Navigation – Plan du site

18 | 2004
Comités de surveillance et pouvoir révolutionnaire

Sous la direction de Martine Lapied

Créés par la loi du 21 mars 1793 qui instituait dans chaque commune un comité de surveillance, ces organes d’exception sont investis, après la mise à l’ordre du jour de la Terreur, du pouvoir de dresser la liste des suspects et de décerner contre eux des mandats d’arrestation. La loi du 14 frimaire an II leur confie, en concurrence avec les autorités municipales, l’application des lois. Il s’agit donc d’un des rouages essentiels du gouvernement révolutionnaire. Victimes d'un relatif désintérêt de la part des historiens, les papiers des comités de surveillance s’avèrent pourtant précieux pour l'étude de la mise en oeuvre de la politique de salut public. Ce corpus est riche de renseignements sur la période du fédéralisme et de la Terreur, moment clef où les options collectives se sont enracinées. Il apporte des renseignements essentiels aussi bien sur les tensions politiques locales que sur l’articulation pouvoir local / pouvoir central. Par ailleurs, ces documents s’avèrent une source particulièrement riche pour l’étude de la politisation des catégories populaires, y compris dans leur composante féminine. Le présent numéro de Rives rend compte de la journée d’études organisée, le 6 novembre 2002, par le groupe « Le temps des révolutions ». Cette rencontre a permis de confronter les études déjà menées dans le sud-est de la France avec les travaux existant ou en cours dans d’autres régions françaises, ainsi que de réfléchir aux voies que pourrait adopter la mise en place d’une enquête collective au niveau national.

  • OpenEdition Journals