Navigation – Plan du site

Assurer et rassurer le marché : géographie de l’incertitude économique et dispositifs de marché

Guilhem Boulay
p. 113-133

Résumés

Le marché immobilier présente des niveaux de prix variant particulièrement dans le temps. Or, dans les théories économiques comme chez les acteurs du marché, on assoit souvent les prix sur la « valeur ». Ainsi, la hausse des prix et sa distribution spatiale (qui atténue les différentiels de prix immobiliers entre quartiers) trouble le signal que les candidats à l’accession attendent du prix. L’incertitude quant à la légitimité des niveaux de prix ainsi générée pourrait à terme bloquer le marché sans l’existence de dispositifs de marché qui visent à restaurer la confiance dans le fonctionnement et le bien fondé du marché immobilier. Ces dispositifs de marché, s’ils ne suffisent à déterminer les prix pratiqués sur le marché, apparaissent ainsi comme sa condition de possibilité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « The problem for political economy has ever been to explain why commodities exchange at the price (...)

1Pour l’économie, le problème a toujours été d’expliquer pourquoi les biens s’échangent aux prix que l’on observe1» (Harvey, 2006, p. 9). Pour banale, voire insignifiante qu’elle puisse paraître à première lecture, cette remarque de David Harvey est fondamentale. Elle renvoie en effet à un problème premier de la théorie économique de la valeur : rendre compte des niveaux de prix. Si la question est déjà ardue à résoudre dans le cas de marchés où les prix sont plus ou moins stables, elle l’est encore plus en cas de variations significatives des prix. À ce titre, la période de très forte inflation immobilière que connaît la France depuis une quinzaine d’années constitue un défi théorique majeur puisque les prix sont multipliés par deux voire trois selon les zones en une très courte période (Friggit, 2010). Comment expliquer des mouvements de prix tels que ceux que l’on observe par exemple à Marseille où en 2006 le niveau du premier décile du prix des appartements anciens dépasse celui du dernier décile observé seulement six ans plus tôt ?

2Ce problème est en général « résolu » par ce que Christian Topalov nomme « l’évidence pratique du marché foncier» (Topalov, 1984), qui s’applique largement au marché immobilier. Cette évidence consiste à faire du marché foncier comme de tous les autres marchés un lieu de confrontation entre l’offre et la demande, dont la résultante est un prix approchant le prix d’équilibre. Cette lecture des prix se fonde sur « les représentations savantes du marché foncier [qui la] confirment : le prix du sol s’analyse comme l’équilibre entre une offre et une demande sur un marché de concurrence fort imparfaite et, finalement, comme la valeur du service – prix de l’utilité – fourni par un facteur de production particulier» (Topalov, 1984, p 9). Or l’étude des faits a prouvé à de multiples reprises la non effectivité de cette « loi de l’offre et de la demande », notamment sur les marchés fonciers et immobiliers : la demande s’accroît avec les prix, et l’augmentation de l’offre de logements n’apporte pas la baisse des prix escomptée (Campos-Venuti, 1967 ; Beauvois, 2004 ; Donzel et al., 2007 ; Goodman, Thibodeau, 2008).

3Le problème est donc finalement double : il consiste d’une part à tenter de rendre compte des raisons de l’évolution des prix, parfois dans des proportions extrêmement importantes, et d’autre part à comprendre pourquoi l’intensité de ces variations de prix n’aboutit pas à un blocage de l’échange immobilier. On est en effet en droit de se demander comment il est possible que des agents économiques – notamment des ménages en ce qui concerne le marché immobilier résidentiel – acceptent de payer le même bien deux fois plus cher à quelques années d’intervalle. On affronte ainsi la question du statut très particulier du prix, cette « certitude mystérieuse », selon l’expression heureuse de Koray Caliskan (Caliskan, 2007), et, partant, celle du statut tout aussi mystérieux de l’échange marchand. À bien des titres, c’est donc un paradoxe que l’on a à résoudre : expliquer la permanence, et même la croissance, des échanges marchands malgré le développement de conditions de moins en moins avantageuses pour les acheteurs.

4Pour ce faire, l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence des années 1990 et 2000 constitue un laboratoire d’étude particulièrement approprié. La hausse des prix est en effet telle qu’elle brouille très largement le « signal » de qualité que l’acheteur espère du prix, brouillage accru par la distribution spatiale de la hausse. Cette situation génère énormément d’incertitude sur les prix et leur capacité à traduire une « valeur » qui serait intrinsèque aux biens. Dès lors, et face au risque d’effondrement des échanges, les professionnels du secteur déploient une très grande activité visant à rassurer les potentiels acquéreurs. Ces « dispositifs de marché » (Callon, 1998 ; Callon et al., 2007 ; Karpik, 2007) permettent de garantir la valeur des biens et l’opportunité de l’acte d’achat. Ils sont donc partie intégrante de l’acceptation de la hausse des prix, et de l’augmentation des volumes mutés qui l’accompagne. On montre ainsi, en recourant à deux types de sources originales et rarement étudiées conjointement – transactions immobilières et discours des professionnels du marché immobilier – que le recours à l’analyse, notamment spatiale, des faits de marché constitue une condition sine qua non de retour sur la théorie de la valeur et sur les modalités de l’« encastrement » des marchés.

L’inflation immobilière dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence : un laboratoire pour l’étude de l’incertitude économique

L’instabilité des prix et la théorie de la valeur

5L’instabilité des prix est un phénomène général touchant tous les marchés mais qui est in fine relativement peu traité en soi (Jorion, 2010). Cet oubli implicite en dit long sur les présupposés qui sous-tendent le rôle attribué au prix dans les constructions théoriques de l’économie. Paul Jorion a notamment montré comment cette négligence pour les fluctuations du prix était liée à la place des théories de la valeur en économie, qui font du prix le reflet d’une « essence permanente », (nommée valeur). Cette valeur se concrétise en « prix du marché », qui subissent des « variations accidentelles » dont l’analyse cherche l’origine (Jorion, 2010). L’adossement du prix à une valeur n’est nullement exclusif à une veine théorique puisqu’il définit à la fois l’économie classique, ricardienne ou marxienne, qui se fonde sur la valeur travail, et l’économie néo-classique. Dans le cadre théorique de cette dernière, très largement dominante, la valeur est déterminée par l’utilité procurée par les biens et les services. Bien qu’au départ cette théorie donnât toute sa place à l’évolutivité de la valeur, la rapportant à des individus particuliers dotés de préférences propres (Laval, 2007), la théorie a progressivement dérivé vers une vision plus fixiste du prix, en lien avec la place prépondérante du concept d’équilibre.

6La place de cette idée normative dans la pensée économique néo-classique est telle qu’elle en est venue à influencer les catégories et les protocoles analytiques eux-mêmes, réduisant dès lors l’intérêt des fortes évolutions des prix à l’évaluation des distances se creusant entre les « fondamentaux » (la valeur) et les prix actuels. Une très grande part de la littérature en économie foncière-immobilière s’est dès lors attelée à détecter des « bulles », c’est-à-dire des écarts entre la valeur (les fondamentaux) des biens et leur prix qui signaleraient des « mécanismes spéculatifs » (Kindleberger, 1987). L’extrême abondance de ce type de travaux, en Europe comme en Asie et en Amérique du Nord (Cornuel, 1999 ; Riddel, 1999 ; Roehner, 1999 ; Roche, 2001 ; Case, Schiller, 2003 ; Zhou, Sornette, 2003 ; Pornchokchai, Perera, 2005 ; Hwang Smith, Smith, 2006 ; Glaeser et al., 2008 ; Goodman, Thibodeau, 2008 ; Diewert et al., 2009 ; Duca et al., 2010 ; Tsai, Peng, 2011) pourrait cacher des faiblesses fondamentales. La première est que ces modèles sont techniquement forcés de décréter la correction de certains paramètres : le niveau de prix « normal » ou le niveau « normal » des fondamentaux. Ce faisant, la temporalité du marché n’est abordée que comme un cadre : on y étudie les trajectoires respectives des prix du marché et des fondamentaux. Il n’y a donc dans cette perspective aucune place pour une prise en compte de l’évolutivité des paramètres de fixation des prix en‑dehors de ceux décidés en début de période. Bien plus, cette approche fixiste tombe nécessairement dans des travers normatifs puisqu’elle aboutit à juger de la justesse des prix pratiqués et de l’opportunité des conduites de ménages sur les marchés, renouant avec les fondements normatifs de l’économie néo-classique.

7On préfère ici aborder de front les variations de prix et ne pas les considérer comme des anomalies déviantes mais comme des « choses », pour parler comme Durkheim. L’intérêt de cette approche est qu’elle fait des variations de prix un matériau empirique permettant un retour sur les catégories analytiques habituellement utilisées. On suit en cela les préconisations méthodologiques de deux grands durkheimiens du début du XXe siècle, spécialistes des marchés et des phénomènes économiques. François Simiand et Maurice Halbwachs ont pour projet de dénoncer le caractère finaliste de l’économie néo-classique, et les incohérences méthodologiques découlant de ce que Pierre-Henri Derycke appelle la « fascination pour l’équilibre » (Derycke, 1996). Partant des propres aveux de faiblesse de la théorie standard tels qu’il les trouve chez Alfred Marshall, François Simiand prend le contrepied exact de cette démarche et centre son travail sur les déséquilibres : « Nous croyons en effet, pour notre part, que pour avancer vraiment dans la connaissance économique, il faut s’attaquer directement et d’abord à des variations, c’est-à-dire à la forme dynamique des phénomènes, par la voie expérimentale» (Simiand, 2006, p. 105). C’est cette voie qui suivra Maurice Halbwachs dans sa célèbre étude sur le rôle des expropriations dans le marché foncier parisien de la fin du XIXe siècle : « l’évolution économique se peut le mieux étudier aux époques où elle s’accélère» (Halbwachs, 1909, p. 25). Il considère alors les forts mouvements de prix fonciers non pas comme « un fait anormal, extérieur», mais bien comme des « cas privilégiés» (Halbwachs, 1909, p. 27).

La hausse des prix et sa géographie comme générateurs d’incertitude

8Les prix fonciers et immobiliers présentent une instabilité chronique, que l’on réduit souvent à un cycle. En effet, on a pu montrer que des années 1960 aux années 1990 le rapport entre le revenu disponible des ménages et les prix immobiliers, tous paramètres corrigés de l’inflation, variait seulement dans des proportions de l’ordre de 10 % à l’échelle de la France métropolitaine, et que les phases de hausse et de baisse, de durées similaires, se succédaient (Friggit, 2010). À partir de 2000, les prix ont quitté cette fourchette de variation désormais connue comme le « tunnel de Friggit » et la déconnexion entre revenus et prix immobiliers a atteint en Province des niveaux jusqu’alors inédits, y compris dans des marchés très spécifiques comme celui de Paris où les limites du tunnel avaient déjà été franchies à la hausse ou à la baisse par le passé.

9L’année 2007 voit les prix immobiliers légèrement baisser sous l’effet des craintes suscitées par la crise américaine des subprimes mais cette décroissance ne fut finalement que modérée et très passagère, comme le montre l’indice faisant autorité pour le marché immobilier ancien (cf. figure 1).

Figure 1. Évolution des prix immobiliers en France et dans l’agglomération de Marseille entre 1996 et 2011

Figure 1. Évolution des prix immobiliers en France et dans l’agglomération de Marseille entre 1996 et 2011

Évolution trimestrielle de l’indice INSEE-notaires du prix des logements de 1996 et 2011

Source : INSEE/traitements et réalisation : G. Boulay, 2011

  • 2  Mise à notre disposition sous convention par l’INRA-Avignon grâce à l’intervention de Claude Napol (...)

10Ces chiffres ne sont disponibles qu’à des échelles assez larges et l’on ne dispose d’indices locaux que pour les seules agglomérations de Marseille et de Lyon. On privilégie donc dans ce travail une base de données alternative2 constituée des transactions effectuées par les notaires (base Perval). Cet échantillon, très correctement représentatif du marché immobilier à usage résidentiel (Buhot, 2006 ; Schmitt, 2009) permet de comparer la croissance des prix immobiliers des principales aires urbaines françaises et de conclure sans risque d’erreur à une intensité de la hausse dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence bien supérieure à la moyenne (Boulay, 2011). À l’échelle de l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence, cet échantillon se compose après « nettoyage » des données de plus de 100 000 ventes permettant d’étudier la période courant de 1991 à 2006. Pour prendre conscience de la hausse des prix, il est légitime de se focaliser essentiellement sur la décennie 1996-2006, décennie durant laquelle les prix augmentèrent si fortement qu’ils furent multipliés par trois (cf. figure 2).

Figure 2. Tableau

Figure 2. Tableau

Taux de croissance du prix au mètre carré habitable dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence entre 1996 et 2006

Source : données Perval cédées par l’INRA-Avignon, traitement : G. Boulay, 2011

  • 3  Fédération NAtionale de l’IMmobilier, principal syndicat d’agents immobiliers qui regroupe plus de (...)

11Cette hausse, incommensurable à tout autre phénomène inflationniste dans un pays riche à cette période, est d’autant plus intéressante qu’elle était inattendue. En témoignent les propos de René Pallincourt en 1996, alors président de la FNAIM3 de Marseille et qui dit du marché immobilier de sa ville : « ce n’est pas un marché fabuleux, c’est un marché qui se tient» (L’Express, 1996, p. 90), alors même que sa fonction et son métier devraient le pousser à exagérer les perspectives de croissance des prix. C’est donc un fait fondamental à garder à l’esprit que s’il est aisé après coup de prendre conscience des mouvements du marché, l’évolution des prix est un phénomène quasi aléatoire pour beaucoup de personnes, y compris celles dont l’activité professionnelle quotidienne les tient informées du marché. Ce caractère aléatoire de l’évolution des prix est un paramètre fondamental à prendre en compte pour comprendre les défis théoriques posés par l’inflation immobilière. En effet, l’indétermination de l’évolution des prix conduit à des situations d’incertitude, au sens que lui donnent Frank Knight et John Maynard Keynes dans l’entre-deux-guerres (Knight, 1921 ; Keynes, 1937). L’incertitude est distinguée chez ces auteurs du « risque » (chez Knight) ou de l’«  improbable » (chez Keynes) : la première est complexe, singulière et imprévisible, tandis que les seconds sont probabilisables. Leur prise en compte implique le refus du principe d’omniscience postulé par les hypothèses de la théorie néo-classique face à des situations complexes, nouvelles ou aléatoires (Moureau, Rivaud-Danset, 2004).

12À l’aléa de la hausse et de son intensité s’ajoute un second facteur générant de l’incertitude : la distribution spatiale de l’inflation immobilière. Le triplement des prix en seulement dix ans (cf. tabl. 1) s’est en effet déroulé dans l’espace selon une modalité particulière. À l’échelle des unités spatiales, les prix ont globalement crû d’autant plus qu’ils étaient faibles initialement. Il en a résulté une homogénéisation spatiale des différentiels de prix entre quartiers (Boulay, 2011b). Malgré le faible nombre d’études précises dont on dispose dans ce domaine, cette dynamique spatio-temporelle des prix est systématiquement avérée (Guérois, Le Goix, 2009). Ce nivellement de la valeur d’échange des biens immobiliers entre quartiers induit un trouble dans la légitimité des niveaux de prix, bien plus que l’intensité de la hausse elle-même, comme en témoignent les propos d’agents immobiliers parisiens : « à ce prix, on peut s’offrir le XVIe arrondissement » ; « à ce tarif, on habite ailleurs que dans le XIe, non ?» (P. Nicaud et S. Di Nacéra, directeurs d’agences immobilières à Paris, cités dans L’Express, 2007, p. 68). L’idée sous-jacente est qu’une grande part de la variance des prix à une date donnée dépend de la localisation du bien. A priori, le rattrapage spatial et l’homogénéisation des prix immobiliers résultant de la hausse auraient donc dû aboutir à un scepticisme quant au niveau de prix, remettant en cause le fonctionnement-même du marché.

L’incertitude : un facteur potentiel d’inhibition des décisions marchandes

  • 4  Cette méthode conçoit les prix immobiliers comme la résultante du prix de multiples caractéristiqu (...)

13Le scepticisme a donc pour racine le gonflement des prix, mais c’est avant tout dans sa traduction spatiale que résident les sources d’incertitude. En effet, les études foncières et immobilières ont pour fondements théoriques de faire dépendre les différentiels de prix de la localisation des biens. Très grossièrement, on peut ainsi distinguer deux courants de travaux, selon leur mode d’appréhension et de conceptualisation de l’espace : une veine qui court de Von Thünen à la nouvelle économie urbaine et rend compte des prix en fonction de la distance aux centres, une seconde qui s’intéresse, de Marshall à la méthode des prix hédoniques4, au rôle (dé)valorisant de la proximité à des attributs non équirépartis dans l’espace. Or, l’homogénéisation puissante des prix entre zones sape en bonne partie la justification des prix : si les prix augmentaient partout dans les mêmes proportions, on pourrait conclure à un simple renchérissement des biens et services immobiliers. Mais le comblement progressif, bien qu’inabouti, des différentiels de prix fait émerger une toute autre inquiétude chez le candidat à l’accession à la propriété : la croissance des prix questionne les liens entre la valeur d’échange (le prix), et une éventuelle « valeur ontologique », intrinsèque aux caractéristiques du bien.

14Ce type de problème est en général abordé en économie au prisme du mécanisme d’« antisélection », bien connu depuis les travaux de George A. Akerlof de 1970 sur les lemons, c’est-à-dire des voitures d’occasion aux vices cachés (Akerlof, 1970). L’acheteur attend des prix qu’ils émettent un « signal » sur la qualité du bien : un bien plus cher qu’un autre devrait être de plus grande qualité, et donc avoir une plus grande valeur (Cahuc, 1998). Dans le cas qui nous intéresse, le tassement des différentiels de prix immobiliers entre quartiers introduit un doute quant à la validité du signal que l’acheteur attend du prix : tel quartier a toujours été deux fois moins cher que tel autre, il est donc « louche » que les prix soient désormais quasiment équivalents. L’antisélection est donc l’instauration d’une méfiance généralisée quant à la qualité, autrement dit la « valeur intrinsèque », des biens, et donc l’arrêt à terme du fonctionnement du marché par peur de « faire une mauvaise affaire ». Pour attrayante qu’elle soit, cette approche reste néanmoins marquée par deux limites. Tout d’abord, elle est restrictive, en ce qu’elle concerne uniquement les situations où l’information est asymétrique (seul l’acquéreur potentiel est ignorant des vices cachés, que le vendeur connaît). Ensuite, et surtout, elle sert de base à une approche visant à combler les market failures (« échecs du marché ») à travers des réflexions sur les moyens d’instaurer des mécanismes de marché récompensant les vendeurs honnêtes et pénalisant les malhonnêtes. Elle est donc essentiellement normative, et vise à restaurer la capacité du marché à allouer les ressources de manière optimale. Or la situation que nous étudions n’est pas réductible à un simple problème de dissimulation de vices cachés ni ses conséquences à l’inefficacité du prix comme équilibreur de l’offre et de la demande. En effet, l’incertitude est plus globale, englobe à la fois le vendeur et l’acheteur, et a davantage trait à l’appréhension du futur dans le cadre d’achats patrimoniaux. On verra que dans ce contexte, les conclusions tirées d’auteurs se situant ouvertement hors des sentiers battus de l’économie standard, notamment Keynes, sont bien plus efficaces pour expliquer le paradoxe entre une situation d’incertitude a priori peu propice aux échanges marchands et l’essor du marché immobilier.

Un essor étonnant du marché immobilier

15 Il est très ardu de disposer de chiffres précis sur l’évolution du nombre et du montant des ventes sur le marché immobilier, traditionnellement extrêmement opaque. La difficulté majeure tient à ce qu’on ne travaille en général que sur des échantillons. Les seules séries exhaustives dont on dispose en libre accès concernent le logement ancien uniquement, et à l’échelle nationale. On sait alors que durant la phase de croissance maximale des prix, qui débute à l’échelle plutôt en 1997 qu’en 2006, les volumes mutés ont crû d’environ 600 000 ventes par an au plus faible des prix à 800 000 au pic de l’inflation immobilière (cf. figure 3).

Figure 3. Graphique

Figure 3. Graphique

Évolution du nombre annuel de ventes de logements anciens en France entre 1996 et 2006

Source : Figgit, 2007 / réalisation : G. Boulay, 2011

16À des échelles locales, on ne dispose pas de telles séries, et les transactions notariales sur lesquelles nous nous fondons pour ce travail ne constituent qu’un échantillon. On ne peut donc produire des chiffres globaux que sous forme d’estimations, difficiles à réaliser en l’absence de toute population-mère (le nombre total de transactions n’étant disponible qu’à l’échelle nationale, et pas à la commune). Ces estimations sont donc à considérer comme des ordres de grandeur, ce qui n’enlève rien à leur validité pour prouver l’essor du marché immobilier durant la période de croissance maximale des prix, quel que soit le paramètre pris en compte (cf. figure 4).

Figure 4. Tableau

Figure 4. Tableau

Comparaison des taux de croissance de plusieurs paramètres concernant le marché immobilier ancien de l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence entre 1996 et 2006

Source : données Perval cédées par l’INRA-Avignon, traitement : G. Boulay, 2011

17Les taux de croissance de ces paramètres, sans aucun rapport avec la croissance démographique de la zone (estimable à 7 %), montrent que l’incertitude générée par la hausse des prix et sa distribution spatiale n’a donc nullement entamé la confiance placée par les ménages dans « la pierre ». C’est donc ce paradoxe entre l'essor du marché immobilier et l’incertitude générée par l’instabilité des prix qu’il convient d’expliquer.

Comment expliquer l’essor des échanges en période d’inflation immobilière ?

Approcher le marché par ses dispositifs

18L’incertitude est une notion qui convoque nécessairement la problématique des anticipations et de la prise en compte du futur. Si les conséquences de l’incertitude sur les marchés peuvent être actuelles (risque d’antisélection et de blocage consécutif du marché), ce n’est pas en fonction de doutes sur le niveau actuel des prix, mais bien de doutes quant à leur évolution à venir. En d’autres termes, dans un tel contexte, l’incertitude sur l’adéquation entre un prix observable et une éventuelle « valeur » intrinsèque au bien est d’abord pensée sous l’angle du risque : risque-t-on de voir un bien chèrement acquis se dévaluer, ou, au contraire, les perspectives de renchérissement sont-elles plus crédibles et poussent-elles donc à se dépêcher d’acheter tant que le bien est meilleur marché ? On retrouve ici le problème posé par Keynes à propos des variations futures du taux d’intérêt. L’économiste de Cambridge pointe les risques de blocage certains du marché entier en l’absence de toute visibilité quant au niveau futur des taux, et conclut à leur nature « psychologique » et « conventionnelle », fondée sur « l’opinion dominante » (Keynes, 1936). C’est en cela que ses travaux sont extrêmement féconds et novateurs, et retrouvent, malgré leur ignorance respective, grand nombre de conclusions posées par Simiand et Halbwachs. En montrant ainsi que l’incertitude découle avant tout des dilemmes engendrés par la coexistence de multiples discours et arguments incommensurables et non hiérarchisables, Keynes retrouve l’idée de Simiand du marché comme « coordination d’impressions » (Simiand, 2006). Ces auteurs construisent alors des cadres théoriques que les séries d’expérimentations psychologiques des années 1950 et 1960 confirmeront (Ash, 1956 ; Ellsberg, 1961). On met alors en évidence deux types de déterminants des choix économiques : la dépendance normative et l’aversion à l’ambiguïté, qui confirment l’importance du statut et de l’unanimisme des instances énonciatrices d’opinions sur le marché, leur conférant un rôle d’institutions.

  • 5  « a simple way of referring to the material and discursive assemblages that intervene in the const (...)

19Les dispositifs de marché jouent ce rôle d’institutions. Ils stabilisent une situation incertaine et permettent la décision, notamment en matière économique (Moureau, Rivaud-Danset, 2004 ; Karpik, 2007 ; Beunza, Garud, 2007). Michel Callon les définit comme suit : « une manière simple de renvoyer aux arrangements matériels et discursifs qui interviennent dans la construction des marchés (…) Après tout, un marché pourrait-il exister sans tout un ensemble de dispositifs de marché ? Des techniques d’analyse aux modèles d’évaluation, de la fixation des prix d’achat aux outils marketing, des protocoles commerciaux aux indicateurs agrégés, le champ des dispositifs de marché inclut un large spectre d’objets. Si cruciaux soient-ils dans les faits, ils ont souvent été négligés par les théoriciens des sciences sociales5 » (Callon, 1998, p. 2). Lucien Karpik a développé cette approche en se centrant spécifiquement sur les « dispositifs de jugement » permettant le choix économique en univers incertain. Sans partager totalement ses conceptions sur « l’économie des singularités » (titre de son ouvrage), sa définition des dispositifs de jugement est très complète : « Les dispositifs de jugement sont externes à l’échange et servent de repères à l’action individuelle et collective. À la différence des règles destinées à bâtir l’« architecture du marché » et donc à fixer, entre autres, les conditions d’accès au marché et les règles du jeu que doivent respecter les échanges, les dispositifs de jugement excluent la relation d’autorité et d’obéissance. Typiquement, ils sont à l’écart du commandement, de la proscription comme de la prescription (…) Que l’on ne s’y trompe pas : l’absence d’ordres, de proscriptions et de prescriptions n’équivaut pas nécessairement à l’absence d’imposition (…) Ces dispositifs sont construits par de multiples acteurs : producteurs, vendeurs, professionnels du marché, mass media, pouvoirs publics» (Karpik, 2007, p. 69).

  • 6  « economics, in the broad sens of the term, performs, shapes and formats the economy, rather than (...)

20Cette nature complexe des dispositifs renvoie largement à ce qu’on a coutume d’appeler depuis les travaux de Michel Callon la performativité de l’économie, qu’il définit ainsi : « la science économique, au sens large du terme, est perfomative, elle dessine et formate l’économie, plus qu’elle ne l’observe dans son fonctionnement6 » (Callon, 1998, p. 2). Cette hypothèse a été depuis développée notamment par Peter Miller (Miller, 1998) qui en a donné une version dite « virtualiste », faisant entièrement reposer la création de la valeur sur cette performativité. On en trouve une déclinaison dans le domaine du marché immobilier (Smith S. J. et al., 2006). Selon ce travail, le prix d’un bien immobilier découlerait uniquement de la croyance dans le marché professée par les professionnels du secteur. Nous tenons cette conclusion pour trop relativiste et tout en prenant acte de la croyance – indéniable – des professionnels dans l’existence d’un marché conforme à la théorisation qu’en fait l’économie néo-classique, nous préférons faire de cet élément un fait parmi d’autres (notamment les paramètres de la demande et du modèle politique d’accession à la propriété) en insistant avant tout sur sa dimension crédogène. On verra ainsi que malgré une incapacité totale à formuler des anticipations correctes sur le marché, les professionnels du secteur croient en un fonctionnement conforme à la théorie qui leur permet de justifier les niveaux successifs des prix par un fonctionnement normal du marché. Ils contribuent de la sorte à générer de la confiance, confiance nécessaire à l’acte d’achat, a fortiori quand il s’agit du plus coûteux que ceux que consentiront les ménages toute leur vie durant. Ces « énoncés crédogènes » (Karpik, 2007) s’appuient sur une conception du marché et présentent à ce titre une nature plus complexe qu’une simple incitation publicitaire.

Constitution d’un corpus pour l’étude de la production des macro-dispositifs du marché immobilier

21En se centrant sur les macro-dispositifs du marché, c’est-à-dire sur les conditions de possibilité de la continuation des échanges malgré l’incertitude générée par l’inflation elle-même et par ses conséquences spatiales, il convenait de disposer d’un corpus relativement généraliste. Du fait de la dimension prescriptive de ces macro-dispositifs, on a ciblé en priorité des supports de discours touchant la majorité de la population de l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence intéressée par l’achat éventuel d’un bien. Trois types de sources ont alors été privilégiés :

22Les salons spécialisés dans l’accueil des candidats à l’accession à la propriété. On en compte deux par an à Marseille : le Salon de l’immobilier de Marseille et de sa région, qui se déroule tous les ans au mois d’octobre depuis 1994 et le Printemps de l’immobilier, qui se déroule lui tous les ans au mois d’avril depuis 1996. Ces deux salons sont les plus fréquentés de la région et a fortiori de l’aire urbaine. Ils réunissent tous les acteurs du marché, depuis les aménageurs du foncier jusqu’aux notaires en passant par les promoteurs-constructeurs, les banquiers, les organismes certificateurs, les agents immobiliers, etc. Il s’agit donc d’un « terrain » fondamental dans la mesure où c’est le seul qui réunisse véritablement trois jours durant toutes les parties prenantes du marché. Du point de vue de l’étude des dispositifs de marché, ils sont avant tout intéressants en ce qu’ils proposent un très grand nombre de documents, plaquettes et publicités d’une part, et de nombreuses conférences d’information où interviennent des professionnels d’autre part. Malgré la grande similarité des documents, des participants et des conférences d’une année à l’autre, on y a assisté systématiquement depuis le salon d’octobre 2007 à celui d’avril 2010.

23Les dossiers « spécial marché immobilier » de la presse économique nationale grand public et des grands hebdomadaires nationaux ont été systématiquement dépouillés pour la période 1996-2010. Quelques titres antérieurs ont été consultés. Ont été lus les magazines suivants : Capital, Challenges, L’Express, Le Point, Le Nouvel Observateur. Ces dossiers se composent systématiquement d’une moitié commune à toutes les régions et d’une moitié spécifique à une région particulière. Chacune d’entre elles a été dépouillée.

24Certains titres de la presse quotidienne ont également été dépouillés sur la même période : Le Monde, Les Echos et La Provence. Concernant les deux premiers quotidiens, nationaux, on n’a pris en compte que les articles portant sur le marché immobilier français. Dans La Provence, tous les articles ayant trait au marché immobilier ont été lus.

25Le choix de ces sources est comme tout processus de sélection critiquable. On a ici cherché à favoriser d’une part les sources ayant une audience maximale chez les candidats à l’accession et d’autre part celles considérées comme des références dans leur domaine. Concernant la période prise en compte, on s’est centré avant tout sur la période 2007-2010, qui présente un double avantage du point de vue de l’étude des rapports entre incertitude et dispositifs de marché : c’est d’une part celle où l’incertitude concernant la légitimité des niveaux de prix est la plus poussée, du fait que la cherté de l’immobilier est inédite après dix années de hausse, et, d’autre part, c’est dans ce contexte que le mouvement des prix devient incertain.

26L’étude de ces sources permet de déceler le rôle de ces discours dans la construction de macro-dispositifs. Malgré la hausse des prix, il est frappant de noter combien les parties prenantes du marché immobilier croient en la stabilité de ses règles de fonctionnement, qu’ils insèrent de manière plus ou moins cohérente à la théorie néo-classique du prix comme résultante nécessaire de la « loi de l’offre et de la demande ». Du fait de ce prisme de lecture, inconsciemment normatif, le marché et les prix pratiqués sont systématiquement perçus comme « normaux ».

Le marché immobilier, entre « normalité » et normativité

  • 7  En 2008, les prix baissent alors d’une dizaine de points, après avoir triplé en dix ans et avant d (...)

27Le rôle que les néo-classiques ont conféré au prix dans la théorie pure de l’équilibre (Guerrien, 2004) facilite la réutilisation du très ancien concept de « juste prix ». On le retrouve très fréquemment dans les discours des acteurs du marché immobilier, sans que le triplement des prix en dix ans n’ait semblé délégitimer son usage. Il est à noter que l’expression, dans la publicité ou dans les discours des professionnels (cf. encadré 1), est notamment extrêmement utilisée lors de la période de flottement du marché, entre 2007 et 20097. On peut donc en déduire de l’usage de cette notion sa dimension conjoncturelle conjuratoire (citations A et B de l’encadré 1), mais cet usage ne doit pas sous-évaluer pour autant la croyance fondamentale en l’existence d’un juste prix, qui reflèterait la véritable valeur des biens (citations C et D).

Encadré 1. la résistance de la notion de « juste prix » à la hausse des prix

A : « Sur ce point, il n’y a pas de mystère : un appartement proposé à son juste prix se vend normalement » (Immo La Provence, guide officiel du 14e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, 2008, p. 48)

B : « Attention toutefois de ne pas tomber dans un pessimisme mal venu. Les logements se vendent moins bien, mais ils se vendent quand même. Au juste prix » (J.P. Rouas, agent immobilier à Aubagne, cité dans Immo La Provence, guide officiel du 14e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, 2008, p. 56)

C : « Il n’y aura pas de baisse, sauf pour les produits notoirement sous-évalués » (P. Rey, notaire à Marseille, cité dans, L’Express, 2007, p. VI)

D : « Les propriétaires, habitués à une croissance quasi ininterrompue des prix, ont tendance à survaloriser leur logement » (P. Lopez, directeur d’agence immobilière à Venelles, cité dans, L’Express, 2007, p. XXXI)

28Cette croyance dans une véritable valeur des biens, dont la justesse de l’évaluation serait sanctionnée par le marché est un exemple très marquant de pont jeté entre la normalité du marché et la normativité qui la sous-tend tout en la renforçant. De fait, la proclamation de la justesse du prix par les acteurs va de pair avec la proclamation de la normalité du marché. Il ne s’agit pas ici de juger de la pertinence scientifique de la notion de marché « normal », ou « sain ». Il s’agit seulement de constater à quel point elle est fréquemment utilisée par les professionnels de l’immobilier, tous métiers confondus, et comment elle constitue de ce point de vue un ensemble d’énoncés qui confèrent au fonctionnement du marché le rôle d’institution. La confiance témoignée dans le fonctionnement du marché se traduit par des emprunts très nombreux aux champs lexicaux de la santé, de la morale ou de l’équilibre (cf. encadré 2).

Encadré 2 : la confiance dans le fonctionnement du marché

E : « On est dans un marché normal, pas spéculatif, avec une tendance haussière de l’ordre de 3 % par an » (T. Vidal, Fédération des promoteurs-constructeurs des Bouches-du-Rhône, conférence « Acheter son bien immobilier », 13e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, octobre 2007)

F : « Le marché se repositionne et se stabilise. Il se montre, simplement, plus sage (…) Sur ce point, il n’y a pas de mystère : un appartement proposé à son juste prix se vend normalement » (Immo La Provence, guide officiel du 14e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, 2008, p. 48)

G : À propos des « nouvelles réalités du marché » et des baisses des prix autour de l’Étang de Berre : « Même si l’on s’y attendait, il s’agit, tout de même, d’une excellente nouvelle. C’est la fin des aberrations et peut-être, donc, le début de la sagesse. Ce rééquilibrage devrait relancer un marché qui avait tendance à se bloquer en raison des hausses successives de ces dernières années » (A. Arnould, agent immobilier à Marignane cité dans Immo La Provence, guide officiel du 14e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, 2008, p. 58)

H : « Le marché a aujourd’hui un fonctionnement naturel » (T. Moallic, directeur de l’ADIL Bouches-du-Rhône, conférence « L’achat et le financement de votre résidence principale », 14e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, octobre 2008)

I : « Le marché est normal, pérenne et serein » (J.-L. Chauvin, président de la FNAIM 13, conférence « L’achat et le financement de votre résidence principale », 14e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, octobre 2008)

29Les connotations positives de ces macro-dispositifs visant à rassurer quant au fonctionnement du marché et donc quant à la légitimité des niveaux de prix font écho à un autre leitmotiv des discours des acteurs du marché : l’évacuation de l’idée de « spéculation ». Pour floue et délicate à appréhender qu’elle soit, cette notion est constamment brandie par les acteurs du marché et sa négation est corrélative de l’affirmation de la « normalité » du marché. Si les niveaux de prix sont légitimes quelle que soit l’année prise en compte, c’est qu’ils reflètent une véritable valeur, et non pas un phénomène artificiel spéculatif. S’opposent le champ lexical du court-termisme et du risque d’un côté, et celui du placement à long terme et de la sécurité de l’autre. Les professionnels du marché dépensent beaucoup d’énergie à faire passer le message selon lequel « acheter pour se loger » ne peut pas constituer une démarche risquée parce qu’elle correspond à un « besoin réel ». L’idée sous-jacente est qu’il y a adéquation entre des fondamentaux et un état du marché, et amène à distinguer l’acte d’« investissement » de celui de « spéculation » (cf. encadré 3).

Encadré 3 : la « pierre », un investissement raisonnable … mais rentable

J : « L’investissement immobilier est tout le contraire d’un investissement spéculatif. Il ne se conçoit que sur le long terme. Il n’y a qu’ainsi qu’il peut révéler toutes ses qualités (ou tous ses défauts…) patrimoniales, fiscales, de même que sa capacité à assurer un certain rendement locatif. En immobilier, la valeur attend le nombre des années. Un logement choisi avec soin au moment de l’acquisition, bien situé, bien géré et bien entretenu prend forcément de la valeur au fil du temps et vous offrira une plus-value tout à fait satisfaisante » (Guide pratique de l’acheteur immobilier, 2008, p. 24)

K : « L’investissement dans la pierre est tout le contraire d’une démarche spéculative. Acheter un logement pour votre usage personnel ou pour le louer est un acte qui ne se conçoit que sur le long terme » (Guide pratique de l’acheteur immobilier, 2008, p. 4)

L : « La situation actuelle signifie aussi que l’espoir de plus-value n’est plus le même que celui qui a pu être enregistré ces dernières années » (M. Durand-Gueriot, présidente de la Chambre des Notaires des Bouches-du-Rhône, BIN-Perval, 2007)

M : « On n’est plus dans un marché où on est là pour faire des plus-values rapides » (J.-P. Rouas, vice-président de la FNAIM 13, conférence « Acheter son bien immobilier », 13e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, octobre 2007)

N : « Maintenant, il n’y a pas plus de risque [à acheter] qu’il y a dix ans, et à terme on perdra pas » (J.-L. Chauvin, président de la FNAIM 13, conférence « L’achat et le financement de votre résidence principale », 14e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, octobre 2008)

O : À propos des quartiers est et nord de Marseille : « des secteurs qui devraient, selon de nombreux professionnels, générer de belles plus-values à moyen terme » (L’Express, 2007, p. VI)

30Dès lors, les deux notions, pourtant inséparables puisque ce sont des anticipations mimétiques qui poussent à acheter au plus vite, sont très souvent opposées l’une à l’autre. Cela ne va d’ailleurs pas sans contradiction puisqu’on n’écarte pas la possibilité, attrayante et rassurante, de réaliser une plus-value à terme (citations J et O). Cette dernière contradiction confirme du reste des résultats déjà actés aux Etats-Unis : « Case et Shiller (2003) rendent compte des résultats d’enquêtes menées en 1988 et 2003 auprès d’acquéreurs de logements dans quatre villes des États-Unis, résultats qui semblent indiquer que les importantes plus-values attendues à long terme et la faiblesse des risques perçus pèsent fortement sur les décisions d’acquérir un logement en période de hausse des prix» (Catte et al., 2004).

31L’insistance mise sur la distinction entre spéculation et investissement raisonnable et justifié tient en bonne partie à l’effet potentiellement repoussoir des très forts taux de croissance des prix entre 2000 et 2006. Deux principaux arguments sont alors mis en avant : d’une part les professionnels saluent le ralentissement de la hausse (citations F et G), d’autre part et surtout, ils travaillent constamment à exorciser la peur d’une rechute des prix. La baisse des prix étant un phénomène courant sur de tels marchés, et l’épisode du début des années 1990 étant encore bien présent dans les esprits, on cherche ainsi à différencier la hausse des années 2000 de celle des années 1980, sans prendre en compte le fait que les prix avaient bien moins augmenté lors de ce cycle que depuis 1996. Ainsi, quand un journaliste de L’Express pose à P. Wallut, alors président de la Chambre des notaires de Paris, la question de la comparabilité des phases haussières, il répond : « Au début des années 1990, le marché était spéculatif, entretenu par des intermédiaires qui, oubliant la demande, étaient uniquement intéressés par la recherche de plus-values sans donner de valeur ajoutée aux biens immobiliers. Aujourd’hui, nous sommes dans un marché de pénurie» (L’Express, 2003, p. 87). Le fait que le marché soit de « pénurie » renvoie à des paramètres sûrs du sens commun, directement rattachés à la loi de l’offre et de la demande, tout comme l’idée obscure de « donner de la valeur » tout en condamnant les « intermédiaires ». Dès lors, si les prix sont mouvants, c’est qu’ils reflètent forcément des paramètres réels : on peut faire confiance au « marché ».

Conclusion

32Les dispositifs de marché les plus généraux visent à justifier les niveaux de prix, et, partant, le fonctionnement du marché immobilier. Cette fonction est particulièrement cruciale dans un contexte d’incertitude maximale, due à une croissance sans précédent des prix et à ses conséquences spatiales, qui en homogénéisant les prix entre zones de l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence introduisent un doute quant à la légitimité du rapport entre prix et la valeur que les acquéreurs se représentent comme intrinsèque au bien.

33Cette fonction de justification du prix fait de ces macro-dispositifs des conditions de possibilité du marché immobilier. Nous ne pensons pas pour autant qu’il soit possible de réduire la détermination du prix à ces conditions de possibilité. On s’éloigne ainsi des conclusions virtualistes citées plus haut : si des représentations du marché sont nécessaires au fonctionnement d’un marché, la fixation du prix dépend aussi de facteurs coexistants. De ce point de vue, les niveaux de prix dépendent très largement de deux aspects : les taux d’intérêt et les conditions du crédit – en ce qu’ils jouent directement sur la solvabilité des candidats à l’accession, et, surtout, le rapport de force entre propriétaires de biens fonciers et immobiliers et acquéreurs potentiels. Très fortement, et de plus en plus, en faveur des propriétaires depuis la dernière hausse des prix, ce rapport les place dans une position de force leur permettant de fixer leur prix. Cette composante rentière de la formation des prix et de leur hausse contribue d’ailleurs très largement à l’homogénéisation spatiale des prix créatrice d’incertitude (Boulay, 2001b) et rend de la sorte d’autant plus cruciaux les dispositifs de marché aptes à limiter l’incertitude et permettre le déroulement des échanges.

Haut de page

Bibliographie

AKERLOF G. A., 1970, « The Market for Lemmons: Qualitative Uncertainty and the Market Mechanism », in Quaterly Journal of Economics, 84, p. 488-500

ASH S., 1956, « Studies on independance and conformity: a minority of one against an unanimous majority », Psychological Monographs, 70, 416

BEAUVOIS M., 2004, « La hausse des prix des logements anciens depuis 1998 », INSEE Première, 991, INSEE

BEUNZA D., GARUD R., 2007, « Calculators, lemmings or frame-makers? The intermediary role of securities analysts », in CALLON M., MILLO Y., MUNIESA F., 2007, Markets Devices, Blackwell, p. 13-39

BIN-Perval 2007, Bulletin d’informations notariales des Bouches-du-Rhône, Perval-Chambre des notaires des Bouches-du-Rhône, octobre 2007, 4 p.

BOULAY G., 2011, « La hausse des prix immobiliers dans les grandes aires urbaines françaises : anomalie ou normalisation marseillaise ? », Rives méditerranéennes, 39, p. 165-181

BOULAY G., 2011b, Le prix de la ville. Le marché immobilier à usage résidentiel dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence (1990-2010), sous la direction de B. Morel (Université Aix-Marseille 1), 572 p.

BUHOT C., 2006, Marché du logement et division sociale de l’espace dans les îles du Ponant, Thèse de doctorat, Université de Brest.

CAHUC P., 1998, La nouvelle microéconomie, La Découverte, 121 p.

CALISKAN K., 2007, « Price as a market device: cotton trading in Izmir Mercantile Exchange », in CALLON M., MILLO Y., MUNIESA F. (dirs), 2007, Markets Devices, Blackwell, p. 241-260

CALLON M., 1998, « Introduction: the embeddedness of economic markets in economics », in CALLON M., 1998 (ed.), The Laws of the Markets, Blackwell, p. 1-57

CALLON M., MILLO Y., MUNIESA F. (dirs), 2007, Markets Devices, 318 p.

CASE K.E., SCHILLER R.J., 2003, « Is there a bubble in the housing market? », Brookings Papers on Economic Activity, 2, p. 299-362.

CAMPOS-VENUTI G., 1967, Amministrare l’urbanistica, Einaudi, 300 p.

CATTE P., GIROUARD N., PRICE R., ANDRE C., 2004, « La contribution des marchés du logement à la résilience économique », Revue économique de l’OCDE, n° 38.

CORNUEL D., 1999, « L’hypothèse de bule immobilière », Revue de l’OFCE, 70, p. 155-191

DERYCKE P.H., 1996, « Équilibre spatial urbain », in P.H. DERYCKE, J.M. HURIOT, PUMAIN D. (dirs.), 1996, Penser la ville, théories et modèles, Anthropos, p. 53-90

DIEWERT W.E., NAKAMURA A.O., NAKAMURA L.I., 2009, « The housing bubble and a new approach to accounting for housing in a CPI », Journal of Housing Economics, 18, p. 156-171 

DONZEL A., FRANCOIS D., GENIAUX G., NAPOLEONE C., 2007, Les déterminants socio-économiques des marchés fonciers, DRE PACA-PUCA, 120 p.

DUCA J.V., MUELLBAUER J., MURPHY A., 2010, « Housing markets and the financial crisis of 2007-2009: Lessons for the future », Journal of Financial Stability, 6, p. 203-217.

ELLSBERG D., 1961, « Risk, ambiguity, and the Savage axioms », Quaterly Journal of economics, 75, p. 643-669

FRIGGIT J., 2007, « Le nombre de transactions de logements anciens », in Etudes Foncières, 126

FRIGGIT J., 2010, Le prix des logements sur le long terme, http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=138

GLAESER E.L., GYOURKO J., SAIZ A., 2008, « Housing Supply and Housing Bubbles », Journal of Urban Economics, 64(2), p. 198-217

GOODMAN A.C., THIBODEAU T.G., 2008, « Where are the speculative bubbles in US housing markets? », Journal of Housing Economics, 17, p. 117-137.

GUEROIS M., LE GOIX R., 2009, « La dynamique spatio-temporelle des prix immobiliers à différentes échelles : le cas des appartements anciens à Paris, 1990‑2003 », Cybergéo, article 470

GUERRIEN B., 2004, La théorie économique néo-classique. 1 : Microéconomie, La Découverte, 128 p.

GUIDE PRATIQUE DE L’ACHETEUR IMMOBILIER 2008, 2008, Le Figaro

HALBWACHS M., 1909, Les expropriations et le prix des terrains à Paris : 1860-1900, Cornély, 415 p.

HARVEY D., 2006, The Limits to Capital,Verso (2nde éd.), 478 p.

HWANG SMITH M., SMITH G., 2006, « Bubble, Bubble, Where’s the Housing Bubble? », Brookings Institution Press,1, p. 1-50.

IMMO LA PROVENCE, 2008, guide officiel du 14e Salon de l’immobilier de Marseille et sa région, octobre 2008

JORION P., 2010, Le prix, Editions du Croquant, 366 p.

KARPIK L., 2007, L’économie des singularités, Gallimard, 373 p.

KEYNES J.M., 1936, The General Theory of Employment, Interest and Money, MacMillan

KEYNES J.M., 1937, « The general theory of employment », Quaterly Journal of Economics, 51, p. 209-223

KINDLEBERGER C., 1987, International Capital Movements, Cambridge University Press, 99 p.

KNIGHT F., 1921, Risk, Uncertainty and Profit, Houghton Mifflin-University of Chicago Press

L’EXPRESS, 1996, n° 2361 (du 3 au 9 octobre)

L'EXPRESS, 2003, n° 2722 (du 4 au 10 septembre)

L'EXPRESS, 2007, n° 2931 (du 6 au 12 septembre)

LANCASTER K., 1966, « A new approach tocosumer theory », Journal of Political Economy 74, p. 132-157

LAVAL C., 2007, L’homme économique. Essai sur les racines du néo-libéralisme, Gallimard, 396 p.

MALPEZZI S., 2003, « Hedonic Pricing Models: a Selective and Applied Review », in O’SULLIVAN T., GIBB K, 2003, Housing Econmics and Public Policy, Blackwell, p. 67-89

MILLER P., 1998, « The margins of accounting », in CALLON M., 1998, The Laws of the markets, Blackwell, p. 174-193

MOUREAU N, RIVAUD-DANSET D., 2004, L’incertitude dans les théories économiques, La Découverte, 123 p.

PORNCHOKCHAI, PERERA, 2005, « Housing speculation in Bangkok: lessons for emerging economies », Habitat International, 29(3), p. 439-452

RIDDEL M., 1999, « Fundamentals, Feedback Trading, and Housing Market Speculation: Evidence from California », Journal of Housing Economics, 8, p. 272‑284

ROCHE M.J., 2001, « The rice in house prices in Dublin: bubble, fad or just fundamentals », Economic Modelling, 18, p. 281-295

ROEHNER B.M., 1999, « Spatial analysis of real estate price bubbles: Paris, 1984-1993 », Regional Science and Urban Economics, 29, p. 73-88

SCHMITT G., 2009, Valeurs et usages de l’espace : approches méthodologiques des dynamiques foncières dans la région Nord-Pas-de-Calais, sous la direction de D. Paris et C. Kergomard, Université Lille 1 Sciences et technologies, 497 p.

SIMIAND F., 2006 (rééd.), Critique sociologique de l’économie, PUF, 279 p.

SMITH S. J., MUNRO M., CHRISTIE H., 2006, « Performing (housing) markets », Urban Studies,43, p. 81-98

TOPALOV C., 1984, Le profit, la rente et la ville. Eléments de théorie, Economica, 233 p.

TSAI I.C., PENG C.W., 2011, « Bubbles in the Taiwan housiong market: The determinants and effects », Habitat International, 35, p. 379-390

ZHOU W.-X., SORNETTE D., 2003, « 2000-2003 real estate bubble in the UK but not in the USA », Physica, A 329, p. 249-263.

Haut de page

Notes

1  « The problem for political economy has ever been to explain why commodities exchange at the prices they do » (traduction de l’auteur).

2  Mise à notre disposition sous convention par l’INRA-Avignon grâce à l’intervention de Claude Napoléone et de Ghislain Géniaux que nous tenons à remercier chaleureusement.

3  Fédération NAtionale de l’IMmobilier, principal syndicat d’agents immobiliers qui regroupe plus de 1200 agences dans la France entière.

4  Cette méthode conçoit les prix immobiliers comme la résultante du prix de multiples caractéristiques définissant son « habitabilité » (localisation, attributs des biens, environnement des biens, etc.). Fondée sur la « nouvelle théorie du consommateur » promue par Kelvin Lancaster dans les années 1960 (Lancaster, 1966), cette méthode estime les « prix implicites » de diverses caractéristiques à travers l’utilisation de régressions multiples. On trouve de nombreuses synthèses de cette méthode, qu’on ne peut toute citer ici (Malpezzi, 2003 ; Donzel et al., 2007).

5  « a simple way of referring to the material and discursive assemblages that intervene in the construction of markets (…). After all, can a market exist without a set of market devices? From analytical techniques to pricing models, from purchase settings to merchandising tools, from trading protocols to aggregate indicators, the topic of market devices includes a wide array of objects. As crucial as market devices are in practice, they have often been overlooked by social scientists » (traduction de l’auteur).

6  « economics, in the broad sens of the term, performs, shapes and formats the economy, rather than observing how it functions » (traduction de l’auteur).

7  En 2008, les prix baissent alors d’une dizaine de points, après avoir triplé en dix ans et avant de repartir à la hausse en 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution des prix immobiliers en France et dans l’agglomération de Marseille entre 1996 et 2011
Légende Évolution trimestrielle de l’indice INSEE-notaires du prix des logements de 1996 et 2011
Crédits Source : INSEE/traitements et réalisation : G. Boulay, 2011
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 2. Tableau
Légende Taux de croissance du prix au mètre carré habitable dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence entre 1996 et 2006
Crédits Source : données Perval cédées par l’INRA-Avignon, traitement : G. Boulay, 2011
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3. Graphique
Légende Évolution du nombre annuel de ventes de logements anciens en France entre 1996 et 2006
Crédits Source : Figgit, 2007 / réalisation : G. Boulay, 2011
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 4. Tableau
Légende Comparaison des taux de croissance de plusieurs paramètres concernant le marché immobilier ancien de l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence entre 1996 et 2006
Crédits Source : données Perval cédées par l’INRA-Avignon, traitement : G. Boulay, 2011
URL http://journals.openedition.org/rives/docannexe/image/4191/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Boulay, « Assurer et rassurer le marché : géographie de l’incertitude économique et dispositifs de marché », Rives méditerranéennes, 42 | 2012, 113-133.

Référence électronique

Guilhem Boulay, « Assurer et rassurer le marché : géographie de l’incertitude économique et dispositifs de marché », Rives méditerranéennes [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/4191 ; DOI : 10.4000/rives.4191

Haut de page

Auteur

Guilhem Boulay

Docteur en géographie de l’Université de Provence (UMR TELEMMe), la thèse de Guilhem Boulay porte sur le marché immobilier dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence (années 1990 et 2000) et questionne via l’analyse spatiale de la hausse des prix les catégories analytiques habituellement mobilisées pour leur préférer l’usage des notions de rente et de valeur d’opinion. L’émergence de ces thématiques dans le champ de la géographie lui permet de collaborer avec d’autres chercheurs à des comparaisons entre terrains (publication sur Paris et Marseille avec M.Guérois et R.Le Goix, à venir sur l’Argentine avec C.Faliès).Publication récente : Marianne Guérois, Renaud Le Goix, Guilhem Boulay, « Évolution des prix immobiliers à Paris et Marseille », Données Urbaines vol. 6, Paris, Anthropos Economia, 2011, 361 p.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals