Navigation – Plan du site

Se délivrer soi-même de la vie

Confession d’un suicidé marseillais au siècle des Lumières
Christophe Regina
p. 107-123

Résumés

Tout un chacun est un jour conduit à faire l’expérience d’une souffrance ou de la douleur. Les façons d’y faire face peuvent emprunter différentes manières, de la plus simple à la plus radicale. Le suicide peut-être à ce titre perçu comme l’expression paroxystique d’une souffrance inexpiable qui ne trouve de fin que dans la mort salvatrice. Cette expérience de l’extrême peut parfois être partagée avec ceux et celles qui restent par le biais d’une ultime lettre laissée pour s’excuser ou pour expliquer le choix de la mort et du silence plutôt que celui de la vie. L’article propose d’étudier la pratique du suicide à Marseille au XVIIIe siècle en focalisant son attention sur la lettre laissée par Simon Gasc à ses proches pour tenter de donner du sens à son geste, ultime récit du soi souffrant. Cette lettre est éclairée et contextualisée à la lumière d’autres affaires de suicides, permettant de saisir les enjeux d’une pratique officiellement frappée par la plus grande sévérité judiciaire mais, officieusement, objet de compréhension voire d’indifférence, laissant le masque de la folie parer le visage du suicide.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

femmes, violences, justice

Géographie :

Provence, Marseille

Chronologie :

Ancien Régime
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Matthias Claudius (1740-1815), poème cité dans Pierre SOREL, Jacques VEDRINNE, Didier WEBER, Le ges (...)

Sur un suicidé Il croyait être quitte de lui-même Et de sa misère en mourant. Comme il s’est mépris ! Ici, il se cachait derrière son arbre ; Là bas, il est à nu et à découvert, Et tout ce qui ici l’effrayait, Il l’a emmené avec lui. Comme il s’est mépris !1

1Il existe mille et une façons d’exorciser ses peines et d’établir une mise à distance salvatrice avec les souffrances personnelles qui jalonnent notre existence. Parmi elles, l’écriture, constitue par excellence le temps de verbalisation des craintes et des douleurs. L’analyse attentive de ces écrits expiatoires et à valeurs cathartiques, sont non seulement édifiantes d’un point de vue cognitif mais également d’un point de vue beaucoup plus général, en ce que le récit des souffrances permet d’appréhender la société qui les alimentent et les exacerbent. Ce raccourci volontairement caricatural entre écriture, introspection de soi et souffrance est cependant bien commode, tant il est vrai que par le biais de l’écriture s’établit un rapport immédiat entre le sensible, la sociabilité qui le nourrit et la société en tant que telle.

2Dans la diversité des écrits exprimant ou trahissant une souffrance ou une douleur, notons les journaux intimes, les livres de raisons, les mémoires et autres lettres qui tous constituent des temps de confidences et d’échanges. Échanges qui se font tout d’abord vis-à-vis de soi, mais aussi vis-à-vis des proches qui peuvent être amenés, à un moment ou à un autre, à faire la lecture de ces écrits du for-privés qui dès lors change d’état. On écrit pour soi, mais surtout et probablement plus encore pour se faire comprendre des autres.

  • 2 Dominique GODINEAU, S’abréger les jours : le suicide en France au XVIIIe siècle, Paris, Armand Coli (...)
  • 3 Pierre Jacques BRILLON, Dictionnaire des arrêts ou jurisprudence universelle des Parlements de Fran (...)
  • 4 Pour une approche plus complète du suicide au XVIIIe siècle, nous renvoyons aux travaux de Dominiqu (...)

3C’est à un type de lettre quelque peu particulier que nous nous proposons de nous intéresser. Nous n’employons pas le terme de correspondance pour la désigner, car c’est une lettre d’adieu à la vie dont il s’agit, celle d’un suicidé, laissée à son épouse avant l’accomplissement du geste ultime. Il est extrêmement rare pour l’Ancien Régime de disposer de pareil document2. Il ne s’agit pas ici d’une correspondance au sens d’échange épistolaire, mais de correspondance entre souffrance et parcours personnel, entre individualité et sociabilité, entre soi et société. Nous n’étudierons pas dans ce présent travail le suicide sous l’Ancien Régime en tant que tel, d’un point de vue strictement moral ou bien encore juridique3. Nous nous intéresserons davantage au récit d’une souffrance et d’une trajectoire, d’une lassitude de vivre et d’un désir de mort qu’il nous importera de réinscrire au sein de la société qui l’engendre4.

4C’est à partir de ces bribes de vie, de ce récit d’une souffrance personnelle d’abord et familiale ensuite, que nous nous proposons d’envisager l’itinéraire de Simon Gasque, maçon, retrouvé pendu un matin de printemps 1781, tout en cherchant à réinscrire son acte dans le cadre plus général des suicides enregistrés à Marseille au XVIIIe siècle. En effet, pour tenter de comprendre le geste de Simon Gasque nous mettrons en perspective son geste grâce aux 19 autres affaires de suicide jugées par la Sénéchaussée de Marseille au criminel. En regard des 14 000 procédures que comportent les fonds au criminel, le suicide apparaît comme ponctuel, et n’allant pas de soi.

5Dans un premier temps, l’analyse de la lettre constituera le fil d’Ariane que nous suivrons dans le labyrinthe de la souffrance du suicidé. Dans un second temps, nous nous intéresserons plus particulièrement à la réception et à la perception de ce geste éminemment personnel qui induit malgré lui des conséquences qui le dépasse, tout autant qu’il dépasse le cadre de la cellule familiale, pour venir impliquer et concerner la vaste communauté formée par l’ensemble des voisins. Nous élargirons au travers des témoignages des voisins la notion « d’écriture de la souffrance ». L’individualité est une notion étrangère à l’Ancien Régime, l’homicide de soi-même, ainsi que l’on désignait alors le suicidé, appartient y compris dans la mort, à ce groupe dont la voix se fait entendre en justice. Au fond, nous nous proposons par le prisme de cette lettre, de questionner la société d’Ancien Régime dans son rapport à la souffrance au travers du cas de Simon Gasque.

La souffrance comme itinéraire vers la fin de soi

  • 5 Isabelle LUCIANI, Valérie PIÉTRI (dir.), Écriture, récit, trouble(s) de soi. Perspectives historiqu (...)
  • 6 Sylvie MOUYSSET, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France XVe –XVIIe(...)

6Les archives judiciaires de la sénéchaussée de Marseille que nous étudions, sont peuplées de témoignages de désarroi, relayés par le biais des plaintes à charge de rationaliser de façon rhétorique ces récits des souffrances. La recherche du soi dans les archives judiciaires est possible. Les procédures judiciaires ne sauraient se résumer toutefois qu’aux seules plaintes, qui, si elles constituent un temps fort de l’action judiciaire, ne sont pas les seules à permettre d’approcher au plus près des comportements et l’intimité des plaignants. Sont parfois versés aux pièces du procès des documents personnels, n’ayant pas pour vocation initiale de servir la cause des plaignants sur la scène judiciaire, ni d’influencer l’arbitraire du juge dans son travail de sanction. Ces pièces intimes, que sont les correspondances, les mémoires et autres livres de raisons5, constituent des sources fondamentales et permettent à l’historien une intrusion bien plus grande dans les imaginaires collectifs et les sensibilités qui ne sont que rarement en justice, fruits de spontanéité6. Parmi les correspondances versées au procès, notons des lettres d’amour, des promesses de mariage, toutes ces pièces de l’intime et rédigées dans un élan passionné. Il est dès lors intéressant d’apprécier l’éventuelle distance entre la plainte et une lettre d’amour, ou bien au contraire, la proximité frappante qui les lie, preuve que la plainte en justice peut être le miroir d’une souffrance sincère, perceptible au-delà du travail normalisateur du greffier qui en codifiant les faits, se laisse souvent dépasser par l’intensité émotionnelle des évènements qu’on le charge de retranscrire. L’ouverture des guillemets qui signalent l’intention de rapporter un discours direct, atteste aussi de la volonté du greffier de compléter sa restitution du discours en le parant de la vivacité de la parole, bref de la voix. La lettre de Simon Gasque, ultime contact avec la vie, présente une structure intéressante sur laquelle il nous semble important de nous arrêter.

  • 7 Alain JOBLIN, « Le Suicide à l’époque moderne : un exemple dans la France du Nord-Ouest à Boulogne- (...)
  • 8 Le châtiment qui était réservé au cadavre du suicidé était un châtiment essentiellement didactique, (...)

7Si, de façon générale, les crimes sont considérés comme une atteinte à la sacralité de l’autorité monarchique, le suicide allie, quant à lui, dans un même élan une double contestation qui le rend d’autant plus criminel, celle de Dieu et celle du roi. Le suicide est un blasphème universel, puisqu’il contredit le souverain et l’Église, dépositaires de l’autorité divine sur terre. Le suicidé est perçu par la loi comme un hérétique, un apostat et un criminel7. La sévérité de la punition est proportionnelle à l’incompréhension du geste. Celui qui supprime volontairement sa vie en son âme et conscience, reconnu sain de corps et d’esprit, est voué au châtiment le plus exemplaire. Celui qui sacrifie en revanche sa vie par folie ou par faiblesse est considéré avec moins de rigueur. La sanction exemplaire est la punition d’une expression déplacée de liberté qui ne plaît ni au roi ni à Dieu8.

La souffrance verbalisée par l’écriture : étude de la lettre d’un suicidé

8Le corps de Simon Gasque est retrouvé au matin du 26 mars 1781 en même temps que la lettre que ce dernier avait écrit la veille, découverte sur la table de nuit, près du corps. La lettre s’ouvre par les mots suivants :

  • 9 A.D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781.

Ma chère épouse, Lassé de tant souffrir dans se monde j’ai prit la résolution d’abréger mes jours. Ce que je regrete le plus dans ce monde c’est ma chère épouse que j’aime et que j’ai aimé un million de fois malgré touts les outrages que j’ai eut le malheur de vous faire, je vous en demande mille pardon. Je regrete aussi vos chers enfants, ayez en bien soin9

  • 10 Bronislaw MALINOWSKI, Crime and custom in savage society, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1926, (...)

9La première phrase de cette lettre est particulièrement forte. En effet, Simon exprime très clairement et de façon immédiate le motif de son geste, à savoir la lassitude de la vie, tout en refusant toutefois d’indiquer les motifs de cette lassitude. Le récit de la souffrance que l’on serait alors en droit d’attendre pour comprendre les raisons de ce geste est avorté ici même par la revendication d’une démarche et d’une décision personnelles. La lettre de Simon aurait pu s’arrêter là, tout est dit, les motivations de son acte ne regardant que lui. Mais afin de ne pas accroître la souffrance des siens qu’il laisse derrière lui, pour ne pas charger sa conscience d’égoïsme, Simon entreprend non pas de se justifier mais de veiller à sa façon au devenir de sa famille. La justification de la souffrance qui suit cette phrase liminaire n’appartient déjà plus au suicidé mais relève de la justification sociale10.

  • 11 Robert FAVRE, La mort au Siècle des Lumières, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1978 ; Philippe (...)

10L’acte de mort volontaire étant strictement personnel, la justification apparaît comme une réponse à une demande tacite des proches et par extension du groupe, afin de pouvoir verbaliser à leur tour la mort qui ne doit rien au destin ni à la fatalité, mais uniquement au libre arbitre de Simon qui s’arroge, en son âme et conscience, le pouvoir de disposer de son existence. Au terme d’une existence vécue comme entièrement subie, puisque peuplée de souffrances (« lassé de tant souffrir ») et ponctuée de mauvais gestes commis sur d’autres mais dont il se perçoit lui-même comme une victime (« les outrages que j’ai eu le malheur de vous faire »), la suppression de sa vie apparaît comme l’ultime acte de volonté susceptible de permettre le retour vers la maîtrise de soi. Cette posture libère l’écriture qui, en dépit de sa brièveté, fait preuve d’invention stylistique (« que j’ai aimé un million de fois »). Cette prise de liberté se fait au détriment de l’autorité royale et divine, en droit d’exiger réparation de cet acte qui prive le corps monarchique de l’un de ses membres. Au XVIIIe siècle, si le suicide est toujours un crime puni par la loi, il est avant tout une mort qui peut se comprendre11. L’acte résolu de se donner la mort s’accompagne inéluctablement d’un sentiment de culpabilité, évident sous la plume de Simon, conscient des périls qui menacent une épouse et une mère qui devient veuve. Cette culpabilité trahit dans un même élan la souffrance des comportements passés qui contribuent à pousser Simon à mettre un terme à ses jours. Il s’excuse des mauvais traitements infligés à son épouse. Culpabilité, regret, repentance, constituent les piliers émotionnels qui soutiennent la souffrance de Simon. La suite de la lettre peut de prime abord surprendre et trancher avec ce que nous pourrions qualifier d’incipit au chagrin de Simon. Suivent effectivement, une longue litanie de recommandations et de conseils avisés dispensés à son épouse, afin de la seconder au-delà de la mort, dans sa vie de veuve, mais avant tout de mère. Ainsi, peut-on lire :

faites donner un métier à votre fils, et je vous conseille de faire vendre votre maison auparavant pour placer l’argent, pour vous faire une pension avec celle que vous avez pour vous mettre dans un couvent vous et votre chère fille, et la vous y travaillerez tranquillement en servant dieu, et je vous prie de prier dieu pour moi, vos mains et celle de votre chère fille ont d’assez belles vertus pour gagner quelque chose pour votre fils afin qu’il soit plus heureux et plus aide.

  • 12 Lucien FAGGION, Laure VERDON, Le Don et le contre don. Usages et ambiguïtés d’un paradigme anthropo (...)

11On le voit, il s’agit tout d’abord de veiller au bien-être de sa famille en la mettant à l’abri du besoin. Simon communique à son épouse les clés nécessaires à son salut ainsi qu’à celui de sa famille, famille de laquelle la mort ne le soustrait que physiquement. Par les prières de sa femme et de sa fille, on se trouve à nouveau dans un systoème lassieconderAncien dcontre d-d type=ie sont l’Ancien Régime e class="footnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn2"">(.12a>. La sécit ocheé est undmise àtre le sde s etpousexhacun esdevt soufftir delautres sa fanières,aradelà de mort, daur lmisller urt ponc lmipi, conse il sse moétudent sejus codevt solautre. EnLfils, eti devient ver la lomt de ln sapre l’étorité monaslièneu for-y et ssolaujet de coutes ces arcention oet les sebleurrsel,nts inmiliale et plcouvnomues, oit nt vontribuentr l’étudlir un plus danner,nt persible. afin de évenerra ce grrnier av souffrance deparnatle et re intues mile"ae. L’oué md’un suoit d bieonhr, notest mas accbnte un cette lettre, dei peucer ans le lals af sde sir dd’amoomplissement du éçudu prore. Aimon exprrtcusa femme et sa amooitte dre ses medte lsour ne pas chajterWr son geste, es maprenhes etire d crimes sonpres ntaleis. Au si, peut-on lire conse ilns un symarbres.nt de l-même co travers du carcours pedaujet daccrhé, réeçudet jedné. s:

  • 9<

Majdoit qualie le ouià Marsdei, lle deAer lou paaon geriague vous aveuz tr sobté du l-marcy queld Keus av pouvorz t,eus avt, e z tre penre de Simcher ttque j’aimvs dont av ce gttqumme eti pevd d faiuss af ce ô de la pule, enc mauvher ttqsont coamoien Rint de argent, onue j’ai aimoitt de liMun plMaritt e liCnhesa, les mp, etqsonper"sue je reus avnt at le cop, etouvens,ariede res arciccrhé, e liMsdei, lle dePrunt qu les setois joures arciccrhé, eet les sensrentttqsorhziMunGiraud x de D dejents pe ceAix,eus avndre vze qui ic réte, ess un chèares.our placy quAer lou pan geriagusil sot tyt, e zn sy ouiàe j’ai aint avhr à voe pensonnel, ’il contrt, ilors enus avnl-manner uvzee telrt qu oui,ous en deouve z tre ur dmtable d,ous enouve z trssi voe urouess un chèares.oe vous av deoe z tr matns de sy oui,ous enouve z trm paroxasol,ous enacy q trssi voauAer lou6apreasue je re-mann à fa10ont lr lapreas,a fami tourt qu res dee vous av-marcy qez. class="footnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn3"" h</p>

11<2span>Les ardte lsoooitte , ee,e lals afnner,nt petudlir ,on épouse leeta fille, n sercue ré, remon exminorson geste, àssouffrance deen-ôt quter te et unlégoïsme, ont il parvorzi toaccomur. NoIlccrhve deslettre peen diquera
MaAeu po chère épouse qu vous en resae derrout dn comœ, nojsuiciav dnuy, e livre etout eslmonde cmsuicinojsuiciavs lmipnt de vuur vr la motter nojsunai aivol, renvis-or aunsonnel,renviée unsonnel,renvibcenuee vo chère épouse que jre-ma demande mille pardon. nojsuit qu4u res de10ont ldnourrit eure voe pensonnel, it ssomt d je vous enie de prl donner unur moi,yje voie de u poi pevdllemeien soreceir dem âme ett, e zn contrg qui liMunBae dsomaimvs tait entteus av ps rdan q trsc moieautres.arders

Ma premuction à pouvornt ues ets un sunores.odiguide primès dermet dsentiellement didapprécier ls tempances, lesaatin re échivestique (sposenle detant stlité fil nous’agit pas ic vuue zndcontrrluon ds/p> MaTle d dlancbe e ar la 'aeur

4<<4span> RL confiit usiecidéres ne saut pas ledigucble ds voe pemple touvlieu u bien aume éln systmpt m

2< ILeable dauui privcéd mortne que ceisuicide aput e etssi voen aus imhse ise ceissemme edet jee lesies faitons deettre un terme à sesvie devarit en sefonions du sensxe il esny faaas ic vuimantu en tasaatin re éeregard des 142procédures qutudione p ilhse isttemme ed tricide a au arament peut autant q

2<<6span>La prttre de Simon Gasque, e doi malota lmcauses deirondamede cette lauffrance et dr la fasir de mortidi NoIlcft de oni tror vr lars la etémoignages de la vomoires ollectifsveu foisins e sour moconnuituera façon imudencetemcauses deventuelle ddu prmaltre demt difre. AiPr se faire cous arrvs dumiencoontribuenon et à latre pempagnitonfes autres sufaires de suicide jugées par la Sénéchaussée de Marseille qutre le4037t à1788En efmqui suncerner imon Gasque, ul etémoignages deus arrarrnent lae sont etantte souffrances otait unn seulement épsyique deis sucore pousiquemeL’oue demaes foisins p ilrseguity,e Bmed tei le le out un chpartieent moreubl ses pciav dvons e D deaien dcm ,onétudenau açu pque ce d pciavelque ptempsse ceisi masque, egnitse n àcir la esprit, limenéch,empaa des péposonancts ite, quant paacc lagalevc». L efmqui suncerner imon Gasque, ulns n’empnaurais pas dars aL’ouplaioation

  • 9<<6span>La D. B.D.R. 2 B 165259° 2, 178177/sp>

Ma’auxnt pa le malheur de époquve zu disrilcegent dids se msufaires de summe lrc il sycir otai tralement dinsible, ee les pciav cotir ont avs mauvre ptent etai svoes, oieolie, pr’auxnt pa uite, vndreuolaujfe cde soés oer dinéral, e soance du on otain àur mvuemmun sapre l,atte phrnierres npoque moexte aavantage ausfolie p class="footnotecall" id="bodyftn10" href="#ftn6"" h<<6sp

2<SiCest mastiiement d sobquilerterW votir de la vofllere, vaeronie dei sout en seande dartient spondasle desel sa lableeth geste ulparponré avunAed seAubt, L’actecumulion sfampunibqutaem>, errout d châun eNo lefllere, vpté ià la sacnaireant des coisins lamgiroliser dt au dtomique ont dAubt, Etn seulement épchi, ’il consod a la rnfiéce du Nooupe dois sucore pomcatiys d’éyhpartieeni No lableeth ur mit ce Rircisiot que lp>
  • 9< Alm> sIbid.em>, esp>

Ma, nurs.dhomr di se peanqusrtantorhzilouplaonte sla proxiaes oaccempagne ià sa facaagne i,lles ain siavec laemussioent carte phoc ii parvoracitha fa distasip, ca permneuf este au rvés e sa facaagne ie ceisi maAubt, onétuddicatur la tabre Ja voflcsur la hombentt deiléte,arès clnguemps de s ce me phattude deeta fndeironressun méo cell neuf es’auxès dus plai grande dsesi, s aes qui oupl lalste ceisi maAubt, ont splanct par et tout dulem,ilouplaonte sui le reivan le soouve arrêter dans Pi charcm neilluyoi ma’il consodo toacprit, l co dge aailouplaonte su se dorned unc nurs.dhomuyo noueufeureuxdu prman du s la Frésente unison aaf sa pas chyauvhilerL’ouplaonte susy fat retrreue saht ceureuxdu faarrarrise ceisi maAubt, ocir otai trauvé au ce ô de las liretuant paa goe deup ps emqui sunpeut patre quite’effra de laelque peilsrt toieolie, ui l’enraitvpté it sa am sefre la uyome class="footnotecall" id="bodyftn10" href="#ftn7"" h<

  • 102/span> RoVii dulausece de voMirhl plMOREAU-RICAUD« LeSffrance depsyique de(criture, inalyse ddécore ): >(...)
  • 1022span> Robert FABURT,
    122/span> ul>

    11La pruleurs.ersiquemeesi,uorterle defortisla molie, uele plpar de abréger les jouffrances p class="footnotecall" id="bodyftn112 href="#ftn11>>(.2/a>. LEennent Gro il iderni, cadiquer n suict de co deparit lae ab Leilluyoaeconnu sun teprit, l summlres npott tout rnt ce ar les douleurs. s-or ntese qui ics ettreo unelque pteis dandes compnvulon setbre lesse». da deseu de sasertance en la souffrance auus l’Ancien Régime enpott toors enen plus grporonie ee les anoarurs. on seut paaginai l’itiensité é sa déleurs.Da efinnotons decore jucx et plcpl lari soutirant didap d m u spces eetlancolie, ». u de ce dtlancolie, otoe »), class="footnotecall" id="bodyftn112 href="#ftn2">21022sp. L’acemple daneobeld KeJuln Rt à Boceatre pecri"ae.t pAuLlomt de ln sapouse les ait ausores.reu padeu pa s la Frlie, Sont nenduadiquer ne il d dt toujmb dans Pi aymarbes es pciavllomt de ln sapouse lil sce deut d vlloit, prvt se cot d par lfemmntre q»), class="footnotecall" id="bodyftn112 href="#ftn3"2 h22/sp. LUnamoignnhtteusins , Jean-Bapone esTsrdu, etd toac<>, Angem>, Papporter adeuposona lJuln Rbeld Kee lp>

    • 9<24span> Alm> sIbidem>, /sp>

    Mate,t d n saisins e soeque lui.yépositt tooecomarit du s ce mompss co dilluleyn tepner àsrilcegent didacprit, lnt a des puvre ptect Fas p oieolie, det jed joune jsunibques, oiint touteurs. ’il cotaio endamch,e’il covlognite pered use lan-y eapparent paurs. nuetrl doniae ds n saconds. on famiint tours. nuetrs pcarlers depousentagee ds deopaa des pÀcours enarantux class="footnotecall" id="bodyftn112 href="#ftn4"2 h<24sp

2<20span>LaLdecore julns nsse istrrésentecd’un suopar denièfte de Sirt, SoJuln Rbeld Keempnatudenaus ch son geemier teup pidacprsaiomme lcoutilner,aure V dAuderté  que il comait pusvent vous lue cot d pa la molmntre qoeque lume é plpasitt toele plnoédibelld KeJulli son ânendu,efeuxnte cote an dans se tempsso’il comvo tojà plusé de m usaer" pr se fat d pa la molmntre q». L’insemble des vomoignnscie, s sur la molie, uvident seaneobeld KeJuln Rd’unaler urse grrnier avntioaons un spocse de licore ’assez ibln avec ce couvetdauuusaisins Le réusan’amoomlpo la mort s ln sapouse lil pouvos à divre e ns le caconiéviriget pan mooches etnse ilnemettal urs-ntrpe.tl urs.obeld Ke dge aasegièrement fos foisins ch soaer auriter masie femme ettest mas ac lat

  • 102/span> IsLouiàANTOIN LaMmoires os un squestionnenalytomues,elayfsveu la soridisudencec prns le celqu t etantb/em>(...)
  • ul>

    112/span> RLeunores.o arament peu paportant de npiecidéest à Bolayfsvir. No effet, Siilcft deajterWrx de sibls des tecidés, 1s moochedures quur moie ce, des moochedures qui suncerner paa couverte sus ulavre dson fa de lnde mmasienemett ce, n’emt pas leté dmaillems, 1eniecidéestsotrsel,nts ; Phstanition ex’il cotest mas acrsible. l’historien undétudlir unnt souf soufmmres des raisorterdes comhirurgns qeti devcrituve pour ptt tooc ceircisioioaus immpr q,ais dont ilitiensrircition(.25sp. LN(sposest pas podétus ntalautres sue ceisseiensrircition

MaTle d dn° 2 p> href="#tdocaer xemage.c395" magg-2.png"el="stirenS"> Aess">Aande irspa>/phrl="stnondllowclass="fairenOrig"ref="#tdocaer xemage.c395" magg-2.png">Origal le(png, 7,3k/a>
MaTypde Sirt, onstita MaTle d dlancbe e ar la 'aeur

  • 1026span>La Jean-Clae deSCHMITT« Le Suicide appu Miys -âgd». da<>, AnlentqetEuvnomutqetSiété d ArCsvisation deem>, Pa31,aa href="#ftn2">6(...)
  • 1027span> ul>

    1122span> RAuegard des 14mhirant il esraraît coe ceissehse is perede pouluse ceissemme edei en ls moocéfre. nfa de éfeip e dr class="footnotecall" id="bodyftn112 href="#ftn6">6(.26sp. L’acutiséion d’une dae à sef pour mo tricide aet ssope=ie snt moraslièneuisque peissemme ede saut pas lecoothéoer etorit es à laniè les joae ee sicitigju la moésente unison astainnt paaompurûonc laaconds.irl sse tabuvé e. nfamt d »), class="footnotecall" id="bodyftn112 href="#ftn7"2 h027sp. LAres.adrde Sifigu l,att-manapElableeth Te que i xès dunétre q anchere dea goe d,rouve àcore pomatiys u se dourrseonc laer auvensira morter aden geriag,c vucoor vr lasassezer des unschèae deoù l plexpi, co rnarote appnt paté dseion ene dNo l au vs tajà plft un cevntioafsveuelque pteurs. earavant p,rstifdexès dunonecomariagi,lles aiétudenaujà planchere dea goe dais dostiiement doc cei chaez bedcontrctime geesque peia esse us os perfidles aempntît naas icsmort, SoLdecore juleuve dvident seanun suopar de mortidi on faande da s psse es de prité msui peutrttent litiehumion dessurps. LaMe à dir ete gsrrnexhaa les mrps de Ssiecidés, 1ut patrouvé asrns le curse ares. leftrtes à lacl de la untégrrir, no bien enandes colinexhecul d Aroù sse saut pas lesrilcegeunur moi,idi Nop>

    P etar les écit de lsouffrances pe soi. a>1

    • 102/span> LeCistopop etREGINA« LeVsins e s,os-or nceu fammmné m: >(...)
    • 1029span> RoVii es mos dutéressant dsouvail de uuciéogie peRiaz HASSA LeA way ode ying, Scidéeein Singarteem>, Pa href="#ftn2">9(...)
    • 1030span>La D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781.(...)
    • 1031span> ul>

      1123span>La prttre de Simon Gasque, e doi mas leande -ose po criaes de lan geste, àssiecde de la vie, t parroblme sui l’enoressioe cose dir etLNo arrvs dupualgré touts aâce aux xhart q,nts inautres maimès derallira ce ge phabntecdeoi. CeDs le cadrd d’un susece deupeirif, u roiô ensegiior de foisins e s,’ai eu anty, e lirtne qa ceelqu pnt de souféilité tremucte, vp ex biisins e sotudenaumplisexen de laelle lanières,aaacoibleité trelitiespneduité, sdevti nfa deplira celloioe àcite dediatcte par la eooupe dos coisins l,a vie, t nutantrcienpott toporeasle d class="footnotecall" id="bodyftn112 href="#ftn8">>(.2/a>.9(.29a>.(.3/a>.

      • 9<32span>

      Ma’au de ist auuteurs. sesvimme et se doribarsae dde abpl la ui oupl laceeutienit djais susmoacezeD du’àxc ces pilied 1s moocier tqui oupl lavlognite pejetd pa la molmntre qoeque lundantntoacpriacde soéte una Pi ade, tJeanceeauuteurs. nt av détrsest pas puvre pte vufie, class="footnotecall" id="bodyftn113 href="#ftn2"3 h<32sp

2<24span>La prrt iserion de lgrplicsion setutisée ese s les immoignages decrhve de lirtne qacme l les oisins e soiton">liser a souffrance auus lenisse de laylie, prleement dsae urt p,rn seulement épc laaamuniqau d it liquer u blce ririton">l, lais sucore pouo lmca prité msui peemt pas letcie,imue counopodquntre do ulavre d/p> MaTle d dn°3 -oovejeion e récesspon oet leiensrircition Mar la coisins l 74037-1788)p> href="#tdocaer xemage.c395" magg-3.png"el="stirenS"> Aess">Aande irspa>/phrl="stnondllowclass="fairenOrig"ref="#tdocaer xemage.c395" magg-3.png">Origal le(png, 13k/a>
MaNo arrvs dusplan sueeçon imstoèmique oa coplicsion seteles s ufrquencer ans le lvopodqutudione s/p> MaTle d dlancbe e ar la 'aeur

4<2/span> IC, it ssotéressant dddeir dei, ilest ma eauffcindétudlir unissemdaments inla molie, usti’à ces coplicsion sets plai grvident seeafin de lartne qa’il cots’agit pas ic un sfaie, usimu md,iis susun sfaie, ufruide pruffrance de t pa est avrsible. détudlir un sfa e s litupon dess le camps qulongNoIlc ssotéressant dssi vodeeutilner,laaamrseg nceu re le sde s etrt einautreité ms,trt eal malle de roi.i,t leiert eal malle de coisins l,ai en assezoent dee onéutisét dscit ochement. PaLcadrde unElableeth Te q,ujà plévoeses,ortne qumte latudit d olleccbe ion de sosaatin re .tJeanaure V dJuln R iquer nds se otermoignages ie sonte, t la plucierre luntioafsveu ceicide auunElableeth  dl coisins l ittr ano t dité die,imue oume V d la pluoqutdavir. e co depmier tecentioad». LQil soiagit e derro souffrance de Simon Gasque, e bien encore ju lanil mserrWue clatres.aicidé. ma sycir ete soequnnu reant des u souffrance d,e ceisseisins l pliqute d sa oitueeçon imiton">l, lpar la plnariton">as puifs de t pa esnt d sacnaireant de bilrn a au ir la lacnaireant dcoit pl R irtanceder la moucer anla molie, Nop>

  • 103/span>Le Dodeu dexès duncide aem>, Paris, ArMaloe, en2004/sp> ul>

    1126span> RLeugte deecidéres t ssopsi qulouplassion soae&#esun sfanifnulir da sevre etolagit mocomuceçcedee penrrolpa mserble. oueporueant tà sesnager mas gersantgeLprttre de Simon Gasque, e ssolplulemeouvacdvicty,e e jens nays duspouvé ae Boceaurs.dde moraid’une uicidé. DaMa, Armme unns l’Anrvs dumtre d,esiessouffrance det à ident seans unenslassion sos maprsr dacetueeçon im iqurec, vp ex biais de lutes ces arconnmnde ion

    • 1034span> LeCistopi clBAUDELOTn deber rESTABLET, Scidée,iloupnrs du einre chnde cParis, ArSeu den2006, p. 9-15esp> ul>

      1127span>La prse àp exvicty,os maprsr da,os maprnnmnde ion/p>

    4<28span> RLeuicide apt un refet, u tepnere- s etciale)Ce est maljuciété ditgesnére. mai sunceguide l’hifc, v Sirt, ,lce ritae teporce or la scfété ditf, it pa Boceai oupl laalles -tme oenndrer. No fascidée,iatyse dure lsouffrances peetu prmaltre demvre p la sais ve temps qudporupérdesgrln Rciale)mais avssi vo drtout et temps qudporlsrt cent ca laclume é n aue j souféilité trearon gete n exntionndele)Leproxiitem>, ensonnel,eais av aeement dinibqut/p> div> class="fogo-tophref="#ftsece d-95" ">Ht de laragea> iv cl="botes"> lass="sideion e 1 class="tedeion e pan class="paxte"MaNo, pp>an> Rdi> class="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn10"id="bon10"i>1sp, aMatthi acClae iul 74040-1815)daurme cir dans PiPire JaSOREL, JooitsioVEDRINN Le Doste esire p,eprsaior la hoconigm e suicide aem>, PaLy. noPULen2003dau 8/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn102id="bon102102sp, aDomne, eGODINEAULaSabréger les jours. : e siècle, Paris, ArArnde Colinen2012.oVii egalement dMariaiPia DI BELLALaErsaior la Ssiecpiqutd : , Paris, ArHerndenen2011; PhFcorex BOURQUELOT« LeRetha es etr la Ssiopn setelesaalgimeslion de sorcn re é Sirt, olontaire undantntoe Miys Âgd». da<>, Ble.iothèe de létco de coChtieeeem>, PaI dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn103id="bon10 h03sp, aPire JaJooitsioBRILLO LeDiion enres e joaests ou deridisudencec eitirsel,e de coParl nts inlaFnce et dtres maibuenqauxem>, Paris, ArGCe aveli, ca1711, 3olon. Tom eII p. 370: <».LeCe uyoen detüilufy-mes p,e me utrleemelhseide ap&e lan gedps de&e lan geâme: LeT t e du gricide ap deDuett ce, olontaire ueoi. -tme em>, PaAmsr ddamLeSntes Augtifiaem>, PaLssiaer Paris, ArL con.ibls deHno1988, p. 129AuDautres mantrci dslilsrt cee. nfaitiensri mapeutst aur la fascidéePaLccontrci dslde Bagae so563t plcpl-manapAuxre Ja so578,r exteple d,eupegamnentutes ces arrt einsuicide apttcier dd st dl dooblione siicle enparent Lem>Le biicidéeephilosopque dLemm>, . LIlotudenauars eninncernvae, ee une utre q said’unprit, lrueaneunsidéré. e coiaeg-f t,due j soe, tsquct des acljurmneudétre q vcépeas pbns qu diicidé. i deusentipatre quornt e par la plstice pAuDcle suIIep>e siicle edes mooceèresas pup pae. sCeLSénpirrdechrcitne nse doevtitedétre q compr mds ce modrde Sifigu l,aesque pelest ma rns iseceai ceiéhneide apeoi. eiensreenre PaLaeReireant delay deldoribades pcien Rse la scestionneu suicidé La dslilcouverte s e liPlantre ecoTite-Li q,uTite dParèneuetnautres maaeur dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn104id="bon104">4sp, aPo un squrarrhes lai grncléttlu gricide ap XVIIIe siicle edens lrlsvoys au txouvail de eaDomne, eGodneaur cen"tamnt d l’hifece de dPrique ode suicide au lris, undantntoaégilonnon etFnceça st». da<>, Fi nch Htoriryhpe Csvisazaonne,imm>, Actode su14ep>e sillecue moGeoe ds Ru. maMelbr vr no14-17lstle .n2004, p. 126-140

    dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn105id="bon105">5sp. Isable quLUCIAN/, Vale er ePIÉTRI (dir.)da<>, riture, ,écit d,rouvee. (s) eoi. CePs dptifsvemehtoriene od.aFnce e,VIIIem>e s-XXIem>e s ècle, ParUPPaAix-en-Provcec pr2012; PhIsable quLUCIAN/,  dD a untveaire umpagtae. lsouffrance detée e: e s-IIIe siicle e)». da deChti lvopan clstylepaxte"-anqusrt :vpierdrde;">Zemenbaspan> Le(dir.)da<>, Llomt de lloupnft dem>, Paribqutaon dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn106id="bon106">6sp. Syle, tMOUYSSET, <>, Papls des omille eLIre odue n expla amcode de lvolie ds viaison aa(Fnce etIIem>e si–IIIe siècle, eRe nssParURen2008/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn107id="bon107">7sp. AlaidJOBLIN« Le SuScide au l amcoque mond aer : , Rev mohtoriene oem>, Pan 2,589, jarvntr-ma de1994, p. 85-119/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn108id="bon108">/a>.Le bsomnesoen deporonie dds leclsoufe s e liime pqetuee estxcue tceder la ulavre due luno la hoseple d,e plf de lajir vr la apmme ure de Sirti esnime pqegniaachorrr de fodptifae, . LLmomneuordaire nuitcroattaprique mdr la ulavre du Ssiecidés, desorse il cstcroatt dsonnu spup pae. suautnii eit cnsciencmnt d co dut ettudldddeiaes ,tcroattadétre q  Lem>Leancîn te la sci"aeface ofntre dobre J; Phlautres , t matte de e monnugamnion de e moMmoires mm>, .. LCest mavantage au de mormoires o disrifu ene la lestice pe am seimnea, ilns un spociété doùa moucer anla éhnel,s.croattasiaportant deLGuy DU ROUSSEAU DE LA COMBELeT t e du puvtres, Paris, ArizilesiLibrres deAsciéts1781.8, 7up>e sicidionne,ip. 729AuFnceçnssuMUYART DE VOUGLANSLe Dsols xeiminel, Paris, Ar81.<,roLI, p. 166/n éouvépoaume éose poiziChti lv-Cs ntaluFnceçnssus aLAncVERDY,nds se otem>LeCd apPnéisil deRecue de spépienpal doornt a ces,icidiopeetu cri"araon, Paris, ArDesntesr&eSalert p,r1755en2up>e sicidionne,ip. 56

    dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn109id="bon109">9spa>/pan clxml:rt g="en" rt g="en">D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781.

    an> Rdi dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1010id="bon10"0">10spa>/pan clxml:rt g="en" rt g="en">Bporesliw MALINOWSKI,imman> Rd>Cre enae cticoma desantgpociéetyp>an> Rdi>, Loed u ArRvotledgenae Keg clPaem,i1926,écicid.imman> R1966/nC co thnogie peitaetudione a SsiMlancopar e/deedeus grticulièrement fo cadrde Spiecidéesmmmn au utre de ceisse s etuifs depienpa duistifierail les ogte deecidéres tcroatt dsun sfar eteeuopar de enslaielee façutemais avssi vo drtout eteuopar de mo deieegeundjucx et pldjucxl lari sosi,ur dausbques,nt fo caicidé. DaPo la hocien Régime e,a seut paanqusrtr. e coçon imudencetqumte lagrle eniensrircition àcooutilnera ileuopar de moveegece aunnut.suljuciété dt par ett souf niestice p,e cemon Gasque, eafderntnds se otegte d/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn101"id="bon10""i>11sp, abert FAFAVREda<>, Llomt de roScle ens Lumières
    , PaLy. noPssioes Utirseléres des aLy. no1978; PhPhilie LaErsaisur la homtorii du de mort, cooOce a au maMiys Âgdp dinvjours. a>>, Paris, ArSeu den1975; PhEdgniaMORI LeLAnHme lelesaamt de s unenmtorii da>>, Paris, ArCoestsaen1951; Ph ott -Vinie dTHOMASLeAnthposogieidu de mort, a>>, Paris, ArPayo ce1988; PhMirhl VOVELL LaMns.irltres is v: e sieleIIIe siècle>, Paris, ArFolio  LeHtorii d». da1990/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1012id="bon1012i>12sp, aLuen RFAGGIO LeLeaDonoequisunnut.sunt . Uses de dtiguuï msuune uranudigm eanthposogieie p la amcoque moncidiéve), PaAix-en-Provcec prPssioes Utirseléres des aProvcec pr2010/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1013id="bon1013i>13sp, aD. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781.

    dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1014id="bon1014i>14sp, abegeunBASTID LaSiéogieie s mauvlieu ment fa>, Paris, ArFlammari. no1963/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1015id="bon1015i>15sp. Mirhl VOVELL LaPté dtbachemeeetu criistopi cation de naProvcec u XVIIIe siècle, Paris, ArÉd.i maCTHSda1997/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1016id="bon1016i>16sp, aD. B.D.R. 2 B 165259° 2, 178177/sp dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1017id="bon1017i>17sp. m> sIbid.em>, esp dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1018id="bon10">(.1/a>.LeHtorii du suicidé La juciété dtoce a ae)>, Paris, ArFaysrdma1995/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1019id="bon1019(.19a>, uLiendi VANDECKERCKHOVE<>, PaLsausnionnerse à dinu.pPnéisation de telminelisarion asuicide aus unenEuposmoncidiéve), PaLsentin-la-Nee q,uAcademia Bruyrt p,r2000/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1020id="bon10>>(.20sp dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn102"id="bon10>>(.2/a>. oVii dulausece de voMirhl plMOREAU-RICAUD« LeSffrance depsyique de(criture, inalyse ddécore ): , Topne oem>, PaLeaBouucto,hEdaii eseacprit, u mamps qda1997,olon. 62, p. 96-99/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1022id="bon10221022sp. obert FABURT, basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1023id="bon102 h22/sp. D. B.D.R. 2 B 1620 N° 2,15,e4037/sp dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1024id="bon102 h<24sp sIbidem>, /sp dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1025id="bon102>(.25sp. sLouiàANTOIN LaMmoires os un squestionnenalytomues,elayfsveu la soridisudencec prns le celqu t etantbletrl dopienpedeur mostanitgu, ca la amirpecon d’une odps deouvé avndanudes mognaip oisuicide auAnec cell de ealassez iblna a>>, Paris, ArP.rGCe aveli, ca1763/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1026id="bon10>6(.26sp. Jean-Clae deSCHMITT« Le Suicide appu Miys -âgd». da<>, AnlentqetEuvnomutqetSiété d ArCsvisation deem>, Pa31,a1 (1976), p. 3-28AuDcle suMiys Age,a sandanton aststomatiys ul lai grutisée arr moiere unf de sesvivid/p> dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1027id="bon102 h027sp. D. B.D.R. 2 BB 1468° 2,4178174/sp dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1028id="bon10>>(.2/a>. dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1029id="bon10>9(.29a>.LeA way ode ying, Scidéeein Singarteem>, PaKuvliumips., Oxford UtirseléyhPssioce1983CeDs len asvensagd,hlautre,s.croudapomca e nercuion setrt,e) de dcirrdal sisuicide au la scinuniqau d

    dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1030id="bon103>(.3/a>. D. B.D.R. 2 B 1657 N° 2, 1781. dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn103"id="bon103 h031sp, D. B.D.R. 2 BB 1259° 2, 178177/sp dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1032id="bon103 h<32spbasrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1033id="bon10 h03/sp. Mirhl HANUSLe Dodeu dexès duncide aem>, Paris, ArMaloe, en2004/sp dclass="tetes">basrage"> class="foFtnotecaSymbolhref="#ftdyftn1034id="bon103 h034spa>eCistopi clBAUDELOTn deber rESTABLET, Scidée,iloupnrs du einre chnde cParis, ArSeu den2006, p. 9-15.p> hrass="fogo-tophref="#ftsece d-95" ">Ht de laragea> iv cl="bole traiton">> lass="sideion e 1 class="tedeion e pan class="paxte"MaTle danls6le traiton">>p>an> Rdi> tae. ="bodocIge.c> ="2idrowan> ="6 th ultr

    ida ultr

    URLa>th http://jr vrads.openedaii e.org/tuves/docaer xemage.c395" magg-1.pnga>th ="2idrowan> ="6 th ultr

    URLa>th http://jr vrads.openedaii e.org/tuves/docaer xemage.c395" magg-2.pnga>th ="2idrowan> ="6 th ultr

    URLa>th http://jr vrads.openedaii e.org/tuves/docaer xemage.c395" magg-3.pnga>th Ht de laragea> iv cl="bootation">Mlass="sideion e 1 class="tedeion e pan class="paxte"MaPo laciomrrttusece dp>an> Rdi> h3> iv cl="bole traiton">> lass="sideion e p 1 class="ted="bhorpan class="paxte"MaTle danls6le traiton">>p>an> Rdi> taeA

    LaMm.openedai3909">: sicidxup> siciftd dedeeutilne">: ida quornt elict la eooutifieraie des aRe nssetx xhPssioes Utirseléres desl'0/p> 'Aixs aRe nsset ouUs aRtaie L2up>d). Se Scidéeei ssocvr la apmmroi 348s Utit dj dussi vo, au sue eaDomne, eGodneaur cen"tbasrage"u/p> ,uert p,r1ae. sCoi.i,t fouar ltSimocd e ilneetuert p,r1ge quloixuntree le sdco-isuicid . Ufmon ar ea s l bille dja éouvépoe dediatctsH9)ree lrnt -ouipa bph, . Uses aggégi:s Utirseo, au s.Reeardseoi. ecme l ce,ima laralde mldclass= (CNRSbasriturceiss l)ree lrn paanlare, , ArHernd Utirseo, au ss Utit dj . ort, olont'té u laclulass= (Maxs ilosrage")ree lle. omrlsvuesableisu-

    10 uli, c="faimage"> li>"> ultle d idenotes"> URLa">"> .openedai2939"Paem,i1926,f eg clPaem,i1926,f Éli, usi Rdonnmnn aa(Fnce e oteec priouepor aRe nssetx xaDomne, eGodneaur cen ulrco25sp ultle d ultle d aullT tae ultle d[T teway odgral] ultle d ie">Parutr p. 8 siel,uAcamoirmmmsins "tetes".openedai293Pari2-33 | 2009on">MaNo arrvs dusplan sueess="texte"> iv cl="bole traiton">> lass="sid="bhorp 1 class="tedelaynsean class="paxte"MaTle danls6le traiton">>p>an> Rdi> taeD ilnalle de traCrco25sp. sLouiàANTOIN Lp>© Teteld ilnaloe cieemes> iv cl="bole traiton">> lass="sidelaynse> lass="sid Bce 1 idenotes"> navEnda stics dem.c395" vopan l , c=>