Navigation – Plan du site
À propos de livres

Sécolier Pierre, Pratiques professionnelles, enjeux territoriaux et changement social. L’évolution et la mutation des petits métiers de l’étang de Thau

Bruxelles, E.M.E. & InterCommunications, coll. “Proximités-Sociologie”, 2009, 199p.
Régis Malige
p. 179-181

Texte intégral

1La découverte d’un territoire insoupçonné et de ses “petits métiers” ne manque pas d’intérêt, surtout lorsque celle-ci nous entraîne dans le sud de la France, à quelques pas de la ville de Sète, tout près de Montpellier. Là, l’étang de Thau nous accueille sur sept mille cinq cents hectares, où se mêlent beauté des paysages et valeur patrimoniale, production halieutique, rites, fêtes, traditions, mais aussi échanges, tensions et contradictions. Sans perdre un instant, partons, en aventuriers, sous la conduite de Pierre Sécolier, chercheur au Laboratoire Voyages, Échanges, Confrontations, Transformations de l’Université de Perpignan Via Domitia, à la rencontre des professionnels de cette lagune languedocienne, exposés aux aléas de toutes sortes et aux mutations de leur cadre de vie.

2Pêcheurs et conchyliculteurs de Sète, Bouzigues, Mèze, Balaruc, Loupian et Marseillan constituent les populations de référence. Leurs activités respectives, utilisant différentes techniques, ont été mises à rude épreuve tout au long de leur histoire, subissant les assauts des variations socio-économiques de la moitié du XXe siècle ; mais, au fil du temps, les deux métiers se sont rapprochés et solidarisés dans la défense d’objectifs communs (ressources, qualité de l’eau…). Les rapports sociaux de sexe dans le processus professionnel, qu’il soit conchylicole ou halieutique, montrent la prédominance masculine traditionnelle dans de nombreux domaines, qu’il s’agisse de l’espace de travail, de la connaissance ou de la transmission des savoirs. Dans ce type de communauté, l’oralité revêt une importance de premier plan. La femme, quant à elle, apparaît souvent comme une force de travail complémentaire, indispensable dans la chaîne de production, et les tâches qu’elle effectue (cordage, tri, emballage…) demeurent monotones et répétitives. Cette différentiation dans la division sexuelle des opérations situe la femme dans un rapport de hiérarchie et de “soumission” à l’homme, malgré la compétence et le savoir-faire qu’elle détient dans les travaux qui lui sont dévolus. Toutefois, l’émergence et le développement d’un mouvement de “révolte” se sont soldés par l’élaboration législative et réglementaire d’un statut professionnel propre, que ce soit celui de conjoint-collaborateur, salarié, associé ou d’exploitant. Cette avancée significative vers l’autonomie se double d’une dynamique associative permettant aux femmes d’exprimer leurs revendications auprès de responsables politiques ou d’institutions, d’engager des actions collectives pour le maintien de valeurs ou encore de redorer l’image d’un environnement terni par les effets néfastes d’un tourisme trop agressif.

3Au-delà des aspects strictement professionnels et du combat mené pour la sauvegarde durable des lieux, Pierre Sécolier ouvre, dans une seconde partie, le volet patrimonial et culturel de l’étang de Thau. À travers quelques enquêtes ethnographiques bien construites, nous revivons certaines fêtes et traditions incontournables. L’imposante cérémonie du culte de Saint Pierre (saint patron des pêcheurs), à connotation religieuse, suscite adhésion et sentiment identitaire. Plus axée sur les jeux, notamment les célèbres tournois de joutes nautiques, et les représentations de l’espace, la commémoration de “la Saint-Louis” (saint patron de la ville de Sète) est un moment fort de rassemblement populaire, d’exaltation collective et de lien social. Les dégustations de coquillages (huîtres, mais aussi moules, crevettes, oursins, bulots…), arrosées d’un savoureux Picpoul de Pinet, constituent de véritables festins pris en commun, parfois aux sons de groupes musicaux locaux. Ces agapes estivales, qui revêtent une forte dimension sociale (ouverture à l’autre, rencontre, union, partage, convivialité…) recouvrent également une fonction symbolique, le regroupement apparaissant nécessaire pour affronter la modernité. Enfin, le “pèlerinage des comptoirs” ou “tournée” des bars est un rituel inoubliable renforçant la cohésion, où les individus se reconnaissent pleinement acteurs de la fête.

4Cette valorisation permanente des produits de la lagune, mise en scène par ces diverses célébrations, ne masque pas pour autant la persistance de tensions, de conflits d’intérêts et d’usages qui menacent l’équilibre environnemental. Si la diversité des activités coexistant sur le territoire (conchylicole, halieutique, d’élevage, mais aussi touristique et de loisirs) a pu poser quelques problèmes de cohabitation à l’origine, la lente dégradation du milieu et l’incertitude de l’avenir ont mis à mal la situation des professionnels contraints de mettre en place des solutions alternatives, via le renforcement de valeurs identitaires, la stabilisation du nombre d’exploitations, la reconfiguration du développement touristique ou encore la nécessaire coordination des politiques locales. Ces interventions de nature corporatiste, qui signent l’échec des institutions territoriales, n’ont pas manqué de susciter de nouvelles vocations et d’entraîner dans leur sillage une véritable implication citoyenne au profit des “petits métiers”. Car «plus que jamais, l’avenir de la lagune de Thau est aujourd’hui entre les mains de ceux qui en vivent…» (p.173).

5Préfacé par Gilles Ferréol et François Commeinhes, maire de Sète, président du Syndicat Mixte du Bassin de Thau, l’ouvrage, particulièrement attachant, retient l’attention à plus d’un titre : un travail de terrain minutieux, une observation très participante, un recueil de vibrants témoignages, une argumentation solide, une bibliographie éclairante, le tout dans un style agréable et accessible. Merci à Pierre Sécolier de nous avoir fait partager le quotidien, souvent difficile et éprouvant, de ces “paysans de la mer” !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Sécolier Pierre, Pratiques professionnelles, enjeux territoriaux et changement social. L’évolution et la mutation des petits métiers de l’étang de Thau », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010, 179-181.

Référence électronique

Régis Malige, « Sécolier Pierre, Pratiques professionnelles, enjeux territoriaux et changement social. L’évolution et la mutation des petits métiers de l’étang de Thau », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-1 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/213

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Franche-Comté (LASA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals