Navigation – Plan du site

Marchés licites et illicites

Une dualité nécessaire à la fin du Moyen Âge ?
Isabelle Theiller
p. 19-29

Résumés

À la fin du Moyen Âge, seul le roi détient le droit de créer de nouveaux marchés. Accordés à un seigneur par lettre patente, ces marchés se réunissent chaque semaine et sont en principe les seuls autorisés. Pourtant des rassemblements commerciaux illicites se réunissent également. Dévoilés par des procédures judiciaires, ces marchés que tout semble condamner laissent pourtant entrevoir une autre réalité. Celle de marchés qui fonctionnent avec l’assentiment tacite des seigneurs, des communautés d’habitants voire de l’institution royale. Pour comprendre cette tolérance, la réflexion doit alors prendre en considération les contraintes géographiques, la notion de seigneurie ou encore l’intention, souvent implicite, de la royauté de faire perdurer des rassemblements illicites parce qu’ils contribuent à l’amélioration du système économique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le marché hebdomadaire médiéval : un droit concédé par le roi
Le réseau des marchés : un espace déterminé par les usages
Les marchés illicites : une menace pour le dynamisme économique ?
Sur la route de la légalité ?

Aperçu du texte

Cette introduction propose d’expliquer en quelques mots la genèse d’une réflexion qui, sans visée comparatiste entre la Méditerranée et la Manche, doit toutefois beaucoup aux historiens de l’économie anglais et italiens. Une large part des postulats formulés dans le présent article résulte d’une étude institutionnelle et spatiale des institutions commerciales temporaires que sont les marchés. L’un de ses objectifs n’était pas tant de définir le droit de marché, que de questionner ses conditions d’attribution, le cadre de son exercice mais aussi les éventuels détournements de ce droit et de leurs enjeux. Fondée sur une approche juridique, qui s’affranchissait des sources économiques faisant défaut, elle se proposait d’étudier les arguments avancés par les accusateurs et les défenseurs des marchés licites et illicites, et dévoilait la présence d’un réseau de marchés géographiquement et économiquement organisé. L’une des clefs d’analyse de ce réseau reposait sur les interactions qui s’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Theiller, « Marchés licites et illicites », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 19-29.

Référence électronique

Isabelle Theiller, « Marchés licites et illicites », Rives méditerranéennes [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/5161

Haut de page

Auteur

Isabelle Theiller

Isabelle Theiller est maître de conférences en archivistique et paléographie à l’Université Toulouse Jean Jaurès et chercheuse en histoire économique du Moyen Âge au Laboratoire Framespa – Terrae (CNRS UMR 5136). Après une thèse sur les marchés hebdomadaires en Normandie Orientale (xive-xvie siècles), ses recherches portent sur les institutions économiques et commerciales ainsi que sur les pratiques économiques médiévales. Elle s’intéresse également à l’étude du salariat et des comptabilités médiévales. Elle a notamment publié « Jean VI Malet de Graville et la fondation de la foire de Châtres (1470-1475) : entre procédure institutionnelle et privilèges personnels » dans Revue Historique, n° 668, octobre 2013, p. 763-803 ou « Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands à la fin du Moyen Âge », Comptabilités [En ligne], 4/2012, mise en ligne 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals