Navigation – Plan du site
À propos de livres

Small Mario Luis, Unanticipated Gains. Origins of Network Inequality in Everyday Life

Oxford University Press, New-York, 2009, 298p.
Xavier Leloup
p. 181-182

Texte intégral

1La sociologie américaine, dont celle qui s’intéresse à l’urbain, a fait des réseaux sociaux une des variables importantes pour expliquer les inégalités sociales. Par la mise en relation de phénomènes tels que la recherche d’emploi, l’accès au logement ou la réussite scolaire avec la taille et la composition des réseaux sociaux, il a ainsi été démontré que le capital social individuel jouait un rôle majeur dans la production et la reproduction des inégalités. Il reste que peu de travaux s’intéressent directement aux facteurs qui peuvent rendre compte de l’inégale capacité qu’ont les acteurs à se constituer un réseau social de qualité donnant accès à différentes ressources (biens, services, informations, etc.). C’est ce manque que l’ouvrage de Mario L. Small se propose de combler partiellement.

2L’ouvrage trace d’abord un cadre théorique qui permet d’expliquer une partie des mécanismes par lesquels la formation des liens sociaux survient. Il vise ainsi à dépasser les travaux qui cherchent à expliquer le phénomène de l’inégale connexion des individus par le contrôle d’une série de variables sous-jacentes (la personnalité, le style parental, etc.) pour les remplacer par un ensemble de mécanismes concrets. Pour opérer ce déplacement dans la problématique, trois prémices sont formulées. La première rappelle que la formation des liens est le produit d’une action qui peut relever du registre de la stratégie volontaire ou de l’effet induit. La seconde insiste, en partant des travaux de la psychosociologie, sur l’importance du contexte dans la formation des relations. Les liens sociaux se forment plus facilement à travers les situations où les opportunités de contacts sont nombreuses et fréquentes, les actions orientées en finalité et la coopération valorisée. La troisième précise que les contextes d’interaction sont largement influencés, au sein des sociétés contemporaines, par différentes organisations présentes à l’échelle locale (centres récréatifs, YMCA, cafés, restaurants, écoles, entreprises, commerces, etc.). C’est cet intérêt pour le rôle des organisations dans la formation et le maintien des liens sociaux qui constitue l’originalité principale de l’ouvrage. La thèse qu’il défend est qu’une organisation peut se constituer en “courtier” (broker) de relations sociales pour les acteurs qui la fréquentent en façonnant, de manière le plus souvent involontaire, un environnement propice aux échanges et fournissant l’accès à un éventail élargi de ressources.

3L’ouvrage propose ensuite une étude de cas portant sur les centres de la petite enfance à New York afin d’approfondir et de valider la thèse d’un “encastrement organisationnel” (organizational embeddedness) des relations sociales. Ce sont les résultats de cette enquête multi méthodes et multi niveaux qui constituent la principale matière aux différentes parties du livre.

4L’analyse d’une enquête nationale vient ainsi justifier les hypothèses de départ, puisqu’elle montre que les mères qui font appel à un centre de la petite enfance ont moins de chance d’être isolées socialement et de faire face à des difficultés économiques. Les traitements statistiques montrent de plus que le fait de se faire des relations au sein des centres réduit significativement la seconde probabilité, alors que les mères pauvres bénéficient de l’effet positif lié aux centres quel que soit l’état des relations qu’elles y entretiennent. Au-delà de cette première exploration, le travail d’enquête prend un tour qualitatif au moyen d’un sondage réalisé auprès de 300 centres new-yorkais, l’observation détaillée des opérations de 23 centres (choisis en fonction des caractéristiques de leur clientèle et de leur mode de financement) et des entretiens approfondis avec 67 parents (principalement des mères).

5Le matériau recueilli auprès des parents et les observations directes servent de base à l’identification des mécanismes de constitution des liens sociaux. Des décisions en apparence anodines prises par les centres, par exemple imposer une heure précise pour déposer et reprendre les enfants, peuvent avoir un effet sur la formation des relations, en créant un contexte où les parents se croisent fréquemment et en grand nombre. De même, la survie financière des centres dépend souvent de l’implication de leur clientèle dans les campagnes de financement, les associations de parents et les sorties organisées. Ces différents mécanismes produisent par ailleurs des liens sociaux dont la nature s’inscrit difficilement dans les typologies habituelles (la distinction entre liens faibles et forts introduite par Granovetter), des relations “intimes et compartimentées” (compartmental intimacy) apparaissant autour des activités liées au soin des enfants. Ils débouchent aussi sur des relations marquées par la confiance sans qu’il y ait une interconnaissance forte (ce qui infirme le modèle de Coleman), les mères interrogées étant disposées à faire appel à d’autres personnes qui fréquentent le même centre en cas d’urgence, par exemple, pour faire garder leurs enfants. Le contexte organisationnel vient dans ce cas réduire l’incertitude des acteurs liée au manque d’information sur autrui.

6Les avantages liés à la fréquentation des centres de la petite enfance ne se limitent pas à la formation de nouveaux liens. Les centres rendent également disponibles un large éventail de ressources par les liens inter organisationnels qu’ils entretiennent dans différents champs d’activités (de la santé, de la petite enfance, de la culture, etc.). Ils servent ainsi de “courtiers” entre les mères et d’autres organisations riches en ressources. L’enquête indique aussi que ces relations ont un effet compensateur pour les ménages les plus défavorisés, en particulier s’ils sont localisés dans des quartiers pauvres.

7En conclusion, l’ouvrage revient sur les hypothèses de base formulées au début de l’enquête, la plupart étant validées et les mécanismes mis en évidence comparés avec des processus semblables observés dans d’autres contextes par d’autres études (un restaurant, une prison, une école, etc.). Ce jeu de comparaison permet ainsi à l’auteur d’élargir des résultats fortement marqués par le contexte organisationnel qui a concouru à leur production. La démonstration aurait toutefois gagné à intégrer une réflexion plus large sur les organisations et les institutions structurant la dynamique sociale des quartiers. L’étude d’éventuels contre-exemples aurait pu être ici très éclairante pour mieux différencier les circonstances dans lesquelles une organisation est en mesure ou non de favoriser la création de liens sociaux auprès des acteurs qui la fréquentent. Hormis cette critique, l’ouvrage demeure d’un grand intérêt pour les chercheurs qui travaillent sur les réseaux sociaux et le développement des communautés à l’échelle locale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Leloup, « Small Mario Luis, Unanticipated Gains. Origins of Network Inequality in Everyday Life », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010, 181-182.

Référence électronique

Xavier Leloup, « Small Mario Luis, Unanticipated Gains. Origins of Network Inequality in Everyday Life », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-1 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/214

Haut de page

Auteur

Xavier Leloup

INRS-UCS, Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals