Navigation – Plan du site

Éléments pour une analyse de la fraternité d’accueil dans un contexte de circulation des enfants

Une illustration à partir de l’île de La Réunion
Elements for an Analysis of Host Foster Families in a Context of Circulation of Children. An Illustration from the ‘île de La Réunion’
Didier Le Gall
p. 75-95

Résumés

Si la famille d’accueil apparaît bien comme un dispositif de protection de l’enfance, elle peut être aussi appréhendée comme une forme particulière de recomposition familiale : les enfants placés maintiennent des liens avec leur famille d’origine et tissent des liens avec l’assistante maternelle, son conjoint et ses enfants. Cette manière de “faire famille” diffère des recompositions à la suite d’une rupture d’union féconde, puisque ce sont des enfants qui s’adjoignent à une autre famille, et non un beau-parent. Il n’en reste pas moins que les enfants placés se trouvent, vis-à-vis des enfants de la famille d’accueil, dans une situation qui s’apparente à celle des quasi-frères et sœurs des familles recomposées en ce sens qu’ils ne partagent pas de sang commun. Il est dès lors possible d’analyser les liens qu’ils peuvent tisser comme relevant du fraternel, ce d’autant plus qu’ils co-résident ensemble au quotidien, ce qui est rarement le cas des quasi-frères et sœurs. S’adossant aux travaux récents sur la pluriparentalité et la fraternité recomposée, l’auteur se propose de porter un autre regard sur le placement familial en privilégiant l’angle de la fraternité d’accueil, et ce, dans un contexte qui présente la particularité d’avoir une tradition de circulation des enfants : la société réunionnaise.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1  Le concept de suppléance familiale semble adapté pour appréhender le rôle de la famille d’accueil (...)
  • 2  Depuis la loi du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux, «l’as (...)
  • 3  Selon C. Villeneuve-Gokalp, parmi les enfants qui vivent dans une famille recomposée, 47% résident (...)

1Aujourd’hui en France, plus de 60.000 enfants vivent de manière permanente au sein d’une famille d’accueil (Ruault/Callegher, 2000 :6). Si pour certains, ce placement semble n’être que momentané, pour d’autres en revanche, les dysfonctionnements parentaux n’augurent pas d’un retour au sein de leur famille d’origine. Ils ont dès lors deux familles : l’une avec laquelle ils ont un lien filial, et qu’ils voient ponctuellement ou régulièrement selon les cas, et une autre qui leur est étrangère, mais devient avec le temps leur famille sociale, celle-ci s’additionnant à la première, en raison de la suppléance qu’elle assure1. Dans ces situations, si la famille d’accueil apparaît bien comme un dispositif de protection de l’enfance, elle peut aussi être appréhendée comme une forme particulière de recomposition familiale : les enfants maintiennent des liens avec leur famille d’origine et, concomitamment, tissent des liens avec l’assistante maternelle2 détentrice de l’agrément, son conjoint et son, ou ses enfants. Si cette manière de “faire famille” diffère des recompositions à la suite d’une union féconde défaite, puisque ce sont les enfants qui s’adjoignent à une autre famille, et non un beau-parent qui prend place au sein de la donne familiale d’origine, il n’en reste pas moins que les enfants placés se trouvent, vis-à-vis des enfants de la famille d’accueil, dans une situation qui s’apparente à celle des quasi-frères et sœurs des familles recomposées en ce sens qu’ils ne partagent pas de sang commun. Il semble donc parfaitement envisageable d’appréhender le lien qu’ils peuvent tisser comme relevant du fraternel, surtout qu’enfants placés et enfants accueillants co-résident ensemble au quotidien, ce qui n’est que rarement le cas des quasi-frères et sœurs au sein des familles recomposées3. Or les travaux qui se sont intéressés aux fraternités recomposées impliquant des quasi-frères ou sœurs (Martial, 2003 ; Poittevin, 2006) soulignent que les espaces et les temps partagés créent une expérience commune qui contribue à faire advenir un sentiment fraternel.

  • 4  Nous nous permettons d’insister sur le fait que cette expression renvoie bien à la relation qui s’ (...)
  • 5  La Réunion est devenue un D.O.M. (Département d’Outre-mer) en 1946.

2Aussi, nous situant dans la perspective des travaux récents sur la pluriparentalité (Le Gall/Bettahar, 2001) et, plus particulièrement, sur les fratries recomposées (Beer, 1988 ; Hurstel/Carré, 1993 ; Ginsberg-Carré, 1996 ; Martial, 2003 ; Poittevin, 2006 ; Widmer, 2008), nous avons souhaité appréhender le placement familial en privilégiant l’angle de ce que nous dénommons la fraternité d’accueil4 (perspective qui est nouvelle en sociologie) et ce, dans un contexte qui présente la particularité d’avoir une tradition de circulation des enfants : la société réunionnaise. Cette tradition a été mise en évidence dans le cadre d’analyses de la littérature romanesque locale (Rigaux, 2003), ainsi que par les travaux récents menés par L. Pourchez (2002, 2004) sur la socialisation de l’enfant en milieu réunionnais, même si les profonds changements introduits par la départementalisation5 ont contribué à rendre peu fréquente cette pratique à La Réunion, comme le reconnaît cette auteure :

  • 6  Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale.

Toujours en usage à La Réunion, le placement temporaire ou définitif d’un rejeton par ses parents biologiques a […] tendance à se raréfier et, depuis les années 70, la circulation des enfants s’effectue (au moins officiellement) dans le cadre institutionnel de la DDASS6 (Pourchez, 2004 :29).

II. La Réunion : une ancienne société de plantation à l’épreuve de la modernité

3Située dans la zone sud-ouest de l’océan Indien, l’île de La Réunion fait partie, avec les autres départements et territoires d’Outre-mer, de ces «confettis de l’Empire» (Guillebaud, 1976) influencés tant par la métropole que par l’environnement géopolitique particulier dans lequel ils sont insérés. Sans entrer dans le détail de son histoire, disons que la société réunionnaise est issue d’une société de plantation coloniale dont la population métissée et polyethnique résulte des différents apports migratoires qui se sont succédé depuis le XVIIIe siècle. Il s’agit donc d’une société française, postcoloniale et multiculturelle, autrement dit d’une société créole aux structures complexes (Alber, 1990), qui est confrontée à une profonde mutation économique, sociale et culturelle (Benoist, 1999 ; Ghasarian, 2002 ; Roinsard, 2007) depuis la départementalisation. Si du point de vue des infrastructures et des services, c’est d’une certaine manière la France, il s’agit néanmoins d’une société créole à part entière. L’anthropologue B. Champion en rend fort bien compte en ces termes :

Le premier choc, dirais-je, quand on descend de l’avion et qu’on a un peu voyagé, passé l’éblouissement de la diversité humaine, c’est l’absence de choc : qu’à 10.000 kilomètres de la métropole, l’infrastructure routière soit semblable, les voitures de la poste jaunes, les poubelles de même facture, l’enseigne des supermarchés, la disposition des rayons, les denrées et les articles, à l’identique : La Réunion est un département français. Le second choc c’est, bien entendu, lorsqu’on s’écarte de la frange de la prospérité littorale, celui des signes évidents de sous-développement : La Réunion, profondément marquée dans sa constitution et dans son peuplement par la colonisation, est une “isle à sucre” et son entrée dans le monde moderne est commandée par cette histoire (Champion, 1999 :154).

4La spécificité de La Réunion tient donc dans le fait qu’elle est un Département français, mais aussi une ancienne société de plantation. Si les transformations économiques inhérentes à la départementalisation sont clairement visibles au niveau de l’espace physique, l’héritage social de la société de plantation l’est en revanche beaucoup moins, bien qu’il soit sociologiquement tout aussi déterminant :

Si, dans les faits, la plantation décline, les inégalités et les relations de dépendance quant à elles ne font que se reproduire, dans un nouveau cadre sociologique certes, mais selon un ordre social amplement intériorisé (Le Gall/Roinsard, 2010 :10).

5Dans ce contexte, certains registres traditionnels, dont celui de la circulation des enfants, sont toujours vivaces, même s’ils déclinent dans la mesure où ils sont contraints de se conformer aux lois de la République. En l’occurrence, concernant le placement familial, cette imposition se traduit par l’injonction de satisfaire à la norme de l’exclusivité de la filiation, donc de rappeler avec constance que l’enfant placé n’a qu’une famille : sa famille biologique ou adoptive, alors même que l’enfant placé connaît une situation de pluriparentalité et qu’il a été élevé dans un contexte dans lequel une telle situation est loin d’être inédite.

6Si nous avons choisi ce terrain que d’aucuns peuvent considérer comme exotique pour appréhender la fraternité d’accueil, c’est justement parce que nous pensons que ce type d’investigation en société créole est à même de renouveler, voire de ressourcer certaines de nos approches en métropole et, au-delà, dans bien d’autres sociétés modernes. Le matériau de cette recherche n’étant toutefois pas encore totalement analysé, nous nous proposons ici de présenter notre problématique globale, puis de livrer succinctement les premiers résultats auxquels nous parvenons.

III. De la pluriparentalité…

7Pour spécifier ce qui caractérise le fait familial contemporain en France, F. de Singly recourt à l’expression “famille relationnelle” (1996), expression qui laisse entendre qu’au sein de la famille, les liens seraient moins statutairement définis que librement consentis. À la contrainte de devoir satisfaire à des rôles prescrits, de surcroît inégalitaires, s’est substituée “l’obligation” de s’épanouir au contact des membres de la famille. Telle est l’évolution majeure que la famille a connue durant les dernières décennies. «L’accent est mis sur la qualité des relations interpersonnelles, l’affectivité, l’affinité» (Le Gall/Bettahar, 2001 :2) ou, pour le dire comme A. Fine, «le principe de l’élection est au cœur de l’évolution récente de la parenté occidentale» (Fine, 1998 :1). Dans ce contexte, une attention toute particulière est accordée à l’enfant, quand il n’est pas sollicité «comme étayage identitaire de l’adulte» (Castellain-Meunier, 2002 :19). Ainsi, pour les femmes de la génération actuelle, même en cas d’infertilité ou de stérilité, il ne saurait être question de se résoudre à faire le deuil de leur désir d’enfant, ce dont l’historienne Y. Knibiehler rend compte par la formule : «Le désir s’exprime […] comme un “droit à l’enfant”» (1997 :262).

De cette évolution résulte un fait majeur :

L’enfant étant devenu pour les couples un support identitaire essentiel, des relations parentales avec des enfants dont les parents ne sont pas les géniteurs sont à l’œuvre dans un nombre croissant de familles (Le Gall/Bettahar, 2001 :6).

  • 7  Expression que nous avons proposé de retenir, avec celle de “beau-parent par intermittence” (Le Ga (...)

8Ainsi est-ce le cas des familles recomposées (forme familiale qui illustre concrètement cette parenté additionnelle quand l’enfant vit avec un “beau-parent au quotidien”7), des familles adoptives, des familles recourant aux aides médicalisées à la procréation avec donneur anonyme de gamètes et des familles homoparentales. Bien que chacune de ces familles ait sa propre spécificité, toutes ont pour caractéristique de générer une situation de pluriparentalité, c’est-à-dire d’ “ajouter” aux parents par le sang, des parents sociaux. Dans cette perspective, les familles d’accueil apparaissent alors, malgré leur différence, comme l’archétype même d’une parenté additionnelle, en ce sens qu’elles assument, dans un registre de suppléance, la charge d’un enfant qui ne peut être assurée par sa famille d’origine. Aussi font-elles partie pour nous de ces formes contemporaines de pluriparentalité, même si elles s’apparentent à d’autres formes plus anciennes de placement.

9Si la formation de toutes ces familles s’inscrit bien dans la tendance actuelle que connaît le fait familial contemporain, notre système de filiation occidental n’est cependant guère enclin à reconnaître ces coparentalités car, comme l’écrit fort justement A. Fine, s’appuyant sur les travaux de F.-R. Ouellette (1998) :

Ce modèle ne véhicule pas seulement l’idée que la filiation est un fait de nature. Il s’accompagne d’une norme, celle de l’exclusivité de la filiation, c’est-à-dire que chaque individu n’est mis en position de fils ou de fille que par rapport à un seul homme ou une seule femme (Fine, 2001 :73).

Se pose dès lors la question : «Que faire des parents en plus ?» (Ibid.). La réponse est connue :

Qu’il s’agisse des aides médicalisées à la procréation, de l’adoption plénière ou des familles recomposées, dans nos sociétés, c’est le droit, privilégiant la logique substitutive à la logique additionnelle, qui vient dire “qui sont les parents”, dès lors qu’existent des situations de pluriparentalité (Le Gall, 2005 :74).

10C’est ainsi qu’en France, les beaux-parents ne sont que des étrangers pour leurs beaux-enfants, que les enfants adoptés (adoption plénière) n’ont plus aucun lien avec leurs parents par le sang, que les donneurs de gamètes, qui sont anonymes, n’ont pas même le statut de géniteurs et que la filiation homoparentale ne bénéficie pour l’heure d’aucune reconnaissance. La logique substitutive prime afin de se conformer à la norme de l’exclusivité de la filiation.

11Il en va de même, pourrait-on dire, bien que différemment, pour les familles d’accueil. Le caractère professionnel de ces familles, l’aspect temporaire, au sens juridique, de l’accueil, et l’agrément délivré à un membre de ces familles viennent en effet rappeler que les enfants placés n’ont qu’une famille, leur famille d’origine, et ce, bien qu’ils “expérimentent” une autre manière de “faire famille” puisqu’ils vivent au sein d’une famille d’accueil qui assure les actes de la vie quotidienne. La restructuration du référentiel de l’accueil familial a cependant contribué à faire disparaître cette “dimension familiale” de l’accueil, comme le souligne fort justement G. Neyrand :

  • 8  Ce mot est en italique dans le texte.
  • 9  Afin d’éviter toute confusion, rappelons que l’auteur désigne bien ici les enfants issus de la fam (...)

En marginalisant la mère d’accueil à la place de l’assistante maternelle, sa famille, dont elle constitue l’épicentre pour l’accueil, se trouve placée en dehors du cadre et invisibilisée. Or, il s’agit bien, y compris pour les gestionnaires sociaux, de placement dans une famille8 d’accueil et pas seulement auprès d’une assistante maternelle. Du point de vue de la dynamique psychique de l’enfant placé est reconnu l’intérêt d’un accueil qui soit familial (incluant père et fratrie9), alors que du point de vue de la logique socio-juridique de la filiation, la marginalisation de la mère d’accueil au regard des liens d’origine conduit à la négation des autres relations, à l’intérieur de la famille d’accueil (Neyrand, 2005 :11).

12Pourtant, quand le placement se prolonge, et donc que l’enfant placé a bel et bien “une vie familiale en plus”, autrement dit deux “référents familiaux” qui, chacun à sa manière, concourent à façonner son entrée dans la vie adulte, peut-on encore être dans le déni de cette réalité sociale vécue qu’est la pluriparentalité ? Évoquant son enquête sur les enfants placés menée dans le Morvan en 1995, A. Cadoret écrivait encore il y a peu de temps :

Lorsque l’enfant réclame une parcelle de l’identité de la famille d’accueil, se mettant fictivement en position de leur enfant ou petit enfant par l’utilisation de la terminologie de la parenté ou le désir de porter leurs noms, n’est-ce pas la reconnaissance d’une parenté quotidienne qu’il revendique ? Vu l’emphase portée sur l’inscription généalogique dans notre conception de la parenté, l’enfant ne peut le faire qu’en niant abusivement sa propre parenté. Et cet abus concerne sous une forme ou sous une autre les trois interlocuteurs en jeu : l’enfant, les familles d’origine et d’accueil, car l’histoire de la vie, de l’être ne peut s’effacer (Cadoret, 2001 :109-110).

13Dans notre société, il semble inconcevable, même dans des situations de pluriparentalité avérées, de reconnaître qu’un enfant puisse “circuler” entre ses géniteurs et ses “autres parents”, alors que c’est fréquemment le cas en Océanie ou en Afrique, comme l’a fort bien montré S. Lallemand (1993). Le déni de cette réalité n’est pourtant pas sans poser de problèmes comme l’ont souligné psychanalystes, anthropologues et sociologues favorables à la reconnaissance des parentés plurielles (Delaisi de Parseval, 2001 ; Fine, 1998 ; Le Gall, 2005 ; Neyrand, 2005 ; Ouellette, 2005). Et nous le savons, la fiction juridique peut fort bien intégrer cet aspect. Qu’est-ce en effet que l’adoption simple en France, sinon l’affiliation d’un individu à plusieurs pères et mères ?

IV. … aux fratries recomposées

  • 10  Entre 1990 et 1999, le nombre des familles recomposées a augmenté de 10% et le nombre d’enfants qu (...)

14À la suite de T. Caplow (1984), I. Théry relève à juste titre que «les liens fraternels demeurent les grands “oubliés” des recherches en sciences humaines à propos de la famille contemporaine» (Théry, 1996 :151), tout particulièrement en sociologie, ceux-ci ayant fait l’objet de travaux en psychologie, le plus souvent néanmoins sous l’angle des conflits fraternels ou en référence à l’interdit de l’inceste. Les recherches sur les familles recomposées après divorce vont cependant contribuer à ré-interroger et à développer la question du fraternel, bien que tardivement si l’on peut dire, les tout premiers travaux réalisés sur ces familles en France (Le Gall/Martin, 1990 ; Théry/Dhavernas, 1991) ainsi que les suivants, ayant eux aussi privilégié dans un premier temps la dimension verticale (beau-parent/bel enfant) aux dépens de la dimension horizontale (l’entre enfants). Quoi qu’il en soit, la forte augmentation de ces familles10 ne pouvait occulter très longtemps les demi et quasi-frères ou sœurs “circulant” au sein de ces constellations familiales. Par ailleurs, cette notion de constellation familiale a permis, comme le relève I. Théry,

[…] de percevoir la double dimension du lien fraternel, en ce qu’il relève de l’inscription de chaque enfant dans la symbolique de sa filiation généalogique (et il est important qu’il s’y situe sans confusion, qu’il y situe également ses frères germains, demi-frères et quasi-frères), et aussi de la relation entre enfants, selon la vie quotidienne partagée, qui lui permet de dire, en sachant très bien qu’il désigne par là un lien affectif, un lien électif, que tous ceux qui partagent sa vie sont ses “frères” (Théry, 1996 :170).

15Il est aussi probable que les liens fraternels n’aient guère suscité l’intérêt des sociologues parce que, pendant longtemps, l’enfant n’a été perçu en sociologie que comme un individu n’ayant pas achevé sa socialisation. Aussi n’avait-il d’existence et n’était-il pris en compte qu’en référence aux institutions traditionnelles, telles la famille et l’école, chargées de le socialiser sur un mode vertical (parents/enfants ; maître/élèves). Puis, avec le développement récent de la sociologie francophone de l’enfance (Institut de sociologie, 1994 ; Sirota, 2006a), qui ne se limite pas au schéma vertical de la socialisation, mais accorde une attention toute particulière à la dimension horizontale, autrement dit aux relations entre pairs, la perception que les sociologues avaient de l’enfant va radicalement changer ; comme le relève R. Sirota : «L’enfant apparaît non plus comme une tabula rasa, mais un acteur, un partenaire dans son processus de socialisation» (Sirota, 2005 :36). En bref, les enfants sont enfin «pris au sérieux», ils ne sont plus «simplement considérés comme des êtres en devenir et des “idiots culturels”» (Sirota, 2006b :29). Dès lors, leur parole est écoutée, on leur reconnaît des compétences, on s’intéresse à leurs productions. Aussi, le renouveau sur le fraternel doit-il concomitamment à l’essor de ce champ spécialisé de la sociologie, mais aussi à quelques disciplines connexes (Danic et al., 2006 ; Delalande, 2009 ; Greene/Hogan, 2005 ; James et al., 1998), pour lesquelles les enfants ne sauraient se réduire à des destinataires passifs de la socialisation.

16Quoi qu’il en soit, si des travaux portant sur les frères et sœurs ayant les mêmes géniteurs se sont ainsi développés, d’autres se sont intéressés, avec l’émergence des recompositions familiales après rupture, aux demi-frères ou sœurs (enfants du couple recomposé n’ayant qu’un géniteur en commun avec les précédents) et aux quasi-frères ou sœurs (enfants de premier lit de chacun des membres du couple recomposé n’ayant entre eux pas de sang commun) qui, avec les germains, peuvent former, comme le relève A. Poittevin, trois «configurations» différentes de fratries recomposées : «fratrie de quasis», «fratrie de demis» et «fratrie mixte» (Poittevin, 2004 :37). Dans la perspective de l’analyse des fratries d’accueil, c’est bien évidemment le premier type de configuration qui nous intéresse ici.

17Alors comment, en l’absence de sang commun, un sentiment fraternel peut-il advenir entre quasis ? Le temps de co-résidence est ici essentiel, mais aussi et surtout ce qui est vécu durant ce temps commun, comme le souligne A. Poittevin :

La place de la notion de co-résidence dans les foyers recomposés implique que nous nous penchions sur la plurivocité de la locution “vivre avec”, en insistant sur la préposition “avec” induite également dans l’élément “co-”. Nous distinguons, dans la question de la co-résidence, au moins deux dimensions : “vivre sous le même toit avec” et “vivre des choses avec”. La perception de l’espace servant d’analyseur aux relations familiales, la différence entre “vivre sous le même toit avec” et “vivre des choses avec” tient dans l’investis­sement des enfants dans leurs relations. Les enfants se limitent-ils alors à une simple co-habitation (relations restreintes) justifiée par l’organisation des “gardes” et des “visites” suivant la séparation des parents ou, au contraire, multiplient-ils les interactions lors des moments partagés ? Les deux dimensions du “vivre avec” permettent d’ouvrir sur un large ensemble de relations allant de la cohabitation d’individus dans un même espace sans que se nouent pour autant des relations, à la multiplication et l’intensification de liens entre les protagonistes (Poittevin, 2004 :45).

18Autrement dit, malgré des histoires familiales antérieures différentes, le partage d’un lieu commun, le temps passé ensemble, mais aussi ce dont ce temps est constitué, peuvent générer des références communes, une mémoire familiale en quelque sorte, même si celle-ci ne s’amorce pas dès la naissance. Aussi, même si ce qui fait, comme entre germains, que cette relation va éventuellement “prendre” et se conforter relève parfois de l’énigme, la mémoire semble ici déterminante :

Si des raisons objectives, biographiques ou circonstancielles peuvent être trouvées, c’est pourtant du côté de l’alchimie particulière des “affinités électives” que l’on doit chercher. Les ingrédients en sont multiples, souvent secrets. Frères et sœurs eux-mêmes ne sauraient pas bien dire quels en sont les ressorts et les clauses. Les affinités s’expliquent mal. Le désir aussi. Mais on peut penser que la mémoire est une forme de construction et de justification du lien, et donc de ces affinités (Muxel, 1998 :9).

19Tout comme l’on peut concevoir qu’un sentiment fraternel advienne entre quasis, on peut de même imaginer qu’un sentiment de ce type, bien que différent en raison du contexte, puisse être éprouvé par un enfant placé et un enfant de la famille d’accueil, ce d’autant plus que, nous l’avons noté, à la différence de la très grande majorité des quasis, enfant placé et enfant de la famille d’accueil cohabitent, et donc peuvent fréquemment disposer de temps communs. En revanche, et cette fois à l’image de ce que produit la recomposition familiale concernant les quasis, le placement familial est susceptible de remettre en cause le rang de naissance au sein de la famille d’accueil. L’aîné de la famille d’accueil peut par exemple devenir le cadet, ou bien le petit dernier perdre cette place, ce qui n’est pas, comme au sein des familles recomposées, anodin :

Le respect de la succession des naissances ou au contraire son brouillage implique pour les enfants une stabilité ou un changement de leur place et de leur rôle au sein de la fratrie et de la famille recomposée (Poittevin, 2004 :44-45).

20Aussi, quand suite à un placement, un changement intervient dans le rang de naissance, celui-ci s’accompagne parfois d’un remaniement des rôles qui est susceptible d’entraver l’élaboration d’un lien de type électif entre l’enfant de la famille d’accueil et l’enfant placé, le premier pouvant percevoir le second comme celui qui lui a ravi sa place.

V. Éléments pour une analyse de la fraternité d’accueil à La Réunion

21Le renouveau pour le fraternel et l’émergence d’une conception de l’enfant comme acteur social intéressent directement notre propos. D’abord, parce que l’enfant placé s’apparentant à un quasi, on peut en avoir une autre perception : celle d’un acteur qui interagit avec les membres de “sa” famille ainsi recomposée par le placement familial, à savoir les adultes de la famille d’accueil, mais aussi les enfants de celle-ci. Ensuite, parce que les enfants de la famille d’accueil ne sont plus, dans cette perspective, les grands “oubliés” du placement familial. Non seulement cette orientation redonne à chacun toute sa place, mais elle vient souligner combien l’entre-enfants est ici déterminant : les interactions qui se situent à ce niveau ne peuvent pas en effet ne pas interférer sur le déroulement du placement. Elles interviennent inéluctablement sur le processus d’affilia­tion de l’enfant placé à sa famille d’accueil. Il est dès lors plus que justifié de s’intéresser à ce qui apparaît un peu comme le point aveugle du placement familial, à savoir la fraternité d’accueil, et ce, en considérant les protagonistes comme des acteurs sociaux à part entière, sans oublier le contexte de pluriparentalité que génère ce dispositif de protection de l’enfance, ce que rappelle I. Théry en ces termes :

La famille d’accueil apparaît […] comme un élargissement du cercle des “proches” de l’enfant et non comme une nouvelle famille qui viendrait remplacer la famille initiale carente (Théry, 1999 :131).

22Si cette manière d’entrevoir le placement familial comme un «élargissement du cercle des “proches” » paraît pertinente, elle l’est encore plus en contexte réunionnais. En effet, comme nous l’avons noté, la société réunionnaise a une tradition de circulation des enfants qui, si elle semble presque avoir disparu aujourd’hui, n’en demeure pas moins très présente dans les mémoires.

23Définitifs ou transitoires, du type fosterage, ces placements étaient encore fréquents il y a quelques décennies, comme en témoigne le travail de terrain réalisé par L. Pourchez :

Nombreux sont ceux qui, parmi mes interlocuteurs et interlocutrices, déclaraient avoir été éduqués par d’autres personnes que leurs géniteurs, sans jamais que la raison de ce placement n’ait été évoquée devant eux (Pourchez, 2004 :30).

24Plusieurs situations peuvent être toutefois distinguées : «Placement temporaire ou définitif chez la grand-mère maternelle, au domicile des parents spirituels […], placement résultant d’un choix de l’enfant, envoi du petit auprès des membres d’une fratrie moins nombreuse - souvent chez une sœur de la mère -, fosterage ou don d’un membre de la fratrie à une parente demeurée inféconde» (Ibid.), sachant que, dans cette société où l’emprise de la religion catholique a été très forte, le placement auprès de la parenté spirituelle était fréquent, celle-ci ayant pour rôle de suppléer la parenté charnelle en cas d’aléa. Ce rôle issu de la tradition chrétienne n’était pas de pure forme. La compaternité ou la commaternité créait en effet, comme nous le rappelle A. Fine (1994), une forme originale de coparentalité où la parenté spirituelle était d’ailleurs survalorisée par rapport à la parenté charnelle, la première étant vécue comme une renaissance spirituelle, car elle advenait avec le baptême, alors que la seconde était entachée par la souillure de la naissance. Aussi, parrains et marraines avaient-ils à cœur de prendre en charge leur filleul, si d’aventure les parents par le sang disparaissaient ou n’étaient plus en mesure d’assumer la charge de leur progéniture.

25Reste que le placement chez la grand-mère maternelle n’attend pas toujours la survenue de difficultés. À la lumière des témoignages qu’elle a recueillis, L. Pourchez émet même l’hypothèse,

  • 11  Nombre de cas de placement de l’aînée sont mentionnés dans Pothin D., 2009. Ceci tend à confirmer (...)

[…] d’une règle, qui n’a pas totalement disparu […], de rétrocession du premier-né à la grand-mère maternelle11. Un très grand nombre d’enfants, premiers-nés, qu’ils soient de sexe masculin ou féminin, sont toujours confiés à la garde de leur grand-mère maternelle, même si les raisons invoquées pour justifier ce placement diffèrent quelque peu des données anciennes. Les grands-mères disent quant à elles réclamer la garde de l’enfant et les raisons avancées sont, soit d’ordre pratique (aider la jeune mère inexpérimentée), soit liées à la tradition (Pourchez, 2004 :33).

D’où l’interprétation avancée par l’auteure :

Tout se passe en fait comme si, par un effacement des générations et un resserrement de la relation de parenté, le bébé prenait la place de sa mère, comme si le premier-né d’une fratrie venait, chez ses grands-parents maternels, en compensation de l’épouse offerte. Les termes d’adresse employés par les enfants viennent à l’appui de cette hypothèse : la grand-mère n’est plus dans ce cas, systématiquement nommée “grand-mère” ou “mémé”, mais plus souvent “marraine” voire “momon” (forme créolisée de “maman”) (Ibid. :33-34).

26Si, outre ce type de placement fréquent, on prend aussi en compte le placement, plus rare néanmoins, d’un enfant après le décès ou le remariage de l’un de ses géniteurs, ou encore celui d’un enfant auprès d’une femme qui n’a eu que peu ou pas d’enfants, force est d’admettre qu’en contexte réunionnais, nombre d’enfants ont ponctuellement ou durablement vécu au sein d’une autre famille que la leur, ou bien ont connu des enfants qui étaient dans ce cas, la tradition du placement n’ayant pas localement totalement disparu, et ce, toujours afin de maintenir les équilibres sociaux.

27Aujourd’hui, ces différentes formes de placement sont, du moins officiellement, interdites. Cependant, L. Pourchez mentionne un point qui nous intéresse tout particulièrement : si les assistantes maternelles qu’elle a interviewées n’évoquent presque jamais la dimension économique, elles justifient en revanche volontiers leur travail par le fait qu’elles n’ont élevé que peu d’enfants ou bien tout simplement par leur souhait d’en accueillir d’autres. D’où ce commentaire : 

Tout se passe comme si les anciennes pratiques de rééquilibrage entre femmes pourvues de progéniture et épouses peu fécondes ou stériles se perpétuaient, comme si l’institution du placement en famille d’accueil venait en remplacement de structures préexistantes. Les noms dont les enfants placés qualifient les assistantes maternelles viennent, du reste, à l’appui de cette hypothèse : elles sont souvent nommées comme un membre de la parenté, “tati”, “tata”, parfois “marraine” voire “maman” dans certains cas (Pourchez, 2004 :43).

28La permanence effective ou le souvenir partagé de ce “faire famille” avec d’autres membres de la parenté, voire avec des non-apparentés, ainsi que la perpétuation de cette tradition en devenant assistante maternelle nous incite à penser que le placement familial à La Réunion est peu appréhendé par l’assistante maternelle comme un dispositif de protection de l’enfance et, de ce fait, moins vécu comme tel par l’enfant placé. La première est en effet sans doute plus prédisposée à s’investir, dans le droit fil de la tradition locale, comme un “parent social” auprès de l’enfant, plutôt que comme une professionnelle, ce d’autant plus que le rapport au travail diffère quelque peu à La Réunion ; quant au second, même s’il a pu être éprouvé par les motifs du placement, on peut penser, surtout si le placement se prolonge, qu’il vivra cette situation, sinon comme une composante “normale” du “faire famille” à La Réunion, du moins comme une situation qui, pour lui, n’est pas totalement inédite.

  • 12  Dont G. Delaisi de Parseval nous rappelle à juste titre qu’elle est le troisième axe de tout systè (...)

29Tous ces éléments légitiment, selon nous, que l’on puisse appréhender la relation entre enfants dans le cadre du placement familial à La Réunion comme s’apparentant à un lien fraternel, sachant que celui-ci ne renvoie pas à un lien unissant des frères ou sœurs par le sang (adelphos en grec, qui signifie “issu de la même matrice”), mais à un lien électif (phrater en grec, qui désigne un lien politique entre citoyens). Il n’est donc pas question de germanité12, mais bien de fraternité, au sens de ce qui constitue la troisième composante de notre devise républicaine en France, c’est-à-dire une relation entre égaux faite de respect et de solidarité. Reste que, comme tous les autres types de lien fraternel au sein de la famille, il s’élabore dans un cadre qui n’est pas totalement libre, les adultes y ayant un rôle déterminant comme le rappelle M. Buisson :

Que l’accent soit mis sur la filiation ou sur la résidence, la fratrie reste une entité qui est socialement définie et dont les contours ressortissent toujours à un cadre imposé par des adultes et non du “libre” choix de ses membres. Qu’elle soit “naturelle” ou recomposée, la fratrie est toujours le produit d’une contrainte fixée par des adultes (Buisson, 2006 :13).

30Il n’est pas en effet de fraternité au sein de la famille qui puisse être appréhendée sans prendre en compte le cadre dans lequel elle advient. Aussi, vu la spécificité du contexte dans lequel s’élabore le lien entre enfant accueillant et enfant placé, la fraternité d’accueil apparaît potentiellement dans notre perspective comme un analyseur des familles d’accueil et, au-delà, du placement familial à La Réunion.

  • 13  Dans certains cas, le conjoint de l’assistante maternelle a participé à l’interview, dans d’autres (...)

31Notre orientation ainsi précisée, nous avons considéré l’hypothèse minimale selon laquelle il existe une diversité d’expériences fraternelles d’accueil à La Réunion, celles-ci contribuant plus ou moins à l’intégration sociale et familiale des enfants placés dans leur famille d’accueil. Pour une première mise à l’épreuve de cette hypothèse, nous avons recueilli, après avoir obtenu les autorisations nécessaires, le discours des principaux protagonistes de l’accueil auprès de 16 familles également réparties dans les quatre arrondissements administratifs (nord, sud, est, ouest) de l’île. Un entretien de type semi-directif a systématiquement été réalisé (au minimum13) avec un enfant placé, un des enfants accueillants et l’assistante maternelle. Soit un total de 21 enfants placés, âgés en moyenne de 11,5 ans et dont la durée moyenne de placement était de 4 ans, 19 enfants accueillants âgés en moyenne de 15,5 ans et 16 assistantes maternelles de 46,5 ans en moyenne et vivant toutes en couple, sauf une (divorcée), leurs conjoints de 49 ans en moyenne étant pour la plupart ouvriers.

VI. Les fraternités d’accueil, entre affiliation et non-affiliation

  • 14  Il s’agit bien sûr ici d’une affiliation par choix (et non par la naissance), un peu à l’image de (...)

32De l’analyse de ces regards croisés, il ressort que les sentiments éprouvés au sein des fratries d’accueil vont d’une franche inimitié, sans pour autant que celle-ci soit toujours réciproque, à une amitié effective, en passant par d’autres sentiments moins clivés, bien que rarement indifférents, et qu’ils interfèrent de manière sensible sur l’intégration de l’enfant placé dans sa famille d’accueil, autrement dit, sur le processus d’affiliation de celui-ci à sa parenté sociale. Aussi nous a-t-il semblé possible, sur un continuum allant de la non-affiliation à l’affiliation14, de discerner trois types de fraternités d’accueil, que nous avons dénommés : “Ni frère, ni ami”, “Un ami, un cousin” et “Un frère, une sœur”, ceux-ci concernant respectivement 2, 8 et 6 familles de notre corpus.

33Malgré leurs différences, ces diverses formes de fraternités d’accueil résultent, pour le dire comme R. Scelles, d’une «co-construction entre enfants» (Scelles, 2006 :19) qui, bien sûr, participe à la construction identitaire des enfants, mais aussi, et pour renouer avec notre interrogation initiale, favorise ou entrave l’affiliation de l’enfant placé à sa parenté sociale. Il est clair que le “Ni frère, ni ami” ne constitue guère un terreau favorable à l’insertion pleine et entière de l’enfant placé dans sa famille d’accueil et que, à l’inverse, le “Un frère, une sœur” y contribue pleinement. De ce point de vue, la fraternité d’accueil peut, comme nous l’avons évoqué, être appréhendée comme un analyseur du placement familial, ce d’autant plus qu’elle présente l’avantage de prendre aussi en compte les enfants de la famille. Néanmoins, notre matériau nous incite à prendre la précaution d’ajouter : “pour partie”. D’autres facteurs en effet interfèrent, que nous nous devons aussi de prendre en compte, car ils complexifient la donne. Le fait que l’accueil ait été soigneusement préparé ou effectué en urgence en fait indubitablement partie, ainsi que ce qui lui est consubstantiel, à savoir le fait générateur du placement. Mais au-delà, le type de parentalité d’accueil, les liens qu’entretient l’enfant placé avec les (ou certains) membres de sa famille d’origine, ainsi que la manière dont il vit cette situation de pluriparentalité ne sont pas non plus sans conséquence.

34Dans toutes les familles de notre corpus, l’accueil repose sur quelques constantes qu’il convient de relever. D’abord, tous les parents d’accueil se font appeler “Tatie” et “Tonton”, sauf dans le cas d’un couple (“Mémé”, “Pépé”) de 55 et 59 ans ayant déjà par ailleurs des petits-enfants. De la même manière, tous les enfants placés emploient les termes d’adresse (“Mamy”, “Papy”, “Pépé”, “Mémé”, “Tatie”, “Tonton” ou les prénoms pour les cousins, cousines) que les enfants de la famille d’accueil utilisent pour interpeller les membres de leur famille élargie. Enfin, tous les parents d’accueil insistent auprès des enfants placés sur le fait que s’ils sont “comme des parents”, ils ne sont pas “leurs” parents.

35Il ressort de ces constantes que si la dimension professionnelle de l’accueil suppose/impose quelques contraintes que l’on se doit de respecter (une nécessaire clarification des places notamment), les enfants placés, par les termes d’adresse qu’ils emploient, “se positionnent” vis-à-vis de la famille élargie comme les enfants de la famille d’accueil, ce qui ne peut que contribuer à leur intégration. Toutefois, et comme l’a constaté L. Pourchez, quelques assistantes maternelles ont évoqué le complément de revenu que procure ce travail, et estiment qu’il s’agit d’un «vrai métier», même si c’est pour en souligner aussitôt la spécificité, pour ne pas dire l’ambiguïté : «Pour moi, c’est un métier… Un drôle de métier. On travaille, mais pas n’importe où, c’est dans notre famille…». Il est probable que l’évocation de ce travail en tant que métier, ainsi que le surcroît de ressources qu’il procure au foyer soit le reflet de la progressive professionnalisation de la tradition de l’accueil à La Réunion, phénomène auquel contribuent très certainement les formations et regroupements qui l’accompagnent. Il n’en reste pas moins que toutes les assistantes maternelles que nous avons rencontrées justifient avant tout leur décision d’obtenir un agrément, non en référence à une compétence professionnelle acquise, mais bien plutôt sur la base d’une expérience fondée sur leur supposé rôle de sexe.

36Si l’on peut donc considérer, en accord avec L. Pourchez, que «l’institution du placement familial vient en remplacement de structures préexistantes» (Pourchez, 2004 :43), autrement dit que ce dispositif de protection de l’enfance offre à une tradition réunionnaise guère ancienne l’opportunité de perdurer en se conformant aux contraintes inhérentes à la départementalisation, et que pour cette raison le discours évolue (émergence de la notion de métier, référence aux émoluments qui vont avec), il est cependant encore investi dans le droit fil de la tradition. Tant et si bien que l’exercice de la parentalité d’accueil ne diffère pour l’heure à La Réunion qu’entre les familles, peu nombreuses en regard de notre corpus, où l’accueil semble être presque exclusivement l’affaire de l’assistante maternelle et celles où l’accueil peut être, comme nous l’avons vu, qualifié de “familial” en ce sens que celui-ci est l’affaire de tous, parents et enfants.

37D’autres facteurs influent aussi de manière peut-être plus décisive : les relations que l’enfant placé entretient avec sa famille d’origine et l’attitude de celle-ci vis-à-vis du placement. Le maintien d’un lien régulier avec la famille d’origine semble plutôt positif dans l’ensemble, ce d’autant plus qu’à de rares exceptions, il répond au souhait des enfants placés. Toutefois, ce lien peut s’avérer “nocif” quand il vient “parasiter” le travail effectué dans le cadre de l’accueil, ce qui ne manque alors pas de perturber les enfants. Quand, en revanche, la parentalité d’accueil s’opère sur un mode plus familial, que la famille d’origine ne fait pas d’obstruction systématique, bien qu’elle connaisse parfois de sérieux problèmes qui n’augurent pas d’un retour rapide de l’enfant placé et que celui-ci a tissé un lien fort avec au moins l’un des enfants de la famille, le vécu de la situation de pluriparentalité se déroule de manière optimale, même si les relations avec la famille d’origine ont pu, à un moment, être tendues. Ainsi Flora, 13 ans, placée depuis 3 ans fait-elle part de ce qu’elle ressent par la très belle expression : «Je suis entre deux coeurs…», ce qui semble la satisfaire pleinement, bien qu’elle ait désormais conscience qu’elle sera peut-être un jour confrontée malgré elle à un conflit de loyauté :

Pour moi, si je reste ici, ma vraie famille elle va croire que je ne les aime pas, et si je retourne chez moi, c’est eux qui vont croire que je ne les aime pas. Mais moi, j’aime les deux !

38Ce type de situation amène certains, telle Élodie, 13 ans, placée depuis 6 ans, et qui a tissé un lien très fort avec Nelson [17 ans] qu’elle considère «comme son frère», son «confident», à devenir stratèges :

Tatie, tonton et maman s’entendent très bien, tout le monde s’entend bien. Mais quand je vais chez le juge et qu’il me demande si je veux retourner chez maman, je lui dis : ‘Non, je suis pas prête, et tout…’ Mais c’est pas que je me sens pas prête, c’est que je me sens très bien ici et, si je vais avec ma mère, j’ai peur que ça casse, que ça gâche tout, alors je dis ‘non, je préfère rester ici’, c’est tout.

39Tout se passe comme si Élodie anticipait les choses, et comprenait qu’un retour dans sa famille d’origine mettrait un terme à cette situation de pluriparentalité qui lui convient parfaitement. Or, comme elle est pleinement insérée dans sa famille d’accueil où elle a retrouvé un équilibre, une certaine quiétude, et qu’elle a renoué de bons rapports avec sa propre famille, elle fait le choix qui est, pour elle, optimal. Une perspective qui invite clairement parents d’accueil et parents de la famille d’origine à envisager, pour reprendre la typologie esquissée par N. Chapon-Crouzet, un «mode de suppléance partagée», où «chaque famille développe une “parentalité partagée” tout en reconnaissant à l’autre parent son nécessaire complément» (Chapon-Crouzet, 2005 :22).

VII. Conclusion

40Bien que l’analyse du matériau ne soit pas terminée, il apparaît, comme nous en faisions l’hypothèse, qu’il existe une diversité d’expériences fraternelles d’accueil à La Réunion. Et à la lumière de notre corpus, le type “Ni frère, ni ami” dans lequel il n’existe pas d’élection affective minimale entre enfant placé et enfant(s) de la famille, est minoritaire (2 cas sur les 16 familles enquêtées). Ceci laisse à penser que le contexte de tradition de circulation des enfants prédispose sans doute les enfants à co-construire un lien de type fraternel, même si son intensité peut être variable.

41Le type de fraternité est sans aucun doute un indicateur précieux de l’intégration de l’enfant dans sa famille d’accueil. Ainsi, si le type “Ni frère, ni ami” ne constitue pas un terreau favorable à l’affiliation de l’enfant placé à sa parenté sociale, ce n’est pas le cas des types “Un ami, un cousin” et “Un frère, une sœur”. Toutefois, ces deux derniers types ne sauraient pour autant nous amener à conclure qu’ils sont la condition nécessaire et suffisante pour que le placement soit sereinement vécu par l’enfant placé. Encore faut-il que la parentalité d’accueil s’exerce sur un mode familial, c’est-à-dire que tous les membres de la famille d’accueil soient concrètement partie prenante de l’accueil, ce qui est, à la lumière de notre corpus, toujours le cas dans le type “Un frère, une sœur”, mais pas systématiquement dans celui “Un ami, un cousin”. Il est ici probable que cette situation soit la conséquence de la progressive professionnalisation du métier d’assistante maternelle que tend à promouvoir le dispositif de protection de l’enfance. Un phénomène qui contribue à amoindrir le souvenir encore vivace et partagé de ce “faire famille” avec d’autres, et ne prédispose donc guère à considérer la pluriparentalité comme une “composante normale” de la situation de placement familial. Or nous l’avons souligné, quand la parentalité d’accueil s’opère sur un mode familial et que la pluriparentalité est pleinement reconnue et assumée par les familles d’accueil et d’origine, le placement familial se déroule de manière optimale pour tous les protagonistes, même si l’enfant placé peut être en proie à des conflits de loyauté quand il choisit de demeurer dans sa famille d’accueil, alors que le retour dans sa famille d’origine pourrait être potentiellement envisagé.

42La mise en avant de la dimension professionnelle tend donc à dénier ce qu’il y a de familial et de parental dans la suppléance exercée par la famille d’accueil, à la seule fin, comme pour les autres parentés plurielles, de ne reconnaître que deux parents, ici les parents biologiques. Or, toutes les situations de placement qui, à la lumière de notre corpus, se déroulaient au mieux réunissaient les trois éléments suivants : des relations entre enfants relevant du type “Un frère, une sœur”, une parentalité d’accueil associant les autres membres de la famille d’accueil et une situation de pluriparentalité reconnue et pleinement assumée par tous les protagonistes.

43En bref, à ne pas vouloir reconnaître que le placement familial produit, comme l’évoquait I. Théry, «un élargissement du cercle des “proches” de l’enfant» (Théry, 1999 :131), l’orientation actuelle du référentiel de l’accueil familial se situe à contre-courant de ce qui contribue à rendre optimal le placement familial. Ce faisant, il dénie l’importance des relations affectives en jeu dans le cadre de l’accueil et renvoie les assistantes maternelles à gérer cette injonction paradoxale d’être “comme une mère, mais en restant avant tout une professionnelle”, alors qu’il suffirait de comprendre, tout particulièrement en contexte réunionnais, que parenté et parentalité peuvent être complémentaires et non concurrentielles. Paradoxe s’il en est, en appliquant sans autre réflexion à cette ancienne colonie les règles de protection de l’enfance qui ont cours en métropole, la France contribue à faire tomber en désuétude la tradition de co-gestion des enfants, alors même qu’elle commence, comme bien d’autres sociétés occidentales, à comprendre qu’elle ne peut que s’ouvrir aux parentés plurielles.

Haut de page

Bibliographie

Alber J.-L., (Ed.), 1990, Vivre au pluriel. Production sociale des identités à l’île Maurice et à l’île de la Réunion, Sainte-Clotilde, Université de La Réunion, URA 1041 du CNRS.

Barre C., 2005, “1,6 million d’enfants vivent dans une famille recomposée”, in Lefèvre C., Filhon A., (Eds), Histoires de familles, histoires familiales. Les résultats de l’enquête Famille de 1999, Paris, INED, Les Cahiers de l’Ined,   n°  156, pp.  273-281.

Beer W. R., 1988, Strangers in the House. The World of Step-siblings and Half-siblings, New Brunswick, Transaction Publishers.

Benoist J., 1999, “Anthropologie à La Réunion. Quelques acquis et nouvelles questions”, in Cherubini B., (Ed.), La recherche anthropologique à La Réunion : vingt années de recherche et de coopération régionale, Paris, L’Harmattan, pp. 19-33.

Buisson M., 2006, “Le lien social fraternel : entre filiation et résidence”, in SOS Villages d’enfant France, La fratrie dans le cadre du placement. Actes du Colloque du 9 novembre 2006, pp. 9-15.

Cadoret A., 1995, Parenté plurielle. Anthropologie du placement familial, Paris, L’Harmattan.
2001, “Placement d’enfants et appartenance familiale”, in Le Gall D., Bettahar Y., (Eds.), La pluriparentalité, Paris, PUF, pp. 95-11.

Caplow T., 1984, Deux contre un. Les coalitions dans les triades, Paris, ESF.

Castellain-Meunier C., 2002, La place des hommes et les métamorphoses de la famille, Paris, PUF.

Champion B., 1999, “Vingt ans après”, in Cherubini B., (Ed.), La recherche anthropologique à La Réunion : vingt années de recherche et de coopération régionale, Paris, L’Harmattan, pp. 147-184.

Chapon-Crouzet N., 2005, “Un nouveau regard sur le placement familial : relations affectives et mode de suppléance”, Dialogue,  n° 167, pp. 17-27.

Danic I., Delalande J., Rayou P., 2006, Enquêter auprès d’enfants et de jeunes. Objets, méthodes et terrains de recherche en sciences sociales, Rennes, PUR.

Delaisi de Parseval G., 2001, “La pluriparentalité occultée : psychodynamique de la parentalité dans les cas d’aide médicale à la procréation avec dons de gamètes”, in Le Gall D., Bettahar Y., (Eds.), La Pluriparentalité, Paris, PUF, pp. 115-137.
2008, Famille à tout prix, Paris, Seuil.

Delalande J., (Ed.), 2009, Des enfants entre eux. Des jeux, des règles, une morale, Paris, Autrement.

Fine A., 1994, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard.
2001“Pluriparentalités et système de filiation dans les sociétés occidentales”, in Le Gall D., Bettahar Y., (Eds.), La pluriparentalité, Paris, PUF, pp. 69-93.

Fine A., (Ed.), 1998, Adoptions. Ethnologie des parentés choisies, Paris, Maison des sciences de l’homme.

Ghasarian C., 2002, “La Réunion : acculturation, créolisation et réinventions culturelles”, Ethnologie française,  vol. 32,  n° 4, pp. 663-676.

Ginsberg-Carré C., 1996, Le frère de mon frère n’est pas mon frère. Étude de la relation de la fratrie et des places généalogiques dans la famille recomposée, Thèse de doctorat (sous la dir. de J.-P. Pourtois), Université de Nanterre, Paris X.

Godelier M., 2004, Métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard.

Greene S., Hogan D., (Ed.), 2005, Researching Children’s Experiences, London, Sage.

Guillebaud J.-C., 1976, Les confettis de l’Empire, Paris, Seuil.

Hurstel F., Carré C., 1993, “Processus psychologiques et parentés plurielles”, in Meulders-Klein M.-Th., Théry I., (Eds.), Les recompositions familiales aujourd’hui, Paris, Nathan, pp.  191-214.

institut de sociologie [de l’Université libre de Bruxelles], 1994, “Enfance et sciences sociales”, Revue de l’Institut de sociologie, n° 1-2, Université libre de Bruxelles.

James A., Jenks C., Prout A., 1998, Theorizing Childhood, Cambridge, Polity Press.

Knibiehler Y., 1997, La révolution maternelle depuis 1945. Femmes, maternité, citoyenneté, Paris, Perrin.

Lallemand S., 1993, La circulation des enfants en société traditionnelle. Prêt, don, échange, Paris, L’Harmattan.

Le Gall D., 1996, “Beaux-parents au quotidien et par intermittence”, in Le Gall D., Martin C., (Eds.), Familles et politiques familiales. Dix questions sur le lien familial contemporain, Paris, L’Harmattan, pp. 125-149.
2005, “Discours et vécus de femmes en situation pluriparentale”, in Ouellette F.-R., Joyal R., Hurtubise R., (Eds.), Familles en mouvance : quels enjeux éthiques ?, Québec, Presses de l’Université Laval, pp. 69-87.

Le Gall D., Bettahar Y., Eds., 2001, La pluriparentalité, Paris, PUF.

Le Gall D., Martin C., 1990, Recompositions familiales, usages du droit et production normative, Rapport de recherche pour la CNAF, CRTS, Université de Caen.

Le Gall D., Roinsard N., 2010, “Penser la France autrement : introduction à la sociologie de La Réunion”, in Le Gall D., Roinsard N., (Eds.), Chroniques d’une autre France : La Réunion, Paris, L’Harmattan (à paraître).

Martial A., 2003, S’apparenter. Ethnologie des liens de familles recomposées, Paris, Maison des sciences de l’homme.

Muxel A., 1998, “Être frères et sœurs, le rester”, Informations sociales,  n° 67, pp. 4-15.

Neyrand G., 2005, “La parentalité d’accueil”, Dialogue,  n° 167, pp. 7-16.

Ouellette F.-R., 1998, “Les usages contemporains de l’adoption”, in Fine A., (Ed.), Adoptions. Ethnologie des parentés choisies, Paris, Maison des sciences de l’homme, pp. 153-176.
2005, “L’adoption devrait-elle toujours rompre la filiation d’origine ? Quelques considérations éthiques sur la recherche de stabilité et de continuité pour l’enfant adopté”, in Ouellette F.-R., Joyal R., Hurtubise R., (Eds.), Familles en mouvance : quels enjeux éthiques ?, Québec, Presses de l’Université Laval, pp. 103-120.

Poittevin A., 2004, Les relations entre enfants dans les familles recomposées. Déjouer la germanité et jouer du fraternel, Thèse de sociologie (sous la dir. de F. de Singly), Université René Descartes, Paris V, Sorbonne.
2006, Enfants de familles recomposées. Sociologie des nouveaux liens fraternels, Rennes, PUR.

Pothin D., 2009, Les pères et les “ti-pères” incestueux à La Réunion. Le passage à l’acte incestueux au travers du traitement judiciaire des affaires jugées par la Cour d’Assises de 1980 à 2004 et par les tribunaux correctionnels de 1999 à 2004, Thèse de sociologie (sous la dir. de D. Le Gall), Université de Caen Basse-Normandie.

Pourchez L., 2002, Grossesse, naissance et petite enfance en société créole (Ile de La Réunion), CRDP-Réunion, Kartala.
2004, “Adoption et fosterage à La Réunion. Du souci de préserver les équilibres sociaux”, in Leblic I., (Ed.), De l’adoption. Des pratiques de filiation différentes, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Blaise Pascal, pp. 29-47.

Rigaux C., 2003, Les déplacements d’enfants à l’île de La Réunion. Un aspect de la place de l’enfant en société créole, D.E.A. de Sociologie (sous la dir. de D. Le Gall), Université de Caen Basse-Normandie.

Roinsard N., 2007, La Réunion face au chômage de masse. Sociologie d’une société intégrée, Rennes, PUR.

Ruault M., Callegher D., 2000, “L’aide sociale à l’enfance : davantage d’actions éducatives et de placements décidés par le juge”, Études et résultats, DREES,  n° 46, 8 pages.

Scelles R., 2006, “En quoi le lien fraternel participe-t-il de la structuration de la personne ? ”, in SOS Villages d’enfant France, La fratrie dans le cadre du placement. Actes du Colloque du 9 novembre 2006, pp. 16-19.

Singly (de) F., 1996, Le soi, le couple et la famille, Paris, Nathan.

Sirota R., 2005, “L’enfant acteur ou sujet dans la sociologie de l’enfance ? Évolution des positions théoriques au travers du prisme de la socialisation”, in Bergeonnier-Dupuy G., (Ed.), L’enfant acteur et/ou sujet au sein de la famille, Ramonville Saint-Agne, Erès, pp. 35-41.
2006a, Éléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, PUR.
2006b, “Petit objet insolite ou champ constitué, la sociologie de l’enfance est-elle encore dans les choux ? ”, in Sirota R., (Ed.), Éléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, PUR, pp. 13-34.

Théry I., 1996, “Normes et représentations de la famille au temps du démariage. Le cas des liens fraternels dans les familles recomposées”, in Le Gall D., Martin C., Eds., Familles et politiques sociales, Paris, L’Harmattan, pp. 151-176.
1999, “Les trois composantes de la filiation au temps du démariage”, in Biarnes J., Boucher A., Mesnier C., (Eds.), Placement familial et évolutions sociétales, Paris, L’Harmattan, pp. 119-131.

Théry I., Dhavernas M.-J., 1991, Le beau-parent dans les familles recomposées, rôle familial, statut social, statut juridique, Rapport de recherche pour la CNAF, Paris.

Tillard B., Rurka A., 2009, Du placement à la suppléance familiale. Actualité des recherches internationales, Paris, L’Harmattan.

Villeneuve-Gokalp C., 1999, “La double famille des enfants de parents séparés”, Population,  n° 1, pp. 9-36.

Widmer E., 2008, “Les relations entre demi-frères et demi-sœurs à l’adolescence. Entre proximité et distanciation”, Informations sociales,  n° 149, pp. 94-105.

Haut de page

Notes

1  Le concept de suppléance familiale semble adapté pour appréhender le rôle de la famille d’accueil en France, ce qui n’est pas le cas pour certains de nos proches voisins d’Europe qui optent plus volontiers pour la substitution quand la famille d’origine est “défaillante” (Tillard B., Rurka A., 2009).

2  Depuis la loi du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux, «l’assistant maternel est la personne qui, moyennant rémunération, accueille habituellement et de façon non permanente des mineurs à son domicile» (art. L. 421-1), alors que «l’assistant familial est la personne qui, moyennant rémunération, accueille habituellement et de façon permanente des mineurs et des jeunes majeurs de moins de vingt et un ans à son domicile» (art. L. 421-2). S’il est bien question d’assistante familiale dans ce texte, par souci de simplification nous conservons l’appellation d’assistante maternelle, les personnes citées employant ce terme, soit parce que leurs écrits sont antérieurs à cette loi, soit parce qu’au niveau de la pratique ce distinguo n’est pas encore passé dans les mœurs.

3  Selon C. Villeneuve-Gokalp, parmi les enfants qui vivent dans une famille recomposée, 47% résident avec des demi-frères ou sœurs, 4,4% avec des quasi-frères ou sœurs, 2,3% avec des demi et des quasi-frères ou sœurs et 10% ont des demi-frères ou sœurs dans chacun des nouveaux foyers reformés par leurs parents (Villeneuve-Gokalp C., 1999).

4  Nous nous permettons d’insister sur le fait que cette expression renvoie bien à la relation qui s’établit sur un mode électif entre l’enfant placé et l’enfant de la famille d’accueil, le terme de fraternité étant ici employé par analogie à ce qui se passe au sein des familles recomposées entre les enfants qui ne partagent pas de sang commun et que l’on désigne par les termes “quasi-frères ou sœurs”. Cette précision est sans doute inutile, mais le déni dans lequel sont tenues les parentés additionnelles en France fait que, outre le conjoint de l’assistante maternelle, ses propres enfants semblent ne pas avoir d’existence. Alors, parler d’un lien de type fraternel avec ces grands “oubliés” du placement familial peut en effet surprendre. Certains emploient néanmoins l’expression “fratrie d’accueil” pour désigner les enfants des parents d’accueil. C’est le cas de G. Neyrand qui, sans doute conscient de l’emploi ambigu d’une telle expression, précise toutefois en note qu’il s’agit bien des frères et sœurs issus de la famille d’accueil (Neyrand G., 2005, p.10). De notre point de vue, ceux-ci ne sont que des germains comme tant d’autres.

5  La Réunion est devenue un D.O.M. (Département d’Outre-mer) en 1946.

6  Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale.

7  Expression que nous avons proposé de retenir, avec celle de “beau-parent par intermittence” (Le Gall D., 1996), pour insister sur le fait qu’il y a deux manières d’être beau-parent : dans un cas, les contours du rôle beau-parental s’élaborent dans un rapport de proximité quasi quotidien et, dans l’autre, dans un rapport fait de distance qui, de surcroît, est discontinu.

8  Ce mot est en italique dans le texte.

9  Afin d’éviter toute confusion, rappelons que l’auteur désigne bien ici les enfants issus de la famille d’accueil.

10  Entre 1990 et 1999, le nombre des familles recomposées a augmenté de 10% et le nombre d’enfants qui y vivent de 11%. En 1999, l’Insee recensait 708.000 familles recomposées et 1,6 million d’enfants de moins de 25 ans vivant dans ces familles (Barre C., 2005).

11  Nombre de cas de placement de l’aînée sont mentionnés dans Pothin D., 2009. Ceci tend à confirmer la persistance de cette tradition, le matériau de cette thèse étant entre autres constitué des affaires jugées par la Cour d’Assises de 1980 à 2004.

12  Dont G. Delaisi de Parseval nous rappelle à juste titre qu’elle est le troisième axe de tout système de parenté après la filiation et l’alliance (Delaisi de Parseval G., 2008, p.16).

13  Dans certains cas, le conjoint de l’assistante maternelle a participé à l’interview, dans d’autres, il a été possible de s’entretenir avec plusieurs enfants de la famille d’accueil et/ou plusieurs enfants placés.

14  Il s’agit bien sûr ici d’une affiliation par choix (et non par la naissance), un peu à l’image de ce que les anthropologues désignent par l’expression “Parenté fictive”, tel M. Godelier dans le glossaire adjoint à son ouvrage Métamorphoses de la parenté : «Liens de parenté sociale créés par choix réciproque et selon certaines conventions entre deux individus non apparentés, ou entre un individu et un groupe de parenté qui le reconnaît comme sien sans cependant formellement l’adopter» (Godelier M., 2004, p.604).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Le Gall, « Éléments pour une analyse de la fraternité d’accueil dans un contexte de circulation des enfants », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-2 | 2010, 75-95.

Référence électronique

Didier Le Gall, « Éléments pour une analyse de la fraternité d’accueil dans un contexte de circulation des enfants », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-2 | 2010, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/275 ; DOI : 10.4000/rsa.275

Haut de page

Auteur

Didier Le Gall

Professeur de sociologie, Directeur du Centre d’Étude et de Recherche sur les Risques et les Vulnérabilités (CERReV) de l’Université de Caen Basse-Normandie (France).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals