Navigation – Plan du site

La réorganisation d’un groupe professionnel

Les chirurgiens de peste à Marseille aux xviie-xviiie siècles
Jamel El Hadj
p. 113-134

Résumés

C’est un article qui s’intéresse aux chirurgiens dans le système anti-peste marseillais, en focalisant les recherches sur l’évolution du statut des chirurgiens entre les xviie et xviiie siècles. Le cas marseillais rend la transformation du rôle et des pratiques des chirurgiens particulièrement visibles à cause de la multiplicité des poussées de l’épidémie, qui suscite une nouvelle organisation sanitaire, sans laquelle le port ne pourrait accroître son activité marchande. La peste de 1720-1722 est une occasion exceptionnelle pour étudier comment les chirurgiens sont organisés en temps d’épidémie. Pour les chirurgiens, servir en temps de peste, est l’occasion d’une promotion sociale et professionnelle en profitant des lettres patentes de Louis XIV.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La production historiographique a commencé à s’intéresser à la peste dans le monde méditerranéen av (...)
  • 2 Au seizième siècle on dénombre quatorze épidémies de peste ravageant la ville de Marseille. Au dix- (...)
  • 3 Je ne m’intéresserai pas ici aux sujets de la parenté et du conflit existant entre barbiers, chirur (...)
  • 4 Plusieurs villes de la Provence touchées par la peste de 1720-1722, étaient le sujet des travaux hi (...)

1L’histoire de Marseille, comme celle de toutes les villes de la Méditerranée1, est marquée par la fréquence des maladies épidémiques2. Face à cela, la ville a dû s’organiser pour tenter de s’opposer à la contagion et a ainsi développé, au fil du temps, une «  culture de peste  ». Cette organisation médicale a été caractérisée par l’omniprésence des chirurgiens, considérés à part entière comme groupe professionnel pratiquant la médecine3.
Ils ont été les acteurs centraux d’un système de santé publique qui entendait contrer la peste4.

  • 5 C’est un document fourni par des consuls ou des personnages dépositaires de la fonction consulaire (...)
  • 6 ADBDR, 200 E 27 et Françoise Hildesheimer, «  Protection sanitaire des côtes française, xviiie sièc (...)
  • 7 ACCM, I 58 ou ACCM, B 3, f. 587-592 : L’édit considère que l’importation en France de marchandises (...)
  • 8 Les dates précises de la fondation du Bureau de la Santé ainsi que du lazaret de Marseille sont imp (...)
  • 9 L’action du bureau de la santé à Marseille, comme celle des autres administrations sanitaires de l’ (...)

2Le système marseillais de la lutte contre peste est mis en place depuis le xviie siècle, il repose sur une organisation préventive en se focalisant sur le contrôle strict des navires qui viennent à Marseille. Depuis 10 janvier 1622, un arrêt du Parlement de Provence a rendu obligatoire la patente de santé5 pour tous les patrons et mariniers conduisant vaisseaux ou barques venant des parties du Levant ou Barbarie à Marseille et Toulon6. Par ailleurs, le monopole sanitaire précède le monopole commercial établi en 16697. Pour faire face à la peste, Marseille a établi un Bureau de la Santé8 pour contrôler le mouvement des personnes et des marchandises susceptibles de transmettre la contagion, ainsi que pour gérer le lazaret destiné à les renfermer9. Dans ce système de santé une catégorie est occultée par les études, malgré son rôle, à savoir les chirurgiens de peste.

  • 10 «  Corporation  » : En France, le mot n’est utilisé dans les actes officiels qu’à partir de 1776. I (...)
  • 11 Les chirurgiens ont profité de la politique d’exception et d’urgence en temps de peste «  en dehors (...)

3Cette contribution a pour but d’étudier un groupe de soignants partageant une histoire commune avec cette pathologie, à l’image des chirurgiens de peste. Face à la maladie, ce groupe professionnel prend véritablement son essor en tirant profit des habitudes urbaines et des règlements royaux, et ce malgré le risque majeur qu’ils encourent et les conflits qui les opposent à la corporation des chirurgiens de la ville10. Cette étude prend en compte une période allant du milieu du xviie siècle jusqu’au milieu du xviiie siècle, intervalle situé de part et d’autre de la peste de 1720-1722. À cet effet, en suivant le rythme des poussées épidémiques et des «  réformes médicales  », j’ai défini trois moments successifs, trois temps forts, afin de décrypter les transformations du groupe des chirurgiens actifs à Marseille. Le premier s’intéresse à la période située entre le milieu du xviie siècle et le début de la peste de 1720, le deuxième se concentre sur l’épidémie de 1720-1722 où une politique d’exception est mise en place11, et le troisième envisage le devenir des chirurgiens après le passage de la peste.

Le chirurgien de peste ou un «  chirurgien privilégié  » : la naissance d’une catégorie

  • 12 Le chirurgien Jean Exprelly est très expérimenté ; il a servi la ville de Marseille pendant les épi (...)
  • 13 Le chirurgien de peste à Marseille est «  nommé par la municipalité en cas d’épidémie  ». Voir Fran (...)
  • 14 Georges Fleury Histoire de la communauté des maîtres chirurgiens d’Aix, depuis le commencement du x (...)
  • 15 Louis Dulieu, La Chirurgie à Montpellier de ses origines au début du xixe siècle, Avignon, Presses (...)
  • 16 AMM, GG 243 : la maîtrise en chirurgie du Jean Raget le 30 août 1675.
  • 17 AMM, GG 241 : procédure lancée le 5 février 1695 à l’initiative des échevins contre les chirurgiens (...)

4À partir de 1650, date de la désignation du chirurgien Jean Exprelly en charge des maladies contagieuses12, la ville de Marseille entreprend d’engager un «  chirurgien de peste  » à long terme, qu’une épidémie soit déclarée ou pas13. À Aix, le chirurgien de peste fait également son apparition en 165014. À Montpellier, les chirurgiens de peste ont été institués plus tôt, aux xve et xvie siècles15. Quelques années plus tard, le 7 mai 1674, Marseille recrute Jean Raget, alors garçon chirurgien, et lui délivre la maîtrise en chirurgie le 30 août 167516. Le recours aux garçons chirurgiens, encore jeunes et sans attaches, pour mettre en place une politique de santé publique hors épidémie, facilite la tâche aux autorités. En effet, les maîtres chirurgiens ont des engagements familiaux à tenir envers leurs femmes et leurs enfants et des exigences financières plus élevées17. Cette politique convient à la fois au pouvoir politique et aux garçons chirurgiens en quête d’expérience professionnelle.

  • 18 Chabert, Observations de chirurgie pratique, Paris, chez Jean Mariette, 1724, p. 152.
  • 19 Louis Dulieu, op. cit., p. 164.
  • 20 Les données sur la mortalité des chirurgiens durant les poussées épidémiques au xviie siècle sont i (...)
  • 21 AMM, GG 241. Lettres patentes du mois de décembre 1676 concernant les chirurgiens de peste.
  • 22 Les échevins et les maîtres chirurgiens craignent que le chirurgien de peste titulaire, Jacques Per (...)
  • 23 En 1720, le chirurgien de peste en poste à Marseille est Gueirard, quant à Pillefort, garçon chirur (...)
  • 24 À Montpellier, dès l’année 1638, on note la présence de deux chirurgiens de peste ou plus préciséme (...)

5La ville de Marseille engage donc un «  chirurgien de peste  » de façon permanente. Ce dernier est chargé d’examiner les cas suspects parmi les passagers des bateaux qui accostent, mais aussi au sein des infirmeries et de l’hôpital des galériens18. La même mission lui est confiée à Montpellier où il est appelé à chaque soupçon de cas, dans la ville et ses environs19. Face à un espace méditerranéen infecté par la maladie, ces chirurgiens œuvrent au péril de leur vie20 en prenant en charge les populations et les bâtiments en provenance des lieux pestiférés21. La mission du chirurgien de peste se joue principalement autour du port, centre économique de la ville. À partir de 1692, leur nombre est réévalué : Marseille est servi par deux chirurgiens de peste22, la ville possède désormais deux spécialistes attitrés23. Ce faisant, la cité phocéenne a adopté la même position que d’autres villes voisines telle que Montpellier, qui prend cette initiative en 163824.

  • 25 L’organisation corporative, y compris celle des chirurgiens, est bien connue grâce à de nombreux tr (...)
  • 26 Concernant l’histoire de la corporation des chirurgiens de la ville de Marseille entre les xive et (...)
  • 27 Les articles vingt-six jusqu’au l’article trente-sept des statuts de maîtres chirurgiens de la vill (...)
  • 28 Neveu de Jean Exprelly maître chirurgien reconnu. AMM, GG 241.
  • 29 Jacques Revel, «  Les corps et communautés  », dans K. M. Baker, dir., The political culture of the (...)

6En réponse à cette politique urbaine, la corporation25 des maîtres chirurgiens de Marseille26 refuse d’agréer les chirurgiens de peste. À leurs yeux, la délivrance de la maîtrise de peste aux compagnons chirurgiens doit être certifiée par le passage d’un examen de chef-d’œuvre long, dur et coûteux27. De fait, en vertu de l’article 10 du règlement relatif au statut des chirurgiens datant de 1628, il est obligatoire de tenir boutique ouverte et d’avoir réussi cet examen pour exercer en tant que maître chirurgien. Les chirurgiens de peste échappent ainsi au règlement de la communauté des chirurgiens et par là même au contrôle direct des maîtres. En mars 1676, la corporation des chirurgiens de Marseille refuse donc d’agréger Jean Rachet28, en défendant ainsi le droit de légiférer au sein de son secteur d’activité29.

7Cette attitude pousse les échevins à demander une aide juridique et politique au pouvoir central. Le roi ne tarde pas à approuver la décision des échevins, autorisant ces derniers à octroyer les lettres de maîtrise aux chirurgiens ayant servi durant la peste. Au mois de décembre 1676, les lettres patentes de Louis XIV évoquent ce statut de «  chirurgien de peste  ». Le préambule de ces lettres définit clairement le rôle des échevins et met ainsi leur voix en valeur, comme en atteste ce passage :

  • 30 Lettres patentes du mois de décembre 1676 concernant les chirurgiens de peste. AMM, GG 241.

Nos chers et bien aimés les échevins de notre ville de Marseille nous ont très humblement fait remontrer que les habitants de ladite ville se trouvant souvent affligés de la maladie contagieuse par le grand commerce qu’ils entretiennent en Barbarie et dans le Levant, les exposants ont toujours pris un soin particulier dans ces malheureuses conjonctures30.

  • 31 Lettres patentes du mois de décembre 1676 concernant les chirurgiens de peste. AMM, GG 241.
  • 32 AMM, GG 241 : Titre qui figure en 1694, lors du conflit entre les maîtres jurés de la ville de Mars (...)
  • 33 «  Leur donnent les lettres de maîtrise et la faculté de tenir boutique ouverte  ». AMM, GG 241. Re (...)
  • 34 En 1683, le chirurgien François Perrache a payé 500 livres pour adhérer à la corporation. AMM, GG 2 (...)
  • 35 AMM, GG 241. Requête des échevins contre les maîtres jurés de Marseille au mois de mai 1694.
  • 36 AMM, GG 241, Lettres patentes du mois de décembre 1676 concernant les chirurgiens de peste. «  Et c (...)
  • 37 Amiens et Nantes en 1481, Lille en 1493, Paris en 1500, Orange en 1521, Lyon en 1577. Voir Jean-Noë (...)
  • 38 Barcelone engage un chirurgien en 1507 pour la première fois de son histoire. Voir Jean-Noël Birabe (...)
  • 39 La nature contagieuse ou non-contagieuse de la maladie, qui a frappé Marseille en 1720, fut l’objet (...)
  • 40 En 1531 à Paris, les autorités interdisent aux chirurgiens de peste de soigner des malades non pest (...)
  • 41 Christelle Rabier écrit qu’à Londres, «  c’est au chirurgien légalement défini qu’est donc confiée (...)

8D’importantes prérogatives sont accordées aux échevins puisque le roi leur autorise «  de choisir parmi les compagnons chirurgiens et apothicaires ceux qu’ils estiment les plus propres et les plus capables de servir le public, soit en s’enfermant avec eux dans la maison commune de ladite ville, soit en s’exposant dans les infirmeries pour secourir les pestiférés31  ». Les lettres patentes de mois de décembre 1676 font ainsi officiellement émerger une nouvelle catégorie de chirurgiens : « les maîtres chirurgiens de peste ».32 La maîtrise de peste est un titre qui va permettre aux garçons chirurgiens d’accéder à une promotion sociale intéressante, notamment en leur accordant le privilège d’ouvrir une boutique33. Outre ces avantages professionnels, il est également question d’avantages économiques puisque l’adhésion à la communauté des chirurgiens est offerte, sachant qu’en 1683 à Marseille, ces frais s’élèvent à 500 livres34. Enfin, les chirurgiens de peste jouissent « des mêmes privilèges et avantages que les autres maîtres chirurgiens35  » bien qu’ils soient en réalité, des compagnons chirurgiens ; c’est-à-dire des garçons chirurgiens ayant terminés leur période de compagnonnage ou étant en passe de le faire sans que l’obtention de la maîtrise ne leur soit garantie. Les lettres patentes expliquent le fondement de cette décision 36. L’argument clé avancé par le roi est d’inciter les chirurgiens à ne pas fuir durant les épidémies, motif ayant poussé la ville de Montpellier à engager des chirurgiens de peste depuis le xve siècle, et d’autres villes françaises suivent cet exemple à la fin du xve et au début du xvie siècle37 ; on observe même cette procédure dans d’autres villes européennes et notamment méditerranéennes38. L’engagement d’un chirurgien de peste démontre l’influence de la théorie contagionniste39 au sein du corps médical et auprès des autorités au xve et jusqu’au la peste de Marseille en 1720 ; la présence d’un soignant particulier est considérée comme nécessaire afin d’éviter la propagation de la maladie auprès d’autres patients40. Cette théorie a favorisé le recours spécifique aux chirurgiens et renforcer par ailleurs la séparation entre chirurgiens et barbiers à partir du xvie siècle à Paris, Londres41, mais également à Marseille, ville cohabitant depuis longtemps avec l’épidémie. Il s’agit là d’une réorganisation professionnelle au sein de la communauté des chirurgiens de la ville.

9La solution ainsi mise en œuvre combine deux éléments : elle récompense une prise de risque élevée de la part du chirurgien qui accepte d’affronter la peste et elle prend en considération l’expérience acquise par ce dernier durant l’épidémie, s’il lui survit. L’exercice de la chirurgie en temps de crise sanitaire confère le droit d’être dispensé du temps de formation traditionnel et de l’examen d’admission classique ; en outre, aucun frais n’est nécessaire pour acquérir la maîtrise et l’adhésion à la corporation est gratuite.

  • 42 Jacques Revel, «  Autour d’une épidémie ancienne : la peste de 1668-1670  », Revue d’histoire moder (...)
  • 43 ACCM, I 58 ou ACCM, B 3, f. 587-592 : L’édit considère que l’importation en France de marchandises (...)
  • 44 Lettres patentes du mois de juillet 1676. AMM, GG 240.

10Ces lettres patentes interviennent dans un contexte préoccupant à l’échelle nationale. Dans un premier temps, nous sommes à quelques années d’une peste qui a frappé le nord de la France42 ; la royauté est consciente que cette pathologie représente toujours une menace en Europe et surtout dans le bassin méditerranéen. Deuxièmement, Marseille a pris une nouvelle dimension avec le développement du commerce, encouragé par l’édit de port-franc de 1669, qui illustre l’intérêt tout particulier que porte la monarchie à son port 43. Le développement du
port-franc et de son commerce requiert une protection sanitaire accrue, l’idéal étant de parvenir à le rendre «  franc d’épidémie  ». Enfin, dans la ville de Marseille, accoutumée à la peste, les lettres patentes de 1676 soulignent l’impact de la politique sanitaire publique voulue par la royauté, qui refuse qu’une querelle entre échevins et maîtres chirurgiens mette en péril sa stratégie économique. Par ailleurs, le pouvoir royal s’intéresse plus largement à la question puisque cette même année voit la publication de lettres patentes concernant la promotion des garçons chirurgiens et des garçons apothicaires qui travaillent dans les hôpitaux de Marseille, notamment celui de l’Hôtel-Dieu. On parle de «  gagnants maîtrise 44  ». L’expansion de la dynamique commerciale marseillaise dépasse d’une certaine manière les échevins eux-mêmes, et nécessite une intervention directe de la monarchie, à différents niveaux.

  • 45 AMM, GG 241 : Requête des échevins contre les maîtres jurés de Marseille au mois de mai 1694.

11Les maîtres chirurgiens de la ville ont manifesté leur désaccord envers le «  privilège de maîtrise  » par plusieurs moyens, que ce soit par l’imposition sur les nouveaux maîtres ou par des pressions exercées sur les veuves afin qu’elles renoncent à leurs avantages 45. Mais cette opposition reste timide, et les documents existants ne révèlent guère de désaccords sur ce sujet entre le pouvoir urbain, fraîchement renforcé par les lettres de décembre 1676, et la communauté des chirurgiens.

  • 46 AMM, GG 241, procédure lancée par les échevins à l’encontre des chirurgiens au sujet des conditions (...)
  • 47 AMM, GG 241 : Lettre du 7 août 1693.
  • 48 AMM, GG 241, décision judiciaire du 4 mai 1694.
  • 49 Le 3 février 1642, la ville d’Arles a engagé le chirurgien Boniface, ayant reçu les lettres de maît (...)
  • 50 AMM, GG 241, procédure du 5 février 1695 lancée par les échevins à l’encontre des chirurgiens au su (...)

12Lorsque paraît l’édit de février 1692, qui annonce la titularisation de deux chirurgiens jurés dans chacune des grandes villes du royaume, les syndics de la corporation de Marseille pensent que le moment est venu d’en finir avec les maîtrises de peste. L’article 4 de cet édit exige en effet le passage d’un examen en chirurgie devant un jury composé de médecins et de chirurgiens et l’homologation des chirurgiens de peste par les maîtres chirurgiens jurés de la ville. Par conséquent, ce sont les deux maîtres chirurgiens jurés, Guillaume Eyguzier et Antoine Lance, qui sont chargés de choisir les chirurgiens de peste parmi la communauté des maîtres chirurgiens et non pas des garçons chirurgiens, qualifiés d’«  ignorants qui ne se mêlent de la chirurgie que pour gagner une maîtrise 46  ». Le 24 juillet 1693, ces deux maîtres jurés se lancent donc dans une procédure judiciaire pour tenter de faire fermer les boutiques des chirurgiens et les déchoir de leurs lettres de maîtrise 47. Les chirurgiens de peste concernés sont Christophe Tournier, Broglia Honoré Fournier, Francoise Jaye veuve de Jean François, Jeanne Serre veuve de François Espely, Margueritte Bremond veuve de Claude Abet, et Marquise Grimond veuve de Bouis Grimond. Le 9 mars 1694, la justice décide de priver les chirurgiens de peste de leurs maîtrises et de leurs privilèges, de fermer leurs boutiques et de les assujettir à une interdiction d’exercer la chirurgie assortie d’une amende d’un montant de 500 livres. Toutefois, cette procédure est annulée deux mois plus tard, en date du 15 mai 1694, devant la volonté des échevins de la ville d’assurer le service de ces praticiens ; ces derniers invoquant les lettres patentes de décembre 1676 et l’utilité publique de leur fonction face à la circulation des hommes et des marchandises en provenance de Barbarie et du Levant. Pour ce qui est des avantages professionnels et financiers, la justice proclame qu’ils sont «  si juste[s] et nécessaire[s] 48  ». Cette procédure est l’occasion de rappeler les arguments historiques de cette décision 49. La justice estime également que les articles 3 et 4 du règlement de la corporation des maîtres jurés ne remettent pas en cause les lettres patentes de 1676. Le verdict final, daté du 5 février 1695, tranche : les chirurgiens de peste gardent leur maîtrise et peuvent ouvrir boutique ; leurs veuves auront les mêmes avantages 50.

Les chirurgiens de peste à Marseille, 1720-1722

  • 51 Le capitaine Chataud parti de Seyed en Syrie le 31 janvier 1720, avec patente nette, quand il quitt (...)
  • 52 Pichatty de Croislainte, Journal abrégé de ce qui s’est passé en la ville de Marseille depuis qu’el (...)
  • 53 À Séville, au XVIe siècle, les médecins municipaux sont engagés par le conseil de la ville pour vér (...)
  • 54 Jean-Baptiste Bertrand, op. cit., p. 34-36.
  • 55 Il s’agit d’un rapport détaillé qui couvre les pages 37 et 38 du livre de Bertrand. Voir idem, p. 3 (...)
  • 56 Fleur Beauvieux, «  Épidémie, pouvoir municipal et transformation de l’espace urbain : la peste de (...)

13Le 25 mai 1720, le navire Grand-Saint-Antoine vient d’accoster à Marseille, en provenant du Levant 51. Le capitaine Chataud déclare, aux intendants de la santé, une patente nette en affirmant, en même temps, que six des passagers ainsi que trois membres de son équipage, dont le chirurgien, sont morts au cours du voyage ; des propos confirmés par un certificat des médecins et chirurgiens de Livourne selon lequel la cause de leur mort n’est qu’une fièvre maligne causée par les mauvais aliments 52. Le navire est maintenant à Pomègue en quarantaine. Deux jours après, le 27 mai 1720, un matelot du navire est mort et son cadavre visité par le chirurgien de peste Gueirard, nommé également «  premier chirurgien de santé  » atteste de l’absence des signes de peste 53. Pourtant, après cette date, les morts se succèdent avec un rythme irrégulier. Il y a un mort, le 12 juin, parmi les gardiens du navire, visité par le même chirurgien Gueirard, qui ne voit pas des signes de peste. Le 23 juin, le lazaret enregistre trois malades, et un quatrième le 24 juin ; le même chirurgien, qui les examine, tire les mêmes conclusions précédentes. Pour J.-B. Bertrand, la conclusion de chirurgien relève «  soit de l’ignorance, soit de la complaisance  ». Le 26 juin, quatre malades sont morts en une même journée. Le 7 juillet 1720, deux portefaix dans les infirmeries tombent malades, sans que Gueirard ne voie davantage de signes de peste. Mais avec la multiplication des malades dans les infirmeries, l’autorité médicale, que Gueirard représente, commence à émettre des doutes ; la première modification de cette position vient le 8 juillet, suite à la maladie d’un portefaix dans les infirmeries qui porte une enflure à la partie supérieure de la cuisse, qui paraît à Gueirard «  une marque de contagion et qu’il demande à consulter  ». Les intendants de la santé demandent, ainsi, l’avis des autres chirurgiens. Les intendants de la santé commencent à se méfier de l’habilité de chirurgien Gueirard. Deux chirurgiens font la visite, en compagnie de Gueirard ; il s’agit de chirurgien major de l’hôpital des galères Croizer et le chirurgien maître juré Bouzon, qui a effectué un séjour au Levant 54. Leur rapport confirme la présence de la peste dans les infirmeries 55. L’évolution de la situation sanitaire pousse les intendants de la santé à prendre les marchandises du capitaine Chataud du lazaret et les envoyer en purge sur l’île de Jarre, en avertissant les échevins de Marseille de ce qui se passe. Cependant, les échevins, pour des raisons commerciales, essayent d’occulter la présence de la maladie dans la ville. Par ailleurs, le lazaret n’a pas pu étouffer la peste entre leur muraille, et la procédure de l’enfermement a failli à son rôle ; une nouvelle étape qui commence, en 1720, avec une intervention sanitaire et administrative 56 à laquelle participent les chirurgiens de la ville, figures de
soignants incontournables.

  • 57 BMVR de l’Alcazar, Marseille, fonds rare et précieux, Xd 1923 : Placard pour le recrutement des chi (...)
  • 58 «  Les imprimés que vous avez adressés dans toute la province  » écrit l’Intendant dans une lettre (...)
  • 59 AMM, GG 365 : Lettre de Lebret aux échevins de Marseille le 4 octobre 1720.
  • 60 Neuf garçons chirurgiens, à savoir Gualabert, Arcon, Bertrand, La Serre, Beaumele, Demay, Lajel, Du (...)
  • 61 AMM, GG 365. Le 26 octobre 1720, le marquis de Vauvenargues envoie une lettre en informant le subdé (...)

14Face à l’épidémie de peste, l’embauche des chirurgiens, et plus particulièrement des garçons chirurgiens, ne devient conséquente qu’à partir du mois d’octobre. Le 30 septembre 1720, les échevins publient des affiches 57 dans toutes les paroisses de la Provence 58, mais également aux Languedoc, Dauphiné et à Lyon 59. Il s’agit d’une opération à grande échelle. Lebret, Intendant de Provence, continue de jouer le rôle de recruteur de chirurgiens 60, mais délègue également sa tâche au marquis de Vauvenargues, consul d’Aix 61.

15Les échevins affirment le 1er octobre 1720, que ces affiches sont réalisées à la suite d’une demande des médecins de Montpellier :

  • 62 AMM, BB 305, f. 14. Registre des copies des lettres écrites par Messieurs les échevins à Monsieur l (...)

Nos médecins de Montpellier, écrivent-ils, ont trouvé à propos que nous fissions répandre des affiches pour [convaincre] les chirurgiens à venir panser et soigner nos malades par la considération des appointements considérables que nous leur promettons 62.

  • 63 AMM, FF 292, f. 77 : État des médecins et chirurgiens étrangers qui sont venu à Marseille par ordre (...)
  • 64 François Lebrun, Les hommes et la mort…, op. cit., p. 315.
  • 65 Lettre de Jaubert, Antibes le 8 octobre 1720. AMM, GG 367.
  • 66 AMM, GG 366, lettre du médecin Marson aux échevins de Marseille, 6 octobre 1720.
  • 67 Figarella écrit à propos de Jacques Daviel, qui a eu l’occasion d’être envoyé en Provence au mois d (...)

16En vérité, la demande émane surtout des membres de la délégation royale qui ont reçu pour mission de vérifier la nature de la maladie 63. Ces affiches visent clairement les chirurgiens ; la décision de recourir aux chirurgiens plutôt qu’aux médecins découle des caractéristiques inhérentes à la peste bubonique, puisque cette maladie est considérée comme relevant du secours des chirurgiens, du fait de la nécessité d’inciser les bubons et de panser les malades 64. Les avantages vantés dans les affiches, promettant une promotion rapide et des honoraires confortables, ont séduit à la fois les maîtres et les garçons chirurgiens de ces provinces et d’ailleurs. Dans une lettre du 8 octobre 1720, le maître chirurgien Joseph Jaubert propose ses services ; motivé et convaincu par les bénéfices proposés sur l’affiche du 30 septembre 1720 65. Pour autant, les affiches ne découragent pas non plus la détermination des médecins à se présenter. Le médecin Marson, de Lorgues, écrit le 6 octobre 1720 aux échevins de Marseille pour leur proposer les services du maître chirurgien de sa ville, à condition qu’il puisse l’accompagner 66. Pour les professionnels, la peste ne représente pas forcément une maladie qu’il faut fuir : elle symbolise aussi l’opportunité de démontrer son talent, comme dans le cas Jaubert, ou de gagner de l’argent, comme dans le cas Marson. Les privilèges accordés par les autorités incitent plusieurs garçons chirurgiens à répondre à cette offre. Cependant, ils se gardent bien souvent de se présenter comme des opportunistes, leur caractère héroïque ne manquant d’ailleurs pas d’être souligné dans les biographies tardives 67.

  • 68 Le marquis de Vauvenargues écrit le 20 octobre 1720 : «  Je vous donne avis qu’il est arrivé en cet (...)
  • 69 ADBDR, C 912, lettre de Jacques Vian, 4 novembre 1721 : un chirurgien espagnol a servi la ville d’A (...)
  • 70 ADBDR, C 912, mémoire de l’apothicaire Pazeneuve, qui a travaillé à Toulon comme chirurgien et à Ma (...)

17Le recrutement des chirurgiens s’opère dans plusieurs zones géographiques : locales, régionales et extra-provinciales. Les provinces les plus proches sont pourvoyeuses de praticiens, à l’image du Languedoc, mais également de certaines grandes villes telles que Lyon, Bordeaux ou Paris. La campagne publicitaire atteint même les pays limitrophes : Italie, Allemagne 68, Espagne 69, jusqu’à Saint-Domingue 70.

18La campagne menée par le pouvoir urbain et la royauté entre 1720 et 1722 porte ses fruits. Elle débouche sur le recrutement de 178 chirurgiens, 23 médecins et 20 apothicaires. Les chirurgiens sont fortement représentés, indice qui confirme leur rôle prépondérant dans la politique sanitaire mise en place.

  • 71 AMM, GG 365 : Lettre des procureurs aux échevins du 10 octobre 1722.
  • 72 Lettre de Lebret aux échevins de Marseille le 25 septembre 1722. AMM, GG 365.

19La campagne de communication a été concluante, un peu trop peut-être, puisqu’elle a attiré bien plus de chirurgiens que nécessaire au regard du recul de l’épidémie. À Marseille, le nombre de chirurgiens dépasse de loin ceux des villes de Provence, la politique de recrutement ayant très bien fonctionné. Néanmoins, cette surreprésentation occasionne quelques problèmes d’ordre financier et logistique aux échevins : la majorité des chirurgiens refuse de se rendre dans les autres villes provençales infectées. Cette décision n’a pas entravé les secours vers les autres villes en Provence où la peste sévit. Mais les dépenses de praticiens médicaux présentent un fardeau pour la royauté. Pendant la rechute, la royauté est plus ferme et les procureurs du pays considèrent la date de 22 septembre 1722 comme celle de la fin du service des chirurgiens et médecins 71. L’intendant LeBret demande le 25 septembre 1722 d’appliquer les ordres du roi, «  pour faire partir incessamment […] les médecins, apothicaires et chirurgiens étrangers qui ont servi dans cette province pendant la contagion et de faire cesser les appointements de ceux qui ne partiront pas 72  ». Le roi va plus loin en décidant des sanctions contre ceux qui refusent de quitter Marseille en continuant de tirer profit alors que leur rôle médical est faible.

  • 73 ADBDR, C 912 : La promotion du garçon chirurgien Pierre Demay est entrée en vigueur le 1er février (...)
  • 74 Claude Le Blanc : secrétaire de l’État de la guerre à deux reprises entre 1718 et 1723 pour une pre (...)
  • 75 ADBDR, C 912. Promu maître chirurgien au mois de juin 1721 après avoir officié à Marseille depuis o (...)

20Suite aux promesses royales, les échevins tiennent parole : même s’il est difficile d’en préciser le nombre, mais il paraît que tous, soit 143 garçons chirurgiens, ont bénéficié de cette promotion exceptionnelle. Certains garçons chirurgiens ont reçu le précieux titre au cours de l’épidémie 73. La promotion est assurée non seulement par le biais des échevins mais délivrée aussi par l’administration royale elle-même. Le garçon chirurgien Thomas, envoyé par la Cour, est agréé à son nouveau statut par Le Blanc, secrétaire d’État de la guerre pendant la peste de Marseille 74 et le premier président du parlement en la personne de Lebret 75.

  • 76 ADBDR, B 3399, f. 353 : Jacques Jaubert, garçon chirurgien ayant servi à Marseille et fils de Jean (...)

21À Marseille, les veuves et des enfants de maîtres chirurgiens, ont reçu la maîtrise en chirurgie en suivant les mêmes procédures en vigueur au xviie siècle 76.

Figure 1 - Tableau

Chirurgien

Date de promotion en maître

Alexandre Nicolas

12 décembre 1721

Jean Armand Fondome

4 avril 1722

Pierre Demy

1er février 1721

François Firaud

16 février 1723

Augustin Joannis

19 avril 1721

Doumenc Ducloux

29 octobre1722

Jacques Charreiron

24 juillet 1722

Thomas Mittié

9 octobre 1720

Pierre Pastour

14 aout 1723

Pierre Romette

19 avril 1723

Louis Asse

17 juillet 1723

Jacques Jaubert

7 juillet 1723

François Ferand

19 juillet 1723

Simon Badousse

26 juillet 1723

Jérôme Gérard

2 septembre 1723

Exemples de promotions de chirurgiens suite à leur service pendant la peste de Marseille

AMM, GG 362-264 ; ADBDR, C 912-914 ; ADBDR, C 3399

  • 77 Un tableau plus ample se trouve dans la thèse de Jamel El Hadj, op. cit., p. 190.
  • 78 ADBDR, C 914 : État des paiements faits aux chirurgiens, médecins et apothicaires qui sont venus en (...)
  • 79 Odile Caylux, op. cit., p. 92.

22Les exemples 77 avancés montrent que la promotion des garçons chirurgiens, suite à leur service et l’exécution du contenu des lettres de décembre 1676, n’accuse pas de retard. La rechute de l’épidémie a accéléré leur promotion. À la suite de son service à l’hôpital des Réformés, on retrouve par exemple un certain Pierre Demay, garçon chirurgien lors de la première vague de peste de 1720 78, au rang de maître chirurgien touchant 500 livres par mois en mai 1722. Ce mécanisme de promotion fonctionne dans toutes les villes de la Provence adoptant la législation marseillaise. À Arles sur vingt-six chirurgiens ayant officié dans la ville, sept ont obtenu la maîtrise, dont un dénommé Joseph Aubert, qui a exercé à Marseille durant l’épidémie 79.

  • 80 AMM, FF 292, f. 77, état des médecins et chirurgiens étrangers qui sont venus à Marseille par ordre (...)
  • 81 Odile Caylux, op. cit., p. 92.
  • 82 Boumen commence son service à Marseille en mois d’octobre 1720. À partir du 29 janvier 1721, il ser (...)
  • 83 Pour cette mission il a reçu 100 livres en plus de ses honoraires, s’élevant à 1 070 livres AMM, GG (...)

23La Royauté en a envoyé quelques-uns vers les nouveaux foyers de peste : une vingtaine de chirurgiens se déplacent à Toulon – ville la mieux dotée au vu de la gravité des cas recensés – et plusieurs d’entre eux sont engagés à Aix, Arles et Martigues 80. À compter du mois de janvier 1721, au moyen de cette nouvelle «  distribution des chirurgiens  », Marseille se mue en une sorte de «  pôle médical  ». Les villes entretiennent des liens étroits à cette époque. Les échevins missionnent donc sept chirurgiens, un apothicaire, un maître-infirmier, 15 infirmières, 15 corbeaux, qui ramassent les cadavres, et deux confesseurs à Arles 81. Les cas sont multiples, à l’instar de Boumen Lange et Espitalier qui ont sillonné différentes villes en Provence 82. La mobilité des chirurgiens au sein de la ville est une tendance fréquente. Le 24 juillet 1722, le garçon chirurgien Doumenc Ducloux a accepté de servir dans le quartier Château Gombert à Marseille où la peste atteint son apogée 83. Pour les garçons chirurgiens, les déplacements ont lieu au gré des mouvements de l’épidémie et se justifient par la volonté d’accroître leurs revenus et d’obtenir leur maîtrise.

  • 84 En 1481, la ville d’Amiens «  accorde une gratification à deux chirurgiens  ». Voir Jean-Noël Birab (...)
  • 85 Les gratifications des médecins de Montpellier Chicoyneau, Verny et Deidier sont de 100 livres chac (...)

24Les primes sont accordées en fonction des risques encourus par les chirurgiens de peste et du degré de leur implication auprès des malades. Depuis le xve siècle 84, elles récompensent un «  effort  » fourni par les chirurgiens français mais aussi par leurs confrères médecins 85. Sur les 178 chirurgiens recensés lors de la peste de Marseille, seul 10 chirurgiens ont reçu des gratifications parmi lesquels figurent trois garçons chirurgiens. Les gratifications varient de 100 à 2 000 livres, les montants les plus faibles étant attribués aux garçons chirurgiens.

Les chirurgiens de peste après l’épidémie de 1720

  • 86 À Montpellier, après la promotion d’un chirurgien de peste, les chirurgiens jurés voient d’un mauva (...)
  • 87 AMM, GG 242 : extrait d’arrêt pour les échevins de la ville contre le syndic des chirurgiens.
  • 88 AMM, GG 242 : extrait d’arrêt pour les échevins de la ville contre le syndic des chirurgiens, p. 27 (...)
  • 89 AMM, GG 242 : extrait de l’arrêt du parlement de Provence pour les échevins de la ville contre le s (...)

25Suite à l’épisode infectieux de 1720-1722, les maîtres chirurgiens résistent pourtant vivement à ces promotions qui contredisent la forme réglementaire d’acquisition de la maîtrise. À l’instar d’autres villes françaises comme Montpellier ou Aix au cours du xviie siècle 86, les maîtres chirurgiens marseillais n’acceptent pas la promotion des chirurgiens de peste par les échevins en 1722. Ils tentent de faire annuler les maîtrises et refusent de reconnaître l’appartenance de ces nouveaux membres à la corporation, ce qui ouvre une série d’épisodes juridiques. Le 19 janvier 1723, la corporation des chirurgiens demande l’annulation des lettres de maîtrise de Jacques Daviel. Le 5 février de la même année, elle demande l’annulation de celles d’Alexandre Nicolas 87. Le verdict tombe le 29 mai 1723 et décrète le maintien en vigueur des lettres de maîtrise de Daviel, Fondome, Nicolas et Viguier 88. Un mois après, le 25 juin, le parlement de Provence confirmera la décision des échevins 89. Cette ordonnance constitue une victoire pour les chirurgiens de peste.

  • 90 Jean Figarella, op. cit., p. 144.

26À Marseille, après la peste de 1720-1722, les chirurgiens de peste sont devenus maîtres après leurs engagements dans la lutte contre la maladie. La réunion des échevins du 30 octobre 1722 se solde par la désignation des recteurs : parmi les quatre médecins et les quatre chirurgiens, on dénombre trois chirurgiens de peste, à savoir Nicolas, Fondome et Daviel. En 1725, Aulanier est également issu de la promotion post-épidémique, tandis qu’en 1727, les quatre chirurgiens désignés sont des anciens chirurgiens de peste ; il s’agit de Latour, Aulanier, Fondome et Daviel. Enfin, en 1729 il s’agit de Daviel, Latour et Boismortier. Durant un trimestre, chaque chirurgien en partenariat avec un médecin siège au Conseil de Santé de la ville, les postes d’officiers municipaux couronnant les carrières 90. Il est clair que les chirurgiens de peste sélectionnés, dont la plupart ne sont pas originaires de Marseille, viennent renforcer les effectifs mis à mal par la progression de l’épidémie.

  • 91 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’Etat du roi le 12 avril 1730. Ce conseil se déroule en présence de (...)

27Néanmoins, concernant le chef-d’œuvre, les démêlés judiciaires ne s’arrêtent pas là et la corporation porte l’affaire devant le Conseil d’État qui statue le 12 avril 1730 91. Les maîtres chirurgiens de la ville font valoir le fait que les chirurgiens de peste ayant officié à partir du 1720 ne peuvent pratiquer la chirurgie sans examen préalable et assentiment de la corporation des chirurgiens, et qu’il n’est pas réglementaire d’octroyer une maîtrise sans justification dans un délai dépassant de plus de six mois la fin d’un épisode épidémique. Ils s’appuient pour cela sur l’édit de 1692, qui exige le chef-d’œuvre pour avoir la maîtrise en chirurgie.

  • 92 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’Etat du roi le 12 avril 1730, article premier, p. 6. Les chirurgie (...)
  • 93 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’état du roi le 12 avril 1730. Article IV, p. 7.
  • 94 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’état du roi le 12 avril 1730, article VII, p. 7-8.
  • 95 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’état du roi le 12 avril 1730, p. 10.

28Après examen de cette requête, la réponse rendue tente de faire coïncider les lettres patentes de 1676 et l’édit de 1692 en limitant la toute-puissance des échevins et en reconnaissant une légitimité à la demande de la corporation. L’arrêt du 12 avril 1730 continue de considérer, comme au xviie siècle, que les chirurgiens de peste sont «  des chirurgiens privilégiés 92  » reconnus comme maîtres chirurgiens, mais il remet en cause l’accès automatique à l’agrégation à la corporation. Cette décision est en partie confiée à la corporation des chirurgiens marseillais, le praticien étant appelé à passer devant «  une commission mixte  ». En effet, l’article IV de l’arrêt précise que les chirurgiens de peste qui ont obtenu la maîtrise entre 1720 et 1722 seront invités à subir «  un simple examen d’agrégation  », bien distinct du chef-d’œuvre. Cette audition se tiendra à l’Hôtel de ville en présence des échevins, du premier lieutenant du premier chirurgien, des deux prévôts de la corporation municipale, ainsi que d’autres maîtres chirurgiens convoqués à cette occasion par le procureur général du parlement de Provence. Par ailleurs, les chirurgiens devront s’acquitter de la somme de 200 livres lors de leur agrégation 93. C’est là un désaveu des lettres patentes de 1676 qui érigeaient comme principe l’agrégation gratuite à la corporation. Ce remaniement s’explique par le recul de la peste en France et par la structuration progressive du monde du travail exigée par l’État. Désormais la maîtrise ne sera plus une simple formalité administrative laissée au soin des échevins, elle engagera l’entière corporation des chirurgiens par le biais du contrôle et de la taxe. Enfin, les échevins marseillais ne pourront plus attribuer de lettres de maîtrise aux chirurgiens de peste au-delà de deux années après la survenue d’un épisode contagieux et ils n’auront plus le pouvoir de décerner ces lettres en dehors de la ville 94. Cependant, concernant les chirurgiens qui ont exercé leur fonction pendant la peste de Marseille, aucun délai n’est à respecter 95. Ainsi, le pouvoir politique prétend d’une part mettre un terme aux incessantes querelles judiciaires, et d’autre part, légiférer de manière officielle sur le statut de ces
chirurgiens particuliers.

  • 96 AMM, GG 243 : Lettre de La Tour, intendant de la Provence, aux échevins de Marseille.
  • 97 AMM, GG 243 : Lettre de La Tour, intendant de la Provence, aux échevins de Marseille.
  • 98 AMM, GG 243 : Lettre de La Tour, intendant de la Provence, aux échevins de Marseille.

29Chaque fois qu’un pestiféré est repéré, la réorganisation de la profession chirurgicale s’invite au débat. Le 7 juin 1760, alors que l’épidémie sévit dans les infirmeries de la ville 96, La Tour, Intendant de Provence, répond à l’appel des échevins au sujet de l’engagement d’un chirurgien pour le compte du Bureau de la santé, se trouvant submergé. Les échevins pensent que le seul moyen d’attirer un garçon chirurgien est «  de lui promettre la maîtrise suivant la faculté qui […] en est attribuée par les lettres patentes de décembre 1676 97  ». Ils souhaitent que la prérogative accordée cette année-là s’étende «  aux cas où cette maladie, sans être parvenue dans les villes, existe dans les infirmeries 98  ». L’Intendant se retrouve dans une situation «  délicate et embarrassante  ». Il finit par accorder sa permission ; ou plutôt il consent à accorder une dérogation qui va dans le sens des échevins, en soulignant bien le caractère exceptionnel de la situation. Les sources ne sont pas suffisantes pour documenter la suite de la procédure, mais il semblerait que le garçon chirurgien ait réussi de justesse à obtenir la maîtrise. Les échevins tentent donc parfois d’accommoder la loi pour répondre à l’urgence de leurs besoins et satisfaire les exigences des garçons chirurgiens dont ils réclament le service ; il s’agit d’un côté, de trouver facilement et rapidement des praticiens médicaux et de l’autre, de s’assurer la certification ainsi que des honoraires respectables pour le travail effectué.

  • 99 ADBDR, C 4419 : L’affaire du chirurgien Blanc, 1784
  • 100 AMM, GG 243 : Statut des chirurgiens de Marseille en 1769.

30Néanmoins, ce régime dérogatoire prend fin au cours de la seconde moitié du xviiie siècle. Le garçon chirurgien Blanc, qui s’engage en 1784 auprès du capitaine Millich, une année après s’être mis au service du capitaine Caulier venu de Tunisie, rapporte avec son supérieur, la peste à bord 99. Pour son office, le garçon reçoit une récompense viagère de 320 livres. En outre, il demande l’obtention de sa maîtrise en chirurgie, en se référant cette fois-ci, non aux lettres patentes de 1676, mais à l’arrêt du 12 avril 1730 accordant le simple passage d’un examen d’agrégation devant une commission mixte en vue de cette obtention. La corporation des chirurgiens marseillais, forte d’un nouveau pouvoir, invoque le règlement de 1769 100 et fait aussitôt barrage à la démarche. Déçu de ne pas être consacré maître chirurgien, le garçon Blanc s’embarque pour l’Inde en qualité de chirurgien navigant, et met ainsi un terme à une pratique qui avait façonné le corps des chirurgiens marseillais. De fait, la corporation se replie sur les quelques familles qui perpétuent le métier grâce à leurs fils, par le biais de longues études coûteuses imposées par le règlement de 1769.

31Avant même l’amorce de l’épidémie de peste en 1720, la mise en œuvre d’une politique sanitaire à ce sujet a déjà commencé au milieu du xviie siècle afin d’assurer la disponibilité des chirurgiens, acteurs majeurs dans le soin des pestiférés. La décision royale de 1676, qui garantit une promotion professionnelle aux garçons chirurgiens n’a fait que prolonger et consolider une jurisprudence urbaine déjà existante. Cet ensemble de décisions démontre l’engagement constant des échevins dans la politique de recrutement du personnel de santé pour contrer la maladie. La mise en œuvre effective des promotions, par la délivrance rapide de maîtrises, fait intégralement partie du dispositif étatique consistant à s’attirer et s’attacher les faveurs du personnel de santé. Ce système ayant pour but de maintenir le dynamisme commercial de la ville de Marseille dans le commerce méditerranéen, a de facto, engendré une réorganisation de la profession de chirurgien qui échappe alors au contrôle strict de la corporation. Lors de ces importants épisodes infectieux, les garçons chirurgiens vont grandement améliorer leurs conditions sociales mais surtout connaître une ascension professionnelle exceptionnelle. La réorganisation du métier a permis l’émergence d’une nouvelle génération de praticiens, plus enclin à contourner «  les barrières  » de la corporation avec l’aide du pouvoir politique. Ces derniers ont contribué à combler le désert médical des villes du sud de la France et particulièrement participé au développement de l’enseignement thérapeutique de la chirurgie à Marseille. En face, la corporation des chirurgiens s’est vivement opposée à cette politique «  occulte  » venant menacer le règlement inhérent à la profession. Une guerre juridique a soulevé la corporation contre le pouvoir urbain de 1692 jusqu’à 1730. Plusieurs décisions contradictoires furent rendues, conduisant petit à petit à une réconciliation entre les deux parties sans que les intérêts des garçons chirurgiens ne soient trop inquiétés. La corporation marseillaise n’a repris l’ascendant sur ces derniers que vers la fin du xviiie siècle, en instituant le collège de chirurgie ; cette «  victoire  » coïncide avec le recul de la peste en Europe, suite à l’efficacité de la politique sanitaire méditerranéenne globale, menée principalement par «  les chirurgiens de nation  » qui ont combattu l’épidémie dans les échelles en Méditerranée ; on assiste ainsi, encore une fois, au perfectionnement d’un système de santé public à grande échelle, où les chirurgiens incarnent les professionnels les plus sollicités.

Haut de page

Notes

1 La production historiographique a commencé à s’intéresser à la peste dans le monde méditerranéen avec l’article de Jacques le Goff et Jean-Noël Biraben publié aux Annales. Voir Jacques Le Goff, Jean-Noël Biraben, «  La peste dans le Haut Moyen Âge  », Annales, économies, Sociétés Civilisations, 24e année no 6, 1969, p. 1484-1510. Les travaux de Jean-Noël Biraben, à la fois médecin et démographe, qui inclut un volet explicitement médical, s’intéressent à la peste dans la Méditerranée en faisant le lien entre les deux bassins oriental et occidental. Voir Jean-Noël Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Mouton, EHESS-CRH, La Haye, 2 vol. : La peste dans l’histoire, vol. I, 1975 ; Les hommes face à la peste, vol. II, 1976 ; Le travail de Biraben est poursuivi par celui de Françoise Hildesheimer. Elle a bien montré à travers toute la France et la Méditerranée le rôle des praticiens médicaux y compris les chirurgiens dans un système compliqué de lutte contre l’épidémie. Françoise Hildesheimer a en particulier consacré une grande partie de son travail à l’histoire épidémique et médicale de Marseille, en focalisant ses recherches sur le Bureau de la Santé, l’institution la plus importante dans le système anti-peste. Voir Françoise Hildesheimer, Fléaux et société : de la Grande Peste au choléra xive-xixe siècle, Paris, Hachette, 1993 ; La terreur et la pitié : l’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, Paris, Publisud, 1990 ; «  Protection sanitaire des côtes française, xviiie siècle  », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXVII, juillet- septembre 1980, p. 443-467 ; Le bureau de la santé de Marseille sous l’Ancien Régime, le renfermement de la contagion, Marseille, l’imprimerie A. Robert, 1980. Dans le même sens, s’insèrent les travaux de Daniel Panzac qui replacent Marseille dans son contexte géographique méditerranéen. Voir Daniel Panzac, La Peste dans l’Empire Ottoman 1700-1850, Leuven (Belgique), éditions Peeters, 1985 ; Quarantaines et Lazarets : l’Europe et la peste d’Orient (xviie-xxe siècles), Édisud, Aix-en-Provence, 1986. La revue Médecine et société de l’antiquité à nos jours réunit les travaux les plus précis qui dénombrent les différentes attitudes médicales à propos des maladies, et plus particulièrement la peste, à travers les différentes époques historiques. Voir Médecine et société de l’antiquité à nos jours, Cahiers du GRHis no 16, PURH, 2005. La monarchie avait déjà élaboré une première politique de lutte contre l’épidémie, lors de la peste de 1668 au nord de la France. Voir Jacques Revel, «  Autour d’une épidémie ancienne : la peste de 1668-1670  », Revue d’histoire moderne et contemporaine, octobre- novembre 1970, t. XVII, p. 953-983.

2 Au seizième siècle on dénombre quatorze épidémies de peste ravageant la ville de Marseille. Au dix-septième siècle, deux seulement ; en 1630 et 1649, cette dernière ne fit pas moins de huit mille victimes. Voir Paul Gaffarel, Marquis De Duranty, La peste de 1720 à Marseille et en France, Paris, Perrin, 1911, p. 5-6.

3 Je ne m’intéresserai pas ici aux sujets de la parenté et du conflit existant entre barbiers, chirurgiens et médecins. Il s’agit d’admettre le fait que, depuis la Renaissance et le Grand siècle, la chirurgie s’établit comme une discipline, au même titre que la médecine. Voir Christelle Rabier, «  La disparition du barbier chirurgien. Analyse d’une mutation professionnelle au xviiie siècle  », Annales, Histoire, Sciences sociales, 2010/3, 65e année, p. 682.

4 Plusieurs villes de la Provence touchées par la peste de 1720-1722, étaient le sujet des travaux historiques. Voir Gilbert Buti, «  Structures sanitaires et protection d’une communauté provençale face à la peste : La Valette (1720/1721)  », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. 10, 1998, 1-2, p. 67-80 ; Odile Caylux, Arles et la peste de 1720-1721, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2009.

5 C’est un document fourni par des consuls ou des personnages dépositaires de la fonction consulaire dans le dernier port visité par le bateau. La patente précise l’état de santé dans ce port et ses parages, et doit ensuite être visée à chacune de ses escales. Il existe trois types de patente : La patente dite nette qui signifie qu’il n’y aucune présence de peste. La patente «  soupçonnée  » ou «  touchée  » quand le port de départ est en relation avec une région où la peste sévit. La patente «  brute  » quand le port de départ du bateau ou les zones limitrophes se trouvent atteintes par la peste. La nature de la patente de santé détermine, à côté d’autres facteurs, la durée de la quarantaine. Il s’agit ici d’une technique anti-peste pour les personnes et les bâtiments ; elle s’accompagne de la purge éventuelle des marchandises. La quarantaine dépend de quatre facteurs : le point de départ du navire, la nature de sa patente, l’état sanitaire à son bord, les éventuels incidents survenus au cours du voyage et la nature de la cargaison. Voir Françoise Hildesheimer, Le bureau de la santé de Marseille…, op. cit., p. 27.

6 ADBDR, 200 E 27 et Françoise Hildesheimer, «  Protection sanitaire des côtes française, xviiie siècle  », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXVII, juillet-septembre 1980, p. 444.

7 ACCM, I 58 ou ACCM, B 3, f. 587-592 : L’édit considère que l’importation en France de marchandises en provenance du Levant perse et de Barbarie fait partie intégrante de la dimension commerciale de la ville de Marseille. En son nom, la France exige alors de percevoir des intérêts à hauteur de 20 % sur les marchandises étrangères, et ce même si leur commerce est géré par des français les ayant chargé à Livourne, Gênes ou ailleurs au Levant et en Barbarie. En somme, au mois de mars 1669, l’édit de Colbert accorde à Marseille le monopole commercial du Levant. L’édit de Colbert est étudié plusieurs historiens économistes à savoir Robert Paris, Gaston Rambert et Charles Carrière. Voir Robert Paris, Histoire du commerce de Marseille, t.V : De 1660 à 1789, Le Levant, Paris, Librairie Plon, 1957 ; Gaston Rambert, Histoire de commerce de Marseille, t. VII : De 1660 à 1789. L’Europe, les États-Unis, Paris, Plon, 1966 ; Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle : contribution à l’étude des économies maritimes, 2 vol. , Marseille, Institut historique de Provence, 1973.

8 Les dates précises de la fondation du Bureau de la Santé ainsi que du lazaret de Marseille sont impossibles à déterminer. Voir Françoise Hildesheimer, Le bureau de la santé de Marseille…, op. cit., p. 19.

9 L’action du bureau de la santé à Marseille, comme celle des autres administrations sanitaires de l’Europe, repose sur une doctrine cohérente. Celle-ci présente la synthèse des théories aéristes d’Hippocrate et contagionistes de Fracastor, médecin italien du xvie siècle. D’abord, une bipartition entre monde chrétien et monde musulman donne l’idée que la peste n’est pas originaire de l’Europe, mais du Levant et de la Barbarie ; deuxièmement, le venin de la peste est censé se trouver dans le sang du malade qui le propage autour de lui par son souffle et par les objets notamment le textile ; enfin, pour se défendre de la peste, des mesures sont nécessaires à savoir la purification de l’air et l’isolement strict en cas d’épidémie. Ce sont les trois fondements sur lesquels se repose l’organisation sanitaire à Marseille. Voir Daniel Panzac, La caravane maritime : marins européens et marchands ottomans en Méditerranée (1680-1830), Paris, CNRS éditions, 2004, p. 62.

10 «  Corporation  » : En France, le mot n’est utilisé dans les actes officiels qu’à partir de 1776. Il prend une signification nouvelle puisque il vient remplacer des mots plus anciens qui désignaient auparavant des groupements professionnels : confrérie, charité, fraternité, ghilde, hanse, collège, communauté, corps de communauté, corps de métier, maîtrise, jurande. Chacun de ces mots a sa propre histoire et ses implications sociologiques, ainsi l’utilisation du mot «  confrérie  » perdure jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Voir émile Cornaert, Les corporations en France avant 1789, Paris, Les éditions ouvrières, deuxième édition, 1968, p. 23-24.

11 Les chirurgiens ont profité de la politique d’exception et d’urgence en temps de peste «  en dehors du cadre des politiques publics déjà en place  ». Voir Michael Lipsky et Steven Rathgeb Smith, «  Traité les problèmes sociaux comme des urgences  », Tracés. Revue de Sciences Humaines, 20, 2011/1, p. 127.

12 Le chirurgien Jean Exprelly est très expérimenté ; il a servi la ville de Marseille pendant les épidémies de 1630 et de 1649, c’est un spécialiste reconnu dans son domaine. Dans les années qui suivent, la ville recrute des garçons chirurgiens auxquels elle confère la «  maîtrise de peste  ». AMM, GG 243. Une autre copie de cette désignation faite par les échevins de Marseille se trouve dans ADBDR, BB 225, f. 79.

13 Le chirurgien de peste à Marseille est «  nommé par la municipalité en cas d’épidémie  ». Voir Françoise Hildesheimer, Fléaux et société : de la Grande Peste au choléra xive-xixe siècle, Paris, Hachette, 1993, p. 127.

14 Georges Fleury Histoire de la communauté des maîtres chirurgiens d’Aix, depuis le commencement du xve siècle jusqu’à 1792 d’après des documents inédits, Marseille, imprimerie marseillaise, 1929, p. 154.

15 Louis Dulieu, La Chirurgie à Montpellier de ses origines au début du xixe siècle, Avignon, Presses universelles, 1975, p. 164 ; Jean-Noël Biraben mentionne que Montpellier «  engage dès 1481 un chirurgien de peste pensionné et dès 1496 un second chirurgien pour visiter les suspects  ». Voir Jean-Noël Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Mouton, EHESS, La Haye, t. II, Les hommes face à la peste, 1976, p. 128.

16 AMM, GG 243 : la maîtrise en chirurgie du Jean Raget le 30 août 1675.

17 AMM, GG 241 : procédure lancée le 5 février 1695 à l’initiative des échevins contre les chirurgiens au sujet de la fameuse «  maîtrise de peste  ».

18 Chabert, Observations de chirurgie pratique, Paris, chez Jean Mariette, 1724, p. 152.

19 Louis Dulieu, op. cit., p. 164.

20 Les données sur la mortalité des chirurgiens durant les poussées épidémiques au xviie siècle sont imprécises. Pendant la peste de 1720-1722, sur les 178 chirurgiens recensés, les chirurgiens qui ont trouvé la mort sont 72, soit un pourcentage de 40,44 %. Parmi les praticiens médicaux, les chirurgiens présentent la catégorie la plus touchée par la maladie. Voir Jamel El Hadj, Les chirurgiens et l’organisation sanitaire contre la peste à Marseille, xviie-xviiie siècles, thèse d’histoire, EHESS, Marseille, 2014, p. 182.

21 AMM, GG 241. Lettres patentes du mois de décembre 1676 concernant les chirurgiens de peste.

22 Les échevins et les maîtres chirurgiens craignent que le chirurgien de peste titulaire, Jacques Perrache, ne soit pas disponible le jour d’un éventuel déclenchement de l’épidémie ; ils décident donc de nommer un second chirurgien en la personne de Jacques Coudonneau, recevant 300 livres d’appointement. AMM, BB 225, f. 79. Registre des délibérations particulières des maires et échevins.

23 En 1720, le chirurgien de peste en poste à Marseille est Gueirard, quant à Pillefort, garçon chirurgien, il est son assistant. Voir Alcazar, Fonds rare et précieux, Ms. 1411, Paul Giraud, «  Journal historique de ce qui est passé dans la ville de Marseille et son terroir, à l’occasion de la peste, depuis le mois de mai 1720 jusqu’en 1723  », Instrumenta archetypa miscellanea. Anno 1742. Manuscrits originaux de différentes matières, f. 145.

24 À Montpellier, dès l’année 1638, on note la présence de deux chirurgiens de peste ou plus précisément d’un chirurgien et de son adjoint. Voir Louis Dulieu, op. cit., p. 166.

25 L’organisation corporative, y compris celle des chirurgiens, est bien connue grâce à de nombreux travaux, dont ceux de François Olivier-Martin, L’organisation corporative de la France d’Ancien Régime, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1938 et d’émile Cornaert, Les corporations en France avant 1789, Paris, Les éditions ouvrières, deuxième édition, 1968. Une autre étude, plus récente, existe également : Christelle Rabier, «  La disparition du barbier chirurgien. Analyse d’une mutation…, op. cit., p. 679-711.

26 Concernant l’histoire de la corporation des chirurgiens de la ville de Marseille entre les xive et xviie siècles. Voir Henri Alezais, Les anciens chirurgiens et barbiers de Marseille, Paris, Félix Alecan, 1901 ; Les chirurgiens royaux jurés de Marseille, Marseille, imp. marseillaise, 1905, et Jamel El Hadj, op. cit., p 16-43.

27 Les articles vingt-six jusqu’au l’article trente-sept des statuts de maîtres chirurgiens de la ville de Marseille de l’année 1628, nous montrent qu’un compagnon chirurgien pourrait postuler pour le titre de maître chirurgien après qu’il puisse prouver un certificat d’apprentissage de trois ans et d’un certificat de bonne mœurs et conduite. Il doit passer un examen dit de chef-d’œuvre devant un jury de quatre maîtres chirurgiens de la ville. L’examen de chef-d’œuvre se répartit lui-même en huit épreuves ou examens. Le programme de chaque examen est défini. Le postulant passe le premier examen ; s’il réussit, il passe à l’examen suivant. Le premier examen porte sur l’introduction de la chirurgie comme elle avait été définie au xive siècle par le médecin chirurgien Guy de Chauliac (1298-1368). Lors du deuxième examen, il doit montrer qu’il sait manipuler la lancette devant les chirurgiens ainsi que les médecins. Le troisième examen s’intéresse à l’anatomie «  avec les démonstrations nécessaires du corps humain  ». Cet examen laisserait suggérer qu’il s’agit des connaissances pratiques sur des cadavres. Les quatrième, cinquième, sixième, septième et huitième examens sont d’ordre pratique. Ils s’intéressent aux différentes maladies chirurgicales. Dans le septième examen réside le chef-d’œuvre chirurgical du postulant afin de traiter «  les fractures et dislocations  » en maîtrisant le contenu du sixième traité de Chauliac. C’est dans cet examen que se conjugue la pratique avec la théorie, réservée toujours aux médecins, et que réside toute la difficulté de l’épreuve. Le huitième et dernier examen porte sur la saignée, la ventouse et les différents médicaments. Lors de ce dernier examen, les fils des maîtres sont invités à montrer leurs savoir-faire. Il s’agit des pathologies courantes qu’ils ont l’habitude de traiter. Le statut favorise l’accès des fils des chirurgiens au rang de maîtres chirurgiens, ce qui assure la continuité de la profession dans la même famille, même si le statut veille à ce qu’il n’y ait aucune parenté entre postulants et maîtres chirurgiens examinateurs. Il faut signaler que le statut n’a pas mentionné la présence des fils des maîtres chirurgiens pendant les autres examens, ce qui nous laisse penser qu’ils en sont exemptés. Les examens pratiques durent chacun une semaine. Les données nous manquent concernant les deux premiers examens mais il est probable que la durée est la même au moins pour les six examens dans l’hôpital. Si on admet cette supposition, l’épreuve pour la maîtrise en chirurgie dure deux mois. Quand le postulant jugé «  suffisant et coupable  », il reçoit les lettres de maîtrise signées par l’ancien médecin et les maîtres jurés de la ville. Avant de prêter serment, le nouveau maître fait des cadeaux aux médecins et chirurgiens de la ville. L’article 12 des statuts des chirurgiens de Marseille de 1628 favorise d’une façon exceptionnelle les compagnons chirurgiens marseillais au dépend des autres compagnons «  étrangers  ». ADBDR, 2 B 9 bis, «  Règlement sur l’estat et mestier des chirurgiens de ceste ville de Marseille  », 1628, art. 26-37.

28 Neveu de Jean Exprelly maître chirurgien reconnu. AMM, GG 241.

29 Jacques Revel, «  Les corps et communautés  », dans K. M. Baker, dir., The political culture of the Old Regime, Oxford, Pergamon Press, 1987, p. 229.

30 Lettres patentes du mois de décembre 1676 concernant les chirurgiens de peste. AMM, GG 241.

31 Lettres patentes du mois de décembre 1676 concernant les chirurgiens de peste. AMM, GG 241.

32 AMM, GG 241 : Titre qui figure en 1694, lors du conflit entre les maîtres jurés de la ville de Marseille et les chirurgiens de peste.

33 «  Leur donnent les lettres de maîtrise et la faculté de tenir boutique ouverte  ». AMM, GG 241. Requête des échevins contre les maîtres jurés de Marseille au mois de mai 1694.

34 En 1683, le chirurgien François Perrache a payé 500 livres pour adhérer à la corporation. AMM, GG 241.

35 AMM, GG 241. Requête des échevins contre les maîtres jurés de Marseille au mois de mai 1694.

36 AMM, GG 241, Lettres patentes du mois de décembre 1676 concernant les chirurgiens de peste. «  Et comme il seroit difficile de trouver un nombre suffisant de personnes expérimentées qui voulussent volontairement s’exposer à un si grand danger, s’ils ny étoient excités par l’espérance qu’ils ont d’être récompensés d’un service si considérable pour le public, lesdits exposants sont en possession de donner aux dits garçons chirurgiens et apothicaires des lettres de maîtrises avec faculté de tenir boutique ouverte et de jouir des mêmes privilèges et avantages dont jouissent les maîtres chirurgiens et apothicaires de ladite ville, sans être tenus de faire aucun chef-d’œuvre ny de payer aucun frais  ».

37 Amiens et Nantes en 1481, Lille en 1493, Paris en 1500, Orange en 1521, Lyon en 1577. Voir Jean-Noël Biraben, op. cit., t. II, p. 128-130.

38 Barcelone engage un chirurgien en 1507 pour la première fois de son histoire. Voir Jean-Noël Biraben, idem, p. 129.

39 La nature contagieuse ou non-contagieuse de la maladie, qui a frappé Marseille en 1720, fut l’objet de discussions entre plusieurs membres du corps médical de la ville et d’ailleurs. La maladie provoque ainsi un débat qui oppose deux «  écoles  » : d’une part une théorie qui pense, avec Jean-Baptiste Bertrand, Jean-Baptiste Goiffon, Antoine Deidier et la plupart des médecins de Marseille, que la peste est contagieuse ; se transmet individuellement par la respiration et également par la fréquentation journalière, de l’autre côté, un avis qui défend l’idée de la non-contagiosité de la peste, suivant une option «  aériste  », représentée par Pierre Chirac et François Chicoyneau, lesquels représentent en même temps la médecine officielle et universitaire. Les chirurgiens, à leur tour, participent à ce débat à l’instar de Soulier, même si Louis Dulieu, estime curieusement que Jean Soullier, maître chirurgien et membre de la mission médicale montpelliéraine, n’est pas «  un assez grand personnage pour prendre parti  ». Voir Louis Dulieu, La Chirurgie à Montpellier de ses origines…, op. cit., p. 163.

40 En 1531 à Paris, les autorités interdisent aux chirurgiens de peste de soigner des malades non pestiférés ; même politique à Poitiers en 1512. Jean-Noël Biraben, op. cit., t. II, p. 129.

41 Christelle Rabier écrit qu’à Londres, «  c’est au chirurgien légalement défini qu’est donc confiée la «  mission de porter secours et de sauvegarder santé corporelle, membres, vies  » ainsi que le droit de disposer d’enseignes sur la voie publique. Le danger que représentent les épidémies fonde précisément la distinction entre les pratiques dans le texte de l’ordonnance de 1541  ». Voir Christelle Rabier, Les chirurgiens de Paris et de Londres…, op. cit., p. 235. Elle renchérit : «  Au seizième siècle, comme l’attestent par exemple la législation anglaise et les textes de Paré sur la peste, la problématique épidémique est venue ajouter des dispositions réglementaires qui précisent le périmètre de l’exercice de la chirurgie. Elles l’ont soit réduit à un métier spécifique – les chirurgiens – comme à Londres, dans le cadre d’une juridiction commune, soit partagé au sein d’un exercice concurrent de deux métiers, barbiers et chirurgiens, comme à Paris.  », idem, p. 239.

42 Jacques Revel, «  Autour d’une épidémie ancienne : la peste de 1668-1670  », Revue d’histoire moderne et contemporaine, octobre-novembre 1970, t. XVII, p. 954.

43 ACCM, I 58 ou ACCM, B 3, f. 587-592 : L’édit considère que l’importation en France de marchandises en provenance du Levant perse et de Barbarie fait partie intégrante de la dimension commerciale de la ville de Marseille. En son nom, la France exige alors de percevoir des intérêts à hauteur de 20 % sur les marchandises étrangères, et ce même si leur commerce est géré par des français les ayant chargé à Livourne, Gênes ou ailleurs au Levant et en Barbarie. En somme, au mois de mars 1669, l’édit de Colbert accorde à Marseille le monopole commercial du Levant. L’édit de Colbert fait le sujet de plusieurs travaux. Voir Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle : contribution à l’étude des économies maritimes, 2 vol. , Marseille, Institut historique de Provence, 1973 ; Robert Paris, Histoire du commerce de Marseille, t.V : De 1660 à 1789, Le Levant, Paris, Librairie Plon, 1957 ; Gaston Rambert, Histoire de commerce de Marseille, t. VII : De 1660 à 1789. L’Europe, les États-Unis, Paris, Plon, 1966.

44 Lettres patentes du mois de juillet 1676. AMM, GG 240.

45 AMM, GG 241 : Requête des échevins contre les maîtres jurés de Marseille au mois de mai 1694.

46 AMM, GG 241, procédure lancée par les échevins à l’encontre des chirurgiens au sujet des conditions d’obtention de la fameuse maîtrise de peste, le 24 juillet 1693.

47 AMM, GG 241 : Lettre du 7 août 1693.

48 AMM, GG 241, décision judiciaire du 4 mai 1694.

49 Le 3 février 1642, la ville d’Arles a engagé le chirurgien Boniface, ayant reçu les lettres de maîtrise de la communauté des chirurgiens sans passer un examen de chef-d’œuvre, à la suite de son service auprès des pestiférés. Un autre cas s’est déroulé non loin de Marseille, à Aix le 20 novembre 1651 : les consuls et la communauté des maîtres jurés ont accepté l’admission du chirurgien de peste Jean Baptiste Marbaroux suite à son service durant l’épidémie de 1650, avec interdiction faite aux autres maîtres chirurgiens de venir «  troubler  » cette décision. Aux yeux de la justice, les compagnons chirurgiens méritent une récompense pour leur courage, contrairement aux maîtres chirurgiens ayant refusé de soigner les pestiférés. AMM, GG 241, requête du 9 décembre 1694.

50 AMM, GG 241, procédure du 5 février 1695 lancée par les échevins à l’encontre des chirurgiens au sujet des conditions d’obtention de la fameuse maîtrise de peste.

51 Le capitaine Chataud parti de Seyed en Syrie le 31 janvier 1720, avec patente nette, quand il quitte cette ville, la peste ne manifeste pas encore. Quelques jours après, il accoste à Tripoli en Syrie également, embraque avec lui quelques turcs en route pour Chypre, les patentes de ces deux endroits sont toujours nettes. Voir Jean-Baptiste Bertrand, Relation historique de la peste de Marseille en 1720, Chez Jean Mossy, Amsterdam, 1779, p. 26.

52 Pichatty de Croislainte, Journal abrégé de ce qui s’est passé en la ville de Marseille depuis qu’elle est affligée de la contagion. Tiré du Mémoire de la chambre du Conseil de l’Hôtel de Ville, Paris, chez Henry Charpentier et Pierre Prault, 1721, p. 2-3.

53 À Séville, au XVIe siècle, les médecins municipaux sont engagés par le conseil de la ville pour vérifier la nature de la maladie. Voir Kristy Wilson Bowers, op. cit., p. 47.

54 Jean-Baptiste Bertrand, op. cit., p. 34-36.

55 Il s’agit d’un rapport détaillé qui couvre les pages 37 et 38 du livre de Bertrand. Voir idem, p. 37-38.

56 Fleur Beauvieux, «  Épidémie, pouvoir municipal et transformation de l’espace urbain : la peste de 1720-1722 à Marseille  », Rives méditerranéennes, no 42, 2/2012, p. 29-50.

57 BMVR de l’Alcazar, Marseille, fonds rare et précieux, Xd 1923 : Placard pour le recrutement des chirurgiens, le 30 septembre 1720.

58 «  Les imprimés que vous avez adressés dans toute la province  » écrit l’Intendant dans une lettre aux échevins : Lettre de Lebret aux échevins de Marseille le 4 octobre 1720. AMM, GG 365.

59 AMM, GG 365 : Lettre de Lebret aux échevins de Marseille le 4 octobre 1720.

60 Neuf garçons chirurgiens, à savoir Gualabert, Arcon, Bertrand, La Serre, Beaumele, Demay, Lajel, Du Portail et La Touche : Lettre de Lebret aux échevins de Marseille le 4 octobre 1720. AMM, GG 365.

61 AMM, GG 365. Le 26 octobre 1720, le marquis de Vauvenargues envoie une lettre en informant le subdélégué Rigord que six garçons chirurgiens quitteront Aix pour Marseille le 27 au matin et qu’il faut préparer une voiture au niveau des barrières afin de les ramener en ville.

62 AMM, BB 305, f. 14. Registre des copies des lettres écrites par Messieurs les échevins à Monsieur l’Intendant, consuls de cette province à Monsieur l’Intendant de justice le 1er octobre 1720.

63 AMM, FF 292, f. 77 : État des médecins et chirurgiens étrangers qui sont venu à Marseille par ordre de son altesse royale et de ce que leur a été payé ou dépensé à leur occasion, le 3 juin 1721.

64 François Lebrun, Les hommes et la mort…, op. cit., p. 315.

65 Lettre de Jaubert, Antibes le 8 octobre 1720. AMM, GG 367.

66 AMM, GG 366, lettre du médecin Marson aux échevins de Marseille, 6 octobre 1720.

67 Figarella écrit à propos de Jacques Daviel, qui a eu l’occasion d’être envoyé en Provence au mois de février 1721, «  qui s’est fait inscrire sur la liste des volontaires dès octobre 1720, et qui pensait que l’occasion était perdue, reprendre espoir  ». Voir Jean Figarella, Jacques Daviel, maître chirurgien de Marseille, oculiste du roi (1693-1762), Marseille, imp. Robert, 1979, p. 86.

68 Le marquis de Vauvenargues écrit le 20 octobre 1720 : «  Je vous donne avis qu’il est arrivé en cette ville un médecin allemand que M. le premier président m’a adressé, il partira demain dimanche grand matin, vous avez la bonté de lui envoyer des chevaux à la barrière pour le conduire à Marseille  ». Voir AMM, GG 365, lettre du marquis de Vauvenargues aux échevins de Marseille, 12 octobre 1720. Il se peut que ce médecin soit cet Ebrard qui est payé par la royauté afin de se rendre à Marseille au mois d’octobre 1720. Voir ADBDR, C 913, état des sommes payées à la décharge de la communauté de Marseille à l’occasion de la contagion, sur les ordres de M. le président et de messieurs les procureurs du pays, f. 19.

69 ADBDR, C 912, lettre de Jacques Vian, 4 novembre 1721 : un chirurgien espagnol a servi la ville d’Arles au mois de novembre 1721, sans faire connaître son nom.

70 ADBDR, C 912, mémoire de l’apothicaire Pazeneuve, qui a travaillé à Toulon comme chirurgien et à Marseille comme apothicaire.

71 AMM, GG 365 : Lettre des procureurs aux échevins du 10 octobre 1722.

72 Lettre de Lebret aux échevins de Marseille le 25 septembre 1722. AMM, GG 365.

73 ADBDR, C 912 : La promotion du garçon chirurgien Pierre Demay est entrée en vigueur le 1er février 1721. Il a effectivement servi pendant la rechute comme chirurgien major. Le garçon chirurgien Jacques Charreiron en service au faubourg de la ville de Marseille, a terminé son service le 22 avril 1721, jour de l’ouverture d’une boutique dans la ville. AMM, GG 362.

74 Claude Le Blanc : secrétaire de l’État de la guerre à deux reprises entre 1718 et 1723 pour une première fois et une deuxième fois entre 1726 et 1727. Voir Thierry Sarmant, op. cit., p. 333.

75 ADBDR, C 912. Promu maître chirurgien au mois de juin 1721 après avoir officié à Marseille depuis octobre 1720.

76 ADBDR, B 3399, f. 353 : Jacques Jaubert, garçon chirurgien ayant servi à Marseille et fils de Jean André, maître chirurgien de la ville de Marseille ; François Delettre, n’ayant pas participé à la lutte contre l’épidémie de 1720-1722, fils de Pierre Delettre.

77 Un tableau plus ample se trouve dans la thèse de Jamel El Hadj, op. cit., p. 190.

78 ADBDR, C 914 : État des paiements faits aux chirurgiens, médecins et apothicaires qui sont venus en Provence sur l’ordre de la Cour ou spontanément pour donner leurs soins aux pestiférés, soit à Marseille, soit dans les autres villes ou villages de la province (1720-1721).

79 Odile Caylux, op. cit., p. 92.

80 AMM, FF 292, f. 77, état des médecins et chirurgiens étrangers qui sont venus à Marseille par ordre de son altesse royale et de ce qui leur a été payé ou été dépensé à cette occasion, le 3 juin 1721.

81 Odile Caylux, op. cit., p. 92.

82 Boumen commence son service à Marseille en mois d’octobre 1720. À partir du 29 janvier 1721, il sert à Martigues, puis se déplace à Toulon en mars, finalement à Aix le 23 juillet 1721. En mai 1722 il sert à nouveau dans la ville de Marseille jusqu’en septembre dans le quartier de Château Gombert. Promu maître chirurgien en 1721. AMM, FF 292, f. 74 ; AMM, FF 306. Espitalier sert la ville de Marseille dès le 1er d’août 1720. En avril 1721, il fait le déplacement à Toulon, Puis à Arles le 17 juillet et à Avignon en novembre. AMM, GG 362.

83 Pour cette mission il a reçu 100 livres en plus de ses honoraires, s’élevant à 1 070 livres AMM, GG 362.

84 En 1481, la ville d’Amiens «  accorde une gratification à deux chirurgiens  ». Voir Jean-Noël Biraben, op. cit., t. II, p. 128-129.

85 Les gratifications des médecins de Montpellier Chicoyneau, Verny et Deidier sont de 100 livres chacun tandis que Bouthillier perçoit 500 livres. ADBDR, C 914 État des paiements faits aux chirurgiens, médecins et apothicaires qui sont venus en Provence sur l’ordre de la Cour ou spontanément pour donner leurs soins aux pestiférés, soit à Marseille, soit dans les autres villes ou villages de la province (1720-1721).

86 À Montpellier, après la promotion d’un chirurgien de peste, les chirurgiens jurés voient d’un mauvais œil ce «  collègue  » tenant boutique sans leur permission. L’origine de ce privilège remonte à l’épisode de peste de 1629-1630 et a été instauré en réaction à la fuite de nombreux chirurgiens, médecins et apothicaires. Par ailleurs, l’administration locale accepte volontiers tous ceux qui se portent volontaires pour seconder les chirurgiens restés sur place. Le calme revenu, le premier consul de la ville tient à leur témoigner sa reconnaissance et leur confère lui-même la maîtrise en chirurgie sans qu’ils aient à passer par le cursus traditionnel. La ville continue à délivrer la maîtrise à ses chirurgiens de peste et à leurs adjoints. Sur le moment, cela ne suscite aucune réaction ; mais à la fin de l’épidémie de 1641, quand un certain Jean Marleta reçoit sa maîtrise au mois de février 1642, les chirurgiens protestent en envahissant sa boutique, puis ils portent plainte au Conseil du Roi. Voir Louis Dulieu, op. cit., p. 164.

87 AMM, GG 242 : extrait d’arrêt pour les échevins de la ville contre le syndic des chirurgiens.

88 AMM, GG 242 : extrait d’arrêt pour les échevins de la ville contre le syndic des chirurgiens, p. 27-28.

89 AMM, GG 242 : extrait de l’arrêt du parlement de Provence pour les échevins de la ville contre le syndic des chirurgiens.

90 Jean Figarella, op. cit., p. 144.

91 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’Etat du roi le 12 avril 1730. Ce conseil se déroule en présence de tous les acteurs de l’organisation de la chirurgie et des chirurgiens dans la ville : le premier chirurgien du roi, Georges Marschal, le lieutenant du premier chirurgien du roi en la communauté des maîtres chirurgiens à Marseille, Aulanier, les syndics et les maîtres de la communauté des chirurgiens, les recteurs de l’hôpital l’Hôtel-Dieu, les intendants de la santé, les échevins de la ville et Jacques Daviel et Armand Robert Fondome, maîtres chirurgiens de la ville. Il existe une autre copie de cet arrêt dans AMM, AA 7 (II), f. 135-137.

92 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’Etat du roi le 12 avril 1730, article premier, p. 6. Les chirurgiens de peste ainsi que les chirurgiens gagnants maîtrise de l’Hôtel-Dieu sont considérés comme privilégiés, la nomination étant normalement soumise au passage d’un examen de chef-d’œuvre.

93 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’état du roi le 12 avril 1730. Article IV, p. 7.

94 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’état du roi le 12 avril 1730, article VII, p. 7-8.

95 AMM, GG 242 : Arrêt du conseil d’état du roi le 12 avril 1730, p. 10.

96 AMM, GG 243 : Lettre de La Tour, intendant de la Provence, aux échevins de Marseille.

97 AMM, GG 243 : Lettre de La Tour, intendant de la Provence, aux échevins de Marseille.

98 AMM, GG 243 : Lettre de La Tour, intendant de la Provence, aux échevins de Marseille.

99 ADBDR, C 4419 : L’affaire du chirurgien Blanc, 1784

100 AMM, GG 243 : Statut des chirurgiens de Marseille en 1769.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jamel El Hadj, « La réorganisation d’un groupe professionnel », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/5235

Haut de page

Auteur

Jamel El Hadj

Jamel El Hadj est docteur en histoire moderne, chercheur associé au centre Norbert Elias à Marseille et enseignant au collège Jules Ferry à Haubourdin. Sous la direction de Jean Boutier (EHESS) en juin 2014, il a soutenu la thèse "Les chirurgiens et l’organisation sanitaire contre la peste à Marseille, 17e-18e siècles". En 2014, il a reçu le Prix de thèse de la société française de l’histoire de la médécine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals