Navigation – Plan du site
À propos de livres

Berthon Salomé, Chatelain Sabine, Ottavi Marie-Noëlle, Wathelet Olivier, Dir., Ethnologie des gens heureux

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Ethnologie de la France, n° 23, 2009, 210 p.
Gregory Dhen
p. 159-161

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif recueille une série d’articles qui proposent de traiter d’une thématique commune dont l’objectif n’avait jamais été énoncé comme tel en anthropologie : esquisser une anthropologie du bonheur en replaçant ce dernier dans son contexte historique et culturel d’énonciation et d’expérimentation.

2L’introduction nous rappelle la permanence de la réflexion sur les formes et les moyens de bonheur dans l’histoire de la pensée occidentale et le degré d’importance élevé accordé à sa quête dans les discours contemporains. Dès lors, comment comprendre que l’anthropologie n’ait pas encore développé un ensemble d’indicateurs et tenté la mise en œuvre de paradigmes spécifiques qui permettent à ses tenants d’avancer dans la détermination des contours et des intentions de ce phénomène humain ? De l’universalité supposée de sa quête à la place qu’il occupe dans divers systèmes de pensée en passant par les rapports que la notion entretient avec celles de morale et d’identité, il ne fait pas de doute que le bonheur suscite de nombreuses interrogations et semble être une de ces notions centrales dont la détermination, personnelle ou publique, apparaît comme un indicateur important dans l’étude des individus, des sociétés et des valeurs de leur temps.

3Tout semble se passer comme si le goût pour des sujets graves l’avait toujours emporté dans les recherches en sciences sociales ; la sociologie comme l’anthropologie se faisant les sciences de la veuve et de l’orphelin plutôt que du bonheur triomphant. Ceci a eu pour résultat de reléguer le bonheur comme une conséquence de la propension humaine et sociale à réagir au malheur, voire même comme une chose superficielle, seules les voies de la souffrance ou de l’ascèse ouvrant à la compréhension de l’humaine condition. Mais n’est-ce pas aller trop vite en besogne et se satisfaire d’une définition télescopique de la notion qui, au même titre que les approches d’autres disciplines, serait empreinte d’a priori et de mauvaises habitudes héritées de l’histoire de la pensée occidentale ?

4En effet, force est de constater que les approches psychologiques du bonheur reposent sur un certain nombre de partis pris, souvent implicites, où le contexte de déploiement du bonheur, l’“ être heureux ”, est rarement considéré au profit d’une analyse qui utilise le “bien-être” comme un indicateur objectif du bonheur. Le bonheur comme seule compétence personnelle, compris comme un état moyen, sorte de degré zéro de l’expérience heureuse à partir duquel peuvent fluctuer des affects, serait alors tributaire du capital génétique de chacun, le sentiment de “bien-être ” agissant alors comme son seul et unique indicateur mesurable.

5En partant de l’idée que le bonheur est, par définition, un concept, de sorte que son universalité est sujette à caution, il est d’autant plus délicat de s’attaquer à la problématique de l’être heureux, sorte de dimension incarnée du bonheur, en l’absence de langage propre.

6Chaque auteur, sur base de son terrain et de ses influences épistémologiques, a participé à cette tentative interdisciplinaire de détermination de formes élémentaires du bonheur qui constitue le vaste objectif du volume.

7La première partie de l’ouvrage comporte des articles qui offrent une description des mécanismes de production de l’être heureux et qui, par l’intermédiaire des voix des acteurs, tentent de saisir les diverses modalités opérantes dans la définition et la prise de conscience d’un état du bonheur. Dans cette perspective, E. Savignac montre comment le bonheur est à la fois utilisé comme une valeur performante, passeport vers l’implication et l’épanouissement au travail, par les dirigeants d’entreprise et comme un bouclier vis-à-vis de la contrainte par les salariés. La question du pouvoir en lien avec une définition idéologique du bonheur y est centrale.

8En s’intéressant aux discours des néo-ruraux installés récemment dans la vallée de la Roudoulle, C. Isnart saisit la construction narrative du bonheur de ces derniers en analysant leurs récits d’arrivée. Il souligne dès lors la négociation permanente auquel le bonheur personnel est soumis pour se concrétiser dans les représentations et les discours qui illustrent les mécanismes d’arrangement que les gens activent pour s’auto-convaincre de leur “être heureux”.

  • 1  Durkheim E., De la division du travail social, Paris, PUF, coll. “Quadrige”, 1986, rééd.
  • 2  Conche M., “Le bonheur comme fait : bonheur de surface et bonheur philosophique”, in Droit R. P., (...)

9P. Perier, pour sa part, refuse l’idée d’E. Durkheim selon laquelle «l’individu seul est compétent pour apprécier son bonheur : il est heureux s’il se sent heureux1». L’auteur utilise la notion de “vacances” pour développer sa réflexion et accorder une extériorité et une réalité objective indépendantes des consciences individuelles au bonheur. En soulignant combien la promesse de bonheur est déjà bonheur2, l’A. nous montre, à partir de l’expectative du moment “vacances”, que le bonheur s’offre comme une perspective plus ou moins utopique à défaut de s’accomplir dans une expérience vécue et il remarque combien la norme du bonheur par les vacances s’est diffusée dans le corps social de nos sociétés. Tel un temps “sacré”, il enrichit le présent à travers la mémoire des vacances passées et les visions prometteuses de celles à venir et engendre des effets d’exclusion sur ceux qui n’y accèdent pas et, par là même, se voient privés d’un droit aux vacances assimilé à un nouveau droit au bonheur de notre imaginaire social contemporain.  

  • 3  La “Desert Cup” est une course qui s’effectue en autosuffisance alimentaire, en une seule traite, (...)

10Les “désert cupeurs”3, sorte d’ultramarathoniens de l’extrême, éprouvent pour leur part une forme de bonheur que nombre d’autres se refuseraient allègrement d’expérimenter. A. Mottiaux nous montre que ces courses de l’extrême apparaissent comme traversées par des imaginaires de bien-être, de performance et de risque au travers desquels le corps devient enjeu. Cependant, l’A. remarque que l’expérience du plaisir est autant à chercher du côté du processus de préparation de la course ou de l’expérimentation physique personnelle de la difficulté, que dans la mise en commun de ces expériences. La fin de la course, établie pourtant comme objectif final, n’apparaît alors que comme un point, certes paroxystique, mais pas essentiel dans la définition du bonheur répandue chez les participants ; la reconnaissance sociale, la solidarité et le partage des expériences étant considérées comme autant de modalités de l’être heureux.

  • 4  Levi P., Si c’est un homme, Paris, Julliard, 1987, p.84.

11A. Piette, à partir d’un témoignage poignant de Primo Levi qui évoque les procédés qui permettent aux hommes en situation désespérée d’ériger une maigre barrière de défense leur permettant d’atteindre un degré d’équilibre et d’assurance face aux imprévus4, préfère le terme de tranquillité à celui de bonheur pour dessiner les bases d’une nouvelle méthodologie de l’observation et son approche du bonheur. Centrée sur les détails et les “restes” des situations humaines, cette “phénoménographie” s’intéresserait, aux antipodes de la théorie qui les phagocyte, à l’observation des actions dans leur simplicité, leur indolence et leur inertie ; bref, à saisir ces petits quelques choses qui font la différence et qui, de façon invisible, participent à la création du sens que l’homme se fait des situations auxquelles il participe.

  • 1  Kant E., Fondements de la métaphysique des moeurs, traduit de l’allemand par V. Delbos, Paris, Del (...)

12En fin de volume, A. Liarte développe l’hypothèse que le bonheur naît d’une interprétation, historiquement et affectivement située, d’une situation vécue. En redéfinissant le bonheur sur base des acquis philosophiques d’E. Kant, il en résulte que les dimensions temporelle et spatiale jouent un rôle fondamental dans son appréhension. En ce sens, le bonheur est plus que du contentement ou du plaisir éprouvés, caractérisés par la ponctualité ; il s’apparente à une béatitude permanente qui s’avère ne pas être à la portée de l’être humain. Il relève donc toujours de l’idéal et de l’imagination1.

13En collaborant à cet ouvrage, les auteurs qui ont bien voulu se prêter au jeu ont le mérite d’avoir tenté d’articuler les données de leur terrain respectif et les outils propres à leur discipline afin de s’attaquer à un sujet dont nous avons pu saisir l’originalité et l’importance au cours de ce bref descriptif. Nous regretterons toutefois le manque de liaisons claires entre les articles et la difficile homogénéité que le lecteur tente de trouver à la lecture du volume. Une conclusion, reprenant notamment les apports essentiels et tentant d’articuler les (trop) nombreuses orientations des auteurs, aurait pu éviter l’écueil du manque de repères qui touche inévitablement l’analyste. Il est évidemment difficile de s’adonner à l’exercice périlleux de la conclusion quand le champ abordé vient à peine d’être défriché. En ce sens, cette compilation a le mérite d’ouvrir le débat et d’alimenter la réflexion sur un champ qui touche inévitablement à plusieurs composantes de la vie sociale. La note qui s’attache ici à en donner un aperçu ne peut qu’inviter les lecteurs intéressés à se pencher sur la problématique.

Haut de page

Notes

1  Durkheim E., De la division du travail social, Paris, PUF, coll. “Quadrige”, 1986, rééd.

2  Conche M., “Le bonheur comme fait : bonheur de surface et bonheur philosophique”, in Droit R. P., Dir., Où est le bonheur ?, actes du cinquième forum Le Monde/Le Mans, Paris, Le Monde Éditions, 1994, pp.89-103.

3  La “Desert Cup” est une course qui s’effectue en autosuffisance alimentaire, en une seule traite, sur 168 km.

4  Levi P., Si c’est un homme, Paris, Julliard, 1987, p.84.

1  Kant E., Fondements de la métaphysique des moeurs, traduit de l’allemand par V. Delbos, Paris, Delagrave, 1993 [1785], p.132

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gregory Dhen, « Berthon Salomé, Chatelain Sabine, Ottavi Marie-Noëlle, Wathelet Olivier, Dir., Ethnologie des gens heureux », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 159-161.

Référence électronique

Gregory Dhen, « Berthon Salomé, Chatelain Sabine, Ottavi Marie-Noëlle, Wathelet Olivier, Dir., Ethnologie des gens heureux », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/167

Haut de page

Auteur

Gregory Dhen

UCL, ANSO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals