Navigation – Plan du site
2011

Les ouvriers de l’Arsenal de Toulon, 1760-1820

Julien Saint-Roman
p. 151-161

Résumés

Notre objet d’étude porte sur une catégorie populaire urbaine, composite et complexe : les ouvriers de l’arsenal de Toulon, à l’œuvre dans un mouvement révolutionnaire, celui de la Révolution française, issu du Siècle des Lumières et se prolongeant jusqu’au Printemps des Peuples. Ce travail a pour objectif de participer à une histoire d’un monde bouleversé dans ses usages politiques, culturels et sociaux par les mouvements révolutionnaires, grâce à l’analyse de la construction de l’identité sociale, culturelle et politique de ces travailleurs toulonnais. Dans cet article, nous mettrons en perspective les ouvriers de l’arsenal de Toulon par rapport au monde maritime, vis-à-vis du peuple, et enfin par rapport au processus de conquête du politique à l’orée de l’époque contemporain.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Toulon, Midi
Haut de page

Texte intégral

1Étudier Toulon, son arsenal, sa marine, c’est inévitablement participer de l’histoire militaire navale. Mélange d’histoire positiviste et d’histoire politique, l’histoire navale réduit ses champs d’investigation aux grands personnages et à leurs luttes pour le pouvoir, à l’État et ses institutions. Les historiens de ce courant scrutent l’époque moderne – XVIIe-XVIIIe siècles – qui correspond à la naissance de la Marine royale sous l’impulsion du cardinal Richelieu, à son institutionnalisation par les Colbert, et à ses avancées techniques au cours du siècle des Lumières avec notamment la colonisation des Antilles. L’histoire navale se fonde très largement sur les règlements, les ordonnances et les édits. Elle renvoie, par là, à une vision rêvée par les ministres du roi et ne rend pas bien compte de la réalité. À la décharge de ces historiens classiques, il faut dire que l’exploitation des sources est plus aisée lorsque l’on étudie les hautes sphères plutôt que les petites gens car les sources sont écrites, officielles, nombreuses et bien classées. L’histoire militaire navale présente un récit chronologique érudit, fort détaillé, aisément exploitable à partir duquel d’autres historiens peuvent étayer d’autres analyses.

  • 1 Alain Cabantous, Les Citoyens du large, les identités maritimes en France (XVIIe-XIXe siècle), Pari (...)

2À côté de cette histoire navale militaire, d’autres historiens de la mer préfèrent « cerner les sociétés maritimes sous l’angle de la reconnaissance et de la différence, de l’originalité et du commun » par un jeu « d’interface entre la mer et la terre »1. Ce courant se différencie du précédent par l’ouverture vers un horizon chronologique plus large, allant de l’Antiquité à nos jours. Les thèmes sont également beaucoup plus diversifiés. L’histoire économique, sociale, ou culturelle des populations navigantes et plus largement portuaires doit tenir compte de la mer « par ses exigences, ses rythmes (...) dont la prégnance se manifeste nettement dans les comportements communautaires et individuels », mais elles doivent se prémunir contre le mythe unificateur des pratiques et des cultures maritimes. L’histoire des gens de mer doit s’intégrer dans l’étude de la société englobante.

3Notre étude des ouvriers de l’arsenal de Toulon au tournant de la Révolution française se situe au carrefour des histoires maritime, sociale et culturelle. Nous cherchons à comprendre comment se forme une classe ouvrière à la fin de l’Ancien Régime et au début du XIXe siècle, et nous demandons si la Révolution française a contribué à cette formation, notamment à Toulon, ville dans laquelle ce groupe ouvrier est si important, où l’élément maritime militaire s’avère fondamental, et dans laquelle les tourments révolutionnaires prennent rapidement une envergure nationale.

4Pour mener à bien notre recherche, nous exploitons autant les sources officielles telles les correspondances des autorités maritimes, les registres de matricules du port ou les délibérations des conseils de ville, les cahiers municipaux de dénombrement et de contributions. Elles permettent de cerner les contours démographiques et sociologiques du groupe « ouvriers de l’arsenal », et de mieux appréhender les processus en marche au cours de notre période grâce à la description détaillée des événements. Le silence de ces mêmes archives sur les ouvriers et plus largement sur les catégories populaires est tout aussi parlant, surtout dans l’analyse de la conquête démocratique. Elles ne sont toutefois pas suffisantes pour comprendre la vie quotidienne des ouvriers de l’arsenal. Les archives judiciaires sont à la frontière de l’officialité et de l’informel par ce qu’elles font ressortir les comportements informels des acteurs dans une institution d’État. À côté de ces sources se trouvent des documents produits par les ouvriers eux-mêmes dans le cadre de leur travail (rapports d’expertises, participation à une activité de sous-traitance de l’arsenal, etc.) ou de leur engagement politique (pétitions, adresses, placards, etc.). Comparativement aux sources officielles, ces documents sont moins nombreux mais ils déstabilisent l’historien dans ses certitudes et l’obligent à réévaluer la vie des ouvriers. N’est-ce pas toutefois là notre but ? Rompre, comme le prônait Émile Durkheim pour la méthode sociologique, avec le sens commun qui fait des ouvriers de l’arsenal une masse tantôt manipulable, tantôt dangereuse, toujours sauvage ?

5Nous nous proposons de présenter notre objet d’étude et nos pistes d’investigation. Nous étudierons tout d’abord le rapport des ouvriers de l’arsenal de Toulon au monde maritime. Nous donnerons ensuite une définition de notre catégorie ouvrière par rapport aux critères de définition des classes inférieures de l’Ancien Régime. Enfin nous tenterons de discerner la conscience de classe et la conscience politique chez les ouvriers de l’arsenal, en nous portant plus sur la période napoléonienne et la Restauration.

Les ouvriers et le monde maritime

  • 2 Archives Départementales du Var (désormais ADV), 1L*419, Population, « État de la population du can (...)

6En période de paix au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et avant la Révolution, on peut estimer à environ 1500-2000 personnes le total des ouvriers employés par la Marine à Toulon, soit 30 % des chefs de famille toulonnais. Les ouvriers spécialisés de l’arsenal sont massivement toulonnais, tandis que les artisans et gens de métiers le sont sensiblement moins. L’arsenal apparaît néanmoins pour l’ensemble des Toulonnais comme l’unique ressource des habitants de la région. Comme le rappellent les officiers municipaux de Toulon et du Revest, c’est l’arsenal qui vivifie à lui seul le canton en procurant travail aux pauvres et marchés aux plus riches2.

  • 3 Martine Acerra, Rochefort et la construction navale française (1661-1815), Paris, Librairie de l’In (...)
  • 4 Idem.
  • 5 Philippe Masson, Grandeur et misère des gens de mer, Paris, Charles-Lavauzelle, 1986, p. 135.
  • 6 Martine Acerra, Rochefort et la construction navale française..., op. cit., p. 131.

7Dans la tradition de l’histoire navale, les ouvriers apparaissent comme un élément d’une institution qui les dépasse et qui s’impose à eux, comme les instruments d’un système productif dont seules les qualités techniques sont mises en valeur et recherchées. Martine Acerra parle des ouvriers de Rochefort comme des « acteurs de la fabrique »3 dont « la profusion des métiers et des statuts professionnels » relèvent encore « d’un monde artisanal orienté vers une production unique, le navire de guerre »4. Les ouvriers des arsenaux font donc partie des gens de mer, à terre ou embarqués, sur les chantiers ou dans les ateliers, et peuvent à bien des égards être assimilés aux marins dans les descriptions qu’en font les historiens. Sans cesse est relevée la grande diversité des catégories sociales, des classes d’âges, des statuts familiaux, des origines qui fait de la ville-arsenal un lieu où se retrouvent les marginaux, forcément brutaux, ayant le goût prononcé de l’alcool et des femmes, souvent peu respectueux de la morale chrétienne. Le marin et l’ouvrier sont des « sortes d’animaux […] séditieux, indociles, mutins, libertins »5. Les ministres de la Marine déplorent que leurs hommes dilapident leurs payes dans les tripots, quitte à laisser mourir leurs familles. Par leur présence, le port devient le lieu des bagarres, des vols et des abus. M. Acerra voit également dans ces débordements le « goût de la fraude ou de la nécessité du larcin pour survivre »6. Le vocabulaire utilisé renvoie la classe laborieuse des arsenaux à une classe dangereuse. Dangereuse par sa turbulence, et dangereuse par son non-respect du temps de travail, par le vol des biens de l’État (au premier rang desquels le bois pour se chauffer), par leur entente qui provoque l’envol des adjudications, et par le risque d’incendie dans l’arsenal.

  • 7 cf. l’analyse qu’en fait Maurice Agulhon dans La Sociabilité Méridionale, Confréries et Association (...)

8Pour autant, l’étude de la fréquentation des cabarets permet de considérer ces lieux non pas sous l’angle de la gestion du personnel de l’arsenal ou celui de la police de ville mais plutôt sous l’angle de la sociabilité. Ce parti méthodologique tend à déplacer le regard de l’historien en se plaçant non plus du point de vue de l’autorité, répressive ou condescendante, mais en adoptant une grille d’analyse – pour faire vite – anthropologique. Les journées révolutionnaires à Toulon les 23 et 24 mars 1789 donnent lieu à plusieurs arrestations, à un procès devant le Parlement d’Aix et à quelques condamnations à mort dont l’exécution aurait dû se dérouler en principe à Toulon même. Mais le 23 juillet 1789, les révolutionnaires toulonnais manifestent violemment, et le Parlement de Provence commue la peine des émeutiers de mars, le cours de la Révolution les ayant en quelque sorte absouts. Or cette journée de juillet fait l’objet de quelques hypothèses sur le rôle de la confrérie des cabaretiers. Ce jour-là, dans l’église des Minimes, se tient la réunion annuelle du « Corps de Sainte Marthe » (sainte patronne des cabaretiers) pour, officiellement, élire les syndics du corps. Selon H. Lauvergne, historien toulonnais du XIXe siècle, le but réel de cette manifestation est politique car s’assemblent au couvent des Minimes des ouvriers, des artisans de toutes conditions, plusieurs bourgeois, et non pas seulement des cabaretiers7. Cet exemple nous fait approcher la complexité du monde ouvrier et son imbrication avec les autres catégories sociales de la ville.

  • 8 Cité par Philippe Masson, Grandeur et misère des gens de mer, op. cit., p. 195.
  • 9 ADV, 1L*864, Guerres et affaires militaires, Marine, « lettre de Puissant aux administrateurs du dé (...)

9Si les points communs sont nombreux entre les ouvriers des différents arsenaux, leurs comportements varient selon qu’ils soient du Ponant ou du Levant, comme si la Mer Méditerranée influait sur les mentalités de façon différente de l’Océan Atlantique. De nombreux stéréotypes visant à distinguer les gens de Brest de ceux de Toulon sont véhiculés par les autorités, les mémorialistes, les érudits et les voyageurs. Ces images traversent les temps sans que l’on ne sache bien s’il s’agit de traditions, d’idéologies, de présupposés. Pour l’amiral Jurien de la Gravière, au XIXe siècle, les Bretons sont toujours des « Celtes à demi-sauvages », stoïques, obstinés, d’une saleté atavique et présentant un penchant immodéré pour les « liqueurs fortes ». Quant aux Provençaux, « l’ordre, le silence, la patience, la régularité, ne sont pas dans leurs instincts. Ils peuvent cependant se plier aux exigences d’un service qui leur est presque toujours antipathique ; mais c’est comme l’arc courbé par une main puissante, qui se redresse dès qu’on abandonne à lui-même »8. Les différences de comportements entre gens de mer méditerranéens et gens de mer de l’Atlantique ressortent crûment à Toulon dans le contexte politiquement tendu du tournant des années 1792-1793. Depuis le début de la Révolution, la municipalité de Toulon et la Marine sont divisées, ce qui laisse aux ouvriers la possibilité de s’affranchir du contrôle militaire et de soutenir la politique des Jacobins toulonnais. Les ouvriers, d’après les autorités, usent de tous les stratagèmes pour se soustraire aux travaux et sortir de l’arsenal divers objets pouvant améliorer leur quotidien de quelque manière que ce soit. Des accusations plus graves – comme celle de favoriser les ennemis de la Révolution – sont portées à l’encontre des Toulonnais. Selon un ouvrier originaire de Bayonne, en mai 1793, les ouvriers toulonnais quittaient l’arsenal une fois l’appel passé pour aller travailler en ville. Ce témoin estime qu’il a été levé inutilement. L’ordonnateur du port constate, lui, que les ouvriers de levée employés dans l’arsenal y sont plus dangereux qu’utiles par leur manque de volonté9.

10Ces différences ne peuvent provenir d’un cloisonnement entre Ponantais et Méridionaux. Le système des classes concerne, depuis 1776, les ouvriers exerçant une profession dite maritime dans toute l’étendue des côtes maritimes et des rivières affluentes à la mer. L’arsenal de Toulon reçoit des ouvriers de toute la façade méditerranéenne de la France mais aussi du Sud-Ouest, des régions bordant le Rhône, et des régions forestières dans lesquelles la Marine s’approvisionnait en bois. En cas de nécessité, toutes les Inspections doivent s’aider mutuellement. Les contacts entre ouvriers bretons et provençaux sont nombreux et souvent prolongés autant dans les ateliers et sur les bateaux (leurs lieux de travail) que dans les villes. Les ouvriers de l’arsenal de Toulon partagent donc bien une identité maritime avec leurs camarades de Rochefort ou de Brest, mais cette identité n’est pas monolithique, elle est empreinte de différences.

11Voyons maintenant l’influence du travail sur la conscience collective du groupe ouvrier.

Les ouvriers de l’arsenal : un peuple au travail, un peuple dans la ville

  • 10 Recueil des Actes du Comité de Salut Public, tome 24, 3 messidor an III (21 juin 1795), p. 603.
  • 11 Nous renvoyons aux travaux de Déborah Cohen, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (...)

12Étudier les ouvriers de l’arsenal de Toulon dès la fin du XVIIIe siècle, c’est s’interroger sur la définition d’une classe inférieure à l’époque moderne, c’est partir à la recherche du « menu peuple » et de la « populace ». Nous avons déjà donné quelques exemples de représentations accolées aux travailleurs des arsenaux qu’ils soient de l’Atlantique ou de Méditerranée. Or, dans notre cas, les qualificatifs attribués aux populations maritimes ne peuvent se dissocier de ceux allégués aux catégories populaires. Les déclarations sur les habitants de Toulon de la part du Représentant du peuple Rouyer en l’an III ne sont pas un cas aussi extrême que l’on pourrait le penser. Lorsque ce dernier écrit au Comité de Salut Public que « les trois quarts et demi des habitants qui s’y trouvent [à Toulon donc] dans le moment actuel sont des personnes qui s’y trouvent on ne sait comment et qui viennent on ne sait d’où ; la plupart ont des formes affreuses, et c’est une horde de sauvages qui a envahi un pays civilisé »10, n’est-ce pas à la fois une caricature des Toulonnais assimilés à des primitifs et une représentation idéalisée de la Provence – terre de civilisation –, le tout mis en opposition pour produire un meilleur effet auprès du pouvoir central ?11 Toulon en l’an III compte jusqu’à 12000 ouvriers, ce qui correspond bien aux trois-quarts de la population. Alors pour dépasser ces imaginaires sur des ouvriers assimilables à des troupeaux d’êtres féroces incapables de réflexion, si proches d’un état de nature hostile, il faut se placer sur un plan plus empirique et aborder l’étude des ouvriers de l’arsenal de Toulon sous l’angle de la question sociale, quitte à être tiraillé entre deux pôles : l’étude économique et l’analyse politique.

  • 12 Cliquot de Blervache cité dans François Furet, « Pour une définition des classes inférieures à l’ép (...)
  • 13 Christian Epin, Les Ouvriers des Arsenaux de la Marine sous Napoléon. Vivre et survivre en travaill (...)
  • 14 Linguet cité dans François Furet, art. cit., p. 460.

13Les ouvriers de l’arsenal de Toulon ont pour « seul patrimoine le travail »12. Dans l’arsenal les maîtres, les contre-maîtres (ou aides), les ouvriers en tant que tels, les apprentis, les officiers mariniers, matelots et mousses remplissent cette définition. La différence de statut n’est pas inexistante entre les ouvriers et les maîtres mais ils sont issus du même milieu social (les catégories populaires) et souvent de la même ville. Ils font preuve entre eux d’une cohésion qui dépasse le simple cadre professionnel : les maîtres et les contre-maîtres veillent à l’instruction et à la formation des ouvriers dans un rapport souvent paternel13. Mais quand le travail vient à manquer, les ouvriers tombent dans une plus grande pauvreté. Les ouvriers de l’arsenal de Toulon sont, de ce point de vue, bien les membres de ce peuple « qui vivent avec des salaires quand ils sont suffisants ; qui souffrent quand ils sont trop faibles ; qui meurent de faim quand ils cessent »14. Ils connaissent la précarité et développent des moyens de la prévenir si bien que le salaire monétaire, certes significatif en ville, n’est qu’une des formes du revenu populaire. Les ouvriers des arsenaux mettent en œuvre toute une gamme d’actions pour survivre : le recours à la distribution de pain et au ramassage des copeaux, le travail en perruque, la pluriactivité, ou l’abandon de l’arsenal pour des chantiers civils mieux rémunérés. L’étude du travail et des salaires est corrélative à celle de la consommation. En plus de se nourrir (le tiers du montant de leurs journées est consacré dans l’achat de pain), de se vêtir et de se loger, l’ouvrier voit son salaire amputé de diverses manières. Les ouvriers doivent acheter leurs outils de travail, dont le coût est considérable, et détourne bien souvent le travailleur tenté par l’engagement à l’arsenal. Quatre deniers par livre sont en plus retenus pour alimenter la Caisse des Invalides. La situation est encore plus difficile pour les ouvriers de levée : ils souffrent de recevoir un salaire moins élevé que celui perçu sur les chantiers privés, ils ne bénéficient pas des avantages en nature des ouvriers volontaires (distribution de pain, sortie de copeaux), et ils doivent subvenir aux besoins de deux ménages, le leur et surtout celui de leur famille, parfois à l’autre bout de la France.

  • 15 Service Historique de la Défense, département Marine, Toulon (désormais SHMT), 1A1241, Lettres écri (...)

14En période de récession économique et de hausse du chômage, ou en période de crise frumentaire quand le manque de céréales provoque la hausse du prix des denrées, interviennent, notamment lors des périodes de soudure, les secours distribués par la municipalité ou par la Marine. Les efforts combinés de la Ville et de la Marine n’empêchent toutefois pas les émeutes de mars 1789. Au début de ce mois, sont dûs quatre, voire cinq mois aux ouvriers. L’intendant du port demande même à son ministre de tutelle de quoi payer au moins deux mois de soldes par crainte d’une éventuelle révolte15. Mars 1789 correspond aussi à la période de rédaction des cahiers de doléances en préparation des États Généraux. Tous les maux des ouvriers de l’arsenal se cristallisent autour du problème des ouvrages à l’entreprise, généralisé par l’État depuis 1786. L’article 1 de la section Marine du cahier de doléances du tiers état de la ville l’exprime bien :

15« Art. 1er – La suppression des entreprises et prix-faits dans l’arsenal, et que dans la fixation des fonds, celui pour le salaire des ouvriers ne donne plus lieu à cette classe précieuse de sujets, à s’expatrier et à porter leurs utiles services à la première puissance qui veuille lui donner du pain : cette émigration devient chaque jour plus frappante et les suites politiques plus à craindre. »

16C’est donc dans ce climat de misère et d’effervescence politique qu’éclate l’insurrection du 23 mars 1789.

  • 16 François Furet, art. cit., p. 466.
  • 17 Dominique Godineau, « De la rosière à la tricoteuse : les représentations de la femme du peuple à l (...)
  • 18 Piquet : impôt municipal portant sur le blé et autres moutures qui constituait la ressource la plus (...)
  • 19 Maurice Agulhon (sous dir.), Histoire de Toulon, Privat, Toulouse, 1988, p. 169.
  • 20 Archives Municipales de Toulon (désormais AMT), L347 H41, Événements locaux, « Affaire du 23 mars 1 (...)

17Dans le domaine politique, « les classes inférieures ont été pendant de très longues périodes des classes silencieuses »16. Ce silence relatif n’a pourtant pas évité aux classes inférieures d’apparaître menaçantes aux yeux des élites, si bien que la prise de parole par le peuple est déjà une subversion historique. La Révolution française représente un moment privilégié pour scruter les ouvriers de l’arsenal. À la fin de l’Ancien Régime, le peuple est sujet et non citoyen, il forme un peuple, et même un bas peuple, sans droits politiques17. Or, à partir de 1789, nous assistons à la conquête de la politique par les ouvriers de l’arsenal de Toulon : ils s’emparent des droits politiques dans les assemblées primaires, ils travaillent pour la Nation et la défense de la Patrie, ils ont conscience d’appartenir aux couches populaires. Reprenons l’exemple des événements de mars 1789. Le 23 du mois, les délégués des corporations se réunissent à l’Hôtel de Ville afin de rédiger les cahiers de doléances. Le « bas peuple » de Toulon se regroupe dans « la salle basse de l’Hôtel de Ville » mais suite à un incident à propos de l’interprétation du code électoral, les assemblées tournent à l’émeute. Les maisons des archivistes sont pillées et le piquet18 pour un temps suspendu. L’aspect anti-municipal est également présent : la maison du maire est saccagée, et c’est à cause de l’interprétation du règlement électoral que les catégories populaires, massivement exclues des assemblées, se soulèvent. L’émeute constitue alors un moyen de se faire représenter. La particularité de Toulon vient de ses ouvriers de la Marine qui se mobilisent avec « la plus basse classe »19 et profitent de l’appui des artisans, des commerçants et de leurs employés que le chômage à l’arsenal pénalise. Ils prolongent la lutte en adoptant la grève comme moyen de pression sur les institutions. « Le vingt cinq mars les ouvriers de l’arsenal s’attrouperent, la cloche les appella vainement au travail, ils refuserent d’aller a l’ouvrage se plaignant avec aigreur de l’inexactitude de leur payement »20. Le commandant de la Marine ne doit sa survie qu’au don de 60.000 livres versé par un imprimeur toulonnais pour le règlement de la solde des ouvriers. Et c’est en autorisant les ouvriers de l’arsenal à élire leurs propres députés que les autorités municipales désamorcent une crise profonde.

Conscience politique et conscience de classe

18Revenons à la question posée dès l’introduction : comment se forme une classe ouvrière à la fin de l’Ancien Régime et au début du XIXe siècle ? Nous pensons qu’elle se forme en partie par la politisation des ouvriers.

  • 21 cité par Jean-Pierre Dubreuil, La Vapeur dans la Marine de guerre, Toulon 1830-1860, mémoire de maî (...)
  • 22 Jean-Pierre Dubreuil, La Vapeur dans la Marine de guerre..., op. cit., p. 139.

19Le premier élément fédérateur parmi ces ouvriers, nous l’avons dit, c’est le travail. Celui-ci influence les comportements au-delà des problèmes de salaires. Il touche au corps et aux mentalités par les pratiques et les techniques qu’il met en œuvre et que les ouvriers adoptent selon des normes édictées par la hiérarchie et selon un ensemble de routines destinées à s’approprier leurs moyens de productions. Il est vrai que l’arrivée des ouvriers du fer, aux dépends des ouvriers du bois, a modifié la structure de la population ouvrière toulonnaise, qu’elle a changé bon nombre de traditions, notamment en brisant les « dynasties » familiales de charpentiers et en faisant appel à des entreprises civiles possédant le savoir-faire métallurgique (un savoir-faire qui dépasse celui des chaudronniers et des fondeurs de l’Ancien Régime). Comme en témoigne l’amiral Jurien de La Gravière dans ses mémoires, « la vapeur est venue apporter dans les conditions de notre métier plus qu’un changement radical : elle a produit une révolution ; elle a bouleversé de fond en comble nos traditions, nos plaisirs, nos usages et jusqu’à nos mœurs »21. Jusqu’au premier tiers du XIXe siècle, les ouvriers mécaniciens et chauffeurs de l’arsenal sont des étrangers issus de l’industrie privée et bien payés – en tout cas, mieux que leurs collègues des métiers traditionnels. Ils défendent leur savoir-faire en interdisant d’approcher des machines qu’ils conduisent, même si apparemment la plupart d’entre eux possèdent une expérience et une habileté moindres que les ouvriers anglais22.

  • 23 William H. Sewell, Gens de métier et révolutions, le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, (...)
  • 24 SHMT, 2A167, Arrêtés pris par le Préfet maritime du 6e Arrondissement, 1807, arrêté du 4 brumaire a (...)

20Mais le changement de mentalités est-il si mécanique et si radical ? Sewell avance que « la solidarité de classe, lorsqu’elle apparut pour la première fois au début des années 1830, fut la généralisation, la projection à un niveau supérieur de la solidarité corporative. La fraternité plus large de tous les ouvriers ne devient concevable qu’à partir du moment où les corporations ouvrières se perçurent comme de libres associations de citoyens au travail productif et non comme un corps distinct, voué au perfectionnement d’un art particulier. »23. Or, pour le cas de l’arsenal de Toulon, nous peinons à trouver cette solidarité corporative dans le sens où nous avons affaire à un monde déjà industriel. Les corporations toulonnaises semblent intégrer les maîtres des arsenaux, mais seulement eux. Ces instances sont trop étroites pour embrasser les mouvements de 1789 ; les ouvriers de l’arsenal ont participé à d’autres formes de sociabilité au premier rang desquelles le club des Jacobins et le Comité central des ouvriers, syndicat avant la lettre pourrait-on dire. Leur sociabilité sous l’Ancien Régime et la Révolution est toutefois moins difficile à trouver que celle sous l’Empire. D’une part, parce que les confréries ou les clubs ont des buts publiquement présentés ; d’autre part, parce que le caractère policier du système napoléonien a atomisé le mouvement ouvrier. Par exemple, en 1807, le Préfet maritime de Toulon déclare24 qu’il « est défendu à tous officiers civils et militaires, officiers de santé, sous-officiers, officiers-mariniers, matelots et soldats, maîtres, contre-maîtres et ouvriers de l’arsenal, novices et mousses et autres employés tenant au service de la marine, de se trouver dans les maisons ci-après désignées. (...) Tout employé de la marine, sans distinction de grade, qui sera trouvé dans ces maisons, sera arrêté et puni avec la dernier sévérité ». Mais à ce moment-là, sous l’Empire, apparaissent les sociétés de secours mutuels. Sewell écrit à leur propos qu’elles étaient des « versions postrévolutionnaires des confréries d’Ancien Régime » : elles se chargent des funérailles, portent le nom d’un saint patron qu’elles fêtent. Outre ces activités, la société organise parfois des sorties dominicales pour les ouvriers, leurs familles et leurs amis. Ainsi, sous leur forme publique apparente, malgré leurs petits effectifs apparents, les sociétés de secours mutuel comprennent, toujours d’après Sewell, l’ensemble des membres d’un même métier. Et quand bien même la société ne regrouperait qu’une minorité, elle fournirait le symbole d’une organisation œuvrant tant d’un point de vue moral que pratique pour tous les ouvriers. Nous tentons d’appréhender ce mouvement de société mais il est très difficile d’en saisir la composition et la vie intérieure (débats, discussions). Les archives départementales et municipales sont peu nombreuses sur ce thème et durant ces années.

  • 25 Archives Nationales, F/7/6910, Police générale, incidents à Toulon, 27 juin 1820.
  • 26 SHMT, 2A165, Correspondance du Préfet maritime au Ministre, 1er semestre 1815, lettre du 17 janvier (...)

21De même, il est difficile de connaître la tendance politique de la majorité des ouvriers. D’après un rapport du Préfet du Var, en juin 1820, on pourrait détecter quelques penchants bonapartistes. Le 22, huit ouvriers boulangers ont chanté dans une guinguette : « Vive le brave Napoléon, il nous a conduit à la victoire et il nous y conduira encore, il reviendra pour chasser les Bourbons. »25. Les boulangers, dans leur ensemble, ne sont pas des inconnus pour les autorités royalistes. En janvier 1815, le préfet maritime de Toulon demande à son ministre de tutelle de pouvoir changer tous les chefs de la boulangerie de l’arsenal et d’en recevoir un, provenant d’un port du Ponant. Il ajoute qu’il serait bien « de faire suivre ce maître par quelques aides, capables de le bien seconder & de donner à la manutention, la direction convenable & de faire changer les habitudes vicieuses des ouvriers du pays »26.

  • 27 SHMT, 4O6, Cour Martiale et Tribunal Correctionnel de Toulon, Procédures et interrogatoires de la C (...)
  • 28 Christian Epin, op. cit., p. 253.

22Mais les ouvriers soutiennent-ils Napoléon pour lui-même ? Rien n’est moins sûr. Sous le Consulat déjà, le 2 nivôse an VIII, les officiers de la Marine passent la revue à bord du vaisseau amiral par le travers du grand rang où il y avait plusieurs maîtres d’équipages27. Un officier voulut « qu’on publie une victoire sur le port » ; un maître d’équipage « s’est permis de dire ironiquement que c’étoit la victoire remportée [à Aboukir] ». L’effort de guerre a permis à l’empereur d’avoir les faveurs des ouvriers toulonnais. Pourtant, en 1815, les ouvriers acceptent la Restauration : « tout le peuple de Toulon, hommes, femmes et enfants, parcourt les rues agitant des étendards blancs au son des fanfares et tambourins d’un bout de la ville à l’autre (en criant) vive le Roi, vivent les Bourbons ! »28. Les quelques mouvements de colère individuels (voir ci-dessus) ou collectifs (voir les mouvements contre le défaut d’approvisionnement en denrée de 1801 ou contre le retard de paiement en 1813) remettent en cause le schéma trop vite admis d’un port militaire acquis à Napoléon de façon unanime et en opposition avec Marseille, port commercial que le blocus napoléonien pénalise. L’adhésion à l’Empire chez les ouvriers de l’arsenal est soumise à trop d’aléas et de contraintes sociales pour s’affirmer de façon inconditionnelle.

Conclusion

23Notre objet d’étude porte ainsi sur une catégorie populaire urbaine, composite et complexe : les ouvriers de l’arsenal de Toulon, à l’œuvre dans un monde bouleversé dans ses usages politiques, culturels et sociaux par la Révolution française.

24Nous avons vu que l’identité maritime de ces ouvriers est indéniable mais elle se nourrit d’influences diverses qui lui donnent son originalité. Les ouvriers font bien partie du peuple mais là encore, il n’y a pas unanimité : la diversité des métiers et des statuts professionnels, la contingence des carrières et le milieu familial incitent l’historien à appréhender le monde ouvrier toulonnais comme un monde pluriel. Enfin, les ouvriers de l’arsenal de Toulon possèdent une conscience politique, souvent confuse car soumise au poids de la tradition, de la hiérarchie et surtout des événements. Ils forment bien la base de la classe ouvrière chère à Flora Tristan, mais une classe en gestation et qui ne bénéficie pas encore des apports théoriques et politiques du XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Alain Cabantous, Les Citoyens du large, les identités maritimes en France (XVIIe-XIXe siècle), Paris, Aubier, 1995, p. 20.

2 Archives Départementales du Var (désormais ADV), 1L*419, Population, « État de la population du canton de Toulon, 1790 ».

3 Martine Acerra, Rochefort et la construction navale française (1661-1815), Paris, Librairie de l’Inde, 1993, p. 126.

4 Idem.

5 Philippe Masson, Grandeur et misère des gens de mer, Paris, Charles-Lavauzelle, 1986, p. 135.

6 Martine Acerra, Rochefort et la construction navale française..., op. cit., p. 131.

7 cf. l’analyse qu’en fait Maurice Agulhon dans La Sociabilité Méridionale, Confréries et Associations dans la vie collective en Provence orientale à la fin du 18e siècle, Aix-en-Provence, La Pensée Universitaire, 1966.

8 Cité par Philippe Masson, Grandeur et misère des gens de mer, op. cit., p. 195.

9 ADV, 1L*864, Guerres et affaires militaires, Marine, « lettre de Puissant aux administrateurs du département du Var, le 2juin1793 ».

10 Recueil des Actes du Comité de Salut Public, tome 24, 3 messidor an III (21 juin 1795), p. 603.

11 Nous renvoyons aux travaux de Déborah Cohen, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (XVIIIe-XXIe siècles), Champ Vallon, 2010 ; ainsi qu’à ceux de René Merle, Visions de l’idiome natal à travers l’enquête impériale sur les patois (1807-1812), Trabucaire éditions, 2010.

12 Cliquot de Blervache cité dans François Furet, « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 3, 1963, p. 460.

13 Christian Epin, Les Ouvriers des Arsenaux de la Marine sous Napoléon. Vivre et survivre en travaillant pour l’État, Montreuillon, L’Herminette, 1990, p. 118.

14 Linguet cité dans François Furet, art. cit., p. 460.

15 Service Historique de la Défense, département Marine, Toulon (désormais SHMT), 1A1241, Lettres écrites à la cour par M. de Possel, commissaire général et ordonnateur, « Lettre du 7 mars 1789 ».

16 François Furet, art. cit., p. 466.

17 Dominique Godineau, « De la rosière à la tricoteuse : les représentations de la femme du peuple à la fin de l’Ancien Régime et pendant la Révolution », Études, Révolution française.net, mis en ligne le 1er mai 2008, URL : http://revolution-francaise.net/2008/05/01/229-rosiere-a-tricoteuse-representation-femme-peuple-fin-ancien-regime-revolution

18 Piquet : impôt municipal portant sur le blé et autres moutures qui constituait la ressource la plus importante pour la ville de Toulon.

19 Maurice Agulhon (sous dir.), Histoire de Toulon, Privat, Toulouse, 1988, p. 169.

20 Archives Municipales de Toulon (désormais AMT), L347 H41, Événements locaux, « Affaire du 23 mars 1789 ». Nous avons conservé l’orthographe originale.

21 cité par Jean-Pierre Dubreuil, La Vapeur dans la Marine de guerre, Toulon 1830-1860, mémoire de maîtrise, Université de Nice, 1971, p. 112.

22 Jean-Pierre Dubreuil, La Vapeur dans la Marine de guerre..., op. cit., p. 139.

23 William H. Sewell, Gens de métier et révolutions, le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, Paris, Aubier, 1983, p. 290.

24 SHMT, 2A167, Arrêtés pris par le Préfet maritime du 6e Arrondissement, 1807, arrêté du 4 brumaire an 12.

25 Archives Nationales, F/7/6910, Police générale, incidents à Toulon, 27 juin 1820.

26 SHMT, 2A165, Correspondance du Préfet maritime au Ministre, 1er semestre 1815, lettre du 17 janvier 1815.

27 SHMT, 4O6, Cour Martiale et Tribunal Correctionnel de Toulon, Procédures et interrogatoires de la Cour Martiale de Toulon, 7 vendémiaire (29 septembre 1799) – 24 fructidor an VIII (11 septembre 1800).

28 Christian Epin, op. cit., p. 253.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Saint-Roman, « Les ouvriers de l’Arsenal de Toulon, 1760-1820 », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/4460

Haut de page

Auteur

Julien Saint-Roman

Julien Saint-Roman, professeur certifié du secondaire, actuellement ATER à l’Université de Provence, poursuit une thèse sur Les ouvriers de l’arsenal de Toulon (1760-1820) sous la direction de Mme Christine PEYRARD au sein du laboratoire TELEMME. Intégré au groupe de recherche « Lumières et Révolution française : processus de civilisation » ainsi qu’au séminaire d’histoire moderne, Julien Saint-Roman a participé à diverses manifestations d’histoire sociale et d’histoire de la Révolution française.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals