Navigation – Plan du site
Débat

En guise de conclusion provisoire

Maurice Blanc
p. 149-150

Texte intégral

1Je remercie sincèrement le comité de rédaction de Recherches sociologiques et anthropologiques : il a accepté que soit publié dans ce numéro un texte dans lequel je critique, courtoisement, mais fermement, un article de Bernard Fusulier (directeur scientifique de RS&A) et Nicolas Marquis, présenté dans cette même revue en 2008. Il me propose maintenant de répondre brièvement à la réponse des auteurs, donc d’avoir le dernier mot dans cette controverse. C’est une marque de confiance : être en situation de conclure permet de mettre en valeur son propre point de vue, au détriment de celui des partenaires. J’espère que je saurai résister à cette tentation, pour ne pas devenir l’ayatollah autoproclamé d’une orthodoxie de la transaction sociale. Fusulier et Marquis ont intitulé la dernière section de leur réponse : « Pour conclure sans clore le débat », je me situe dans le même registre avec : « En guise de conclusion provisoire ».

2Cette forme de confrontation, dans laquelle chaque partenaire-adversaire pousse l’autre dans ses derniers retranchements intellectuels, est très riche. Malheureusement, elle est l’exception et non la règle dans les revues françaises de sciences humaines et sociales. La sociologie allemande est plus ouverte à cette « éthique de la discussion », pour reprendre l’expression de Jürgen Habermas (1992), qui l’a lui-même mise en pratique (voir la note 1 dans ma réponse à Fusulier/Marquis dans ces pages « Débat »).

3Les explications apportées maintenant par Fusulier et Marquis me satisfont et ils ont raison d’écrire en introduction : « les « zones d’accord » entre nous sont nettement plus étendues que les « zones de désaccord » ». C’est un peu à regret que je l’admets, car une partie de mon « fonds de commerce » porte sur le conflit, la critique du consensus et l’éloge du dissensus ! Je souligne nos principales convergences.

4Dans la section III. A de mon texte, j’ai repris la définition de la transaction sociale comme paradigme méthodologique dans Produire ou Reproduire ? Cette définition est hétérodoxe et elle ne rentre pas dans la typologie des paradigmes analogiques, formels et classificatoires élaborée par Raymond Boudon (1971), en fonction de leur plus ou moins grand degré de formalisation. Il est vrai que cette définition a été « taillée sur mesure » pour la transaction sociale et, à ma connaissance, elle n’a pas été reprise par d’autres.

5Faire de la transaction sociale un regard sociologique, ou une « posture épistémologique », libère de l’exercice académique de la situer sur l’échelle des paradigmes, puisqu’elle est « autre chose ». En même temps, l’essentiel est conservé : « [la transaction est] l’image de base à partir de laquelle s’imagine une interprétation de la réalité » (Remy et al., 1978 :87). Cette concession de ma part en appelle une de Fusulier et Marquis : pour être logiques avec eux-mêmes, ils doivent renoncer à l’expression de « paradigme daté », à l’origine de nos désaccords.

6La distinction entre deux niveaux d’analyse, le structurel et le structural, est centrale dans Produire ou reproduire ? Ce vocabulaire a vieilli et je ne l’utilise plus beaucoup, mais il reste pertinent (section V. A de mon texte), je fais volontiers amende honorable. Au niveau structurel, nous assistons à un brouillage des classes sociales, j’en suis d’accord : le « précariat » de Robert Castel (2003) est très différent du prolétariat traditionnel. Mais l’aggravation des inégalités sociales et des écarts entre riches et pauvres aujourd’hui nous oblige à penser les classes sociales à nouveaux frais.

7Je partage les critiques émises par Fusulier et Marquis sur les limites de l’analyse stratégique « à la Crozier » et sur le « totalitarisme » de la communication. Ils rappellent que cette idéologie prend ses racines dans la psychosociologie industrielle des années 1930 ; depuis, la théorie de la communication de Habermas, fondée sur le consensus, lui a donné une légitimité qu’elle ne mérite pas.

8Fusulier et Marquis terminent en affirmant l’existence d’un « prisme qui est propre à la transaction sociale ». Oui, mais cela nous pose à tous une vraie question : quel est le socle de ce prisme et comment le définir ? Il faut à la fois le nommer avec des mots, donc le rigidifier, tout en lui gardant sa souplesse. Saurons-nous faire des transactions satisfaisantes entre ces exigences épistémologiques opposées ? « L’avenir de la transaction sociale n’est pas écrit à l’avance. Il appartient à toutes celles et ceux qui s’intéressent à elle et qui se l’approprient » (Blanc, 2009, p. 35).

Haut de page

Bibliographie

Blanc M., 2009, « La transaction sociale : genèse et fécondité heuristique », Pensée plurielle, n° 20, pp. 25-36.

Boudon R., 1971, La crise de la sociologie, Genève, Droz.

Castel R., 2003, L’Insécurité sociale, Paris, Seuil.

Habermas J., 1992, De l’Éthique de la discussion, Paris, Flammarion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Blanc, « En guise de conclusion provisoire », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 149-150.

Référence électronique

Maurice Blanc, « En guise de conclusion provisoire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/162 ; DOI : 10.4000/rsa.162

Haut de page

Auteur

Maurice Blanc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals