Navigation – Plan du site

L’analyse comparative internationale du choix scolaire au vu de la théorie des capabilités. Défis et enjeux d’approches qualitatives et quantitatives

International Comparative Analysis of School Choice with a View to Capability Theory. Challenges and Issues in Qualitative and Quantitative Approaches
Noémie Olympio et France Picard
p. 59-81

Résumés

La question de la justice sociale dans les différents systèmes éducatifs est conti­nuellement au cœur des débats. En proposant une lecture multidimensionnelle et contextualisée, la grille analytique des capabilités offre une perspective no­vatrice pour analyser le caractère juste ou injuste des situations scolaires. Dans cet article, nous montrons que l’approche par les capabilités peut servir à cons­truire l’analyse comparative internationale. Si les premières tentatives d’opéra­tionnalisation des concepts de Sen utilisent davantage des méthodologies quan­titatives, certaines notions telles que les facteurs de conversion ou les préféren­ces adaptatives nécessitent de recourir à des investigations plus qualitatives. L’article vise à présenter deux études comparatives internationales qui ont per­mis d’éclairer le parcours d’élèves ou d’étudiants en questionnant leurs capabi­lités à s’orienter. L’objectif est de démontrer la complémentarité des approches quantitatives et qualitatives dans l’utilisation du cadre conceptuel des capabili­tés, tout en illustrant les défis et les enjeux de la méthode des comparaisons internationales.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

A. La justice sociale et la théorie des capabilités dans une comparaison internationale

1Les comparaisons internationales dans le champ de l’éducation se sont multipliées. Donnons, à titre d’exemples, les évaluations standardisées des compétences des élèves dont PISA (Programme For International Student Assessment) (Duru-Bellat/Mons/Suchaut, 2003 ; Baudelot/Establet, 2009) qui sont particulièrement en vogue, la recrudescence des rapports interna­tionaux sur la performance des systèmes éducatifs (Benavot, 2008 ; EU­ROSTAT, 2016 ; OCDE, 2015), l’analyse des systèmes d’enseignement su­périeur (Musselin, 2005 ; Teichler, 1988), etc. À ces travaux se sont ajou­tées les analyses comparatives internationales traitant des inégalités et des injustices dans l’enseignement supérieur (Adangnikou/Goastel­lec/Ben­ninghoff/Leresche, 2009 ; Charles, 2015 ; Duru-Bellat et al., 2003 ; Pi­card/Goastellec/Olympio/Pilote, 2016) ou dans l’insertion socio­pro­fes­sionnelle (Dean/Bonvin/Vielle/Farvaque, 2005 ; Dubet/Duru-Bel­lat/Véré­tout, 2011).

  • 1 Selon une certaine conception de la justice, conception définie dans la suite de l’article.

2La question des inégalités et des injustices est au cœur des débats dans les systèmes éducatifs depuis quelques décennies (Boudon, 1973 ; Bour­dieu/Passeron, 1977 ; Duru-Bellat, 2012 ; Dupriez/Monseur/Van Campen­houdt, 2012). L’analyse de la justice face à l’éducation est cruciale dans la mesure où la scolarisation des personnes joue un rôle déterminant aussi bien du point de vue de l’insertion professionnelle que de l’accès à la for­mation continue (Nussbaum, 2011 ; Saito, 2003 ; Sen/Drèze, 2002). L’é­cole, où se joue partiellement la reproduction sociale, peut aussi devenir un important vecteur de mobilité sociale ascendante redistribuant les chan­ces et compensant les inégalités injustes1, c’est-à-dire les inégalités sur les­quelles il est possible d’intervenir. Ce type d’inégalités se manifeste aux périodes charnières des parcours scolaires, marquées par les paliers d’o­rientation : à l’entrée dans le secondaire, lors du choix d’options scolaires déterminantes pour la suite du parcours, à la fin du tronc commun de formation ou encore à l’entrée dans l’enseignement supérieur. Dans une perspective théorique axée sur la justice sociale, on s’interroge tout particulièrement sur les circonstances, les embûches ou les éléments qui facilitent ou entravent ces choix effectués aux paliers d’orientation, dans la mesure où ils ont parfois un impact quasi-irréversible sur la trajectoire scolaire et professionnelle de l’individu (Olympio, 2013).

  • 2 L’acronyme “AC” se réfère systématiquement dans la suite de l’article à “approche par les capabilit (...)

3Les théories de la justice sociale ont traité des accomplissements (ce qu’il advient réellement des individus) en termes de satisfaction des préfé­rences (théories du bien-être : Waltenberg, 2008) ou des moyens pour soutenir ces réalisations (les théories ressourcistes : Rawls, 1971). Dans le présent article, afin d’apprécier le degré d’injustice ou de justice des systèmes éducatifs, nous mobilisons l’approche par les capabilités (AC2) d’Amartya Sen (1992, 1999). Pour Sen, les inégalités ne sont pas liées uniquement au manque de moyens, mais elles reposent davantage sur le manque de possibilités réelles (Bonvin/Farvaque, 2008 ; Robeyns, 2000 ; Sen, 1980, 1999, 2010 ; Verhoeven/Orianne/Dupriez, 2007 ; Olympio, 2012, 2013). Cet espace des possibles renvoie à la notion de capabilité qui se définit comme la liberté réelle de choisir ou d’accomplir.

4L’AC permet de renouveler le corpus des études sur les inégalités d’o­rientation en mettant la focale sur les capabilités à s’orienter. Celles-ci se définissent par la liberté de choisir un programme d’études ou de carrières qu’un élève ou un étudiant a des raisons de valoriser (Picard/Olym­pio/Masdonati/Bangali, 2015). Une telle liberté est limitée lorsque le choix scolaire ou professionnel est effectué de manière normative, selon le soi social de genre ou de classe, selon les préférences adaptatives, c’est-à-dire une préférence exprimée à défaut d’autre choix ou sous la contrainte et l’injustice, occultant l’exploration des champs d’intérêts possibles (Nussbaum, 2011 ; Sen, 1992). L’AC permet de considérer une dimension subjective dans l’analyse des inégalités, à l’aide du concept de choix qu’on a des raisons de valoriser (Sen, 1992).

5Elle permet également d’éclairer les situations des jeunes, au-delà des droits et des possibilités formelles du système éducatif (Verhoeven et al., 2007, 2009). Le passage des ressources et droits formels (moyens d’ac­complir) aux capabilités à s’orienter des jeunes (liberté de choisir) fait in­tervenir le concept de facteur de conversion (Robeyns, 2005 ; Bon­vin/Farvaque, 2007 ; Olympio, 2012). Les facteurs de conversion ren­voient aux mécanismes ou aux dispositifs qui soutiennent (facteurs de conversion positifs) ou qui freinent (facteurs de conversion négatifs) la mobilisation des ressources, des droits formels ainsi que l’éventail de choix dans les capabilités. Les travaux distinguent trois ordres de facteurs de conversion (Bonvin/Farvaque, 2007, 2008 ; Olympio, 2012, 2013 ; Ro­beyns, 2000). Les facteurs personnels de conversion font référence aux caractéristiques et capacités des individus (le talent, la motivation). Les facteurs sociaux de conversion concernent le contexte sociopolitique et culturel dans lequel évolue l’individu. Les facteurs environnementaux de conversion ont trait aux opportunités institutionnelles et géographiques (un établissement d’enseignement supérieur situé à proximité du lieu de résidence familiale). Ainsi, l’AC est un cadre d’analyse contextualisé. Les libertés des personnes y sont définies en fonction de l’environnement dans lequel elles évoluent, prenant en compte les structures sociales et les institutions propres à chaque contexte national (Olympio, 2013 ; Otto/Zie­gler, 2006 ; Saito, 2003).

6L’analyse comparative internationale, utilisant le cadre analytique des capabilités, comporte des forces et des défis méthodologiques. Pour paraphraser Bleiklie (2014 :390), on peut affirmer que l’AC, développée et mise à l’épreuve dans un contexte international, est composée de con­cepts qui voyagent bien (concepts that can travel well), car elle est fondée sur une conceptualisation bien étayée, ouverte et regroupant des concepts transférables d’un pays à l’autre et qui tient compte du contexte national. Dans le corpus des travaux, on a eu recours à l’AC pour étudier des pro­blématiques telles que la famine en Inde (Sen, 2010), l’insertion des jeu­nes chômeurs suisses en emploi (Bonvin, 2013 ; Bonvin/Farvaque, 2007) ou les inégalités scolaires en Belgique affectant les migrants (Verhoeven, 2011 ; Verhoeven et al., 2007). Les concepts-clés de l’AC peuvent ainsi servir de thématiques pour construire l’analyse comparative internationale. Selon Sen (2010), la détermination de ce qui est juste ou injuste passe par le recours à des informations les plus variées possibles (une base infor­ma­tionnelle large), la prise en considération d’une diversité de points de vue, proches et lointains, afin d’éviter le piège de l’ethnocentrisme ou du «localisme des valeurs» (Sen, 2009 :72). En effet, si certains biais cul­turels peuvent altérer le jugement de ce qui est juste ou injuste, l’analyse comparative internationale permet d’y pallier par un examen attentif des différences et des points communs avec les autres cas nationaux analysés (Vigour, 2005 ; Bray/Adamson/Mason, 2010 ; Välimaa/Nokkala, 2014).

7Parmi les défis méthodologiques, notons le piège des équivalents sé­mantiques et de la décontextualisation des données. Bien que ces défis ne soient pas propres à un objet d’études traitant de la justice sociale, ils font partie intégrante de l’analyse comparative internationale appliquée à cet objet d’études. Le piège des équivalents sémantiques, dans les comparai­sons de systèmes éducatifs nationaux, se rapporte à l’utilisation d’un mê­me concept dans divers contextes nationaux où en sont données des défi­nitions différentes (Bray et al., 2010). À l’inverse, ce piège peut se présen­ter sous la forme d’une définition commune à des systèmes éducatifs nationaux qui se cache derrière des concepts différents. Dans un autre ordre d’idées, les travaux de l’analyse sociétale (Maurice/Sellier/Silvestre, 1982) ont souligné qu’il est essentiel de ne pas s’en tenir à des comparai­sons isolées entre les pays (taux d’accès à l’enseignement supérieur, pour­centage de décrocheurs, nombre de diplômés, etc.), mais davantage d’es­sayer de prendre en compte l’ensemble des caractéristiques structurelles des pays. Chaque pays est en effet marqué par des cohérences structurelles propres, construites au fil de l’histoire, et qui donnent lieu à l’organisation de formations, de diplômes, de paliers d’orientation et de conceptions du savoir singulières. S’inscrivant d’emblée dans un courant d’analyse socié­tale (Verdier, 2001), l’AC permet d’étudier les avantages en termes de capabilités à s’orienter et les défaillances capacitaires propres à chaque contexte éducatif national pour échafauder les comparaisons interna­tionales.

B. Objectifs et enjeux de l’article

8L’AC a été développée par un économiste, Amartya Sen, qui a d’ail­leurs reçu le prix Nobel d’économie en 1998. C’est pourquoi les premières tentatives de traduction empirique des concepts de l’AC l’ont été dans des travaux menés sur des données quantitatives, conformément à la métho­do­logie classique des sciences économiques, dans l’objectif notamment de trouver des indicateurs de fonctionnements (ce qui est accompli par les in­dividus) et de capabilités (leur liberté réelle d’opter pour un certain fonc­tionnement) (Schokkaert/Van Ootegem, 1990 ; Slottje, 1991). Certaines notions telles que les facteurs de conversion ou les préférences adaptatives nécessitent pourtant de recourir à des investigations plus qualitatives. En outre, pour bien ancrer les comparaisons dans une perspective sociétale, une description qualitative des systèmes éducatifs est nécessaire.

9Dans le présent article, nous voulons montrer la complémentarité des approches quantitatives et qualitatives dans l’utilisation de l’AC, tout en illustrant les défis et les enjeux que cette approche comporte dans les com­paraisons internationales. À cette fin, nous recourons à deux recherches (une quantitative et une qualitative) portant sur un objet similaire et con­voquant un cadre conceptuel commun, à savoir une comparaison interna­tionale de système éducatif et de parcours d’élèves ou d’étudiants cons­truite à partir de la grille analytique des capabilités à s’orienter.

10La recherche quantitative porte sur une comparaison France-Suisse, tandis que l’analyse qualitative est étendue au cas québécois. Les deux méthodes, bien que différentes du point de vue des outils mobilisés (statis­tiques et économétries versus études de cas), ont en commun une démar­che méthodologique sous forme d’analyse thématique. Ce type d’analyse se fonde sur un ensemble prédéterminé de questions pour étudier un nom­bre restreint de cas permettant d’établir des comparaisons structurées et ci­blées afin d’examiner les différences et les similarités entre pays (Bleiklie, 2014 ; Page, 1995). Cette forme d’analyse comparative internationale va donc au-delà de l’étude de cas approfondie d’un système éducatif ou des regards croisés par la juxtaposition des études de cas nationaux.

11Par ailleurs, pour les deux études, nous nous focalisons sur les capabili­tés à s’orienter (Picard/Olympio/Masdonati/Bangali, 2015). Ces capabili­tés renvoient à la liberté réelle de choisir un parcours ayant de la valeur pour le jeune. Elles questionnent donc deux éléments : le parcours et les périodes charnières de choix scolaire (renvoyant aux différents paliers d’orientation) en tentant d’articuler des éléments micro (trajectoires indi­viduelles, récits de vie, etc.) et macro (fonctionnement global des systè­mes éducatifs). Le parcours et les périodes de choix scolaires (paliers d’o­rientation dans les différents pays, du secondaire I au secondaire II et du secondaire II à l’enseignement supérieur) sont au cœur des deux recher­ches présentées.

12La recherche quantitative (partie II) vise à analyser le choix scolaire à l’aune de la théorie des capabilités à partir de données quantitatives longi­tudinales (une base de données française et une base de données suisse). S’appuyant sur des panels représentatifs d’élèves, ces bases permettent toutes deux de retracer les trajectoires scolaires des jeunes et d’analyser les périodes d’orientation. La recherche qualitative (partie III) est fondée sur des données issues d’une comparaison des paliers d’orientation entre les systèmes éducatifs de la Suisse (Canton de Vaud), de la France et du Canada (Québec). Cette recherche juxtapose la ligne du temps des paliers d’orientation, prédéfinis dans un système éducatif, et celle des événements d’un parcours scolaire rapporté dans le récit de vie de trois élèves ou étudiants qui ont participé aux entretiens. Les outils méthodologiques de chaque recherche sont présentés dans chacune des deux parties.

13Deux questionnements orientent l’article : quels sont les enjeux d’ap­proches quantitative et qualitative du choix scolaire au vu de la théorie des capabilités dans le cadre d’une comparaison internationale (partie II et III) ? Quelle forme de complémentarité s’inscrit entre les deux approches pouvant permettre une opérationnalisation plus fine des concepts de l’AC (partie IV) ?

II. Première étude : comparaison internationale mobilisant la théorie des capabilités selon une approche quantitative

A. Les enjeux d’une opérationnalisation quantitative

14Cette première recherche (Olympio, 2012, 2013, à par.) se concentre sur une opérationnalisation quantitative de la théorie de Sen dans l’analyse des marges de manœuvre des jeunes en matière de choix scolaire dans le système éducatif français et suisse. Se situant dans le domaine de l’écono­mie de l’éducation, son objectif est de démontrer l’apport explicatif de l’AC, alors que la théorie du capital humain est généralement mobilisée.

15En effet, selon la théorie du capital humain, les choix scolaires vien­nent de l’évaluation des préférences, des coûts et des rendements anticipés de l’éducation (Becker, 1967). Le choix éducatif résulte d’un choix ration­nel de la part de l’individu qui anticipe des gains salariaux à son investis­sement sans prendre en compte le contexte ou de l’environnement entou­rant le choix. Cette théorie s’opérationnalise dans un contexte utilitariste (recherche d’une satisfaction personnelle en fonction d’un certain calcul) et ressourciste (les inégalités proviennent généralement simplement d’un manque de moyens). Par ailleurs, elle considère les choix éducatifs comme de simples résultats.

16En revanche, l’AC nécessite de se demander si la personne a eu la pos­sibilité d’agir autrement, établissant une différence entre les véritables choix et les choix contraints. Elle exige de ne pas prendre en compte les préférences comme des “données” mais au contraire de favoriser des opportunités réelles pour faire évoluer les préférences des individus (Far­vaque, 2008). La mobilisation de cette théorie permet de déplacer la va­riable focale du simple choix scolaire rationnel vers l’analyse complexe des possibilités réelles de choisir un parcours scolaire qu’on a des raisons de préférer, ouvrant sur une analyse multidimensionnelle.

17L’objectif de cette recherche quantitative est d’apprécier les opportuni­tés réelles des jeunes dans deux modèles éducatifs structurellement diffé­rents : le modèle français, se caractérisant par un long tronc commun de formation, et le modèle suisse, se rapprochant des systèmes germanopho­nes, marqués par une sélection précoce et par l’importance de la formation professionnelle. Nous questionnons ces deux modèles du point de vue de leur capacité à favoriser une certaine égalité des chances et à ne pas res­treindre les choix qui s’offrent aux individus. Empiriquement, l’ambition est de croiser deux éléments : les parcours (dimension longitudinale) et les périodes de choix (renvoyant aux paliers d’orientation).

18L’AC permet une analyse plus fine du choix scolaire que la théorie du capital humain, mais son opérationnalisation est plus périlleuse. Sen n’a jamais proposé de méthodes empiriques prêtes à l’emploi. Dans la plupart des travaux empiriques quantitatifs, la difficulté principale reste celle des données disponibles. L’idéal serait de pouvoir construire soi-même une base de données dans une perspective d’étude des capabilités, en y inté­grant un indicateur de liberté de choix qui renseignerait sur l’ensemble des alternatives possibles, des possibilités formelles et réelles (c’est-à-dire avec facteurs de conversion) (Bonvin/Farvaque, 2007). Une telle opération paraît irréaliste dans la mesure où il semble difficile de cerner l’ensemble des alternatives possibles d’une situation dans les bases de données préex­istantes.

  • 3 Direction de l’Évaluation de la Prospective et de la Performance-Entrée dans la Vie Adulte.
  • 4 L’étude longitudinale sur la jeunesse TREE (Transitions de l’École à l’Emploi ; www.tree-ch.ch) est (...)

19Sen propose néanmoins un “compromis pratique” à la difficulté de l’opérationnalisation et des données disponibles, à savoir partir des don­nées existantes, cerner les informations renseignant sur des variables en lien avec le choix des personnes et analyser ces situations selon le cadre analytique des capabilités (Sen, 1992). C’est ce que nous avons essayé d’effectuer à partir de deux bases de données longitudinales : la base de données française DEPP-EVA3 et la base de données suisse TREE4. La base de données française renseigne sur les parcours scolaires en observant les individus jusqu’à leur sortie du système éducatif (de 1995 à 2010). L’é­chantillon de 1995 compte environ 18 000 réponses exploitables, pour at­teindre un nombre de répondants d’environ 11 000 en 2007 (année retenue pour l’analyse par trajectoires). La base suisse a pour objectif de suivre le parcours de formation et d’emploi des élèves ayant participé en 2000 à l’enquête PISA. L’échantillon de base concerne au départ 6300 élèves pour atteindre environ 4000 personnes après 7 volets d’enquête. Les deux bases de données nationales permettent d’analyser la situation scolaire des jeunes, année après année, et sont complétées par des variables concernant l’environnement familial du jeune, la perception qu’il a de sa situation ou encore de ses projets d’avenir.

B. Stratégies d’opérationnalisation des concepts de Sen

20Le jeu de données mobilisé nous a permis d’effectuer une opérationna­lisation de l’AC par deux méthodes. Dans un premier temps, dans la me­sure où nous disposions de données longitudinales, il a été possible d’ana­lyser les trajectoires scolaires afin d’apprécier l’espace d’opportunités of­fert aux individus dans chacun des systèmes éducatifs (Germain/Olympio, 2012 ; Olympio, 2013). Le degré de détermination des parcours individu­els peut être considéré comme une dimension importante des capabilités d’un individu dans la mesure où il permet de témoigner d’un manque de possibilités : le déterminisme d’une trajectoire limite substantiellement les opportunités d’une personne. Nous avons caractérisé le degré de détermination des parcours de formation par l’analyse du poids des carac­téristiques socioculturelles (mesuré par le niveau d’éducation des parents mais également l’environnement culturel, notamment, le nombre de livres à la maison) sur les risques de se retrouver dans un certain parcours, étant donné les différences institutionnelles des deux pays. À l’instar de Farva­que et Oliveau (2004), nous avons exploré d’une manière dynamique les possibilités globales des deux systèmes en tentant d’élaborer des “trajec­toires-types” afin de rendre compte de potentiels “sentiers de dépendance” aussi bien du point de vue de la structuration des systèmes (notamment en analysant le degré de réversibilité des trajectoires, Verhoeven et al., 2007) que de celui du poids de l’environnement socioculturel (afin d’analyser le degré de détermination sociale des trajectoires).

21Dans un deuxième temps (Olympio, 2013, à par.), nous avons mobilisé la méthode des fonctionnements affinés (refined functionings) suggérée par Sen (1992). Cette méthode permet de contourner la mesure périlleuse des capabilités (l’ensemble des possibilités au moment du choix) pour se concentrer sur les fonctionnements, c’est-à-dire sur les accomplissements de l’individu. L’idée des fonctionnements affinés est de prendre en com­pte l’acte de choix indirectement en regardant un fonctionnement accom­pli et en le reliant à une dimension de choix, donc d’analyser le fait d’at­teindre un certain résultat et d’avoir choisi de le faire. Sen (1992 :82) prend ici l’exemple du jeûne : il y a une grande différence entre être privé de nourriture pour cause de jeûne ou pour cause de manque de revenu ; être dans une situation de jeûne c’est, selon Sen, «choisir d’être affamé quand on a d’autres options». Dans le cadre de l’éducation, prenons l’ex­emple de l’orientation en fin de secondaire I (appelé le collège) en Fran­ce : il y a une différence entre être orienté dans une voie professionnelle pour cause d’échec ou parce qu’elle correspond aux préférences réelles de l’individu. En étant orienté pour cause d’échec, le fonctionnement “voie professionnelle” devient une situation subie, l’individu n’a alors pas d’au­tre choix que de suivre ce cursus s’il entend poursuivre sa scolarité. Nous nous concentrons ainsi sur les privations des jeunes en matière de liberté de choix. On pourrait parler ici du fait d’atteindre un certain résultat et de ne pas avoir choisi de le faire. Le fait de se voir refuser une formation constitue une variable centrale dans l’analyse des capabilités des jeunes. Empiriquement, nous avons tout d’abord analysé l’espace de choix ou plutôt le manque d’espace de choix lors de la transition du secondaire I au secondaire II, puis nous avons montré l’impact de ce manque de capabilités sur les possibilités d’accès à l’enseignement supérieur pour les jeunes.

C. Résultats, apport et défis de l’approche quantitative

22Cette opérationnalisation quantitative de l’AC dans le cadre d’une comparaison France-Suisse a fait l’objet d’une thèse de doctorat et de plu­sieurs publications (Germain/Olympio, 2012 ; Olympio, 2012, 2013, à par.). L’objectif de cette partie n’est pas de revenir en détail sur les résul­tats à proprement parler mais davantage d’opérer une synthèse des enjeux d’une application quantitative des concepts de l’AC, tout en fournissant quelques principales constatations de cette étude comparative.

1. Le déplacement de la variable focale : la méthode des fonctionnements affinés

23La méthode des fonctionnements affinés a permis d’éclairer une situa­tion particulière : le fait de choisir ou non son orientation lors du passage du secondaire I au secondaire II. Les résultats tendent à montrer qu’envi­ron 30 % des jeunes français et des jeunes suisses ont suivi un parcours scolaire qu’ils n’ont pas choisi. Une analyse économétrique a permis de mesurer les probabilités de choisir son orientation, toutes choses égales par ailleurs, en particulier pour un même niveau de performance scolaire. En France comme en Suisse, les risques de ne pas choisir son orientation ne dépendent pas uniquement des résultats des élèves mais aussi de l’envi­ronnement familial (mesuré par le niveau d’éducation des parents mais également l’environnement culturel). En France, la connaissance du fonc­tionnement du système éducatif joue un rôle déterminant sur les chances de pouvoir choisir son orientation. L’environnement familial semble alors jouer comme un véritable facteur de conversion, tantôt positif, tantôt néga­tif. Afin de comprendre plus finement le rôle de ce facteur de conversion, une exploration qualitative aurait été ici tout à fait utile. L’analyse écono­métrique a également permis de mettre en avant un résultat singulier : les jeunes dont les parents jugent qu’un faible niveau de diplôme est suffisant pour réussir ont moins de risques de ne pas choisir leur orientation. Loin d’être contre-intuitive, cette tendance pourrait au contraire souligner un phénomène de préférences adaptatives (Sen, 1992). Sen (1992, 1999) a montré que, dans le cadre d’inégalités solidement implantées, les person­nes ont tendance à restreindre leurs ambitions de vie à des objectifs “réa­listes” et à accepter leur sort avec résignation. Dans le champ de l’éduca­tion, les jeunes d’environnements peu privilégiés pourraient ainsi avoir tendance à ramener leurs ambitions à des objectifs “réalistes” : avoir des parents jugeant qu’un faible niveau d’études est suffisant conduirait l’individu à opter pour de faibles niveaux d’études et ainsi à diminuer les risques de ne pas choisir son orientation. Seule une recherche qualitative fine explorant les parcours biographiques des jeunes et les raisons des choix scolaires pourrait permettre de valider pleinement cette hypothèse.

24L’analyse de deux systèmes éducatifs structurellement différents a per­mis de centrer la variable focale de la comparaison sur un thème com­mun : l’espace de choix des jeunes. La variable focale représente les élé­ments à prendre en compte pour juger du caractère juste ou non d’une si­tuation. Dans le champ de la justice sociale, il semble en effet qu’une théorie puisse accepter l’inégalité sur de nombreuses variables, par exem­ple une inégalité en termes de résultats, mais il est nécessaire, pour justi­fier ces inégalités, qu’elle ait une considération égale pour tous sur un cer­tain plan, par exemple une certaine égalité des chances initiales. La focale permet donc de définir les informations pertinentes qui seront prises en compte dans la base informationnelle de jugements en justice (Sen, 1992).

2. Apport de l’analyse dynamique des parcours : détermination des trajectoires et contraintes qui se cumulent dans le temps

25La recherche quantitative mobilisant les données longitudinales a per­mis de mettre en avant l’espace des possibles des personnes d’une manière dynamique. D’une part, elle a révélé les marges de manœuvre des jeunes français et suisses dans leurs trajectoires scolaires, du secondaire jusqu’à la fin de l’enseignement supérieur et à l’entrée sur le marché du travail. Dans les deux systèmes éducatifs, les trajectoires-types se sont avérées dé­terminées à la fois par l’environnement familial (mesuré par le niveau d’é­ducation des parents mais également l’environnement culturel global de la famille) et par la situation scolaire en début de parcours (début de secon­daire) ; elles sont donc relativement irréversibles. Si les systèmes éducatifs à sélection précoce tel que le système suisse présentent des risques impor­tants d’engendrer l’irréversibilité des parcours et le déterminisme social (Shavit/Blossfeld, 1993 ; Bauer/Riphahn, 2006), ce résultat est, a priori, plus surprenant pour le système éducatif français qui jouit d’un long tronc commun de formation.

26D’autre part, la recherche quantitative a permis de mettre en avant d’une manière dynamique la fermeture dans le temps de l’espace des possibles des personnes. Comme déjà mentionné plus haut, la méthode des fonction­nements affinés nous a permis de montrer qu’à caractéristiques scolaires données, les jeunes n’ont ainsi pas tous le même espace des possibles, compte tenu de leur environnement familial. Cette restriction de l’espace des possibles dès le début du secondaire II pèse alors quelques années plus tard sur les possibilités des jeunes, notamment sur les possibilités d’accès à l’enseignement supérieur. En effet, en Suisse comme en France, avoir subi plusieurs refus lors de son orientation au secondaire diminue signifi­cativement les chances d’accéder à l’enseignement supérieur, et ce, pour les individus ayant des caractéristiques scolaires comparables (même ni­veau de performance au secondaire I et même trajectoire scolaire de se­condaire II). Une restriction de l’espace des possibles à l’œuvre dès l’âge d’environ 15 ans semble alors avoir un impact sur les “capabilités à aspirer” des jeunes (Appadurai, 2004). Ici encore, une investigation plus qualitative permettrait de valider cette hypothèse.

27Les résultats de cette recherche quantitative indiquent que pour certains jeunes, les contraintes se cumulent dans le temps. Basé sur une opération­nalisation quantitative de l’AC, le travail de Farvaque et Oliveau (2004) avait déjà démontré un phénomène similaire concernant l’insertion professionnelle des jeunes faiblement diplômés en France :

Les libertés ou opportunités réelles se renforcent entre elles, tandis que les manques de liberté et les choix contraints semblent cumu­latifs et débouchent sur des trajectoires d’exclusion (Farvaque/Oli­veau, 2004 :49).

III. Deuxième étude : comparaison internationale mobilisant la théorie des capabilités selon une approche qualitative5

A. Les défis d’une recherche qualitative

28Cette étude traite des parcours d’orientation des élèves et des étudiants vulnérables qui aspirent à des études dans l’enseignement supérieur (ES) ou qui fréquentent déjà un tel établissement et dont l’intégration est par­semée d’embûches. Diverses formes de vulnérabilité sociale ou person­nelle, en se recoupant et en se combinant les unes aux autres, sont suscep­tibles d’entraver le choix d’un programme d’études et l’accès ou l’intégra­tion à l’ES. Elles peuvent être assimilées à des facteurs négatifs de conver­sion susceptibles de diminuer l’espace des possibles, sur les plans scolaire et professionnel. La vulnérabilité se décline en diverses modalités qui sont liées à l’origine socioéconomique, au genre, à l’éloignement géographique d’un établissement d’ES, aux difficultés scolaires, au handicap ou à la structuration des paliers d’orientation d’un système éducatif, etc.

29Dans la présente étude qualitative, l’AC permet d’illustrer le contraste entre le formel et le réel, soit entre les lois, les principes et les règlements promulgués dans une société ou dans un système éducatif, d’une part et, d’autre part, les ressources effectivement mobilisées par les jeunes et leur famille touchés par une forme de vulnérabilité, pour mieux cerner l’espace des possibles dans la transition à l’ES.

30Ainsi, des droits formels encadrent le parcours scolaire du primaire à l’ES, jusqu’à l’obtention d’un diplôme. Dans les sociétés occidentales, on fait référence à l’égalité des chances, à la gratuité de l’éducation obliga­toire, à la possibilité d’en appeler d’une décision d’orientation-répartition, au raccordement permettant un changement de voie de formation, au re­doublement pour consolider le dossier scolaire à un palier stratégique d’o­rientation, au recours à une mesure de transition pour accéder au program­me souhaité, au changement de programme permis à l’ES, etc.

31La variable focale choisie pour étudier le réel se rapporte aux capabili­tés à s’orienter, c’est-à-dire à l’étendue des possibilités réelles susceptibles de contribuer à un certain affranchissement de la forme de vulnérabilité, voire à l’émancipation des personnes par la liberté réelle de faire un vœu d’orientation qu’elles ont des raisons de préférer.

B. Stratégies de récolte de données

32Le devis de recherche s’est fondé sur la comparaison internationale du parcours de trois jeunes, élèves ou étudiants, dans les systèmes éducatifs français, vaudois et québécois. Deux stratégies complémentaires de récolte de données ont permis de soutenir les comparaisons internationales. Ainsi, nous avons juxtaposé la ligne du temps des paliers d’orientation, prédéfi­nis dans un système éducatif, et celle des événements d’un parcours sco­laire rapporté dans le récit de vie de trois élèves ou étudiants qui ont parti­cipé aux entretiens.

33À l’échelle macro, à partir des textes de loi, des rapports gouverne­mentaux, des indicateurs et autres, un travail documentaire a été réalisé afin de décrire les droits formels et les ressources existantes dans chacun des trois systèmes éducatifs. Trois monographies ont été produites. Elles renvoient entre autres à la description du système éducatif ainsi qu’à ses ancrages législatifs, économiques et sociaux, aux paliers d’orientation dé­coulant des filières d’études et de la structuration des ordres d’enseigne­ment (niveaux scolaires), ainsi qu’aux ressources et aux droits conférés aux jeunes et à leur famille. Ce travail documentaire s’inspire de l’analyse comparative internationale des mécanismes institutionnels de l’orientation menée par Duru-Bellat et Mingat (1992).

34À l’échelle micro, trois entretiens biographiques ont été menés auprès de jeunes en transition vers l’ES afin d’illustrer la mise en œuvre des possibilités formelles du système éducatif dans leurs parcours ainsi que les défaillances capacitaires du système éducatif. L’entretien a permis de cerner les moments de choix du parcours d’orientation, l’éventail des choix (les possibles), les circonstances, les personnes ou les événements entourant les choix, l’accès à un choix d’orientation réellement valorisé.

35Confrontés à la diversité des systèmes d’ES qui renvoient aux politi­ques sociétales développées au fil de l’histoire, des chercheurs ont élaboré une typologie des analyses comparatives internationales dans ce champ d’étude. Selon le gradient plus ou moins élevé du corpus de connaissance disponible, l’analyse comparative se rapportera à l’étude approfondie d’un cas unique, à la juxtaposition d’études de cas de pays différents, à l’analy­se comparative thématique entre pays, à l’analyse causale et à la théorisa­tion ou à la modélisation (Bleiklie, 2014 ; Page, 1995 ; Kogan, 1996). Nous avons opté pour une analyse comparative thématique dans laquelle les thèmes renvoient à une opérationnalisation des concepts-clés de l’AC.

36Dans une recherche qualitative fondée sur les comparaisons internatio­nales, et engageant des chercheurs internationaux travaillant à distance, un soin doit être porté à la préparation du protocole de recherche, à l’élabora­tion de guides d’entretien adaptés à chacun des contextes nationaux et à la mise en œuvre des préexpérimentations, pour assurer la crédibilité et la validité des données récoltées (Gagnon, 2010 ; Savoie-Zajc, 2004 ; Pi­card/Pilote/Turcotte/Goastellec/Olympio, 2015). En outre, pour pallier le faible nombre de sujets, l’analyse s’est fondée sur la méthode consensu­elle, multipliant les analystes et les étapes d’analyse (Bikos et al., 2014). Trois chercheurs nationaux ont rédigé le cas (analyse du parcours biogra­phique et des paliers d’orientation du système éducative) se rapportant à leur pays. Ces cas ont été soumis à l’équipe de recherche internationale (cinq membres). Ensuite, un audit composé de deux chercheurs a permis de dégager les points communs des trois études de cas pour faire ressortir l’analyse thématique.

C. Résultats, apports et défis de l’approche qualitative

37Les trois systèmes éducatifs ont été décrits en y déclinant les paliers d’orientation et les facteurs de conversion qui ont été couplés avec les évé­nements du parcours de trois élèves ou étudiants situés dans leur contexte éducatif national (Picard/Pilote/Turcotte/Goastellec/Olympio, 2015 ; Pi­card/Goastellec/Olympio/Pilote, 2016). De ces résultats, nous en retien­drons quelques-uns qui permettent d’illustrer notre propos.

1. Les facteurs de conversion

38Un premier résultat a trait aux rôles différenciés des familles, selon le pays, pour compenser des facteurs négatifs de conversion présents dans le système éducatif national. Par exemple, dans le canton de Vaud, la famille s’est mobilisée pour négocier avec l’établissement lors d’un redoublement de l’élève ; au Québec, les changements d’orientation de l’étudiante à l’ES vont de pair avec l’allongement des études et le fait de devoir recourir aux ressources financières de la famille pour soutenir de telles bifurcations ; en France, la stratégie de redoublement au début du secondaire I d’une fa­mille provenant de l’immigration agit comme un stigmate pour l’élève lors de son orientation en fin de secondaire I : il est finalement orienté dans une filière non-choisie (Picard/Goastellec/Olympio/Pilote, 2016). Ces exemples mettent en lumière le fait qu’une ressource formelle présente dans un système éducatif (tel que le redoublement comme possibilité de deuxième chance), qui pourrait de prime abord être assimilée à un facteur positif de conversion, ne se concrétise pas nécessairement en capabilités pour l’élève (avoir plus de risques d’être dans une filière non-choisie par effet de stigmate).

39Cette observation renvoie à la nécessité de recourir à une analyse nuancée de données qualitatives issues de diverses sources (élargissement de la base de données) afin de distinguer entre ressource, facteur de con­version positif et facteur de conversion négatif. Ainsi, en contrastant les ressources institutionnelles existantes, répertoriées dans les monographies, avec les stratégies familiales adoptées, recueillies lors des entretiens bio­graphiques, ainsi que le fonctionnement effectif du système éducatif, ré­vélé par le parcours d’orientation des élèves ou des étudiants (choix réels effectués aux paliers d’orientation), l’approche qualitative permet bel et bien de distinguer les possibilités formelles et réelles des systèmes édu­catifs.

40Par ailleurs, l’analyse fine des données qualitatives a permis de nuan­cer la typologie des facteurs de conversion développée par Robeyns (2000) et reprise par Bonvin et Farvaque (2007, 2008) ainsi que Olympio (2012, 2013). Mises à l’épreuve lors de l’analyse des entretiens, les caté­gories facteurs “sociaux” et “environnementaux” de conversion se sont avérées utiles mais trop larges pour rendre compte de la spécificité du rôle des familles dans l’orientation des jeunes, des paliers d’orientation du sys­tème scolaire, de la proximité géographique d’un établissement d’ES qui sont des éléments-clés de l’analyse des facteurs de conversion dans la pré­sente étude (Picard/Goastellec/Olympio/Pilote, 2016). Cette observation a permis de contribuer sur le plan théorique à la subdivision des facteurs “sociaux” de conversion à l’aide de sous-catégories telles que les facteurs familiaux, socioéconomiques ou ethnoculturels pour mieux cartographier les manifestations possibles des facteurs de conversion, positifs ou néga­tifs, dans l’étude des capabilités à s’orienter vers l’ES. Une subdivision des facteurs “environnementaux” de conversion à partir de sous-catégories telles que les facteurs scolaires (paliers d’orientation, filières d’études, mécanismes de sélection), géographiques (éloignement d’un établissement d’enseignement supérieur) ou professionnels (mobilisation des dispositifs ou des prestations de service d’un établissement pour aider les populations vulnérables) a également permis de préciser cette catégorie (Picard/Pi­lote/Turcotte/Goastellec/Olympio, 2015). Cet affinement des catégories existantes des facteurs de conversion mériterait d’être validé avec d’autres entretiens biographiques ou dans d’autres études portant sur l’ES.

41Sur un plan macro, ces analyses soulignent l’importance des données qualitatives pour soutenir l’analyse sociétale qui révèle les différences na­tionales dans l’organisation des voies de formations vers l’ES et dans les marges de manœuvre possibles pour les familles. Sur un plan micro, les données qualitatives ont permis de décliner la diversité des facteurs de conversion dont se saisissent réellement les jeunes et leur famille pour pal­lier le manque de possibilités d’un système éducatif dans la réalisation du projet de formation à l’ES.

2. Les préférences adaptatives

42Comme on l’a vu, il existe une différence notable entre opter pour une formation donnée par véritable choix (capabilité), par défaut, ou même sans avoir pris conscience du champ des possibles (préférence adaptative). La nuance théorique est aisée à saisir. Toutefois, sur un plan épistémologi­que et méthodologique, il n’est pas simple pour un chercheur de détermi­ner si le cours de vie mené par un individu découle bel et bien d’une liber­té réelle de choisir et si ce choix a véritablement de la valeur à ses yeux.

43Les données quantitatives portant sur les flux étudiants selon les disci­plines et les programmes d’études ne permettent aucunement de distinguer entre un choix qui découle d’une liberté réelle ou d’une préférence adapta­tive. Si, de prime abord, l’approche qualitative semble plus susceptible de récolter des données dans l’entretien qui permettront de distinguer entre une capabilité et une préférence adaptative, un certain degré d’ambiguïté demeure.

44Appliquées au choix scolaire en cause dans la transition à l’ES, les pré­férences adaptatives sont des situations où les élèves ou les étudiants ne choisissent pas librement, mais restreignent leur projet scolaire et de car­rière pour correspondre aux normes relatives à leur situation de vulnérabi­lité. Sur un plan théorique et empirique, ces préférences adaptatives ont été relevées dans les études. Ainsi, dans leur vœu d’orientation, les jeunes d’origine sociale modeste adoptent des comportements d’autoexclusion associés au refroidissement de leurs aspirations scolaires (Dupriez/Mon­seur/van Campenhoudt, 2012 ; Olympio, 2013). En outre, les familles de milieu modeste disposent d’informations liées aux exigences, aux coûts et à l’offre de formation universitaire qui peuvent s’avérer incomplètes, voire erronées, pouvant d’emblée reléguer l’ES au rang de projet d’études inat­teignable (Müller, 2014 ; van Zanten/Legavre, 2014). Combinée à une ori­gine socioéconomique modeste, l’appartenance ethnoculturelle peut limi­ter l’accès à l’université (Felouzis, 2003 ; Murdoch et al., 2014). Le genre contribue à l’élaboration d’aspirations scolaires stéréotypées qui se tradui­sent, pour les jeunes filles, par des compromis désavantageux effectués parmi un éventail restreint de choix, ou le développement d’un faible sen­timent d’efficacité dans les disciplines scientifiques (Perdrix/Rossier/Bu­tera, 2012 ; Duru-Bellat, 2010). Les jeunes vivant en milieu rural, dans un espace géographique où les villes sont dispersées sur un large territoire, comme au Québec, peuvent renoncer à accéder à l’ES en raison des coûts financiers et sociaux (l’éloignement du milieu familial) occasionnés par l’éloignement (Garneau/Bouchard/Pilote, 2013).

45Ces éléments de connaissance permettent au chercheur de mener un entretien éclairé, en explorant l’étendue des possibles pris en compte aux paliers d’orientation du parcours scolaire ainsi que les défaillances capaci­taires. Les données récoltées sur l’étendue des possibles sont cruciales pour bien distinguer empiriquement entre les capabilités et les préférences adaptatives. Ce n’est que dans les conditions d’un entretien en profondeur, mené par un chercheur avisé sur ces situations sociales et sur une connais­sance solide des paliers d’orientation d’un système éducatif, qu’il est pos­sible d’établir une telle distinction. Une certaine part d’ambiguïté persiste. Le chercheur interprète les propos recueillis en entretien. L’interviewé peut être amené, par souci du maintien de l’intégrité de son identité per­sonnelle et sociale, à présenter une préférence adaptative, c’est-à-dire un choix effectué plus ou moins inconsciemment sous contrainte, comme étant plutôt un choix qu’il a des raisons de valoriser. Malgré cette limite méthodologique, le repérage des préférences adaptatives demeure au cœur de l’étude des capabilités à s’orienter. D’autres travaux théoriques et em­piriques sont nécessaires pour éclairer cette importante question au cœur de l’opérationnalisation de l’AC.

  • 6 Soulignons que d’autres chercheurs mobilisant l’AC ont, pour leur part, envisagé d’autres projets d (...)

46Par ailleurs, la valeur relative du projet d’études à l’ES selon les pays a été prise en compte dans nos analyses sociétales. Cette valeur est liée au degré de “professionnalisation” du système éducatif (dans le canton de Vaud, 68 % des jeunes optent pour une formation professionnelle) ou à l’importance sociale et politique accordée à l’ES (avec le plan “Éducation et formation 2020”, l’Union européenne vise à ce que 40 % de la popula­tion des 30-34 ans atteigne un diplôme d’études supérieures d’ici 2020). En tant que chercheurs, nous avons pris le parti de considérer l’accès à l’ES comme un vecteur de capabilité. En règle générale, l’accès à l’ES et à ses diplômes conduit à des gains sur divers plans (santé, citoyenneté, lon­gévité, insertion socioprofessionnelle, etc.) et peut être considéré comme un projet possible, parmi d’autres, que les jeunes ont des raisons de valori­ser6 (Müller, 2014). Les élèves et les étudiants recrutés avaient déjà fait leur choix scolaire en ce sens. Il s’agit d’une façon de construire l’objet d’étude qui a pour limite de laisser de côté la prise en compte d’autres pro­jets de vie que les élèves ou les étudiants touchés par une forme de vulné­rabilité ont des raisons de valoriser. La valorisation sociale d’un diplôme peut aussi conduire à certaines préférences adaptatives et doit également être prise en compte dans les entretiens et l’analyse des résultats.

IV. Discussion et conclusion

47La mobilisation du cadre théorique de l’AC pour mener des analyses comparatives internationales requiert de mobiliser une analyse sociétale, tant dans l’approche quantitative que qualitative, ce qui complexifie le de­vis méthodologique mais enrichit l’analyse. Ainsi, l’analyse quantitative des trajectoires-types de formation selon les pays, éclairée selon les varia­bles socioéconomiques d’usage pour déceler les choix scolaires subis, ne peut être discutée sans en référer à la valorisation des voies de formation qualifiante dans un pays (formation professionnelle vs ES), à l’organisa­tion des paliers d’orientation ou plus largement à l’organisation de la sé­lection scolaire. Par exemple, afin d’expliquer le fait que, dans la recher­che quantitative, les trajectoires scolaires françaises sont aussi déterminées et aussi peu réversibles que les trajectoires suisses, des investigations plus qualitatives, de type monographique, sont nécessaires. Ainsi, tandis que le système éducatif suisse se distingue par un modèle de sélection précoce, le système éducatif français se distingue quant à lui par une sélection conti­nue informelle, tendant à hiérarchiser les filières et à les structurer sociale­ment.

48L’analyse qualitative d’un parcours biographique permet d’analyser les choix scolaires d’individus en contrastant les ressources d’un système éducatif avec les stratégies familiales, ce qui, au fil du récit biographique, permet de cerner s’il s’agit bel et bien d’une ressource mobilisable dans un système éducatif, et effectivement mobilisée par les jeunes, ou d’un droit formel difficilement converti en possibilités réelles d’affranchissement pour les jeunes touchés par une forme de vulnérabilité. La monographie constitue donc un outil méthodologique apte à prendre en compte la visée sociétale des pays inclus dans l’analyse comparative, tant dans un devis quantitatif que qualitatif.

49Des embûches méthodologiques ont été soulevées mais, pour autant, l’AC demeure un cadre théorique éclairant dans les analyses comparatives internationales. Même si les bases de données quantitatives disponibles ne sont pas conçues pour étudier les capabilités, l’usage de proxys ou la mé­thode des fonctionnements affinés permettent d’approximer l’éventail des possibles et les choix contraints sur des échantillons représentatifs de la population. L’AC permet d’aller au-delà d’une analyse classique des iné­galités de résultats pour questionner le champ des possibles des personnes dans les systèmes éducatifs. Ce changement de variable focale permet de mettre en lumière des injustices non-considérées dans les comparaisons internationales quantitatives. Par ailleurs, le chercheur d’approche qualita­tive ne peut déterminer sans l’ombre d’un doute si le choix scolaire est l’expression véritable des centres d’intérêt d’un individu, ou s’il s’agit d’une préférence élaborée sous la contrainte ou en l’absence de possibili­tés réelles et intériorisée comme un choix personnel. Toutefois, l’entretien en profondeur, mené par un chercheur qui connait bien l’AC et qui est au fait des défaillances capacitaires d’un système éducatif, permet d’éclairer les parcours biographiques pour tenter de discerner entre capabilités et préférences adaptatives. D’une manière plus générale, opérationnaliser les concepts de Sen renvoie, nous le voyons, à un véritable défi méthodologi­que : comment mesurer les choix réellement valorisés par les individus, sans tomber dans une subjectivité trop importante du vécu de l’individu (pouvant poser un problème de préférences adaptatives) ou dans une objectivation trop importante du chercheur (pouvant poser un problème d’ethnocentrisme des valeurs ou de paternalisme). Pour Atkinson (1999, cité par Bonvin/Farvaque, 2007 :16), le simple fait

d’amener les personnes à penser différemment certaines questions économiques et sociales constitue déjà une forme d’opérationnali­sation puissante.

50Les deux études présentées dans le cadre de cet article renvoient à des champs disciplinaires aussi variés que l’économie de l’éducation et la psy­chosociologie de l’orientation, le premier se réclamant d’une approche quantitative, le second étant tourné vers l’approche qualitative. Ce choix n’est pas anodin. Ces deux études illustrent ainsi l’interdisciplinarité et la mixité des approches de recherche rendues possible par l’AC, ce que relè­ve Robeyns (2006 :371) :

  • 7 Notre traduction.

En ayant un cadre théorique commun permettant une variété d’appli­cations, y compris des méthodologies standards quantitatives et qua­litatives, l’approche par les capabilités ouvre un réel espace inter­disciplinaire dans l’étude du bien-être, de l’inégalité, de la justice et des politiques publiques7.

Haut de page

Bibliographie

Adangnikou N., Goastellec G., Benninghoff M., Leresche J.-P.,
2009 “Mesurer les inégalités dans l’enseignement supérieur en Europe. Panorama des indicateurs”, Les Cahiers de l’Observatoire, n°20, Université de Lausanne, pp.1-44.

Baudelot C., Establet R.,
2009 L’élitisme républicain, Paris, Seuil.

Becker G. S.,
1967
Human Capital and the Personal Distribution of Income : An Analytical Approach (No. 1), University of Michigan Press, Institute of Public Administration.

Benavot A.,
2008 Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous 2015. L’éducation pour tous en 2015. Un objectif accessible ?, Paris, UNESCO.

Bikos L. H., Haney D., Edwards R. W., North M. A., Quint M., McLellan J., Ecker D. L.,
2014 “Missionary Kid Career Development : A Consensual Qualitative Research Investigation through a Social Cognitive Lens”, Career Development Quaterly, 62, pp.156-174.

Bleiklie I.,
2014 “Comparing Universities across Boundaries”,
Higher Education, 67, pp.381-391.

Bonvin J-M.,
2013 “Trajectoires de jeunes bénéficiaires de l’aide sociale en Suisse. Une analyse en termes de capabilités”, Agora débats/Jeunesse, 3(65), pp.61-75.

Bonvin J-M., Farvaque N.,
2007 “L’accès à l’emploi au prisme des capabilités. Enjeux théoriques et méthodologiques”, Formation et Emploi. Revue Française de Sciences Sociales, 98, pp.9-22.
2008 Amartya Sen : Une politique de la liberté, Paris, Michalon.

Boudon R.,
1973 L’inégalité des chances, Paris, Armand Colin.

Bourdieu P., Passeron J. C.,
1977 Reproduction in Education, Society and Culture, Beverly Hills, Sage.

Bray M., Adamson B., Mason M.,
2010 Recherche comparative en éducation, Bruxelles, De Boeck.

Charles N.,
2015 Enseignement supérieur et justice sociale. Sociologie des expériences étudiantes en Europe, Paris, La documentation française.

Dean H., Bonvin J-M., Vielle P., Farvaque N.,
2005 “Developing Capabilities and Rights in Welfaire-to-Work Policies”, European Societies, 7(1), pp.3-26.

Dubet F., Duru-Bellat M., Vérétout A.,
2011 “Emprise des diplômes, jugements de justice et cohésion sociale”, Sociologie et Sociétés, 43(1), pp.225-259.

Dupriez V., Monseur C., Van Campenhoudt M.,
2012 “Le poids de l’origine socioculturelle des élèves et de leur environnement scolaire sur leurs aspirations d’études supérieures : les bases d’une comparaison internationale”, L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 41(1), pp.29-56.

Duru-Bellat M.,
2010 “Ce que la mixité fait aux élèves”, Revue de l’OFCE, 3(114), pp.197-212.
2012 “Les dilemmes d’une orientation juste…”, L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 41(1), pp.7-27.

Duru-Bellat M., Mingat A.,
1992 Orientation scolaire et mécanismes institutionnels, Limoges, Presses universitaires de Limoges et du Limousin.

Duru-Bellat M., Mons N., Suchaut B.,
2003 “Contextes nationaux, organisation des systèmes éducatifs et inégalités entre élèves : l’éclairage de l’enquête PISA”, Politiques d’éducation et de forma­tion. Analyses et comparaisons internationales, 3(9), pp.95-108.

EUROSTAT,
2016 L’Europe en chiffres. L’annuaire d’Eurostat, Luxembourg, EUROSTAT, Consulté le 12 juin 2016, http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Europe_in_figures_-_Eurostat_yearbook/fr.

Farvaque N.,
2008 “Faire surgir des faits utilisables. Comment opérationnaliser l’approche par les capacités ? ”, in De Munck J., Zimmerman B. (eds.), La liberté au prisme des capacités, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. Raisons Pratiques, (18), pp.51-80.

Farvaque N., Oliveau J. B.,
2004 L’insertion des jeunes peu diplômés dans l’emploi : opportunités de choix et contraintes, Document IDHE, Série Règles, Institutions, Conventions, (04-11).

Felouzis G.,
2003 “La ségrégation ethnique au collège et ses conséquences”, Revue Française de Sociologie, 44(3), pp.413-447.

Gagnon Y. C.,
2010
Case Study as Research Method. A Practical Handbook, Québec, PUQ.

Garneau S., Bouchard C., Pilote A.,
2013 “Enquête sur les carrières scolaires des étudiants francophones du Nouveau-Brunswick : offre locale de formation, orientation scolaire et ressources sociales”, Revue des Sciences de l’Éducation, 39(2), pp.361-385.

Germain V., Olympio N.,
2012 “Parcours scolaires en France et espace d’opportunités : une analyse à l’aune de la théorie des capabilités de Sen ”, Formation emploi. Revue française de sciences sociales, (120), pp.13-33.

Kogan M.,
1996 “Comparing Higher Education Systems”, Higher Education, 32, pp.395-402.

Ladmiral J-R., Lipiansky D. M.,
1989 La communication interculturelle, Paris, Armand Colin.

Maurice M., Sellier F., Silvestre J. J.,
1982 Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allema­gne : essai d’analyse sociétale, Paris, Presses universitaires de France.

Müller W.,
2014 “Educational Inequality and Social Justice : Challenges for Career Guidance”,
International Journal of Educational and Vocational Guidance, 14(1), pp.21-33.

Murdoch J., Guégnard C., Koomen M., Imdorf C., Hupka-Brunner S.,
2014 “Pathways to Higher Education in France and Switzerland : Do Vocational Tracks Facilitate Access to Higher Education for Immigrant Students ? ”, in Goastellec G., Picard F., Higher Education in Societies. A Multiscale Perspective, Rotterdam/Boston/Taipei, Sense Publishers, pp.149-169.

Musselin C.,
2005 Le marché des universitaires : France, Allemagne, États-Unis, Paris, Pres­ses de Sciences Po.

Nussbaum M. C.,
2011
Creating Capabilities. The Human Development Approach, Cambridge/Lon­don, The Belknap Press of Harvard University Press.

OCDE,
2015 Regards sur l’éducation 2015, Les indicateurs de l’OCDE, Paris, OCDE.

Olympio N.,
2012 “Les contextes éducatifs européens à l’épreuve de la théorie des ‘capabilités’ d’Amartya Sen”, in Picard F., Masdonati J. (Éds.), Les parcours d’orien­tation des jeunes : dynamiques institutionnelles et identitaires, Québec, Presses de l’Université Laval, pp.95-124.
2013 Parcours de formation et d’insertion : une comparaison des systèmes éducatifs français et suisse à l’aune de la théorie des capabilités, Thèse de doctorat, Aix-en-Provence, Université Aix-Marseille.
à par. “Justice sociale, choix scolaire et accès à l’enseignement supérieur : une comparaison des systèmes éducatifs français et suisse”, in Kamanzi C., Goastellec G., Picard F., Massification de l’enseignement supérieur et justice sociale, Québec, PUQ.

Otto H-U., Ziegler H.,
2006 “Capabilities and Education”, Social Work & Society, (4), 2, pp.269-287.

Page E. C.,
1995 “ Comparative Public Administration in Britain”, Public Administration, 73(1), pp.123-141.

Perdrix S., Rossier J., Butera F.,
2012 “Impact croisé du sexe et du niveau scolaire sur les intérêts professionnels d’écoliers suisses”, L’Orientation scolaire et professionnelle, 41(3), pp.391-412.

Picard F., Goastellec G., Olympio N., Pilote A.,
2016 “Entre parcours formels et parcours réels : l’espace des possibles des jeunes en transition vers l’enseignement supérieur dans trois systèmes éducatifs ”, in Masdonati J., Bangali M., Cournoyer L. (dir.), Éducation et vie au travail. Perspectives contemporaines sur l’orientation et les parcours des jeunes, Québec, PUL, pp.47-88.

Picard F., Olympio N., Masdonati J., Bangali M.,
2015 “Justice sociale et orientation scolaire : l’éclairage de l’approche par les ca­pabilités d’Amartya Sen”, L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 44(1), pp.23-45.

Picard F., Pilote A., Turcotte M., Goastellec G., Olympio N.,
2015 “Opérationnaliser la théorie de la justice sociale d’Amartya Sen dans le champ de l’orientation : Les apports d’une étude qualitative et comparative”, Mesure et évaluation en éducation, 37(3), pp.5-37.

Rawls J.,
1971 Théorie de la justice, Paris, Points.

Robeyns I.,
2000
An Unworkable Idea or a Promising Alternative ? Sen’s Capability Approach Re-examined, Leuven, Center for Economic Studies, Discussion Paper Series, 00.30.
2005 “Three Models of Education : Rights, Capabilities and Human Capital”,
Theory and Research in Education, 4(1), pp.69-84.
2006 “The Capability Approach in Practice”,
Journal of Political Philosophy, 14(3), pp.351-376.

Saito M.,
2003 “Amartya Sen’s Capability Approach to Education : A Critical Exploration”,
Journal of Philosophy of Education, 37(1), pp.17-33.

Sartori G.,
1970 “Concept Misformation in Comparative Politics”, The American Politic Science Review, 64 (4), pp.1033-1053.

Savoie-Zajc L.,
2004 “La recherche qualitative/interprétative en éducation”, in Karsenti T., Savoie-Zajc L. (Éds), La recherche en éducation : Étapes et approches, Sherbrooke, CRP, pp.123-150.

Schokkaert E., Van Ootegem L.,
1990 “Sen’s Concept of the Living Standard Applied to the Belgian Unemployed”, Recherches Économiques de Louvain/Louvain Economic Review, 56(3/4), pp.429-450.

Sen A.,
1980 “Equality of What ? ”,
in McMurrin S., The Tanner Lecture on Human Values, I, Cambridge, Cambridge University Press, pp.197-220.
1992
Inequality Reexamined, Oxford, Clarendon Press.
1999
Development as Freedom, New York, Anchor Books.
2010 L’idée de justice, Paris, Flammarion.

Sen A., Drèze J.,
2002
India : Development and Participation, Oxford, Oxford University Press.

Slottje D. J.,
1991 “Measuring the Quality of Life across Countries”,
The Review of Economics and Statistics, 73(4), pp.684-693.

Teichler U.,
1988
Changing Patterns of the Higher Education System : The Experience of three Decades, London, Jessica Kingsley Publishers.

Välimaa J., Nokkala T.,
2014 “The Dimensions of Social Dynamics in Comparative Studies on Higher Education”,
Higher Education, 67(4), pp.423-437.

Van Zanten A., Legavre A.,
2014 “Engineering Access to Higher Education through Higher Education Fairs”, in Goastellec G., Picard F. (Eds), Higher Education in Societies : A Mul­tiscale Perspective, Rotterdam, Sense Publishers, pp.179-200.

Verdier É.,
2001 “La France a-t-elle changé de régime d’éducation et de formation ? ”, Formation emploi, 76(1), pp.11-34.

Verhoeven M.,
2011 “Carrières morales et épreuves scolaires. Se construire dans un monde scolaire inéquitable”, Éducation et Sociétés, 11, pp.101-115.

Verhoeven M., Orianne J. F., Dupriez V.,
2007 “Vers des politiques d’éducation ‘capacitantes’ ? ”, Formation et Emploi, Revue Française de Sciences Sociales, 98, pp.93-107.

Vigour C.,
2005 La comparaison dans les sciences sociales. Pratiques et méthodes, Paris, La Découverte.

Waltenberg F.,
2008 “Quatre grandes écoles pour penser la justice dans le champ de l’éducation”, in Dupriez V., Orianne J-F., Verhoeven M. (Eds.), De l’école au marché du travail : l’égalité des chances en question, Bruxelles, Peter Lang Publishing Group, pp.23-47.

Watts M., Bridges D.,
2006 “Enhancing Student’s Capabilities ? UK Higher Education and the Widening Participation Agenda”, in Deneulin S. et al. (eds.), Transforming Unjust Structures : The Capability Approach, Dordrecht, Springer, pp.143-160.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation du sujet et théorie. La mobilisation de l’approche par les capabilités (AC) – une théorie de la justice sociale développée par Amartya Sen qui met l’accent sur l’analyse de la liberté – dans les comparaisons internationales de systèmes éduca­tifs et de parcours d’élèves comporte certains défis et enjeux méthodologiques. Dans le présent article, nous avons eu recours à deux études, l’une quantitative et l’autre quali­tative, portant sur un objet similaire, soit la comparaison internationale de trajectoires d’élèves. Ces études portent sur les capabilités à s’orienter, c’est-à-dire le degré de li­berté réelle dont jouissent les jeunes dans le choix d’un parcours qui a de la valeur à leurs yeux. Une distinction y a été établie entre des choix scolaires librement consentis, contraints ou effectués sous influence (préférence adaptative). Notre objectif est d’il­lustrer la complémentarité de ces méthodes quantitatives et qualitatives dans les com­paraisons internationales mobilisant l’AC.

Méthode des deux études. La première étude se situe dans le domaine de l’économie de l’éducation. Deux bases de données (DEPP-EVA et TREE) quantitatives et longitudi­nales ont été mobilisées pour cerner l’espace d’opportunité d’élèves français et suisses. À partir de méthodes statistiques puis économétriques, nous avons cherché à définir des trajectoires types et mettre au jour des phénomènes d’irréversibilité des parcours afin d’analyser l’espace des possibles des jeunes. Par la suite, la méthode des fonction­nements affinés a permis de relier a posteriori les accomplissements des jeunes aux al­ternatives possibles aux paliers d’orientation, ceci afin de considérer leurs possibilités réelles de choix (choix d’options scolaires, voies de formation considérées). La se­conde étude s’inscrit dans le domaine de la psychosociologie de l’orientation. Utilisant la méthode de l’étude de cas, trois monographies ont été produites pour décrire les sys­tèmes éducatifs à partir des textes de loi et des rapports gouvernementaux (cas fran­çais, vaudois et québécois). Des entretiens biographiques ont été menés auprès des jeu­nes dans chacun des pays pour retracer les possibilités formelles ainsi que les défail­lances capacitaires du système éducatif en les confrontant aux possibilités réelles tra­duites dans le parcours des jeunes.

Résultats. Les résultats permettent d’illustrer la complémentarité des méthodes quanti­tatives et qualitatives pour appréhender l’AC dans deux études comparatives internatio­nales. La méthode des fonctionnements affinés, utilisée dans la recherche quantitative, a permis de cerner empiriquement l’espace des possibles (les capabilités) ; à caractéris­tiques scolaires données, les jeunes n’ont pas tous le même espace de possibles, compte tenu de leur environnement familial. Les études de cas rapportées dans la re­cherche qualitative ont permis de décrire finement la manière dont les facteurs de con­version, positifs ou négatifs, jouent dans le choix scolaire et le parcours des jeunes. Par exemple, la famille peut compenser certains facteurs négatifs de conversion présents dans l’environnement scolaire (pallier la précocité du choix scolaire dans le canton de Vaud). Les données tirées des monographies et des entretiens ont permis de distinguer entre le formel (les droits et les ressources d’un système éducatif) et le réel (les droits et les ressources que les jeunes mobilisent). Toutefois, il s’est avéré délicat d’illustrer le phénomène de préférences adaptatives avec précision.

Discussion et conclusion. Des investigations de type monographique (méthode qualitative) permettent d’étayer l’analyse sociétale au cœur de l’AC. Elles peuvent servir à enrichir l’interprétation de trajectoires types (méthode quantitative) et à mettre en lumière le fait que les choix de sociétés traversent l’organisation des systèmes édu­catifs et s’inscrivent dans les paliers d’orientation (par exemple, la valorisation de la formation professionnelle et l’orientation précoce en Suisse vs la valorisation de l’en­seignement supérieur au Québec où la flexibilité du système éducatif rend possible le maintien d’aspirations universitaires malgré des parcours scolaires atypiques). Enfin, il n’est pas anodin d’avoir croisé des études issues de champs disciplinaires aussi variés, soulignant que l’AC s’inscrit résolument dans l’interdisciplinarité.

Structured summary

Presentation of the subject and theory : The mobilization of the capability approach (CA) – a theory of social justice developed by Amartya Sen which accentuates analy­sing freedom – in international comparisons of educational systems and the paths taken by pupils, comports certain challenges and methodological issues. In this article, we had recourse to two studies, one quantitative and the other qualitative, bearing on a si­milar object, that is the international comparison of pupils’ trajectories. These studies deal with self-orientation capabilities, meaning the degree of real freedom young people enjoy in choosing a course of studies with value in their eyes. A distinction was established here between freely consented, constrained or carried out under influence (adaptive preference) school choices. Our goal is to illustrate the complementarity of these quantitative and qualitative methods in international comparisons mobilizing CA.

Method in the two studies : The first study is situated in the field of economy of education. Two quantitative and longitudinal databases (DEPP-EVA and TREE) were mobilized to determine the space of opportunity of French and Swiss pupils. Based on statistical, and then econometric, methods, we sought to define type trajectories and shed light on phenomena of irreversibility in paths chosen in order to analyse the space of possibilities youths have. Subsequently, the method of refined functioning allowed us to connect a posteriori the youth’s achievements to possible alternatives at stages of guidance, that being done in order to consider their real possibilities of choice (school choice options, types of training considered). The second study belongs to the field of social psychology of guidance. Using the case study method, three monographs were produced to describe the educational systems based on legal texts and governmental reports (the French, Vaud and Québec cases). Biographical interviews were carried out with young people from each country to retrace their formal possibilities as well as the educational system’s capacitary failures in confronting them with the real possibilities involved in the choices young people make.

Results : The results allow us to illustrate the complementarity of quantitative and qualitative methods in view of understanding CA in two international comparative stu­dies. The method of refined functioning, used in quantitative research, allowed us to determine the space of possibilities (capabilities) empirically ; as to characteristic school data, the young people do not all have the same range of possibilities, taking their home environments into account. The case studies reported in qualitative research allowed us to accurately describe how positive or negative conversion factors play out in school choices and the paths young people choose. For example, the family may compensate for certain negative conversion factors present in the school environ­ment (ex. : countering the precocity of school choices in the canton of Vaud). The data drawn from the monographs and interviews allowed us to distinguish between the for­mal (rights and resources of an educational system) and the reality (the rights and resources young people mobilize). However, precisely illustrating the phenomenon of adaptive preferences proved to be delicate.

Discussion and conclusion : Investigations of a monographic type (qualitative method) have allowed us to substantiate the societal analysis at the heart of CA. They may be used to enrich type trajectory interpretation (quantitative method) and clarify the fact that society’s choices cut across the organization of educational systems and fit into guidance levels (e.g. : a valuing of professional training and early guidance orientation in Switzerland VS valuing higher education in Québec, where the educational system’s flexibility permits the maintenance of university aspirations despite atypical school trajectories/paths). Finally, having crossed studies from such varied disciplina­ry fields is not insignificant, underlining CA’s solid role in interdisciplinarity.

Haut de page

Notes

1 Selon une certaine conception de la justice, conception définie dans la suite de l’article.

2 L’acronyme “AC” se réfère systématiquement dans la suite de l’article à “approche par les capabilités”.

3 Direction de l’Évaluation de la Prospective et de la Performance-Entrée dans la Vie Adulte.

4 L’étude longitudinale sur la jeunesse TREE (Transitions de l’École à l’Emploi ; www.tree-ch.ch) est en cours depuis 2000. À ce jour, elle a été financée par le Fonds national pour la recherche scientifique, l’Université de Bâle, les Offices fédéraux de la statistique responsables de la formation professionnelle et de la technologie ainsi que les cantons de Berne, de Genève et du Tessin.

5 Cette étude a été financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada. Nous tenons à remercier tous les membres de l’équipe de recherche, ainsi que les assistants de recherche, grâce à qui la production de la présente étude comparative a été rendue possible.

6 Soulignons que d’autres chercheurs mobilisant l’AC ont, pour leur part, envisagé d’autres projets de vie possibles et valorisables que l’accès à l’ES pour des jeunes dont les capabilités sont plus limitées (voir notamment Watts M., Bridges D., 2006.

7 Notre traduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noémie Olympio et France Picard, « L’analyse comparative internationale du choix scolaire au vu de la théorie des capabilités. Défis et enjeux d’approches qualitatives et quantitatives  », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-2 | 2016, 59-81.

Référence électronique

Noémie Olympio et France Picard, « L’analyse comparative internationale du choix scolaire au vu de la théorie des capabilités. Défis et enjeux d’approches qualitatives et quantitatives  », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-2 | 2016, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1725 ; DOI : 10.4000/rsa.1725

Haut de page

Auteurs

Noémie Olympio

Noémie Olympio est Maitresse de conférences au laboratoire “Apprentissage, Didactique, Évaluation, Formation”, École supérieure de professorat et de l'éducation, Aix-Marseille Université, France.

Articles du même auteur

France Picard

France Picard est professeure titulaire au Centre de recherche et d’intervention sur l’éducation et la vie au travail, Université Laval, Québec, Canada.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals