Navigation – Plan du site
À propos de livres

Grafmeyer Yves, Authier Jean-Yves, Sociologie urbaine

Paris, Armand Colin, 2008, 124p.
Anaïs Van Sull
p. 174-176

Texte intégral

  • 1  GRAFMEYER Y., Sociologie urbaine, Nathan, Paris, 1994.
  • 2  Notons que les auteurs font référence au cadre territorial français, bien qu’ils illustrent certai (...)

1Yves Grafmeyer et Jean-Yves Authier ont consacré la plupart de leurs travaux de recherche aux questions de l’espace urbain et de la socialisation qui y prend place. L’ouvrage qu’ils proposent, enrichi et actualisé par rapport à la première édition1, aborde les différents objets, méthodes et problématiques qui peuvent être insérés dans le champ de la sociologie urbaine. S’ils reconnaissent une large part d’arbitraire dans les concepts et courants retenus, on ne peut que se réjouir des nouvelles thématiques abordées : ségrégation urbaine, exclusion, politiques urbaines, démocratie locale… qui apparaissent centrales dans le contexte actuel2. En effet, si ce petit ouvrage est d’actualité, c’est bien parce que la ville, en tant que fait de société, est présente partout aujourd’hui et que le processus d’urbanisation en cours depuis plusieurs dizaines d’années a façonné l’ensemble de la vie sociale. L’importance que prend l’espace urbain légitime la place que les auteurs lui attribuent dans le champ de la sociologie. C’est d’ailleurs ce qui fait l’un des intérêts de cet ouvrage. Il permet à tout chercheur de penser l’urbain comme transversal à l’ensemble des champs spécialisés.

2En ouverture, les principaux traits constitutifs de la ville sont décrits, alors même que l’organisation socio-spatiale tend aujourd’hui à se diversifier. Ce court chapitre fait office d’introduction à la notion de “ville” et d’ “urbanisme”, avant de développer une question méthodologique essentielle : Quel point d’entrée privilégier lorsqu’on fait une recherche en sociologie urbaine ? Cette question est finement développée dans le deuxième chapitre. Alors que certains chercheurs s’attachent à l’étude des populations et que d’autres se concentrent plutôt sur celle de l’espace proprement dit, l’ouvrage insiste sur l’interdépendance nécessaire entre les deux. L’intérêt de ce chapitre est qu’il revient aussi sur de grandes notions-clés de la sociologie, comme les concepts de “système” et de “processus”. Les deux concepts renvoient à des paradigmes qui diffèrent, le premier étant plutôt lié à l’idée de “régulation”, alors que le deuxième ouvre aux questions de conflits et de fractures. Les auteurs semblent, sans le dire explicitement, s’attacher plutôt à l’utilisation du deuxième concept.

3À travers l’idée de “différenciation”, de “division” ou de “distance”, Grafmeyer et Authier présentent les différentes manières qu’ont les espaces urbains de se constituer, à partir du postulat que «les sociétés humaines ne sont pas amorphes, mais des ensembles différenciés et structurés» (p.33). En partant des tensions qui traversent la ville (distance/proximité, localisation/mobilité…), les AA. présentent une série de schémas, du “concentrique”, au “sectoriel”, en passant par le “nodulaire”, développés par certains chercheurs afin de décrire la structure urbaine. Cependant, les deux auteurs n’hésitent pas à nous mettre en garde contre les limites analytiques d’un raisonnement qui serait trop centré sur des variables construites de manière statistique. Il s’agira, aussi, d’étudier les processus qui influencent la distribution des ménages dans les logements.

  • 3  En effet, on sait que dans le contexte français actuel, la “crise des banlieues” a fait (ré)émerge (...)
  • 4  Chamboredon C., Lemaire M., “Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur (...)

4L’intérêt actuel de ce chapitre se situe sans doute autour de la thématique de la ségrégation3 (pp.36-40). Les auteurs reviennent sur ce terme, aujourd’hui connoté péjorativement et trop souvent utilisé de manière multiple et différenciée. C’est en revenant sur l’article de Chamboredon et Lemaire4, notamment, que les auteurs illustrent la manière dont les différences sociales se voient renforcées dans les grands ensembles (au contraire de l’effet escompté). À travers différentes enquêtes et études, les auteurs tentent de nous montrer qu’il est finalement impossible de dissocier les deux dimensions (caractéristiques des habitants et caractéristiques des lieux habités). Les deux sont toujours en interaction et c’est d’ailleurs ce qui créé la “dynamique sociale locale”.

5Jusqu’à présent, cette deuxième édition n’apporte pas une plus-value très importante par rapport à la première. Cependant, dans la quatrième partie, un peu plus étoffée que les autres, le lecteur retrouve la question des mécanismes de tri urbain et de mobilité résidentielle, traitée plus longuement par les auteurs. Alors que les individus sont libres de choisir leur logement, la structure urbaine délimite le champ des possibles. Les auteurs reviendront autant sur le point de vue économétrique (le logement fonctionne comme tout bien économique), que sur l’importance de l’étude de l’ensemble des acteurs participant au processus. Enfin, ils insistent sur les études des mobilités (ou plutôt des «trajectoires», selon eux) individuelles, ainsi que des transformations qu’elles exercent sur les parcs immobiliers. D’un point de vue méthodologique, il est essentiel d’intégrer la dimension historique et biographique dans l’analyse et les auteurs en rendent compte tout au long du chapitre.

  • 5  Francq B., Leloup X., “Espace multiculturel et construction du rapport à l’autre : figure du jeune (...)
  • 6  Bozon M., Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province, PU Lyon, 1985 ; S (...)

6En discutant des notions d’ “intégration” et de “socialisation”, l’avant-dernier chapitre permet au lecteur de se réapproprier ces concepts dans le champ de la sociologie urbaine et de nourrir sa réflexion à partir des différents auteurs cités. Si le processus d’urbanisation comporte une dimension intégrative, celle-ci n’est pas la seule. En revenant sur les concepts d’organisation/désorganisation, d’anomie, de différenciation ou d’interdépendance, l’ouvrage nous offre la palette de ce qui a pu être dit sur la question. L’intérêt de ce chapitre, au-delà de l’explication fine et illustrée de certains concepts, est d’inviter le lecteur à une réflexion critique, en montrant, par exemple, qu’il existe une réelle tension entre mobilité et sédentarité et que celle-ci peut rendre précaire l’inscription dans des territoires. Mais la ville n’est pas qu’un espace d’intégration, elle est aussi celui de la socialisation. C’est parce que les sociabilités peuvent s’articuler à des territoires que ce concept est prégnant dans les analyses urbaines. En reprenant plusieurs études, dont celle de Francq et Leloup5, les auteurs montrent au lecteur qu’il n’existe jamais de lien mécanique entre localisation et type de sociabilité. D’autres études se sont penchées sur l’interdépendance, au sein d’un espace défini, des différents types de sociabilités observés6.

7Le dernier chapitre de l’ouvrage, Transformation des espaces urbains et politiques de la ville, se centre sur les agents et les processus qui participent à la transformation des espaces urbains. Il aborde une question très actuelle en France, à propos des politiques urbaines en matière de rénovation et transformation. Ces processus ne sont pas sans effets sur la vie sociale des individus, en modifiant le cours des interactions ordinaires. Dans ce cadre, les auteurs de l’ouvrage nous proposent de revenir sur l’OPAH (opérations programmées d’amélioration de l’habitat), en se centrant, notamment sur la question du développement des quartiers sociaux. La construction statistique de ces quartiers dits “précaires”, ou “difficiles”, n’est pas sans lien avec la question urbaine puisque les habitants se trouvent socialement définis selon leur lieu d’habitation. En pleine “crise des banlieues”, ce chapitre nous offre un état des lieux sur la question des politiques d’actions urbaines et sociales mises à l’œuvre dans ces cités, notamment via les dispositifs de démocratie locale (un des nouveaux thèmes abordés par rapport à la première édition) de plus en plus développés au sein de ces quartiers.

8Plus qu’une présentation des théories, cet ouvrage nous offre des pistes de réflexion, parfois novatrices, sur la manière de considérer et d’étudier l’espace urbain en sociologie. Cependant, cette deuxième édition, bien qu’accordant une place aux travaux sociologiques et aux thèmes actuels, ne se distingue pas fortement de la première. L’ouvrage garde une vision synthétique (due aux normes de la Collection 128) du sujet, qui permettra à tout un chacun, aussi bien étudiant, chercheur, ou urbaniste, de faire le point et de resituer l’enjeu des débats, anciens comme nouveaux.

Haut de page

Notes

1  GRAFMEYER Y., Sociologie urbaine, Nathan, Paris, 1994.

2  Notons que les auteurs font référence au cadre territorial français, bien qu’ils illustrent certains de leurs propos par des études américaines et européennes.

3  En effet, on sait que dans le contexte français actuel, la “crise des banlieues” a fait (ré)émerger la question de l’exclusion sociale et des quartiers ségrégués.

4  Chamboredon C., Lemaire M., “Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement”, Revue française de sociologie, XI, 1970, p.3-33.

5  Francq B., Leloup X., “Espace multiculturel et construction du rapport à l’autre : figure du jeune isolé et relations entre générations”, Espaces et sociétés, n°108-109, 2002, p.71-88.

6  Bozon M., Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province, PU Lyon, 1985 ; Simon P., “La société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation. Belleville, Paris 20e”, Cahiers internationaux de sociologie, 98, 1995, pp.161-190 ; HAUMONT B., MOREL A., Dir., La société des voisins. Partager un habitat collectif, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2005 ; Pasquier E, Bonjour-bonsoir. La gestion publique des espaces privés dans les HLM de Nantes, doctorat de sociologie, université de Nantes, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Van Sull, « Grafmeyer Yves, Authier Jean-Yves, Sociologie urbaine », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 174-176.

Référence électronique

Anaïs Van Sull, « Grafmeyer Yves, Authier Jean-Yves, Sociologie urbaine », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/324

Haut de page

Auteur

Anaïs Van Sull

ANSO/UCL.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals