Navigation – Plan du site

Texte intégral

1C’est dans un décor atemporel et non situé que Goya choisit de représenter la scène de duel illustrant ce numéro de Rives méditerranéennes. Deux hommes, modestement vêtus, armés de simples gourdins, se font face dans un combat violent, qui semble ne jamais devoir prendre fin. La représentation est presque allégorique, tant elle donne à voir la violence à l’état brut, l’Homme, véritable loup pour l’Homme. Aucune autre issue que la mort de l’un des protagonistes ne semble possible afin que cette brutalité cesse. Assurément cette scène est puissamment évocatrice : elle renvoie l’homme à son instinct, auquel aucune époque n’échappe.

  • 1  « Norbert Élias et le XXe siècle. Le processus de civilisation à l’épreuve », Vingtième Siècle. Re (...)

2En contrepoint de cette violence, la régulation, à la fois principe et action, productrice de normes et de pratiques, apparaît comme une nécessité sociale sur le temps long. Objets d’études classiques des sciences sociales, notamment de la sociologie, dans la lignée des travaux de Weber et d’Élias, les interrogations sur les processus de régulation de la violence se voient constamment renouvelées. Les historiens n’échappent pas à cette tendance, qui reprennent abondamment la littérature et les concepts des sociologues afin de les tester à diverses époques. Les débats sur la validité paradigmatique du « procès de civilisation », et les usages historiques qui peuvent en résulter aujourd’hui, au-delà du prisme foucaldien, témoignent de cette vivacité1.

  • 2  On peut citer parmi d’autres le récent travail sur la peine de mort d’Emmanuel Taïeb, La guillotin (...)
  • 3  Hans Peter Duerr, Nudité et pudeur : le mythe du processus de civilisation, Paris, Éd. de la MSH, (...)
  • 4  Quentin Deluermoz « Présentation » in « Norbert Élias et le XXe siècle… » Vingtième Siècle, op. ci (...)
  • 5  Il nous est impossible de tous les citer ici. Nous renvoyons à l’article de Laure Verdon dans le p (...)

3En effet, l’historiographie récente a connu un revirement dans l’interprétation de la progressive domestication des pulsions violentes par les sociétés occidentales depuis le XIIe siècle. Alors que le modèle de la civilisation des mœurs, reposant sur l’idée d’un accroissement de la pudeur et d’un refoulement de la violence, à la fois comme phénomène individuel et collectif, influençait et influence encore considérablement les travaux en histoire de la justice comme dans d’autres domaines2 ; depuis la fin des années 1990, un changement de perspective, guidé par de vives critiques de ce paradigme3, est venu s’ajouter à cette lecture de la thèse d’Élias4. Comme en témoignent de nombreux travaux, parmi lesquels les recherches pionnières des médiévistes et des modernistes5, la judiciarisation des conflits n’est plus perçue comme l’unique forme ni la principale mesure des progrès de la régulation sociale au cours du temps. De fait, à l’image d’un Moyen Âge violent car éloigné des conceptions contemporaines de la justice, se substitue la description plus complexe de sociétés anciennes où la justice fait partie, au même titre que d’autres moyens, de rituels de régulation des conflits.

4C’est dans ce contexte d’effusion historiographique que se sont tenues deux journées d’études d’un programme de recherche l’UMR portant sur les « Figures et expressions de la régulation. Échelles, dynamiques, pratiques ». Intitulées « Normes, violences régulation », elles ont eu lieu en 2009 et 2010 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Certains des articles réunis dans ce numéro sont la version écrite de communications prononcées lors de ces journées, auxquels ont été adjoints des travaux de doctorants venant s’inscrire dans la même thématique.

5Ce renouvellement des questionnements sur le judiciaire, présenté par l’article historiographique de Laure Verdon situé en tête de ce numéro, tient, pour partie, à une relecture des sources. Actes notariés, sources de police, archives judiciaires sont désormais considérés comme les traces d’un processus long et complexe de saisissement des autorités publiques par les individus, dans le cadre d’une démarche rationalisée. Dès lors, l’exégèse de tels documents n’est plus, ou plus uniquement, destinée à s’interroger sur le degré de violence ou d’acculturation judiciaire de telle société à telle époque, mais bien à resituer l’action qui consiste à réguler les conflits dans un rapport social complexe. De là une certaine désaffection pour l’histoire des séries, ou du moins son inscription dans une étude qualitative et contextuelle des documents, comme le montrent les contributions de Laure Verdon, d’Hervé Piant et la nôtre. La question des sources, fondamentale, est d’ailleurs présente en filigrane de chacun des textes présentés ici. Nicolas Vidoni souligne bien le lien qui existe entre une nouvelle lecture des sources policières et un renouvellement des travaux historiques qui en découlent. Notre contribution montre aussi quel usage peut être fait du dossier de procédure, pièce maîtresse des archives de la justice, plus souvent utilisé comme un récit de crime que comme le résultat d’une enquête dans laquelle les divers acteurs sociaux déploient des stratégies complexes.

6Analysé ici dans différents contextes, le processus de régulation de la violence par diverses institutions relevant du judiciaire met en lumière certaines constantes, comme autant de dynamiques permettant de comprendre le rôle social d’une institutionnalisation du tiers régulateur.

7Les contributions réunies dans ce numéro incitent à prendre en compte le contexte local et social dans lequel s’exerce la régulation des conflits. Urbain ou rural, le cadre a son importance. Les articles d’Hervé Piant, celui d’Amélie Nuq et le nôtre insistent sur le contrôle étroit, et en partie informel, auquel sont soumis les villageois. Le jeu des réputations et le poids des familles s’exercent de manière accrue dans ce microcosme. En ville, comme le montre Nicolas Vidoni, les mécanismes d’autosurveillance étant plus lâches, c’est la police qui se voit investie d’une ambition panoptique, et développe des techniques permettant sa réalisation. D’un espace à l’autre, le rapport aux institutions régulatrice n’est donc pas le même, et les stratégies développées par les individus y faisant appel ne répondent pas à des logiques similaires. L’importance de la hiérarchie entre les groupes sociaux s’avère également déterminante. Comme le soulignent les textes de Lucien Faggion, d’Hervé Piant et le nôtre, les rôles sociaux et de notion de réputation influencent considérablement les rapports individuels ou collectifs à la justice. D’une part, le prestige ou le rang de tel individu, telle famille ou tel groupe lui offre de facto les moyens de recourir à la justice et d’espérer une issue favorable. D’autre part, les rapports de domination sociale influencent le dépôt de plainte ou la demande d’intervention d’un tiers. Par ailleurs, Nicolas Vidoni et Amélie Nuq interrogent la dimension sociale de répression. Le premier souligne que peuple et parlement, peu avant la Révolution, critiquent l’action policière, ce qui l’amène à relativiser le rapport de classe et à déplacer les regards vers l’affrontement qui oppose la population à la police. La seconde insiste sur la participation active et intéressée des élites catholiques à l’entreprise de moralisation du peuple par le régime franquiste.

8De fait, les rapports sociaux entre les acteurs de la régulation et le reste de la société sont loin d’être réductibles à une dimension unilatérale. Comme le montrent les articles de Laure Verdon, de Lucien Faggion et d’Hervé Piant, la pratique de la justice s’apparente à un rite de réconciliation et de paix, ne se réduisant pas à une application de la loi. Par ailleurs, notre propre article présente le jeu complexe qui guide l’élaboration des lois. Celles-ci, inspirées par la philosophie dominante d’une époque, sont constamment infléchies par les préoccupations de la société dans laquelle elles s’inscrivent. En retour, comme l’indiquent également Amélie Nuq et Nicolas Vidoni, les nouvelles normes légales tendent, par des phénomènes d’intériorisation plus ou moins aboutis, à influencer les comportements individuels et collectifs.

9Cette performativité de la loi ne vient pourtant pas mettre un terme à la pratique de la négociation en marge des institutions. Plusieurs textes réunis ici montrent la continuité et la complémentarité entre la négociation et la procédure, entre l’infrajudiciaire et le judiciaire. Un règlement des conflits hors des structures institutionnelles ne signifie pas que la société dans laquelle il se produit est plus archaïque ou plus violente, mais que les institutions judiciaires n’ont pas capté la totalité des procédures de régulation. La justice fait partie des choix possibles pour ceux qui cherchent à défendre leurs intérêts. A contrario, un monde violent n’est pas non plus un monde sans règles. Comme le rappellent Nicolas Vidoni et Laure Verdon, la violence peut être une norme partagée et participer d’une forme de résolution des conflits.

10Enfin, les textes de ce numéro permettent de comparer les processus de régulation de la violence aux modalités de contrôle social dans divers contextes. L’institution, outre son rôle de médiation dans les conflits, revendique alors un rôle « civilisateur » à travers une dimension coercitive, monopolisant la violence légitime. Nicolas Vidoni souligne combien ce processus, fruit des Lumières, participe d’une volonté de donner à voir la progression vers une société pacifiée. En écho, Amélie Nuq, par sa description d’une société autoritaire, démontre que la volonté de contrôle social total – et l’idéologie qui le sous-tend – présente des failles liées aux capacités de résistance individuelles et collectives.

11C’est cet espace irréductible d’instrumentalisation ou de résistance aux normes morales, légales ou policières, permettant d’éviter les voies de la régulation ou du contrôle proposés par l’État, qui fait toute la richesse de la présente réflexion, apporte sa pierre à l’utilisation du modèle éliassien par les historiens et ouvre de nouvelles perspectives de recherches.

Haut de page

Notes

1  « Norbert Élias et le XXe siècle. Le processus de civilisation à l’épreuve », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2/2010 (n° 106), numéro coordonné par Quentin Deluermoz.

2  On peut citer parmi d’autres le récent travail sur la peine de mort d’Emmanuel Taïeb, La guillotine au secret. Les exécutions publiques en France, 1870-1939, Paris, Belin, coll. « Socio-histoires », 2011.

3  Hans Peter Duerr, Nudité et pudeur : le mythe du processus de civilisation, Paris, Éd. de la MSH, 1998.

4  Quentin Deluermoz « Présentation » in « Norbert Élias et le XXe siècle… » Vingtième Siècle, op. cit., p. 8 et suivantes.

5  Il nous est impossible de tous les citer ici. Nous renvoyons à l’article de Laure Verdon dans le présent numéro pour ce qui concerne l’histoire du Moyen Âge. En outre, pour un bilan historiographique récent on pourra se reporter à Antoine Follain, Bruno Lemesle, Michel Nassiet, Eric Pierre, Pascale Quincy-Lefebvre (dir.), La violence et le judiciaire. Discours, perceptions, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, introduction, p. 9-28 ; mais aussi à Sylvie Body-Gendrot, Peter Spierenburg (dir.), Violence in Europe. Historical and Contemporary Perspectives, Springer, New York, 2008 et d’une manière générale à la base bibliographique en ligne sur le site : http://www.criminocorpus.cnrs.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Regnard, « Avant-propos », Rives méditerranéennes, 40 | 2011, 7-10.

Référence électronique

Céline Regnard, « Avant-propos », Rives méditerranéennes [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/4056

Haut de page

Auteur

Céline Regnard

Céline Regnard est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Provence (Aix-Marseille 1) et membre de l’UMR TELEMME. Ses travaux se situent dans la lignée de sa thèse consacrée à l’étude de la violence à Marseille au XIXe siècle et publiée aux Presses Universitaires de Rennes en 2009. Outre cet ouvrage, elle a participé à des publications collectives sur l’histoire de la violence et de la jeunesse. Ses recherches s’orientent actuellement dans deux directions : l’histoire de la police (notamment à Marseille) et les rapports entre migration et violence à l’époque contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals