Navigation – Plan du site
À propos de livres

Weber Max (dir.), Concepts fondamentaux de sociologie, trad. par Pierre Grossein

Paris, Gallimard, «Tel» n°414, 2016, 405p.
Yves Laberge
p. 160-161
Référence(s) :

Weber Max (dir.), Concepts fondamentaux de sociologie, trad. par Pierre Grossein, Paris, Gallimard, «Tel» n°414, 2016, 405p.

Texte intégral

  • 1 Pensons à des ouvrages devenus des classiques comme Max Weber, Économie et société, Paris, Plon, 19 (...)
  • 2 Weber M., La Domination, Édition critique française établie par Yves Sintomer, Paris, La Découverte (...)
  • 3 La revue Recherches sociologiques et anthropologiques a consacré une “forge conceptuelle” au thème (...)

1Il fut une époque pas si lointaine où les étudiants francophones disposaient de très peu de traductions en français pour lire Max Weber (1864-1920)1. Les choses ont bien changé depuis quelques années, notamment avec la publication des livres La Domination et La ville aux Éditions La Découverte2. Naturellement, on pouvait, avant ces parutions, traiter des thèmes wébériens en toute connaissance de cause, mais il fallait alors utiliser des sources secondaires ou recourir à des références en d’autres langues afin de compléter les ressources limitées en français3. Et on peut toujours rêver à une édition des œuvres complètes de Max Weber en français…

2Dans ce nouveau recueil intitulé Concepts fondamentaux de sociologie, le traducteur et sociologue Jean-Pierre Grossein présente ces exposés comme «la tentative de la part de Weber de construire un dispositif théorique destiné à donner une armature conceptuelle […] à une langue de description et d’explication du monde socio-historique» (p.25). Puisque la mise en contexte de Jean-Pierre Grossein occupe près du quart de cette édition, on ne saurait la passer sous silence tant ses enseignements sont rigoureux et utiles. D’emblée, on rappelle que Max Weber n’était pas du genre à inventer des néologismes et que généralement, celui-ci «puise dans le stock conceptuel des différentes disciplines scientifiques dont il est familier» (p.25). Cependant, son utilisation «immodérée» (selon Jean-Pierre Grossein) des guillemets pour une foule de concepts familiers mais perçus dans un sens spécifiquement sociologique (ou plus personnel) rend parfois périlleux l’exercice de compréhension de ce que le père de la sociologie allemande a bien voulu dire (p.26). Par ailleurs, les concepts ne sont pas magiques et ne suffisent pas à tout expliquer ; ils ne sont pas une fin en soi. Au contraire, Jean-Pierre Grossein soutient plutôt qu’au départ, dans ses écrits, «l’objectif de Weber était de conduire des analyses empiriques de la réalité sociale et non de construire une théorie du “social” ou de la “société”» (p.27). Une infinité de sujets propres à Weber sont ici abordés, allant parfois bien au-delà de la sociologie. Inévitablement, tout au long de ce livre, plusieurs passages traiteront des thèmes pour lesquels Weber est devenu célèbre : notamment les cas typiques et l’idéal-type (p.72 et sq.). Les précautions et la mise en contexte introduites par Jean-Pierre Grossein permettent de mieux apprécier les écrits de Max Weber sur l’idéal-type et les «constructions idéaltypiques de l’action sociale» (p.115 et sq.).

3A un siècle de distance, on ne saurait critiquer des textes classiques – et parfois posthumes – d’un fondateur de la sociologie ; on se bornera ici à quelques remarques factuelles sur le contenu. Pour commencer, le texte même de Concepts fondamentaux de sociologie occupe la première section de six textes et propose une série de définitions élaborées sur les “modes d’action sociale”, la “relation sociale”, “l’usage”, le concept d’ordre social, etc. (pp.93-164). Dès les premières pages, Max Weber conçoit la sociologie comme une «science qui veut comprendre l’action sociale en l’interprétant et par là l’expliquer causalement en son déroulement et en ses effets» (p.95). Il distingue d’emblée la sociologie de l’histoire, car cette dernière « […] vise à l’analyse et l’imputation causales d’actions, de formations ou de personnalités individuelles et importantes au plan de la culture» (p.114). Dans la section suivante (“De quelques catégories de la sociologie de la compréhension” (pp.165-224), Weber resitue les limites de la sociologie avec d’autres disciplines comme la psychologie, puis articule une autre série de concepts comme l’action en communauté ou encore l’entente. Enfin, quatre textes plus courts de Max Weber complètent ce recueil, qui comprend en annexes des notices pour situer les circonstances de composition pour chacun des six textes, mais aussi un index des noms, un glossaire raisonné pour préciser le sens particulier que Weber accordait à certains termes polysémiques et un lexique allemand-français. Perfectionniste, Jean-Pierre Grossein fournit même les références bibliographiques des éditions utilisées par Max Weber (la plupart en allemand et sans les équivalents en français) dans son argumentation et ses citations (pp.327-330).

4Indéniablement, Concepts fondamentaux de sociologie est un ouvrage important mais dense qui ne saurait servir d’initiation à la sociologie pour un néophyte, mais qui conviendra à des étudiants de deuxième année universitaire en sciences sociales. Sur le plan éditorial, une seule coquille subsiste : « Qoique » au lieu de « Quoique » (p.342). En raison de son ampleur et de sa grande précision, la section de notes en bas de pages mérite une attention particulière, même dans un compte rendu limité comme celui-ci. Méticuleusement, Jean-Pierre Grossein y introduit une multitude de références bibliographiques et de renvois à des travaux en allemand, et particulièrement à l’édition allemande des œuvres complètes de Max Weber. Ainsi, la note 45 fait allusion à une lettre de Weber reproduite dans sa correspondance dans laquelle il présentait l’idée fondatrice de son livre L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme : «l’ascèse du protestantisme comme fondement de la culture moderne de la profession – une sorte de construction “spiritualiste” de l’économie moderne» (note 45, p.354). Ailleurs, une autre note situera des conceptions divergentes de l’interaction sociale selon Dilthey et Simmel, comparativement à celle de Weber (note 26, p.391). Certaines notes de Jean-Pierre Grossein s’étendent sur plus d’une page (note 14, p.385-387). En fait, le lecteur, notamment s’il est thésard, pourrait relire d’un seul jet cette succession de notes qui ne se bornent pas à fournir de simples références bibliographiques.

  • 4 Radkau J., Max Weber: A Biography, Cambridge, Polity, 2009.

5Modèle d’édition critique et d’érudition, Concepts fondamentaux de sociologie pourrait rapidement devenir une référence de première main dans l’édition française. On n’avait pas eu d’événement d’un tel retentissement dans l’univers wébérien depuis la parution de la biographie monumentale sur Max Weber rédigée par Joachim Radkau (2009), disponible en anglais et en allemand, mais qui reste toujours inédite en français4.

Haut de page

Notes

1 Pensons à des ouvrages devenus des classiques comme Max Weber, Économie et société, Paris, Plon, 1971 et Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, coll. «Tel» n°330, 2003, maintes fois réédités.

2 Weber M., La Domination, Édition critique française établie par Yves Sintomer, Paris, La Découverte, collection «Politique et sociétés», 2013. Idem, La ville, Édition critique française établie par Yves Sintomer, Paris, La Découverte, collection «Politique et sociétés», 2014.

3 La revue Recherches sociologiques et anthropologiques a consacré une “forge conceptuelle” au thème de la domination selon Max Weber ; celle-ci fut rédigée peu avant la parution de ce livre. Le lecteur pourra se référer à Guibet Lafaye C., “La domination sociale dans le contexte contemporain”, RS&A, n°45-1, 2014, http://rsa.revues.org/1203, pp.127-145.

4 Radkau J., Max Weber: A Biography, Cambridge, Polity, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Weber Max (dir.), Concepts fondamentaux de sociologie, trad. par Pierre Grossein », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-2 | 2016, 160-161.

Référence électronique

Yves Laberge, « Weber Max (dir.), Concepts fondamentaux de sociologie, trad. par Pierre Grossein », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-2 | 2016, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1784

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Université d’Ottawa, Canada.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals