Navigation – Plan du site

De la ligne de conduite au groupe hétérodoxe : un aperçu de l'évolution sémantique du mot secta, depuis les origines jusqu'au début du Haut Moyen Âge.

Pascal Boulhol
p. 11-34

Résumés

Issu du verbe sequi, « suivre », le mot secta désigna longtemps chez les Latins, sans connotation défavorable, une ligne de conduite intellectuelle ou morale. Il fut souvent appliqué aux écoles de pensée, surtout philosophiques. Les chrétiens, influencés par cette acception, donnèrent au terme un sens religieux en l'utilisant, concurremment au calque haeresis, pour traduire le grec hairèsis, appliqué dès le Nouveau Testament aux groupes dissidents ou même hétérodoxes. Secta suggère la déviation et l'indiscipline malignes d'une coterie qui se place en dehors de l'Eglise catholique. Longtemps facultatif, ce glissement sémantique vers l'idée moderne de « secte » se confirme après les accords de Milan (313), et s'officialise quand le christianisme devient religion d'Etat (391-392). Il reflète la fin d'un monde : au pluralisme antique, qui voyait dans la variété des « sectes » un signe de santé intellectuelle et une condition de l'épanouissement individuel (pas de studia liberalia sans liberté de choix !), a succédé une religion exclusive imposant un dogme indiscutable (« monodoxie »). L'usage d'haeresis et de secta (plus rare) tendit dès lors à se confondre, et les emplois non dépréciatifs du second terme se confinèrent au domaine scientifique (en particulier à la médecine).

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire, linguistique, secte

Géographie :

Grèce, Méditerranée

Chronologie :

Antiquité, Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Le substantif féminin secta, issu du verbe déponent sequi, « suivre » 1­ une étymologie dont les Anciens étaient conscients, même si certains, par erreur, rattachaient le mot non seulement à sequi, mais encore à secare, « couper » 2­, signifie le fait de « suivre » quelque chose ou quelqu'un, ou plus exactement le chemin ou la ligne fictifs qu'on suit pour atteindre un but. Le terme appartient à la même famille lexicale que l'adjectif secundus (« suivant », d'où « second ») et que la préposition secundum (« en suivant », « le long de », et finalement, au figuré, « suivant », « selon »).

2Communes ou spécialisées, profanes ou religieuses, les acceptions de secta dans les premiers siècles furent nombreuses et variées. Heureusement pour le traducteur, les auteurs chrétiens, conscients de cette polysémie, caractérisent ou situent le mot de telle façon que le doute est assez rare. Pour éclairer la complexité sémantique de secta et son évolution, notre brève enquête se divisera en deux grandes sections : l'emploi du mot chez les auteurs préchrétiens ou non-chrétiens; l'emploi du mot chez les chrétiens3. Ce choix, qui nous paraît le moins mauvais, expose toutefois à quelques redites, dont nous prions le lecteur de nous excuser.

Les emplois païens

« Ligne de conduite »

3La plus ancienne acception du terme secta, encore très proche de son étymologie, est « ligne (ou règle) de conduite », « maxime » (au sens classique), « parti » (qu'on prend). Le mot relève de la sphère pratique ou éthique, du champ de l'action. Le premier témoin en est le poète Naevius, à la fin du IIIe siècle av. J.-C. 4Son emploi n'est pas rare chez Cicéron. En voici un bon exemple :

4Atque hac quidem ratione omnis natura artificiosa est, quod habet quasi viam quandam et sectam quam sequatur.

5Il (scil. Zénon de Citium) ajoute que toute nature, du moins selon ce principe, est productrice d'art, du fait qu'elle a, pour ainsi dire, une sorte de voie (route) et de ligne de conduite qu'elle se propose de suivre5.

6Au moyen d'une figure étymologique, secta est ici expliqué par sequor, et l'indication précisée par la métaphore de la route (via) : la nature, personnifiée par Zénon, suit sa propre voie et nous invite à l'imiter6. Ainsi, le mot désigne souvent, au moins jusqu'à la fin du IIe siècle de notre ère, les principes de vie, la règle de conduite qu'on se donne. Cicéron, comme maint autre écrivain latin, réunit volontiers le substantif secta et le verbe sequi7. Avec un tel contenu sémantique, il est naturel que le terme soit souvent connoté positivement, témoin, par exemple, Pline le Jeune8. Mais cette connotation favorable n'a rien d'obligatoire, comme le montre un vers de Lucrèce9. Tout dépend de qui, ou de ce que, l'on suit.

En politique : « ligne », « tendance », « parti »

7À partir de l'idée de « ligne de conduite », secta peut, dans le domaine politique, désigner les principes d'action, la « position », d'un individu, et par suite, non sans une nuance ambiguë, le groupe ou le clan de ceux (« clients » ou « amis », dans le jargon politique romain) qui se rallient comme sectatores à cette position et se placent dans le sillage de l'individu en question, dès lors leur chef ou leader10. Le mot, même dans sa seconde acception, ne se confond pas avec ceux qui signifient « parti politique » (pars, factio)11. Il ne désigne pas davantage une réalité officielle et permanente, mais dessine le parcours d'un personnage entreprenant, qui pourrait se révéler un aventurier ou un condottiere12. Cicéron parle ainsi de la secta du peu scrupuleux Marc Antoine13. Chez Tite-Live, sur 5 occurrences, 4 sont connotées négativement et désignent le ralliement à des conquérants étrangers (35, 49, 5; 36, 1, 5; 42, 31, 1) ou à un agitateur local (8, 19, 10); la seule à être affectée d'un coefficient positif figure dans une prière où le général Scipion l'Africain demande la protection divine pour lui-même et pour ses partisans (29, 27, 2). Le vocable, on le voit, est facilement appliqué au domaine des opérations militaires, où l'action de suivre le chef n'est pas une métaphore. On retrouve un usage positif du terme sous la plume du compilateur livien Valère-Maxime rapportant que le consul Q. Cécilius Métellus Numidicus, dans sa conduite de la guerre contre Jugurtha, suivit la secta de Scipion Émilien, lequel avait mené à bien le difficile siège de Numance14.

8Dans le domaine politique, le mot assume une valeur officielle et une nuance nécessairement élogieuse lorsqu'il se rapporte à la ligne de conduite de l'empereur régnant. Nous avons vu (supra, n. 9) Pline le Jeune, en bon courtisan, parler de la sage secta de Trajan : il s'agit là de morale aussi bien que de politique. Dans le cas de la secta de Marc Aurèle mentionnée, à la fin du IVe siècle, par l'Histoire Auguste (Vita Veri, I, 1), les idées de sagesse dans le gouvernement, de conduite vertueuse et de philosophie se mêlent apparemment. L'usage princier du mot, de fait, persista longtemps15, et ne fut pas répudié par les empereurs chrétiens16, qui conservèrent une formule telle que secta mea (ou secta temporum meorum) non patitur, « mes principes (ou “les principes de mon époque”) n'admettent pas que… ».

« Style de vie »

9Dans les dernières décennies du Ier siècle ap. J.-C. apparaît l'expression courante secta vitae, qu'on peut traduire par « style de vie », « régime de vie », voire par « activité ». Écoutons Quintilien : «Il est très facile, assurément, de persuader aux honnêtes gens des conduites honnêtes; mais si c'est de personnes sans scrupules que nous tentons d'obtenir un comportement correct, gardons-nous de donner l'impression que nous blâmons un choix de vie différent du nôtre…»17. L'expression peut avoir des implications politiques : Pline le Jeune encore l'emploie en s'adressant à Trajan18. En fait, elle s'applique à tous, avec la même signification générale que l'anglais « way of life ». Vitae secta se réduisit bientôt, assez souvent, au seul mot secta. Le terme est aimé d'Apulée, qui l'utilise 11 fois dans son roman Les Métamorphoses, et lui donne une singulière flexibilité sémantique19.

« Système intellectuel », « école (de pensée) »

10Le mot secta se spécialisa tôt (dès Cicéron) pour désigner les tendances, écoles ou mouvements intellectuels; là aussi, il a souvent la fonction syntaxique de complément d'objet du verbe dont il est issu, sequi20. Dans ce sens, secta faisait pendant au grec haíresis, dont l'étymologie diffère pourtant, puisque celui-ci dérive d'un verbe actif hairéô-ô, « saisir », ou de sa forme moyenne hairoûmai, « choisir »21. L'hérésie se définit comme la saisie, l'appréhension d'une question ponctuelle, d'un élément ou une partie d'un ensemble; autrement dit, elle est sélection, choix personnel22. Cette sélection, légitime dans l'esprit de la société hellénistique ou romaine, sera naturellement rejetée, en matière de religion, par les chrétiens, jaloux de l'unité de leur foi et de leur Église.

11Les emplois les plus nombreux du mot profane secta / haíresis concernent les écoles, ou obédiences, philosophiques23. L'idée de « ligne de conduite » n'est pas loin, même s'il peut s'agir à présent de suivre un homme, un sage qui explique ces principes et les illustre par sa vie. Dans la notion de secta philosophique se superposent divers niveaux : didactique (suivre les leçons d'un maître), épistémologique (suivre la voie de la connaissance), téléologique (s'acheminer vers le « souverain bien »), moral (chercher la conduite vertueuse, i.e. pour la Stoa, on l'a vu, « suivre la nature »). Pythagoriciens, platoniciens, péripatéticiens, cyniques, stoïciens, épicuriens etc. : la multiplicité des sectae était admise de tous et jugée comme celle des métiers. Au pis, elle nourrissait l'antidogmatisme des Sceptiques 24ou poussait Lucien (Philosophes à vendre) à peindre avec verve tous ces doctrinaires comme des boutiquiers ou des charlatans. Les catalogues grecs « Sur les sectes » (Perì hairéseôn) ­ dont certains circulèrent plus tard en traduction latine sous le titre De sectis ­, apparurent probablement vers le milieu du IIe siècle av. J.-C. et se développèrent au siècle suivant : ils résumaient pour l'« honnête homme » d'alors, en un panorama succinct, l'enseignement des diverses écoles de sagesse25.

12Hors de la sphère philosophique, le mot secta peut renvoyer à des doctrines médicales ­ un domaine où un tel emploi est pléthoriquement attesté 26­, astronomiques 27ou juridiques28. Cette appellation technique ne sortit jamais de l'usage; elle s'imposait pour rendre le grec haíresis pris dans la même acception. Ainsi, quand un inconnu traduisit, vers le Ve-VIe siècle, le Perì hairéseôn de Galien, ou quand l'obscur médecin ravennate Agnellus, qui vivait peut-être à la fin du VIIe siècle et ne pouvait être que chrétien, adapta le commentaire qu'en avait fait Jean d'Alexandrie, l'un et l'autre choisirent tout naturellement comme titre De sectis. La langue scientifique ignora l'évolution négative du mot dans le langage courant.

Les emplois chrétiens

La Bible

13Le terme secta ne se trouve qu'une fois dans l'Ancien Testament (Esther 8, 17), où il signifie à peu près « religion » (autre que le judaïsme, et considérée du point de vue de celui-ci). Il est mieux représenté dans le Nouveau Testament, avec 7 occurrences ainsi réparties : Actes des Apôtres (4), Paul (1) et Pierre (2). Comme on sait, la version latine du NT dont nous disposons aujourd'hui (Vulgate) fut faite à la fin du IVe siècle par saint Jérôme; toutefois, ce dernier a souvent repris telles quelles des traductions antérieures appartenant à la « vieille Latine » (Vetus Latina, en abrégé VL), que nous n'avons conservée que par fragments29.

Passage_

Vulgate_

Vetus Latina

mot grec traduit

1

Actes 24, 5

auctorem seditionis sectae Nazarenorum

Nazarenorum sectae

hairéseôs

2

24, 14

secundum sectam quam heresim dicunt

secundum viam quam dicunt haeresin

hodón (“voie”)

3

26, 5

secundum certissimam sectam nostrae religionis vixi_

sectam_

haíresin_

4

28, 22

de secta hac_

de haeresi enim_

hairéseôs_

5

Galates 5, 20

dissensiones, sectae, invidiae_

haereses

hairéseis

6

2 Pierre 2, 1

qui introducent sectas perditionis_

sectas

hairéseis

7

ibid., 2, 10

sectas non metuunt blasphemantes_

?

dóxas_

14Dans la Vulgate, le grec haíresis est traduit tantôt par son calque haeresis (Ac 5, 17. 15, 5. 24, 14; 1 Co 11, 19), tantôt par secta (voir tableau ci-dessus). Nous distinguons mal les raisons de ces choix. Qui peut dire pourquoi Jérôme, dans sa traduction de Ga 5, 20, remplaça par sectae la leçon hereses de la VL30? Inversement, des occurrences VL de secta ont pu disparaître de la Vulgate31.

15Le terrain sémantique se révèle un peu plus ferme. Il est clair que la connotation du terme secta varie selon les passages. Elle est neutre dans le n° 2, où Paul s'adresse au gouverneur romain Félix : pour être compris de lui, l'Apôtre parle son langage et emploie secta au sens de « ligne de conduite », « voie » (on a en grec hodón, « route », unique cas dans la Bible où ce terme est rendu par secta)32. Dans le n° 3, où le mot semble avoir le même sens (bien qu'il traduise cette fois le grec haíresin)33, il paraît neutre, voire positif si l'on adopte le regard de l'interlocuteur, mais le lecteur sait que l'Apôtre a rompu avec la secte pharisienne34. Le discours, petit chef-d'œuvre de rhétorique, est adressé au roi juif Hérode Agrippa II, sur un ton respectueux et conciliant : Paul, qui espère convertir Agrippa, veut lui montrer qu'il est un juif pieux, et que son ralliement à Jésus, le Messie annoncé, n'est que l'effet de sa stricte observance. Le public chrétien de l'état final des Actes35, entre les lignes, comprend que l'appartenance à une quelconque haíresis / secta juive devient caduque avec la venue de Jésus, le seul qu'il faille suivre désormais. Si le christianisme naissant est bien une « secte juive » ­ ce dont conviennent la plupart des historiens actuels 36­, il ne se donne pour tel, à l'intérieur du NT, que dans ces discours des Actes; les générations suivantes feront tout pour oublier cette origine, préférant même le parallèle avec les philosophes. Dans les exemples 5-7, secta assume, par son contexte, un sens négatif : dissension et discorde, voire « schisme » dans Ga 5, 20; erreur, voire « hérésie » funeste dans 2 P 2. La Vulgate de Galates (5, 20) inclut les sectae (grec hairéseis), c'est-à-dire les tendances ou factions, dans un catalogue de péchés et vices (les « œuvres de la chair ») comptant 15 ou 16 termes37. Ici comme ailleurs, ces vices sont cités par paires selon leurs affinités38: le couple grec dikhostasíai / hairéseis est rendu en latin par dissensiones / sectae, soit « dissensions, factions (ou scissions) ». L'idée est celle d'un clan fractionnaire et n'a encore aucun aspect doctrinal; le jugement négatif porté dans Ga 5, 20 touche à la fois la discipline et la morale. En revanche, 2 P 2, 1 et 10 (dans le second cas, sectas traduit dóxas, « opinions ») ont une nette couleur « dogmatique ». La TOB traduit : « Il y aura parmi vous de faux docteurs qui introduiront sournoisement des doctrines pernicieuses ». Répétant la mise en garde de Jésus (Mt 24, 11) contre les faux prophètes, l'auteur (au début du IIesiècle?) songe ici à une déviation doctrinale. Certes, l'expression sectae perditionis (hairéseis apôleías) possède aussi une portée morale qu'éclairent les versets suivants39: on flétrit ici, dans les mœurs comme dans les idées, de mauvais choix menant à la perdition (apôleia); mais le dévoiement de pensée est premier et a pour corollaire la vie dissolue. Toutefois, si l'on admet que le sens doctrinal prévaut ici dans le couple hairéseis / sectae, l'adjonction du complément apôleías / perditionis pourrait indiquer que l'acception « doctrine sectaire » ne va pas encore de soi en ces temps40. Voilà en tout cas une pierre d'attente pour l'emploi purement hérésiologique de secta.

La période patristique

16Les chrétiens latinophones, pour traduire l'acception religieuse du mot grec, se contenteront de reprendre celui-ci tel quel : le terme latin haeresis (vulgairement heresis), un pur « christianisme » ­ au sens linguistique ­, sera donc monosémique et toujours péjoratif. Au rebours, le mot secta sut garder, chez les premiers auteurs chrétiens, son double sens général de « ligne de conduite » / « style de vie » et d'« école de pensée ». Ce maintien était rendu possible par le fait que le néologisme haeresis s'était chargé de toutes les virtualités négatives de l'acception religieuse du vocable grec haíresis, et que schisma exprimait adéquatement l'idée de scission ou schisme. On ne sentait pas encore le besoin d'englober ces deux derniers mots dans un terme compréhensif. Secta et ses dérivés (sectator etc.) resteront ainsi, durant près de trois siècles, assez souvent neutres dans la langue ecclésiastique.

« Ligne de conduite », « principes de vie »

17Cette acception figure plusieurs fois chez Tertullien (vers 155-225). On lit dans le Contre Marcion (IV, 23) l'expression sectam creatoris exsequi, « suivre la manière de faire du Créateur ». Dans son traité Sur le mariage unique, le même auteur évoque la « ligne de conduite des veuves »41. En 256, saint Cyprien associe secta et via, et donne clairement au premier mot le sens de « manière de vivre »42. Mais la phrase suivante comporte le verbe sectari appliqué aux philosophes : Hanc se sectari philosophi quoque profitentur. Dans une de ses lettres, l'évêque de Carthage parle encore de « la manière de vivre et de la conversatio des serviteurs du Seigneur »43. L'importance, chez lui, du thème « suivre le Christ » (Christum sequi) est connue44. On peut être tenté d'y voir la christianisation du cliché philosophique « suivre tel ou tel maître », mais l'image est assez banale et le précédent évangélique assez fort pour qu'on se dispense de supposer une surdétermination profane.

« École philosophique »

18Les Pères de l'Église, surtout les Apologistes, eurent souvent à opposer le christianisme, que les païens percevaient au mieux comme une sorte de secta, aux autres sectae du temps, i.e. aux écoles philosophiques. Ils usèrent donc eux aussi de ce mot, avec plus ou moins de distance, pour désigner les diverses obédiences de la sagesse païenne. Les chrétiens lettrés étaient parfois indulgents envers la variété des écoles. C'est surtout le cas (tradition culturelle oblige!) chez les Grecs, témoin, par exemple, Clément d'Alexandrie 45et Origène. Ce dernier écrit : « Dans toute matière d'étude qui a un fondement sérieux et est utile à la vie, on trouve différentes sectes »46. En bon Hellène, il reste convaincu que la vérité, du moins la vérité pratique et profane, peut être atteinte par plus d'une voie. Ni relativiste ni « pluraliste » ­ même s'il croit aux vertus sélectives de la concurrence 47­, Origène a conscience tant des limites de l'intelligence que de l'utilité propédeutique des exercices intellectuels : à chacun sa voie, selon ses moyens, en attendant de trouver la vérité suprême dans le Dieu de Jésus-Christ. Chez les Latins, la sympathie est rare. Sans généraliser ici sur la polémique antiphilosophique des Apologistes 48et de leurs héritiers, bornons-nous au terme secta et aux deux plus grands docteurs du IVe-Ve siècle. Il arrive à Jérôme de parler sans aigreur des « sectes » philosophiques, e.g. quand il rappelle que Pantène, avant de devenir un illustre docteur chrétien, fut « un philosophe de la secte stoïcienne »49. Sous sa plume, le terme est toutefois plus distant lorsqu'il rabroue Vigilance : « Si tu as envie d'exercer ton esprit, livre-toi aux mains des grammairiens et des rhéteurs, instruis-toi aux écoles [sectis] des philosophes, pour qu'au moins, quand tu auras tout appris, tu commences alors à te taire » 50(la concession et l'adverbe « au moins » montrent l'estime modérée où sont tenues de pareilles études). Augustin, malgré sa formation intellectuelle, n'est pas plus favorable. Fort de ses lectures varroniennes, il insiste, dans la Cité de Dieu (XIX, 1-2), sur la prolifération oiseuse des sectae, et ne se montre pas mieux disposé quand il fait dire aux philosophes : « Adhérez à notre secte, si vous voulez vivre heureux! ». Sa défiance croîtra d'ailleurs dans ses dernières années51.

« Groupe religieux »

19Au contraire du terme moderne qui en est issu, secta n'a pas, dans la langue latine classique, un sens religieux52. Le mot ne désigne pas plus une « religion » qu'une « secte » (au sens actuel). Fait révélateur : aucun des trois premiers témoins païens des progrès du christianisme, à savoir Pline le Jeune (Epist., X, 96 [97], 7), Tacite (Ann., XVI, 44, 3) et Suétone (Néron, 16, 3), ne parle de secta à propos de la superstitio chrétienne53. Pourtant, à partir d'un certain moment (milieu du IIe s.?), on semble avoir usé de ce mot pour désigner les chrétiens, comme communauté et comme confession54. Le souvenir du radical sequi, quelques points communs (pensons notamment aux cyniques), peut-être enfin certaines informations sur la vie et les exigences de Jésus, auraient favorisé le rattachement de ce groupe récent aux vieilles « chapelles » philosophiques. Il se peut en particulier qu'une comparaison plus ou moins consciente avec le pythagorisme ­ école de sagesse au profil à la fois communautaire et fortement religieux ­, ait encouragé ce choix lexical. Quoi qu'il en soit, les païens avaient sans doute appliqué aux chrétiens le terme secta (dans une locution comme secta Christi ou Christiana secta) d'autant plus spontanément que ces derniers tiraient leur nom de leur maître, Christ, de même que les Pythagoriciens, Platoniciens ou Épicuriens étaient nommés d'après leur fondateur55.

20Comment les chrétiens accueillirent-ils une telle appellation? Aux IIe-IIIe siècles, certains l'assumèrent, voire la revendiquèrent, en faisant comprendre que leur secte était la bonne. Ils se voulaient ainsi les tenants de la Dei (ou divina) secta, le parti de ceux qui « suivent Dieu ». Secta figure tel quel quatre fois chez Minucius Félix (vers 160?), où il est toujours mis dans la bouche du païen Cécilius Natalis au cours du débat amical l'opposant à deux chrétiens56. Le terme renvoie une fois aux philosophes; la première et la troisième occurrence désignent techniquement, sans connotation, le groupe doctrinal des chrétiens; et le dernier emploi, quand Cécilius s'avoue vaincu et déclare son adhésion à leur foi, est d'un converti parlant de sa nouvelle religion. Dans un esprit similaire, Tertullien, à la fin du IIe siècle ou au début du IIIe, est de loin l'auteur ecclésiastique qui appliqua le plus le mot secta (surtout au sens de « confession, foi » ou « communauté ») à ses coreligionnaires57. La fréquence culmine dans l'Apologie qu'il adressa en 197 aux gouverneurs de provinces58. René Braun commente : « Tertullien obéit donc à une tradition lorsqu'il emploie, pour parler du christianisme, des termes qui ne peuvent manquer d'évoquer les écoles philosophiques. Toutefois, ce farouche adversaire des philosophes païens, toujours prêt à leur attribuer la responsabilité des hérésies, n'a jamais, comme un Justin ou un Méliton, désigné la religion chrétienne du nom de philosophia. En cela, il se conforme à une tendance occidentale »59. Le mot ne figure plus que sporadiquement chez les écrivains chrétiens ultérieurs60. Au début du Ve siècle, néanmoins, le poète Prudence, chez qui secta se lit 13 fois, l'applique 4fois positivement au christianisme : dans un passage du Contre Symmaque où il exhorte le genre humain (« La route à suivre est libre et s'ouvre à vous! La fatalité n'existe pas! »)61, sur le seuil de sa Divinité du Christ (« Est-ce la vraie doctrine? J'en appelle à toi, ô Maître : est-ce la droite foi que nous observons? »), etc. 62La langue des Muses est conservatrice, ce dissyllabe commode, et l'auteur a manifestement une âme d'apologiste.

21Le terme secta pouvait donc être appliqué par les chrétiens à leur propre religion, surtout s'ils s'adressaient à des païens. Le souvenir du devoir de « suivre le Christ », qu'édicte Jésus lui-même dans l'Évangile 63et qui, nous l'avons dit, guida constamment Cyprien dans sa vie comme dans sa mort, facilita la conservation du mot, dût-on lui accoler une épithète favorable comme vera etc. Ce thème ­ cher aux théologiens et catéchètes d'aujourd'hui, sous le nom pseudo-latin de sequela Christi 64­, fut largement exploité par la littérature martyriale et la prédication avant de devenir un mot d'ordre du mouvement ascétique et monastique65.

22Toutefois, quand le vocable, sous la plume des chrétiens, caractérisait une tendance interne à la communauté, une force séparatiste ou « fractionnaire », il devenait évidemment péjoratif. L'usage remonte, nous l'avons vu, au Nouveau Testament. Vers 320, Lactance en donne un premier exemple :

23Avant tout, il nous faut savoir que le Seigneur en personne 66et ses envoyés 67ont prédit qu'il y aurait un grand nombre de sectes qui rompraient l'unité du corps sacré, et nous ont recommandé de faire preuve de la plus grande prudence pour ne pas tomber dans les filets et les pièges de l'adversaire avec lequel Dieu a voulu que nous luttions68.

24Quelques décennies plus tard, entre 355 et 361, l'évêque Lucifer de Cagliari, intransigeant nicéen destiné, c'est un comble, à devenir à titre posthume le fondateur éponyme d'un schisme, employa souvent secta au sens de « groupe hérétique », toujours à propos des ariens. Parfois, comme lorsqu'il apostrophe Constance II et flétrit les « pseudo-évêques ariens de (sa) secta »69, on serait tenté de traduire « de sa suite » ; mais le sens religieux-hérésiologique, qui du reste n'exclut pas le précédent, est clair et sans concurrent dans plusieurs autres passages70.

25La langue législative de l'Empire christianisé offre ici un intéressant témoignage de sémantisme de transition. Dans le livre XVI du Code Théodosien (qui fut publié en 438, mais compilait des lois impériales remontant jusqu'à 312), le terme secta figure avec trois acceptions religieuses. Il signifie assez souvent « religion », « confession », mais rarement de manière générale71. Le judaïsme est appelé secta (une fois même feralis secta, « secte funeste ») dans les quatre textes adressés à des non-juifs (8, 1, 1, an 315; 8, 2, an 330; 8, 8, an 392 [?] ; 8, 9, an 393), mais elle a droit au titre de religio dans les deux autres adressés aux juifs eux-mêmes, collectivement ou à travers leurs représentants (8, 10, année 396; 9, 3, an. 415) : on savait à l'occasion, devant les intéressés, éviter le mot qui fâche. L'expression catholica secta (4fois) désigne les catholiques, appelés aussi « secta orthodoxe » (ou « des orthodoxes »)72. La plupart des occurrences de secta concernent toutefois, et cela à dater des années 380, les groupes hérétiques (apollinaristes, ariens, eunomiens, macédoniens, manichéens, montanistes, nestoriens etc.)73, auxquels un unique texte agrège les magiciens (mathematici : 5, 62, année 425). Le donatisme, qui « pour ne pas être nommé hérésie, préférait l'appellation de schisme », est lui aussi étiqueté comme une secta, et des plus nuisibles, à extirper absolument (6, 4 pr., an 405).

26D. « Secte » ou « hérésie »?

27Nous voici donc au cœur de la signification hérésiologique du terme. Celle-ci n'est ni tout à fait nouvelle, ni fortement ancrée dans une antique tradition, puisque les premières générations de chrétiens latinophones, nous l'avons dit, se contentaient de l'hellénisme haeresis. Le choix du mot secta comme concurrent d'haeresis fut probablement favorisé par un rapprochement avec les sectes philosophiques. En disant « rapprochement », nous ne pensons pas à une analogie (« les hérésies sont au christianisme ce que les sectes sont à la philosophie »), car celle-ci serait fausse ou digne d'un observateur extérieur et superficiel. Il s'agit plutôt d'une similitude, voire d'une identité, de fond. En effet, pour un courant de l'hérésiologie chrétienne antique, les hérésies, du moins certaines d'entre elles, dérivent des doctrines philosophiques74. Déjà présente chez Tertullien75, cette théorie est longuement développée dans l'Elenchos (ou mieux Philosophumena?) attribué jadis à Origène, puis à Hippolyte de Rome, et qu'une partie de la critique actuelle, à la suite de Pierre Nautin, restitue à l'obscur Josipos76. Pour l'auteur de ce texte (peu après 235?), les hérétiques ne doivent rien à l'Écriture et à la tradition de l'Église, mais « ont trouvé les principes de leurs doctrines, d'une part dans la sagesse des Grecs (ou : des païens) et les théories philosophiques, d'autre part dans les mystères dont on discute (?) et les rêveries des astrologues »77.

28Cette identification venait à point pour combler certaines lacunes de la tradition scripturaire. Nous avons vu que seulement trois occurrences de secta, dans le NT, se prêtaient plus ou moins à une interprétation hérésiologique; la valeur « dogmatique » apparaît le plus nettement dans 2 P 2. Mais à mesure que l'Église élabora ses dogmes, on tendit à confondre particularismes (de mœurs, d'organisation, de rites) et opinions erronées. L'amalgame était bien avancé au milieu du IVesiècle, où secta devient çà et là un quasi synonyme ou doublet d'haeresis. Ce dernier mot désigne l'erreur elle-même et reste abstrait pour les Latins non hellénisés. Secta, terme plus rare, est plus expressif : il évoque le groupe, la communauté de ceux qui s'égarent. C'est aussi un terme moins technique78. Est-il moins infamant? Mieux qu'haeresis, il dénote la sécession, voire la sédition, et le danger pour l'Église. En 396, Jérôme flétrit la secta des origénistes dans sa lettre à Vigilance, qui avait osé l'accuser d'origéisme79. En 399, au sens intellectuel cette fois, il définit gentilem sectam (« système païen ») tel choix herméneutique d'Origène, qu'il appelle aussi « hérésie » et « dogme erroné » (heresim, pravum dogma)80. Secta désigne à présent, de façon plus ou moins patente, une grave divergence (erreur dogmatique; désaccord de croyance; contestation touchant aux sacrements ou à la discipline) qui sépare ­ ou met en marge ­, de la communauté catholique celui qui la professe81.

29Un texte d'Augustin daté de 400 environ éclaire l'acception hérésiologique de secta « inaugurée » ­ ou plutôt restaurée ­, par Lactance quatre-vingts ans plus tôt. Faustus, évêque manichéen de Milev, accuse les catholiques d'être « non une secte, mais des païens et un schisme des Gentils ». Il donne des définitions : « Le schisme, si je ne m'abuse, c'est, lorsqu'on professe les mêmes opinions et qu'on honore selon le même rite, ne trouver son plaisir que dans la rupture avec la communauté. La secte, en revanche, c'est, lorsqu'on a des opinions très éloignées de celles des autres, se créer un culte de la divinité avec des rites autres et très différents »82. Le mot secta désignerait donc, selon le manichéen, une incompatibilité doctrinale, en fait l'appartenance à une autre religion. Cette définition ­ qu'on retrouve chez Cresconius et Tyconius, donatistes contemporains de Faustus 83­, semble rendre la « secte » encore plus étrangère à une foi donnée que l'hérésie, qui elle, au moins, prétend conserver la pureté de ladite foi, et par là garde des affinités avec tous ceux qui s'en réclament. Faustus conclut qu'il n'existe que deux sectae : les païens (groupe incluant les chrétiens!) et les manichéens (XX, 10). Augustin répond que ce n'est vrai que du point de vue de la croyance en l'unicité du principe, qui en effet réunit païens et chrétiens et les oppose aux manichéens affirmant l'existence de deux principes; mais le critère monothéiste réconcilie juifs et chrétiens et les oppose à la secta polythéiste des païens et des manichéens84. Bref, Augustin conteste les lignes de partage de Faustus, non sa définition de la secta. Pris tacitement dans son acception profane de « doctrine », que les deux adversaires transposent au plan religieux, le terme paraît bien exprimer, pour le catholique comme pour le dualiste, plus qu'une dissidence : un choix radicalement différent, une altérité rédhibitoire. La secte, relevant d'une autre vision du monde, est inassimilable et irrécupérable. En conséquence, Augustin ne se fait pas faute de désigner par ce mot l'Église et la doctrine manichéennes, e.g. dans les Confessions85.

30Son attitude envers le donatisme confirme paradoxalement un tel constat. On s'attendrait que l'évêque d'Hippone évitât de jeter dans le même sac, avec la même étiquette secta, un dualisme comme le manichéisme et un schisme chrétien comme le donatisme. Pour les Modernes, les donatistes ne sont pas des hérétiques : ils n'ont pas des dogmes différents de ceux des catholiques. En outre, on savait encore, aux IVe-Ve siècle, qu'une secta, historiquement parlant, pouvait n'être qu'un groupe religieux plus ou moins autonome. Est-ce dans ce sens qu'Augustin appliqua le terme aux donatistes86? Probablement pas, puisqu'il écrivit en 393 un traité (perdu) Contre l'épître de l'hérétique Donat, et qu'il taxa les donatistes d'hérésie jusqu'à la fin de de sa vie87. Il rejoignait par là le jugement de Filastre88, entériné, on l'a vu, par la législation impériale (C. Th., XVI, 6, 4; 12 février 405). Les Pères latins de ce temps avaient une conception élastique de l'hérésie89. Le mot secta, de même, tend chez eux à réunir les notions de « groupe schismatique » et de « doctrine hérétique » quand la scission se prolonge et se fait menaçante. Tout retrait (voire toute contestation) durable, même pour un motif disciplinaire, était perçue comme un choix anti-ecclésial justiciable du terme haeresis et de l'« englobant » secta.

31Au cours du IVe siècle, sans doute dès la fin de la Persécution, secta bascule donc, du moins dans ses emplois religieux, du côté de l'hétérodoxie et de l'erreur, en suggérant ces déviations de façon plus incisive que ne le faisaient les mots pars (« parti ») et factio appliqués aux dissidents90. La législation impériale, on l'a vu, enregistre cette évolution quelques décennies plus tard et se montre de plus en plus dure envers l'hétérodoxie, qu'on l'appelle secte ou hérésie. Théodose II et Valentinien III, en 438, punissent de mort quiconque détournera une personne, libre ou esclave, du christianisme et lui fera embrasser « une secte ou un rite abominables » (nefandam sectam ritumve)91. Puis c'est le tour du droit canonique, encore que le terme y soit rare : en 549, le 1er canon du concile d'Orléans condamne la « secte funeste » (nefariam sectam) des eutychiens et des nestoriens. Grégoire le Grand, en 594, accole à secta l'épithète « déviante » : c'est bien sûr un pléonasme92. Même précisé par un possessif, ou par un adjectif ou complément valorisant, le mot a en général cessé d'être utilisé à propos de la religion chrétienne. On note seulement la faible persistance, durant tout le Moyen Âge, d'un emploi résiduel et archaïque de secta au sens de « confession » dans des contextes dénués d'ambiguïté93.

32La signification première du mot secta reflétait une société ­ celle de la République romaine finissante ou de l'Empire ­, qui laissait à l'individu une assez grande latitude pour trouver sa voie en matière de religion, de politique, de philosophie ou de science. Malgré l'intransigeance inhérente à sa nature monothéiste, le christianisme ne répudia pas immédiatement cette vision des choses. Même dans la langue de la religion nouvelle, le terme secta attendit près de trois siècles pour que les particularismes ou l'indiscipline qu'il désignait chez Paul ou dans les Actes des Apôtres s'assortissent automatiquement de la notion d'erreur doctrinale. Ce délai s'explique par divers facteurs : les connotations souvent positives du mot en latin classique; la tentation de se dire secta Christi, selon une étymologie (sequi) évoquant l'idéal évangélique « suivre le Christ »; enfin, la lenteur avec laquelle l'hérésiologie élabora ses catégories critiques. Dans la langue commune ­ e.g. celle de l'homilétique ­, la résurgence du sens hérésiologique élimina, à terme, les vieilles acceptions du mot. L'écart entre les usages profane et chrétien se creusa. Alors que pour le païen Servius, peu après 400, secta continuait de suggérer la ligne de conduite ou les doctrines philosophiques, pour un Isidore de Séville, deux siècles plus tard, le mot semble ne plus renvoyer qu'à deux réalités : l'une révolue, les sectes des philosophes de l'Antiquité; l'autre vivante et haïe, les groupes hérétiques94.

33Seules les langues juridique et technique conserveront imperturbablement des acceptions traditionnelles et neutres (« ligne de conduite »; « école de pensée », « doctrine »), qui ne risquaient pas d'interférer avec l'usage religieux du terme. Nous voyons même apparaître bien plus tard, au Moyen Âge central ou tardif, une série de nouvelles signification juridiques95. La langue chrétienne de l'Antiquité tardive, pour exprimer sans équivoque l'indispensable idée de « règle de conduite », usera quant à elle de deux procédés : donner un sens neuf au mot conversatio96; et surtout spécialiser, ou techniciser, propositum dans le jargon monastique97.

34Une telle éviction coïncide avec le triomphe de l'orthodoxie militante. On ne tolère plus de groupes dissidents. L'Empire théodosien ne prévoit guère de place, en matière de religion, pour les tendances, les vues personnelles, les sensibilités variées : avant même d'interdire les cultes païens (en 391-392), le christianisme d'État, que Théodose impose dès son accession au pouvoir, criminalise l'hétérodoxie : le 27février 380, toutes les hérésies sont condamnées par la loi (C. Th. XVI, 1, 2, 1), et les avatars du manichéisme sont punis de mort deux ans après (C. Th. XVI, 5, 9, 1; 31 mars 382). Volens nolens, saint Augustin offrira bientôt à cet absolutisme son fondement théologique : à l'Église formant un corps uni ­ celui du Christ qui en est la tête, pour constituer ainsi le Christus totus, « le Christ tout entier, tête et corps » ­, doit correspondre un corps unique de pensée religieuse98. La secta, expression du libre choix et de l'option individuelle, se configure ainsi, dès les années 400, comme une sécession des membres refusant l'unité niveleuse et la subordination à la « tête », entendons cette fois au « chef » terrestre, à savoir tantôt l'empereur théologien ou prêtre, tantôt l'évêque de Rome, « gardien de la tradition apostolique ». Elle ne manque plus, désormais, d'être partout associée au schisma ou à l'haeresis. Mais il faudra encore attendre six siècles pour que les premiers bûchers réservés à ses agents s'allument, à l'aube du second millénaire.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Voir A. Ernout & A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Paris, 1959-19604, p. 608.
2 C'est le cas, au début du Ve s., de Servius, ad Aeneid. 6, 899 : SECAT tenet; unde et « sectas » dicimus ab eo quod propositum tenent (« “coupe” : “tient”; d'où vient notre mot sectae, du fait que celles-ci s'en tiennent à leur dessein »). Il comprend ille viam secat comme « il (main)tient sa route », alors que le sens est « il coupe la voie », i.e. « il coupe au plus court ». Servius ­ qui, comme après lui Isidore, croit sequi et secare apparentés, et qui dérive sans doute celui-ci de celui-là (cf. son commentaire à Aen. 10, 107) ­, a d'autant mieux cédé à ce rapprochement que le verbe avait pour complément d'objet viam, qui suggère l'idée de « suivre ». Isidore de Séville, Differentiae, 17 (282), éd. C. Codoñer, 1992, p. 94, dérive lui aussi secta de secare (Secta autem a divisione dicta est, quasi sectio), mais fait le bon choix dans ses Etymologiae, VIII, 3, 4 (Secta a sequendo et tenendo nominata). La note de R.Schilling, « Le mot secta est-il frappé d'une ambiguïté originelle? », in : J.Granarolo (éd.), De la préhistoire à Virgile (...). Hommage à R. Braun, I, Nice, 1990, p. 245-251, comporte des erreurs et des omissions : l'auteur ignore les Differentiae, et sa conviction de prouver que Servius ne dérive pas secta de secare (p.246 sq.) lui est propre.
3 On peut consulter sub voce A. Blaise et H. Chirat, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens. Turnhout, 1954; Paris, 19944 (revu par J. André).
4 Naevius, Bellum Punicum, frg. 6 [5], éd. W. Strzelecki, p. 3 : eorum sectam sequuntur multi mortales. Commentaire chez Marino Barchiesi, Nevio epico. Storia edizione interpretazione critica dei frammenti del primo epos latino. Padova, A.Milani, 1962, p. 360-361.
5 Cicéron, De natura deorum, II, 57. Voir éd. F. Pease, tome II, p. 685.
6 L'idéal « vivre en suivant la nature » remonte à Zénon de Citium et fut assumé ou précisé par Chrysippe et Cléanthe : Diogène Laërce, VII, 87-89. Cf. les testimonia réunis par J. von Arnim, Stoicorum veterum fragmenta, III, Leipzig, 1903, réimpr. Stuttgart, 1964, n° 4-9 et 12-17, p. 3-6.
7 Id., Verrines, 5 (= De suppliciis), 181 : horum nos hominum sectam atque instituta persequimur; Id., Pro Sestio, 97 : sunt principes consilii publici, sunt qui eorum sectam secuti sunt; Id., Ad familiares, XIII, 4, 2 : est tuae prudentiae… sequi eius auctoritatem, cuius sectam atque imperium summa cum tua dignitate secutus es; Id., Brutus, 120 : tuum, Brute, iudicium probo, qui eorum… philosophorum sectam secutus es; Id., De legibus, I, 28 : sive… Aristonis difficilem sectam secuti sunt… Les deux derniers textes concernent la philosophie; cf. infra, paragraphe 4 (« Système intellectuel… »).
8 Pline le Jeune, Panégyrique de Trajan, 85, 7 : Placeat tibi semper haec secta… (« Que cette ligne de conduite ait toujours ton agrément! »).
9 Lucrèce, De rerum natura, V, 1114-1115 : Divitioris enim sectam plerumque sequuntur / Quamlibet et fortes, et pulchro corpore creti. (« En effet, on marche le plus souvent à la suite de l'homme riche, / quelque vaillant qu'on soit, ou doué de la beauté physique »).
10 Dans son plaidoyer Pro Murena (34, 70), Cicéron définit fort bien, en s'en faisant l'avocat pour les besoins de la cause, l'utilité de ces sectatores (littéralement « suiveurs »).
11 On est étonné de ne trouver quasi rien sur secta chez J. Hellegouarc'h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République. Paris, 1963, 19722. Le mot méritait mieux qu'une mention fugitive à la p. 105.
12 L'aboutissement de cette tendance est le sens de « bande de brigands » que prend chez Apulée le mot secta (voir infra, n. 19), ainsi d'ailleurs que factio, cf. Hellegouarc'h (1963), p. 105, n. 6.
13 Cicéron, Lettres, À Brutus, I, 3a (4) : Hostes… omnes iudicati qui M. Antoni sectam secuti sunt (« Tous ceux qui ont suivi la ligne de Marc Antoine ont été considérés comme des ennemis publics »).
14 Valère Maxime, II, 7, 2 : Eius sectam Metellus secutus… (« Métellus, ayant suivi sa ligne… »).
15 Ex. : Sévère Alexandre en 224 : Code Justinien, IX, 8, 2, éd. P. Krüger, 195411, réimpr. 1967 (= Corpus iuris civilis, II), p. 373 (Alienam sectae meae sollicitudinem concepisti…); le même en 230 : ibid., IX, 22, 5, p. 382 (secta mea non patitur); Gordien III en 238 : ibid., X, 11, 2, p. 398 (…ne quid in persona tua quod est sectae temporum meorum alienum attemptetur…).
16 Témoin, par ex., Justinien en 531 : Code Justinien, II, 3, 30, p. 94 (…secta temporum meorum non patitur). Notons toutefois que le Code Justinien emploie aussi secta au sens de « groupe religieux », voire de « groupe hétérodoxe » (infra, n. 91).
17 Quintilien, Institutio oratoria, III, 8, 38 : Et honesta quidem honestis suadere facillimum est; si vero apud turpes recta optinere conabimur, ne videamur exprobrare diversam vitae sectam cavendum
18 Pline le Jeune, Panégyrique de Trajan, 45, 4 : Hos ergo provehis et ostentas quasi specimen et exemplar, quae tibi secta vitae, quod hominum genus placeat. (« Tu les mets donc au premier plan et les exposes aux regards comme des échantillons et des modèles du style de vie ou du type d'hommes qui a ton agrément »).
19 Apulée, Met., IV, 18 (« compagnie », « confrérie »), 23 (« métier»), 24 («compagnie »); V, 15 (« milieu »), 31 (« principes»); VII, 4 (« condition»), 10 («gent », « sexe») ; IX, 11 («compagnie»), 27 («précepte »); X, 11 («profession», « art»), 33 («doctrine»). Les trois premiers passages concernent la bande de brigands qui a emmené Lucius transformé en âne.
20 Cicéron, Brutus, 120 et De legibus, I, 28 (voir supra, n. 7); Quintilien, Inst. orat., III, 17 (ad morem certas in philosophia sectas sequendi); V, 35 (Epicuri sectam secutos); etc.
21 Voir H. Schlier in G. Kittel, TWNT, I, Stuttgart, 1933, p. 180-183, s.v. haíresis. Son calque latin ha(e)resis a été examiné par H. Pétré, « Haeresis, schisma et leurs synonymes latins », in REL, 15 (1937), p. 316-319.
22 H.-I. Marrou, L'Église de l'Antiquité tardive, 303-604. Paris, 1985, p. 37 : « Une hérésie est souvent, au point de départ, la saisie véhémente d'un aspect authentique, mais partiel de la révélation ».
23 Pour des exemples, voir Oxford Latin Dictionary, Oxford, 1980, fasc. 8, sub voce, 2 (p. 1718). En ce sens, toutefois, Cicéron emploie plutôt disciplina.
24 Témoignages : Cicéron, De natura deorum, I, 1, 1; 6, 14; etc.
25 Voir l'aperçu qu'en donne A. Le Boulluec, La notion d'hérésie dans la littérature grecque, IIe-IIIe siècles. Paris, 1985, t. I, p. 44-48.
26 Scribonius Largus, Compositiones, epist. dedicat., 10 (…disciplinae ac sectae observatio); Pline l'Ancien, Nat. hist., 26, 11; 29, 5, 6 et 8; Sénèque, Epist., 95, 9; Caelius Aurelianus, Celeres passiones et Tardae passiones : 48 occ. (voir éd. G. Bendz, 1993, t. II, p. 1167, s.v.). Toutefois, le mot est absent de la préface du De medicina de Celse. Pour désigner celles-ci, on utilisait aussi schola et factio. Sur l'ensemble de la question, voir D. Gourevitch, « Comment parlent d'elles-mêmes les sectes médicales dans le monde romain? Comment en parle-t-on? », in RPh, 66/1 (1992), p. 29-35. Je remercie vivement Françoise Gaide de ses renseignements.
27 Pline l'Ancien, N.H., 18, 210 : Tres autem fuere sectae, Chaldaea, Aegyptia, Graeca.
28 Pomponius in Digestae, I, 2, 2, 47 : Hi duo [à savoir Ateius Capito et Antistius Labeo] primum veluti diversas sectas fecerunt. L'emploi de l'adverbe « comme » (velut) pourrait toutefois suggérer qu'il n'était pas ordinaire de parler de sectae à propos des jurisconsultes.
29 Les éditions (e.g. la VL de Beuron) ne couvrant pas encore tout le NT, la comparaison est incomplète. J'ai utilisé P. Sabatier, Bibliorum sacrorum Latinae versiones antiquae. Reims, 1743-1749, réimpr. Turnhout, 1991; pour les Actes, A.Hilgenfeld, Acta Apostolorum Graece et Latine secundum antiquissimos testes. Berlin, 1899, et un fac-similé du Codex Bezae (Cambridge, 1899).
30 Des utilisateurs comme Cyprien, l'Irénée latin et l'Ambrosiaster ont hereses, de même que le ms. Fuldensis de la Vulgate (Capoue, année 546). Voir Pétré, op. laud. (1937; supra, n. 21), p. 317 et 319, selon laquelle il ne faut pas attribuer ce remplacement à une intention particulière.
31 Deux exemples : Actes 5, 17 (le Codex Bezae, fol. 433, 10, a secta [Sadducaeorum], remplacé par heresis dans la Vulg.), et 16, 21, où la Vulg. donne annunciant morem alors que la VL utilisée par Lucifer de Cagliari, De non parcendo, 27 (CCSL 8, p. 248, 66), a praedicant sectam.
32 Sur ce passage précis (Ac 24, 14), on lira le commentaire de B.Witherington III, The Acts of the Apostles. A socio-rhetorical commentary. Grand Rapids (Mich.) & Cambridge (GB), 1998, p. 711. L'auteur voit dans hodón une possible référence à la notion qumranienne de « Voie ».
33 Haíresis dans le NT (9 occurrences) a un sens plus ou moins péjoratif, que conservent les Apologistes et qui s'aggrave à partir d'Irénée d'une acception doctrinale : A. Pourkier, L'hérésiologie chez Épiphane de Salamine. Paris, 1992, p. 85-87. Sur l'idée d'hérésie chez les premiers Pères grecs, on consultera Le Boulluec, op. laud. supra, n. 25. Pour le NT, H. D. Betz, in TRE, 14 (1985), p. 313-318, s.v. « Häresie », donne un bon aperçu et une abondante bibliographie.
34 Voir Witherington III, op. laud. (supra, n. 32), p. 740. Sur la notion de « sectes » touchant le judaïsme de cette époque, on lira toujours avec profit l'étude classique de M. Simon, Les sectes juives au temps de Jésus. Paris, 1960, p. 3-16.
35 Si l'on suit M.-É. Boismard & A. Lamouille, Les Actes des deux Apôtres. I-III. Paris, 1990, l'état final de rédaction des Actes (« Act III »), datable de la dernière décennie du Ier siècle, serait destiné aux chrétiens issus du paganisme et montrerait une hostilité certaine envers les milieux juifs attachés au statut privilégié de « peuple élu ».
36 Voir, e.g., H. Cazelles, Naissance de l'Église, secte juive rejetée? Paris, 19832.
37 16 si l'on suit la leçon phónoï (« meurtres », Vulg. homicidia) des mss. A, C etc., textus receptus. Voir M.-J. Lagrange, Saint Paul. Épître aux Galates. Paris, 19424, p. 151 (plutôt pour), et S. Légasse, L'Épître de Paul aux Galates. Paris, 2000, p. 424, n. 3 et p. 427, n. 5 (plutôt contre).
38 C'est du moins mon opinion, que je retrouve entre autres chez Lagrange, op. laud., p. 150.
39 J. Chaine, Les Épîtres catholiques. La seconde Épître de saint Pierre…, Paris, 1939, p. 58-59.
40 Voir E. Fuchs & P. Reymond, La Deuxième Épître de saint Pierre. L'Épître de saint Jude. Paris, 1980, p. 78-79. Aussi rendent-ils ici hairéseis par « doctrines ». Le génitif apôleías pourrait néanmoins être une dénomination de nature (au sens où l'on dit une « épithète de nature »), et faire redondance par rapport à un mot hairéseis déjà défavorable.
41 Tertullien, De monogamia, XI, 1 : …a viduis quarum sectam in te recusasti.
42 Saint Cyprien, De bono patientiae, 1 : Nec invenio, fratres dilectissimi, inter ceteras disciplinae caelestis vias, quibus ad consequenda divinitus praemia spei ac fidei nostrae secta dirigitur… (« Et je ne trouve pas, frères bien-aimés, parmi toutes les autres voies de la discipline céleste dans lesquelles se dirige notre ligne de conduite pour obtenir, grâce à Dieu, les récompenses promises à notre espérance et à notre foi… »).
43 Id., Epist., 39, 5 : …quorum [scil. servorum Domini] secta et conversatio… Sur conversatio, néologisme sémantique des chrétiens, voir infra, n. 96.
44 S. Deléani, « Christum sequi ». Étude d'un thème dans l'œuvre de saint Cyprien. Paris, 1964. Pour un panorama du même motif depuis Tertullien jusqu'à Augustin, voir Maria Ko Ha Fong, « Crucem tollendo Christum sequi ». Untersuchung zum Verständnis eines Logion Jesu in der Alten Kirche. Münster, Aschendorff, 1984.
45 Exemple : Stromates, VII, 15. Sur les rapports de Clément d'Alexandrie avec la philosophie, voir entre autres Malingrey (1961; infra, n. 59), p. 129-157; sur les relations entre hérésie et philosophie selon Clément, on consultera Le Boulluec (1985; supra, n. 25), t. II, p. 264-312.
46 Origène, Contre Celse, III, 12 (GCS 1, p. 211, 25). Origène répond ici à ceux qui reprochent au christianisme de se diviser en « sectes » (hairéseis). Cf. H.Crouzel, Origène et la philosophie. Paris, 1962, p. 25-26, et É. Junod, « De la nécessité et de l'utilité des hérésies selon Origène (Contre Celse III, 12-13) », in AA.VV., Orthodoxie et hérésie dans l'Église ancienne. Genève, Lausanne & Neuchâtel, 1993, p. 101-124.
47 Crouzel, op. laud., p. 25-26.
48 On sait, par ex., que tout le livre II de l'Adversus nationes d'Arnobe est dirigé contre les écoles philosophiques. Pourtant, secta ne figure chez lui qu'une fois dans un tel contexte, et d'ailleurs dans toute l'œuvre (II, 13, 1). On trouve en revanche chez Lactance (Div. inst., VII, 7) une attaque en règle des sectae myopes et querelleuses.
49 Saint Jérôme, Lettre 70 (à Magnus; année 397 ou 398), 4 : Stoicae sectae philosophus… La même expression se lit dans son De viris illustribus, 36, 1.
50 Id., Lettre 61 (à Vigilance; année 396), 4 : Si libet exercere ingenium, trade te grammaticis atque rhetoribus, disce dialecticam, sectis instruere philosophorum ut, cum omnia didiceris, saltem tunc tacere incipias.
51 Saint Augustin, Traité sur l'évangile de Jean, 45, 3 : Sectam nostram tenete, si vultis beate vivere! Voir le commentaire de M.-F. Berrouard dans Bibl. Augustin., 73 B, Paris, 1989, p. 49, n. 16. Augustin parle sur un ton similaire de la diversité des écoles philosophiques qui ont amusé sa jeunesse (Confessiones, III, 4, 8, CSEL 33, p.49, 19-20 : …non illam aut illam sectam…).
52 Le premier cas à peu près sûr d'un emploi religieux de secta chez un païen figure dans le texte (fourni par Lactance, De mort. persec., 34, 1) de l'édit de Galère de 311, parlant de chrétiens « qui avaient abandonné la secta de leurs parents » (qui parentum suorum sectam reliquerant). On retrouve le mot, à la fin du IVe siècle, dans les Res gestae d'Ammien Marcellin : XV, 13, 2 (manichéens); XXIII, 6, 32 (Mages); l'influence de la langue chrétienne est ici possible.
53 Sur ces trois textes, voir A. G. Hamman, « Chrétiens et christianisme vus et jugés par Suétone, Tacite et Pline le Jeune », in « Forma Futuri ». Studi in onore del cardinale Michele Pellegrino. Torino, 1975, p. 91-109, repris dans Id., Études patristiques. Méthodologie, liturgie, histoire, théologie. Paris, 1991, p. 197-215.
54 Les témoignages nous viennent tous, à vrai dire, des auteurs chrétiens, surtout Tertullien, sur les arrière-pensées duquel v. infra, n. 57. Néanmoins, Galien aurait, vers 180, élogieusement comparé la vie sobre et innocente des chrétiens avec l'idéal moral des philosophes, selon un fragment d'une version arabe de son commentaire perdu sur la République de Platon; voir R. Walzer, Galen on Jews and Christians. London, Oxford UP, 1949, p. 15-16 et 56-57.
55 Voir Tertullien, Apologeticum, 3, 6; Id., Ad nationes, 4, 1. Justin (Dialogue avec Tryphon, 35, 6) avait fait le même raisonnement à propos des hairéseis gnostiques, qui tiraient leurs noms (Basilidiens, Marcionites etc.) de leurs fondateurs respectifs, comme les hairéseis philosophiques. Voir Le Boulluec (1985; supra, n.25), I, p. 48-51, et Pourkier (1992; supra, n. 33), p. 57.
56 Minucius Félix, Octavius, 4, 4; 5, 4; 11, 6; 40, 2. La datation de l'œuvre est fort discutée.
57 Tertullien, Apolog., 39, 6 (Dei sectae); De pallio, 6, 2 (divinae sectae et disciplinae); Apolog., 40, 7 (Christianae sectae; cf. n° 59). Cf. Id., Apolog., 1, 1; 3, 7-8; 21, 27; 46, 2; 47, 9; 50, 13; De spect., 2, 3 (ab hac secta); Ad Scap., 5, 5 (haec secta); etc. Appeler le christianisme une secta paraît être chez Tertullien une façon de revendiquer pour celui-ci le même statut que les sectes philosophiques, et partant la même reconnaissance (ou tolérance) publique. Voir D. Rankin, Tertullian and the Church. Cambridge, 1995, p. 88-90 : « The Church as a sect ».
58 L'Apologeticum comporte 17 occurrences de secta, dont 12 se rapportent directement aux chrétiens, et les autres (3, 7.8 = 5 occ.) indirectement. Le mot signifie une fois « fait de suivre » (39, 6); six fois, il semble vouloir dire seulement « religion/confession/foi » (21, 1; 38, 1; 40, 7; 43, 2; 46, 2; 47, 9) ; ailleurs (1, 1; 3, 6; 5, 3; 21, 27; 50, 13), on hésite entre « religion/confession/foi » et « communauté religieuse », avec plus de probabilité pour la seconde traduction en 1, 1 et 3, 6.
59 R. Braun, « Deus Christianorum ». Recherches sur le vocabulaire doctrinal de Tertullien. Paris, 19772, p. 420. Sur le christianisme comme philosophie selon les Apologistes grecs, voir : G. Bardy, « “Philosophie” et “Philosophe” dans le vocabulaire chrétien des premiers siècles », in RAM, 25 (1949), p. 97-108; A.-M.Malingrey, « Philosophia » : étude d'un groupe de mots dans la littérature grecque, des Présocratiques au IVe siècle après J.-C. Paris, 1961, p. 122-126.
60 Une telle acception est absente, cas révélateur, de la volumineuse apologie d'Arnobe (Adversus nationes, en 7 livres; début du IVe siècle), où secta ne figure qu'une fois : voir supra, n. 48.
61 Prudence, Contra orationem Symmachi, II, 485 : Libera secta patet : nil sunt fatalia. L'expression revient en II, 1067, où elle signifie « libre choix » et se rapporte aux vestales, recrutées dès l'enfance (ante voluntatis propriae quam libera secta : « avant que, par un libre choix de leur volonté personnelle… »), au rebours de l'adhésion mûre et volontaire à l'ascétisme chrétien.
62 Id., Apotheosis, Praef., 1 : Est vera secta? Te, Magister, consulo. / Rectamne servamus fidem? Même expression chez Id., Contra Symm., II, 91 : verae… sectae. Cf. Id., ibid., II, 276 : rectae… regula sectae. Cf. Peristeph., X, 125 : generosa Christi secta. Dans Hamart., 56-57 (tua… secta), le mot désigne en revanche les marcionites; sens aussi hérésiologique ibid., 174, et dans Psych., 759. Deux fois, secta qualifié négativement est appliqué au christianisme par un païen (Per., V, 183 et X, 822). Enfin, deux emplois neutres au sens de « religion » (Per., XI, 28 et Psych., 707).
63 Cf. Matthieu, 16, 24 et 19, 21. Voir surtout A. Schulz, Nachfolgen und Nachahmen (…). München, 1962. Bon aperçu et bibliographie chez J. Blank, « Suivre le Christ », in P. Eicher (dir.), Nouveau dictionnaire de théologie. Paris, 19962, p. 921-924.
64 Je n'ai trouvé l'expression sequela Christi chez aucun auteur antique ou médiéval. L'idée est fréquente, e.g. chez François d'Assise, mais elle s'énonce au moyen de formes verbales.
65 Écrits martyriaux : M. Pellegrino, « L'imitation du Christ dans les Actes des Martyrs », in La Vie Spirituelle, 98 (1958), p. 38-54. Prédication : supra, n. 44. Usage monastique : M. Bernards, « Nudus nudum Christum sequi », in Wissenschaft und Weisheit, 14 (1951), p. 148-151; R. Grégoire, « L'adage ascétique nudus nudum Christum sequi », in Studi in onore di O. Bertolini. Pisa, 1972, p. 395-409; G.Constable, « Nudus nudum Christum sequi and parallels formulas in the Twelfth Century : a supplementary dossier », in : F. F. Church & T. George (ed.), Continuity and discontinuity in Church History. Essays presented to George Huntston Williams (…). Leiden, 1979, p. 83-91. Toutefois, la vie monastique n'a jamais, que je sache, été définie par ses tenants comme une secta (seul un ennemi comme le païen Rutilius Namatianus, De reditu suo, I, 525 la désigne ainsi avec mépris), alors qu'on l'a parfois appelée, en grec surtout, une philosophia; sur ce dernier point, voir G. Penco, « La vita ascetica come “filosofia” nell'antica tradizione monastica », in Studia Monastica, 2 (1960), p. 79-93, et Malingrey (1961; supra, n° 59), p. 284-285 (sur Jean Chrysostome).
66 Allusion possible à Luc 21, 8 parr. Mais mieux vaut supposer ici un agraphon de Jésus (« Il y aura des schismes et des hérésies »), cité par Justin (Dial., 35, 3). Voir Le Boulluec, op. laud. (supra, n. 25), p. 68 et n. 134-139, qui donne références et bibliographie, renvoyant entre autres à son article « Remarques à propos du problème de 1 Cor. 11, 19 et du “logion” de Justin, Dialogue, 35 », in TU 115, 1975, p. 328-333.
67 Cette mention des mises en garde des apôtres contre les « sectes » renvoie peut-être à : 1 Co 11, 19; 2 Tm 2, 23, 26; 2 P 2, 1 (très probable). On peut en dire de même de Tertullien, De praescriptione haereticorum, 4, 1 (CCSL 1, p. 189, 1-4).
68 Lactance, Divinae institutiones, IV, 30, 2 : Ante omnia scire nos convenit et ipsum et legatos eius praedixisse quod plurimae sectae haberent existere quae concordiam sancti corporis rumperent, ac monuisse ut summa prudentia caveremus ne quando in laqueos et fraudes illius adversarii nostri cum quo luctari Deus voluit incideremus.
69 Lucifer de Cagliari, De non conveniendo cum haereticis, 2 (CCSL 8, p.167, 67-68) : Quomodo potueramus cum pseudoepiscopis sectae tuae convenire Arrianis… ? Même expression ibid., 10, p. 180, 14, et dans le De non parcendo in Deum delinquentibus, 2, p. 198, 50.
70 Id., De Athanasio, I, 7, p. 13, 21 (ne… ad sectam suam traheret alios); I, 18, p. 32, 10-11 (…quos haeresis Arrianae sectae vides homines…); I, 27, p. 46, 13 (cum collegis sectae tuae Arrianis); II, 11, p. 96, 54 (sectam damnandam Arrii); II, 18, p.108, 39 (Si enim vos haeretici et quidem omnium sectarum…); De non conveniendo cum haereticis, 3, p. 170, 75; 6, p. 174, 1; 9, p. 178, 43 (cunctarum sectarum haeretici); 13, p. 186, 14 (omnium sectarum… haeretici).
71 Code Théodosien, XVI, 5, 58, 4 (année 415) ; 9, 2 (année 339).
72 Ibid., 2, 5 (année 323); 5, 42 (408); 5, 44 (408); 6, 6, pr. (413). Orthodoxa secta se lit en 5, 57, 2 (415), et orthodoxorum secta en 5, 66, 1 (435).
73 Ibid., 5, 6, 1 et 7, 3 (381); 5, 12 (383); 5, 15 (388); 5, 25, 1 (395); 5, 41 (407); 5, 58, 4 (415); 5, 60 (423); 5, 62 (425) ; 5, 64 (425) ; 5, 66 pr. (435); 6, 4 pr. et 5 (405); 6, 6, 1 (413).
74 Voir H. E. W. Turner, The pattern of Christian truth. (…) London, 1954, réimpr. 1978, p. 216-230.
75 Tertullien, Praescr., 7, 2 : « En un mot, les hérésies elles-mêmes reçoivent leurs armes de la philosophie » (Ipsae denique haereses a philosophia subornantur). Pour d'autres exemples, voir J.-C. Fredouille, Tertullien et la conversion de la culture antique. Paris, 1972, p. 341.
76 Voir P. Nautin, Hippolyte et Josipe. Contribution à l'histoire de la littérature chrétienne du troisième siècle. Paris, 1947.
77 Elenchos, Préf., I, 8 (GCS 26, p. 3, 19-21).
78 Le mot manque chez Filastre (Diversarum hereseon liber, entre 380 et 390), mais Augustin, en 428, l'emploie assez souvent dans son De haeresibus : 5 (nicolaïtes); 7 (carpocratiens); 10 (ébionites); 41 et 70 (sabelliens); 46 (manichéens); etc. (PL 42, col. 26, 27, 32, 33, 36, etc.).
79 Saint Jérôme, Lettre 61 (année 396), 1 : Dimisisti Aegyptum, cunctas provincias reliquisti in quibus sectam suam libera plerique fronte defendunt… (« Tu as laissé l'Égypte, tu as quitté toutes les provinces où la plupart défendent à visage découvert leur propre secte »).
80 Id., Lettre 84 (à Pammachius et Océanus; année 399), 3 : Tota opuscula mea, et maxime commentarii, iuxta oportunitatem locorum gentilem sectam lacerant («Tous mes ouvrages, et surtout mes commentaires, à l'occasion des divers passages, mettent en pièce ce système païen »).
81 De façon significative, Isidore de Séville († 636), intitulera De ecclesia et sectis le livre VIII de ses Etymologiae, qui traite des schismes et des hérésies. Les termes désignant ces derniers (schismata, haereses) sont donc englobés par le mot secta.
82 Saint Augustin, Contra Faustum, XX, 3 : Schisma, nisi fallor, est eadem opinantem atque eodem ritu colentem quo caeteri, solo congregationis delectari discidio. Secta vero est longe alia opinantem quam ceteri, alio etiam sibi ac longe dissimili ritu divinitatis instituisse culturam. Voir à ce sujet F. Decret, Aspects du manichéisme dans l'Afrique romaine. (…) Paris, 1970, p. 198-199.
83 Voir Bibliothèque Augustinienne, volume 31 (1968), p. 760-761, avec références.
84 Augustin, Contra Faustum, XX, 10 : Potest ergo aliquis secundum hanc differentiam hoc etiam modo duas solas sectas putare (scil. le regroupement «juifs et chrétiens » et les païens).
85 Id., Confessiones, III, 12, 21, p. 62, 22 (quam esset illa secta fugienda); V, 6, 11, p. 97, 20 (suae sectae); V, 7, 13, p. 99, 13 (in illa secta; cf. V, 10, 19, p. 106, 12-13, in illa haeresi; ces deux expressions s'équivalent); V, 14, 25, p. 112, 14 (in illa secta). Cf. Id., De moribus ecclesiae catholicae et de moribus Manichaeorum, I, 35, 80 (CSEL 90, p. 86, 16); II, 23 (p. 108, 20 et 109, 2); II, 12, 26 (p. 111, 6); II, 20, 74 et 75 (p. 154, 15 et 156, 12).
86 Id., Contra litteras Petiliani (vers 400-403), 3, 41, 50 : secta vestra. Le même Augustin, en 405, publia une « Lettre aux catholiques sur la secte des donatistes » (Epistula ad catholicos de secta Donatistarum, texte dans CSEL 52, p. 231-322).
87 Id., Retractationes, I, 20 (CSEL 36, p. 97, 10); cf. Id., De haeresibus, 69 (PL 42, 43). Voir Bibl. Augustin., vol. 30. Paris, 1967, p. 789-791, note 17 : « Les donatistes, hérétiques ou schismatiques? », et vol. 32 (1965), p. 706-709, note 15 : « Hérésie et schisme, à propos du donatisme ».
88 Filastre, Diversarum hereseon liber, LXXXIII [55] (CCSL 9, p. 253, 3-6).
89 Pour Augustin, voir J. de Guibert, « La notion d'hérésie chez saint Augustin », in BLE, 21 (1920), p. 369-382, et Bibl. Augustin., 31 (1968), p. 759-764 (controverse avec Cresconius).
90 Augustin, par exemple, parle du « parti » des donatistes (cf. son Psalmus contra partem Donati) ou de leur « faction » (De haer., 69 [eiusdem factionis]; etc.). Dans sa Lettre aux catholiques sur la secte des donatistes (supra, n. 86), il n'emploie que cette expression (pars Donati, et non secta Donati : 13, 32, p. 273, 29; 24, 71, p.318, 13; etc.), et le mot secta n'apparaît que dans le titre.
91 Code Justinien, I, 7 (De apostatis), 5, p. 60.
92 Grégoire le Grand, Registrum epistul., V, 3 (CCSL 140, p. 268, 9-10; vise les donatistes).
93 Ainsi, vers 865, Otfrid de Wissembourg appelle Juvencus, Arator et Prudence « les hommes de notre religion [nostraesectae] les plus estimés » (MGH, Epist., VI, 1902, p. 167, 2).
94 Servius : voir le commentaire à Aeneis, X, 107 (…unde et sectas dicimus habitus animorum et instituta philosophiae circa disciplinam) : « De là vient que nous appelons sectes les dispositions d'esprit habituelles, et les règles de la philosophie touchant à la doctrine ». Isidore de Séville, Differentiae, 17 (282), éd. Codoñer p.94 [cf. supra, n. 2] : « Or le mot “secte” tire son nom de la division qu'il exprime, comme si l'on disait “section”. De là vient que l'on parle des “sectes” de philosophes ou d'hérétiques » (Secta autem a divisione dicta est, quasi sectio. Unde et sectae philosophorum vel hereticorum dicuntur).
95 Voir par ex. J. F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus. Leiden, 1976, p. 960, s.v.
96 Voir Mittellateinisches Wörterbuch, 22 (München, 1997), p. 1824-1826, sub voce, I, A, 1, a, a.
97 Propositum, déjà christianisé au temps de saint Cyprien dans le sens de « ligne de conduite », se spécialise à la fin du IVe siècle pour signifier « choix de la vie monastique »; cf. A. Blaise, Dictionnaire latin-français…, p.676, sub voce.
98 Sur cette formule : M. Réveillaud, « Le Christ-Homme, tête de l'Église. Étude d'ecclésiologie selon les Enarrationes in Psalmos d'Augustin », in RecAug, 5 (1968), p. 67-94; P. Borgomeo, L'Église de ce temps dans la prédication de saint Augustin. Paris, 1972, p. 209-234; etc. Pour l'utilisation qu'en fait Augustin contre les hérétiques, voir par ex. l'Epistula ad catholicos contra sectam Donati, 4, 7 et 19, 49 (CSEL 52, p. 238, 1-9, et p. 296, 22-28).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Boulhol, « De la ligne de conduite au groupe hétérodoxe : un aperçu de l'évolution sémantique du mot secta, depuis les origines jusqu'au début du Haut Moyen Âge. », Rives nord-méditerranéennes, 10 | 2002, 11-34.

Référence électronique

Pascal Boulhol, « De la ligne de conduite au groupe hétérodoxe : un aperçu de l'évolution sémantique du mot secta, depuis les origines jusqu'au début du Haut Moyen Âge. », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 10 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2005, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/3 ; DOI : 10.4000/rives.3

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals