Navigation – Plan du site
Les intellectuels au XXe siècle en Europe et dans les pays arabes

Cornelius Castoriadis : parcours d’un Eros

François Dosse
p. 101-116

Résumés

Cette contribution vise à restituer la cohérence du parcours d’un grand intellectuel méditerranéen, grec et français, Cornelius Castoriadis (1922-1997). Jeune résistant grec révolutionnaire menacé de mort par les staliniens, il arrive en France à l’âge de 23 ans, alors que l’engouement pour l’URSS est à son zénith. Il contribue alors à créer, avec Claude Lefort l’une des branches les plus vivaces de la gauche radicale, « Socialisme ou Barbarie », qui deviendra ensuite une revue mythique, notamment par sa critique de gauche des régimes dits « communistes ». Économiste, philosophe, psychanalyste, militant politique, Castoriadis est l’auteur d’une œuvre essentielle pour quiconque s’intéresse à la question de l’institution hors du cadre de l’État, notamment avec ce qu’on peut considérer comme l’un des maîtres ouvrages du XXe siècle, L’Institution imaginaire de la société (1975). Il n’a en effet cessé, en croisant l’analyse historienne et l’approche psychanalytique, de s’attacher à penser la conquête de l’autonomie comme condition de l’approfondissement démocratique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une expérience précoce du tragique
Une lucidité précoce sur la nature de l’URSS : Socialisme ou Barbarie
De Marx à Freud : tentative d’articulation de l’individuel et du collectif
Le germe démocratique : la Grèce antique

Aperçu du texte

Le lien de Castoriadis, ce franco-grec, avec la Méditerranée est de l’ordre de l’évidence et il a savamment cultivé sa double appartenance nationale en affirmant la singularité d’une identité proprement méditerranéenne. Rappelons ce que dit de lui son ami Edgar Morin : « Corneille, comme nous l’appelions, se ressourçait sans discontinuer dans les textes de Platon et d’Aristote, mais il n’était pas philosophe intra-muros : il s’efforçait de penser les composantes de la culture et du savoir de son temps… Il tenait de la présence de ses ancêtres dans le monde ottoman une démarche de paysan balkanique, mais c’était bien un Athénien du siècle de Périclès, à considérer l’alacrité de son intelligence ; c’était en même temps un chaleureux méditerranéen, un authentique Européen de culture, portant en lui l’Orient et l’Occident ; et cet immigré devenu français a contribué à la richesse et à l’universalité de la culture française ». Comme Enzo Traverso le remarque, il peut y avoir un “privilèg...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Dosse, « Cornelius Castoriadis : parcours d’un Eros », Rives méditerranéennes, 50 | 2015, 101-116.

Référence électronique

François Dosse, « Cornelius Castoriadis : parcours d’un Eros », Rives méditerranéennes [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/4839 ; DOI : 10.4000/rives.4839

Haut de page

Auteur

François Dosse

François DOSSE est historien. Professeur des universités, il enseigne à l’iufm de Créteil, à l’Institut d’études politiques de Paris. Il est chercheur associé à l’Institut d’histoire du temps présent et au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est notamment l’auteur de L'histoire en miettes, La Découverte, 1987. Parmi ses publications récentes : Paul Ricœur, un philosophe dans son siècle, Armand Colin, 2012 ; Les hommes de l’ombre. Portraits d’éditeurs, Perrin, 2014 ; Castoriadis. Une vie, La Découverte, 2014.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals