Navigation – Plan du site

La morphosyntaxe de la périphérie gauche nominale

Enoch Aboh
p. 9-26

Résumés

Cet article développe une analyse de la périphérie gauche nominale (PGN) éclatée où les traits de spécificité et de nombre sont les propriétés de projections fonctionnelles distinctes. Le DP représente la projection la plus haute du système. C'est l'interface entre l'univers du discours et l'expression nominale où est réalisé le trait discursif [±spécifique]. En revanche, NumP constitue la projection la plus basse du système et sert de charnière entre le système D et le système flexionnel nominal. C'est le point d'ancrage du trait de nombre et du trait référentiel [±défini] qui est repris au sein du système flexionnel (SP). Selon cette approche, nous proposons que l'interprétation spécifique est un effet sémantique qui découle du mouvement de SP vers la PGN, c'est-à-dire vers SpecNumP et SpecDP. De même, nous montrons que, dans les DP possessifs, le possédé ne peut être interprété comme spécifique que si l'ensemble de la structure prédicative incluant le possesseur et le possédé monte vers la PGN. En supposant que les phrases relatives manifestent une structure de complémentation où le système D projette au-dessus du CP, nous concluons que le groupe nominal relativisé est interprété comme spécifique lorsque la proposition relative monte vers la PGN en syntaxe. À la différence des relatives, les factives ne possèdent pas de système D. Ces syntagmes réalisent un CP dont la position SpecCP est occupée par un DP complet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enoch Aboh, « La morphosyntaxe de la périphérie gauche nominale », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 31 | 2002, mis en ligne le 16 septembre 2005, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rlv/335 ; DOI : 10.4000/rlv.335

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page