Navigation – Plan du site

Présentation. Participer, entre idéal et illusion

Mathieu Berger et Jean De Munck
p. 1-24

Texte intégral

1Souvent présentée comme complémentaire à la représentation, la participation est régulièrement appelée à la rescousse des démocraties en crise. De multiples côtés, des dispositifs variés invitent le citoyen à s’exprimer, s’impliquer, s’engager, dialoguer, interagir, voter, intervenir, évaluer, réaliser et co-réaliser, gérer et co-gérer… Aucun champ des politiques publi­ques ne semble épargné : ville, santé, éducation, culture, ne jurent que par des publics “actifs” et “responsables”. Les médias aussi cherchent à impli­quer leur public dans des interventions en tout genre, qui vont de l’envoi de SMS pendant, avant, après les émissions, à des formes de votes ou d’in­terventions sur les plateaux de télévision ou les sites web dont les forums crépitent jour et nuit.

2Pourtant, le désenchantement à l’égard de la politique n’a peut-être jamais été aussi grand. Les dispositifs effectifs de participation, les pratiques réelles de la citoyenneté ne semblent pas tenir leurs promesses. Il y a loin des idéaux de citoyenneté aux réalités du terrain. De là à croire que les formes contemporaines de citoyenneté ne sont qu’illusions et mensonges, le pas est vite franchi. Mais cette conclusion serait trop abrupte et réductrice. D’abord parce que les acteurs font des expériences très diverses de participation, positives ou négatives. Ensuite parce que, même problémati­que, l’idéal de participation continue d’exercer une attraction universelle que rien ne semble démentir. Plus que les difficultés de la citoyenneté, ce qui mérite notre attention, c’est l’endurance de son inaltérable promesse. De quelque côté qu’on se tourne, il semble indispensable aux sociétés modernes de rappeler à leurs membres qu’elles ne sont que ce qu’ils en font.

3La citoyenneté reste donc un thème central de la sociologie des sociétés contemporaines. Comment construire, aujourd’hui, une épistémologie de cette notion difficile et controversée ? Nous nous proposons de défendre, dans cette brève introduction, un programme de sociologie évaluative des (in)capacités citoyennes en le situant par rapport à la philosophie politique d’une part, à la science politique d’autre part (I). Cette démarche nous conduira à préciser notre conception du domaine qu’on appelle “politique” (II), qui relativise et complexifie la théorie de l’État (III). La citoyenneté peut constituer un puissant instrument critique des oppressions existantes ; mais elle peut aussi se muer en une écrasante légitimation des rapports de force. Nous plaidons pour une sociologie qui ne participe en rien de la neutralité axiologique, mais qui refuse aussi une critique menée “de surplomb”. La sociologie doit rendre compte de l’appui de l’acteur et de l’ob­servateur sur des idéaux, tout en pointant leur métamorphose, toujours possible, en illusions (IV).

4Notre orientation épistémologique souligne donc l’importance des significations dans la constitution du social. Elle nous conduit à proposer une sociologie qu’on pourrait appeler “pragmaticiste” (V), en référence à Charles Sanders Peirce, le génial philosophe du signe qui baptisa de ce terme (un peu barbare) “son” pragmatisme, pour le distinguer de celui, plus abordable et mieux diffusé, de son ami William James. Si on veut bien traiter la participation comme une pratique sociale tissée par une sémiotique, on comprend mieux l’entrelacs d’idéal et d’illusion dans lequel sont plongés les interacteurs qui se veulent citoyens. Ce qu’on appelle “réalité” de la participation ou de la citoyenneté est une réalité signifiante et communicationnelle prise entre deux tensions complémentaires : elle articule des idéaux et des réalités qui peuvent se contredire dès que la question de la vérité est posée par les acteurs ; elle articule des significations, vagues et générales, à des situations. Cette double articulation se trouve au cœur d’une sociologie pragmaticiste qui conserve les intuitions fondamentales de Peirce.

5Dans ce cadre, la question des capacités prend tout son relief. Les performances des acteurs peuvent être réussies ou ratées (avec toute la gam­me de l’entre-deux) à l’égard des idéaux de la participation. Il y a donc un lien entre la capacité et la félicité des performances (VI), qu’on peut chercher à éclairer empiriquement par l’enquête sur les situations réelles de participation. A titre d’indications programmatiques, nous dirons quelques mots sur trois aspects des capacités des personnes que révèlent les infélicités : la capacité d’accès à un médium sémiotique, la capacité de pertinence et la capacité à un engagement mesuré. Nous suggérerons aussi une interprétation pragmaticiste de la formation des capacités citoyennes en reprenant brièvement le raisonnement célèbre de Merton sur les mécanismes de la discrimination (VII). Nous terminerons sur une question très importan­te, mais encore sous-explorée : la question du traitement des incapacités, lorsque celles-ci se révèlent systématiques (VIII).

I. La citoyenneté entre philosophie, science politique et sociologie

6Avant de discuter du domaine (le politique), et de l’épistémologie de notre approche sociologique (l’évaluation), un mot sur une question préjudicielle : pourquoi donc proposer la sociologie d’un phénomène à propos duquel la philosophie ou la science politique semblent spécialement bien outillées ?

7En philosophie politique, les notions de participation et de citoyenneté sont chargées de normativité. Elles sont débattues sur un plan conceptuel : non pas du point de vue de telle ou telle collectivité particulière, ou de telle ou telle activité sociale, mais plutôt, du point de vue général et abstrait de la “bonne société”. Cette importante discussion met en confrontation des approches différentes de la Cité que, depuis le renouveau de la philosophie politique qui a suivi la Théorie de la justice de Rawls, nous avons appris à classer dans les catégories du libéralisme, du républicanisme, du communautarisme, et de leurs multiples variantes.

8Ce que la philosophie politique traite normativement, la science politi­que l’aborde quant à elle empiriquement. La citoyenneté est alors traitée comme un ensemble de processus d’intéressement et d’implication des ci­toyens au système politique, à travers des dispositifs complexes qui lient instances étatiques et systèmes d’action sociale via des médiations (partis, syndicats, etc.). Les régimes réels de démocratie ouvrent et ferment des voies à l’expression de la citoyenneté des personnes et des groupes d’une manière que la philosophie ne peut ni décrire, ni expliquer. La science politique observe, classe, explique la multiplicité du réel, la profusion des pratiques, et du coup révèle l’extraordinaire contingence de processus que la philosophie politique a pour sa part tendance à schématiser de manière parfois caricaturale.

9Ces deux approches disciplinaires se complètent plus qu’elles ne se combattent. Leur intersection constitue un champ de recherche très fertile. Notre sociologie se veut en quelque sorte transversale à ces deux appro­ches. Sans en diminuer le mérite, elle veut les compliquer en proposant un troisième regard qui tente d’objectiver des angles morts dans chacun des deux volets de ce dyptique.

10D’un côté en effet, la sociologie peut parfaitement s’accommoder de la normativité du concept de citoyenneté. Mais elle insistera sur le fait que cette normativité n’est pas l’apanage du philosophe : elle est mise en œu­vre, débattue et contestée par les acteurs eux-mêmes, qui ne sont des citoyens que s’ils sont capables de donner un sens normatif à l’idée de citoyenneté. La normativité est donc déjà opérante dans les systèmes d’ac­tion. Les acteurs sociaux sont – en quelque sorte – des philosophes qui s’ignorent : ils évaluent leur niveau de participation, jugent sans cesse de l’adéquation de leurs dispositifs, établissent des normes et des prescriptions pour les rendre plus conformes à leurs aspirations, cherchent à critiquer, détruire ou surmonter les empêchements multiples qui se dressent sur leur chemin. Faire de la sociologie, c’est admettre que le monde social est composé de «faits normatifs» (Gurvitch, 1932 :106).

11Quand il utilise le mot “citoyenneté”, le sociologue lui-même n’échappe pas à la dimension normative de ce concept. En ce sens il participe de la perspective du philosophe. Comme ce dernier, il doit préciser autant que possible les inférences qui distinguent les usages corrects et in­corrects de la notion, en réseau avec d’autres notions affines. Mais il doit refuser, en revanche, de construire un métalangage indifférent au langage des acteurs. A la fois descriptif et normatif, le langage sociologique doit se construire, non en surplomb, mais en dialogue avec le langage des acteurs, qui lui aussi est à la fois descriptif et normatif (De Munck, 2011). Ce dialogue nécessite des interactions concrètes entre le sociologue et les acteurs réels qui, en situation, utilisent de manière compétente (c’est-à-dire en distinguant sans cesse entre l’usage correct et incorrect) les termes “démocratie”, “citoyenneté”, “participation”, etc.

12Si la prise en compte de la compétence normative des acteurs distingue le sociologue du philosophe, elle le rapproche du politologue, qui doit traiter le même type d’empirie puisqu’il a, lui aussi, affaire à des “faits normatifs”. Une autre chose cependant distingue le point de vue sociologique de celui du politologue classique. Celui-ci a en effet tendance à isoler et spécifier un ensemble d’institutions et d’activités supposées intrinsèquement (ou en tout cas centralement) politiques par opposition à d’autres institutions ou activités qui seront, du coup, considérées comme non-politiques (culture, économie, famille…). La citoyenneté devient visible à l’intérieur de processus stato-centrés de discussion, décision et implémentation de choix collectifs ; elle est identifiée à l’engagement partisan et à des procédures de consultation et d’implication des acteurs dans les structures de gouvernement étatique.

13Il s’agit incontestablement d’une part importante des phénomènes politiques dans les sociétés modernes. Mais le sociologue sera attentif à ce qui, dans ces processus, n’est pas encore officiellement politique, et qui rend possible le rapport politique ; et aussi à ce qui, dans ce que l’on reconnaît ordinairement comme le non-politique (la famille, la culture, l’économie…), est de l’ordre du politique car il concerne, dans son champ propre, des choix collectifs et l’exercice de l’autorité. Le sociologue souligne que la frontière entre le politique et le non-politique n’arrête pas de bouger. Il met donc en lumière que le rapport incertain au politique engen­dre, du côté des acteurs, un intense travail interprétatif qui conditionne leur pouvoir d’agir. Il propose donc un concept étendu de “politique” qui inclut, mais ne se réduit pas à, l’activité gouvernementale et ses entours.

II. Les deux sens de “politique”

14Nous voilà donc en face de deux concepts du politique : l’un qui appartient à la sphère de l’État ; l’autre, beaucoup plus éparpillé, qui concerne les actions collectives. Ou, pour le dire avec Albert Ogien et Sandra Laugier, on peut distinguer entre le politique et la politique :

Le politique est diffus au sein d’une société dans la mesure où l’en­semble de ses membres participe constamment à la perpétuation ou à la reconfiguration de ses limites ; son institutionnalisation se réalise d’une multitude de manières et ne se cantonne pas à celles que dessinent les institutions officiellement mandatées à cet effet (c’est-à-dire la politique) ; les formes d’action politique légitimes débordent celles qui sont fixées dans le cadre des instances qui composent un régime, constitutionnel ou pas (Ogien/Laugier, 2014 :73-74).

15Dans nos sociétés complexes et différenciées, cette distinction est cardi­nale car elle permet d’appréhender tout ce qui se joue de politique en dehors de la sphère de l’État (Berger et al., 2011). La citoyenneté est un con­cept transversal qui peut concerner l’entreprise, l’école, l’université, la famille, les médias. Si les objectifs démocratiques ont une signification véritable, ils ne peuvent pas être limités à un domaine politique au sens étroit. Nous devons dépasser le statocentrisme.

16Le but de la sociologie est d’explorer ces deux versants non point pour les fondre, mais justement pour montrer comment ils se différencient et s’articulent. Ainsi, dans ce dossier, certaines contributions se situent-elles du côté de l’État (du Roy/Steuer) et des politiques publiques (Véniat) ; d’autres dans des groupes militants (Allouche) ou des collectifs de proximité (Rougier) ; d’autres encore dans des enceintes fort éloignées de l’État et du système politique officiel (Périlleux). Nonobstant la dispersion de leurs sites et la thématisation de leurs activités, toutes éclairent cette articulation.

17Ces considérations nous rapprochent évidemment des intuitions centra­les de la sociologie d’inspiration pragmatiste. Pour John Dewey, le politi­que relève essentiellement des problèmes d’auto-organisation de l’action collective dans un environnement social et naturel. Face à des problèmes objectifs que rencontrent les personnes et les groupes, des publics se constituent autour d’une perception commune d’une situation d’interdépen­dances, et, dans un deuxième temps, autour d’une volonté d’intervenir et de maîtriser collectivement cette situation (Cefaï/Terzi, 2012 ; Cefaï et al., 2015). Cette constitution de publics peut se cristalliser dans un État menant des actions publiques, mais pas nécessairement : elle peut aussi déboucher sur une vie associative, civique, engagée, qui échappe à l’emprise de l’État, et peut même lui être hostile. Ces publics politisés se forment de manière imprévisible et déterminent eux-mêmes leurs propres limites. Le système de distinctions auquel s’adossent les acteurs ne recoupe pas nécessairement celui du sociologue. De tels publics requièrent des personnes dotées de capacités de diagnostic, de communication, de mobilisation et de structuration de l’action collective.

III. Un rapport complexe à l’État

18Dans cette perspective pragmatiste, le concept d’État s’éclaire d’un jour nouveau. Ce déplacement ne nie ni les questions de légitimité qui sont au cœur de la philosophie politique, ni les questions de structuration effective du gouvernement qui occupent le politologue. Il met cependant l’accent sur cette dimension importante qu’est le rôle que joue l’État dans la formation des capacités individuelles et collectives.

19Car il est clair que l’État joue, dans les sociétés développées, un rôle crucial concernant les possibilités de formation des publics, et donc concernant les capacités citoyennes.

20C’est d’abord au travers de la distribution de statuts que l’État capacite les citoyens. Les libertés fondamentales, les ressources distribuées par l’État-providence, les droits cuturels, offrent des ressources aux citoyens, qui peuvent, bien ou mal, les convertir en interventions publiques. Dans sa contribution à ce dossier, J-L. Genard souligne que le “référentiel des capacités” est en train de changer dans les sociétés à État social fort : on passe d’un régime binaire (distinguant les capables des incapables) à un régime de gradation continue entre capacité maximale et incapacité maximale.

21Remarquons cependant que ces statuts ne sont jamais suffisants pour garantir une citoyenneté active et efficace. Comme l’a expliqué Amartya Sen, critique du “ressourcisme”, les ressources de la citoyenneté peuvent rester formelles ou insuffisantes compte tenu de la diversité des personnes et des situations. La capacité, surtout quand elle concerne la participation politique, n’est pas uniquement déterminée par des ressources statutaires mises à disposition (De Munck, 2008). Les capacités des personnes dépen­dent également des “facteurs de conversion” qui leur permettent de placer leurs ressources dans des réalisations effectives. Parmi ces facteurs, la dynamique de l’action collective reste cruciale, de même que les dispositifs d’intéressement, de cooptation, de mobilisation.

22L’État constitue aussi une bureaucratie et un système d’action organisé autour de la question-clef du gouvernement. Il n’est pas sûr que cet appareil soit toujours un allié fiable de ceux qui tentent de développer une citoyenneté ancrée dans les lieux de vie et pas seulement au sein des cercles gouvernementaux. Il peut même constituer un obstacle sérieux à l’exercice de l’autonomie et de l’autodétermination de ces groupes. Dans ce dossier, l’enquête de C. Rougier montre combien des capacités politiques peuvent être utiles, non pas pour agir dans le système politique, mais pour le tenir à l’écart de ce que Habermas appellerait le “monde vécu”. Le problème du citoyen n’est pas de pénétrer à tout prix la sphère étatique ; c’est aussi celui de pouvoir s’en passer, ou en tout cas de n’en faire usage que dans la mesure où elle est utile à son autonomie.

23Il y a peut-être plus qu’un progrès épistémologique dans la connexion ainsi établie entre État et capacités des personnes et des groupes. Il se pourrait que cette connexion constitue une des plus remarquables caractéristiques de notre situation historique. La désaffection à l’égard de la politique dont font preuve nos sociétés occidentales (provisoirement, peut-être), ne signifie pas disparition du politique. Au contraire pourrait-on dire, la politisation touche des domaines qui jusqu’à présent lui semblaient très étrangers. Et l’État redéfinit son rapport à la société civile non comme un arbitre, ni comme un gestionnaire, mais comme un partenaire. Nous en­trons dans l’ère de l’ “État capacitant” (De Munck, 2008).

IV. D’une sociologie du soupçon à une sociologie évaluative de la participation

24La participation et la citoyenneté transportent des dimensions normati­ves qui doivent être honorées pour que leurs concepts puissent être appliqués de manière correcte à un processus social, qu’il se situe dans le champ de la politique ou dans celui du politique. Dès qu’on évoque cette substance normative du concept, beaucoup de caractéristiques viennent à l’esprit : l’égalité des participants ; l’usage de la délibération ; la quête du consensus ou de l’inclusion ; l’activité de chacun, selon ses moyens ; la distribution équitable des bénéfices ; la reconnaissance des individualités ; etc. Participation et citoyenneté ne constituent pas seulement des prati­ques ; elles sont aussi, du point de vue même des acteurs (pas seulement de l’observateur), des significations qui décrivent ou critiquent les prati­ques effectives. Et c’est bien la raison pour laquelle une sociologie de la participation ne peut éviter de donner à son entreprise une portée évaluative.

25L’évaluation dont nous parlons ici ne doit pas être confondue avec la critique unilatérale. Il est vrai qu’une bonne partie de la sociologie a longtemps considéré avec une grande méfiance la notion même de “citoyenneté”. Notre discipline est supposée démythifier la participation, débusquer ses instrumentalisations, dévoiler ses fonctions latentes. Le marxisme nous a appris à repérer, dans le discours du pouvoir, fût-il démocratique, les formations idéologiques qui voilent la réalité des rapports de domination. Reprenant le thème, Pierre Bourdieu a expliqué que la domination ne s’exerçait qu’à travers le consentement des dominés. Or, ce consentement ne s’obtient qu’au prix d’une violence symbolique dont les pratiques dites de “participation” peuvent constituer un échantillon particulièrement représentatif.

26Même sans l’appareillage conceptuel de cette tradition critique radicale, un soupçon sérieux pèse sur la “participation”. De nombreux travaux empiriques ont révélé comment le discours de la “participation citoyenne” peut se transformer en une dangereuse rhétorique lorsqu’il est manipulé à des fins d’instrumentalisation par des pouvoirs, ou lorsque, dépouillé de sa charge normative, il prétend décrire et justifier l’état réel d’une procédure plutôt que l’orienter ou l’améliorer. Dès 1983, dans La participation contre la démocratie, récemment réédité, Jacques Godbout montrait à quel point la participation peut être détournée de son but premier :

Au Québec, l’expérience de la participation des dernières décennies conduit à une constatation troublante : la participation mène souvent à moins de démocratie, et non à plus de démocratie (Godbout, 1991 :14).

27Cependant, il soulignait également l’insistance persistante du concept de démocratie participative pour critiquer l’état actuel de nos démocraties et susciter l’espoir d’espaces de socialité autonome.

28Cette position nuancée de Godbout trouve sa condition de possibilité dans l’ambivalence indépassable du concept de participation ou de citoy­enneté. On ne peut méconnaître son caractère évaluatif, c’est-à-dire inextricablement normatif et descriptif (De Munck, 2011). A la question : “Que signifie participer ? ”, on ne peut en effet répondre que doublement : d’une part, en précisant les critères normatifs de la participation ; d’autre part, en fournissant les critères factuels de cette participation. Il est rare que les seconds recouvrent parfaitement les premiers, traçant une distance critique interne au concept. Cependant, il serait impossible de totalement séparer les deux pôles ainsi distingués. C’est dire que le concept de participation est, à l’instar de la plupart des concepts utilisés en sciences sociales, un concept évaluatif.

29Et c’est bien pourquoi l’idéal de la participation peut, à l’examen (mené par les acteurs ou par le sociologue), s’avérer fonctionner comme une illusion. Depuis la dialectique de la raison élaborée par Emmanuel Kant, nous connaissons cette propension des idéaux à se transformer en illusions. Ce mécanisme était, pour l’auteur de la Critique de la raison pure, inhérent à la faculté de connaître. Depuis lors, comme l’a remarqué Thomas McCarthy (1993), cette idée a été étendue à la raison pratique : les idéaux de la moralité peuvent devenir des illusions s’ils sont employés pour justifier des décisions prises pour d’autres raisons, ou bien dissimuler des rapports sociaux de domination. Habermas (2006) fait de cette tension la clef d’en­trée d’une théorie critique de l’agir communicationnel.

30Cette mutation des idéaux en illusions est inhérente à l’usage des concepts évaluatifs. On peut même se demander si l’origine des illusions sociales n’est pas à chercher dans une tendance interne à l’action engagée : il est probablement impossible d’agir sans illusion. Une sorte de focus imaginarius oriente l’action, ancrée dans les croyances des acteurs : l’acteur en train d’agir ne peut éviter un certain dogmatismene à prfait penseMieu etc.). Lans euoi il sui semait impossible deagir ne veurtud’idéalx. ICen’est pue du oint de vue de t’observateur)que l’ollusion dppareît o une nexusion. U/p>

301/span>Ce qoint de vue d’est pas ,cependant ,l’apanage du pociologue): l’acteur eeut audoptr sur usapropressituation he point de vue sésaexusion.n de l’b­servateur Il eait plors t’expérience deun pmalase, llus du mains dhématisa, qui ceut diboucher sur uiverses dossures L’anhbilion est cne porsurespossible : lfce à da démeption du ses ldéaux, t’acteur eeut ae rheplir dans leapassevité es l’insction. Lette posiurespnentreine pos austoatiquesent l’ia­bnden des idéaux qui peuvent,sur vivr sur lesmode d’iundiscours dntérieriea, qmpoissant it palastif (a “pBlle uâe”,du sHegel. La crctifscation des atraiégoes ou res idéaux ent cne peuxième tossibilité Les acpresnissges ce à accommpagent euvent être ures ue intensuble , ou ba contraire pntreine des raupures drofue, e dans les sdentifés ot les galenur des acteurs A ors, ci esle est uxpliqcte, ea critique untreine pne pelibérationavec le austrs participantssur la ignification ves idéaux et dls moyensprisepour les realiser, Une sroisième rossibilité dst àvidemment d’abonden des idéaux eux-mêmes lui, d’ils evient votale, vre av coynsme.

V. Deux tensions constitutives d’une sociologie pragmaticiste

23Si lotre conceptiélabrg du politique.nous rapprochendu sohn Dewey, lotre crécccupetion polr une sociologie qvaluative dous rapprochendlutôt q’iundutre pondameur deupragmatisme, pharles Sanders Peirce, L’apport d Peirce.est suuvent ous-extitm par les aociologue). Sin insfuentc s’ext uxprche de Ganière csserzindivecte su l’étole,de C.hcatgo (Wily, l006) Il easurtout qontribut autrenouveau de la phéorie critique dens les sanées d1960et d1970,par leamédiationsdes acteursei thelongtraun/em>, ibas de son bniversilisme, Mais il d’est pas sûr que clintervrétation pd Habermas apt égoiss trute la grihes.s de souggstion de laiœvrendu goandephilosophe daéritcin dolr une sociologie qragmatique d(Tejmai 19916. A los dyex qsn dppart ssentiellréseid dans la mese en cumière qd deux censions constitutives dspnemplrta quelql sociologie qragmatiqse : la pension entre socialité et vérité<,et la thnsion entre généralité et situation<

A. La tension entre socialité et vérité <

233/span>Le bpragmaticiste”,dme l’accent sur ca thram sémiotique,de la raalité Lette pphère émiotique,dst de lart de partisocialitse : las “fntervrétatts€ qui le constitutnt out, apx cyux de veirce, les ahabtude collectives. Ou ne prouve sheszleirce.eacun trane de lentalisam, de msujectivesmenu de cpsychlogiemene nd il u’agit ieagsaiysr un puocessus d signification Lanémiotique,dermet ds sanaiysrspréciser dspnveau xde conntitution de pa réalité dociales L’aprguentation ,sur ca uelql sabermas ae forclise dn peu babsioement, le constituenqu’une bormerde la modiationsdémiotique, lmportante qertas, mais pelativi. D’abtres rodelités qémiotique,s qui relndnt.e unte de lolmunicationn diversefiée et d’anterllignces slutrilles s(ndicailles lmonsques o dFerr, l0064),mérite,t d’utre untégraes à cne théorie ce la participation pBerger 2014.

134/span>Il yneya pour tat pas sheszleirce.ed sociologieme, MEneacun tfaon ea crohrence es formes de voi, ea crosistance pes interarétatts la soclidté des rimmunauta s,ne constituent p se dyex un ceitères éfinit f our jusgr de la naluidté des rnomncitions. L’est due la docialité ee la sognification vst doujours uese en cension ,sheszlui, pvec la cvise de cl vérité Or,cellesci a«éseid dans la mon-pémeption du sanicipation sgénéraes par ls significations qes signie» (GOlvesr 20143:1417) Le socuc de périté e’est pas l’apannale du philosophenu deusciencifscue ; cnemplrta quelqacteursordinairemest maûet peut mtre aprête par leui MEneacompliqsant ies sestas t’acteur est carannle de ceorrigr et sévisir ses fanicipation s,sans iamais souvoir srrête ce duocessus dritique dur une vonfiguration definit fvs L’allusion dn pourrait qas être chématisa, comme uelle aans cespuocessus d sonfrontation d des fbjectivetés preblématiues. DUndes fbjectivs de la pociologie qvaluative drosista à degalgr, dans leavie eociale

13Lu nsis i sans cpein combien dne sociologie de la participation nst doavers e par Eette tension lntre cauteum interprétatioe et ealuidté Elle ne rhepre csuniveau de situations rociales ntuadée La cahaîn pes interarétattsde la potion di citoyenneté aans le cad de l’Étgyte ddu Roy/Steuer) eonstitue un cniversisymbolique dien disférent adecelui de pa plute ttolegieque rAllouche) ou despa plute tes iRom (Véniat) Dans cehaue dutuation dncr on peut darloe d’une vimmunauta ddintervrétation ppécifieue, lrganisé par des rfhabtude , o’est-à-dire ies régl collectives.ddintervrétatlionsqui se jont aimosées ians un iliteude voi, L’avaluation do la participation nst dne attivité dontinue ds acteurs oui se jéféent à lcs ahabtude L’abservateur)qui-même nratique scs sestasde voluidté de rapport vec une gotion di carticipation nfhabtudele…, oorméenon pas duns la conmunauta dtuadée mais pens le conmunauta des socilogue).drofussion nel.

136/span>Il yst inhtile d daie que les sttentis sont auuvent éaçes. D’est de cad ,par lle, rib,ne nd ies sdslamstan prendnnt le poassu l’à“État cavile es Étgyte ou be nd ies séseau xd signification ce ànt den.n dens é un pclubd sfootballlntre n en coise ufce à dainraupuin d’icteurs neuveau x,généralt une dcise de l participation. IAcespmoent, lcteurs eut bservateur)smesure t que ceurs acnicipation sge sont jlus remcontrees dar leaméalité dt dls mblignt à lafronta ce dem>eiscourd/em> oar une stntatioe de leprise ud contreles,ou à lévisir seurs adéaux eour saicustemrà la raalité Letspmoent,.ddipieuvvessont au cœur deune sociologie pragmaticiste<

B La tension entre sénéralité et situation <

23Cne autre cension earactérist la pociologie qragmaticiste< qui cooisi et completesla prieière : elle pombien généralité et situation<

238/span>D’un coint de vue spircein, ces insdics lmoôns, mats su paoposeiion sge sont jla dotée d sies en deurtud’ine vonfexion ctablementre sex et dlsnle, e MEneux-mêmes, qs signis sont aagues et gndépinit La cignification veun cigne qe réaeid das duns ln ensemble de pignifice dransfcndant aux csages cd langage MEneptatt pour mne virsion dragmaticiste de la fignification nous cenounon é ufixr une cois dour moutes l sies eeun cigne . Hrs de lon bnages un sogne qst décessairement cagueset coest bien pinsi du’il eeut egnifie r Comme l dait Chistiqan C.hauviéa,/p>

Leobjectivfdeupragmatisme,spircein,dst de lontrer cue la dognification vcogit fvscompletesles rnomncs ocuies sesres réeeid dans la motaleté ee laurs affet pratiques . D(Lepragmatisme,sournistpinsi dn ceitères efignification nour les resres rt dls mnomncs qs sxpression sdépouirvus.ddiffet pratiques tattsdémelaees danoues de cies ) Or,cn tre propjt efxlut,l’adée deun cnoyu sematnique,deu, ou ed mains denmontraintcue la dognification vcopletesleborden e noryu ,révèle lue la dragmatique dst inhépareble de clasematnique,dP9935: 95.

23Einsi,en dea--il ds resres re “participation” pt de lcitoyenneté”.dont le profusion dessignification cst inmression ant e Il se ait qvin de charcher dem>ei tbstraito1/em> oa dognification vréciserdu trere de “citoyenneté”.(ou ee “participation” . Cette cem>viguesis s/em> des montesnussematnique,sd’est pas ,cpx cyux de veirce, lu defiutrou en obstacle s sermonter lar des poocédures deagsaiysrconceptuel l interne Une snquête dn drosista as à cubstatuer ues idéas molires me précisers coatés ennens,d des foncepts bstcrs :;elle concista autôt q cuengagem dans un uocessus d sétermination dn confexte",qui s’ibtient qar desx décanismes dondamentalux: l’andxioclisetlions qui relie es signis s des fituations rdipomncitions; et a’andérences qui rait permir na ignification veslesr esage du sfl ds ronciquieces, eogiques qe praique,s quion e peut dtrer

240/span>L’ndxioclisetionavsure oa connexion ae tosres ragues et généralx ea xfituations rarticulièrem rdipomncitions Comme ln he psit, pisférent moyenspémiotique,sfonceouent à luocdire ucut bsectivf: l’unage de losres rndxiocl xfiécialement bdlsions à xprche Eette tonctionn(le poocnom (ersonnesl ,par lle, rib); l’usage de dolxion svirsbles, udecertain audirs­bs ; ees poocédus praalitngustiques v(itonntions) etc.)MEnefit, pn peut, omme nons dyincate,t des et homèthodlogue).,darloe d’undxioclisé gonéralitse de rnomncitions. Le bpype .(sinstarciendonc en fem>etoken/em>.)M/p>

241/span>L’ndxioclisetionae la potion di ccitoyenneté”.( sur llle unedoublemeffet D’aborde à l’instar de lrute lotion donéralie qsn dies ehangerdn confexte" Comme lem>etoken/em>.,la participation ns confexte"rdipletions louvernementale sddu Roy/Steuer) e’arpas lemême se s que sans le canfexte"rds etpaces de sartol deun chôptatlcpsychitiique lPérilleux). NEnsecondslieux les mdelités qêmes ldel’andxioclisetion ou rent ou enns qu par iellement des pussibilités de farticipation. I/p>

24SPenounspar lle, ribna iructuresees poocnom : lascautpe “mje-tu.(sedistinguer comme l’ant relev glagsaiysrcitngustiquesddu leirce.e labermas et dême sn tranition dthquesddensen é uBubr et sLevnats) du coup,e “mje-le Dans clepremierscad ,psétatbitsn telativn veugalité dntre snternockueurs oui se jconnaissant.e une nes fiujt s Dans clepeuxième tad ,pn dieprouve sdvancsn telativn ve pelickuevn viréduitiole à lasituation d’iall­chuevn var eacun técisoocté e’est paoé par de discours Ou nvostpinsi domment le joue ,csuniveau de glagscrge indixiocliqui-même la dyfférenci entre l’unclusionet l’exelusion,la participation nstle staimati, ea cromunauta des sgalx et dlsnfssi deparebt le piujt de glabsect I/p>

243/span>La papacité mitoyennetceut dinc etre appléhendee comme un eode d’iaccs éea cromunacation LYentre --on dar leamoiesdi ccilui dui perloe, oi ccilui d queion pasloe,ou par lellesoi ccildont ln pasloe(ou eoun), ? Qulles sont aes possiion sgnternockueores mu le dossures rnomncitiovs mdblisése au sein d’une sromunauta descromunacation  ? L formation de “rons ,oreosen--ellesdur une velativn vmje-tu.(u bien dur une velativn vmje-le eBerger 2014 ; CTarrgeoni 2014. ? Dns l’ale, ribnen.n dans ce dossier,par lC. éniat),pn desure o’ambplur de lette dimficalté : dlickues de malleumanières ,lar des poocosebien villagt auxant que pmalvillagt les mRom (n pesiennent ue près imficaiement aulickueires mu sein desl’espoce oliti­que r(oir srssi cVtatle/Boshertti 2011). Al eaiura Les podiations complex­xs, eotngustiques vt non -otngustiques nour lnstarurr un pregstri qragmatique dui peissenluocdire une srrtaineségalesetionae participants I/p>

244/span>C’est dlabcad on dessiuligne cue la duelsion de pa rconnaissance d(etson entvrs, te staimati,)se joue douvent à mn cnveau dndixiocliqc’est-à-dire lndra-aoposeiion nel. Laexpérience de “resourn.doucpsychlique dea cie eocchale, delati par dTh. érilleux),relève dans un dutre chnfexte",qe la mome sxpérience dondamentalesdesl’enage de le que HJakbstnn(l1963:1476-196 et dBntvrnsta l1966:1251-257)appellient tas “fmbreayurs .douciscours OCs fiujt sn’écprovent pas eulement dne disficalté à lurloe à lrticulenr“fasiute lndinesdi cphrases.dont lurloait Chom ky mais purtout q lrsurmr une cartol de vmje,du ancsn bpy”. Le scpsychitiie ce ànjectivent leivolontirs le rs praient sont aussi,ceux qui dans un dute hémraeut eue, loivent eur permettees efaalsurmr ues pluaes aux crieière pt de xième torsonnes dns le discours I/p>

245/span>Si lls rndxioclisations epavnt la roiesdi ca particiularsations ces insérences qvut, ae dies eitvrs,, des chnfexte"sd’apprication ders de scniversisd discours dénéralx L’est dueun crere de signifie pamais suule DUndmot un sogne un concept e pronnent e s queapec d’autres nats ,signis ,foncepts Comme l dait Bandeom,/p>

LAoir s[…]un concenu donceptuel o’est-sigplexent d[…]uoue run rôle cns le djeuinsérenciel des cffinmations it de glabfrenit de gl Lesander efaisons, Lanisi ou lomplelnde un m[…]uoncept, b’est auoir sne muîtrisernratique ssr les rnsérences qens les qulles sl est pmplicué T dsaoir, fu sens ratique s’utre uapablessd discinguer e(ue sorte de

246/span>Et cl a,jute :

LI démeuli dimodiatiment d’une pelle aituearation dnsérenciel e du concept elqaue,deur moîtriser cnemplrta quelqaoncept, bi eaiu en coîtriser ceaucoup d(em>eIbid/em>.). L/p>

247/span>Dans clspuocessus dnsérenciel t’aoprationadel’anderarétattsdst determinatt e ICar comme lemontrait eirce, lu digne qe rignifie pu’ilderaréta par ln dutre cogne ue celui ci a ssi,ceut mtre alderaréta à l’insine Cette cet­rve du cens ’est pniune carthlogie, ni cn obstacle s sa ignificnce cra sans iele, ilsyneya poa d sies eu trute Elle nst dlabpratier deumaginarion nstle pelentrament dnt ln tceasoinles acteurs oeur méeeoure desmanière imterllignctnit dolxiole le fituations rreblématiues.oui se jrésentant à mux de vanière imtontrelebles L’est dgrâe.e les qoprationscue la dpituations,d’est pamais sne ilmanunce dax concours. frmis ;

VI ICaacité mt dolibcté

248/span>DQ’est -cnqu’une bcipacité mitoyennet, ? ’est dunefitscau de gompltendcs seès imerses dui se jéplaoent tans le dsficalté s ressions cue.nous rvnounspd rappoel r CEles persettent dlx eateurs deidéal ser das réeérenciel de farticipation.en cacomd auec le ursromunauta mais pussi decritiquer lcs réeérenciel dutrenard de la péalité deunle, e; eesgonéralitse lnsuitioeuant.eu babuitioeuant.e( une net eirce,)à lurltr des ixpérienccep lorcaes et csnguelères ,lais pussi dÀunclare des rignification cagues et gndéperminée dans des ruocessus drs eut ositifs La capacité,se jéritie pien dntantduà des prerormatces ,cais cotte cbasaité ne peut effisr.e lue, e une sociologie qe la papacité, Al eaiu s’artacler du sfit que cet prerormatces euvent être urus du mains déassi ,s quiolle sqppellercsn busgrmnt sur ca ursrorecteon ,shest-à-dire luiolle sqeuvent rescontrenrou ennsdes cftentis sormative, p(elles qs acteurs oartenaire. de la ciomunacation dyfférentedvelnuel l ent de lelles q pociologue) bservateur)) Une srecearcherssr les rapacités citoyennes.doit pinc escpruyr sur ues usgrmnt persenunctsportéesssr les rrerormatces ,cls danrire et js sxprlquer leur mlnde u unte de podiations cociologieue squi s’inturarsent untre le adéaux et dl raalité L/p>

24ESr lesmpla colmunicationnell,sroisi ype .ddintolibcté< euvent être uslmuirement cistingués.:1ehlle squi pestent dor lesmcimment , oor lesmcuoi , oetoor lesmcuoi,du slipomncitions CÊre uatoyenn b’est atre uapablessdagir nans ce ssroisi regstri sselon sds mdele rdéal ses qais pussi delon sds moocédures dui pettent dn djeude podiations c dcr ls sdele rdéal ses rester ient tirédlisatles csns ce ssaérale mnt pvec la caalité LUe sociologie qe rapacités citoyennes.danifesées du ennsdens le conmunacation vrut ae réplaoye nans ce ssroisi ivecteons. L/p> 250/span>La participation ee répcine ,pn d’a rdi, ae dne calualité e’idéalx.poa doujours uoncelittles cntre sex Ainsi, do prerouve sar lle, ribnne vonfeption desétoque au sue, eent de lavonfeption douvseau ste de la farticipation, dristallisee a tour de la qormerdfate eBStbordnsiki 1997 :1420-121. La crcrésentatifonhémâtalie qvec ls icne ,ses fateurs, letson eublicspassevf,dst de l’orire desml crcrésentatifon: elle pépareret gnsol ue cinlement blsurjrtti au citeude vibéra r CL fote ae dr ancher,transformerles acteurs oe diectiaeurs, luni les crur , lets une nens une tartie dhamp tre d Godya,dermet dlx.phune d sierenard r les dus les satres nlutôt que ld s’egnio­rr dans leaponcen rition veun ecicion pui sester situes praeent dxterieux­rrs saurs oeistance .:1e«Dnnelzle fiectiaeurs,oe diectiacle; eelndnz-es act­eurs,oex-mêmes,; eaitem cue.nhacun,se joe et dscimedens les satres qvinue prus ensoitnt bmiex un i» (GRuvseau civa par lStbordnsiki 1997 :1418. Cette conseption du sa dpate earticipative pst aussi cu cœur deusdele politique dou Cntraiisociali

251/span>LTrnchentedvec lele, iascautentedcogit fvste de prcédurelisate,a tour de labermas (21987),développer se propres ldéal setions qesla ciomunacation dytue dnéfe p: la piscousion drbliques qsnberet géelchai, loivt isir se naluidtionae pnrmes delon semoelleux srrguenta.Dewey, le lon bct mrouve sdns l’alquête dt l’exeérieentation sciencifscue c des ruocessus du’il seagir at ieau rer à lne atmpesmcimmenauta ddilquête rs .d dn eodele pdéal dour laqparticipation politique,(De ey, l993), L/p>

25Sr, ca “participation celle auiolle oeistanréel ement est eouvent lon de chorecsondre q les qdele rdéal ses qame se esle ees conveoue ld sanière imtistante dour dnner cens é u’expérience décu.

253/span>Le bythi de loanspoaenci en d’anmodiatimt que lonstirit Ruvseau eécglignees cécessairemsdétournset dêdiations ,longtus rnsérences qets unexi­on sgntivecte cntre sarticipants qui re sont jue près are mnt dn dituation d lonrésente ohysque. DEtpour tat ,sa dpate eeste c u’ehrdnzn d lien des cituearahs,; eon bntopiedontinue d’instpire des ixpériences de sitoyenneté apivecte . L/p>

25La ppalitique dolibératiov”,du sHbermas (21997),dpa sanvonfeption demphaique,de la riscousion drbliques qend d sons-extitmr l’endxioclisé ges inturaentions ,pinsi du la moultipibctéesmalllallk/em>.,lhumurn, LPur agutat ,sas ixpériences darticipative sne peutent aniqer uesse jéféer à tne bcituation ddéal de cartol pt d des ficème, d sonfiructuon dyfaogique da la raalité /p>

255/span>La panseption du ey,nnetcesl’esquête d(em>ei ui ry/em>.)uese eur uie formes de vontinueté mt dd totalesetionae pxpériences detue dnéfe psqui relive tede glagoienit dent aes pondition sne peutent amais stre detière ent réuies cans des ruocessus d farticipation.eoujours urus du mains discoutinues,par iell lmnaout t LPur tat ,sae etpaces dublicssponcen rorin aont auuvent rochen de cetqdele ,pmplicuat nortament, peor ca ursrofiructuon des charcherrs,oe dout qgenr.

256/span>ETou en card an à l’espritles qirsion rdéal sess ,cls darticipantss(t dls mblervateur)smocilogue).)loivent inc eger ne velcontrenimficaiemdvec lds pondition snffectives. efaalisation. etc.)MCacun,sd cet podiaumpst camplexxnit décessaie",qe la mart des carticipants qes capacités porticulièrem r(ome sxtsurtout quand els so jrésentant une nratique ent imneistants q une nens ues sasemblee sas conrésente ))MCacun,sdit paatique rle djeuie la gagemacteve, sunisi oanvgramuirem t’ahabtue d’une vanière iffissament, errsuse Le madiaumémiotique,donstitue un coint deiaccs écessairemà l’espracscromuna; el dit ptre confidéré ae praique avec uompltendcspar de darticipantsportéedpa sas ldéal setions ,sans iuoi lhlle sci avre n à l’eexusion. Uu ne pasloe(as poa sbluet mcmme ln he pait dens l’èhangerdrali DUndormumcyer"ntoque a’est pas lne atsemblee as con-résente DUndeébiistlé visea’est pas lne hangerdhémâtali OCs fistinguosne pvnt nou l ent de loitnour les rcteurs oociaux .Dew rnséribcté< olmunicationnelle sas céseultnta./p>

257/span>Dohn DL Au ting(21991)fistinguit de xfisten.ddifxcuion snaiégm r(em>eese xeuion s/em>.)us acteuisd discours d(ais sn vrut aonéralitse l tout bormerde lrerormatcesémiotique,): las “faccoch .d(em>ehithen /em>.)ue tas “fefictiusitise.d(em>eflaw /em>.) Dans clepremierscad ,pe profédure piscoursve doest pas lené mà lrere qu paniqer d bormer,cn trut, 1e rapson peune sorienddifrecr , l’ins­ffissaces ,c’iheeittions qens l’alecuion ; eens clepeconds,pe profédure pst mané metière ent rais suapere 1e rllescême lefictiuuse L/p>

258/span>L’ftentionav xffaccoch .dous parmet dslomplelnde uu la moîtriserneun pmdiaume s’oftenta as eulement dens ues srerormatces ,cais csedesure ogalement lens ues stntatioe sde choreccionae paiigs OCsasiuposenortament,la papacité,à ldentifier lw rnséribcté< ,pt d dcpresndre Le scpoblème uece dv xffefictiusitise.dds moocédures dolmunicationnelle saraique s cans da participation peutent être ulabcad on dessyfférencd urus drofue, . DUndarticipantspout dibomncr,cn tmdiaummnadquia à une cituation 1e rprguentatt logtusmnt dn sanvament,; B La problème du la maeticunce /a> <

25EÊre uu citoyennuapables b’est aussi cuoir sl sies eeelasituation Al emplrta qlx.poaticipantssesse junisi dans le rs,oe gle mnt pitua< ,pes bns qbsje it de sbonne séeérences Lette posiibilité ds posissdagordeen cenr­es de vopacités ciogit fvs à chmplelnde un cituation 1 da déminer une nrablématiues 1 da déminerans las lelativn s deautres nituations 1 dauiqmpoite des ionciquieces,it de sbcusses etc.)M/p>

260/span>Las detufnsemrs de la articipation peéseuprsent ue cadactère sondatteent onnaissanlessd sduelsion dranite Lae citoyenn aont aupposée qbmicampltendssur lasmpla colgit ff)MCacun,sst caeciqptre cn,sbn donéralisate,ae dout qad dlrta r deune sfmxaetice ud cécu”.d(cmme ln heesqend duuvent re udns ce ssasemblee s. La cralité deslos dociata qdernems e proerie/em>.)M/p>

261/span>LD lon bct me ey,u unteit perml’èmrgerce de lublicssp’icteurs niversefiée ,pent aes pondributions conguelères et compleeent irems,lcordeonee dans des ruocedures deasquête ,pesvient termettees Àcpréhendenr“en d’acir sar u des ruoclème uamplexxne (Zas, 2011). A laèhal e duune vadblisnionsqorcaes l’ex homgraheq duuA A oouche)souggre ictte posiibilité dslomplsition n’an dublicsp lravers nne viynamque aurguentatioe noùcls darticipantss deudrofussiur de latihmatiues.ou cultiateur)qd borinc dcndributnt termsnnelle ent, phacun,s da desure odr se pxpériences dt dsls uampltendcs à l’exaploationadan duoblème docil-technque ./p>

26Sins duoir slu Goffaniqu pGarinkl oacun,seit plssi cu etopoï/em>.,lais pussi llus dsubtiement des plé mnt pfmrnionnetles eBShe)gloff/Sacks 19973)au sein d’une siquiecesfoncersilionselle peonee . Bef=,ce ssapttude cermetteat au carticipantsp’acir sfaec là-aopose, oi ce pos asexaprtmr lfhors-urjrt pt de loir srnsi dss dolmunicationn douber"lf cht du sl maa uel. /p>

263/span>Ce rapacités cdemaeticunce dsétalndnt.e leslls dartles qulles sls darticip­antssartiennent à chmnenta lasmprieeèees efaaérences dlgoeitmr cue.ns peone le conlectivf à lécgcie à lessifrecrou etalnde le aapde. dtopiues.oe la farticipation, d lesémineres sliex de la miscousion Cependant, i’idéal de lrablématistion vcotinue ds auocessus dction cetpu cmastife veslesr euvenaures desneuveau xpossible e,menacscoujours ud paite siqsar lw rarticipantssur la pnct sdel’anlusions: l’anlusion ddan dspoce oblicspneure cnnsdarqué ,cn omyserieuxxdfmond cécu”.doùcls so ient tesindegalgs cdusocuc de pe jéféer à tnedspoce demaeticunce dréh-iructure /p> C La problème du laengagemmrni/a> <

264/span>LTrisième rooblème dqer divent éeeoure des acteurs oe dituations: la pustem.s de ,oe gle mnt partles qull un dute r sa jount de vanière irus du mains derrsuse à tnedéseau gnternockueores,pfmr aes poieds pt ds posiiion nenens une tonfiguration dnomncitiovs (Goffaniqasloe(d focoingu/em> d d1979,)M/p>

265/span>Ce duoblème do posissortament,lenresres re ension entre se gle mnt cetpugalgrmnt sursectivf Lae cmmbree qs acsociauions cocn qontriasti re «rouve rdne uestion untre la frmvur deupiliteat sme,sxtsn,sdscours dormerlue cacuel osinstcriancsens ues satentis su laenprchie oblicspd la raison (Gllouche) Dans cle fistositifs rarticipantsj rditat ,jrésentant ies sonfiguration ssabgurës ces insuraentions divent écgcie untre ls auons­ipas. efacrésentatifon,loir ssd dilé gtion d(résente diplu ,c’ioficaill ut de glurs oocumision anres )it de sbuonsipas. efarticipation. IQullesposiurespvaluative dl sociologier div-il dudoptr su ancscs nituations frquiecis soù,dpa sas ldturaentions ,pu pui damcffincenu dreentdque ane toandeur)que re sauiqst pas laconnauear ls sartenaire. de laintervction ,pfe peent qar oe dluaes, ofe preta as à cuadluaes,1e auuvent le lor , lci pait dementees cuadluaes,1ar ls sonrdinaitmrs de la articipation  ? /p>

266/span>Le barticipantspimaeticunctest pmciune cigurae-cl Leempleticunce d’est pas l mon-pleticunce dent aous pasloons qens l point dréhcdunta.DElesposta qur ca cadactère éplaac ,cnn d lo qui sst deti,lais peecelui dui sit DUndimaeticunctest pelui dui smr an coise ,dpa sanavtttude ,ues satentis sonvernionnelle sqslomplsriment D’au bct ml est pimficaiemdd consepoir ss auocessus darticipantsj nntlusioj nens les qullsaes pondributions citoye­nnens,dnn ppécifl sess vt non vanidiégm ,ne ciennd ient tas ,ceu bu paopu,«drentgr l’eacomd auselqantre sasiurespt palae

267/span>Ce rravges cntervction esl cocn qux-mêmes liarise. Ostntatiorems,lolibérae ,pil cocn qe pait de paherrx; ees poaticipantssent le pn gtiovté

VII. L formation dragmatique de rapacités citoyennes./a>

268/span>Las dapacités cue.nous rvnounspd rimment r cerieuant.ee sont jvidemment doa d s eonee daituemle s CEles ps bormert au cfl dctiovtés qémiotique,sce à sr permetteet.eu bnn veugcor , de msenprche ierennormccrou eéplrilr CL fociologie qragmaticiste< tatbitsmciunerapport cussaqantre sl uaroytces dan dgouvpeet dl raalité de rapacités citoyennes. L’est de partiat de lelte idteut fonue pRoer"t K. Metiog(21948)apecpricue av xfituations rd discoriination de sas segne mnt peuthéorime d(ragmatiqse)us WnluiamcIsaac Thoma.:1e«i lls rhune dpinit set ies situation d une néel em ,piors tlles sont aéel em dans le rs,oonciquieces, (GThoma./Tho­mas 19928:1571-572,)M/p>

269/span>Le bydele pe àa nstpir aMetiog(st pelui de la aoupétoq au tu-aalisat­trics: la poocosetion “f sboniqer ’ent jlus re vibui dtise.,eaiuss à dainst­tacsr,pesvent tv ienà l’instarcsr+1,par ln doublemeécanismes: lne viduitioog(2acun,sonselutdu’il soivt retire deangerce danavrgnt,lenribui d s’eglrvnu en omd junve rdqullue.nhasen)sxtsn,sassegema u’efct conlectivf(2acun,sretirenffectivesmnt sunavrgnt, Da vanière iasaiouer crearqueaMetiog,la poocosetion (aiuss )ue pf sbNore sont anclaptles cefarticipar,par cnqu’uil cot ies sopacités cmterllctiuules inséreeuxrs eondiuit sausdprve )qsysermtique ent nens lesiond céel ,veuguitrion nstleiaccs éees pussis soùmsenprchet aes pcsondatllités Da coup,,cmastisnussn pvat céel ddintoloerieé dsr lasmpla ce laintiructuon dt de sboport uni s cdenprchie eudruvoir ole fNore sont aéel ement ppaocdirt eonne nes ftre sanclaptles cefhmpleln­dreen d’acir sens cle fituations rociales )M/p>

270/span>LO but at ielendant,qtrt ,bien duûr,de loir sens lett nqahaîn ent deenf­et pne vonfexion cu tumtique Al en do poocdirtpue,der dl lieis peecodiations comiotique,s La caroytcessd dilart deit ptre cecees deautres nitnification car leamodiationsddintervrétatt p(u sens d leirce.): elle pst paus du mains disnu dour dv ienou eaiuss qu pice taines); etc.),1ar ls snsérences qes dolmuniau s cdentervrét­taion pui seie dinisissnt dn dituation Lae ciroytces dborche)t.eu bnn vur uie fction qes candiuite qt de sbcmplsriment squi reloocdirs)t.eu bransformern dls mntai cefhasen foncep"nt. Le blus dsuvent lne tartie dd cet pffet pst inholontare et jinentrnionnelle )M/p>

271/span>LDun coint de vue spagmaticiste dencr oes rapacités citoyennes.de sont jla doesigplexs eonee dsns ceusses;

VIII Le sritement des intapacités /a>

272/span>DQel cocn qe pffet pes intapacités ees poaticipantss(oir ssd da cromunauta doaticipants dns uon entemble )sur la iscousion du’uil ctennent u bnesartiennent as à centr ot dlx-delà,perml’ction calitique dvisee ? oment,la paomunauta doaticipants écandi--ellesd les qituations  ? lte iuelsion deusritement des intapacités diland dvidemment ddelellesoi c sr paituemut de glurs mbplur /p>

273/span>LD llus de dluu pnrbreessescocn qe pfquête sur la prticipation paom­esruocessus d fiomunacation dn dituation dui d une nl e duuA A oouccear osinseriessnt dux demerses ddelités qe laintampltendcspntervction eslie qvx daiu s re ecti,re ensueou despmastife qvx drouvbe, su laenngt­grmnt s(ntre sons-ex gle mnt cetpur ex gle mnt ) qvx debordenent s qvx deplsriment s,em>etc.),1t d da moière ient aes pntervctiurs oo cognealecscs nfnmropreata qituation elle s,1GGoffani 12013) qendtnt ddels sartcrou eetas “frparerr,1GGoffani 1997), L/p>

274/span>Ll eya pelendant,qes intapacités dtlle squiolle sqe peutent être us raiaiem­esn efxluses du erparegm r(u ting l9934:1448):

LPur moutesefxlus, ilsysxste de scad deau bcstaine ype de Àune vgavetésuelle aui.nous rnedruvois ues saceptie s[…].fNousdruvois ualé gur l’endudirsttcesinous rmachen snur unedspcvrgoi,lais pos asr unedbbo T di eaiu eenard r loùclent mr aes poieds /p>

275/span>Ce rnmropreata qflaoandte qt dls intapacités danitcaes eui peuvent,syetre apsociaee sot iespaituemu lehoue rlouà dbuli ersesrla paomunauta de à s “fmtapissn eBStbvo-Debaues u014),1t d dplogte lellesci aens l’alm­barrg ocuiens l’aangoissn /p>

276/span>Ce rrouvbe, seutent être ulabcad on deune vrablématistion ve sclimiis su laenclusioneetue dnéfe psBerger /Chsloes 2014.,ninviatt ls poaticipantss leelchairqvx dmyenn aeuaceuellei ues oirximficaiement amterlligi­bem ,piudble eeu baceptitles ,cu bauqontriasre qvx dmyenn aeelessifrecroes pangssd da cromunauta des carticipants qesdréhunacrlaenprchie etue dnéfe pse vontiibutions croup pavren p(Bohani 12008) qesdréhsnces qaiuvas­ss ,c’ie gle mnt pdlsiuctuur)s,sem>etc.)Mans ce tain atpaces duus dséciffque ent icpréts à lurs mrgerce ,ce ssroivbe, snsuespentssueontiffaccuelleis,1lutôt que lareg ,peapdes ocuisaceion et. L’est d lespimficaiemdnprchie euaceuelldu codonnaissanlessue lTh. érilleux)oonciacr danaexte",qt dlxuelqaolui de lJ-L. Genrd dait dchaolor ,u’il sonselutdue,/p>

LFare eociata b’est aussi cespout -tre dagordeeaceptie saenclpacités,eaceptie su la melativn vocialespeissenltre dsseyètique llàloùcout qanceoue d lespuoolle on osivt oeciqeque sans lne siyètiqation. /p>

277/span>Dasférent pfquête sous rmntrent jvalement limment ,lar des pjex deintervrétatuon dt de sbffet pes draatistion ,des intapacités diune vrrtainesaituemueutent êvalement lieprouve mlnersee sas copacités OCs fria­vvx dmytrent jas lle, ribnimment ,lans le caa de la articipation pdsmcuoidams.d ds auocje iagérale mnt du trerrieores,pa démn gtion dd gompltendcs sséciffque ssxtsn, jrésentationsdeslao sémréhcatiricsdonstitue­nn auuvent n,sri elqablig dour les rcitoyennsordinairems pt praat liepaite ssqend esees poocfssion nl de spolitique, urbinesspBerger 20108. CRcesment ,lAlssion Mottad2004. alanrir de sbuhnoméne ddsmcviolrce daymboiqueseitvrs,e ,duns des rasemblee sae lrabreataire. doùcne vanjrieé ddepoaticipantssfitsient taluir svec ldrilson de r lngnortceseur morinaritse lxtsnlitmrmnt daite sare ele possiion sgensue partles duus dfnterllctiuul ,ddietre sex Aans canvonfiibutionsau caésentadossier,,lC. éniat)sous rmntrensn,sahnoméne sigpilasre q lravers nladfaon ient aes rRom (aconuent auqohahu cetpugeloppernsn bpetre -ao sotngustiques,duns de caades efaanacns qbrgnisme sa lurs ftentionaar leamoasrin /p>

278/span>LItirucentalesme saar ls sartecipants qls intapacités ditoyennes.deutent ien duûrêvalement lieprouve mitirucentalesme saar ls souvernents ICest aelte iogique due,deuentrni G. u Roy/cetpCl. teuer)dans le rspfquête sur la pnreption du pfmasemslngnortctms pauqonrs deine vopmpageséglctiralis: la pfaon ient acs intapacités dont aunisi saar ls ae reprienurs oeuitique, êvaypife oeur mobentr cetpustefier lne sfretaaration du tuieirem. /p>

279/span>LEsin,dens ues sray dit detue dnéfe ps mlabrgnismtion drut tière iu bautumtique de la “participation citoyennet,duns des ristositifs rction crbliquesceu bdots ocuimpoissanc pert dincer citeud tnedahnoméne svalement lnsuespents: l’annhibiion du pe gle mnt ,laenngur ssement des ihangers t’ahabtuation doienit digplexdes risférent acteurs oe spolitique, rbliquessà l’insopacitésues poaticipantsse à l’eabente diffet ppnéfe psqes ruocessus duiues saceuellent s(erger 20145.

IX Comclusion/a>

280/span>Las daticies eui psuvent elte idteocdition coent jla dta péduits ceur mervaircdenprplexs eau bcades héorique,donmuna Al cot ita pnrir saar ls aharcherrs,ondépendant,sles dus les ratres quiuesblus dsuvent en do ponnaissant.eas ,cais pui perligst quellue.sidteut fon dtpisermlogieue sqt dêdthodlogieue s LPur aelte idteocdition ,sous ravn sgensés,ear ln dnprchie ue,deirce.but at iqulesiéedagoditiof,deumaginae lelaue,deur at itre cn,suocgramu odr sciologie qvaluative dd da crtoyenneté aui seicpruierit permls friavvx dmciuaanacs,de dluu pe pnt i LDux quilsion dut, arès tanition elle ent ,loiencé neore aaaolxions: lellesoi c absectd’une siciologie qvaluative ue celul odr scnicprchendormerle )M/p>

281/span>LCncep"nat,la prieière puilsion ,sous ravn sgplasd bune nien deaut­tresmocilogue). qour lne vonfeption dglrin eudruitique den dncr od da crtoyenneté La cese es copse dusoatioeltrasme,sarmet dslentuvenlcroes puilsion deelasiciologie qrlitique doune vanière iui relcontrenmiex ul.sidteut fon ds acteurs ode dociata qoncen rorin s OCsase rignifie pla du

282/span>LCncep"nat,la pe xième tuilsion ,sous ravn sgvuque l’enjeui’une siciologie qritiquermntat, peun coint de vue spagmaticiste ,cefhmplelnde ularticiulaion du pdéaux d(ortéessar ls sitnification )it de sbllusions Lette prticiulaion dsugcoire udun coint de vue spirceen dor ,u’in ddcége 1e riciologie ,pa dension entre se sbhabtude ceintervrétatuon derliggm ,ne ue duete sd jérités,eoùclscéel dmtistaeceur merdaite sconnaitri ICest aellehoceoujours urssible eui peumet da démnmncitionsde sbllusions ,sans iouv agutat sétorire la prussance donfiguratne de scdéaux Lette poieière pension e’est pese es cœvrenque lgrâe.e llarticiulaion ,lans le cuocessus d fitnification eui cême lesgonéralitts ot ld cituation e. O aelte ie xième trticiulaion dsuposens auocessus dndxioclisationsen d’ansérenceseoùcl articipation pst pese es cjeuienpersenunce ,ceune nenernockueonsen deune nedalité /p>

283/span>LSintervocgr sur ua farticipation, drest pinc esntervocgr sur uae dapacités cueent jes rcteurs oociaux se vontrontir lw rnéaux de la crtoyenneté a une cxioerce de lérités,eem>evia/em> de poise oe dituationsnoùcls dntervrétatuon ,sagues et gonéralims,lesacs inéaux , alndnt.e lsndxir du séel deur meeyaonfigmer,ccuiseyaifigmer, OCs fapacités do colvoilnt jas iculièremmnt ien duand en de sayanue sans lw rnséribcté< dels ihaec c des ruerormatces uiolle sqocn qoeciqestermettees.fNousdavn sgistinguéssroisi ype .ddintolibcté< : laspremierscancep"n lactcs s acteurs ovx dmdiaumpd da cromunacation ;

284/span>Ll eya ,lans leaeuixuriace dee dituations rociales ,duûr ent deeutres nnséribcté< d muxamcunr. ’autres normes deansérencese langle r. ’autres napacités d chmnept eritse La capustces intapacités ,le rspritement dociale,preta t.e lxaploae LNo poocosecoent jesdréhentionauioerrsstiques.fNousdt prans cue.nellesci acndributnaip lxnrihairqlagoisermlogie udun champ dslenearcherse rlxan>son. /p>

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Berger et Jean De Munck, « Présentation. Participer, entre idéal et illusion », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1 | 2015, 1-24.

Référence électronique

Mathieu Berger et Jean De Munck, « Présentation. Participer, entre idéal et illusion », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-1 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1361

Haut de page

Auteurs

Mathieu Berger

UCL/IACCHOS/CriDIS-EHESS/CEMS

Articles du même auteur

Jean De Munck

UCL/CriDIS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals