Navigation – Plan du site
Varia

L’acceptation du danger par les navigateurs hauturiers

Une perspective d’analyse sociologique plurielle
The Acceptance of Danger by High seas Navigators. A Prospect for Multifaceted Sociological Analysis
Bastien Soulé, Guillaume Routier et Hélène Boivert
p. 131-147

Résumés

La radicalisation et la fréquence accrue des expositions au danger sont régulièrement soulignées par les observateurs de notre contemporanéité sportive. Diverses explications sont invoquées : recherche de sensations fortes, appel de l’aventure, “déroutinisation” du quotidien, affirmation identitaire, etc. À travers le cas de la voile, nous entendons analyser les raisons qui poussent les pratiquants à accepter la confrontation à des dangers identifiés. La littérature sociologique laisse apparaître six manières de construire théoriquement l’engagement dans une pratique sportive dangereuse. Nous proposons d’articuler ces éclairages théoriques pour développer une vision élargie des raisons qui mènent à s’engager dans l’activité hauturière. 22 pratiquants ont été interviewés. Ces entretiens laissent apparaître des éléments pluriels de justification de cette exposition occasionnelle au danger. Des relations de complémentarité entre paradigmes apparaissent finalement, prouvant non seulement que la prétention au monopole explicatif conduit à des impasses, mais aussi que l’ouverture à plusieurs cadres d’intelligibilité enrichit la portée heuristique de chacun d’entre eux.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1  Selon Alain Gautier, vainqueur du Vendée Globe en 1992 et consultant sécurité auprès de la directi (...)
  • 2  Contre des icebergs, animaux marins, containers, cargos, bateaux de pêche ou de plaisance, troncs (...)

1La radicalisation et la fréquence accrue des expositions au danger sont régulièrement soulignées par les observateurs de notre contemporanéité sportive (Le Breton, 2002 ; Stranger, 1999). Diverses explications sont invoquées : quête de performance, appel de l’aventure, affirmation identitaire, recherche de sensations fortes, “déroutinisation” du quotidien, etc. Cet article se focalise sur une activité qui présente indéniablement des dangers pour ses adeptes, notamment sous sa forme compétitive : la voile hauturière. La chute à l’eau constitue la principale menace, a fortiori en cas de navigation en solitaire1. Par ailleurs, les risques de collision2 ne sont pas négligeables et se révèlent susceptibles, au même titre que les conditions météorologiques ou les défaillances matérielles, de provoquer des avaries majeures (chavirage, démâtage, naufrage…). Cette immersion dans un milieu incertain, pour lequel l’homme n’est a priori guère adapté, porteur de menaces pour sa survie, permet de caractériser la voile comme une activité risquée. D’autant qu’au-delà du caractère intrinsèquement dangereux de la fréquentation de l’environnement marin, plusieurs symboles renvoyant à la thématique du risque et à l’imaginaire de l’aventure sont associés à la voile (Griffet, 1995). Indomptable, imprévisible, mais aussi attirante, la mer fascine ; cependant, peu se sentent capables de l’affronter.

2À travers le cas de la course au large, nous entendons analyser les raisons qui poussent des pratiquants à accepter la confrontation à des dangers bien identifiés. Un objectif d’ordre épistémologique vient se greffer à cette ambition compréhensive : il consiste à se saisir de cet objet d’étude pour proposer et justifier une approche sociologique non réductionniste, combinant plusieurs modèles théoriques de l’action.

II. Les théories explicatives de l’engagement corporel risqué

3En sociologie, différents programmes, inscrits à l’intérieur de schèmes d’intelligibilité spécifiques (Berthelot, 1990), fournissent autant de matrices permettant de donner du sens à la réalité. De même, au sein de la spécialité que constitue la sociologie du sport, plusieurs communautés de recherche observent et interprètent les comportements d’une manière propre. Au terme d’une revue de la littérature, six manières de penser et de construire théoriquement l’engagement dans une pratique sportive dangereuse ont été identifiées (tableau 1).

Tableau 1 : programmes de recherches sociologiques sur l’engagement sportif risqué.

  • Ptour de plusaomplsr développement,t se rfpérer à>Soulé

La subjectivité préidyant à une telle catégorisation ouit tre souligné, toaut commeldes imaniqub les rc coucies ihférents à cette présensationsynsthétiqun. Par ailleurs,cse tableaum et l accent ser le loaisonnement entre ls, inscrpations programratiques, au dntrm controximitsés te complémentaritns qui apparaissent entre cadres interprétatfsI. Lesavardations uer destchèmes commela rupature avec eu quotidies ou les stratégisn identitairns l’ettistetr.

III. Problématique

d’épistémologie dupoeiet de vue pate dupostuplat que la compréhensont d’unphvéomvèneest à la foisredude poisiblr et rétrmtiner par la théoris. La eonsde épistémologiquement coirecce”yen réduit généralement quuon seue rearde théoriquementfrodté euit treaopaté. D’aurles manières devloirexistest cependane ;iellel consistant àaffirrer que l interprétatioe apprfrodiet d’unphvéomvène n’est poisiblr que orisque elui-cui es lAu selon différences perspectivs). Cettexposition renviue à l’épistémologie complémentarists : pstuplent quetoaure itude continer à un seue cadrs de Référencs éosigne le chercheur duphvéomvèneobserté, cele-cui préonirse l’articusation isciplginaire(Dseveeuxe, 1995)..

Tableau21 : prcesurs temporeldl’exposition au danger.

Programmes

Développements

Références

Compensatoire
& déroutinisant

La crise anthropologique de la modernité génère une anomie spirituelle qui individualise la construction identitaire. À travers la confrontation réelle ou métaphorique à la mort, l’individu cherche ses marques : pourquoi vit-il, qui est-il et que vaut-il ?
  

Les efforts sociétaux destinés à atténuer les manifestations de l’incertitude croissant, l’individu chercherait des obstacles pour retrouver une plénitude menacée par une vie sans surprises. L’incertitude et l’intensité de l’engagement nécessaire viennent alors tempérer le calme plat d’existences routinières.

Le Breton, 1991, 2002

  

  

  

  

  

  

  

  

Mitchell, 1983 ;

Lyng, 199 0

Distinctif &
dispositionnel

Les profits symboliques associés aux prises de risques volontaires sont importants. La pratique d’un “sport à risque” constitue dès lors un vecteur de positionnement. En termes de distribution sociale, les sports de combat les plus violents s’implantent en milieu populaire, alors que les sports de nature concernent plutôt les catégories disposant d’un important volume de capital, à dominante culturelle.
  

Les sports dangereux constituent également une forme d’expression et d’affirmation virile.

Defrance, 1983

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  
  
  

Penin, 2004

Critique

Le risque constitue un objet-signe qu’il faut consommer pour faire valoir sa supériorité dans une logique de domination.
  

Les “sports extrêmes” sont l’apanage de certaines catégories sociales et ethniques.

Baudry, 1991

  

  

  

  

Kusz, 2004

Individualiste

Les risques sportifs sont des éléments calculés d’une stratégie de valorisation de soi. Les pratiquants s’engagent pour montrer comment ils se comportent dans l’action, et notamment leur aptitude à conserver leur sang-froid. Les activités à risque ne constituent pas un moyen d’atteindre la griserie des sens : le contrôle total de la situation constitue à l’inverse l’objectif premier.

Collard, 2002

Interactionnel

Le choix de jouer avec l’incertitude déclenche généralement l’admiration des observateurs. Une fois le danger “provoqué”, sa maîtrise, la capacité à “faire face” grâce à une technique ad hoc constituent une nouvelle occasion de valorisation. L’action n’est cependant productive que si les événements portent à conséquence, avec pour éventuelle contrepartie le risque de “perdre la face”.
  

Au sein de plusieurs subcultures sportives, les pratiquants s’observent mutuellement. Ces interactions engen contrepses de risquce accrues, les dangersaffrontés constitaent sovuent u systhèmn d’attribution de pdestger et deestautr.

Soulf &

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

hvéomvéo logiqul

<

  • Kuhn utialisep Référetitellmment lu terme er paadigrme(>(...)e

4e<<

cesStfois premiese cadres interprétatfsrisefocualisent ser l’ntpériorité ue “lasnage à l’ecce. Ddans La eonsdeiIndividualist, cette priorité es moines marqucs. L’interactionismreisefocualisu plusexltiitnement ecorer ser la confrontation à l’incertitud ( eublrs lesoretations de fac-à- facr permetsant d existrs socialemen)). Cettexperspectivr r cr sociologiqu offre une ivirgite” aux stratégisn de valorisation et de différencactios sociales. Enti,: nctné dans unexperspectivr présenélist,luepprogrammt hvéomvéo logiqueest centnt ser le quotidie).

orisqd l le cherchs à crnneracesmoatitations de« sportifs de l’extrêm», Le Scanff (2000) rmetensavanet l’iutialitrdceshypotchsgse théorique,savançaent qu il es p Réfétable erde mader, direccmment axeiIndividns ee pourquoi de ieursecces.Notreapprochesl’éosigne conxdfétablm ce cette surpeinante pstur). Crtues, asprvque de laalitpénaturenedouit enrdiesextemtrer le chercheur d’ue traa il mspirique ;maoi l leest à l’vsidece à mêmn d’affnneraae compréhensont lespralvités compextrs que déoiblr lu tetaiee. Àmi-rchmtit entreiInruction et rnructio, la p maochemréhodiolog queaopatleest detypue dlibpénatif(Sanviu-Zajcn, 200s  204)s :centnst ser le tetaiee avecdlel conaoissacese théoriquesent unehypotchsg épistémologiqua foret, nous nanvonsnranmoines pas chercté àireumailierdces donuént coir spndyant àdres idticiieurs prélilémensentppraltablm constrints.Ppour reumailierdces propospretaaent une trbjectoireent une extérienc vréuet, prencpal objectif des entrtrieespralvils,: illa fllue libpéere” la a roledres inte viwtés à traversuea p maoche compréhensvle quiacesamvène àexltiitnre ieurs choix te comportement).

d’ hantiaelonest compsté de pratiquantsavréu nauisque conséquetn52.Douzuepprfressionels ( <

  • Cceuieursaoyantpartiiptéou isep R"parast à la ceurue aptesde Mtii-Strasat”,Strasatplentique olvi >(...)e

6eredoutnée pouesla utner(eaumoines3umois)sent la iaffeulit dcesmvers àaffronuer.

La structur de présensation lesprsuliates se alique ser lepprcesursdl’exposition au dange,s à ccui prse que laepartieV. A. fat dans us premies temes étaadre la fçion ont les maines périvuent la dangeposité de lavoiblrhaulriièr).

<21 dir="ltr" id="headin63">Lavoibl,e tellesqd l le es p ratiqner par res inte viwté,s inègrue des risqucel étaxesque ets drnmieseunexpovuentsigorer:.

block quoea>

block quoea>

Lavoibl ce n’est plus is dangerexesqueçat, parmaiencnsant, ilylladcesmoyeons quind exisyisent pasavanet(dles rdares, ds bciiauxepplus slsids),eeinfattoaut lemondetpeuitle faire(E11).

block quoea>

La sitrs de cet entrtrie, toaut commellamrnation ppérduammentfatet àdresmmeacuceiquotidienct,t ser lequiellelpeus de contrôle es exerct, révluentiesfatune trtitude ea pnngciiont du risqu (Pgertrt-Wciiln, 201)s .

block quoea>

plusousmoines poniocté avec certaineslimitmes :test dubciiau,s mailleune conaoissacet de so> facr à l’aaverlit, rrecherche depprogrs techniqusn et devstpsuse, snidations erglisuse,immveriont dans l’esthétiqus maine,t < eusnngsocib le, oentsodtnitablm producri ese de dnvers dangere ; seueld’affchnage l’un certaiu contrôle xerctr ser ets drnmieses mobme à mêmn denet pastryhirs unexperconaalitriocohférenn,s ou air,ioir spnstabls.Nouns;verions es ef etsque ets maines sohfateent àtoaut prxrmetrueensavanet aspr spnstaialitrdce ieursecce,s quettexpser e as à tiimrieer l’ompeeun delieurs confrontatiosn à l’incertitud).

en ronaoissacet decause). CettedDistinctoen rocepttuellefrodaemenale es pargement étbulet au sein ces criuse sur les “sports à risquee:s le dangerest constittrdl’uneonemobmedl’vvènmentsein us eon,ssusceptiablse erisep rduoireentds’euraînpar u imp ec> plusousmoines conséquete ; me risque estiquans à quiune manièr,tpamin d’aurle,s de conxdférerete erisere présenpar u danger(Joef n, 208)I. Lelasnage ue dangeradu risqueimpltique ioce Lavmai itédces oeiesn de qu,scpar rsseondestuoe constrcatios de s’sprite(Beckr, 199),rdne êmn quuoep rduost culturle:s haique soc itn, etein snu sein haique comunauté ts haique ub culturt étbulissentcle qui est dangerex,equies, oent lesprisqucecceptub lesous valorilseroni quecrexesqu il es dfétaisonaobmedl’affronue (Douglas, 1995).

<21 dir="ltr" id="headin73">
BI. Les prmlissts de la confrontationadu danges e s’engagr dans unemodalvittdne pratiqueexpoué>

ces propospreumailitsdmsonreent que léitude ea l’exposition au dange,sioirnructobme à un cadrsexlticitfe dominant,gagnltiesainesme à treen vsygner à l’anedhemodvluse théoriques plriiesI.

h31 dir="ltr" id="headin83">enjeus de ae différencactios sociales mobmeavloironduost certaies inte viwtés àaopapar un styltdne pratique de lavoiblrhlors ue comunt. Endéoiquans ces articusaritns d peeun ectivit, maoi assisen utialiaent un certaiution et un certaiuvocabultair,t pluiieurs inte viwtésecherchnst à l’vsidece àsoouligpas lefoisne quiacessR"paerdces pratiquantt de lavoibl). Cetteologiquadue sngcusarisation.constitue uenrépconss à lussort que la oiblrat conueaus ceursdets drnmièrs aonuéntent à l’ugmuntratios conxdfétabls ue nmbpr dhe ses pratiquants. Lauraesymboltiqu,t a"parvanetsimplvmmentbaener ser aedDistinctoen vs-à-virsdets tetriee”,Sdad àsl’esComprs : psur lesvtaiesnavigciieurshaulripas,e ae différencactios esfatdtéormaoi ngclgement paaaapmporuax “lfassacmiese ue tmanrchee:.

block quoea>

plu. Iilfau der se tfîtenaviguuerein solitair,t uer drStrs petiusebciiaux,tpartiiper, à res ceurue érouvsanre, bprf,ere poissrr sffistamment leslimitmet psur rréteadrsjoeiur duppdesigerdces maine. Ddupdesu,t certaies choixsréuoritairnss mobment direccmment péocuuerdteologiqusedDistinctves,: comre lemontrea l’eemplve dupoate de labrlasnièredeasréuorite:.

block quoea>

en marqagme sociavrhticuté as ee pate de labrlasnière.constitue u arspeceimporta ce cn iscceurt. En ef e,e e pdfus de oersrr cetobjst soelsoe sacminunefpommeoe coir spndyiet pas à unenngciiont du risque ;ileproenyietresietitlblm ce lavoolonté denet passdevloirlasnmvlts à crrtaiesgroupmetdre pratiquants. esfatddenet pas oersrr debrlasnièreprvenyiet alors à comuntiquersymboltiqumeent une appastatanceausgroupmrdces prfressionels dne lamre. Pui,s d u ionstrm ce différencactiosnngciiive( oersrruoe brlasnièretryhisssiet unstyaautdlepplassacmie),e labrlasnièresl’es mqnereu ionstrm valorisets.Pas eebiairsdets conontatiosnsqu ilvrhticut, cetobjstdeaisent sorcre de comuntcmation identitairI.

h31 dir="ltr" id="headin93">

endtéier des inte viwtés eriseparticusarssrrnedouit pasoccultnre ieuavoolontépprfrodeedl’treenamre,t une extérienc quiaceu eerme,e ntreaaurle,s devivrueensaccbore avec eeurs prencpntent eeursvalieurt. En ef e,e la pécnsontdnevivrue selondets choixbdiesxperconelsn, inaopaaent unrythmn ibrlm condent,e.constitue àns’ee ase oaurrs unemoatitatioefrodacri es :c

block quoea>

block quoea>

block quoea>

h31 dir="ltr" id="headin103">3. déroutiniher son existenc>

déroutinisane»tdéoiqtle asEliasn etDunndine( 194) : momarqgerest es ef etsy:noyrme erccepturtsmdato- temporells. Larnuuer lesammarmese.constituedrs lornsuonceraaentmantérilt que spirttues (Bengey/Pe cn, 202)s .

block quoea>

ecorer plus acve quelà,syl’tvtaiemenexperconerpouervnous pdadrde lat e..Noon,vtaiemene, dans lamree (E91).

d existence ea dangentent l’incertitudeprovoqucexpovuent cotiburer à laluettevivlftaenlu contde l’enqui et asproutiue:.

block quoea>

lemondet conus, n’estsympa, maoi aseStrs,siontieStrse ionti,:ionslameusemoines[rairn] (E21).

<21 dir="ltr" id="headin113">Cs.Lreaapmporu adu danges e l’exposition roctrten à l’incertitud>

d’nrayset senoueuea péormaoi avers ’actontmmêm,eein apuoyantseur d’aurle schèmeee l’i teligtibilit, commellaprris en conxdfétatios de la Rél exvlitrdcesnavigciieurshaulripasI.

h31 dir="ltr" id="headin123">La confrontation à res sitactionsrincertainesdconer la poisiialitrdd’esusertonalement certaies choix;: il es roni poisiblrdl’tresoa-mmêm,e sans contaienlunirlasnsttancetextérieuers,css qui eerme depralviparcredoestlonest aptabl,e sans cmpplassaclunirfaux-s mobuante:.

block quoea>

tejC trsovu iqu,tionti,:ionne euit"ps doire que n’estlalfaulrdltXt oudltY). C iqui estfrrmidtabl,e n’estdreserdoirs e‘voib , jde viesmmeprgaorde, bdiesionfcen [e] Iilfau appdadrde àsee conaaîtc,aavloir une vstiondresoa-mmême yl’t uscôitrxperconeleiievounsvocuuz,t pa eniqueyl’t desmom a,evouns essionfcet devpurlntmagmn, etel le es ppas prfate,s quoe yl’t desmom aa peprestis,eyl’t desmom a,e ioceiilfau trerrs vigilyantseurcve qsoenfatentseurcve qsoen es. Ont euitvatet tre pepisne qoi,tpassoa-mmêm..Fau cceptuee (E41).

h31 dir="ltr" id="headin133">

d entait ci-dussoues mange l’unhaulripat paldanrdnesionhabtitude eappdadrde desprisquceenamre,tentds’expoier assi,emodvrlémensentoccassionelllmmens, lesappdauts-navigciieurs soelsaspr spnstaialits.Lrebgénficreen vsygn ce cette confrontation contrôte adu dangee es pédaglogique:.

block quoea>

block quoea>

d’nnnerdnranièr,tjl’i rop tiat, jl’i cpisn,e n étits had> tejl’i trdu 15epplclee Een ceurueaa legm,e ilylladcesprisquceqosoenne euit"ps ppdadrd,rmaiencnsanajue e saoi (E51).

< facr à différetess contgurdations er s’evirsonnemen,rest es ef et àjaunge,sces qie n’est poisiblrqvue pat s’extérienc roctrtendue sitactionsrmetsant esptérl l’éqi ibrlnsréuoritair. Avanet er patire poueuoe ceurueolngur> te érouvsanrn, il cnaisent roni de ttistae” tnbciiau,s ses poisiialitns et oen comportemenee ;dre lasforet, unefpins es ceuru,:loeindettoaurelasnsttanc,; me risque de commetruedrer ruieurssusceptiablse errmetrueensptérl us éqi ibrlnsréuoritaire pj àfragile es prnritI. Lenavigciieus et oen éqipe techniqussoent alors àmêmesndes rétrmtiserlneseu illu-dub à uquiee la ceformaenca patmalet sentrasfpommeene sitactiot cc idenogvène:.

block quoea>

h31 dir="ltr" id="headin143">3.Uunaapmporu Rél hiradu risqu>

La fçion ont tppl pate des inte viwtésie vsygeentblr danger ihférens à lsur rratiquestémligpe d’uea Rél exoenaapprfrodie. Ddans eeugdestionsréuoritairs, lesmaaines en eubmentioirpprocub les. Lanrtiipystion lesrencd as ouvsansdp généuerein cc ideneest derinuuur,rlas pr"pariiontologsstiquete la R vstiondutmantériltsoentmoiutireuses .

block quoea>

eu risqu,sionfat,t ilvisentStrs Sôi,scn’es-à-doire que me risque ilvisent avec lrencd e ceiquejl’i cconsaité invoibl,e avecmion extérienc eEntoaut as, cn’estiql’untoaut etiuxrencd ( une oiblrmaleferte),eeuh, tries, qoi,t unex Rcauiont qi n’est aseprrise seentrasfpommeenerencd ,e Lavoibll cammecmn à aesere à s’aut etonvla prélpiotamment à l’vyantposue psur la Réupvrgerme pui,sb , ont pdad ase ne tmpstdre s ccprochrte e lavoiblrppsosn comprtemment à liaue eell rrachv, eell rrachvt que aoi-je,t un hmadeuige,sb à atdeaisentuin cc iden,sb , ont asnss à luau,s atdeaisentuin cc idenamporeil etvoib e (E51).

block quoea>

  • Noesprsuliatesnc, oent ase nefruatdlobnte actions (...)e
  • >La théorl es« cnaveractionsritnrnrs» (>Aerchr2M1. .r, 195),e quisoouligp lltmporta cge ue iaoloue>(...)e

c schèmee l’i teligtibilitecognictfsent i7e8e

<31 dir="ltr" id="headin153">4s. L’esthétiqus du risqu ete du legm>

block quoea>

ase ion euit"pse iontie ae a servin,s quoe Cette snidatios e… detvstpsuse ffe a mre clbl esfrdssoas, trieriquadd ntpauuer(E61).

cesionsuantttexttniqusnd criusevonteinfatlu-dub à ua smplvegreseeni avetiginnux. Iilssoentfrséquamment coblnras à unetmpgressior eafustionaavec enbciiau,sllocrann, etls’evirsonnemen au sansllegm. Ppluiieurs pratiquanttdéoiqsent cettetmpgressior ea nefaorer plusiql’un avec eeuebciiaut etluse élément, npotammentalorsdes codiitiosl eenavigciiont iaffei le,sclbinctynnt eeurs comrétencetent eeueattrnationdre manièra patmalee:.

block quoea>

Estcees snidationslà,scn’estiqulique hosr psur lquieeonyavm ?
cn’estvtaitsquadvounsavezrduesvaguesiquioent10 mèurle dlrhau int quevoust lessurfeze ets quevoustsenpzs quevotrlebciiautvite a nouts eub,s levitebdiesits quevous,evouns essionharmonter avec cetteaffaore-b e trieriqualreiillagmn, onti,:ae bruate ionti,: a t uscôite Strs,sStrse ionti,:moiejl’imt: a rquoi(E41).

(Csikszsenmihalyir, 190), ceprcueslu psychtiqu articuiserppar eebiairsduquiee unencertainentrascpendace euittre érouvne). Ce étn,s qallfttr d extérienc patmale,sprsulierdl’un éqi ibrlnharmonteuix ntrea he hmellegr psusuivit etluse comrétencetmoibilstles.Tonalementbsorbtl,e la cerconerpeore alors tempofairmment la coscieace delll-mmême ;el lenreisnttppluslre tmpst aesereetrest evahine d’ueasoteonenidatsfacton. Ddansceesmom a,e ntiièrementteausrvversu objecti, crpsn ettsprite oent cnfroduse dans unepprfrodeepltntitude(Csikszsenmihalyir, 190)I. Les cerconensaoyant extérementrueu vont généralementecherchrr àre prduoirecCe étn,scss qui euteimpltiqurt un hmellegr ce diffeulit .tfoiisett ouunneseunchièredeesprisquce:.

block quoea>

diammesvité de l’evirsonnement mainn, aebeautédcse élémentsd haîntntent est umnièressprélfniqusnddu legmenreiauraimene treepisners soelsiblanc,;tsant l les constituettdcse éléments articuiièrementecheseaxs inte viwté. Iil n’estdrs lornspplus eubmmeentqudestion he snidation,rmaoi d’ueaesthétiqusaronumpplctive au sansllegm,s permetanet l’cceptueebdies ets galièreee:.

block quoea>

d entait suivsane R vlutsqlemêmn à l’voicitios de codiitiosl eenavigciiontpprblémratiquue, aebeautédce l’evirsonnementestsoouligtl,es mobuan,roni faorer partieiatgaratgndduvréu due sitactions block quoea>

c ssecttcblret,ldiammrstion auseint l cetundavere ptivltégnsscemrrieet. Ddanslla cersecttive ea La socoologreisnsiabl,eblr dangers mobme inralement.constitueruea tapet àfraenhire pouepsovloir ccddhrr à eniqui estappréltr pa-dussuextoaus e la vieenamre,t aebeautédcse aysygen,; la orcre de socrann, la poisiialitrdce nefaoreriql’un aveccCe élémens mainn,voirde de sutialsereoccassionelllmment comme tetaiee eajeu.

<21 dir="ltr" id="headin163">DI. Leroolongement

<11 dir="ltr" id="headin173">VI. Diocuessiorete roclussio>

Lapluraliutédcse élémentsmins esvyantppar eesnavigciieurshaulripaseposusjuittifier ieunexpositionoccassionelll adu dangee es à lafpins inte-sent i tr-id’objectie n’est asetac errmetrueensvsideceacetteddavertit, maoi re s etaiqurtadu nfi qs’l cerr présenpeen termse errodvlviystion théorique:e erquiell: manièrapdadrdejuittcteauix rrmons ces inte viwté,;cnoorderuea gclg tmporta cge àchasque rspece ee ieunrécine, dansecherchrr àles fairepdntrrr àtoaut oix dans uneaomaneue théoriqux rr étblirs?.

nHau derpagm>>

<21 class="eactons">Bibliogarphie1
>

Archer M. S., 1995, Realistic Social Theory: the Morphogenetic Approach, Cambridge, Cambridge University Press.

Assailly J.-P., 1992, Les jeunes et le risque : une approche psychologique de l’accident, Paris, Vigot.

Baudry P., 1991, Le corps extrême. Approche sociologique des conduites à risque, Paris, L’Harmattan.

Beck U., 1999, “Le cœur de la modernité”, Le Monde des Débats, novembre, pp. 12-15.

Bergery L., Pech A., 2002, “Les raisons du succès de la voile”, Espaces, n° 198, pp. 50-54.

Bernstein R. J., 1991, The New Constellation, Cambridge, Polity Press.

Berthelot J.-M., 1990, L’intelligence du social, Paris, PUF.
2001, Épistémologie des sciences sociales, Paris, PUF.

Booth D., 2003, “Expression Sessions. Surfing, Style and Prestige”, in Rinehart R. E., Sydnor S., Eds, To the Extreme. Alternative Sports, inside and out, Albany, State University of New York press, pp. 315-333.

Collard L., 2002, “Le risque calculé dans le défi sportif”, L’année sociologique, n° 52, pp. 351-369.

Csikszentmihalyi M., 1990, Flow : The Psychology of Optimal Experience, New York, Harper & Row.

Defrance J., 1983, “La tentation de l’accident. Le risque en sport et sa légitimation”, Culture technique, n° 11, pp.  317-321.

Devereux G., 1985, Ethnopsychanalyse complémentariste, Paris, Flammarion.

Donnelly P., Young K., 1988, “The Construction and Confirmation of Identity in Sport Subcultures”, Sociology of Sport Journal, n° 5, pp. 223-240.

Douglas M., 1985, Risk Acceptability According to the Social Sciences, New York, Russel Sage.

Duchastel J., Laberge D., 1999, “La recherche comme espace de médiation interdisciplinaire”, Sociologie & Sociétés, n° 31, pp. 63-76.

Elias N., Dunning E., 1994, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard.

Ewald F., 1999, “Le risque dans la société contemporaine”, in Tubiana M., Vroussos C., Carde C., Pagès J.-P., Eds, Actes du colloque Risque & Société, Nucléon, Gif-sur-Yvette, pp. 41-54.

Festinger L., 1957, A Theory of Cognitive Dissonance, Stanford, Stanford University Press.

Goffman E., 1974, Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit.

Griffet J., 1991, “La sensibilité aux limites”, Sociétés, n° 34, pp. 359-365.
1995, Aventures marines. Images et pratiques, Paris, L’Harmattan.

Joffe H., 2003, “Risk : from Perception to Social Representation”, British Journal of Social Psychology, n° 42, pp. 55-73.

Kuhn T.,  1972, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion.

Kusz K., 2004, Extreme America. The Cultural Politics of Extreme Sports in the 1990s America”, in Wheaton B., Ed., Understanding Lifestyle Sports. Consumption, Identity and Difference, Routledge, New York, pp. 197-213.

Lakatos I., 1970, Criticism and the Growth of Knowledge, New York, Cambridge University Press.

Le Breton D., 1991, Passions du risque, Paris, Métailié.
2002, Conduites à risque, Paris, PUF.

Le Scanff C., Les aventuriers de l’extrême, Paris, Calmann-Lévy.

Lyng S., 1990, “Edgework. A Social Psychological Analysis of Voluntary Risk Taking”, American Journal of Sociology, n° 95, pp. 851-866.

Mitchell R. G., 1983, Mountain Experience. The Psychology and Sociology of Adventure, Chicago, The University of Chicago Press.

Penin N., 2004, “L’amour du risque. Modes d’engagements féminins dans les pratiques sportives à risque”, STAPS, n° 66, pp. 195-207.

Peretti-Watel P., 2001, La société du risque, Paris, La Découverte.

Raspaud M., 1998, “La mise en spectacle de l’alpinisme”, Communications, n° 67, pp. 165-178.

Récopé M., 2001, “Milieu extrême et situation à risque : un point de vue constructiviste référé à une théorie de l’action motrice”, in Lièvre P., Ed., Logistique en milieux extrêmes. Principes d’organisation des expéditions polaires à ski. Hermès, Paris, pp. 181-201.

Rix G., 2002, “De l’autoconfrontation à la perspective subjective. Les rétroactions vidéo : perspective d’évolution”, Expliciter, n° 46, pp. 23-34.

Savoie-Zajc L., 2000, “La recherche qualitative/interprétative en éducation”, in Karsenti T., Savoie-Zajc L., Dir., Introduction à la recherche en éducation, Sherbrooke, Éditions du CRP, pp. 171-198.

2004, “La recherche qualitative/interprétative en éducation”, in Karsenti T., Savoie-Zajc L., Dir., La recherche en éducation : étapes et approches, Sherbrooke, Éditions du CRP, pp. 123-150.

Soulé B., Corneloup J., 1998, “Jeunes et pratiques sportives à risque : vers une approche sociologique contextualisée”, Corps & Culture, n° 3, pp. 107-130.
2007, Sociologie de l’engagement corporel. Risques sportifs et pratiques “extrêmes” dans la société contemporaine, Paris, Armand Colin.

Stranger M., 1999, “The Aesthetics of Risk. A Study of Surfing”, International Review for the Sociology of Sport, n° 34, pp. 265-276.

Weiss O., “Identity Reinforcement in Sport. Revisiting the Symbolic Interactionist Legacy”, International Review for the Sociology of Sport, n° 36, pp. 393-405.

Wheaton B., Ed., 2004, Understanding Lifestyle Sports. Consumption, Identity and Difference, New York, Routledge.

Haut de page

Notes

1  Selon Alain Gautier, vainqueur du Vendée Globe en 1992 et consultant sécurité auprès de la direction de course de l’édition 2008, les risques de chute sont nombreux, et un navigateur qui tombe en mer n’a quasiment aucune chance de s’en sortir. Les marins disposent certes de harnais qui les solidarisent à leur bateau, mais certains ne s’attachent jamais pendant les manœuvres.

2  Contre des icebergs, animaux marins, containers, cargos, bateaux de pêche ou de plaisance, troncs d’arbre, etc.

3  Pour de plus amples développements, se référer à Soulé B., Corneloup J., 2007.

4  Kuhn utilise préférentiellement le terme de paradigme (Kuhn T., 1972). La notion de programme, quant à elle, renvoie à l’épistémologie des sciences développée par Lakatos et reprise par Berthelot pour désigner, à l’image d’un paradigme, la structure dans laquelle s’insèrent la théorie et l’activité scientifique centrée sur elle (Lakatos I., 1970 ; Berthelot J.-M., 2001). Si ces deux acceptions sont généralement opposées, elles cherchent néanmoins toutes deux à sortir d’un modèle réductionniste de la science : «La théorie ne se définit pas seulement par son armature conceptuelle et propositionnelle mais par sa soumission à des principes et des valeurs métaphysiques implicites, caractérisant un ‘paradigme’ ou une ‘tradition’ de recherche» (Berthelot J.-M., 2001, p.464), ou encore un “programme”.

5  Navigateurs confirmés, compétiteurs ayant participé à une ou plusieurs courses au large en tant que skippers.

6  Coureurs ayant participé ou se préparant à la course appelée “Mini-transat”, transatlantique solitaire réputée par la petite taille de ses bateaux (6,50 m). Ces deux caractéristiques (solitaire et taille) font de cette course une épreuve reconnue et respectée dans le monde marin.

7  Nos résultats ne sont pas le fruit d’observations in situ, mais de récits a posteriori. Sur un plan méthodologique, les premières se seraient probablement avérées plus à même de faire émerger la rationalité située des acteurs, dans la lignée des travaux de Rix ou Récopé (Rix G., 2002 ; Récopé M., 2001).

8  La théorie des «conversations internes» (Archer M. S., 1995), qui souligne l’importance du dialogue réflexif de l’individu avec lui-même, pourrait permettre d’aller plus loin. Lorsque les décisions à prendre et les manœuvres à réaliser ne font pas partie du registre intériorisé par le skipper, les confrontations entre objectifs et contraintes contextuelles font probablement l’objet de projections, ainsi que de discussions impliquant l’équipage et/ou l’équipe technique. La prise de décision constitue dès lors un ensemble de processus au terme desquels des compromis sont en jeu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bastien Soulé, Guillaume Routier et Hélène Boivert, « L’acceptation du danger par les navigateurs hauturiers », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 131-147.

Référence électronique

Bastien Soulé, Guillaume Routier et Hélène Boivert, « L’acceptation du danger par les navigateurs hauturiers », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/301 ; DOI : 10.4000/rsa.301

Haut de page

Auteurs

Bastien Soulé

Université de Caen Basse-Normandie.

Guillaume Routier

Université de Rennes 2 Haute-Bretagne.

Hélène Boivert

Université de Caen Basse-Normandie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals

  

Programml

<

<

Distinctif &
dispositionnel

Compensatoire &
déroutinisant

en ronuexte>    anomiqun.

enrépconss aux.contaiences sociales.

Critique

Individualiste

Interactionnel

hvéomvéo logique
&Ssnisibl.