Navigation – Plan du site
2001

La photographie en Pays d'Apt, 1870-1960

Iconographie réaliste et processus de construction mémorielle
Julien Colombet

Entrées d’index

Mots-clés :

photographie
Haut de page

Texte intégral

1Le Pays d'Apt correspond à la vallée du Calavon et aux pentes et villages qui la surplombent, de Céreste à l'est, à Lumières et Goult, qui délimitent à l'ouest une forme de seuil. Il existe peu de photographies et de photographes en Pays d'Apt avant les années 1870. En outre, il n'y a pas de traces de studios de photographes professionnels installés en Pays d'Apt avant 1901. Cet espace aurait par conséquent subi un effet de retard relatif par rapport à des villes comme Avignon, Aix-en-Provence ou Marseille. Les densités humaines relativement peu élevées, l'absence d'un marché urbain important et de sociétés de vulgarisation de la Photographie tendent à expliquer ce phénomène.

2Dans le prolongement de cette perspective et durant la période étudiée, le Pays d'Apt apparaît comme un territoire rural dominé par la ville d'Apt; la population est dispersée dans la vallée du Calavon essentiellement dans les villages le plus souvent perchés sur les escarpements qui la ceignent. L'économie de la période 1870-1960, est quant à elle marquée par quelques industries essentielles (ocres, faïences, confiseries, extraction de minerai ferreux, distilleries) et par une agriculture partiellement tributaire de ces activités. Le Pays d'Apt permet de mettre en évidence une typologie sociologique de la Photographie en respectant une échelle locale. On dispose ainsi d'un spectre social relativement large et complet, qui autorise la formulation d'hypothèses échappant à une analyse historique de la Photographie relativement traditionnelle. Celle-ci privilégiait jusqu'alors les mouvements ou courants de ce mode de représentations les plus connus et reconnus. Le Pays d'Apt profite en outre d'une homogénéité et d'une cohérence notamment historique et géographique qui favorise l'identification de référents dont il est opportun de rechercher la transcription photographique.

3Entre 1870 et 1960, plusieurs phases ont caractérisé la production et la réception photographique dans le Pays d'Apt. Elles correspondent à une rupture technique des représentations et à la formation puis la progression d'une forme particulière de Mémoire. La Photographie 1est à la fois une pratique et un objet qu'il faut appréhender conjointement. Elle peut être entendue au travers des règles techniques qui fixent sa pratique; elle est également un prisme qui interprète une réalité que l'objet ainsi créé prétend fidèlement restituer. Structurant un vocabulaire (cadrage, lumière, profondeur de champ etc.), la Photographie génère un langage. Constitue-t-elle dès lors un mode discursif original? Matérialisée dans cet objet graphique réaliste qu'engendre une pratique socialisée, trahit-elle ou inspire-t-elle des représentations structurées en un récit cohérent et homogène? Si la Mémoire agit comme un filtre, il en va de même pour la Photographie, qui davantage que le film cinématographique qu'elle a chronologiquement précédé, arrête, fixe et compartimente en un instant l'espace et le temps.

4Il s'agit d'identifier les processus statiques et dynamiques qui structurent notamment une forme mémorielle originale, aboutissant à l'objet photographique ou définis à partir de lui. La Photographie a permis de structurer une Mémoire graphique stratifiée : collective, familiale, individuelle, elle fut intégrée aux autres formes discursives qui dessinent l'image qu'une société offre d'elle-même. Cette Mémoire induit à la fois une projection ­ variable ­ du photographe dans le temps, préalable à sa représentation ou figuration graphique, et la composition avec le réalisme de l'image photographique. La Photographie des années 1870-1960, apparaît comme un mode de synthèse des référents culturels du Pays d'Apt. Elle est ensuite réinvestie dans des types de récits qui l'approprient ou en découlent, consécutivement à la phase de lecture, d'interprétation et d'appropriation des images photographiques.

L'Histoire de la Photographie en Pays d'Apt : une rupture technique des représentations?

5Officiellement inventée en 1839 2, la Photographie connut en France un développement qui respecta des paliers chronologiques, en grande partie induits par des progressions d'ordre technique. Pendant un peu plus de dix années, les photographes expérimentèrent davantage l'outil photographique qu'ils ne le maîtrisèrent. A partir des années 1850 jusque vers 1870, une nouvelle « génération » de praticiens s'intéressa à la technique photographique : souvent issus d'écoles de peinture, ils pratiquèrent le portrait, le paysage et la reproduction des motifs et objets architecturaux les plus remarquables. La lenteur des émulsions photographiques renforça l'évanescence des formes et exigea l'immobilité des individus. Le portrait longuement posé fut par conséquent le genre le plus répandu auprès de la population française.

6En 1854 se forme à Paris la Société Française de Photographie; il faut attendre 1880 pour assister à la naissance de la Société marseillaise de Photographie 3et l'Office aixois de Photographie. Ce retard relatif peut être expliqué par l'insertion de la Photographie dans un cadre plus informel. Ainsi, le rôle des photographes-commerçants (en particulier ceux de la rue St Ferréol à Marseille) peut être évoqué. La pratique de la Photographie concerne initialement les plus grandes concentrations urbaines. On ne peut véritablement évoquer une industrie photographique avant les progrès décisifs de la chimie notamment organique à partir des années 1880. Les entreprises allemandes, belges et françaises se distinguent alors (Agfa, Gevaert, Lumière et Jougla), tandis que les firmes américaines (notamment Eastman-Kodak) connaissent un essor remarquable, sensible sur le marché européen à partir des années 1890.

7Le Pays d'Apt subit un retard relatif dans le développement de la Photographie, durant cette première phase de l'Histoire de cette technique. C'est dans la ville d'Avignon qu'il faut trouver les signes les plus marquants de l'installation de ce mode de représentations. Les studios de photographes professionnels y trouvent une clientèle relativement nombreuse et aisée. Si les premiers développements de la Photographie ont pu néanmoins toucher le Pays d'Apt, les daguerréotypes ou les photographies à collodion humide n'y ont à ce jour pratiquement laissé aucune trace. Les premiers photographes professionnels et itinérants font leur apparition dans les années 1870 à Apt. C'est à la même époque que des praticiens éclairés, appartenant aux élites sociales prennent leurs premiers clichés.

8A l'époque où des clubs de vulgarisation technique se développent dans les principales villes provençales, il n'existe pas à Apt de société de Photographie. Les connaissances techniques peuvent néanmoins être dispensées depuis les grandes cités « voisines » (Avignon, Aix-en-Provence et Marseille). Par ailleurs et particulièrement en Pays d'Apt, la limite entre les statuts professionnel et amateur est fluctuante jusque dans les années 1900. En effet, les contraintes techniques sont telles, que la pratique de la Photographie exige des connaissances solides que les amateurs doivent maîtriser. La pratique de la Photographie en Pays d'Apt est alors réservée à la bourgeoisie industrielle, aux édiles, et aux autres élites sociales.

9Inscrites dans le mouvement général de l'Histoire française de la Photographie, les pratiques photographiques effectives en Pays d'Apt jusque dans les années 1900, dénotent une domination des élites sociales, essentiellement représentées par les professions scientifiques et la bourgeoisie notamment industrielle. Jusque vers le début du XXe siècle, les représentations photographiques subissent l'influence de modèles importés en Pays d'Apt. La Photographie stéréoscopique semble avoir été favorisée à la fois par le caractère spectaculaire de ce genre, et par une large diffusion de ces images auprès des premiers photographes aptésiens. Par ailleurs, les normes de représentation notamment établies par les « primitifs » de la Photographie (Daguerre, Niépce, Humbert de Molard ou Fizeau) et par les membres de la Mission héliographique 4ont indubitablement influencé cette génération.

10Le Dr Ferry de la Bellonne est un personnage emblématique des élites aptésiennes. Issu d'une ancienne famille de l'aristocratie provençale, il est également médecin vétérinaire, passionné de mycologie et d'archéologie, membre de la municipalité et de la Société d'Agriculture aptésiennes. Il participe en outre à l'incarnation de la figure de l'érudit local de la fin du XIXe siècle. Il faut distinguer chez lui sa pratique de la Photographie et sa collection photographique, même si elles tendent largement à se rejoindre. Il voyage dans toute la France et dans le reste de l'Europe occidentale (Pompéi, Andalousie, Suisse…), et visite une partie du Maghreb. Il acquiert à partir de 1874 plusieurs centaines de photographies stéréoscopiques qui jouent alors le rôle de la carte postale des années 1900-1930.

11Certains tirages collés sur des cartons de format 13x18 ou 9x13 sont vendus lors de manifestations que le Dr Ferry fréquente : par exemple l'exposition universelle parisienne de 1878.

12Le Dr Ferry dispose de moyens financiers qui lui permettent de pratiquer la Photographie en profitant des appareillages les plus perfectionnés. Le format des négatifs sur plaque de verre qu'il emploie, traduit également cet état de fait. Il dispose en outre d'un agrandisseur et d'un « studio  installé sur les toits de son domicile aptésien 5. Le Dr Ferry est le propriétaire de l'Hôtel d'Albertas, l'un des bâtiments les plus prestigieux de la ville. Il réalise lui-même de nombreux portraits de famille, sans recourir aux services d'un professionnel, ce qui lui permet en partie de s'écarter des modèles les plus communément répandus. En effet, jusque dans les années 1930, le portrait est une image photographique répandue dans de nombreux foyers. Il est posé, relativement longuement durant toute la moitié du XIXe siècle. Les portraits de Ferry donnent une vision relativement différente de la famille, et permet de produire davantage de photos… L'émancipation vis-à-vis du portrait peint apparaît manifeste. L'insertion des figures humaines dans le cadre paysager du Pays d'Apt et son intégration au patrimoine familial également.

13L'incidence des contraintes techniques sur les thèmes abordés est considérable, particulièrement dans la seconde moitié du XIXe siècle. Pour autant, on observe un décalage marqué entre ces possibilités techniques et l'iconographie photographique. La Photographie a délimité un champ de représentations graphiques démultipliées sinon inédites : les arts picturaux traditionnels ne permirent jamais d'approcher un pareil nombre d'objets graphiques, a fortiori figurant la représentation de soi (portrait individuel, familial). Simultanément, les référents actifs en Pays d'Apt, ceux qui délimitent un espace culturel original, ont fait l'objet, depuis l'invention de la Photographie, d'un processus d'hyper-sélection iconographique.

14Dans le Pays d'Aigues, la production du notaire cucuronnais Marc Deydier rejoint en partie celle du Docteur Ferry. Elle atteste du prestige conféré par la Photographie à celui qui s'y adonne : le photographe peut aller jusqu'à mettre en scène les populations qui apparaissent parées de vêtements qui les avantagent, prenant des attitudes conformes aux stéréotypes du praticien. Elitiste, la pratique photographique des notables du Pays d'Apt recoupe leur position sociale et ne se conçoit qu'au travers de leur puissance financière. L'accès aux matériels comme aux images photographiques sont alors restreints, à l'exception relative du portrait-carte, un peu plus répandu dans la société du Pays d'Apt.

15La Mémoire collective va subir le choc structurant et l'impact durable de la production industrielle de cartes postales, croisée et en partie provoquée par le passage à une véritable industrie des matériels photographiques à partir des années 1900. La carte postale photographique fut à la fois un objet esthétique et utilitaire. La carte sert en effet fréquemment de courrier de relation et d'information quotidiennes à l'intérieur du Pays d'Apt.

16En 1901, Combier fabrique à Mâcon trois millions de cartes dont on retrouve certains exemplaires dans le Pays d'Apt. Les éditeurs aptésiens résistent convenablement à la production parisienne (Levy et Neurdein), marseillaise (Lacour) ou comtadine (Brun à Carpentras). Les cartes sont vendues dans les débits de tabac des villages du Pays d'Apt (Bonnieux, Saignon, Goult…), et dans les librairies aptésiennes (Pascal, Jouve, Dumas) qui commanditent la réalisation de photographies.

17De 1900 jusqu'à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la pratique de la Photographie en Pays d'Apt se démocratise : le photographe demeure un personnage sollicité et respecté par la collectivité, même si la taille des appareils se réduit, et le caractère complexe des tâches perd de sa substance. Avec la seconde industrialisation puis la tertiairisation des emplois, de nouvelles classes sociales profitent du passage de la Photographie dans le domaine industriel, pour accéder à des formes de représentations inédites. Les matériels de saisie sont de trois ordres : des chambres utilisant des plaques de verre 18x24 ou 13x18, des « folding »  9x13 ou 6x9, des « box »  ou « détective »  6x9. Le négatif souple est utilisé conjointement aux supports de verre, ceci dès le début du siècle. La Photographie en noir et blanc est généralisée. En Pays d'Apt, trois types de photographes coexistent alors : le professionnel, le plus souvent installé dans un studio à Apt, l'amateur éclairé qui développe et tire, et l'amateur qui se contente de photographier. Dès 1900, l'augmentation de la production photographique est sensible.

18On peut dresser une typologie sociologique sommaire de la pratique photographique en Pays d'Apt :

19- Les élites continuent à suivre les modèles définis durant plus de trente ans dans la région : les familles de confiseurs aptésiens produisent des représentations graphiquement normées, en profitant de matériels moins encombrants. Ils ne maîtrisent plus le caractère scientifique de la Photographie, profitant alors de l'installation de magasins au cœur de la cité (Boulevard des Quais ou Rue des Marchands à Apt) ou recourant aux vendeurs de matériels avignonnais (Bartesago)… Comme on le verra plus loin, leur domination sociale est davantage inscrite dans le contenu iconographique des clichés que dans leur (manque de) maestria technique.

20- Les représentants des classes sociales intermédiaires (employés de banque, commerçants…), tentent dans un premier temps de rivaliser avec les photographes professionnels, ce qui leur fait produire un nombre conséquent de clichés. Néanmoins, ils passent rarement dans le champ du professionnalisme; leur production procède alors davantage de la transcription de référents personnels et familiaux que de thèmes collectifs.

21- Les ouvriers des industries du Pays d'Apt sont peu représentés dans le corps des photographes de la période 1900-1945. Un peu curieusement, ils tendent à rejoindre les élites de la période précédente, tentant ainsi soit de compenser certaines carences financières pour acheter du matériel, soit de compléter leurs ressources en visant une pratique professionnelle. Leur maîtrise et leur inventivité technique apparaissent parfois de façon éclatante.

22- Les photographes professionnels en Pays d'Apt sont d'abord concentrés dans la seule ville de cette région. Leur production est variée : cartes postales, portraits individuels (en costume, de communiants…) ou de groupes (amicales sportives de cyclistes ou de rugbymen, mariages, confréries etc.), manifestation festive ou commémorative (rassemblements au monument au mort…), sont ainsi privilégiés. Ils se distinguent des catégories précédentes par la nature de leurs matériels photographiques, la fréquence et la qualité relative de leur production, qui reste fondamentalement ancrée dans le Pays d'Apt.

23Il faut ajouter à cette catégorie de professionnels les praticiens délégués par les grands quotidiens régionaux : leurs techniques sont similaires à leurs confrères du Pays d'Apt, mais leur champ d'action concerne l'événementiel. Leur production photographique rejoint celle de photographes envoyés par les grandes firmes de production de cartes postales (Compagnie des Arts Photomécaniques ou Combier) pour dresser un inventaire des paysages et monuments de France.

24A la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à la fin des années 1950, les photographes du Pays d'Apt connaissent le passage d'une pratique prestigieuse, soucieuse de ses thèmes et de ses objets, à une première forme de banalisation. Induite par l'abaissement considérable des coûts de production des négatifs et de leur traitement, la fréquence de réalisation des images photographiques s'accélère considérablement. L'intervention du flash permet de multiplier les scènes d'intérieurs, mais paradoxalement, un certain appauvrissement technique peut être relevé chez les photographes. Il est imputable à la rapidité des émulsions, qui en définitive ne servent pas la qualité graphique des clichés. Les premières photographies en couleur font leur apparition dans les toutes dernières années de cette période.

25Entre 1870 et 1960, la Photographie passa d'une pratique élitiste, prestigieuse, à un exercice partagé entre de larges franges de la population française. On photographia de plus en plus souvent, de plus en plus d'objets, produisant un nombre accru de représentations, de projections iconographiques construites. Il n'est pourtant pas possible d'évoquer une pratique de masse avant les années 1960 voire 1970; au contraire, certaines images sont largement diffusées. Ainsi, le stéréoscope, la carte postale, le portrait individuel apparaissent comme des formes iconographiques récurrentes dans les foyers du Pays d'Apt. A partir des années 1960, la banalisation mais surtout l'appauvrissement de la technique photographique contribuent à la dilution thématique des objets graphiques produits.

26L'accroissement numérique des photographies permet de dégager des séries statistiques. Certaines d'entre-elles mettent en évidence des répétitions de figuration iconiques. La Photographie a autorisé l'accès à la production d'images ou à l'adhésion à ces images, d'une part élargie du corps social du Pays d'Apt. Les signes contenus dans les photographies découvertes à ce jour en Pays d'Apt, préexistaient-ils à l'apparition de cette technique de représentation? Attestent-ils d'une forme d'originalité de cette région? La Photographie a-t-elle permis de les mettre en évidence, de les organiser, de les hiérarchiser? Les a-t-elle définis en une forme d'enjeu en raison de ses qualités réalistes, et si oui, quelles en ont été les implications?

Un territoire iconographique : l'image réaliste et la transcription des référents en Pays d'Apt

27 Plus de 7000 photographies réalisées entre 1870 et 1960 ont désormais été localisées ou collectées en Pays d'Apt. Certaines ont été produites par des membres des élites urbaines du Pays d'Apt, d'autres par des photographes professionnels de studios aptésiens, alors que la majorité du fonds est constituée de clichés d'amateurs datant des années 1915-1960. Environ 20% du fonds est constitué d'images « commercialisées » ou « industrielles », c'est-à-dire de cartes postales anciennes, de stéréoscopes et de tirages collés sur des cartons.

28Une grille d'analyse informatisée de plus de 150 critères déclinés en dizaines d'index, est appliquée aux photographies collectées, avant d'être refondue en une base de données. Une partie de cette grille est constituée de déterminants de nature technique qui expliquent d'une part les contraintes pesant sur la pratique de la Photographie, d'autre part établissent un vocabulaire technique photographique le plus complet possible (plan large, moyen, panorama, exposition diurne, plongée, contre-plongée etc.). Elle permet de dégager des séries statistiques significatives de thèmes privilégiés par les photographes entre 1870 et 1960; les sujets transcrits graphiquement ramènent à des référents assimilés à des archétypes. Ceux-ci sont hiérarchisés et subissent des cloisonnements induits par les facteurs suivants :

29- l'appartenance à une classe sociale déterminée;

30- l'incidence d'événements limités au cadre de la famille nucléaire;

31- le contact du photographe avec un environnement photographique professionnel;

32- la maîtrise inégale de champs discursifs notamment historiques et extérieurs au domaine strict de la Photographie;

33- une inégale maîtrise des techniques photographiques;

34- le degré d'intégration et de participation de l'individu à la vie collective du Pays d'Apt;

35- la destination des clichés : la famille ou la collectivité.

36Ces cloisonnements varient entre 1870 et 1960, suivant notamment l'évolution économique du Pays d'Apt et celle de son corps social. Ainsi, en forme d'exemple : dès les années 1930, certaines industries de la région périclitent : les familles de la bourgeoisie industrielle perdent une partie de leur domination sur les représentations collectives. En outre, ces élites cessent, dès le début du XXe siècle, de considérer la Photographie comme une source de distinction sociale.

37Il faut entendre cette Mémoire photographique comme une construction réactive et évolutive. Elle est un récit, individuel, familial et collectif à propos et à partir d'un espace perçu et vécu : celui du Pays d'Apt. Les photographies sont un discours destiné à délimiter des objets, des personnages et des lieux à retenir, à fixer. Or la Photographie à la fois pose un problème déterminant à la construction discursive (et au-delà mémorielle) et parvient à instrumentaliser ce paramètre : elle reproduit des fractions de la réalité.

38Le débat sur la nature de la Photographie naît véritablement dans les années 1850. Est-elle une forme d'art, une reproduction de la réalité? Ces questions découlent du statut initial des praticiens qui progressivement, établirent un champ lexical photographique. Les photographes de la Mission Héliographique sont des peintres et des graveurs. Les expéditions archéologiques de la fin du XIXe siècle profitent de la Photographie pour fixer des strates sur des fouilles, des monuments et des vestiges. Les premières images de guerre sont celles réalisées en Crimée et durant la Guerre de Sécession. Les initiateurs du Bauhaus (Moholy-Nagy) et les Surréalistes contribuent à détacher la Photographie de la réalité. Il faut rappeler que les contraintes du cadre photographique, celles imposées par cette technique, impose l'évacuation de la course du temps, la troncature de l'espace. En revanche, la Photographie recompose la réalité d'autant mieux qu'elle constitue, à partir de l'industrialisation de son procédé, de grandes séries assimilables à des thèmes.

39La grille d'analyse permet un référencement iconique de ces séries, indispensable préalable à leur analyse et leur interprétation sémantiques. Elle décompose l'illusion réaliste entretenue par la Photographie, et clarifie les processus de construction mémorielle qui ont pu être produits en Pays d'Apt à partir des années 1870. Ces dynamiques ont suivi deux voies principales : la création de séries destinées à la collectivité, et celles adressées à la cellule familiale voire à l'individu.

La Photographie et les constructions mémorielles destinées à la collectivité en Pays d'Apt

40En Pays d'Apt il ressort une sensibilité généralisée au patrimoine historique local. Sa représentation repose sur des approximations qui, paradoxalement, renforcent la cohérence du récit photographique. Karine Basset 6décrit un processus de construction discursive analogue : le récit sur le légendaire sarrasin dans le Pays de Verron, repose sur des justifications ancrées dans le temps long.

41L'influence des images de la Mission héliographique est sensible sur la production des élites du Pays d'Apt, comme sur leurs goûts photographiques (achat de stéréoscopes et de cartons). La carte postale reprend, à partir des années 1890, les thèmes monumentalistes et architecturaux qui permettent de les relier à des champs historiques segmentés. En contrebas du village de Bonnieux, le Pont Julien, ouvrage d'art antique enjambant le Calavon, est très souvent représenté, contrairement à la Via Domitia… Pas assez spectaculaire d'un point de vue graphique, les contraintes techniques de la Photographie ne permettent pas de l'intégrer à la construction mémorielle de l'Antiquité. Notons que les représentations photographiques du Pont Julien sont récurrentes, chez les élites de la fin du XIXe siècle, les classes moyennes de la période 1920-1950, mais surtout dans la production de cartes postales, qui demeurent les images les plus diffusées auprès de la population du Pays d'Apt. D'autres périodes subissent la même instrumentalisation réaliste : le Moyen Âge est photographié au travers des châteaux, des forts, des prieurés (St Symphorien de Buoux), des vestiges de castrums etc.

42Cette tendance recoupe des transcriptions de l'espace du Pays d'Apt : les éléments géomorphologiques majeurs du Pays d'Apt sont particulièrement valorisés : massif du Luberon, combes et cols. Le panorama photographique est l'image la plus répandue, répondant à la fois à des contraintes d'ordre technique, traduisant des influences du thème pictural paysager, et permettant de maîtriser un espace physique contraignant. Les photographies de la rivière qui sillonne la vallée d'Apt rejoignent cette perception; le Calavon connaît en effet de spectaculaires crues qui marquent la ville d'Apt et sa vallée. Les accidents topographiques et autres éléments de relief, offrent à l'objectif des photographes, et ceci de façon invariable entre 1870 et 1960, un thème de représentation majeur.

43La représentation photographique des espaces de sociabilité en Pays d'Apt, est privilégiée, presque incontournable. Les places des villages comme de la ville d'Apt, les rues principales, les fontaines, les parcs et les jardins sont représentés, surtout dans le cadre de la production de cartes postales. Potentiellement destinées à l'ensemble de la collectivité, celles-ci mettent en forme ce type de représentations au demeurant aisées à réaliser. Rejoignant ce processus, les clichés abordant le thème de la fête sont légion. La Cavalcade aptésienne (ou Corso d'Apt) est l'un des événements du Pays d'Apt depuis le milieu du XIXe siècle et sa popularité se maintient jusque dans les années 1960. D'autres fêtes sont représentées (fêtes votives, célébrations collectives à Notre Dame de Lumières…), mais nulle n'égale le nombre de clichés réalisés par tous les photographes, de 1870 à 1960, sur le parcours de la Cavalcade d'Apt.

44Ces archétypes organisent en grande partie la Mémoire photographique collective, élaborée par certains des membres du corps social (d'abord les élites, plus tardivement les amateurs des années 1900-1960) ou destinée à un public élargi (au travers de la carte postale). Ils révèlent une Mémoire en négatif, c'est-à-dire celle de tous les thèmes tus ou évités par les photographes, mais qui sont pourtant constitutifs de la vie collective entre 1870 et 1960. Un bon exemple est donné par Le Mercure Aptésien. Cette publication, qu'on peut qualifier de cléricaliste et farouchement antidreyfusarde, paraît jusque dans les années 1920. Ce journal local bénéficie d'un tirage et d'un succès important en Pays d'Apt, et laisse entrevoir une partie des tensions religieuses et sociales actives en Pays d'Apt. Pour autant, il n'existe pratiquement aucune trace photographique de ces conflits : l'histoire des vaudois n'est ainsi pas photographiée. Gabriel Audisio 7identifie les traces de la présence vaudoise en Pays d'Apt en recourant notamment à la toponymie et l'anthroponymie locales. Il identifie en outre cette région à un bastion du protestantisme. Malheureusement, le souvenir des vaudois ou la présence protestante en Pays d'Apt n'est pas ou peu visuelle. Une ou deux cartes postales isolées du village détruit de Mérindol, viennent nuancer cet état des lieux photographique, et aucun document d'amateur ne peut jusqu'à ce jour leur porter renfort.

45Les images de travail font cruellement défaut. Seules les mises en scène des usines, témoignant de rapports sociaux normalisés sont parfois organisées et reproduites sur des cartes postales. L'exemple d'un membre de la classe ouvrière aptésienne (ouvrier ocrier) qui exerce comme photographe semi-professionnel entre 1935 et 1960, est édifiant. Sur plusieurs centaines de clichés qu'il réalise, seul un cliché représente son cadre de travail, devant la voie ferrée de l'usine. Ces carences sont d'autant plus marquantes que le Pays d'Apt est un territoire où fleurissent les industries entre 1870 et 1930. Cette forme de construction mémorielle traduit peut-être des rapports collectifs conflictuels que la Photographie ne peut ou ne veut traduire visuellement.

La part de l'individu et de la famille

46Le portrait appartient à la tradition de la peinture et de la Photographie. Des normes existent, essentiellement héritées des « primitifs » de cette technique et imposées par la faible sensibilité des premiers supports. Elles consistent à faire s'appuyer le personnage qui pose sur un guéridon, un décor en trompe l'œil ou à lui imposer une canne. Malgré les progrès des émulsions dès les années 1880, le portrait est un genre relativement immuable jusque dans l'entre-deux-guerres. Ces règles se transforment dans les années 1940, avec l'influence de photographes comme Lartigue et Doisneau, qui pratiquent une Photo recentrée sur l'être humain. Le portrait est destiné à être plaqué sur un mur ou trône sur une cheminée familiale. Il peut également prendre place dans les albums de famille et compose un type de construction mémorielle connaissant un succès durable bien que non original au Pays d'Apt.

47Les images de la famille appartiennent en premier lieu aux élites qui représentent d'abord la cellule familiale nucléaire, puis les occasions de réunions plus exceptionnelles. Ces familles bourgeoises posent le plus souvent devant des objets patrimoniaux attestant leur statut social. La maison familiale est le cadre le plus souvent représenté, avec le jardin ou le parc privé. Elles font également le choix de mettre en scène leur vie familiale en idéalisant leurs activités et leurs loisirs. La Photographie est alors considérée comme une pratique valorisante et doit transcrire des activités prestigieuses : la famille au ski, jouant au tennis sur un terrain de la propriété familiale, sur une barque au fil de l'eau etc. Les enfants sont systématiquement représentés auprès de leurs parents.

48La Photographie d'amateur accorde une large place aux différents personnages. Les loisirs sont plus fréquemment représentés par les classes moyennes et ouvrières à partir des années 1930. La diffusion d'une nouvelle génération d'appareils photographiques plus légers, maniables et aisément transportables d'une part, l'incidence conjuguée des Congés payés d'autre part, constituent des éléments susceptibles d'expliquer ce développement. A partir des années 1920 commence le règne de l'enfant roi, auquel le Pays d'Apt ne fait pas exception. La représentation des enfants est encore limitée aux portraits de bébés réalisés chez un photographe professionnel ou posant aux côtés de leurs parents. A partir de 1945, les enfants sont pris beaucoup plus librement, ramenant cette forme de mémoire familiale dans un cadre moins contraignant.

Le Pays d'Apt hors de ses limites

49Des relations privilégiées entre les habitants du Pays d'Apt et le royaume marocain existent dès le début du XXe siècle. Une communauté aptésienne y est installée, et produit des photographies. La plupart consacre une vision touristique de ce pays, et tranche radicalement avec les thèmes abordés en Pays d'Apt. Ils appliquent à l'étranger, ce qu'il est convenu d'appeler un « regard typisant ».

50En outre, les enfants du Pays d'Apt ont régulièrement participé aux différents conflits mondiaux, comme à la Guerre d'Algérie. Des clichés sont pris durant l'occupation de la Ruhr, par un soldat mobilisé en 1917. Ils mettent en scène la vie de la caserne, en saisissant les moments exceptionnels se déroulant pendant deux années à partir de 1923. Les clichés pris par les soldats envoyés en Algérie à la fin des années 1950 reflètent de la même façon cette mise en scène de leurs activités.

51Ces clichés et ces pratiques trahissent partiellement des réflexes de repli sur des archétypes visuels connus et maîtrisés par les habitants du Pays d'Apt. Les éléments urbains, d'architecture, monumentaux sont cadrés et reproduits. Les photographies réalisées sont intégrées aux autres images familiales, et consolident un récit qui échappe en partie au récit photographique collectif.

52La Photographie en Pays d'Apt respecte des schémas techniques communément partagés en France. Si un phénomène de retard de développement de cette technique de représentations peut être relevé, les premières réalisations ont rapidement intégré les stratégies de classes sociales dominantes durant le dernier tiers du XIXe siècle. Cette première phase a pu influencer les pratiques des classes émergentes des décennies suivantes, et leur respect de normes graphiques déjà construites depuis plus de 50 ans en 1870.

53La carte postale a davantage imposé auprès des habitants du Pays d'Apt, des archétypes iconographiques simples et orientés au moyen d'une légende. Traduisant un goût pour l'intégration des éléments de modernité et de sociabilité aux objets patrimoniaux ancrés dans une conception du temps long, ces constructions photographiques ont rejoint des images familiales auto-produites ou commandées auprès de professionnels.

54Ainsi, cette dynamique de création de séries iconiques est véritablement opérante lorsque se produisent des réinvestissements de ces images dans d'autres champs discursifs. L'oralité est le meilleur complément de la Photographie surtout familiale. Le discours concernant la fête en Pays d'Apt est toujours vivant. Dans cette perspective, des enquêtes orales sont réalisées pour identifier les structures de ces processus…

55La Photographie est actuellement instrumentalisée en Pays d'Apt, au crédit d'une construction mémorielle contemporaine. Elle permet de procéder à des aménagements urbains, dans le cadre du projet de reconversion du Plateau d'Albion qui doit profiter notamment au Pays d'Apt… Le discours photographique forgé depuis 1870 en Pays d'Apt, a des implications importantes lorsqu'on s'intéresse aux mentalités collectives. Ses enjeux sont plus limités quand il est appliqué à la sphère familiale, à plus forte raison lorsqu'il s'agit d'une mémoire individuelle que le temps rend particulièrement périssable.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 La majuscule est utilisée pour distinguer la pratique ajoutée à l'objet, tandis qu'un tirage photographique sera écrit avec une minuscule (la photographie)…
2 Pour la France, la présentation par Arago de l'invention photographique eut lieu en 1839 devant les membres de l'Institut. Plusieurs personnages peuvent revendiquer sa véritable paternité : Nicéphore Niépce, Daguerre et Talbot ont en effet contribué à la naissance de la Photographie.
3 Cf. BEAUGE Gilbert, La Photographie en Provence. 1839-1895, Marseille, Jeanne Laffitte, 1995 et Photos Henri Ely. La seconde et le siècle, Aix-en-Provence, Musée des Tapisseries, 1995.
4 Fondée en 1851 à l'initiative de Napoléon III et de la Commission des monuments historiques, la Mission héliographique fut mandatée pour procéder à un inventaire photographique du patrimoine notamment monumental français. Baldus, Bayard et Le Gray, en firent partie. Respectant la zone géographique qui lui avait été assignée, Baldus photographia les monuments antiques du Sud de la France, les travaux et les ouvrages d'art du PLM, le Rhône, les monuments prestigieux etc.
5 Les conditions d'ensoleillement des terrasses installées sur les toitures, permettaient une bonne exposition des sujets photographiés, réduisant ainsi les contraintes induites par la lenteur des émulsions.
6 Cf. BASSET Karine « Les Sarrasins du Verron, la dynamique discursive du légendaire », Cahiers de littérature orale, n° 43, 1998.
7 abriel Audisio, Les vaudois du Luberon, une minorité en Provence. 1460-1560, Association Etudes Vaudoises du Luberon, 1984.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Colombet, « La photographie en Pays d'Apt, 1870-1960 », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le , consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rives/81

Haut de page

Auteur

Julien Colombet

Doctorant, UMR TELEMME

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
>ISSN rr9-4696 --> >/li> onsulté le 15 décembre 2017. URL&nbs?clas=mapa P stron titedevolutionl.jpg'li> 83 3& volutionl.jpg'li> 83er>titiac& volutionl.jpg'li> 464
  • onsulté le 15 décembre 2017. URL&nbs?clas=backenda>"l4; #160yndr Le xml:l --> > onsulté le 15 décembre 2017. Ue>Noiread onsultwww.lodel17. Ue>Éds él onsulté le 15 décembre 2017. URL&nbslodelUe>Aconstr xml:l um">
  • 211;avec la re cédent dans /java src="js/jut. y.js dans /java src="js/ des201min.js dans /java >//Lst: "Tale. Leu :e d'arr">44<", pan>L : "Tale. Leu :er">44<", mmbrum : "Tale. Leu :es usin<", illat : "Imtentent desitle="" }, // Zoom produi onalI ce: { 44ir" }, // Di20" Alarés: { le.uéalispan : "Ie.uéalispan" } }; //]] dans /java src="js/fancybox/jut. y.fancybox-1.3.1.pack.js dans /java src="js/ larés1min.js dans /java >//&in","1em 0" ); } } }); }); //]] a>
    /divvarr_paq = _paq || []; // ="#fkentmethoditleke "setCuéomDnteApt, should bédee. d bfdiqu"="#fkPoduView" _paq.push(['setCuéomVf des p', 1, 'Doique', sitle=".doique, 'clas']); _paq.push(['e'Apt,CrossDoiqueLinking']); _paq.push(["settitle="T , sitle=".doique + "Ue + sitle=".sièc]); _paq.push(['="#fkPoduView']); _paq.push(['e'Apt,LinkT"#fking']); (funn> dans /java src="onsusltnt dic-naissadécembre 2017. Uécebarre/js/ so1js?date= -12-01 dans /java src="onsusltnt dic-naissadécembre 2017. Ujs/jut. y.jsonp-s lest1min.js dans /java > >/li> '+data.url+' >'+data.nfan+' xml'); ivvvvvvvivvv$.ajax({ ivvvvvvvivvv dans: "GET", ivvvvvvvivvv url: "81? title=pdfepub&s ueass=url=1", ivvvvvvvivvv e coess: funn>zone in xml'); ivvvvvvvivvv$.ajax({ ivvvvvvvivvv dans: "GET", ivvvvvvvivvv url: "81? title=pdfepub&s ueass=url=1", ivvvvvvvivvv e coess: funn>").html("ts" href="45\"cookie \"="te la s des cautriqun href=eon ti,autireac54 \ onsultwww.écembre 2017. U6540\"="teu corpest a xml:lk(funn> #authorsécebarre
    ess="textaubmliq"> ess="textahare"> ieichiers"> , cesi, ce-twovenr"/li> onsulttwovenr. de/ahare?omxt=La+ame">Colombe+en+e">4+d%27Apt%2C+>, « amp;url=pamp;vit=OceEbre 20Actun class="twovenr buttho-wrefe>< ieichiers"> , cesi, ce-fac ok"/li> onsusltwww.fac ok. de/aharer.php?u=La+ame">Colombe+en+e">4+d%27Apt%2C+>, « amp;siècle c ok buttho-wrefe>< ieichiers"> , cesi, ce-google-st a"/li> onsusltst a.google. de/ahare?url=La+ame">Colombe+en+e">4+d%27Apt%2C+>, « amp;siècle google buttho-wrefe>< a/é Géograph#navEtion -->data">a avec , cesi, ce-conte xbutthocGéogichnk160;xtatylesheet"> onsusltnt dic-naissadécembre 2017. Uécebarre/css/ie_écebarre.css"c[stitf]cédent /