Navigation – Plan du site

Penser les marges des marchés de poissons vénitiens

L’action des communautés de pêcheurs, entre contournement et régulation dans un système d’approvisionnement à l’époque moderne
Solène Rivoal
p. 31-45

Résumés

L’objectif de cet article est de comprendre le rôle des communautés de pêcheurs vénitiens au xviiie siècle dans les circuits d’approvisionnement de Venise, une des grandes villes d’Ancien Régime. Ces derniers sont effectivement vus comme des experts, détenteurs d’un savoir peu connu par les dirigeants vénitiens. De ce fait, ils participent directement, ou indirectement, à la création des normes de ce circuit d’approvisionnement. Pourtant les pêcheurs sont aussi sanctionnés dans leurs pratiques, et ce, sur la base des normes qu’ils peuvent avoir influencées. C’est cette contradiction qui sera discutée dans cet article.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un système d’approvisionnement informel ?
Contrôler le circuit et participer à l’élaboration des règles : le rôle des communautés
Comprendre les circuits informels, entre normes étatiques et privilèges des communautés

Aperçu du texte

Les marchés du poisson vénitiens du xviiie siècle constituent un observatoire original pour penser l’organisation des échanges économiques, entre circuits formels et informels, entre production de normes et contournement de celles-ci. En effet, les pratiques informelles de la pêche à la vente du poisson sont continuellement dénoncées, évoquées par le Sénat vénitien comme un « sujet épineux à toutes les époques  ». Trois éléments rendent ce circuit d’approvisionnement particulièrement difficile pour le gouvernement vénitien. D’abord, cette activité de la pêche, longtemps considérée comme une activité de subsistance, a été peu encadrée jusqu’à la fin du Moyen Âge, où un cadre législatif se met progressivement en place. L’approvisionnement de la ville en poisson n’est que peu concerné par une organisation du travail en corporations, et l’essentiel des acteurs de ces échanges appartient à des communautés de pêcheurs, réparties entre la ville de Venise et les îles de la Lagune. Cet état ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solène Rivoal, « Penser les marges des marchés de poissons vénitiens », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 31-45.

Référence électronique

Solène Rivoal, « Penser les marges des marchés de poissons vénitiens », Rives méditerranéennes [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/5172

Haut de page

Auteur

Solène Rivoal

Solène Rivoal est doctorante à l’université d’Aix-Marseille, en cotutelle avec l’université Ca’Foscari de Venise. Les recherches qu’elle conduit ont pour objet les circuits d’approvisionnement en ressources halieutiques pour la ville de Venise au xviiisiècle. L’objectif de cette recherche est de comprendre la façon dont une grande capitale d’Ancien Régime est approvisionnée en poisson, aliment largement consommé par la population. Sujet d’histoire économique et sociale, l’approche est celle de comprendre un marché par ses acteurs et par la ressource autour de laquelle ces circuits s’organisent, mais c’est aussi une étude qui place au cœur du raisonnement les institutions, la création des normes et les politiques de gestion qui régissent le marché du poisson vénitien.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals