Navigation – Plan du site
À propos de livres

Chanial Philippe, Dir., La société vue du don. Manuel de sociologie anti-utilitariste appliquée

Paris, La Découverte, 2008, Collection Textes à l’appui, bibliothèque du MAUSS, 570p.
Marc Zune
p. 170-172

Texte intégral

1La triple obligation de donner, de recevoir et de rendre, érigée en principe de base du fonctionnement des relations primaires de toute société par M. Mauss, et réactualisée par l’initiative du M.A.U.S.S., ne cesse de se poser comme principe latent mais néanmoins incontournable dans l’analyse des évolutions sociologiques contemporaines. On sait que les trois temps du cycle du don comportent une série de paradoxes : hybride, le don est à la fois intéressé et désintéressé, libre et contraint, centré tantôt sur la matérialité de l’échange et sur la relation sociale qu’il constitue et qu’il perpétue. En ce sens, le don, en tant qu’idéaltype d’une forme de logique d’échange, se différencie des deux formes les plus emblématiques de la modernité, l’échange par le marché (l’intérêt comme mobile de l’action rencontre un principe d’équivalence des échanges) et par l’État (où le mobile de l’action est le pouvoir dans un contexte de régulation des échanges par le principe d’égalité). Tel est à tout le moins l’objectif de cet ouvrage : placer le don, avec comme mobile de l’action la constitution de liens sociaux suivant un principe de régulation par le principe de réciprocité, à égalité de principe de ces deux dernières formes, en ne le reléguant pas à une variable d’ajustement qui se révèlerait dans les interstices de la vie sociale, là où l’explication par le marché et l’État s’épuiserait.

2Coordonné par Ph. Chanial, l’ouvrage, volumineux, rassemble près d’une quarantaine d’articles et de contributions originales. Pour la plupart, ces contributions sont des ré-éditions d’articles de revues (provenant, essentiellement, de la Revue du M.A.U.S.S.). Le choix éditorial consiste à montrer en quoi les analyses suivant la perspective du don contribuent à l’analyse de plusieurs champs de la sociologie : monde du travail ; sociabilités, genre et identités ; État, solidarité et protection sociale ; association et philanthropie ; santé ; religion, art et sciences. La diversité des approches et des perspectives disciplinaires des auteurs est à mettre en évidence : outre les sociologues attendus sur ces questions, tel A. Caillé ou J. Godbout qui signent à eux deux un quart des contributions, on note les apports d’anthropologues, d’économistes, de psychologues cliniciens, de praticiens, de philosophes sociaux, de médecins, témoignant à la fois de la richesse du parti de l’interdisciplinarité, mais également du caractère éminemment transversal de la logique du don.

3Sans être en mesure de faire état de l’ensemble des contributions, par ailleurs d’ampleur et de qualité parfois inégales, notre attention a été retenue tout particulièrement par certaines d’entre elles. L’introduction de l’ouvrage de Ph. Chavial constitue une première contribution essentielle, resituant de façon très pertinente la problématique du don dans les tendances contemporaines de la sociologie, qualifiées, un peu vite sans doute par le choix des auteurs retenus pour la critique, comme amorales et traversées par la perspective du soupçon. Cette introduction débouche, surtout, sur une première partie de l’ouvrage intitulée Monde du travail, monde du don. Le pari d’une analyse par le don dans un espace de la vie sociale a priori le plus défavorable à sa pertinence est remporté par une contribution importante (et originale) de N. Alter, rappelant que la sociologie et l’économie des organisations ne peuvent comprendre l’action collective sans régulation et coopération, et que celle-ci repose sur la capacité à donner, dans l’incertitude de la relation de travail. Deux autres contributions ramènent le don dans les pratiques des entreprises au travers de deux cas a priori très opposés : les cadeaux d’affaires et les normes gestionnaires liées à cet acte, qui ne peuvent, démontre J. Godbout, être réduits à la rationalité marchande ou instrumentale ; les pratiques de licenciement collectif (étudiées à travers l’ethnographie de la fermeture d’un site d’une entreprise de télécommunications au milieu des années 1990), ce moment même où la relation de travail se transforme “pour solde de tout compte”, et dévoile, dramatiquement, la part du don dans la relation de travail qui préexistait et qui se trouve brusquement anéantie.

4La deuxième partie de l’ouvrage, porte sur les questions de sociabilités, de genre et d’identité. La famille et la parenté, les relations d’amitié, la place du genre dans la distribution sociale du don sont abordées par plusieurs auteurs mêlant des approches empiriques assez différenciées : analyse quantitative de la valeur économique générée par les relations familiales, analyse ethnographique des rites oblatifs lors d’un mariage, de l’hospitalité agonistique lorsque des invités sont reçus officiellement par les autorités publiques. Outre une synthèse des travaux de J. Godbout, nous retenons particulièrement la contribution de E. Pulcini qui, sous l’angle de la philosophie sociale, expose les coordonnées originelles et actuelles du débat sur l’association “naturelle” du sujet féminin à la logique du don, tout en tentant de dégager des pistes d’action permettant de prendre en compte la spécificité du don et en s’écartant des logiques de domination genrées.

5La troisième partie aborde la place du don dans le monde des institutions et des politiques sociales. Ici, à nouveau, se côtoient résultats de recherches empiriques (sur les bénéficiaires du RMI), travaux historiques sur la construction de l’État et de l’impôt, des dispositifs publics d’assistance sociale. Retenons la contribution de Ph. Chanial, Donner au pauvres, qui retrace les registres fondamentaux à partir desquels les dispositions d’assistance sociale ont été élaborés, et la menace de la montée du Workfare et de son principe d’équivalence, nécessitant de trouver des voies d’articulations nouvelles.

6La quatrième partie de l’ouvrage regroupe quatre contributions illustrant les logiques associatives et de philanthropie. L’article de A. Caillé La société civile mondiale qui vient constitue un des points forts de cette partie, montrant la diversité des formes associatives et d’engagements politiques contemporains.

7La cinquième partie propose au lecteur de se centrer sur le champ de la santé et de la médecine. Les premières contributions reviennent sur des thématiques relativement classiques des analyses du M.A.U.S.S. : la position du médecin face au patient, l’importance de la place du don appréciée lors de l’octroi de médications placebo, les difficultés du receveur d’un organe à ne pouvoir rendre. L’article de Ph. Batifoulier et de B. Ventelou démontre les mécanismes par lesquels le regard marchand, porté par l’Etat, tend à devenir la seule clé de lecture dominante, érodant ainsi la «part gratuite» de l’acte médical.

8Enfin, la sixième partie, Religion, art et science : l’énigme du don, clôture ce volumineux ouvrage de 570 pages. Sont mises en évidence ici la nature du lien social créé à la faveur des pratiques religieuses et l’économie de la grâce qui se décline différemment suivant l’éthique protestante et catholique. Dans les mondes de l’art et de la recherche scientifique, les contributions témoignent de la place de l’échange et du modèle du don, tout en soulignant, pour ces deux champs, la montée problématique de la marchandisation contemporaine des œuvres et du savoir.

9Au final, l’ouvrage offre un panorama large des possibilités de mobilisation d’un paradigme du don, sur des terrains variés. L’ampleur des contributions témoigne également d’une certaine vitalité de cette perspective. Mais plusieurs éléments tempèrent quelque peu cette appréciation. L’absence d’appareillage méthodologique est une première critique légitime que l’on peut adresser à ce «manuel de sociologie appliquée» : le chercheur souhaitant mobiliser l’approche du don se trouve, en bout de course, assez peu outillé pour comprendre la manière dont il peut conduire une recherche empirique à partir de ce paradigme. Par ailleurs, la faible articulation des propositions théoriques avec d’autres avancées de la sociologie contemporaine, telles que l’économie des conventions et l’école de la régulation, paraissant aussi fécondes sur les champs retenus, laisse penser que l’entreprise du M.A.U.S.S. gagnerait à rentrer davantage en débat avec d’autres courants de la sociologie qui, également, essaient d’articuler les tensions qui caractérisent le lien social contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Zune, « Chanial Philippe, Dir., La société vue du don. Manuel de sociologie anti-utilitariste appliquée », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 170-172.

Référence électronique

Marc Zune, « Chanial Philippe, Dir., La société vue du don. Manuel de sociologie anti-utilitariste appliquée », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/321

Haut de page

Auteur

Marc Zune

UCL/ANSO

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals