Navigation – Plan du site
Articles isolés

Penser avec Foucault pour comprendre l’extension du pouvoir en régime néolibéral

Thinking with Foucault to Understand Extensions of Power in Neoliberal Regimes
Jean-Luc Metzger
p. 117-134

Résumés

Michel Foucault est souvent présenté comme le penseur des micropouvoirs et le théoricien des disposi­tifs, ces perspectives permettant de discréditer l’étude des rapports de domination. À l’encontre de cette présentation, cet article propose une relecture des travaux de Michel Foucault sur le pouvoir. Après avoir rappelé le projet d’ensemble dans lequel Foucault a cherché à théoriser cette catégorie (compren­dre la dynamique capitaliste), nous indiquons ses principales caractéristiques (le pouvoir sert d’abord à faire produire) et dégageons un cadre général d’analyse comprenant trois axes : les disciplines, la sécuri­té et la gouvernementalité. Pour montrer la pertinence et l’actualité de ce cadre, nous l’utilisons pour rendre compte du rôle que joue le fait gestionnaire dans les transformations socio-économiques contem­poraines. Ce détour par Foucault présente également l’intérêt de souligner la contribution des études empiriques en sciences sociales dans l’amélioration permanente des dispositifs de pouvoir. Ce qui per­met de prendre certaines précautions vis-à-vis de toute “innovation” organisationnelle, politique ou so­ciale, prétendant constituer une alternative aux modes de régulations néolibérales.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Michel Foucault est souvent présenté comme un auteur remettant en cause les con­ceptions manichéennes du pouvoir : selon une présentation courante, pour rompre avec les oppositions binaires dominants-dominés – supposées caractéristiques des théories marxistes –, il se serait intéressé essentiellement aux “micropouvoirs”, à la microphy­sique du pouvoir, tournant ainsi son regard vers les dimensions ordinaires des rapports de domination. Certains se réfèrent d’ailleurs à son œuvre pour soutenir que, du fait de la démultiplication des micropouvoirs, la question de la domination ne se pose plus. Nous voudrions souligner, à l’encontre de cette interprétation, que si Michel Foucault s’intéresse aux micropouvoirs, c’est tout d’abord pour rappeler que l’obéissance du plus grand nombre ne peut être obtenue par la seule force de la loi, ni sur un mode pu­rement répressif. Pour comprendre les mécanismes de pouvoir – tels qu’ils ont pro­gressivement été fabriqués depuis le XVIIIe siècle –, nous dit Foucault, il faut tenir compte, d’une part, de l’implication d’une multitude de relais disséminés dans le corps social et, d’autre part, du plaisir et de l’intérêt que les individus trouvent – ou croient trouver – à obéir. Mais, surtout, les analyses de Foucault visent à pointer que, si l’his­toire récente est parsemée de résistances aux puissants, ces résistances, loin de faire trembler les pouvoirs établis, ont tout compte fait permis de les renforcer.

  • 1 L’auteur remercie ses collègues du réseau thématique “Sociologie de la gestion” : Olivier Cléach, I (...)

2Plus généralement, il semble important de réinterroger l’œuvre que Michel Fou­cault a consacrée au pouvoir, en identifiant les objectifs de son analyse et en dégageant les principaux traits qui lui paraissent caractériser cet objet. Ayant ainsi élaboré un cadre d’analyse du pouvoir, nous chercherons à en montrer la portée en l’appliquant aux processus de gestionnarisation actuellement en cours dans le cadre de la mondiali­sation néolibérale1.

II. Foucault propose une analyse du capitalisme sous l’angle du pouvoir

A. Choix du corpus de textes

3À cette fin, mes réflexions s’appuient sur la lecture du sous-ensemble suivant de textes : Surveiller et punir (Foucault, 1975), les tomes 3 et 4 des Dits et écrits (Ibid., 1994a, 1994b) et les trois cours au collège de France : Il faut défendre la société (Ibid., 1997), Sécurité, territoire, population (Ibid., 2004b), Naissance de la biopolitique (Ibid., 2004a). Autant Surveiller et punir est un ouvrage achevé, prêtant parfaitement à une présentation et à des discussions, autant les cours au Collège de France ne présen­tent pas la même unité, ni la même force de conviction. Dans ces leçons, Foucault en­visage des pistes qu’il abandonne, développe longuement des arguments qu’il n’utili­sera que très peu par la suite, revient sur des points après de longs détours, change brusquement de cap, sans forcément se justifier. Il faut également préciser qu’il n’est pas facile de donner de la pensée de Foucault une vision synthétique, cohérente de bout en bout. L’auteur recourt en effet à des catégories dont la définition n’est pas tou­jours stabilisée : par exemple, dispositif, technologie, instruments, désignent parfois des réalités distinctes, mais sont parfois synonymes. Symétriquement, le même con­cept peut être utilisé pour désigner des réalités différentes : par exemple, gouverne­mentalité désigne parfois les modalités d’action de l’État en général, parfois les moda­lités nouvelles qui apparaissent au XVIIIe siècle. Enfin, l’auteur cherche en perma­nence à échapper aux classements, aux catégorisations que des commentateurs veulent plaquer sur son œuvre, ce qui le conduit parfois à brouiller son propos.

4La difficulté à dégager une ligne unique de la théorie foucaldienne du pouvoir s’illustre dans l’éventail des usages qui sont faits de telle ou telle partie de son œuvre. Certains vont se focaliser sur les micropouvoirs pour ainsi éliminer toute prise en compte des effets structuraux ou pour légitimer leur tendance à ignorer les évolutions historiques. D’autres vont tirer les termes “dispositifs”, “technologies”, “instrument” dans le sens d’une pure matérialité, négligeant les stratégies des groupes d’intérêt en compétition et trouvant dans l’œuvre de Foucault une légitimation pour ne prendre en compte que les interactions hic et nunc.

5À l’encontre de ces interprétations, je partirai de l’hypothèse que Foucault a cher­ché à développer un cadre d’analyse situé à un niveau très général, en donnant les clés de compréhension de sa méthode : s’il s’appuie, certes, sur de nombreux exemples tirés de sa grande érudition, de sa grande connaissance de textes rares, ou s’il mobilise une lecture très personnelle de certaines transformations dans les pratiques médicales, carcérales, économiques, ce n’est pas pour la valeur intrinsèque de ces transforma­tions, mais pour ce qu’elles disent de transformations plus larges survenues dans les modalités d’exercice du pouvoir étatique. Dit autrement, dans ces analyses serrées, chaque fait que Foucault mobilise (les supplices, les prisons, le Panoptique, la médecine hospitalière, la vaccination, l’urbanisation, les théories des physiocrates ou celles des ordolibéraux, par exemple), l’intéresse avant tout pour reconstituer les confi­gurations dans lesquelles ce fait a été imaginé, mis au point, raffiné au service de l’exercice d’un pouvoir central. Plus encore, en dégageant les principaux traits de ces réalités disparates, l’auteur veut rendre compte, sous l’angle du pouvoir, de l’émer­gence tâtonnante du capitalisme et de son impressionnante aptitude à se transformer sans fondamentalement changer. Ce constat, cependant, ne peut être effectué qu’à con­dition d’envisager, non pas tel ou tel livre, mais la dynamique d’ensemble par laquelle il théorise le pouvoir.

B. Capitalisme et baisse tendancielle du coût du pouvoir

6Et précisément, qu’est-ce que le pouvoir ? Sa première caractéristique, comme mo­teur du capitalisme, réside moins dans sa face répressive – ce qu’il empêche de faire –, que dans sa dimension productive – ce qu’il incite à faire.

Ce qui fait que le pouvoir tient, qu’on l’accepte, mais c’est tout simplement qu’il […] induit du plaisir, il forme du savoir, il produit du discours ; il faut le considérer comme un réseau productif qui passe à travers tout le corps social beaucoup plus que comme une instance négative qui a pour fonction de réprimer (Foucault, 1994a :148-149).

7Cette fonction productive du pouvoir, Foucault la voit apparaître de façon de plus en plus explicite à partir du XVIIIe siècle, au fur et à mesure que les bourgeoisies s’imposent, que les capitalismes s’affirment, que la production économique devient un enjeu politique, qu’il faut mettre le plus de monde au travail, de façon la plus perfor­mante et la moins onéreuse. Dans le même temps, la bourgeoisie se dote d’une infra­structure sophistiquée qui va lui permettre de baisser le coût du pouvoir.

Dans Surveiller et punir, ce que j’ai voulu montrer, c’est comment, à partir des XVIIe-XVIIIe siècles, il y avait eu véritablement un déblocage tech­nologique de la productivité du pouvoir. […] On a vu s’instaurer à cette époque ce qu’on pourrait appeler une nouvelle économie du pouvoir, c’est-à-dire des procédés qui permettent de faire circuler les effets de pouvoir de façon à la fois continue, ininterrompue, adaptée, individualisée dans le corps social tout entier (Foucault, 1994a :149).

8Ainsi, le champ du pouvoir fonctionne et se transforme de manière homologue au champ économique. Foucault met en exergue les différentes “mailles du pouvoir” qui ont permis à la société capitaliste d’émerger, mailles tissées à la fois par les différentes figures de l’autorité locale et par les dirigeants politiques nationaux. En effet, la bour­geoisie

est arrivée à construire des machines de pouvoir qui permettent des circuits de profit, lesquels en retour renforcent et modifient les dispositifs de pou­voir, et cela de manière mouvante et circulaire. […] Le pouvoir de la bour­geoisie se reconduit, non par conservation, mais par transformations suc­cessives (Foucault, 1994a :203).

9En somme, le changement permanent est nécessaire, aussi bien sur le plan économi­que pour créer de nouveaux marchés, que sur le plan du pouvoir, pour renouveler les raisons d’obéir. Ce qui conduit à la deuxième caractéristique du pouvoir. Homologue à celle de la production/consommation, elle réside dans la capacité d’amélioration per­manente dont font preuve les concepteurs des dispositifs disciplinaires et de sécurité. Foucault souligne que cette inventivité remarquable s’origine dans la propension des puissants à utiliser les connaissances portant sur le social. Au cœur de cette volonté de savoir pour mieux gouverner se trouve l’État : «le problème de l’étatisation est au cœur même des questions que j’ai essayé de poser» (Foucault, 2004a :78-79). Cet État, de moins en moins en extériorité avec la société, s’insinue progressivement dans l’inti­mité des relations sociales. Les structures étatiques jouent un rôle déterminant pour la mise au point des innovations en matière de technologies du pouvoir en finançant et orientant les recherches au sein de laboratoires où l’on peut procéder à des expérimen­tations ailleurs impensables.

10La troisième caractéristique du pouvoir est d’exercer une emprise croissante en agissant, simultanément, sur les individus et sur les populations. Ainsi, d’un côté, le pouvoir :

n’est jamais entre les mains de certains, il n’est jamais approprié comme une richesse ou un bien. Le pouvoir fonctionne en réseau et sur ce réseau, non seulement les individus circulent, mais ils sont toujours en mesure de subir et aussi d’exercer le pouvoir ; ils ne sont jamais la cible inerte ou con­sentante du pouvoir, ils en sont toujours le relais (Foucault, 1994a :180).

11On peut y voir une confirmation que nous vivons et agissons dans un monde plat, sans structure, sans élite, sans inégalité insurmontable, où tout n’est qu’ordre et régula­tion, interactions et accords conventionnels. Contre ce risque d’interprétation, Foucault prend soin de préciser que le pouvoir

n’est pas une sorte de distribution démocratique ou anarchique du pouvoir à travers les corps. […] Je crois qu’il faut analyser la manière dont, aux ni­veaux les plus bas, les phénomènes, les techniques, les procédures de pou­voir jouent […], se déplacent, s’étendent, se modifient, mais surtout com­ment elles sont investies, annexées par des phénomènes globaux, et com­ment ces pouvoirs généraux ou des profits d’économie peuvent se glisser dans le jeu de ces technologies, à la fois relativement autonomes et infinité­simales, de pouvoir (Foucault, 1994a :181).

12Enfin, le pouvoir se nourrit des résistances qu’il suscite. En effet, «le pouvoir a be­soin de la résistance comme d’une des conditions essentielles de son fonctionnement» (Foucault, 1975 :213). Chaque résistance, chaque pratique déviante devient, pour les gouvernants, un problème technique à résoudre et tout conflit autour du pouvoir per­met d’améliorer les techniques existantes. Dit autrement :

les relations de pouvoir suscitent nécessairement, appellent à chaque instant, ouvrent la possibilité à une résistance et c’est parce qu’il y a possi­bilité de résistance et résistance réelle que le pouvoir de celui qui domine essaie de se maintenir (Foucault, 1994a :181).

13Car le pouvoir “apprend” en étudiant les résistances, notamment en faisant interve­nir des experts en sciences humaines et en sciences sociales qui, parce qu’ils rendent visibles certaines pratiques clandestines, par exemple dans le monde du travail ou des loisirs (pratiques dites culturelles), l’informent de réalités qu’il ignorait et dont il va s’ingénier à contrôler les évolutions.

  • 2 Voir en particulier Foucault M., 1994a, p.65.

14Foucault s’intéresse donc à l’émergence du capitalisme, sous l’angle de son infinie aptitude à se transformer sans réellement changer. Et s’il s’y intéresse, c’est parce que les caractéristiques de cette dynamique sont toujours à l’œuvre dans la société, au moins jusqu’aux années 1970-1980. Alors que beaucoup de commentateurs ont surtout mis l’accent sur les transformations économiques des sociétés capitalistes, Foucault insiste sur les perfectionnements dans l’exercice du pouvoir que ces transformations exigent et renforcent. Et ce perfectionnement proprement politique s’est opéré par le haut – via les transformations du mode étatique de gouvernement –, mais aussi par le bas, via la mise au point et la généralisation de différents moyens qu’il étudie. Bien sûr, Foucault ne s’intéresse pas directement à l’organisation du travail, aux fusions-acquisitions de firmes, aux conséquences cumulées de la rationalisation du travail, aux maladies professionnelles, pas plus qu’il n’examine les stratégies des groupes profes­sionnels ou les rapports de force entre État, patronat et syndicats. Néanmoins, sa réflexion éclaire la même évolution : comment en est-on venu à trouver naturel de pas­ser sa vie à travailler pour des propriétaires de capitaux (les “marchés financiers”), à s’y préparer en suivant de longues formations, à se convaincre que le salut consiste à s’y réaliser, quitte à s’y épuiser, à envisager sa vie et celle de ses enfants à travers ce prisme ? La seule mécanique économique ne suffit pas à l’expliquer : il manque le ver­sant “pouvoir”, domination, celui par lequel, progressivement, le contrôle sur les indi­vidus et sur l’évolution des populations a permis cette mise au travail généralisée au service des organisations productives marchandes. Un des apports majeurs du travail de Foucault est donc de rappeler que, pour comprendre le capitalisme, il faut compren­dre le mode d’exercice du pouvoir qui lui est consubstantiel, lequel inclut un nouveau mode d’action de l’État. C’est, par exemple, sous cet angle qu’il faut interpréter son intérêt pour les modes d’emprisonnement modernes2.

15C’est sur cet arrière-fond que se dégagent les catégories d’analyses qui, à mes yeux, forgent un puissant outil d’intelligibilité du capitalisme, tel qu’il a émergé en Europe au XVIIIe siècle et tel qu’il se déploie mondialement au XXIe. Trois catégories me semblent particulièrement révélatrices pour rendre compte des dimensions du pouvoir et de leur perfectionnement : les disciplines, la sécurité et la gouvernementalité.

III. Un cadre conceptuel pour saisir le pouvoir

A. Des disciplines et de leurs dimensions

16Foucault élabore la catégorie des disciplines en stylisant de nombreux cas empiri­ques : le Panoptique, mais aussi la lettre de cachet, les associations de bienfaisance, les prisons, certains textes portant sur l'organisation de l'enseignement, de l'hôpital, des armées, des organisations productives, etc. On peut dégager six dimensions constituti­ves des disciplines.

17La mise au point et l’utilisation des disciplines visent à imposer un certain ordre dans l’espace. Toutefois, l’exercice du pouvoir ne consiste pas uniquement à enfermer, cadenasser : ceux qui conçoivent les disciplines et les mettent en œuvre procèdent de manière plus subtile, l’imagination étant ici au service du pouvoir. Si l’emploi des disciplines sert à contrôler l’espace, c’est parfois en termes de quadrillage-clôture comme dans les cellules du Panoptique, mais aussi en termes de quadrillage-transpa­rence ou de quadrillage-ouverture.

18L’usage des disciplines vise également le contrôle du temps, à différentes échelles : si l’ambition d’exercer un tel contrôle temporel n’est pas nouvelle, elle gagne en préci­sion et prend une puissance inégalée avec le développement du capitalisme industriel : «contrôle ininterrompu, pression des surveillants, annulation de tout ce qui peut trou­bler et distraire ; il s’agit de constituer un temps intégralement utile» (Foucault, 1975 :176). De plus, la mise en œuvre des disciplines permet de synchroniser les mou­vements des corps et ceux des appareils productifs tout en cherchant à accroître le ren­dement productif par une meilleure organisation et allocation du temps : pas de “temps mort”, détermination d’un temps exactement nécessaire pour réaliser un geste utile, dans un ordre précis, ce qui implique une perte de pouvoir d’agir pour ceux sur les­quels les disciplines sont exercées. Le taylorisme-fordisme et les ingénieurs du bureau des méthodes sont replacés dans une lignée de dispositifs disciplinaires plus anciens. De plus, en prolongeant cette mise en perspective, il est possible d’anticiper l’inven­tion de futurs dispositifs. Il n’y a donc pas de “rupture” par rapport aux époques précé­dentes, mais héritage, transmission, approfondissement, perfectionnement dans le do­maine de l’exercice du pouvoir.

19La troisième dimension concerne l’importance de la norme et de ses usages spécifi­ques dans une perspective disciplinaire. La normalisation concerne tous les domaines. Là encore, elle peut prendre plusieurs formes et servir plusieurs objectifs, aussi bien collectifs qu’individuels.

20La quatrième dimension concerne le caractère automatique, non seulement du fonc­tionnement des disciplines, mais surtout de leur perfectionnement. Cet automatisme du pouvoir, dont Foucault dit parfois qu’il «fonctionne comme une machinerie» (Fou­cault, 1975 :208), désigne le caractère continu, permanent, perpétuel du pouvoir disci­plinaire : les structures et la dynamique des disciplines amènent chacun à surveiller quelqu’un, participant ainsi du fonctionnement même des disciplines. Ce qui ne veut pas dire que toutes les positions soient équivalentes. L’automatisme en question est ce­lui des principes de fonctionnement dans lesquels les individus se trouvent placés, principes dont l’apparente rationalité explique la difficulté à s’y opposer. En somme, l’exercice du pouvoir ne s’arrête jamais.

21Par ailleurs, le pouvoir disciplinaire est invisible, alors qu’il met à nu : les dominés doivent sans cesse lui fournir des informations sur eux-mêmes, leur production, leurs désirs, leurs succès, bref, tout ce qui permet de situer les individus dans les innombra­bles hiérarchies et classements (production, consommation, affects, aspiration, etc.). Cette mise à nue, ce dévoilement nécessitent différentes formes “d'examen”, mais aussi d’enregistrements – quantitatifs ou qualitatifs –, portant sur un grand nombre d’individus. Foucault prend pour exemple emblématique le cas du secteur hospitalier où ce qui constitue l’ancêtre du dossier médical contenait les premières données phy­siologiques mesurées ou décrites (température, fièvre, etc.). L’enregistrement, l’exa­men des données enregistrées, la comptabilité, l’accumulation des informations pour effectuer des traitements statistiques, tout cela est mis au point au XVIIIe siècle, non seulement dans le domaine de la santé, mais également de la démographie et de l’éco­nomie politique. Ce savoir-faire est déterminant, car il va permettre progressivement aux gouvernants et à leurs conseillers, aux théoriciens et aux praticiens de la chose publique, aux organisateurs, de compléter les disciplines par la “sécurité” (voir ci-dessous).

22Enfin, les dispositifs disciplinaires constituent des terrains favorables aux expéri­mentations. Foucault parle d’ailleurs de «laboratoire de pouvoir», où sont perfection-nés, simultanément, les «mécanismes d’observation» et les modalités d’exercice du pouvoir (Foucault, 1975 :238-239). C’est bien ce caractère structurellement expéri­mental qui permet d’accroître l’efficacité du pouvoir lui-même, à la fois dans un do­maine d’activité donné et, simultanément, en facilitant son extension à de nouveaux domaines. En étudiant le Panoptique au sein duquel se mêlent de façon emblématique les dimensions expérimentales et automatiques des disciplines, Foucault met en lu­mière le mouvement de «généralisation disciplinaire», «d’extension des institutions disciplinaires» (Foucault, 1975 :244), produisant ce que l'on peut appeler la société disciplinaire.

23On le voit, les six dimensions des disciplines permettent au pouvoir de s’exercer en permanence, d’améliorer sans cesse son efficacité et, tout en permettant aux dominants de demeurer dans l’ombre, de fonctionner grâce au concours souvent involontaire de chacun. Par ailleurs, les disciplines mises au point au XVIIIe siècle, loin d’éliminer les précédentes technologies (juridiques), s’y articulent en les enrichissant. Mais l’his­toire des technologies du pouvoir ne s’arrête pas là : à l’usage des disciplines va s’ajouter la mise au point d’une nouvelle catégorie de technologie de pouvoir, que Foucault va appeler la sécurité.

B. De la sécurité comme ensemble de technologies de pouvoir

24En effet, dès Surveiller et punir (1975 :188-189), Foucault décrit le double mouve­ment par lequel le pouvoir procède : par le bas, en surveillant en permanence le com­portement des individus, grâce aux disciplines, ce qui constitue l’anatomopouvoir ou microphysique du pouvoir ; et par le haut, en utilisant des dispositifs qu’il appellera sécuritaires, constituant le biopouvoir ou macrophysique du pouvoir. Mais c'est dans Sécurité, territoire, population que Foucault développe son analyse de la sécurité comme mode d’exercice du pouvoir sur les populations. Cette action, avec ses disposi­tifs spécifiques, est élaborée progressivement, à partir de préoccupations disparates concernant l’urbanisation ou l’aménagement des villes, la lutte contre les épidémies au moyen de la vaccination et la réduction des disettes à partir des théories économiques développées par les physiocrates. Entre ces grands domaines de l’action politique, Foucault identifie des points communs, des manières identiques d’analyser les problè­mes et de fixer des objectifs semblables. Ainsi, la science du gouvernement se déve­loppe grâce à la statistique des populations, laquelle élabore une réalité distincte avec ses caractéristiques spécifiques, ses “lois” considérées comme naturelles. Dès lors, le but de l'art de gouverner devient l'amélioration rationnelle du sort des populations tel qu’il peut être apprécié en employant des tableaux d'indicateurs.

25Ce glissement vers les technologies de sécurité permet à la volonté gouvernemen­tale d’appliquer à l’échelle globale d’une population les principes du contrôle discipli­naire, initialement mis au point au niveau des individus. C’est qu’entre-temps, la po­pulation est devenue une chose sur laquelle il est possible d’agir en canalisant ses évo­lutions. Plus précisément, si

la discipline ne laisse rien échapper […], le dispositif de sécurité, au contraire, laisse faire. Non pas qu’il laisse tout faire, mais il y a un niveau auquel le laisser-faire est indispensable (Foucault, 2004b :47).

26Ainsi, par expérimentations successives, le pouvoir se dote d’une palette de dispo­sitifs intimement liés les uns aux autres et l’art de gouverner devient la capacité à maî­triser les différentes catégories de dispositifs, à les actionner conjointement, alternati­vement, au gré des exigences, au fur et à mesure de l’expression des résistances.

C. De la gouvernementalité

27C’est précisément cette aptitude à dominer les populations, en s'appuyant sur un large registre de technologies de pouvoir, que M. Foucault appelle la gouvernementa­lité. Il y voit le fondement même de l’État moderne dont l’une des caractéristiques est de progressivement apprendre à :

gérer la population […] en profondeur, en finesse et dans le détail. […] On a un triangle : souveraineté-discipline-gestion gouvernementale dont la cible principale est la population et dont les mécanismes essentiels sont les dispositifs de sécurité. […] [Plus précisément,] par gouvernementalité, j’entends l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, bien que complexe, de pouvoir, qui a pour cible principale la population, pour forme majeure de savoir l’économie politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité (Foucault, 2004b : 111-112).

28Gouverner va alors consister à tenir compte des phénomènes “naturels” de popula­tion, des lois de l’économie et, plus récemment, de celles de la rationalité gestionnaire. Foucault pointe ici l’importance grandissante des savoirs et savoir-faire à caractère scientifique dans l’art de gouverner : celui-ci exige de recourir aux experts dans l’art de gérer, aux spécialistes capables de «mettre en place des mécanismes de sécurité» (Foucault, 2004b :361). Et progressivement, ces mécanismes se spécialisent :

On va avoir un système double. D’une part, on va avoir toute une série de mécanismes qui relèvent de l’économie, qui relèvent de la gestion de la population et qui auront justement pour fonction de faire croître les forces de l’État, et puis, d’autre part, un certain nombre d’instruments qui vont assurer que le désordre, les irrégularités, les illégalismes, les délinquances seront empêchés ou réprimés (Ibid.).

29Sous cet angle, depuis le XVIIIe, l’économie politique, au-delà des courants dominants qui l’ont successivement caractérisée, a progressivement réussi à imposer le fait de (prétendre) conduire des politiques en s’appuyant sur des modèles d’autant plus rigoureux qu’ils recourent à des formulations mathématiques. Structurant l’art de gou­verner, elle a simultanément imposé une manière de concevoir le social, ses hiérar­chies et ses cadres cognitifs (Laval, 2007 ; Lebaron, 2010). Le fait gestionnaire – ensemble des acteurs collectifs en charge de concevoir et d’employer des dispositifs disciplinaires et sécuritaires – apparaît alors clairement comme le versant opérationnel de l’économie politique, articulant décisions gouvernementales (politiques macro-éco­nomiques) et évolutions sociales (pratiques locales).

D. Le néolibéralisme ou la gouvernementalité totale

30C’est sur cet arrière-fond que Foucault aborde, dans Naissance de la biopolitique, l’influence déterminante que va exercer, sur la gouvernementalité, le néolibéralisme ou ordolibéralisme, à partir de la fin des années 1970. Cette doctrine préconise de fon­der l’État sur la rationalité supposée du marché en régime de concurrence pure et non faussée. Ses promoteurs conçoivent l’action de l’État :

  • comme indirecte, vis-à-vis de l’économie, en lui apportant essentiellement un cadre juridique garantissant le bon fonctionnement de la concurrence entre entreprises ;

  • comme beaucoup plus invasive vis-à-vis de la société, à la fois pour la conformer aux besoins toujours plus sophistiqués d’une économie concurrentielle et pour empêcher l’émergence de pratiques anticoncurrentielles ;

  • et comme réformatrice vis-à-vis de lui-même. En effet, l’État, les administrations publiques, les gouvernements doivent fonctionner et être gérés comme des entreprises.

31Au fondement de la conception néolibérale, il y a une critique radicale de la figure de l’État, s’appuyant sur les dénonciations du nazisme, du stalinisme, mais aussi de toute forme d’interventionnisme, comme le Front populaire, le New Deal ou l’État-providence inspiré par Beveridge. Pour les ordolibéraux, l’État nazi n’est pas une monstruosité, mais l’exemplification de ce à quoi conduit l’essence même de l’État. Aussi faut-il changer de part en part la conception que nous avons de l’État et de ses rapports à l’économie. Il faut le fonder sur les principes de l’économie de marché, fabriquer un État dont les racines plongent dans la liberté individuelle d’entreprendre et la concurrence. La pensée ordolibérale peut se résumer ainsi :

Puisqu’il s’avère que l’État, de toute façon, est porteur de défectuosités intrinsèques et que rien ne prouve que l’économie de marché possède des défauts semblables, demandons à l’économie de marché elle-même, non pas le principe de limitation de l’État, mais le principe de régulation interne de l’État, de bout en bout de son existence et de ses actions […]. Autre­ment dit, un État sous surveillance de marché, plutôt qu’un marché sous surveillance de l’État (Foucault, 2004a :120).

32Selon les néolibéraux, ce qu’il y a d’essentiel dans les mécanismes sociaux du mar­ché, c’est la concurrence. Or, pour que la concurrence produise ses effets bénéfiques, il faut qu’un certain nombre de conditions soient remplies, et c’est à la réalisation de ces conditions que l’État doit se consacrer : «la concurrence, c’est donc un objectif histori­que de l’art gouvernemental, un objectif qui suppose, par conséquent, une politique in­définiment active» (Ibid. :124), laquelle doit viser la «démultiplication de la forme “entreprise” à l’intérieur du corps social» (Ibid. :154).

33M. Foucault donne quelques exemples de cette gouvernementalité néolibérale : le contrôle strict du niveau d’inflation, la mobilisation générale pour favoriser la crois­sance, l’affectation “scientifiquement” établie de la population dans les différents sec­teurs d’activité (dispositifs de sécurité) ; la diffusion des techniques – notamment par la formation – (dispositifs disciplinaires) ; le développement d’une société judiciaire pour régler les conflits d’intérêts (dispositifs juridiques).

1. Vers un libéralisme sociologique ?

34C’est en agissant massivement sur les cadres sociaux du marché que l’État parvien­dra à préserver la concurrence dans ce qu’elle a de fondamental pour produire une so­ciété soumise à la dynamique concurrentielle, une société d’entreprises en compéti­tion. Le gouvernement néolibéral doit

intervenir sur la société elle-même, dans sa trame et son épaisseur, […] pour que les mécanismes concurrentiels à chaque instant et en chaque point de l’épaisseur sociale, puissent jouer leur rôle de régulateur […]. C’est un gouvernement de société […] [que certains ordolibéraux ont proposé d’ap­peler] un libéralisme sociologique (Ibid. :151).

35Et dans ce sens, une partie de l’action gouvernementale va consister à tout rendre “comptable”. Pour ce faire, l’État doit se transformer de fond en comble : le mode de recrutement et l’organisation du travail de ses personnels, le type de service rendu aux publics, la manière de se financer, tout doit être conforme à un impératif d’évaluation compétitive. Comme dans le fonctionnement d’une entreprise que ses dirigeants gou­vernent au moyen d’instruments de gestion, la société dans son ensemble – et les ad­ministrations publiques en particulier –, doivent être soumises aux mêmes types de technologies du pouvoir.

36Dès lors que le fondement même de l’État est l’économie de marché, que la doctri­ne économique stipule que la société doit être mise en forme pour ne pas entraver le succès et l’enrichissement des investisseurs et entrepreneurs, la palette des différentes catégories de dispositifs de pouvoir va être mobilisée pour atteindre cet objectif. Ils vont surtout favoriser l’amélioration permanente de ces différents types d’instruments – et des discours de promotion les accompagnants – pour conformer toujours plus finement le social à son idéaltype néolibéral. Alors qu’il prétend défendre un certain type de liberté – celle d’entreprendre économiquement –, le néolibéralisme est, par construction, liberticide.

2. Critiques de l’État et gouvernementalité néolibérale

37Cette généalogie permet à Foucault de souligner la proximité entre les thèses néoli­bérales et les critiques de gauche (des années 60-70) contre les dimensions trop répres­sives de l’État.

Les critiques se trompent quand ils dénoncent une société uniformisante, de masse, de consommation, de spectacle, etc. Ils se trompent quand ils croient critiquer l’objectif de la politique gouvernementale. Ils critiquent quelque chose d’autre. Ils critiquent quelque chose qui a été à l’horizon des politiques menées des années 1920 aux années 1960. Mais nous avons dépassé ce stade. Nous n’en sommes plus là. L’art de gouverner des ordoli­béraux vise au contraire à obtenir une société indexée sur la multiplicité et la différenciation des entreprises (Foucault, 2004a :154-155).

38C’est qu’en effet, nous dit Foucault, les critiques de gauche, en s’opposant au trop-plein d’État-Providence, rejoignent et renforcent les critiques néolibérales qui œuvrent à sa décroissance et à sa mutation en État-gestionnaire.

Ce qui est actuellement en question dans notre réalité […], ce serait plutôt la décroissance de l’État qui se manifeste sous deux formes : l’une qui est précisément la décroissance de la gouvernementalité d’État par la crois­sance de la gouvernementalité de parti et d’un autre côté, l’autre forme de décroissance […] par une gouvernementalité libérale (Foucault, 2004a :197).

39Plus, cette décroissance n’a pas besoin d’être opérée de l’extérieur car elle s’origine au cœur même de l’appareil étatique :

Ceux qui constituent les agents de diffusion, les agents de mise en œuvre de ce modèle allemand, ce sont ceux qui, précisément, sont les gestion­naires de l’État et ceux qui ont à gérer l’État dans ce contexte de crise (Ibid. :198).

40Toute la difficulté, pour remettre en cause de façon pertinente l’État néolibéral, c’est qu’il se pare d’une rationalité scientifique, d’une objectivité désarmante, tout en promettant la liberté (d’entreprendre) pour tous. Il semble répondre à des besoins de responsabilisation et d’autonomisation qu’il suscite et entretient, au moins partielle­ment. Pour montrer la puissance et la prégnance de la pensée néolibérale sur les trans­formations sociales contemporaines, Foucault décrypte l’utilisation de la notion de ca­pital humain, qui permet de considérer le travailleur comme l’entrepreneur de lui-même, comme l’actionnaire-investisseur de son principal capital, à savoir sa compé­tence. Selon cette théorie,

la compétence qui fait corps avec le travailleur est, en quelque sorte, le côté par lequel le travailleur est une machine, mais une machine entendue au sens positif, puisque c’est une machine qui va produire des flux de revenus (Ibid. :230).

41Ainsi, les figures idéales-typiques de l’entreprise et du marché sont envisagées comme le modèle général de compréhension – connaissance rigoureuse de ce qui est – et d’organisation de la société – action pour mettre en place ce qui doit être.

E. Le rôle central des connaissances objectivantes sur le social

42Un point me paraît particulièrement puissant dans les analyses foucaldiennes du pouvoir, c’est l’identification du rôle joué par le recueil et l’extraction de “connaissan­ces” concernant le comportement des individus (travaillant, consommant, se dis­trayant, etc.), ainsi que vis-à-vis du traitement statistique de ces connaissances pour calculer des valeurs “normales” de l’évolution des populations, dégager des typologies de pratiques. L’exercice du pouvoir procède non seulement du contrôle et de la sur­veillance directs, mais également de l’instrumentalisation des recherches issues des sciences sociales, notamment quand celles-ci mettent en évidence les stratégies de résistance, de contournement.

43Ainsi, dès Surveiller et punir, Foucault précise :

le point idéal de la pénalité aujourd’hui serait la discipline indéfinie : un interrogatoire qui n’aurait pas de terme, une enquête qui se prolongerait sans limite dans une observation minutieuse et toujours plus analytique, un jugement qui serait en même temps la constitution d’un dossier jamais clos, la douceur calculée d’une peine qui serait entrelacée à la curiosité acharnée d’un examen, une procédure qui serait à la fois la mesure permanente d’un écart par rapport à une norme inaccessible et le mouvement asymptomati­que qui contraint à la rejoindre à l’infini (Foucault, 1975 :264).

44L’accumulation de connaissances sur le fonctionnement du social – les grandes ten­dances – et sur le comportement des individus – les dossiers individuels – s’avère une dimension essentielle du pouvoir :

le pouvoir ne cesse de questionner, de nous questionner ; il ne cesse d’en­quêter, d’enregistrer ; il institutionnalise la recherche de vérité, il la profes­sionnalise, il la récompense […]. Et, d’un autre côté, nous sommes égale­ment soumis à la vérité, en ce sens que la vérité fait loi (Foucault, 1994a :176).

45Ainsi, les procédures d’enregistrement des actes de travail, de suivi de la produc­tion, de mesure de différents temps, le traitement statistique des résultats ainsi fabri­qués, mais aussi leurs interprétations légitimes – les chiffres ne parlent pas d’eux-mêmes – construisent des représentations du monde paraissant d’autant plus vraies qu’elles sont issues d’un appareillage informatique.

46Parmi les discours de vérité, il faut compter ceux des sciences sociales, et tout parti­culièrement les rapports d’études – et les recommandations qui en sont parfois déri­vées – sur le travail, les organisations, les entreprises : que la méthode soit qualitative ou quantitative, les recherches donnent à voir le social dans son intimité, les contour­nements qu’opèrent certains acteurs – parfois collectifs – par rapport au prescrit, les manières de faire qualifiées d’invisibles ou de clandestines, les évolutions statistique­ment les plus probables, etc.

IV. Le fait gestionnaire et la gouvernementalité néolibérale

47Pour apprécier la portée d’une telle construction théorique (la dynamique d’exten­sion du capitalisme comme exercice de la gouvernementalité, par usage et perfection­nement des dispositifs disciplinaires et de sécurité), je propose de l’appliquer à l’ana­lyse du fait social particulier que constitue la gestionnarisation des sociétés contempo­raines.

A. La gestionnarisation comme processus de déstabilisation

  • 3 Comme l’analysaient il y a plus d’un siècle M. Weber et W. Sombart.
  • 4 Pour une mise en perspective de ces décisions, voir Busino G., 2001 ; Ben Gamra S., Plihon D., 2007 (...)

48En effet, depuis plusieurs décennies, toutes les dimensions des sphères productives sont soumises à une déstabilisation accélérée : contenu et finalité du travail, organisa­tion des firmes et du temps, statuts d’emploi, contenu et durée des études, articulation vie privée/vie professionnelle, droit du travail et droit social, degré et mode d’implica­tion, niveau de salaires, etc. Certes, ces injonctions à s’adapter sans cesse ne sont pas nouvelles : elles sont pour ainsi dire consubstantielles à la rationalisation des modes de production industriels3. Cependant, ce qui caractérise les mondes sociaux du travail de­puis la fin des années 1970, c’est l’accélération du rythme de ces injonctions à changer et leur degré d’extension. Cette accélération est, elle-même, le résultat d’une accumu­lation de décisions prises par les élites politiques et économiques de nombreux pays : globalisation des marchés financiers et boursiers, dérégulation et re-régulation partielle des secteurs bancaires, privatisation-marchandisation des sphères publiques et volonté de remodeler la capacité d’action de l’État, concurrence accrue dans certains secteurs, suivie de concentration à une échelle internationale, sous-traitance en cascade et dé­pendance croissante à des investissements volatils, etc4.

49Cet irrésistible changement permanent résulte, non seulement de la volonté d’ac­croître le rendement financier pour les propriétaires lucratifs (Friot, 2012), mais égale­ment de la volonté têtue d’exercer un pouvoir toujours plus précis sur les individus et les collectifs, considérés sous leur seule dimension de producteurs-consommateurs. Façonnant le travail en le soumettant à un enchaînement de transformations, la gouver­nementalité gestionnaire se situe à l'articulation entre les décisions majeures de politi­que économique et les transformations des sphères d'activité professionnelle. Ainsi, d'un côté, les mesures prises par les dirigeants sont médiées par la conception et la mise en œuvre d’un immense réseau de dispositifs de gestion, depuis la normalisation comptable internationale (dispositifs juridiques de gestion) jusqu’aux techniques les plus invasives de mobilisation des subjectivités (dispositifs disciplinaires de gestion). D'un autre côté, les décisions structurantes sont justifiées en référence aux évolutions de certaines “données” issues d'un appareillage statistique de gestion, depuis les indi­cateurs macro-économiques des États jusqu’aux tableaux de bord des multinationales (dispositifs sécuritaires de gestion).

  • 5 Méthodes de conception de projets informatiques introduites après 2000, promettant une plus grande (...)

50S’il est si important d’étudier le fait gestionnaire, c’est aussi, comme le montrent de nombreux travaux contemporains, parce que son infiltration par tous les interstices du corps social engendre des effets destructeurs. Que l’on s’intéresse aux nouvelles for­mes d’organisation du travail – en particulier à la lean production (Durand, 2004) ou aux démarches agiles5 –, que l’on analyse l’introduction des normes comptables inter­nationales ou les effets de la financiarisation (Bouchard, 2014 ; Chambost, 2013), que l’on étudie l’application des principes du New Public Management ou ses conséquen­ces sociales, que l’on se focalise sur l’évaluation individuelle des salariés ou le travail par projet, l’économie collaborative ou les démarches dites “qualité”, sous cette inven­tivité manifeste apparaissent non seulement les effets délétères et contre-productifs du fait gestionnaire (Benedetto-Meyer et al., 2011 ; Cléach et al., 2016 ; Méda, 2013), mais surtout l’intensification des rapports de domination qu’il occasionne, aussi bien sur les conditions de travail et d’emploi, que sur l’action publique ou la vie privée (Burgi, 2014 ; Kober-Smith, 2010).

51Rendre compte de l’irrésistible extension du fait gestionnaire, comme contribution à l’exercice des rapports de domination dans le capitalisme contemporain et comme instrument de l’idéologie néolibérale, paraît alors essentiel, en particulier pour en pro­poser des modalités alternatives.

B. La gestionnarisation à la lumière des théories foucaldiennes du pouvoir

52Dans ce sens, les instruments conçus et introduits dans une visée manifeste de ges­tion peuvent être analysés comme des dispositifs disciplinaires, dans la mesure où leur mise en œuvre permet aux dirigeants, non seulement d’agir, de prendre le contrôle sur les différentes dimensions du travail, mais également de perfectionner continuellement cette emprise.

53En effet, si les laboratoires de pouvoir qu’a analysés Foucault étaient, autrefois, des milieux fermés, comme les prisons, les hôpitaux psychiatriques et les usines, de nos jours, ils prennent la forme d’espaces en apparence plus ouverts. Nous pensons aux dispositifs de la «démocratie participative» (Koebel, 2006 ; Talpin, 2013) ou à ceux de “l’économie collaborative” (Fab Lab, hackerspaces, etc.), réputés faire innover plus vite et moins cher (Cleach et al., 2016), sans oublier ceux qui permettent la discrète – mais très efficace – mise au travail des consommateurs (Tiffon, 2013). Ces différentes initiatives, au-delà des discours de promotion qui les accompagnent, permettent à des membres des catégories sociales les plus dotées en capitaux scolaires et symboliques, d’une part, de préserver leurs positions dans le champ de la politique et, d’autre part, d’expérimenter de nouveaux modes d’exercice du pouvoir, moins coûteux, plus per­formants pour obtenir des producteurs-consommateurs qu’ils s’impliquent, parfois gratuitement. Une fois que des nouvelles technologies de pouvoir sont mises au point au sein de ces laboratoires ouverts, les institutions de l’État – publiques ou privées – tentent d’en généraliser les principes par des dispositifs réglementaires et fiscaux, en facilitant leur application à d’autres domaines.

54En ce qui concerne le contrôle disciplinaire de l’espace et du temps, l’inventivité gestionnaire s’est manifestée via la multiplication des centres d’appels, mais aussi des espaces de coworking où l’absence de cloisons exerce un effet de surveillance diffuse et permanente de la part des nouveaux contremaîtres que sont les managers de proxi­mité et les animateurs, mais aussi des pairs (téléconseillers, coworkers). Le contrôle peut s’exercer aussi en termes de maîtrise des flux de communication : de nos jours, le suivi dynamique des usages de la téléphonie mobile et d’internet (traces de connex­ion), couplé au perfectionnement de techniques de marketing (les algorithmes des multinationales du web), oriente les pratiques communicationnelles et médiatiques plus subtilement que la censure. Le contrôle tatillon des temps est aussi manifeste dans les centres d’appels où le minutage de l’exécution des tâches est particulièrement poussé ; les usages industriels des progiciels intégrés enchaînent le travail de toutes les divisions d’une même multinationale, cadencent strictement leur succession et en comptabilisent toutes les durées ; l’introduction des méthodes agiles dans les départe­ments informatiques, au prétexte d’aplanir la hiérarchie, vise à codifier plus finement le travail des cadres et à enregistrer plus précisément les implications temporelles de leur engagement, etc.

55Quant aux dimensions normatives des disciplines de gestion, nous en rencontrons les manifestations aussi bien avec les pratiques d’évaluation des salariés, introduites dans les années 1980 comme forme emblématique du néo-management, qu’avec les usages changeant des mesures visant à conformer des individus, en contrôlant des évo­lutions par rapport à une moyenne statistique (nombre moyen d’appels en instance ou de dossiers-clients traités par unité de temps, “note” obtenue à des “sondages de satis­faction”, etc.). Si, intuitivement, la normalisation des comportements au travail semble associée aux organisations fordiennes et bureaucratiques, les formes contemporaines des espaces de travail – open spaces, espaces de coworking, etc. – exigent également des employés qu’ils se conforment à des attitudes attendues (autonomie, responsabili­sation, flexibilité, absence apparente de rapports hiérarchiques, etc.). La prescription n’y est plus systématiquement formulée par les cadres, mais inscrite dans les structures des lieux et l’absence intentionnelle de soutien institutionnel, ce qui oblige les travail­leurs à agir en autoentrepreneurs même quand ils sont salariés : on parle alors, dans le jargon gestionnaire, d’intrapreneurs.

56L’encouragement systématique à innover, à assumer des responsabilités et des ris­ques s’interprète comme la déclinaison locale de l’impératif néolibéral à organiser le social sur le modèle du marché libre et non faussé : analyser cette injonction avec la catégorie de dispositif sécuritaire permet d’identifier en quoi il s’agit d’une technolo­gie de pouvoir normalisatrice et non une réponse à des aspirations anthropologiques. Cette injonction à être autonome et individuellement responsable organise les cadres d’action aussi bien au niveau les plus globaux (dispositifs juridiques de la construction européenne, dispositifs disciplinaires et sécuritaires du management public, etc.) qu’au niveau le plus fin (“pépinières d’entreprises”, “tiers lieux”, “démarches agiles”, étu­diants et patients “acteurs” de leurs parcours, etc.). Une illustration contemporaine en est donnée par la surveillance qu’exercent les “agences de notation” – et plus générale­ment “les marchés financiers” – sur les États, au travers d’un jugement porté sur leur dette et leur capacité supposée à rembourser cette dernière, capacité appréciée en com­parant leurs politiques publiques à l’aune des critères néolibéraux de bonne gestion (Ouroussoff, 2013).

57Enfin, le cadre d’analyse foucaldien permet de prendre quelques distances par rap­port au rôle social des sciences sociales dans l’affermissement de la gouvernementalité gestionnaire. En effet, sous cet angle, l’histoire des théories et des pratiques de gestion apparaît, non seulement comme la confiscation des savoirs des gens de métier et des pratiques “culturelles” des populations, mais également comme l’instrumentalisation par codification des savoirs savants sur les mondes sociaux du travail. Depuis l’École des Relations Humaines jusqu’à l’injonction à la responsabilisation propre à la lean production et aux “méthodes agiles”, en passant par la participation (Martin, 1995), la fabrication de cultures d’entreprise, d’outils de knowledge management et l’élabora­tion de collectifs ad hoc (Linhart, 2015), l’intrication entre recherches empiriques à visée de connaissance et mise au point de recommandations à visée de contrôle est une constante de la gouvernementalité gestionnaire.

58Or, force est de constater qu’une partie des sciences sociales, notamment celles por­tant sur les pratiques de consommation, les usages des technologies numériques, les pratiques délibératives ou encore les activités de travail, cherchent à être utilisables par les acteurs des mondes économiques, politiques, administratifs ou médiatiques. Les choix de leurs objets et de leurs problématiques peuvent alors être surdéterminés par des considérations ascientifiques. On pense, par exemple, au succès que rencontrent les théories de l’acteur-réseau parmi les études d’usages des technologies (Amster­damska, 1990 ; Gingras, 1995, 2014) : leur emploi acritique les apparente à des auxi­liaires de la gouvernementalité gestionnaire.

59Que ce soit pour faire produire – ou détruire – de plus en plus vite des marchandi­ses, des connaissances, des innovations, des identités, des croyances, des professionna­lités (Linhart, 2015) ou que ce soit pour faire désirer et consommer ce qui est à vendre (du plus luxueux au plus low cost), plus le pouvoir cherche à réguler de façon fine des évolutions globales et plus il a besoin de données, de dispositifs d’enregistrements, d’enquêtes, mais aussi d’experts susceptibles de les concevoir, les mettre en œuvre, les interpréter et les vendre (le marché du big data, par exemple, ou bien celui des indica­teurs financiers). Les chercheurs qui produisent des connaissances de plus en plus pré­cises, minutieuses, sur le social, les aspirations, les sentiments, les pratiques les plus intimes – parfois dites de résistance –, individuelles et collectives, sont donc au cœur, non de l’exercice du pouvoir, mais de son perfectionnement, de l’amélioration de son efficacité. Une telle responsabilité est renforcée par les évolutions gestionnaires pro­pres au champ académique : réduction des budgets publics conduisant les chercheurs à trouver des financements auprès des multinationales ou des fondations privées ; réduc­tion des débouchés universitaires pour les diplômés en sciences sociales qui en vien­nent à désirer devenir des consultants, etc. Dès lors, l’injonction contemporaine à la créativité et à l’épanouissement au travail, tout particulièrement quand elle est appli­quée aux sciences sociales, loin de servir l’imagination sociologique (Mills, 1997), ap­paraît comme un dispositif de la gouvernementalité gestionnaire, visant à renforcer la sujétion des individus au travail.

V. Conclusion

60En conclusion, nous retenons deux apports majeurs des analyses foucaldiennes du pouvoir. Tout d’abord, sur le plan méthodologique, Foucault montre que l’étude des faits sociaux doit impérativement prendre en compte de nombreuses configurations, si­tuées à des époques différentes et dans des domaines distincts. Observer de façon tou­jours plus rigoureuse des situations toujours plus circonscrites ne permet guère de saisir la dynamique incroyablement efficace par laquelle les connaissances sont recy­clées par le pouvoir au service de son propre perfectionnement. La démarche de Fou­cault consiste, d’une part, à replacer dans le temps long les expérimentations aux­quelles les dominants soumettent le social et, d’autre part, à éclairer les analyses “mi­crosituées” à la lumière des changements institutionnels de grande ampleur.

61Ensuite, Foucault a le souci de demeurer vague sur l’identité des auteurs qui, en écrivant le grand récit néolibéral, exercent le pouvoir : ni classes privilégiées particu­lières, ni élites spécifiques, ni corps d’experts clairement identifiés, le pouvoir s’appa­rente chez lui à un fluide circulant, à l’écoulement duquel nous sommes tous, bien qu’à des degrés divers, supposés contribuer, en actionnant les leviers de la mégama­chine. Certes, Foucault prend parfois en compte l’engagement personnel de certains groupes d’individus. Cela est particulièrement net dans son étude de l’ordolibéralisme et du néolibéralisme (Foucault, 2004a), où il évoque le rôle de certains économistes allemands et de certains hommes politiques français. Mais ces excursions du côté de l’identification des dominants sont largement secondaires par rapport aux explications en termes de flux, de processus, de mécanique sociale, de perfectionnement automati­que. Ce faible intérêt porté aux groupes sociaux dominants, loin de constituer un point aveugle de sa démarche, constitue au contraire l’un de ses principes essentiels. Le plus important, nous dit Foucault, c’est de prendre conscience que les luttes autour des ef­fets du pouvoir sont aussi des luttes pour exercer le pouvoir. Pointer la responsabilité de certains fragments des classes dominantes, c’est passer à côté de ce qu’est le pou­voir depuis plus de deux siècles : une dynamique de perfectionnement des technolo­gies visant «à “conduire des conduites”, […] structurer le champ d’action éventuel des autres» (Foucault, 1994b :237).

62Et si donc il est possible d’élaborer, à partir de ce cadre d’analyse, des pistes pour l’action, c’est au sens où il précise les conditions que devrait respecter tout projet alter­natif : échappe-t-il au risque d’être instrumentalisé par les dispositifs de pouvoir ? Ceux qui le portent ne sont-ils pas en passe de devenir les prochains dominants ?

Haut de page

Bibliographie

Amsterdamska O.,
1990 “Surely You Are Joking, Monsieur Latour ! ”,
Science, Technology & Human Values, 15(4), p.495-504.

Benedetto-Meyer M., Maugeri S., Metzger J-L. (dir.),
2011 L’emprise de la gestion. La société au risque des violences gestionnaires, Paris, L’Harmattan.

Ben Gamra S., Plihon D.,
2007 “Politiques de libéralisation financière et crises bancaires ”, Économie inter­nationale, 4, n°112, p.5-28.

Bouchard J-F.,
2014 L’Empereur illicite de l’Europe. Au cœur de la Banque centrale europé­enne, Paris, Éditions Max Milo.

Burgi N. (dir.),
2014 La grande régression. La Grèce et l’avenir de l’Europe, Lormont, Le Bord de l’eau.

Busino G.,
2001 “Quelles significations attribuer aux processus de rationalisation de la mondialisation ? ”, in Mercure D. (dir.), Une société monde ?, Qué­bec/Bruxelles, De Boeck Université/Presses Universitaires de Laval, pp.167-181.

Chambost I.,
2013 “De la finance au travail. Sur les traces des dispositifs de financiarisation”, La nouvelle revue du travail, [En ligne], n°3, 2013, mis en ligne le 30 octo­bre 2013.

Cleach O., Deruelle V., Metzger J-L.,
2016 “Les tiers lieux, des microcultures innovantes ? ”, Recherches Sociologiques et Anthropologiques, 46-2, pp.89-108.

Craipeau S., Metzger J-L.,
2007 “Pour une sociologie critique de la gestion”, Recherches sociologiques et anthropologiques, vol.XXXVIII, n°1, pp.166-182.

Durand J-P.,
2004 La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volon­taire, Paris, Seuil.

Foucault M.,
1975 Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.
1994 a Dits et écrits, tome III (1976-1979), Paris, Gallimard.
1994 b Dits et écrits, tome IV (1980-1988), Paris, Gallimard.
1997 Il faut défendre la société. Cours au Collège de France. 1976, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil.
2004 a Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard/Seuil.
2004 b Sécurité, territoire, population, Paris, Gallimard/Seuil.

Friot B.,
2012 L’Enjeu du salaire, Paris, La Dispute.

Gaulejac V. de,
2005 La société malade de sa gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managé­rial et harcèlement moral, Paris, Seuil.

Gingras Y.,
1995 “Un air de radicalisme. Sur quelques tendances récentes en sociologie de la science et de la technologie”, Actes de la recherche en sciences sociales, 108, 1, pp.3-17.
2014 “Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action ”, Savoir/Agir, 27, pp.71-84.

Kober-Smith A.,
2010 Le système de santé anglais à l’épreuve des réformes managériales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Koebel M.,
2006 Le pouvoir local ou la démocratie improbable, Bellecombe-en-Bauges, Édi­tions du Croquant.

Laval C.,
2007 L’homme économique. Essai sur les racines du néolibéralisme, Paris, Galli­mard.

Lebaron F.,
2010 La crise de la croyance économique, Bellecombe-en-Bauge, Éditions du croquant.

Linhart D.,
2015 La comédie humaine du travail, Paris, Errés.

Martin D.,
1995 “La participation directe en entreprise : de la résistance clandestine à la mo­bilisation managériale”, Cahiers internationaux de sociologie, vol.99, pp.369-400.

Maugeri S.,
2001 Délit de gestion, Paris, La Dispute.

Maugeri S. (dir.),
2006 Au nom du client, Paris, L’Harmattan.

Maugeri S., Metzger J-L.,
2013 “La sociologie de la gestion : une posture critique revendiquée”, La Nou­velle Revue du Travail, [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 26 avril 2014.

Méda D.,
2013 La Mystique de la croissance. Comment s’en libérer ?, Paris, Flammarion.

Metzger J-L.,
2008 “Une lecture des travaux récents en sociologie de la gestion”, in Metzger J-L., Benedetto-Meyer M. (dir.), Gestion et sociétés. Regards sociologi­ques, Paris, L’Harmattan, pp.29-59.

Mills C. W.,
1997 L'imagination sociologique, Paris, La Découverte [1967].

Ouroussoff A.,
2013 Triple A. Une anthropologue dans les agences de notation, Paris, Belin.

Talpin J.,
2013 “La démocratie participative marginalisée par le pouvoir local”, Savoir/Agir, n°25, pp.23-30.

Tiffon G.,
2013 La mise au travail des clients, Paris, Economica.

Tréhin-Lalanne R., Kirschey E., Gardin J.,
2011 Le monde en pièces. Volume 1 : Quantifier. Pour une critique de la gestion, Paris, Éditions de la lenteur.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré

Présentation : Michel Foucault est souvent présenté comme le penseur des micropou­voirs et le théoricien des dispositifs. Cette interprétation de son œuvre est parfois utili­sée pour atténuer fortement l’intérêt d’étudier les rapports de domination ou pour ne prendre en compte que les dimensions matérielles des technologies de pouvoir. À l’en­contre de cette présentation, nous proposons une relecture de ses travaux en pointant l’importance qu’il a accordée aux dynamiques du pouvoir dans l’essor pluriséculaire du capitalisme.

Méthodologie : Nous nous appuyons sur le corpus de textes suivants : Surveiller et punir, des articles et interviews publiés dans les tomes 3 et 4 des Dits et écrits, ainsi que trois de ses cours au Collège de France, Il faut défendre la société, Naissance de la biopolitique et Sécurité, territoire, population. Nous considérons chaque texte comme un composant élémentaire de l’intention générale dans laquelle l’auteur a inscrit sa ré­flexion : comprendre la dynamique capitaliste (émergence, évolutions, perpétuation) sous l’angle du pouvoir et pointer, notamment, le rôle des institutions étatiques.

Résultats : Nous montrons, dans un premier temps, que Foucault s’est tout autant inté­ressé aux micropouvoirs (emprise sur les corps individuels) qu’à la macrophysique du pouvoir (le contrôle de l’évolution du corps social, des populations), ainsi qu’à la ma­nière dont les deux modalités de domination sont subtilement articulées. Car, souligne à de multiples occasions l’auteur, le pouvoir, loin de n’être que répression, sert d’a­bord à faire produire, à faire que les individus (y compris les chercheurs) désirent pro­duire, éprouvent du plaisir à travailler, consommer, “créer”.

Dans un deuxième temps, nous dégageons, un cadre général d’analyse comprenant trois axes : les disciplines (ou technologies disciplinaires, agissant au niveau des indi­vidus), la sécurité (avec ses dispositifs de normalisation des populations) et la gouver­nementalité (ou l’art d’articuler, avec finesse, discipline et sécurité en vue de dégager, sans cesse, un surplus d’efficacité du pouvoir).

Nous soutenons, en somme, que Michel Foucault s’est ingénié à donner des clés pour comprendre la manière dont la dynamique capitaliste s’appuie sur une prodigieuse capacité à faire baisser le coût du pouvoir, en rendant son exercice à la fois mécanique et automatiquement perfectible. Plus, nous dit l’auteur, grâce aux innombrables résis­tances qui lui sont opposées, le pouvoir progresse continûment, en profondeur et en extension, au moyen d’expérimentations elles-mêmes indéfiniment étudiées avec l’ap­pui de recherches empiriques.

Discussion : On peut alors se demander dans quelle mesure un tel cadre d’analyse de­meure actuel. Pour montrer la pertinence et l’actualité de ce cadre interprétatif, nous l’utilisons pour rendre compte du rôle que joue le fait gestionnaire, ses dispositifs disciplinaires, ses technologies de sécurité, sa gouvernementalité néolibérale, dans les transformations socio-économiques contemporaines.

Conclusion : En conclusion, nous revenons sur deux apports majeurs de Foucault : sa méthode (prendre en compte le temps long et les transformations communes à plu­sieurs domaines d’observation) et son souci d’anonymiser l’identité précise des domi­nants. De la sorte, l’auteur nous met en garde contre les illusions de l’engagement : toutes les luttes autour des effets du pouvoir sont aussi des luttes pour exercer le pou­voir.

Structured summary

Presentation : Michel Foucault is often introduced as the thinker of micro-powers and the theoretician of devices. That interpretation of his work is sometimes used to stron­gly attenuate the interest of studying relationships of domination or to only take the material dimensions of technologies of power into account. Against that presentation, we propose another interpretation of his work in pointing out the importance he atta­ches to the dynamics of power in the pluri-secular rise of capitalism.

Methodology : We rely on the following corpus of texts : Surveiller et punir, from articles and interviews published in volumes 3 and 4 of Dits et écrits, as well as three of his courses at the Collège de France, Il faut défendre la société, Naissance de la biopolitique et Sécurité, territoire, population. We consider each text to be an elementary component of the general intention the author expressed his reflection in : to understand capitalist dynamics (emergence, evolutions, perpetuation) from the angle of power, and notably to point out the role of government institutions.

Results : We first of all show that Foucault was just as interested in micropowers (control over individual bodies) as in the macrophysics of power (controlling the evolution of the social body, populations), as well as with how those two types of domination are subtly interrelated. For, as the author often said, far from being just repression, power first serves to get things done), so that individuals (including researchers) want to produce and take pleasure in working, consuming, “creating”. In the second phase, we work out a general framework for analysis dealing with three main issues : discipli­nes (or disciplinary technologies, acting on a level of individuals), security (with its devices for standardizing populations) and governmentality (or the art of articulating discipline and security with finesse in order to unceasingly manifest a surplus efficiency of power). In short we are arguing that Michel Foucault strove to provide the keys to understanding how the capitalist dynamic relies on its prodigious capacity to lower the cost of power, in making its exercise at once mechanical and automatically perfec­tible. Furthermore, the author tells us, thanks to the innumerable elements of resistance opposed to it, power progresses continuously, in-depth and in extension, by means of experiments that are themselves studied endlessly with the support of empirical research.

Discussion : We might then ponder over the extent to which such a framework of ana­lysis remains topical. To show this interpretative framework’s relevance and topicality, we use it to provide an account of the role played by the management/administra­tive factor, its disciplinary devices, its security technologies, its neoliberal governmentality, in contemporary socio-economic transformations.

Conclusion : In conclusion, we return to two of Foucault’s major contributions : his method (taking the long term and transformations common to several fields of observation into account) and his concern to anonymize the specific identities of dominant figures. In so doing the author warns us against the illusions of engagement : all struggles surrounding the effects of power are also struggles to exercise power.

Haut de page

Notes

1 L’auteur remercie ses collègues du réseau thématique “Sociologie de la gestion” : Olivier Cléach, Isa­belle Chambost et Salvatore Maugeri, pour leurs lectures attentives des versions précédentes de ce texte. Il remercie également les membres du Comité de rédaction de Recherches sociologiques et anthropolo­giques pour leurs critiques constructives.

2 Voir en particulier Foucault M., 1994a, p.65.

3 Comme l’analysaient il y a plus d’un siècle M. Weber et W. Sombart.

4 Pour une mise en perspective de ces décisions, voir Busino G., 2001 ; Ben Gamra S., Plihon D., 2007 ; Maugeri S., Metzger J-L., 2013.

5 Méthodes de conception de projets informatiques introduites après 2000, promettant une plus grande réactivité, une accélération des processus de production et d’innovation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Metzger, « Penser avec Foucault pour comprendre l’extension du pouvoir en régime néolibéral », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-2 | 2016, 117-134.

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Penser avec Foucault pour comprendre l’extension du pouvoir en régime néolibéral », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-2 | 2016, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1755 ; DOI : 10.4000/rsa.1755

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au Centre Pierre Naville et au CNAM-LISE.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals