Navigation – Plan du site

Pourquoi faire corps et communauté ?

Une réflexion sur l’organisation professionnelle d’un métier de l’alimentation : la boucherie parisienne à la fin du Moyen Âge
Benoît Descamps
p. 95-108

Résumés

Depuis le xviiie siècle, et avec régularité, le corporatisme est dénoncé comme un frein à la liberté et au développement économique. Des tentatives visant à (ré) introduire ses principes dans les sociétés contemporaines font référence à un modèle médiéval dans l’organisation du travail en milieu urbain. Les médiévistes actuels se gardent en conséquence d’utiliser le terme de «  corporation  », lui préférant le mot «  métier  », plus neutre. La notion de «  corps et communauté  » est pourtant présente dans les textes réglementaires et dans ceux de la pratique judiciaire, particulièrement au sujet de la boucherie parisienne à la fin du Moyen Âge. Les difficultés économiques et politiques de la capitale dans le courant des xive et xvsiècles, donnèrent d’ailleurs naissance aux premières discussions autour des dangers du corporatisme. Néanmoins, le pouvoir royal confirma les privilèges du «  corps  » des bouchers, un choix politique qui invite à réfléchir au rôle spécifique tenu dans l’espace public par ces associations professionnelles, entre les intérêts privés et la puissance de l’État naissant, dans l’objectif du «  bien commun  ».

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

boucherie, métiers

Keywords :

Paris, Butchery, Guilds

Géographie :

France, Paris

Chronologie :

Bas Moyen Âge
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La mauvaise réputation du corporatisme
La réalité et la nécessité d’un corps de métier

Aperçu du texte

Dans un moment où ressurgiraient les réflexes identitaires et communautaire, poser la question de l’utilité ou de la nécessité des corporations, même en la restreignant à la sphère des métiers de l’alimentation au Moyen Âge, pourrait paraître provocateur face à la dénonciation encore aujourd’hui unanime du corporatisme. Chantres du libéralisme économique ou défenseurs d’un Etat fortement régulateur se retrouvent en effet pour vilipender ce type d’organisation politique et professionnelle qui briderait l’individu tout en entravant l’intérêt public. Dans le dialogue social, qui désire discréditer définitivement son interlocuteur le taxera de «  corporatiste  » et la réticence des médiévistes depuis quelques décennies à utiliser le mot «  corporation  » ne tient sans doute pas seulement qu’au caractère réducteur et légèrement anachronique du terme. Comprendre n’est certes pas défendre, mais avant même d’examiner la réalité du concept dans la société médiévale et d’établir la cohérence ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Descamps, « Pourquoi faire corps et communauté ? », Rives méditerranéennes, 55 | 2017, 95-108.

Référence électronique

Benoît Descamps, « Pourquoi faire corps et communauté ? », Rives méditerranéennes [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/rives/5301

Haut de page

Auteur

Benoît Descamps

Benoît Descamps est professeur agrégé et docteur en histoire médiévale, membre associé du LAMOP. Sa thèse intitulée «  Tuer, tailler et vendre char. Les bouchers parisiens à la fin du Moyen Âge  » présente la place et le rôle économique, social et politique d’un groupe d’artisans marchands de la seconde moitié du xive siècle au xve siècle dans la capitale médiévale. Il travaille plus particulièrement sur le fonctionnement du métier en tant que juridiction, sur les questions alimentaires concernant la viande et les implications de spatiales de l’activité bouchère en milieu urbain.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals