Navigation – Plan du site

Les diasporas marchandes et la notion de commerce illégal

Le cas des marchands arméniens dans la Pologne de l’époque moderne
Alexandr Osipian
p. 61-74

Résumés

Cet article porte sur les communautés marchandes arméniennes qui, dans le royaume de Pologne à l’époque moderne, pratiquaient le commerce avec les régions de la Méditerranée orientale. Il analyse les connexions entre les réseaux de marchands étrangers, un marché qui se globalise, les politiques mercantilistes et la notion de commerce illégal. Il montre comment la notion d’« extranéité » ethnique ou religieuse attachée aux marchands de la diaspora jouait, dans les sociétés d’accueil, sur celle de commerce illégal, et comment le discours sur les diasporas marchandes était construit et par qui. Il avance enfin que le commerce « illégal » des diasporas était protégé par une aristocratie polonaise hostile aux restrictions opposées au commerce libre, dans les villes royales, par les règlements municipaux et les privilèges des corporations.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur tient à remercier les coordinatrices du numéro qui ont traduit ce texte de l’anglais. Il exprime également sa gratitude à l’égard du Centre culturel international de Cracovie qui a rendu possible, grâce à une bourse, la collecte des données exploitées dans cet article.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La place des réseaux de marchands arméniens dans le commerce extérieur de la Pologne
Déséquilibre du commerce polonais avec l’empire ottoman
Plus de restrictions, plus de commerce illégal, plus de profit – la formule du succès économique
Les accusations de conspiration et les niches professionnelles supposées des diasporas marchandes
Nouvel ordre global, peur du changement et accusations de commerce illégal

Aperçu du texte

Les changements économiques et sociaux constituent, pour certains groupes, une source d’opportunités sans précédent tout en créant chez d’autres un profond sentiment d’insécurité. Alors que la globalisation des échanges et l’émergence des États absolutistes ont pu, dans l’Europe moderne, nourrir une certaine anxiété chez les marchands locaux, les diasporas marchandes, du fait de leur orientation transnationale, semblent y avoir été particulièrement prospères. Philip Curtin a montré de manière convaincante que ces diasporas ont toujours su dépasser les obstacles du localisme et de l’esprit de clocher pour établir des connexions entre des zones éloignées du globe. Dans les sociétés préindustrielles, les hommes tendaient à se méfier des marchands, et plus encore des étrangers ; cependant certaines d’entre elles encourageaient en réalité l’activité des marchands étrangers.

Cet article se propose d’examiner les connexions entre un marché qui, à l’époque moderne, se globalise et les réseau...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandr Osipian, « Les diasporas marchandes et la notion de commerce illégal », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 61-74.

Référence électronique

Alexandr Osipian, « Les diasporas marchandes et la notion de commerce illégal », Rives méditerranéennes [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/5196

Haut de page

Auteur

Alexandr Osipian

Alexandr Osipian est Professeur associé d’histoire au Kramatorsk Institute of Economics and Humanities, Ukraine, et chercheur à la Taras Shevchenko National University de Kiev. Il a été chercheur invité à l’Institut d’Études orientales de l’Université de Halle-Wittenberg (Allemagne) en octobre-novembre 2015. Ses travaux actuels portent sur les réseaux de marchands arméniens à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne, envisagés depuis le royaume de Pologne et la principauté de Moldavie jusqu’à l’Empire ottoman et la Perse des Safavides. Il s’intéresse plus particulièrement à l’organisation du commerce de caravane arménien et aux relations entretenues par les marchands arméniens avec les autorités centrales et locales dans les pays d’installation et de transit. Il interroge également la perception des diasporas marchandes juives et arméniennes dans la Pologne de l’époque moderne. Une attention spécifique est portée à la manière dont les diasporas arméniennes ont « orientalisé » la culture des élites polonaises – ce qu’on a appelé la culture sarmate – en important des objets de luxe persans et ottomans dans cette région.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals