. Ainsi, ils se confondent ou – au contraire – se détachent du ciel, du sol et de la végétation.

35Eugène, Pierre et Jacques Chirié s’attachent à conserver ce qui fait l’identité de l’ancien domaine. Trop vétustes, le château de la Tour et le pavillon du gardien sont détruits mais la bastide de La Maurelette est restaurée avec soin. Les richesses végétales dictent en partie l’implantation des bâtiments : l’allée de platanes menant à la maison de maître ainsi que différents bosquets de résineux et de feuillus sont maintenus intacts. L’aménagement paysager du groupe est confié à Jacques Sgard40 qui complète les massifs existants, conçoit le mobilier urbain, imagine les aires de jeux et dessine les cheminements piétons qui assurent la liaison entre les immeubles.

36Places, allées et chemins sont baptisés afin de proscrire les appellations par blocs, lettres ou chiffres. Les noms choisis révèlent l’univers des architectes : traditionnelles composantes urbaines (place du Commerce, du Cadran, chemin des Ecoliers) ; évocations directes du site (place du Vieux Platane, de la Bastide, du Portique, allées du Bois, des Chênes verts, de la Montagnette, de La Maurelette) ; hommage à un engagement social (place Charles Bichi du nom d’un animateurs des Castors récemment décédé) ; culture provençale fondatrice (chemin des Broutières, des Brugas, place Benquihado, Baussane, des Autures41) sans pour autant faire preuve d’occitanisme farouche (place du 14 décembre en référence au 14 décembre 1481 date de rattachement de la Provence au royaume de France). La toponymie donne tout son sens, son identité et sa spécificité à l’espace social.

Conclusion

37Dès son achèvement, la Maurelette apparaît comme une heureuse exception dans le domaine souvent déconcertant du logement de masse des Trente Glorieuses. La presse salue « un cadre de vie agréable »42, « l’harmonie des bâtiments, l’excellent équipement, la finition soignée des appartements et l’importance des aménagements extérieurs »43 de ce « fruit d’un travail d’équipe »44. Le CIL des Bouches-du-Rhône en fait sa vitrine, vantant auprès de ses adhérents « l’ambiance à la fois gaie et tranquille, créée par un plan de masse à l’échelle humaine, des façades colorées, des places personnalisées, de grands espaces verts, une circulation automobile périphérique et souterraine »45. Architectes, ministres, journalistes viennent visiter ce grand ensemble modèle, s’enthousiasment pour ce qui apparaît alors comme un "possible" dans le champ du logement collectif. Malgré le regard rétrospectif souvent très critique que portent les historiens de l’architecture sur les grands ensembles, La Maurelette reste aujourd’hui considérée comme une réalisation de qualité.

38Ainsi, au-delà d’un bilan extrêmement positif en termes du nombre de logements construits, le CIL des Bouches-du-Rhône se signale par le caractère parfois expérimental et la dimension qualitative de son action. Partout en France, il semble que les CIL ont permis aux architectes d’ouvrir de nouvelles perspectives dans le champ du logement collectif. Cela tend à prouver que les objectifs de Prouvost et de ses émules ont été atteints et que l’Etat, en instituant un cadre souple et légal à la contribution patronale, a donné raison aux pionniers qui en 1949 affirmaient que le CIL leur permettrait « de prouver ce que l’initiative privée peut accomplir lorsqu’on lui en laisse la possibilité »46.

Document 1

Document 1

Réalisations du CIL (novembre 1959), AP CIL des Bouches-du-Rhône.

Document 2

Document 2

Réalisations du CIL (novembre 1965), AP CIL des Bouches-du-Rhône.

Document 3

Document 3

La Maurelette, Maquette d’ensemble, AD 75 J 1560.

Document 4

Document 4

La Maurelette, Plan de masse, AD 75 J 1362.

Document 5

Document 5

La Maurelette, Photographie de chantier (cliché : Henri Delleuse, s.d. circa octobre 1964-mai 1965), AD 75 J 1369.

Document 6

Document 6

La Maurelette, Allée de platanes et "Château de la Maurelette" (état actuel).

Document 7

Document 7

La Maurelette, immeubles de la place du Portique et de la place du Commerce vus depuis le "Château de la Maurelette" (état actuel).

Haut de page

Notes

1 L’historique des CIL reste encore à écrire mais quelques travaux fournissent de précieuses indications. Parmi eux : C. TREBOUET, Habitat social et capitalisme. Les comités interprofessionnels du logement dans les rapports Etat/Patronat, Paris, Edition de l’Harmattan, 2001 ; A.  FERNANDEZ et M. GOZE, L’Entreprise et l’habitat. 50 ans d’histoire du Comité interprofessionnel du logement Guyenne et Gascogne dans la Cité (1949-2000), Bordeaux, CILG/Editions Confluences, 2001 ; A. THOMINE, « Le logement social à Roubaix au XXe siècle », Les peuples des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge – 1945), Actes de colloque (Villeneuve d’Ascq, 23-25 novembre 2000), Lille, Philippe Guignet éditeur / Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, p. 453-461.
2 A. THOMINE, art. cit., p. 455.
3 Cet article est le fruit d’une recherche menée dans le cadre d’une étude consacrée à l’un des architectes ayant ponctuellement travaillé pour le CIL des Bouches-du-Rhône. Il ne constitue en rien une synthèse sur le sujet mais permettra simplement, du moins je l’espère, de mettre au jour quelques aspects du rôle particulier joué par cet organisme.
4 Parmi les CIL crées en France sur le modèle de celui de Roubaix-Tourcoing, on peut citer celui de Reims (4 février 1947), celui des Bouches-du-Rhône (14 janvier 1949), celui de Guyenne et Gascogne (1er février 1949) mais aussi ceux de Lyon ou Rouen. En décembre 1947, on compte officiellement 13 CIL ; en juin 1949, il y en a 70 ; en novembre 1953, 121 (C. TRIBOUET, op.cit., p. 115).
5 Participation des employeurs à l’effort de construction, Plaquette explicative destinée au patronat éditée par le CIL des Bouches-du-Rhône (s.d. circa 1953-1954), AP CIL des bouches-du-Rhône.
6 On trouve entre autres : Emile Rocca - Vice-président, du Rusquec - Trésorier, Daniel - Secrétaire, Barret, Benker, Blachette, Bonnet, Bourdoire, Borel, Brunet, Cantuern, Chazotte, de Bouillane, Duboul, Durand, Gasselin, Falques, Fenouil, Follo, Fournier, Hertzmann, Keller, Lozet, Maurel, Montel, Ollivier, Pinatel, Rastoin, Rebattu, Reynaud, Roux, Sanguinetti, Soulet, Sylvander, Testifari, Vareille, Verissel.
7 Les Présidents successifs du CIL des Bouches-du-Rhône sont : Jacques Granjon (du 14 janvier 1949 eu 4 juin 1956) ; Marc Fraissinet ( du 4 juin 1956 au 30 mars 1961) ;  Francis Magnan (30 mars 1961-9 juin 1965) ; Claude Pellat (du 9 juin 1965 au 27 juin 1969) ; Maurice Dulau (du 27 juin 1969 à 1973) ; Hubert Patricot (de 1973 à 1984) ; Pierre Storione (de 1984 à 1996) ; Jean-Claude Bézin (de 1996 à 2001) et Bernard Podevin (depuis 2001).
8 Compte rendu de l’Assemblée générale constitutive du CIL du 14 janvier 1949, AP (Archives Privées) CIL des Bouches-du-Rhône.
9 Compte-rendu du Conseil d’Administration du 27 janvier 1953, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
10 Depuis, le dispositif d’origine a subi de nombreuses modifications mais la stratégie du législateur a toujours été dans le sens du renforcement de l’action des CIL et de la concentration des capitaux. Les statuts originaux du CIL des Bouches-du-Rhône sont établis le 14 janvier 1949. Ils sont modifiés au gré des changements de réglementation : suite au décret du 9 août 1953 puis le 9 juin 1965, le 13 février 1967, le 27 juin 1973, le 23 juin 1976, le 26 juin 1979, le 7 mai 1981, le 21 octobre 1982, le 26 juin 1984. Enfin, le CIL des Bouches-du-Rhône devient UNICIL en 1988 suite à la fusion d’ACL Provence et CIL Midi Méditerranée. Les statuts sont mis à jour le 28 juin 1989, le 28 juin 1990 et le 29 juin 1993.
11 Bilan dressé à partir des plaquettes éditées annuellement par le CIL pour présenter les programmes immobiliers à ses adhérents, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
12 Sur les 9117 logements livrés en 1970, 5592 étaient destinés à la location, 3375 étaient en accession à la propriété des entreprises et 608 réservés à l’accession familiale ; la destination des 150 restant n’a pas pu être déterminée.
13 Les programmes mixtes sont conduits par des Sociétés d’Economie Mixte (municipalités, Caisse des Dépôts et Consignation, CIL) ou réalisés par des sociétés HLM (les société HLM avec lesquelles le CIL collabore habituellement sont la Société d’HLM de Marseille, la société d’HLM LOGIREM et la société HLM Famille et Provence). Le CIL y réserve un certain nombre de logements pour le compte de ses adhérents.
14 Le bilan du CIL de Roubaix-Tourcoing reste difficile à apprécier : Alice Thomine avance le chiffre de 4000 logements construits entre 1947 et 1962 tandis que Chistrine Tribouet fait état de 2500 logements livrés avant fin 1950 et de 11000 en 1958 (A. THOMINE, art. cit., p. 456 et C. TRIBOUET, op. cit., p. 97 et p. 111) ; celui de Guyenne et Gascogne affiche un bilan de 3739 logements livrés fin 1961 et de près de 13000 en 1972 (A. FERNANDEZ et M. GOZE, op. cit., p. 33 et p. 68).
15 Les chiffres généralement avancés font état de 79 210 logements construits à Marseille entre 1945 et 1961 dont 69 500 pour la période 1954-1961 (B. MOREL, Marseille, naissance d’une métropole, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 84) ou encore de 148 000 édifiés entre 1954 et 1975 [E. TULASNE, « Trois décennies de planification (1960-1990) » dans D. BECQUART (dir.), Marseille. 25 ans de planification urbaine, Marseille/La Tours d’Aigues, AGAM/ Editions de l’Aube, 1994, p. 50]. Ces chiffres peuvent être mis en relation avec le bilan du CIL tout en gardant à l’esprit que le Comité conduit des opérations principalement, mais pas uniquement, à Marseille. Le choix des sites est fonction de deux éléments : la disponibilité foncière et l’implantation des entreprises cotisantes. Une étude approfondie montrerait la relation entre la situation des programmes immobiliers du CIL et le développement économique et industriel de la métropole marseillaise car, si les premières réalisations sont programmées à Marseille, dès 1949, un programme à édifier sur la commune de Fos-sur-Mer au profit de la Société des ciments Lafarge est à l’étude. En 1956, des opérations sont planifiées à Aix-en-Provence et à Martigues. Pendant les années 1960, le pourtour de l’étang de Berre est massivement investi. En ce qui concerne Marseille, le CIL construit principalement dans les secteurs Nord et Est et, plus ponctuellement, dans quelques arrondissements du centre-ville.
16 M. RONCAYOLO, Les Grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, EHESS, 1996, p. 239 ; B. MOREL et P. SANMARCO, Marseille l’endroit du décor, Aix-en-Provence, Edisud, 1985, p. 60.
17 « L’expression grand ensemble elle-même pose problème : elle désigne en même temps une forme (les barres et les tours), une taille de plus de 500 ou 1000 logements, un type de financement par les procédures du logement social, une localisation en banlieue ou sur le territoire de la ville-centre mais en rupture avec celle-ci, un mode de conception globale avec des équipements prévus ou construits » (F. DUFAUX, A. FOURCAULT et R. SKOUTELSKY, Faire l’histoire des grands ensembles, Lyon, ENS, 2003, p. 10).
18 Les premiers programmes d’habitat individuel et semi individuel sont envisagés en 1963. Ils se multiplient pendant les années 1960. Parmi eux : Le Stade, 43 villas individuelles, Port-Saint-Louis-du-Rhône ; La Castellane, 100 villas individuelles, Marseille 16ème arr. ; Les Restanques, 88 villas individuelles, Marseille 16ème arr. ; Le Collet des Comtes, 100 logements semi-individuels, Marseille 11ème arr.
19 Compte-rendu du Conseil d’Administration du 8 mars 1957, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
20 Pierre et Jacques Chirié, Bernard Martin-Chave, Jean Crozet, Henri Delval, Yves Bonnel, Guy Tourrière, Jean-Marie Thouveny, Gilbert Bonnardel, Raoul Guyot, André Chrysocheris se voient confier, seuls ou en association, des chantiers par le CIL. Cette liste non exhaustive recense uniquement les architectes auxquels le CIL confie un programme immobilier dont il est l’unique maître d’ouvrage. Dans le cadre des programmes mixtes, le CIL participe au financement d’opérations conduites par Pierre Jaume, Pierre Meillassoux et Pierre Mathoulin, Fernand Boukobza, Pierre Jameux, André Dunoyer de Segonzac et Roger Dabat, Jean-Louis et Jean-Marie Sourdeau, Charles Favel, Pierre Liogier et Robert Théric, Edgar Lombard ou Pierre Averous mais le choix de l’architecte n’est alors pas de son seul ressort.
21 La carrière d’Eugène Chirié, architecte actif à Marseille depuis 1928, prend un tournant décisif au lendemain de la seconde guerre mondiale. Architecte Chef de Groupe de la reconstruction du Vieux-Port (îlots 10 et 11, en association avec Jean Rozan), Architecte régional des PTT et de la RTF, son agence est désormais l’une des plus importantes de la cité phocéenne. Il est secondé dans sa tâche – officiellement à partir de 1963 mais officieusement dès la fin des années 1950 – par ses deux fils aînés, eux aussi architectes, Pierre (né en 1928) et Jacques (né en 1929).
22 Le cas du groupe Sainte-Elisabeth est particulier : Eugène Chirié n’en signe pas les plans mais accepte d’assumer la direction des travaux aux côtés d’Henri Faure-Ladreyt à la mort d’André Gallerand qui en était le second concepteur.
23 Procès-verbal du Conseil d’administration du 30 mars 1961, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
24 La SIT (Société Immobilière La Tour) est une société anonyme au capital de 200 000 F dont le siège est établi dans les locaux du CIL (29 La Canebière Marseille).
25 Procès-verbal du Bureau du 18 octobre 1961, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
26 F. DUFAUX, A. FOURCAULT et R. SKOUTELSKY, op. cit., p. 12.
27 Lettre d’Eugène, Jacques et Pierre Chirié au Président du CIL, 29 mars 1962, AD 75 J 1348.
28 Procès-verbal de l’Assemblée générale du 29 mai 1963, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
29 La Maurelette. Principes de base particuliers au projet pour le choix du plan de masse, 4 juillet 1962, AD 75 J 1348.
30 Reprenant les termes d’Arsène-Henry, ils indiquent que l’architecture doit prendre appui « sur un paysage végétal existant, minéral à construire, un parcours tantôt ouvert, tantôt fermé, avec des goulots, des échappées, des transparences, des intimités puis des panoramas, un seul parcours diversifié au maximum mais toujours CONTINU. » (La Maurelette. Principes de base particuliers au projet pour le choix du plan de masse, 4 juillet 1962, AD 75 J 1348).
31 Procès-verbal de l’Assemblée générale annuelle du 28 mai 1962, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
32 Plaquette de présentation de La Maurelette, Marseille, CIL des Bouches-du-Rhône, s.d. circa 1962-1966, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
33 « Arrêté du 14 avril 1960. Caractéristiques des logements économiques et sociaux », Journal Officiel, 15 avril 1960 (rectificatif au Journal Officiel du 28 mai 1960). Les différents types de logements doivent obéir aux normes suivantes afin de bénéficier de la prime à la construction : F1 (une chambre avec cabinet de toilette et un placard, 10 à 18 m²) ; F1bis (une pièce principale, cuisine, salle d’eau, WC, de 26 à 30 m²) ; F2 (deux pièces principales, cuisine, salle d’eau, WC, de 26 à 30 m²) ; F3 (trois pièces principales, cuisine, salle d’eau, WC, de 51 à 57 m²) ; F4 (quatre pièces principales, cuisine, salle d’eau, WC, de 61 à 68 m²) ; F5 (cinq pièces principales, cuisine, salle d’eau, WC, de 73 à 82 m²) ; F6 (six pièces principales, cuisine, salle d’eau, WC, de 85 à 96 m²) ; F7 (sept pièces principales, cuisine, salle d’eau, WC, de 101 à 110 m²). Le texte prévoit que les logements peuvent avoir une surface excédant les maxima ci-dessus de 10 % au plus.
34 Le centre commercial de La Maurelette compte onze boutiques : supérette ; librairie-papeterie ; boucherie ; droguerie ; dépôt de pains et pâtisserie ; primeur ; café-snack-restaurant ; dépôt teinturerie ; mercerie-bonneterie ; salon de coiffure ; deux locaux sans affectation.
35 Près de quarante logements (23 F2 et 14 F1bis), propriétés de l’Association des Foyers de Provence, sont réservés aux personnes âgées et dispersés au sein de la Maurelette.
36 L’espace social est ici considéré comme un négatif de l’architecture, comme un vide délimité par les volumes bâtis. Cette réflexion s’inspire de la pensée d’Henri Gaudin (H. GAUDIN, Considérations sur l’espace, Paris, Editions du Rocher, 2003).
37 Lettre d’EPJ Chirié à monsieur Grandguillot, 19 juillet 1963, AD 75 J 1349.
38 G. MONNIER, L’Architecture moderne en France. Tome 3 : de la croissance à la compétition (1967-1999), Paris, Editions Picard, 2000, p. 51-52. Parmi les pionniers de cet art de la couleur, l’auteur cite Bernard Lassus pour ses travaux en terme de mise en couleur d’ensembles de logements et notamment son intervention à La Maurelette.
39 Bernard Lassus. Aujourd’hui architecte paysagiste reconnu, cet ancien élève Fernand Léger et de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts, est alors un jeune coloriste qui anime le Centre d’ambiance visuelle à Paris.
40 Jacques Sgard (né en 1929), paysagiste diplômé de l’Ecole Nationale d’Horticulture et de l’Institut d’Urbanisme de Paris, pionnier dans l’aménagement paysager des grands ensembles.
41 Broutières : taillis ; Brugas : bruyères ; Benquihado : bien quillé, bien placé ; Baussane : rocher ; Autures : collines, hauteurs.
42 « Le grand ensemble de la Maurelette a été inauguré », Le Provençal, 12 décembre 1966.
43 Y. P. « L’ensemble immobilier la Maurelette officiellement inauguré à Saint-Joseph », Le Méridional, 11 décembre 1966, p.13.
44 « La Maurelette (748 appartements) », Travaux publics et bâtiment du Midi, 2, 9, 11, 16, 23 septembre et 7 octobre 1965, p.1 et p.5.
45 Plaquette de présentation des réalisations, novembre 1967, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
46 Compte-rendu du Conseil d’Administration du 27 janvier 1953, AP CIL des Bouches-du-Rhône.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1
Légende Réalisations du CIL (novembre 1959), AP CIL des Bouches-du-Rhône.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/2623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Document 2
Légende Réalisations du CIL (novembre 1965), AP CIL des Bouches-du-Rhône.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/2623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Document 3
Légende La Maurelette, Maquette d’ensemble, AD 75 J 1560.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/2623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Document 4
Légende La Maurelette, Plan de masse, AD 75 J 1362.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/2623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Document 5
Légende La Maurelette, Photographie de chantier (cliché : Henri Delleuse, s.d. circa octobre 1964-mai 1965), AD 75 J 1369.
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/2623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Document 6
Légende La Maurelette, Allée de platanes et "Château de la Maurelette" (état actuel).
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/2623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Document 7
Légende La Maurelette, immeubles de la place du Portique et de la place du Commerce vus depuis le "Château de la Maurelette" (état actuel).
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/2623/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléonore MARANTZ-JAEN, « Habitat social et patronat », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 31 juillet 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/2623 ; DOI : 10.4000/rives.2623

Haut de page

Auteur

Eléonore MARANTZ-JAEN

Eléonore Marantz-Jaën a soutenu sa thèse en décembre 2006 et mène ses recherches en tant qu’associée à l’UMR TELEMME

Articles du même auteur

  • Architectures de cinémas [Texte intégral]
    L’expérience et les réalisations d’Eugène Chirié 1930-1939
    Paru dans Rives méditerranéennes, Varia
Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals