Navigation – Plan du site

Enjeux éthiques et correspondances négociantes dans l’espace méditerranéen au XVIIIe siècle

Sébastien Lupo
p. 61-79

Résumés

Le commerce oriental conduit au XVIIIe siècle par les négociants marseillais profite d'un régime propice grâce aux capitulations de 1740. Ses risques, aggravés par la « crise du Levant », rendent crucial le choix des partenaires. Les négociants se lient avec leurs semblables ou internalisent leur activité dans une commandite. Pour Smyrne, la maison Roux fait ce choix en 1759. Cette structure sociale n'empêche ni les ratés ni les litiges. L'existence d'un lien évacue-t-elle la question de la moralité ? Les difficultés techniques ou les effets de hiérarchie interagissent pour trancher entre l'erreur et la faute. Une approche comparative montre que l'enjeu éthique s'affranchit du calcul de maximisation des profits ou des règles morales absolues, mais s'articule à la hiérarchie entre acteurs.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Marseille

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le jugement moral comme expression de l’autorité des majeurs
Éthique de la méfiance commerciale
Éthique et hiérarchie
Conclusion

Aperçu du texte

Dans leur courrier du 28 août 1762, Pierre-Paul Garavaque et Guillaume Cusson, régisseurs à Smyrne, écrivent à leurs majeurs marseillais, les frères Roux, pour se défendre face aux plaintes proférées par un négociant tiers, Jean-Paul Martin, en notant amèrement que ce qui les fâche, c’est que les Provençaux leur donnent « tort sans [les] entendre ». Or, ce type de récriminations ne constitue pas un hapax mais bien une antienne revenant dans de nombreuses lettres. Ici, elle intervient après trois années de fonctionnement de la régie. Cette société a été créée en commandite dès 1759 par Pierre-Honoré Roux, héritier des Bruny de Saint-Cannat. Il s’agit d’un négociant aux moyens considérables. Son avoir liquide dépasse ainsi un demi-million de livres tournois. La réputation familiale ne varie pas tout au long du siècle et, encore en 1790, les archives de la Chambre de Commerce de Marseille prouvent que le secrétariat à la Marine tient en haute estime ses descendants.

L’installation de la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Lupo, « Enjeux éthiques et correspondances négociantes dans l’espace méditerranéen au XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes, 49 | 2014, 61-79.

Référence électronique

Sébastien Lupo, « Enjeux éthiques et correspondances négociantes dans l’espace méditerranéen au XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/4728 ; DOI : 10.4000/rives.4728

Haut de page

Auteur

Sébastien Lupo

Sébastien Lupo est professeur agrégé d'histoire dans l'enseignement secondaire. Il a entrepris un doctorat d'histoire moderne sous la direction de Gilbert Buti en 2007. Ses recherches portent sur la maison Roux de Marseille, son commerce en Méditerranée au XVIIIe siècle, ses relations avec d'autres négociants et leur intrication dans les mécanismes de marché. Pour comprendre comment les liens interpersonnels s'entretissent dans une période de transition hégémonique et de crise du Levant, il mobilise les apports de la sociologie économique, de la sociologie des réseaux et de l'histoire économique globale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals