Navigation – Plan du site
À propos de livres

Martuccelli Danilo, La société singulariste

Paris, Armand Colin, 2010, 264p.
Grégoire Lits
p. 154-157

Texte intégral

  • 1  Wieviorka M., “Sociologie postclassique ou déclin de la sociologie ?”, Cahiers internationaux de s (...)
  • 2 Burawoy M., “For Public Sociology”, American Sociological Review, vol.70, février, 2005, pp.4-28.

1La société singulariste est un livre ambitieux qui rentre de plain-pied dans les débats actuels sur l’aggiornamento nécessaire de la sociologie (Wieviroka, Urry, Latour1) ainsi que sur la place actuelle des sociologues dans la société (Burawoy2). Dans ce paysage, Danilo Martuccelli propose une nouvelle voie qui a pour objectif le développement d’une «macrosociologie centrée sur l’individuation» (p.13) et qui s’organise autour de l’hypothèse centrale de la montée structurelle des singularités.

2Cette proposition alternative pour “refaire de la sociologie” repose par ailleurs sur un parcours de recherche complet et cumulatif entamé il y a plus de dix ans par Sociologies de la modernité (1999)et jalonné de textes importants tels que : Dominations ordinaires (2001), Grammaires de l’individu (2002) ou Forgé par l’épreuve (2006). Les trois parties qui constituent La société singulariste (“Qu’est-ce que le singularisme ? ”, “Quels opérateurs analytiques pour le comprendre ?”, “Redéfinition du métier de sociologue”) doivent être mises en relation avec les travaux antérieurs de l’auteur afin d’appréhender la richesse et la cohérence interne de la proposition qu’il formule et qui se trouve synthétisée dans ce dernier ouvrage.

  • 3 Pour des exemples concrets donnés par l’auteur de ces évolutions, voir les pages 15 à 29. Pour d’au (...)

3Dans Sociologie de la modernité (1999) l’auteur proposait de parcourir le corpus de la discipline au travers de trois grandes matrices interprétatives (la différenciation sociale, la condition moderne et la rationalisation). Le singularisme apparaît résolument comme une nouvelle matrice générale de ce type (p.63). Il est un diagnostic d’époque qui repose sur une évolution empiriquement descriptible des rapports sociaux actuels3. Il a pour objectif de doter la société contemporaine d’une profonde unité d’interprétation tant du point de vue des acteurs que du sociologue.

4Pour être pleinement comprise, l’hypothèse du singularisme doit être distinguée du diagnostic de l’individualisme posé par Tocqueville. Dans l’individualisme, la lecture du lien entre individu et collectif est essentiellement politique et repose sur l’émergence de nouvelles valeurs centrales : l’égalité et l’autonomie. Le diagnostic du singularisme repose sur le constat d’un glissement de la valeur centrale de l’égalité vers celle de la singularité qui insiste sur la manière dont les individus se construisent eux-mêmes comme différents de leurs semblables. Prenant acte de ce changement, il repose in fine sur la reconnaissance du commun à partir duquel l’individu peut se définir comme singulier.  

5L’individualisation de la société pensée par les premiers sociologues allait de pair avec une interdépendance croissante des individus les uns envers les autres. Le singularisme est marqué quant-à lui par la prise de conscience par les individus de cette interdépendance et donc, en corollaire, de leur fragilité individuelle (p.58).

6La matrice du singularisme invite finalement la sociologie à déplacer son centre de gravité de la société vers les individus. Son mouvement d’analyse est le suivant : il s’agit de rendre compte des transformations structurelles en cours à partir de l’analyse des expériences individuelles. Cette position peut sembler contradictoire avec l’objectif macrosociologique défendu par l’auteur. Comment, en effet, rendre compte d’une vision d’ensemble de la vie sociale en travaillant à l’échelle des acteurs ? Pour l’auteur, «l’unité de l’analyse macrosociologique serait à chercher dans la dynamique historique propre au singularisme» (p.69). En d’autres termes, ce que la sociologie doit étudier, c’est le processus par lequel les individus sont produits par le collectif via les supports communs qui leur permettent d’exister et de répondre de manière singulière aux épreuves communes qui s’imposent à eux. Ce processus a pour nom l’individuation.

7Le problème analytique de cette matrice générale est alors «de mettre en place des outils permettant de rendre compte, à l’échelle des acteurs, de grands enjeux structurels d’une société» (p.73). L’ “épreuve” est le principal opérateur proposé. Essentiellement narratif, il est articulé avec un autre opérateur plus descriptif, le “support”, afin de former le cadre de compréhension et de narration du processus d’individuation.

  • 1 Pour une présentation résumée par l’auteur de la notion d’épreuve voir : Martuccelli D., Lits G., “ (...)
  • 2 Ce qui, contrairement à la théorie de l’acteur réseau (Latour B., 2006), exclut donc les objets ina (...)
  • 3  Martuccelli D., Lits G., 2009, p.3.
  • 4  Ibid.
  • 5 Pour une étude empirique des principales épreuves auxquelles l’individu doit faire face dans la Fra (...)

8L’épreuve peut être caractérisée par quatre traits principaux1. Tout d’abord, elle est inséparable d’une mise en récit particulière de l’histoire collective, mais aussi individuelle, celle de la mise à l’épreuve. Ensuite, cette narration en termes d’épreuve implique une vision particulière de l’acteur. L’acteur est toujours celui qui est contraint de se mesurer aux épreuves. Mais cette contrainte laisse apparaître le fait qu’il est aussi toujours celui qui y répond d’une façon particulière. L’acteur est donc toujours capable d’agir autrement et toujours capable d’initiative. Dans cette conception, l’acteur se définit, d’une part, par ses capacités à s’acquitter des épreuves, mais aussi, d’autre part, par son pâtir et son ressenti face aux chocs rencontrés lors des ces acquittements2. En troisième lieu, toute épreuve apparaît «comme un examen, un test (souvent non formalisé) adressé à chacun d’entre nous et au travers duquel s’effectue une sélection sociale»3. Ces “tests” sont inséparables d’évaluations et sont les procédés par lesquels vont s’exprimer les différentiels de positionnement sociaux des individus. Enfin, les épreuves «désignent de grands enjeux sociaux auxquels sont soumis de manière contrainte les individus – et qui sont donc variables en fonction des sociétés et des périodes historiques»4. Chaque société se définit par un ensemble prépondérant de grandes épreuves (telle que la scolarisation, le travail, la famille5...).

9La pertinence de la notion d’épreuve pour l’étude du processus d’individuation provient de ce que le jeu des épreuves est à la fois ce qui va “forger” chaque individu, mais aussi “forger” une société particulière. Pour Martuccelli, le but de cette notion est «de parvenir à mettre en œuvre des analyses susceptibles de rendre compte […] d’écologies sociales de plus en plus personnalisées, du travail sur soi que chaque acteur accomplit afin de se fabriquer en tant qu’individu et des processus fractionnés en séquentiels par lesquels opère la sélection sociale» (p.77).

  • 1
  • 2  Ibid., p.63.

10Quelles réalités étudier alors pour rendre compte sociologiquement des épreuves qui structurent la vie des individus ? Si les individus sont toujours capables d’agir autrement, d’où provient cette capacité ? Elle a une origine externe (sociale) et non interne (psychologique). Cette capacité provient du fait que l’individu s’appuie sur des supports externes, malléables (il peut les modifier ou ne pas en tenir compte)1. La sociologie devient alors l’étude des différents supports (et de leur consistance) qui permettent à l’individu de se dresser face au monde et de répondre singulièrement aux épreuves collectives2 (Martuccelli, 2002 : 63).

11Précisément, pour Martuccelli, «les supports désignent un ensemble de facteurs, matériels ou symboliques, proches ou lointains, conscients ou inconscients, activement structurés ou passivement subis, toujours réels dans leurs effets, et sans lesquels, à proprement parler, il ne pourrait y avoir d’individu. Ils ne peuvent donc qu’être multiples dans leur nature (personnes, activités, ressources...), mais semblables dans leur fonction» (p.56).

  • 1

12Une des spécificités analytiques de cette notion est son caractère multi-nature. Les supports rassemblent en effet un très large éventail de réalités qui ne sont généralement pas assimilées dans la tradition sociologique (des émotions, des personnes, des institutions, des normes, des réseaux, des injonctions…). Le but d’une sociologie des supports est alors de préciser et de définir, en fonction des épreuves étudiées, les appuis utilisés par les individus pour agir et se construire comme individus3.

13La société singulariste plaide pour un renouvellement du dialogue entre sociologues et acteurs et de l’intervention des sociologues dans la cité. Pour l’auteur, la sociologie doit se tourner vers les individus pour les aider à comprendre «comment agir dans un monde que nous comprenons mal et qui nous oppose une série de défis ordinaires que nous nous révélons souvent incapables de maîtriser ? » (p.168). Pour y parvenir, la sociologie singulariste, à l’instar de la psychologie, propose la mise en place de dispositifs personnalisés de dialogue entre les sociologues et les individus.

14Dans cette vision, la sociologie acquiert une visée émancipatrice. Elle doit permettre aux individus de prendre conscience de leurs possibilités réelles d’action qui peuvent s’éloigner des perceptions préalables qu’ils en ont. En ce sens, le travail d’extrospection se différencie de l’introspection proposée par les psychologues et consiste en une exploration libre des frontières de la réalité  (p.191). Il s’agit au final pour l’acteur de comprendre «pour chaque épreuve, les manières dont les contraintes sociales opèrent sur lui» (p.195).

15Les deux derniers chapitres de l’ouvrage détaillent les caractéristiques que devraient prendre de tels dispositifs extrospectifs à partir notamment des recherches empiriques que l’auteur présente dans Forgé par l’épreuve (2006).

16La sociologie singularisée se distingue d’autres propositions contemporaines de redéfinition de la discipline sur plusieurs points. On retiendra ici les trois principaux.

17Tout d’abord, elle réhabilite la possibilité d’une perspective “macro” en sociologie en organisant l’ensemble du savoir produit autour d’une hypothèse interprétative centrale. Cette réhabilitation est possible grâce à un déplacement de la sociologie vers les individus et vers le processus d’individuation qui les constitue.

18Dans un deuxième temps, à l’instar d’autres propositions, la sociologie singulariste repose sur de nouveaux opérateurs descriptifs et narratifs qui permettent d’une part, une plus grande abstraction semblant répondre à un nouveau besoin de s’écarter du “sens commun” (avec la notion de support), et d’autre part l’instauration d’un nouveau dialogue direct entre les sociologues et les acteurs (avec la notion d’épreuve).

19Enfin, et c’est sans doute le point sur lequel on attendra les travaux futurs de l’auteur, la sociologie singulariste prend le parti d’être (enfin) utile pour l’ensemble des individus dans leur cheminement personnel en leur proposant des dispositifs concrets de rencontre et de dialogue. Il s’agit sans aucun doute du chantier le plus ambitieux de l’ouvrage et qui risque de susciter les débats les plus intéressants.

201 La notion de support n’est pas très détaillée dans La société singulariste (principalement aux pages 56-57). Elle fait par contre l’objet d’un chapitre complet dans Martuccelli D., 2002, pp.44-139.

213  Il est intéressant de noter que d’autres nouvelles notions sociologiques possèdent également ce caractère multi-nature. C’est par exemple le cas de “l’identité” (Identity) proposée par Harrison White ; des notions “d’acteur-réseau” ou de “véhicule” proposées par Bruno Latour ; ou encore des termes “Global Fluid” et “hybridschez Jonh Urry.

Haut de page

Notes

1  Wieviorka M., “Sociologie postclassique ou déclin de la sociologie ?”, Cahiers internationaux de sociologie, vol.108, janvier-juin, 2000, pp.5-35. Urry J., Global Complexity, Cambridge (UK), Polity Press, Blackwell, 2003. Urry J., Sociologie des mobilités, Paris, Armand Colin, 2005 [2000]. Latour B., Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

2 Burawoy M., “For Public Sociology”, American Sociological Review, vol.70, février, 2005, pp.4-28.

3 Pour des exemples concrets donnés par l’auteur de ces évolutions, voir les pages 15 à 29. Pour d’autres descriptions dans le champ politique, voir Rosanvallon P., La légitimité démocratique : impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Seuil, 2008, plus précisément aux pages 101-120.

1 Pour une présentation résumée par l’auteur de la notion d’épreuve voir : Martuccelli D., Lits G., “Sociologie, individu, épreuves”, Émulations, Vol.3, n°5, 2009, en ligne sur www.revue-emulations.net.

2 Ce qui, contrairement à la théorie de l’acteur réseau (Latour B., 2006), exclut donc les objets inanimés de la catégorie des acteurs.

3  Martuccelli D., Lits G., 2009, p.3.

4  Ibid.

5 Pour une étude empirique des principales épreuves auxquelles l’individu doit faire face dans la France contemporaine, voir Martucelli D., 2006.

2  Ibid., p.63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégoire Lits, « Martuccelli Danilo, La société singulariste », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-2 | 2010, 154-157.

Référence électronique

Grégoire Lits, « Martuccelli Danilo, La société singulariste », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-2 | 2010, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/270

Haut de page

Auteur

Grégoire Lits

UCL/Cridis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals