Navigation – Plan du site

Panem et circenses

L’approvisionnement du marché privé en blé fiscal, ou les circuits parallèles des acteurs institutionnels de l’Empire
Gilles Bransbourg
p. 75-89

Résumés

À la fin de la République, Rome devient la plus grande mégapole de la Méditerranée antique. Contrairement à Alexandrie, elle ne s’appuie pas sur un hinterland favorable. Assurer son ravitaillement devient alors le principal défi logistique que doit relever le pouvoir romain. La prise de contrôle par Rome de l’ensemble des zones de production céréalière de la Méditerranée lui permet en théorie de disposer de marges de manœuvre, une fois le développement d’une flotte et de facilités portuaires adaptées réalisé au 1er siècle de notre ère. Que devient alors ce blé excédentaire ? Les sources sur ce sujet demeurent très parcellaires, et c’est à travers le recoupement d’indices séparés chronologiquement et géographiquement que les effets de levier politiques et financiers dont profitent les autorités apparaissent petit à petit. Les pratiques varient dans le temps et l’espace, le public côtoyant le privé, mais le pragmatisme du pouvoir romain ne se dément jamais.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’intendance a suivi
L’Empire, acteur public et privé
L’Empire, revendeur « honteux »
Le dossier des Sulpicii
Un revenu fiscal non chiffré

Aperçu du texte

L’intendance a suivi

La question de l’approvisionnement frumentaire de Rome a fait l’objet d’études aussi poussées que l’état de la documentation le permettait. Elles portent à la fois sur les zones productrices, l’Égypte en premier lieu, et sur les besoins finaux à Rome même, en fonction de sa population estimée. Pour en résumer les grandes lignes, Rome aurait comporté autour de 600 000 habitants vers la fin de la République, puis environ un million d’habitants. En estimant la consommation moyenne de grain à 4 modii par personne et par mois, cela aurait impliqué un besoin annuel frumentaire d’environ 50 millions de modii. Le dossier demeure fragile, dans la mesure où le blé ne laisse naturellement que peu de traces archéologiques, contrairement aux cas du vin ou de l’huile, relativement mieux attestés grâce à la nature des récipients utilisés. Pour le blé, des traces plus indirectes sont notamment recherchées du côté des entrepôts.

Le croisement de différentes sources anciennes mène ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bransbourg, « Panem et circenses », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 75-89.

Référence électronique

Gilles Bransbourg, « Panem et circenses », Rives méditerranéennes [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/5210

Haut de page

Auteur

Gilles Bransbourg

Gilles Bransbourg partage ses recherches entre les aspects fiscaux d’une part, monétaires de l’autre, du monde gréco-romain au sens large. Une exploration plus approfondie du champ d’investigation ouvert par sa thèse de doctorat de 2010 dans le domaine de l’économie politique du monde romain constitue le fil conducteur reliant ses travaux, avec notamment parmi ses publications récentes : Rome and the Economic Integration of Empire, New York, ISAW Papers 3, 2012 ; The Later Roman Empire, in A. Monson and W. Scheidel (dir.), Fiscal Regimes and the Political Economy of Pre-modern States, Cambridge University Press, 2015 ; La politique monétaire de la République romaine. In : C. Doyen (dir.), Colloque International, Étalons Monétaires et mesures pondérales, Bruxelles, 5-6 septembre 2013, Numismatica Lovaniensia (21), Louvain-la-Neuve, 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals