Skip to navigation – Site map

Full text

  • 1  Lois McNay,Gender and Agency: Reconfiguring the Subject in Feminist and Social Theory, Cambridge, (...)
  • 2  Ces contributions ont été présentées lors d’une journée d’études « Jeunes Chercheurs » organisée l (...)

1Concept clé des premières théories féministes anglo-saxonnes, le terme d’agency bénéficie depuis deux à trois décennies d’un regain d’intérêt dans les études en sciences sociales, au point que certains ont pu parler, à propos des années 1980-1990, d’un agentive turn. Tandis que les bouleversements économiques et sociaux des sociétés (post-)capitalistes – transformation du statut social des femmes, redéfinition des rapports de genre, émergence de nouvelles formes d’autonomie et de contrainte – invitaient à un renouveau de la réflexion autour de ce concept, peu de courants théoriques se sont attachés, en France, à l’explorer depuis les travaux fondateurs de Michel Foucault et Pierre Bourdieu1. Les contributions qui suivent visent précisément à interroger, dans une perspective interdisciplinaire, la complexité du concept d’agency et sa portée heuristique pour les études de genre2.

  • 3  Saba MAHMOOD, « Feminist Theory, Embodiment, and the Docile Agent: Some Reflections on the Egyptia (...)

2La polysémie du terme – qui n’a pas d’équivalent simple en français et se trouve traduit, selon les auteurs, par capacité d’agir, puissance d’agir, agence, agentivité, agencéité, agencivité… – et sa richesse conceptuelle expliquent les discussions qu’il a suscitées et qu’il continue de nourrir. Si le débat agency-structure (ou individualisme méthodologique vs holisme) est un problème fondamental en sciences sociales, les chercheuses féministes ont radicalement révisé et enrichi cette approche classique, en introduisant le genre dans l’opposition traditionnelle déterminisme contre liberté. Dans leurs tentatives d’analyser les mécanismes de la société patriarcale et de mettre en lumière les rôles des femmes comme actrices sociales, les historiennes, sociologues et anthropologues féministes ont fait preuve d’un intérêt marqué pour le concept d’agency. Pour autant, et en dépit de leur contribution essentielle à ce champ, leur approche souffre de deux faiblesses majeures. Premièrement, alors que les conditions dans lesquelles l’agency peut être produite ou atteinte constituent un élément majeur de la théorie féministe, la définition de l’agency elle-même est rarement interrogée comme le point central de l’analyse. En second lieu, l’agency semble très souvent conçue – plutôt qu’explicitement définie – en termes de résistance aux normes sociales et à des relations de pouvoir oppressives (autrement dit à la domination masculine). La même « téléologie de l’émancipation »3 court en filigrane de nombreuses études sur l’agency développées par les subaltern studies, qui lient par ailleurs fréquemment le concept d’agency à ceux de « capabilités » et d’empowerment – qui n’en sont pourtant pas les synonymes exacts.

  • 4  Selon Butler, « l’ ‘assujettissement’ désigne à la fois le processus par lequel on devient subordo (...)

3Dans ce contexte, la conceptualisation du pouvoir et de la formation du sujet développée par Foucault et par la philosophe et théoricienne féministe Judith Butler offre une possibilité de dépasser la dichotomie entre domination masculine et subordination féminine et de capturer les complexités de l’agency. À travers le paradoxe de l’assujettissement, qui situe l’agency dans les structures mêmes du pouvoir (et non à l’extérieur), donc dans des rapports de subjectivation spécifiques, Judith Butler remet en effet en question « le paradigme émancipatoire de la capacité d’agir »4.

4Pour autant, bien que le sujet selon Butler soit produit comme l’effet d’une subordination, il n’en est pas moins, comme le souligne Nathanael Wadbled, capable d’un réinvestissement subversif lui permettant de faire resignifier, en produisant de nouveaux contextes, ce qui le détermine. Le concept d’agency, que Monique Haicault présente comme un nouveau paradigme avant d’en explorer l’univers sémantique et les apports en sciences sociales, est ici intrinsèquement associé à la fois au concept de performativité et à la conscience d’agir du sujet, un sujet tout à la fois dominé et agissant. Jacques Guilhaumou, qui se place, lui, du point de vue de l’analyse de discours et de l’histoire des concepts, rappelle d’ailleurs toute l’importance de cette notion de performativité des actions féminines en histoire des femmes et du genre. Comme le montre en particulier son analyse des travaux récents d’Anne Verjus, l’agency s’incarne toujours dans des relations de pouvoir et de domination qui, précisément, rendent possible, par retournement, la formation d’une conscience de soi.

  • 5  Saba MAHMOOD, Politique de la piété. Le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique, Paris, La Dé (...)
  • 6  Ibidem, p. 32 et p. 276.

5C’est à une exploration approfondie de cette notion de pouvoir que nous invite Carine Plancke, qui questionne de manière stimulante, dans son étude des possessions féminines chez les Punu du Congo-Brazzaville, l’interprétation dominante de ce type de phénomène en terme d’agency – puisqu’il s’agit avant tout de la capacité de ces femmes à se laisser déterminer par ce qui est autre. Elle rejoint en cela les critiques formulées, entre autres, par Saba Mahmood à l’égard d’une conception occidentale et individualiste de l’agency, pensée selon un schéma binaire soumission/résistance qui naturalise l’idéal social de liberté5. Définir la capacité d’agir à partir de la « grammaire conceptuelle » qui lui correspond permet ainsi de la mettre au jour « non seulement dans les actes de résistance aux normes mais aussi dans les multiples façons dont on habite les normes »6.

6En ce sens, les carrières militantes d’exilées algériennes et iraniennes analysées par Sophie Lhenry reflètent ces moments « d’action latente », ces micro-espaces de liberté qui mènent à une prise de conscience de la capacité d’agir au cœur même d’une situation subie. La notion de tactique développée par Michel de Certeau permet ici, comme dans l’exemple de la féministe anglaise Barbara Leigh Bodichon examiné par Meritxell Simon-Martin, d’éclairer la manière dont ces femmes « défient par inadvertance des structures de domination dans des gestes quotidiens ». Dans ce dernier cas, ce sont les échanges épistolaires – pratique féminine a priori inoffensive et anodine dans le contexte de l’Angleterre victorienne – qui sont à la source d’une female agency comprise en termes de tactique, mais aussi de résistance discursive et d’autonomie personnelle. Protéiforme, l’agency gagne de la sorte à être envisagée, au même titre que la construction de soi, comme un processus complexe de négociation de rôles – parfois doublée de véritables choix stratégiques – qu’illustrent bien les phases essentielles de la « carrière » de Juliette Adam au sein de la vie politique française, évoluant, comme le montre Aldo D’Agostini, de la politique des salons aux relations internationales en passant par le journalisme.  

7Si une approche par les trajectoires individuelles permet de reconstituer de façon précise les mécanismes de l’agency, celle-ci peut aussi être envisagée comme un phénomène collectif, en particulier dans le cas du militantisme féministe. Là encore s’impose la nécessité d’une contextualisation fine, comme l’illustre l’exemple très contemporain des associations de femmes tunisiennes et marocaines étudiées par Monica Romagnoli, qui pose la question de leur accession à une parole publique et de leur capacité d’agir collective face à un État en plein bouleversement. À travers une analyse de l’introduction des politiques d’égalité des chances dans l’Australie des années 1980, Caroline Mackenzie teste quant à elle, après les avoir mises en lumière, les trois composantes essentielles du terme d’agency – vouloir agir, pouvoir agir et être capable d’agir – en montrant comment un projet pilote mené à l’Australian National University a conduit collectivement les femmes de cette université au militantisme et, au-delà, à créer les conditions d’un changement social.

8Au total, un des mérites des études rassemblées ici est de n’avoir pas renoncé, en dépit des difficultés, à mettre en œuvre, dans différentes disciplines des sciences humaines et sociales, le concept – ou paradigme – d’agency, contribuant ainsi à en préciser à la fois les contours – toujours mouvants – et la portée heuristique pour les études de genre.

Top of page

Notes

1  Lois McNay,Gender and Agency: Reconfiguring the Subject in Feminist and Social Theory, Cambridge, Polity Press, 2000, 190 p., p. 1-2.  

2  Ces contributions ont été présentées lors d’une journée d’études « Jeunes Chercheurs » organisée le 30 mars 2011 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, à l’initiative du groupe Genre, Femmes, Méditerranée (UMR TELEMME). Je tiens à remercier tout particulièrement Jacques Guilhaumou, Monique Haicault et Caroline Mackenzie, discutants, qui ont accepté de prolonger par écrit les réflexions entamées ce jour-là.

3  Saba MAHMOOD, « Feminist Theory, Embodiment, and the Docile Agent: Some Reflections on the Egyptian Islamic Revival », Cultural Anthropology, 2001, 16 (2), p. 202-236, p. 210.

4  Selon Butler, « l’ ‘assujettissement’ désigne à la fois le processus par lequel on devient subordonné à un pouvoir et le processus par lequel on devient un sujet », in Judith BUTLER, La vie psychique du pouvoir, Paris, Ed. Léo Scheer, 2002, 307 p., p. 23. Le « paradoxe de l’assujettissement est précisément que le sujet qui veut résister à ces normes est lui-même capable de le faire en vertu de ces normes, voire est produit par elles. Bien que cette contrainte constitutive n’annihile pas la possibilité d’une puissance d’agir, il est vrai qu’elle situe cette puissance dans une pratique de réitération ou de reformulation immanente au pouvoir, et non dans une relation d’opposition externe au pouvoir », in Judith BUTLER, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, Paris, Ed. Amsterdam, 2009, 249 p., p. 30.

5  Saba MAHMOOD, Politique de la piété. Le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique, Paris, La Découverte, 2009, 311 p.

6  Ibidem, p. 32 et p. 276.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Montenach, « Introduction », Rives méditerranéennes, 41 | 2012, 7-10.

Electronic reference

Anne Montenach, « Introduction », Rives méditerranéennes [Online], 41 | 2012, Online since 23 February 2012, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/4104

Top of page

About the author

Anne Montenach

UMR TELEMME-Aix-Marseille Université

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • OpenEdition Journals