Navigation – Plan du site

Élites, secrets de famille et publicité à Marseille au XVIIIe siècle 

Christophe Regina
p. 45-64

Résumés

Cette étude souhaite porter un éclairage particulier sur les élites et sur la notion d’intimité dans la construction de leur puissance, dans laquelle la fama publica joue un rôle essentiel. La réputation et ses multiples interactions avec l’intime sont rendues manifestes dans le procès ayant opposé, à Marseille, entre 1768 et 1790, un consul vénitien, Dominique Barthélemy Cornet, et son épouse Rose Michel Reynoir Cornet. Au-delà du conflit conjugal, une stratégie sociale est dévoilée, trahissant les logiques du pouvoir, ainsi que ses fondements profonds. L’un des objectifs principaux de cette analyse consiste ainsi à dégager l’essence du pouvoir des élites, fondé sur un rapport de réciprocité entre l’intime, la sphère privée et la sphère publique, vitrine de leur hégémonie sociale.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Marseille

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paul AUBERT, Gérard CHASTAGNARET, Olivier RAVEUX (dir.), Construire des mondes : élites et espaces (...)
  • 2 Pierre BOURDIEU, « Les stratégies matrimoniales dans les systèmes de reproductions  , Annales: écon (...)

1Si le pouvoir économique et politique des élites est particulièrement étudié par les historiens, force est de constater qu’il existe peu de travaux tournés vers l’intimité des élites1, une intimité qui n’a pas pour vocation de s’extérioriser au-delà des limites du foyer, prétendant sans doute de façon illusoire être retenue en ses murs et être dissimulée aux yeux de tous. Il s’agit de soustraire à la connaissance de la société les débordements et les dérives probables du couple. Cette dimension intime est pourtant fondamentale dans la compréhension de la puissance des élites. L’intime, la construction empirique de liens personnels et endogames dont la finalité est de renforcer ce qui fonde par excellence l’essence des élites, est la figure angulaire de toute gestation de pouvoir, quelle qu’en soit la nature. Le mariage d’amour paraît quasiment exclu de la logique économique, politique, morale et financière exigée par les élites. La raison de la potestas est au cœur des préoccupations. Si les stratégies matrimoniales2 sont une évidence dans une logique de reproduction sociale, la part de l’intime dans ce système d’interrelations et d’élaboration d’alliances interfamiliales, demande à être mieux circonscrite. La puissance de l’intime est en effet encore sous-estimée. Au cœur de l’équation du pouvoir, l’espace privé exerce une fonction primordiale qui ne doit pas échapper à l’historien, sa stabilité se fondant sur l’entente, la concorde et une harmonie des intérêts qui se jouent déjà au sein du couple. Il suffit que l’un de ces aspects soit altéré, pour voir s’immiscer dans la définition et la pérennité d’un pouvoir établi, les premiers signes de faiblesse. L’intrusion dans l’intimité des élites, lorsque les sources le consentent, permet de qualifier un système de pouvoir, une stratégie qui met au jour le lien social et les rapports de force existants. Les manifestations du pouvoir des élites et leurs applications effectives sont ainsi tributaires, en amont, d’un rapport à l’intime fondé sur une certaine harmonie, elle-même fruit d’un consensus, d’une adéquation des dignités et, surtout, des intérêts. Cet intime puissant forge à la fois dans l’espace privé et dans l’espace publique la fama de la maison, gardienne et protectrice de l’essence même des élites. Il est ainsi possible d’envisager une lecture de cette genèse du pouvoir à travers le prisme de l’intime, grâce à

  • 3 A.D. B.D.R. 9 F 34 « Mémoire à consulter et consultation appelant de la Sentence rendue par le lieu (...)

« La trop fameuse affaire du sieur Cornet contre son épouse, est une de celles que la nuit du silence devroit dérober à la connoissance de la société, parce qu’on ne peut la présenter ni la discuter dans un mémoire, sans y offrir en même tems & des images trop libres, & des scènes trop scandaleuses »3.

  • 4 Les archives que nous analysons proviennent des fonds de la Sénéchaussée de Marseille (série 2 B) e (...)

2Cette affaire semble, à plus d’un titre, particulièrement originale, en raison de la richesse des événements rapportés et de la qualité des personnes impliquées, puisqu’elle met aux prises un consul de la République de Venise et son épouse. À cette originalité s’ajoute celle de la portée géographique du cas instruit par la justice et de son succès, car le dossier dépassa en effet les limites du terroir marseillais. Cette affaire fut par ailleurs longue, s’étendant sur près de trente ans, traversant les dernières années de l’Ancien Régime pour s’achever sous l’Assemblée Constituante4. Enfin, elle est originale, parce qu’elle autorise une intrusion dans l’intimité des élites, intimité dont le rôle social, économique, voire politique, demeure encore fortement méconnu. Quelle fut cette « trop fameuse affaire du sieur Cornet contre son épouse » ? En apparence, une guerre conjugale – le terme est à peine exagéré – opposant un mari, qui se plaignait, entre autres, d’avoir été trompé, et son épouse, dénonçant les mauvais traitements d’un époux cruel et violent, ainsi que toutes les machinations que ce dernier s’évertue à déployer dans le seul but de la déposséder de ses biens. Mais l’affaire est, en réalité, beaucoup plus complexe. Elle est à la fois révélatrice de nombreux enjeux économiques et financiers, et trahit une quête de pouvoir reposant sur la possession d’un patrimoine, tant foncier que financier, voire commercial. Ce patrimoine est âprement disputé par les deux époux qui se lancent dans une bataille judiciaire sans merci, disposant tous deux des moyens nécessaires à cette lutte. Le procès prend dès lors une tournure décisive, aux rebondissements nombreux et aux répercussions sans doute inattendues que la publicité donnée à cette dissension peut probablement expliquer, du moins en partie. Cet affrontement met en lumière la nature profonde des élites, le pouvoir dont celles-ci sont investies et, surtout, les raisons initiales de leur union matrimoniale. Le lien conjugal s’étant brisé définitivement, se font face désormais deux rivaux, jouissant d’un prestige et d’une capacité à ester en justice grâce à des moyens d’action fondés sur l’argent et les réseaux. Au-delà, une stratégie sociale, attisée par les plus vives passions, compliquée par les intérêts économiques et financiers, sous-tend la dissension : il convient ainsi de qualifier et d’analyser, afin de percevoir tous les mécanismes, les stratagèmes et les subterfuges mis en place pour triompher de l’autre, sur fond de lutte de pouvoirs, d’intérêts et d’honneur. Nous nous montrerons donc sensible à la rhétorique développée par les deux parties qui instrumentalisent et explorent les moindres failles de l’adversaire, notamment la « nature féminine » et tous les clichés qu’elle véhicule, exprimés soit par la Dame Cornet elle-même, soit par ses opposants. Il s’agit de s’interroger sur l’intériorisation de l’intime qui est inscrit dans le cadre du polemos conjugal mis en lumière sur la scène judiciaire et rendu public, afin d’être utilisé comme relais de la discorde. 

3Il s’agira dans un premier lieu d’étudier les portraits des protagonistes de la procédure, tant pour la richesse des détails, parce qu’ils permettent une véritable intrusion dans l’intime, que pour cette construction mécanique du soi, à la fois empirique et fantasmée, qui permet de restituer, dans un contexte économique et social précis, le quotidien des membres de l’élite marseillaise. Cette guerre des portraits et des sensibilités est renforcée par les conflits d’intérêts qui sont à la fois fins et moyens. Fins, parce que l’un des buts de la procédure est de dépouiller l’autre de ses biens et moyens, car les attaques personnelles et instrumentalisées de chaque protagoniste du procès s’agrègent autour de ce désir de posséder. L’intérêt de cette procédure est donc pluriel. En définitive, il conviendra de caractériser les liens unissant justice, société, intime et mœurs, parce qu’ils interagissent les uns sur les autres et sont révélateurs des réseaux sociaux des élites, ainsi que des manipulations morales ou amorales exercées au sein de la société marseillaise d’Ancien Régime, et destinées à asseoir un pouvoir aux multiples aspects.

Le nœud gordien : les acteurs du procès face au litige

  • 5 Voir Claudia ULBRICH, Kaspar VON GRYERZ, « Selbstzeugnisse in transkultureller Perspektive », Max K (...)
  • 6 A.D. B.D.R. 9 F 34. Copie de la consultation faite le 24 septembre 1771, par les avocats Serraire, (...)
  • 7 Dans le factum de François POUTET & Magdeleine TREMELAT, sont directement remises en cause les comp (...)

4L’introduction de l’intime dans les réseaux et les relais du pouvoir des élites supposent la mise au jour d’une dynamique sociale remarquable qui interfère dans divers domaines, tels ceux de la sphère privée ou publique, en passant par celle de la sociabilité inhérente aux élites. Spectateur attentif, le juge doit, à l’issue de l’audition des différents acteurs de ce procès, décider de l’innocence ou de la culpabilité des accusés, lesquels mettent donc tout en œuvre pour le convaincre : de leur ego-histoire à leurs qualités morales et personnelles, qu’ils se reconnaissent ou que la société leur attribue, rien n’est laissé au hasard5. De fait, le juge est amené à composer avec les différents discours exposés par les avocats au tribunal. Il s’agit de livrer publiquement son intimité, de se montrer soi-même tel que l’on se perçoit ou que l’on pense être, avec les réserves dues à la rhétorique utilisée en justice qui n’est jamais innocente. En plus de la recomposition nécessaire forgée par le récit des protagonistes qui se présentent sous le meilleur jour possible, une lecture intéressante mérite d’être réalisée au sujet de l’art de se peindre. Ces portraits de l’exception sont prolongés par la bataille juridique qui oppose les avocats des parties respectives, révélant, au-delà des qualités rhétoriques, une connaissance avisée des textes de lois anciens aux dernières réflexions des criminalistes contemporains. Cette maîtrise discursive et cette pratique des lois sont essentielles, car elles permettent de triompher de l’autre et révèlent la façon dont on adapte le discours juridique au discours porté sur soi. La plaidoirie des avocats doit se fonder en effet sur le récit de soi idéalisé des plaignants. Par un effet de miroir, la justice devient dès lors le reflet d’une telle construction ainsi formalisée. Il s’opère un nécessaire transfert, de l’intime au judiciaire. Si la procédure autorise une reconstruction précise du conflit, elle permet aussi d’envisager des trajectoires et des parcours. Le point de convergence de ces destinées est constitué par le procès qui est non seulement la clef de voûte des passions exacerbées, mais aussi le moment où l’on fixe sur le papier les destins confiés à la sagacité de Thémis. Cette divinisation de la justice implique de se pencher également sur ses représentants, puisque, comme nous allons le voir, l’un des principaux acteurs de cette affaire, n’est autre qu’un procureur, Jean-Maximin Lejourdan. Toutefois, il n’est pas le seul à attirer l’attention de l’historien. L’ensemble de la hiérarchie judiciaire est mis en lumière dans le cadre de cette affaire, tant par l’intrusion des juridictions qui se croisent dans ce procès fleuve6 que par ses représentants7.

  • 8 A.D. B.D.R. 2 B 1490.

5L’intrigue révélée par la procédure se noue donc autour de trois protagonistes : le mari trompé, consul de Venise à Marseille, Dominique Barthélemy Cornet ; son épouse, Rose Michel Reynoir, riche héritière, et, enfin, leur interlocuteur, Jean-Maximin Lejourdan, procureur, qui, s’il n’est pas à l’origine du litige, n’en demeure pas moins le principal instrument, selon Rose Michel Reynoir Cornet. Il est l’entremetteur du conflit, tant par ses prérogatives administratives que ses traits de personnalité8. Les portraits de ces trois protagonistes, d’une rare complexité, patiemment et précisément brossés par la procédure, livrent de riches détails, mais surtout illustrent l’art de peindre le soi sur la scène judiciaire : ils permettent de présenter un consul vénitien en activité à Marseille, d’analyser certaines de ses fonctions et prérogatives, ainsi que d’entrer dans l’intimité d’un homme influent chargé de défendre les intérêts de l’État vénitien. L’honneur est une fois encore au cœur des passions. Bousculée par les accusations, les témoignages et les différents factums qui tissent cette affaire, cette fama constitue le lien social qui fédère la société, dont la rupture n’est réparable qu’en justice, lorsque le compromis a été infructueux.

  • 9 Martine SONNET, Daniel ROCHE, L’Éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Cerf « Histoire  (...)

6La demoiselle Rose Michel Reynoir, tout d’abord, vit le jour en 1740, au sein d’une puissante et riche famille marseillaise. Fille de Joseph Reynoir, constructeur des galères du roi, elle épouse en 1756, Dominique Barthélemy Cornet, consul de la Sérénissime République de Venise, âgé de 29 ans. Avant son mariage, Rose se trouvait dans un couvent9 où le sieur Cornet

  • 10 A.D. B.D.R. 9 F 34.

« la vit pour la première fois à travers les grilles. Une union si peu assortie & qui devoit causer tant de malheurs, ne rencontra point d’obstacles, tandis qu’il s’en élève d’invincibles contre ces mariages où les époux apportent une égalité d’amour & de désirs. […] Pour nous servir d’une expression consacrée par l’usage, ce fut un mariage de convenance, un mariage mal assorti »10.

  • 11 Alain GIRARD, Le choix du conjoint, une enquête psycho-sociologique en France, Paris, PUF, « Travau (...)
  • 12 A.D. B.D.R. 9 F 34. Op. cit., p. 3

7Ce mariage n’eut d’autre finalité que d’unir les intérêts de deux Maisons tournées vers le commerce maritime et les activités afférentes. Si la Dame Cornet s’étonne d’une telle décision qu’elle ne comprend guère, il suffit de considérer le choix que ses parents ont retenu : le sieur Cornet est non seulement un beau parti, mais aussi un miroir dans lequel une famille issue de l’élite marseillaise en contemple une autre, dans un souci de symétrie d’intérêts11. Le sieur Cornet se dit issu « d’une famille distinguée par ses sentiments & sa fortune »12 et précise que s’il est

  • 13 A.D. B.D.R. Amirauté 9 B6 f°1115. Il est alors âgé de 21 ans.
  • 14 A.D. B.D.R. 9 F 34. Op. cit., p. 4.

« originaire de France, il est né à Venise, et la confiance dont cette République l’honore depuis vingt-quatre ans, fait assez son éloge. Il se rendit à Marseille en 1741, […] il fut pourvu du Consulat de Venise en 174813, et il a souvent reçu de la République des témoignages flatteurs de la satisfaction pour ses services »14.

  • 15 Péloponnèse.
  • 16 Louis BERGASSE, Souvenirs de Marseille et des Échelles du Levant au XVIIIe siècle. Deux consuls mar (...)

8Sa charge de consul de la Sérénissime lui confère de nombreux privilèges, tant fiscaux que financiers, et l’inscrit au cœur d’une élite politique et financière. Peu de temps après son mariage, le sieur Cornet avait hérité de son oncle, le sieur Le Prètre, négociant, mort en Morée15, la somme de 80 000 livres. L’oncle était chancelier au consulat de France16. Une famille aux prérogatives consulaires étendues, jouissant de relais financiers, politiques et commerciaux, susceptibles de favoriser les intérêts du sieur Reynoir, beau-père du sieur Cornet, une union des intérêts qui a pour finalité la constitution d’une vitrine sociale dans laquelle sont exhibés les pouvoirs associés. Pourtant, le portrait que Rose brosse de lui vingt ans plus tard est beaucoup moins élogieux. En effet, cette dernière indique que l’on

  • 17 Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, cote In 8, pièce 1929. La dame Cornet fait référence à l’ouv (...)

« sait qu’il fut originairement un petit commis de Venise ; […] issu d’une famille ruinée par ses prodigalités & décréditée par des banqueroutes trop souvent répétées»17.

  • 18 A.D. B.D.R. 9 F 34. Op. cit., p. 4.
  • 19 Maurice DAUMAS, La tendresse amoureuse, XVIe–XVIIIe siècles, Paris, Perrin, 1996 ; Id., Le Mariage (...)
  • 20 Rose hérite des biens de son oncle, de sa tante et de son père, soit la somme de 50 000 livres.

9Qu’il s’agisse de Rose ou de Dominique, tout deux s’accordent pour souligner « le malheur » d’avoir « uni leurs sorts » et dénoncent les dangers d’un mariage arrangé ou, selon Dominique lui-même, d’un « mariage de convenance »18. Une première griffure à l’union des pouvoirs se profile et trouve origine directement dans une remise en cause intime d’un mariage de raison et non d’amour. Effectivement, il s’agissait d’un mariage de convenance arrangé par le père de Rose qui entretenait déjà avec son gendre, avant le mariage, « des liaisons de commerce ». Les liens commerciaux ont favorisé le rapprochement des deux hommes et scellé, par cette union, la célébration de leurs intérêts communs. Cet arrangement ne pouvait, selon eux, qu’être voué à l’échec. L’image du mariage mal assorti est un lieu commun et fait partie des topoï de la littérature tout comme des représentations collectives19. La Dame Cornet n’hésite pas à souligner que « le contraste des qualités des deux époux, étoit trop frappant pour qu’elle pût encore être éblouie par les prestiges de l’illusion ». Si Rose avait consenti à ce mariage, il le fut uniquement « par devoir & par obéissance envers ses parents. Un mariage si mal assorti, & dans lequel les inclinations avoient été si peu consultées, n’étoit guère propre à faire le bonheur d’une jeune femme ». À la mort de ses parents, Rose se vit « en possession d’une fortune immense »20, qui excita, d’après elle, la cupidité de son époux. Afin de récupérer les biens de sa femme, le sieur Cornet ne manqua pas d’idées. Après un voyage à Venise, il ramena à Marseille une de ces nièces, alors âgée de cinq ans, afin de l’instituer comme héritière, tel fut « le dernier instrument de ses manœuvres ». Il ne sembla, d’abord, ne manquer au bonheur de cette union « qu’un peu moins d’inégalité dans l’humeur de la Dame Cornet, qui, si elle se fut comportée avec plus de ménagement & de prudence pendant ses grossesses, en auroit pu conserver les fruits. La Dame Cornet avorta par trois fois, & M. Baux, Docteur en Médecine, a conservé le fœtus de cinq mois du premier avortement ». D’une part, l’arrivée de cette nièce est perçue comme une manœuvre déshonnête ; de l’autre, au contraire, se trouve mis en avant le désir inassouvi de paternité refusé par l’inconstance de la Dame Cornet. Passées les premières années d’un mariage heureux, une situation nouvelle – qu’il s’agisse de violences conjugales ou de maladie – amène une redéfinition du couple et de la notion de l’intime. L’irruption, dans la vie de la Dame Cornet, d’un certain Jean-François Xavier Sacerdoty, bouscule un quotidien plus ou moins tranquille : cette arrivée placée sous le signe d’une démonstration de piété et de charité se solde, d’après le sieur Cornet, par un débordement de lubricité. La conjugaison des destins de Rose et de Jean-François Xavier est criminelle, mais elle apparaît aussi comme l’un des principaux instruments de la vengeance publique animant le sieur Cornet, lequel, pour assouvir son désir de triompher de sa femme, recourt aux services du sieur Lejourdan, procureur et ami.

  • 21 A.D. B.D.R 2 B 1147. Procès au civil intenté par la Dame Cornet au sieur Lejourdan daté du 7 févrie (...)

10Jean-Maximin Lejourdan, procureur du sieur Cornet, intermédiaire de la discorde, tant du point de vue privé que public, « est lui-même la source impure d’où va sortir ce fléau domestique »21. Ses fonctions personnelles et professionnelles se confondent dans les accusations que formule la Dame Cornet contre lui. Très vite, le conflit opposant initialement le sieur Cornet à son épouse se cristallise autour du nouveau couple litigieux formé par la Dame Cornet et Lejourdan. La double attaque formulée par la plaignante contre ce procureur s’insinue dans le procès et appelle une justification de Lejourdan qui tient à réhabiliter l’homme privé et l’homme public. Cette volonté de se justifier n’est pas sans renvoyer à la démarche entreprise par Rousseau dans ses Confessions, également motivée par une dénonciation publique, celle de l’abandon de ses enfants. L’intime comme force sociale est de nouveau convoqué, dans une perspective analogue à celle des époux en guerre. Le début du « Mémoire justificatif » du procureur débute ainsi :

  • 22 Il fait référence à la « requête remonstrative » de la Dame Cornet ; cf. la note 10 au sujet de la (...)
  • 23 A.D B.D.R 9 F 33.

« Jamais citoyen, jamais homme public ne fut diffamé aussi cruellement que je viens de l’être à la suite d’une plainte calomnieuse22 qui a servi de prétexte à des excès »23.

  • 24 Odette DAVID, L’autobiographie de convenance de ma Dame d’Épinay, écrivain-philosophe des Lumières  (...)
  • 25 Dont il est originaire.

11Si Rousseau, dans ses Confessions, se présente devant Dieu son livre sous le bras, c’est, en revanche, devant la Justice que le sieur Lejourdan, expert en droit et de la pratique juridique, désire comparaître. Pour se justifier, le procureur décide de retracer l’itinéraire de sa vie, sans manquer d’évoquer ses origines qu’il inscrit dans la vertu et l’intégrité, de sorte que, ces valeurs premières et familiales ayant été transmises à sa personne, il peut s’en prévaloir pour faire sa propre apologie. Le sieur Lejourdan s’attache à raconter son histoire, parce que la Dame Cornet s’est évertuée, dans sa requête, à prouver que la noirceur dont elle l’accuse n’est rien d’autre qu’une valeur familiale. Dans une comparaison prudente, l’opposition de la Dame Cornet et du sieur Lejourdan n’est pas sans évoquer celle de Rousseau et de la marquise d’Épinay, qui opposa aux Confessions du philosophe genevois son Histoire de Mme de Montbrillant24. La confession s’impose dès lors, car il est fondamental, dans une société fondée sur l’honneur et la fama publica, de dissiper tout soupçon susceptible d’entacher la renommée d’une familia. L’intérêt ne consiste pas à ce que la défense se fasse point par point, argument par argument, mais que celle-ci s’insinue dans la mémoire domestique des familles, mémoire qui renvoie à la construction du soi, aux trajectoires et aux itinéraires personnels. Afin de donner plus de crédit à sa défense, le procureur insère dans son mémoire une série de certificats de bonnes mœurs et de bonnes conduites, certificats qui, produits par les membres influents du corps de ville de Saint Maximin25, œuvrent à la réhabilitation de la mémoire à la fois paternelle et personnelle. La rédaction de cet écrit s’inscrit non seulement dans une démarche cathartique, mais aussi dans une démarche publique, puisque Lejourdan invite le « lecteur » à se rendre compte de son innocence. Il ne prétend à rien d’autre, lorsqu’il insiste sur la précision de sa défense :

  • 26 A.D B.D.R 9 F 33.

« Je sens que les détails dans lesquels on me force d’entrer, ne seront pas intéressants pour tous les Lecteurs ; mais ils sont nécessaires à ma défense & à ma justification. […] Je me vois donc forcé de faire mon Histoire. Je serai sincère. Je n’ai jamais eu la prétention de me donner pour ce que je ne suis pas »26.

12« Je serai sincère » : le ton est donné, la confession peut débuter. Lejourdan évoque longuement l’histoire familiale, mais surtout sa formation, ce qui est rare dans les témoignages de ce type. Il retrace son itinéraire personnel et professionnel, en soulignant par exemple qu’il fut initialement destiné à une carrière de chirurgien. Cette « digression », longue de vingt-six pages, était nécessaire : il est dès lors en position de force pour combattre les accusations dont il est la cible. La confession ayant rétabli son intégrité, il tient désormais à en montrer l’étendue en se justifiant devant la justice dont il se veut le relais et le plus fidèle serviteur.

13Après la justification réalisée par les trois protagonistes devant le corps social, grâce à l’intime exposé en justice, il est nécessaire de passer à la deuxième phase du conflit, qui a trait au croisement de l’intime et des intérêts, source du pouvoir des élites. Cette quête du pouvoir matériel, économique et social, tout autant que sa légitimité, se fonde sur la constitution d’un patrimoine. La stratégie consiste ainsi à rendre publique l’intimité de l’autre, point sensible du conflit, et le terrain sur lequel les parties aux prises espèrent triompher. Or la mise à mort de l’être social passe par la destruction de l’intime, afin d’affirmer les intérêts qui sont la raison d’être de la procédure judiciaire entamée.

Intimité, intérêts et fama : une lutte pour un pouvoir matériel, économique, social

14S’il est parfois difficile de démêler l’intime des intérêts en tant que tels, qui expliquent cette guerre conjugale, il est en revanche possible de distinguer la nature et l’importance des divers intérêts disputés au cœur de cette procédure, au nombre de quatre : la vente des quirats de la Dame Cornet effectuée contre son gré, le conflit au sujet de la maison de la rue du Bausset, l’accusation en adultère formulée contre la Dame Cornet et l’affaire de Saint Maximin. Quatre causes portées en justice, deux stratégies pour triompher de l’autre, une seule finalité : récupérer et restaurer les moyens du pouvoir. La Dame Cornet

  • 27 A.D. B.D.R 9 F 33. Réponse à la requête rémontrative du Sieur Lejourdan.

« ne se flatte pas de pouvoir répondre à Me Lejourdan avec autant d’esprit qu’il la fait jusques à présent ; elle lui cède volontiers l’avantage de réunir ces deux parties de l’éloquence placere & monere ; mais elle parlera le langage de la vérité, & l’un vaut sans doute bien l’autre »27.

  • 28 Confère traité de vente établit par Me Grosson, du 9 décembre 1770. La déclaration au greffe de l’a (...)
  • 29 La maison fut acquise par acte du 10 septembre 1767, reçu par Me Gourdan, notaire.
  • 30 Charles JOURNET, Mater dolorosa : Notre-Dame des Sept Douleurs, Stein-am-Rhein [Suisse], Éd. Christ (...)
  • 31 Le sieur Lejourdan cite les Décrétales, de cognatione spirituali, cap. Veniens, du pape Innocent II (...)
  • 32 Agnès FINE, Parrains, marraines : la parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 1994.

15La Dame reconnaît ou feint de reconnaître la supériorité rhétorique de son adversaire, afin de mieux placer son discours dans le registre de la simplicité, dépourvue de sophismes, déclarant son désir de dire la vérité. L’histoire de la vente des quirats de la Dame Cornet est le premier litige porté en justice autour duquel les parties s’affrontent. Cette vente fait l’objet de différentes justifications. Le sieur Lejourdan, par exemple, qui a acquis les 28 quirats et demi de la Dame Cornet, met en avant l’aide amicale qu’il aurait accordée à son époux28, dont il présageait les difficultés. La Dame Cornet, non sans ironie, précise que le sieur Lejourdan « devenant sorcier dans cet instant, prévit les besoins de son ami, & crut devoir les soulager ». Pour le dédommager de ce prêt, le sieur Cornet « céda en payement de la somme que je luy avois déjà avancée » les quirats de son épouse, laquelle décide d’attaquer le procureur en justice, ainsi que son mari, parce que celui-ci n’était pas légalement le propriétaire des quirats et, s’il a effectivement usurpé ses droits, le sieur Lejourdan, de son côté, s’est rendu coupable de prévarication. Mais la version de celui-ci est différente : la plainte est en réalité « nulle & incompétente », parce que l’affaire a été portée par la Dame Cornet en justice auprès du Lieutenant criminel, alors qu’il revenait à la juridiction de l’amirauté de l’enregistrer. Il indique que, depuis longtemps, la Dame Cornet avait abandonné à son mari la gestion de ces quirats, et qu’il était donc libre d’en disposer à son gré. Mais « Me Lejourdan s’est contenté de soutenir hardiment que ces quirats appartenoient au sieur Cornet, s’imaginant peut être que l’effronterie pouvoir suppléer aux titres », que la Dame Cornet a présenté à la justice. Tous les points faibles et les défaillances de l’adversaire sont mis en lumière. Suit l’importante affaire de la maison de la rue Bausset29. Selon la Dame Cornet, le sieur Lejourdan se serait « introduit sans titres & sans pouvoir » dans sa maison et aurait osé « vomir, contre une femme respectable, & par son sexe & par sa qualité, des injures atroces dont la brutalité est seule capable, & pousser l’audace & la fureur jusqu’à la battre & la chasser de sa propre maison ». La Dame Cornet souligne que c’est la « première fois qu’on voit un procureur violer ainsi toutes les règles & choquer toutes les notions dans l’ordre des lois & dans celui des procédés ; outrepasser toutes les bornes de sa profession, & ne plus se rappeler des fonctions de son état, que pour les avilir toutes à la fois ». La plainte dénote une double finalité : dénoncer les excès dont la Dame Cornet aurait été la victime et remettre en cause l’homme public dans l’exercice de ses fonctions. Il y aurait beaucoup à écrire sur la construction de la plainte et sur la rhétorique utilisée. L’efficacité du discours procède, en effet, d’un va-et-vient constant entre les faits, les accusations et les attaques personnelles. L’analyse sémantique, que nous ne ferons pas ici, révèle de quelle manière l’autre est diabolisé en justice. C’est toujours dans une recherche de complicité avec le lecteur que le portrait est réalisé. Le lecteur n’est pas le seul à être interpellé, car la plainte se veut également publique. On convoque l’intégrité du plus grand nombre, afin d’accréditer les accusations et les dénonciations. La Dame Cornet possède une maison sise à la rue Bausset, maison qu’elle a préféré diviser en divers magasins qu’elle loue. Elle a confié l’administration des lieux, la collecte des loyers et la vente de son vin à un concierge italien qu’elle a choisi, un nommé Jean Blaise Cicia, portefaix, lequel refuse, très tôt, de reconnaître l’autorité de la Dame Cornet et n’admet que celle de son mari. Elle se rendit à cette maison le 15 janvier, accompagnée du sieur Castelly, clerc de Me Porre son procureur, et elle s’aperçut que son concierge vendait son vin pour son propre compte. Elle y retourna donc le lendemain, en compagnie d’un serrurier, afin de faire changer les verrous des portes et protéger ses biens. Le sieur Lejourdan survint et, « tel qu’un cyclope dans le Mont Etna ou dans les forges de Lemnos », fit chasser la Dame Cornet qu’il aurait injuriée et molestée. Il l’aurait traitée de « gueuse, d’impertinente, de prostituée » et la « menaça de la faire enfermer à la galère ». La détermination de la Dame Cornet était grande, puisqu’» elle étoit disposée à poursuivre, jusques à la dernière goutte de son sang, la réparation de l’insulte qu’elle avoit reçue ». Minutieusement, l’avocat de la Dame Cornet explique que le sieur Lejourdan n’avait aucun droit d’intervention et que le verbal qu’il fit rédiger n’avait non seulement aucune valeur juridique, mais le rendait aussi coupable de prévarication, car il avait outrepassé ses fonctions. La Dame Cornet demande des réparations : 5000 livres de dommage, dont 200 engagées à commanditer un tableau représentant Notre Dame des sept douleurs30 destiné à être suspendu dans la salle des assemblées de la communauté des procureurs ; puis, 800 livres distribuées aux Hôpitaux de cette ville ; enfin, 4000 livres à être versées à la « suppliante à laquelle il sera permis de faire imprimer, publier et afficher la Sentence qui interviendra, par tous les lieux & carrefours de cette ville de Marseille, jusqu’à la concurrence de 200 exemplaires, le tout aux frais de Me Lejourdan ». La première des exigences de la Dame Cornet – faire réaliser un tableau figurant la mater dolorasa – trahit sa volonté d’être identifiée à la Vierge Marie, de laquelle elle partage à la fois les souffrances et les qualités. En s’identifiant au modèle de vertu par excellence, la Dame Cornet se situe du côté des Justes. Ce n’est pas sans ironie qu’elle propose de faire placer ce tableau dans la salle des assemblées de la communauté des procureurs, les invitant à plus de probité. L’action charitable souligne le désintéressement de la Dame Cornet qui attend que son intimité soit défendue et préservée, alors que celle-ci a été jetée sur la place publique, au vu et au su de tous, afin de recomposer un moi social qui ne peut être reconnu et accepté que par la communauté. Dans son Mémoire Justificatif et consultation, Lejourdan répond aux accusations de la Dame Cornet et divise son propos en trois « chefs ». Le premier, intitulé « Me. Lejourdan a-t-il injurié & maltraité la Dame Cornet ? », est le plus long. Composé de 50 pages (près de 40 % de son mémoire), il est censé apporter la preuve de son intégrité privée et publique. Les intérêts deviennent prétextes et fins de l’intrusion de l’intime. Les arguments juridiques, moraux, voire sociaux, sont utilisés. Le sieur Lejourdan met en doute la légitimité des témoins de la Dame Cornet, en se fondant sur divers jurisconsultes, et dénonce l’inceste dont elle se serait rendue coupable, en profitant des faveurs de son filleul Sacerdoty31. De façon symétrique, le camp de la Dame Cornet, témoin par témoin, justifie la légitimité des personnes qu’elle a appelées en qualité de déposant. La réponse de la Dame Cornet insiste sur la place accordée à la parenté spirituelle qui unit une marraine ou un parrain à son filleul32 :

  • 33 A.D. B.D.R. 9 F 33.

« Il est vrai qu’autrefois l’affinité spirituelle étoit un engagement sacré […] L’alliance spirituelle n’est plus connue aujourd’hui que par son nom »33.

16Si les liens spirituels ne sont plus aussi puissants que par le passé, l’adultère n’en demeure pas moins un chef d’accusation décisif. L’accusation en adultère montre à nouveau de quelle manière l’intime, la mise en scène du soi et de l’autre sont instrumentalisés. Selon Lejourdan, la Dame Cornet aurait quitté le domicile conjugal le 12 décembre 1770. Elle présenta le 20 décembre une requête en séparation, mais avant de la faire signer par son époux, Me Porre, le procureur de la Dame Cornet tenta une médiation entre les époux dans le but de les réconcilier, mais le résultat fut un échec. L’intime et les intérêts se rejoignent alors. En effet, Lejourdan indique que

  • 34 A.D. B.D.R. 9 F 34, p. 9-10.

« le divorce de la Dame Cornet étant devenu aussi public que ses dissipations, ses créanciers craignirent avec raison l’aliénation des capitaux soumis à leurs hypothèques […] une instance en séparation entre le mari & la femme donna aux créanciers de la Dame Cornet le signal des procédures »34.

17La Dame Cornet dément ces accusations et avance que les biens dont elle revendique la propriété font partie de ses paraphernaux sur lesquels elle « a pu y exercer touts actes d’autorité et de puissance ». Le sieur Lejourdan dénonce la compagnie de la Dame Cornet et introduit le troisième grief qui articule la procédure : l’adultère de la Dame Cornet.

  • 35 Catherine MARTIN, Les compagnies de la Propagation de la foi (1632-1685). Paris, Grenoble, Aix, Lyo (...)

18La question de l’infidélité conjugale soulève le double problème de l’adultère et de l’inceste. Les mœurs de la Dame Cornet sont attaquées par son époux et le procureur, qui attribuent l’origine des débordements de la Dame Cornet à l’intrusion au sein du foyer du nommé Abraham Xavier Sacerdot, son futur amant. Originaire de Turin, Xavier fut admis à la Maison de la Propagande35 pour y recevoir le baptême. Le sieur Jean-François Escalon, courtier royal, ami du Sieur Cornet, l’un des recteurs de la maison de la Propagande, pria la Demoiselle Reynoir Cornet de participer avec lui au financement de cette conversion. Abraham Sacerdoty fut baptisé vers la fin de l’année 1763. C’est ainsi que par « un sentiment d’humanité et de religion l’exposant [le sieur Cornet] se détermina à prendre chez luy ledit Sacerdoty qui avoit été nommé Jean-François Xavier » en qualité de laquais. Xavier remplit ses fonctions durant quelques mois. La Dame Cornet se prit d’affection pour lui et l’autorisa à prendre parfois ses repas à sa table, mais « comme les fonctions de laquais auroit fait avec cette faveur un contraste trop révoltant », elle demanda à son époux « de donner une place à Sacerdoty dans son comptoir », ce qui lui fut consenti. Très rapidement, la Dame Cornet, avec une grande prodigalité « qui n’avoit point de bornes », s’évertue à élever socialement son protégé, en le parant des habits les plus luxueux et en le couvrant des ses « libéralités ». Pour dissimuler pareille transformation vis-à-vis d’un mari de plus en plus suspicieux, elle argua que le père de Xavier était un riche marchand juif qui veillait à l’entretien de son fils … récemment converti.

  • 36 A.D. B.D.R 2 B 1490, f°3 1771.

19L’intime proximité de ce « couple » est au cœur du scandale. Les démonstrations passionnées se multiplient, et les absences du sieur Cornet favorisent de tels rapprochements qui deviennent scandaleux, car ils quittent rapidement la sphère de l’intime et du privé pour s’inscrire dans l’espace public. C’est parce que l’adultère prend une dimension publique que le recours à la justice devient impératif. Le sieur Cornet, dans la plainte en adultère du 26 mai 1770, parvient à faire auditionner 33 témoins, lesquels révèlent avec force détails les excès de l’épouse infidèle. L’uniformité des témoignages est d’ailleurs frappante. L’idée d’unité se trouve renforcée par l’appartenance des déposants à différents groupes sociaux, la vérité transcendant les inégalités de statut existant au sein de la société. Les témoins indiquent que tout se joua « à l’inscu du sieur Cornet et pendant qu’il étoit absent »36. La fréquence, « journellement », est mise en avant, afin de montrer que cet adultère, non seulement condamnable, revêt aussi les apparences de l’union matrimoniale officielle, l’usurpation étant soulignée par les sobriquets et autres surnoms affectifs que s’échangent nos amants : la Dame Cornet est ainsi appelée « la Cornette » par Xavier.

  • 37 A.D. B.D.R 2 B 1490, f°3 1771.
  • 38 Ibid.

20Les amants déménagent plusieurs fois, passent de la rue de la Palud à la rue Neuve, en quête d’un confort plus grand et d’une liaison se parant des traits du mariage. Mais à la lecture des témoignages, il est évident que la Dame Cornet ne se cachait pas de sa liaison avec Xavier, pas plus qu’avec Fabre par la suite, son autre amant. Elle aurait en effet déclaré, en présence d’un témoin, à Xavier : « prends tout ce que tu voudras je te l’ay dit je te le répète tu es le maître de tout ce que j’ay »37. Les dépositions insistent sur le dévouement dont fit preuve la Dame Cornet à l’égard de son amant. Jean Pinatel précisa qu’» étant paysan du sieur Cornet depuis environ dix ans il a vu le nommé Xavier juif servir chez le sieur Cornet en qualité de domestique, en faisant les fonctions qu’il la ensuite vue commis et parvenue enfin au titre de maître grâce à la Dame Cornet, la dirigeant et traitant en maître »38. La Dame Cornet n’aurait d’autre but que de plaire à son amant, comme une courtisane à son roi. Xavier Sacerdoty

  • 39 A.D. B.D.R. 2 B 1490.

« fit éclater un luxe de tous les genres, parties de jeu, habits élégants, rien ne fut oublié  […]. Elle brava toutes les bienséances ; on les a vu se tenir réciproquement sur les genoux, se baiser mutuellement sur la bouche, la delle Reynoir se découvrir la gorge devant luy, luy mettre la main dans la culotte, le tutoyer, luy prodiguer les expressions les plus tendres et les plus vives, l’appeler sans cesse mon beau, mon cœur, mon tout, permettre a son domestique de la nommer de même »39.

  • 40 Pierre-François MUYART DE VOUGLANS, Les loix criminelles de France, dans leur ordre naturel, dédiée (...)
  • 41 A.D. B.D.R 2 B 1148. Plainte du Sieur Cornet déposée contre sa femme et ses amants le 4 juin 1772.
  • 42 Acte du 16 mai 1769.
  • 43 Acte du 7 décembre 1769.

21Dans sa déposition, le sieur Cornet souligne que les débordements de son épouse furent connus du sieur Reynoir, père de la Dame Cornet, qu’il aurait exhérédé en 1766 : « Il n’est pas besoin de remarquer que les parents de la Demoiselle Reynoir, instruits enfin de sa conduite, l’ont regardé comme une infâme, dont il falloit nécessairement purger la société, en l’enfermant ». Il fut effectivement proposé à la Dame Cornet de se retirer dans un couvent, afin de faire cesser le scandale et de la soustraire aux yeux des voisins. Au-delà des causes morales, cet enfermement aurait eu comme résultat de préserver les intérêts de l’époux et sa réputation. Mais rien ne semblait permettre, selon le sieur Cornet, le retour de son épouse à la raison, d’autant que la « la scandaleuse histoire de la Dame Reynoir n’est pas achevée ». En effet, elle vit chez Xavier le nommé André François Fabre de la Ciotat, écrivain de Navire Marchand, qui serait un « homme sans mœurs, sans fortune, & sans éducation, & [qu’elle prit] prit pour lui les mêmes sentiments qu’elle avoit eu pour Xavier […] elle poussa avec lui beaucoup plus loin l’impudence ». La Dame Cornet fut accusée une nouvelle fois d’adultère, ainsi que d’androgamie, concept échappant au droit positif qui, le cas échéant, assimile un tel comportement réprouvé à la prostitution ou à la bigamie40. L’adultère est donc dépassé et l’état de l’accusée modifié41. Afin de détourner le jugement du public qui n’est pourtant pas dupe de la valeur à accorder aux différents témoignages, la Dame Cornet entreprit de marier Fabre à une ancienne femme de chambre qui « avoit été l’agente de ses amours », tout comme elle l’avait fait, en 1768, avec Xavier Sacerdoty, marié à une cousine éloignée. Ces deux mariages entièrement artificiels ne sont que des subterfuges selon le sieur Cornet. Pour preuve : le mariage de Xavier célébré, elle fit don à ce dernier et à son épouse de la moitié de tous ses biens, afin de les soustraire à l’autorité maritale42. Dans la première union matrimoniale comme dans la seconde, la Dame Cornet, cherchant à installer les deux couples, pilla le domicile conjugal pour fournir le foyer de ces amants. Pire, elle prétendit vendre à Fabre une maison qu’elle possédait dans le quartier de Sainte Marguerite, une vente qui ressembla fort, en réalité, à une donation43. Durant le printemps de l’année 1769, alors que le sieur Cornet était à Venise, la Dame Cornet, les amants et leurs épouses « firent des voyages à la Ciotat à la Sainte Baume, à Roquevaire, à Aix ; dans le cours de ces voyages elle prodigua tout à la fois ses caresses à Fabre et à Sacerdoty, ce même lit étoit le théâtre de leurs plaisirs » et « soit dans les auberges de route soit à la maison de campagne on les a vu coucher ensemble sur le même lit ou la delle Reynoir la gorge découverte se livroit avec infamie aux attouchements de l’un et de l’autre dans les postures les plus indécentes ». Le couple de cabaretiers de Roquevaire, qui avait vu cette scène de lubricité, souligna que la Dame Cornet se livrait à des caresses aussi bien avec ses amants qu’avec leurs femmes. Non sans ironie, le sieur Cornet n’oublia pas de stigmatiser la situation présentée comme singulière :

  • 44 A.D. B.D.R. 9 F 34. Voir la thèse de Nathalie KREMER, Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisembl (...)

« l’histoire de ses malheurs & des crimes de son épouse, se présente d’abord comme une de ces fictions faites pour charmer l’ennui des lecteurs oisifs ; mais si l’habileté des Auteurs donne quelques fois aux Romans le mérite de la vraisemblance, ils n’ont jamais celui de la vérité. Ici, au contraire, c’est la vérité qui se montre avec tant de force, qu’elle auroit besoin du masque de la vraisemblance »44.

  • 45 Voir Léon GALIBERT, Histoire de la République de Venise, Paris, Furne, 1850, p. 453. Voir également (...)

22La volonté d’incriminer l’épouse est renforcée par son attitude exprimée lors des difficultés que le sieur Cornet rencontra dans ses affaires en 1764. Alors en guerre contre Alger, Venise éprouva de sérieux embarras avec les Barbaresques, qui portèrent atteinte aux circuits commerciaux maritimes, occasionnant de nombreuses difficultés auprès des élites marchandes45. Le sieur Cornet tente de montrer que tous les devoirs élémentaires d’assistance et d’entraide induits par le mariage avaient été ouvertement bafoués. Le sieur Cornet indique qu’il avait même tenté à plusieurs reprises de convaincre sa femme de sauver leur mariage. Aussi révèle-t-il que

  • 46 A.D. B.D.R 9 F 34.

« ce fut dans le lit de son épouse, que se dépouillant de tout ce que les droits de son sexe auroient pu lui donner de sévérité & de véhémence, il lui parla avec cette cordialité que la confiance, ou l’espoir de persuader, inspirent ; il s’expliqua avec effusion de cœur, & sembla demander une grâce, lorsqu’il auroit pu donner des ordres : peut être même des larmes mouillèrent-elles ses yeux ; eh ! Pourquoi rougiroit-il d’avouer qu’il paya ce tribut à la nature & à la sensibilité ? »46

  • 47 Louis Phélypeaux, comte de Saint-Florentin, marquis (1725) puis duc (1770) de La Vrillière.

23L’intrusion du soi, certes instrumentalisée, est à nouveau utilisée dans le discours judiciaire. Le sieur Cornet n’hésite pas, du reste, à inverser les rôles, afin de mieux condamner son épouse. Cette féminisation du comportement fait ressortir le caractère monstrueux de son épouse qui se comporte comme un homme. La réponse de la Dame Cornet à ces suppliques est sans appel : « je veux vous dépouiller de tout ce que vous avez ». Cet argument, d’après les fonds de la Sénéchaussée, est en général mis en avant par les femmes dans le cadre des violences conjugales. Une telle inversion du soi renforce la dimension illocutoire et perlocutoire de la plainte du sieur Cornet, lequel avait entrepris plusieurs tentatives de médiation, en ayant fait appel par exemple à deux conseillers du Parlement, Messieurs de Beauval et de l’Isle, démarches qui se conclurent par un échec. M. Astier, chanoine de l’église de Riez, s’y essaya également, mais en vain. Le sieur Cornet tenta même de faire enfermer de force son épouse, en envoyant une lettre à Monseigneur le duc de la Vrillère47, datée du 6 novembre 1770, dans laquelle il demandait que le roi ordonnât l’internement de sa femme, de nouveau sans succès. Cette ultime confession, présentant un sieur Cornet mis à nu et sincère, dont les tentatives de médiation s’avérèrent infructueuses, justifie alors qu’il

  • 48 A.D. B.D.R 9 F 34.

« étoit déjà tems, sans doute, de livrer au bras vengeur de la Justice, cette épouse infidèle, & l’honneur s’indignoit du silence de l’époux48.

24Une gradation évidente, effet d’une rhétorique habile, est destinée à présenter la Dame Cornet comme un être sortant de sa condition :

  • 49 A.D. B.D.R 9 F 34.

« Tous les tribunaux retentissoient de son nom, & partout elle se montroit infatigable. On eut dit qu’elle se multiplioit lorsqu’il falloit nuire »49.

25Les défenseurs du sieur Cornet témoignent d’une grande acuité et maîtrise des façons de dire et de faire en justice : ainsi peut-on lire que la plainte en sévices de la Dame Cornet, sa demande en séparation, « avoient la fausseté pour appui ». Elle avait circonstancié les faits les plus graves,

  • 50 A.D.B.D., R 9 F 34.

« elle avoit fait son rôle ; toute femme qui plaide en séparation, fait la même chose. […] leurs maris ont presque toujours voulu les faire périr, les égorger; le poison, la canne, le couteau sont introduits sur la scène »50

  • 51 Il s’agissait d’un véritable projet éditorial que la Dame Cornet souhaitait faire publier.

26Une sentence fut alors prononcée contre la Dame Cornet qui fut contrainte de se retirer dans un couvent. Son époux, quant à lui, fut condamné à payer à l’Économe du couvent une pension annuelle de 800 livres, « pour servir de nourriture & entretien ». Aussi ne manqua-t-il pas d’utiliser, aux yeux de tous, cette obligation comme un acte de libéralité : « Qui n’applaudira pas à ce monument de justice & de sagesse ? Qui ne se dira point : « voilà un hommage à la pureté des mœurs, à la sainteté du mariage, un frein salutaire aux excès de la Dame Cornet ». Mais la Dame Cornet, une fois encore, refusa la sentence et fit appel. Elle partit alors vivre chez son oncle à Toulon. L’action en justice pour adultère fut lancée contre l’épouse réputée infidèle qui fut décrétée de « prise de corps » le 4 octobre 1771. Le temps de la détention fut savamment utilisé par la Dame Cornet qui, affairée à sa défense et à obtenir sa libération, entreprit la rédaction d’un mémoire. Aussi a-t-elle « composé ou fait composer dans les prisons une espèce de roman en forme de lettres qui contient son histoire, & la réponse aux prétentions de son mari »51. La Dame Cornet se battit jusqu’au bout pour remporter la victoire qu’elle n’obtint pas.

D’une justice à l’autre : la réparation de l’honneur rediscutée

27Après les années 1770 et 1772, qui marquent l’apogée du conflit conjugal, la défaite de la Dame Cornet est consacrée, à l’issue d’une bataille judiciaire menée sans merci et sans trêves. L’affaire semble avoir été ainsi réglée et la Dame Cornet, résignée à sa maigre pension, disparaît de l’espace public. Pourtant, un événement sans précédent remet sur le devant de la scène la Dame Cornet et « son » affaire : la Révolution. En effet, depuis juillet 1789, l’assemblée Constituante est en place. La Dame Cornet reprend alors espoir et espère, des bouleversements politiques survenus grâce à la Révolution et aux changements de régime, un retour en grâce, un retour de ses biens. Elle décide de faire imprimer un nouveau mémoire dans lequel elle revient, vingt ans après, sur les griefs qu’elle avait contre son époux et le procureur Lejourdan, à la différence qu’elle livre désormais des bribes de son destin et ses sentiments sur cette période où prévaut la déception face à une justice royale qu’elle espère voir réformée par la Constituante. Son mémoire, dont la forme est celle d’un ouvrage, s’intitule

  • 52 Conservé à la bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, cote In 8 pièce 1929.

« Le triomphe de la vérité et de l’innocence, ou l’infortunée REYNOIR, victorieuse des calomnies & des criminelles manœuvre du Sr. Cornet son époux. Perfequar inimicos meos, & non revertar donec deficiant = Je poursuivrai mes ennemis, & je ne quitterai l’arêne qu’après les avoir terrassé »52.

28Elle l’adresse à la municipalité de Marseille le 22 juin 1790, critiquant la justice royale, ainsi que les « despotes en robes noires », dont elle fustige l’incompétence. Le texte est complété d’un second, intitulé « L’époux qui veut se faire déclarer cocu et la suite de la demande en divorce de la ci-devant Dame Cornet ». La conclusion de ce dernier texte paraît être, d’un point de vue rhétorique, le passage le plus virulent et passionné. Réalité et fiction interfèrent et se nourrissent l’une de l’autre. Le recours à l’écriture est quasi expiatoire et libérateur. La Dame Cornet couche par écrit ses souffrances, diabolise ses ennemis qui, d’une certaine manière, lui échappent, parce qu’elle a perdu son procès. Elle écrit plus pour elle-même que pour les Marseillaises qu’elles exhortent pourtant à agir. Cette pièce en devenir n’est autre qu’une transcription fictionnelle des étapes de sa vie de femme malmenée, non pas par le mariage, mais par le mauvais époux. La Dame Cornet place tous ses espoirs en la Constituante, puisque « l’exposante demande à être admise au divorce ». Elle indique « qu’elle a été incarcéré un grand nombre d’années » et qu’il lui tarde de voir « briser un lien qui ne subsiste plus que sur le papier ». Le lien social brisé depuis longtemps, le lien spirituel n’étant plus qu’un leurre et le temps des intérêts communs révolu, la Dame Cornet exige l’annulation de son mariage. L’éviction de la Dame Cornet par son époux, par la voie de la justice, a délivré le sieur Cornet de ce qui est à la base de la puissance des élites et de leur pérennité : l’harmonie des intérêts des lignages, dont les époux sont les gardiens. La question de l’intime dans la construction du pouvoir des élites est donc primordiale. Si les élites fondent leur puissance et leur prestige sur des moyens leur conférant à la fois l’autorité et la reconnaissance sociale, il faut toutefois rappeler que, au-delà des stratégies matrimoniales et des intérêts économiques, c’est le mariage des réputations, patiemment forgées, qui est à la base de la notion de pouvoir. Dans une société où le concept de l’honneur est essentiel, il n’est pas réaliste de dissocier les intérêts, source de profits, de la fama, expression d’une légitimité, gage de confiance, notamment dans un contexte marseillais marqué par des échanges maritimes à risque. Cette intrusion dans l’intimité de quelques membres des élites phocéennes nous a permis de dévoiler une partie de la réalité de leur quotidien et de saisir, par l’analyse du soi, la définition même de l’élite, son essence et son autorité.

Haut de page

Notes

1 Paul AUBERT, Gérard CHASTAGNARET, Olivier RAVEUX (dir.), Construire des mondes : élites et espaces en Méditerranée, XVIe-XXe siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2005 ; André LESPAGNOL, À propos des élites urbaines dans l’Ancien Régime : l’exemple de Saint Malo au XVIIIe siècle, Paris, Société d’histoire moderne, 1983 ; Robert MUCHEMBLED, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Flammarion, 1978 [rééd. Champs-Flammarion, 1991] ; Maurice BORDES, L’Administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1972 ; Guy CHAUSSINAND-NOGARET et alii, Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle. L’honneur – le mérite – l’argent, Paris, Tallandier, 1991 ; Laurent COSTE, Les lys et le chaperon : les oligarchies municipales en France de la Renaissance à la Révolution, milieu XVIe siècle-1789, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2007. D’un point de vue sociologique, voir l’ouvrage de Jacques COENEN-HUTHER, Sociologie des élites, Paris, Armand Colin, 2004.

2 Pierre BOURDIEU, « Les stratégies matrimoniales dans les systèmes de reproductions  , Annales: économies, sociétés, civilisations, Famille et société, Paris, 1972, 4-5, p. 1105-1127, p. 1107.

3 A.D. B.D.R. 9 F 34 « Mémoire à consulter et consultation appelant de la Sentence rendue par le lieutenant criminel de la Sénéchaussée de Marseille le 16 juin 1772 ».

4 Les archives que nous analysons proviennent des fonds de la Sénéchaussée de Marseille (série 2 B) et de la collection de factums (série 9 F) conservées aux archives départementales des Bouches du Rhône. Il faut ajouter encore à celles-ci, les factums issus des fonds patrimoniaux de la Méjanes, à Aix-en-Provence. Voir Maurice DAUMAS, « Les conflits familiaux dans les milieux dominants au XVIIIe siècle », Annales, 4 (1987), p. 901-923.

5 Voir Claudia ULBRICH, Kaspar VON GRYERZ, « Selbstzeugnisse in transkultureller Perspektive », Max Kerner (éd.), Eine Welt ? Eine Geschichte? 43. Deutscher Historikertag in Aachen, 26. bis 29. September 2000, Berichtsband, München, 2001, p. 48-55. 

6 A.D. B.D.R. 9 F 34. Copie de la consultation faite le 24 septembre 1771, par les avocats Serraire, Pascal & Simeon d’Aix, assisté de Me. Maquan, Procureur au Parlement.

7 Dans le factum de François POUTET & Magdeleine TREMELAT, sont directement remises en cause les compétences de Jean-Pierre Chomel, lieutenant général de la Sénéchaussée de Marseille. On rappelle les devoirs et fonctions du juge.

8 A.D. B.D.R. 2 B 1490.

9 Martine SONNET, Daniel ROCHE, L’Éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Cerf « Histoire », 1987.

10 A.D. B.D.R. 9 F 34.

11 Alain GIRARD, Le choix du conjoint, une enquête psycho-sociologique en France, Paris, PUF, « Travaux et Documents », cahier n°70, 1981. Voir également, Pierre BONTE (dir.), Épouser au plus proche, Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, Éditions de l’EHESS, 1994.

12 A.D. B.D.R. 9 F 34. Op. cit., p. 3

13 A.D. B.D.R. Amirauté 9 B6 f°1115. Il est alors âgé de 21 ans.

14 A.D. B.D.R. 9 F 34. Op. cit., p. 4.

15 Péloponnèse.

16 Louis BERGASSE, Souvenirs de Marseille et des Échelles du Levant au XVIIIe siècle. Deux consuls marseillais au Levant ; un courtier de commerce et un notaire marseillais sous la Révolution, Marseille, Barlatier, 1921.

17 Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, cote In 8, pièce 1929. La dame Cornet fait référence à l’ouvrage de Claude Adrien Helvétius, De l’Esprit, Paris, Durand, 1758.

18 A.D. B.D.R. 9 F 34. Op. cit., p. 4.

19 Maurice DAUMAS, La tendresse amoureuse, XVIe–XVIIIe siècles, Paris, Perrin, 1996 ; Id., Le Mariage amoureux. Histoire du lien conjugal sous l’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 2004.

20 Rose hérite des biens de son oncle, de sa tante et de son père, soit la somme de 50 000 livres.

21 A.D. B.D.R 2 B 1147. Procès au civil intenté par la Dame Cornet au sieur Lejourdan daté du 7 février 1770 pour injures graves et menaces.

22 Il fait référence à la « requête remonstrative » de la Dame Cornet ; cf. la note 10 au sujet de la requête « remonstrative ».

23 A.D B.D.R 9 F 33.

24 Odette DAVID, L’autobiographie de convenance de ma Dame d’Épinay, écrivain-philosophe des Lumières : subversion idéologique et formelle de l’écriture de soi, Paris, L’Harmattan, 2007. Le texte original de Mme d’Épinay (1726-1783) fut publié par Georges ROTH, Histoire de Madame de Montbrillant: les pseudo-mémoires de Madame d’Epinay, Paris, Gallimard, 1951.

25 Dont il est originaire.

26 A.D B.D.R 9 F 33.

27 A.D. B.D.R 9 F 33. Réponse à la requête rémontrative du Sieur Lejourdan.

28 Confère traité de vente établit par Me Grosson, du 9 décembre 1770. La déclaration au greffe de l’amirauté n’est faite que le 15 janvier 1771.

29 La maison fut acquise par acte du 10 septembre 1767, reçu par Me Gourdan, notaire.

30 Charles JOURNET, Mater dolorosa : Notre-Dame des Sept Douleurs, Stein-am-Rhein [Suisse], Éd. Christiana, 1974, ainsi que Régine DETAMBEL, Notre-Dame des Sept Douleurs, Paris, Gallimard, 2007.

31 Le sieur Lejourdan cite les Décrétales, de cognatione spirituali, cap. Veniens, du pape Innocent III (1160 – 1216). Il cite également le pape Boniface VIII (1235-1303).

32 Agnès FINE, Parrains, marraines : la parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 1994.

33 A.D. B.D.R. 9 F 33.

34 A.D. B.D.R. 9 F 34, p. 9-10.

35 Catherine MARTIN, Les compagnies de la Propagation de la foi (1632-1685). Paris, Grenoble, Aix, Lyon, Montpellier. Étude d’un réseau d’associations fondé en France au temps de Louis XIII pour lutter contre l’hérésie des origines à la Révocation de l’édit de Nantes, Genève, Droz, « Travaux du Grand Siècle », n° XVI, 2000.

36 A.D. B.D.R 2 B 1490, f°3 1771.

37 A.D. B.D.R 2 B 1490, f°3 1771.

38 Ibid.

39 A.D. B.D.R. 2 B 1490.

40 Pierre-François MUYART DE VOUGLANS, Les loix criminelles de France, dans leur ordre naturel, dédiées au roi, Paris, La Société Typographique, 1781, p 203.

41 A.D. B.D.R 2 B 1148. Plainte du Sieur Cornet déposée contre sa femme et ses amants le 4 juin 1772.

42 Acte du 16 mai 1769.

43 Acte du 7 décembre 1769.

44 A.D. B.D.R. 9 F 34. Voir la thèse de Nathalie KREMER, Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable. La notion de vraisemblance au XVIIIe siècle, soutenue à la Katholieke Universiteit Leuven en 2005.

45 Voir Léon GALIBERT, Histoire de la République de Venise, Paris, Furne, 1850, p. 453. Voir également Jean GEORGELIN, Venise au siècle des Lumières, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1978.

46 A.D. B.D.R 9 F 34.

47 Louis Phélypeaux, comte de Saint-Florentin, marquis (1725) puis duc (1770) de La Vrillière.

48 A.D. B.D.R 9 F 34.

49 A.D. B.D.R 9 F 34.

50 A.D.B.D., R 9 F 34.

51 Il s’agissait d’un véritable projet éditorial que la Dame Cornet souhaitait faire publier.

52 Conservé à la bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence, cote In 8 pièce 1929.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Regina, « Élites, secrets de famille et publicité à Marseille au XVIIIe siècle  », Rives méditerranéennes, 32-33 | 2009, 45-64.

Référence électronique

Christophe Regina, « Élites, secrets de famille et publicité à Marseille au XVIIIe siècle  », Rives méditerranéennes [En ligne], 32-33 | 2009, mis en ligne le 05 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/2939 ; DOI : 10.4000/rives.2939

Haut de page

Auteur

Christophe Regina

Doctorant, professeur d’histoire et de géographie, enseignant l’histoire moderne à l’Université de Provence, membre du laboratoire TELEMME (MMSH), Christophe Regina prépare une thèse de doctorat consacrée aux expressions de la conflictualité féminine à Marseille au XVIIIe siècle. Il est l’auteur de « Brimer les corps, contraindre les âmes : l’institution du Refuge au XVIIIe siècle. L’exemple d’Aix-en-Provence, 1700-1787 », Genre & Histoire, n° 1, automne 2007, et le co-auteur, avec Ph. Gardy, de Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du Refuge au siècle des Lumières (à paraître à Montpellier, aux Presses Universitaires de la Méditerranée). Ses recherches portent sur la justice, la société et le genre sous l’Ancien Régime.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals