Navigation – Plan du site

Présentation

Discours et déconstruction : approches sociohistoriques
Jean-Michel Chaumont
p. 1-9

Texte intégral

  • 1 On citera par exemple Bjelica J., 2005 ; Bokhorst H., 2003 ; De Lavarène C., 2006 ; De Stoop C., 19 (...)

1Le discours sur la traite des êtres humains (anciennement “traite des blanches” puis, entre 1921 et 1949, “traite des femmes et des enfants”) est un exemple particulièrement frappant d’une mystification historique plei­nement réussie : au vu de l’ “information” disponible en librairie1, l’hon­nête homme, à l’instar sans doute de nombreux lecteurs de cette revue, peut difficilement ne pas croire à la vérité des horribles récits de jeunes filles enlevées par des “réseaux” aussi puissants qu’occultes et forcées de se prostituer après moult violences. Ainsi, exemple entre mille, cet article paru dans Le monde diplomatique :

  • 2 On trouvera un exemple plus récent, quoique construit exactement sur le même moule, d’une présen­ta (...)

Irina est Moldave. A dix-huit ans, elle quitte sa ville natale de Chinisau (Moldavie), attirée par la promesse d’un emploi de serveuse à Milan. Elle prend le train, escortée par un homme qui lui fait tra­verser la Moldavie et la Roumanie. Son passeport confisqué, elle franchit plusieurs frontières clandestinement ou avec la complicité des douaniers. Elle se retrouve … en Albanie. Là commence l’enfer. Vendue à plusieurs reprises, elle tombe entre les mains d’un proxé­nète albanais qui la “conditionne” en lui faisant subir des viols à répétition. Refusant de racoler dans la rue, elle est battue et revendue à un autre souteneur albanais qui, à son tour, la brutalise et la viole. Elle est ensuite emmenée en Italie à bord d’un scafo, canot à fond plat échappant aux radars. Son calvaire s’achève quand la police ita­lienne l’interpelle et la transfère dans un centre d’accueil (Loncle, 2001 :8)2.

2Donné pour exemplaire du tragique destin de centaines de milliers de femmes en Europe et ailleurs, c’est ce type de présentation qui justifie no­tamment que la journée du 18 octobre vienne d’être consacrée “Journée européenne de lutte contre la traite des êtres humains”.

3Comme l’article précité du Monde diplomatique, c’est en 2001 que le Sénat de Belgique a organisé une journée d’étude “Traite des êtres hu­mains et prostitution” au cours de laquelle des acteurs de terrain étaient auditionnés. Parmi eux, Philippe Jacquet, responsable de la police des mœurs dans une commune de l’agglomération bruxelloise. Il a relaté dans les termes suivants une intervention auprès d’une mineure bulgare prosti­tuée dans un café en face de la gare du Midi :

Cette jeune fille a ajouté que la prostitution à Sofia rapportait un peu d’argent mais, à Bruxelles, beaucoup plus. Elle ne se sentait aucu­nement concernée par une structure d’accueil. Ses mots ont été: ‘I want fuck, I want money, I want dollars’. J’étais perplexe […] (Jacquet, 2001 :18).

4Cette perplexité fut rapidement dissipée par un coup de téléphone à l’Office des étrangers :

Une heure et demie plus tard, j’avais les deux billets pour pouvoir ra­patrier les deux personnes, la personne en question et une jeune femme de 19 ans qui l’accompagnait (Jacquet, 2001 :19).

5L’écart entre ces deux relations (écart sur lequel reviendra ici Françoise Guillemaut à propos de la “filière nigériane”) résume à lui seul une bonne partie des raisons qui justifient que l’on s’intéresse aux discours sur la traite et la prostitution. D’une part en effet, il pose la question cruciale de la qualification des “faits” : s’agit-il bien de “traite”, c’est-à-dire d’un phénomène esclavagiste, si les victimes présumées refusent de quitter “l’enfer” dans lequel elles sont censées se trouver ? D’autre part, l’inter­vention policière est-elle salvatrice dès lors qu’elle aboutit sans autre formalité à l’expulsion de celles que les policiers disent vouloir protéger ? Le travail sociohistorique proprement dit commence en effet quand il s’agit d’expliquer, primo, comment et pourquoi s’impose le discours mé­diatique alimenté, on le verra tout au long de ce dossier, par une pro­duction experte et militante abondante et, secundo, quels sont les acteurs et les intérêts qui président à la “promotion” de ce discours.

  • 3 Pour la seule période couverte par l’appellation “traite des Blanches” (1880-1921) il est vrai.

6Car, que le discours sur la traite et la prostitution relève davantage du registre mythique que d’une description réaliste est un secret de poli­chinelle qui rend plus énigmatique encore sa prégnance. Non seulement l’ouvrage pionnier, en français, d’Alain Corbin l’avait-il établi (Corbin, 1978)3, mais il existe, quasiment depuis la naissance du discours sur la traite des femmes, une tradition d’ouvrages critiques qui en dénoncent l’inconsistance et, parfois, les effets pervers : Christine Machiels et Benoît Majerus rendent compte ici même de deux occurrences méconnues où la pertinence des questions posées et des critiques adressées n’a eu d’égale que leur absence d’impact. On pourrait en citer d’autres : ainsi le sociologue Walter Reckless démontrant dans Vice in Chicago (Reckless, 1933) la vacuité des dossiers judiciaires qui ont pourtant engendré la “White Slave Panic” aux États-Unis au début du 20e siècle, ou le journa­liste Albert Londres concluant son reportage de 1927 par un jugement toujours d’actualité :

Jusqu’à ce jour, on n’a voulu voir dans cette question que les cas exceptionnels. Le roman. Le roman de la jeune fille trompée. Cela fait une bien belle histoire à faire pleurer les mères. Ce n’est qu’une histoire (Londres, 1927 :250).

7Tout dernièrement encore, un rapport remarquable a été écrit par le sociohistorien allemand Dietmar Jazbinsek (Jazbinsek, 2002) : il n’a même pas été publié.

  • 4 La dernière en date en Belgique étant la Fondation Samilia, créée en octobre 2007, qui reprend tous (...)

8Comment un discours dont l’inanité a été maintes fois démontrée est-il néanmoins parvenu à s’imposer et à justifier tant la création d’innom­brables associations4 que la conclusion de plusieurs conventions interna­tionales visant à la répression de la traite en vue de la prostitution ? Pour expliquer le succès populaire indéniable des campagnes de dénonciation de la traite des blanches, Alain Corbin a invoqué « l’anxiété suscitée par la prise de conscience d’une certaine libération sexuelle de la femme et du développement des conduites de “débauche” » (Corbin, 1978 :426). Le concept de “panique morale” (Cohen, 1972) n’était pas loin et il n’est pas étonnant qu’il ait été explicitement mobilisé par d’autres historiens (Irwin, 1996). S’il permet de rendre compte de l’ampleur de la réception du discours, ce concept a cependant le désavantage de détourner l’at­tention des conditions de sa production. L’ouvrage le plus célèbre de la sociologie française touchant à la traite des femmes est incontestablement La rumeur d’Orléans d’Edgar Morin (1969) ; l’auteur s’est lui aussi in­téressé à la réception de la rumeur et a tenté d’expliquer la “prolifération” de cette dernière en invoquant, dans un mixte confus de sociologie et de psychanalyse sauvage, les « bas fonds de l’inconscient populaire ». Par une négligence professionnelle grave, il a ignoré que pendant des décennies, des élites bien organisées avaient colporté les invraisemblables histoires de jeunes filles disparaissant dans des cabines d’essayage qui avaient pa­niqué la population d’Orléans. Ceci justifie le double parti pris qui carac­térise ce dossier : la focalisation sur la construction du discours (et, par là même, sur ses producteurs qui ne sont pas tous, tant s’en faut, des entre­preneurs de morale, même si ces derniers sont évidemment bien repré­sentés) d’une part, l’insistance sur sa dimension historique d’autre part. Son propos est critique et vise davantage à élucider l’énigme de la fortune d’un discours lourd de conséquences qu’à contribuer à une théorie gé­nérale. Le dossier s’inscrit ainsi globalement dans la démarche théorique et méthodologique de la sociohistoire dont Gérard Noiriel a opportu­nément récapitulé les axes forts dans un ouvrage récent (Noiriel, 2005).

9Si, comme Marion David le montre bien, les capacités d’adaptation de ce discours à l’air du temps sont réelles, une remarquable continuité car­actérise son contenu et ses modalités de construction. Certes, on n’ose plus dire, comme jadis le président de la première Association abo­litionniste de Belgique, que la traite des femmes est pire que la traite des noirs « car les nègres étaient vendus pour travailler et produire des choses utiles, tan­dis que les blanches sont recrutées pour se livrer au vice qui les dégrade et qui peut infecter leurs complices » (Laveleye, 1882 :6), mais, traduite dans le langage de la psychiatrie, l’idée que la prostitution “dégrade” imman­quablement celle qui s’y livre demeure bel et bien pré­sente. Certes la mafia albanaise occupe désormais la place souvent dévolue à l’un­derground juif jusqu’aux années 1930, mais l’idée qu’une criminalité in­ternationale organisée se trouve à la base du phénomène est encore omni­présente. Une continuité identique se retrouve dans les procé­dés de fabri­cation du discours : même usage incontrôlé d’estimations far­felues (500.000 femmes par an “traitées” dans l’Union européenne…), mêmes torsions du langage et rationalisations ad hoc pour camoufler les informations gênantes (le refus des “victimes” d’être “secourues”…), mêmes montées en généralité à partir de cas exceptionnels (tel meurtre de prostituée mentionné ici par Catherine Deschamps), même discrédit jeté sur les voix dissidentes (Albert Londres jadis, Chris de Stoop aujourd’hui accusé d’être à la solde des proxénètes alors même qu’il est à l’origine du renouveau du discours sur la traite en Belgique…), on n’en finirait pas de décliner les similitudes entre passé et présent. C’est assez dire qu’ici comme ailleurs, l’histoire est une clé d’intelligibilité indispensable à la compréhension sociologique du contemporain et on ne regrettera jamais assez le divorce persistant de facto entre les deux disciplines.

  • 5 Ce qui permet de proposer une réponse à la pertinente question de L. White : «How is it that the la (...)

10J’aurais souhaité davantage d’aperçus sur les producteurs des discours, leurs utilisateurs privilégiés et surtout les intérêts des uns et des autres mais deux défections tardives m’ont obligé à combler le vide par deux textes que j’avais en réserve, davantage centrés sur les modalités de cons­truction (respectivement, de points de vue macro- et microscopique). Ils fournissent malgré tout l’esquisse d’une typologie des producteurs où deux catégories paraissent émerger : les militants d’une part, les experts d’autre part5. Si le rôle des journalistes “engagés” est également crucial dès les “révélations” de W. Stead en 1885, il demeure cependant instru­mental : ceux-ci fournissent les caisses de résonance indispensables à la sensibilisation du grand public mais ils n’inventent rien qui n’ait déjà été inventé par des militants et cautionné par des experts. A propos du rôle de ces derniers, il n’est pas inutile de souligner dans une revue de sciences sociales combien, depuis l’entre deux guerres en particulier, nos disci­plines sont mises à contribution et jouent un rôle de légitimation considé­rable des dénonciations militantes (avec ce paradoxe qu’elles participent ainsi activement à la transmutation de problèmes sociaux en phénomènes criminels…).

11Au-delà de cette différenciation grossière entre militants et experts, il conviendrait d’affiner le tableau, car tant les uns que les autres sont multi­ples, et c’est un autre paradoxe que de voir ces acteurs aux intérêts les plus divergents coalisés, pour des raisons différentes et souvent incom­patibles, autour de cette même cause, il est vrai tellement consensuelle. Le paradoxe est réel mais nullement surprenant. Si le discours est incon­sistant, il se prête d’autant mieux à fonctionner comme prétexte au service d’intérêts plus ou moins latents. Citons en quelques-uns sans prétention à l’exhaustivité : à l’origine, il s’agissait sans conteste pour les aboli­tionnistes de lutter contre la réglementation de la prostitution (le “vice légalisé”).

12Menée précédemment par une coalition improbable de puritains, de fé­ministes et de militants des droits de l’homme au nom des droits des pros­tituées (contre l’arbitraire policier mis en place par la réglementation) et de la dénonciation de la double morale sexuelle (abstinence pour les fem­mes, exercice du “sens génésique” avant le mariage pour les hommes), la lutte n’avait guère de chance de recueillir un soutien important tant l’opi­nion publique trouvait les deux choses normales. A partir du moment où bourgeois et petits bourgeois craignirent que la réglementation, censée alimenter la “traite”, menaçait leurs propres filles (et non plus seulement les “dépravées”), il y eut par contre de quoi se mobiliser. Très vite, et le mouvement abolitionniste belge l’illustre particulièrement bien, l’objectif moral plus général d’une disparition pure et simple de la prostitution (par sa criminalisation) s’ajouta à l’agenda des dénonciateurs de la traite (et on verra dans plusieurs articles qu’il est toujours présent). Très vite aussi la cause fut mise au service d’objectifs politiques plus larges : dénonciation du moloch capitalisme par les partis de gauche et d’extrême gauche, dé­nonciation de la perte des valeurs religieuses et morales par les conser­vateurs d’obédiences religieuse (catholiques, protestants, juifs) ou libé­rale, dénonciation du patriarcat par certains courants féministes, dénon­ciation de la juiverie internationale par les antisémites, dénonciation des étrangers en général par les xénophobes…

13A côté de ces agendas politiques, on trouve aussi des intérêts beaucoup plus prosaïques. Pour la Commission internationale de police criminelle, l’ancêtre d’Interpol, la criminalité organisée internationale était un excel­lent prétexte pour légitimer l’échange d’informations qui étaient aux yeux de ses membres surtout nécessaires pour lutter contre la subversion politi­que (communiste, anarchiste…). Aujourd’hui, les policiers considèrent qu’ils sont investis d’une plus noble mission lorsqu’ils luttent contre les trafiquants de femmes que lorsqu’ils traquent des sans-papiers ; aussi la cellule de lutte contre l’immigration clandestine a-t-elle, du temps de la défunte gendarmerie, été rebaptisée Cellule de lutte contre la traite des êtres humains. Pour leur part, quantité d’Organisations non gouvernemen­tales suscitent davantage la compassion généreuse du public en agitant l’épouvantail de la traite des femmes et des enfants qu’en plaidant la né­cessité d’un partage moins injuste des richesses. Enfin, de nombreux États occidentaux trouvent très commode d’introduire une distinction tranchée entre une minorité de “victimes de la traite” soi-disant à sauver et une ma­jorité d’immigrants illégaux que l’on peut poursuivre sans états d’âme. Et puisque cette fameuse distinction se révèle inapplicable dans les faits, tous sont logés à l’enseigne des “illégaux”, c’est-à-dire qu’ils sont, sinon effectivement expulsés, du moins toujours susceptibles de l’être.

  • 6 Voir à ce sujet la pertinente analyse de Davies J., 2004.
  • 7 Voir le texte d’E. Aghatise publié dans Alternatives Sud (Poulin R., 2005). Esohe Aghatise est, nou (...)
  • 8 Voir D. Jazbinsek qui met en évidence le rôle catastrophique joué par l’association de Martha Pap­p (...)
  • 9 Voir leur site : users.skynet.be/fb436043/fr/prostitution.html

14Dans un tel contexte, on ne s’étonnera pas de voir des féministes radi­cales américaines faire alliance avec des fondamentalistes évangélistes6, ou encore des pourfendeurs de la mondialisation capitaliste publier une “experte” honorée par le département d’État américain7… Le comble en la matière est par ailleurs passé et difficilement surmontable : l’alliance ob­jective entre certaines associations juives de lutte contre la traite et cer­tains idéologues nazis8… Ce rappel est l’occasion de remarquer aussi que les utilisateurs opportunistes du discours sur la traite adaptent évidem­ment ce dernier selon les besoins de leurs causes : ainsi dans le discours nazi, les “trafiquants juifs” s’attaquaient-ils bien sûr, comme le Talmud lui-même était évidemment censé le leur prescrire, exclusivement aux in­nocentes jeunes filles aryennes… Beaucoup plus proche de nous dans l’espace et dans le temps, l’association Alhambra prétend représenter les riverains du quartier Yser à Bruxelles et affirme vouloir lutter contre la traite en exigeant du bourgmestre une action énergique pour éradiquer la prostitution9. Comme le montre Catherine Deschamps dans le cas de la France, ce genre d’argument est devenu un lieu commun et se révèle élec­toralement rentable pour de nombreux élus locaux. John et Benjamin Da­vies défendent quant à eux la thèse de l’existence d’une alliance objective entre les trafiquants “criminels” et ceux qu’ils appellent les “trafiquants politiques”, au détriment des intérêts des femmes migrantes tant il est vrai que ce sont actuellement les politiques fondées sur les prémisses aber­rantes examinées tout au long du dossier qui obligent nombre de femmes (et d’hommes) à recourir à des intermédiaires peu recommandables pour réaliser leurs projets migratoires.

15Contemplée depuis la tour d’ivoire académique, toute cette histoire est passionnante et même souvent amusante. Ce qui est moins amusant, c’est que partout dans le monde, des individus déjà très vulnérables en font les frais dans la mesure où ces discours militants et experts sont directement à l’origine des lois et conventions qui constituent le cadre politique de leur expérience ; l’hypocrisie atteint de nouveaux sommets quand ce cadre est cyniquement annoncé comme étant destiné à les protéger. Com­me le montrent Marie-Laurence Flahaux et Fréderic Michel, c’est encore dans les débats d’experts que se nouent depuis un siècle des liens étroits entre traite, prostitution et expulsion, cette dernière étant régulièrement prônée comme la voie royale pour combattre la traite. Ce que personne cependant ne peut dire à la place des intéressées elles-mêmes, c’est ce que représente l’expérience de l’expulsion ou, plus précisément ici, l’attente de l’expulsion. L’auteure de la dernière contribution du dossier raconte cette expérience en même temps qu’elle fait entendre la voix de celles qui ne sont jamais invitées dans les comités d’experts. Extraite d’un récit de vie en voie de complétion, la relation que fait cette “fille de l’Est” de son emprisonnement invite les analystes que nous sommes à ne pas se laisser abuser par les discours courants et à prendre la mesure de ce qui, du point de vue des principales concernées, mérite toute notre attention.

Haut de page

Bibliographie

Bjelica J., 2005, Prostitution : l’esclavage des filles de l’est, Paris, Paris Méditerranée.

Bokhorst H., 2003, Femmes dans les griffes des aigles. Les filières albanaises de la prostitution, Bruxelles, Labor.

Cohen S., 1972, Folk Devils and Moral Panics, London, Mac Gibbon and Kee.

Corbin A., 1978, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (19e siècle), Paris, Aubier Montaigne.

Davies J., 2004, What is Wrong about Fighting to End ‘Prostitution and Sexual Exploitation’, Sussex Centre for Migration Research, inédit.

De Lavarène C., 2006, Un visa pour l’enfer. Une femme combat les marchands du sexe, Paris, Fayard.

De Stoop C., 1993, Elles sont si gentilles monsieur… Les trafiquants de femmes en Europe, Bruxelles, La longue vue (1992).

De Stoop C., 2003, Les filles de l’Est, Bruxelles, Luc Pire.

Dusch S., 2002, Le trafic d’êtres humains, Paris, PUF.

Irwin M. A., 1996, “ ‘White Slavery’ as Metaphor. Anatomy of a Moral Panic”, Ex Post Facto: The History Journal, vol. V., http://userwww.sfsu.edu/~epf/1996/wslavery.html, non paginé.

Jacquet Ph., 2001, “Intervention”, Traite des êtres humains et prostitution. Une volonté d’agir. Journée d’étude, Sénat de Belgique, Bruxelles, 29 juin 2001.

Jazbinsek D., 2002, Der internationale Mädchenhandel. Biographie eines sozialen Problems, Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung, inédit.

Koh Bela A., 2005, La prostitution africaine en Occident. Vérités-Mensonges-Esclaves, Éditions ccinia Communication, France.

Laveleye É. (de), 1882, Sans titre [Discours], Bulletin de la Société de Moralité Publique, Bruxelles, n° 6, pp. 2-10.

Legardinier C., 2002, Les trafics du sexe. Femmes et enfants marchandises, Toulouse, Éditions Milan.

Loncle Fr., 2001, “L’Europe de l’Ouest, proxénète des femmes de l’Est”, Le Monde Diplomatique, novembre 2001, pp. 8-9.

Londres A., 1927, Le chemin de Buenos Aires (la traite des blanches), Paris, Albin Michel.

Moorehead C., 2007, “Women and Children for Sale”, The New York Review of Books, vol. 54, n° 15, 17 octobre 2007, disponible à http://www.nybooks.com/articles/20654 (consulté le 20 octobre 2007), non paginé.

Morin E., 1969, La rumeur d’Orléans, Paris, Seuil.

Ngalikpima M., Dir., 2005, L’esclavage sexuel : Un défi à l’Europe, Paris, Les Éditions de Paris/Fondation Scelles.

Noiriel G., 2005, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte.

Poulin R, 2005, La mondialisation des industries du sexe. Prostitution, pornographie, traite des femmes et des enfants, Paris, Imago.

Poulin R., Dir., 2005, “Prostitution : la mondialisation incarnée”, Alternatives Sud, vol. 12, n° 3.

Reckless W., 1933, Vice in Chicago, Chicago, The University of Chicago.

Vaz Cabral G., 2006, La traite des êtres humains. Réalités de l’esclavage contemporain, Paris, La découverte.

White L., 1990, The Comforts of Home: Prostitution in Colonial Nairobi, Chicago, University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1 On citera par exemple Bjelica J., 2005 ; Bokhorst H., 2003 ; De Lavarène C., 2006 ; De Stoop C., 1993 ; Dusch S., 2002 ; Koh Bela A., 2005 ; Legardinier C., 2002 ; Ngalikpima M., 2005 ; Poulin R., 2005 ; Vaz Cabral G., 2006. On fera une exception notable pour le second ou­vrage de Chris De Stoop (De Stoop C., 2003) qui, bien que présenté sous la forme d’un roman, cons­titue à la fois une autocritique courageuse et une introduction à la réalité des “filles de l’Est” plus proche de leurs expériences que l’ensemble des livres susmentionnés. On ne s’étonnera pas du fait qu’il ait reçu un accueil franchement négatif dans les milieux experts et militants. Je remercie Fréderic Michel d’avoir dépouillé pour moi la “bibliothèque de l’honnête homme” contemporaine francophone sur la traite des êtres humains.

2 On trouvera un exemple plus récent, quoique construit exactement sur le même moule, d’une présen­tation de la traite contemporaine dans l’aussi prestigieux New York Review of Books du 11 octobre 2007 (Moorehead C., 2007).

3 Pour la seule période couverte par l’appellation “traite des Blanches” (1880-1921) il est vrai.

4 La dernière en date en Belgique étant la Fondation Samilia, créée en octobre 2007, qui reprend tous les poncifs du genre dans sa présentation (prostitution, réseaux criminels, situation plus alarmante que ja­mais…) et affiche une belle série de noms connus, pas spécialement pour leurs compétences dans le do­maine, au nombre de ses fondateurs.

5 Ce qui permet de proposer une réponse à la pertinente question de L. White : «How is it that the lan­guage of reform has become the language of academic description a century or more later ?» (White L., 1990, p.10).

6 Voir à ce sujet la pertinente analyse de Davies J., 2004.

7 Voir le texte d’E. Aghatise publié dans Alternatives Sud (Poulin R., 2005). Esohe Aghatise est, nous apprend le site http://usinfo.state.gov/fr (consulté le 21 octobre 2007), «l’un des 8 ‘champions de la lutte contre l’esclavage des temps modernes’ à qui le département d’État rend hommage cette année».

8 Voir D. Jazbinsek qui met en évidence le rôle catastrophique joué par l’association de Martha Pap­penheim, la fameuse Anna O. de Freud, dans son refus catégorique d’admettre l’émigration des jeunes filles juives dans l’Allemagne des années 1930 au prétexte de les protéger des trafiquants… (Jazbinsek D., 2002).

9 Voir leur site : users.skynet.be/fb436043/fr/prostitution.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Chaumont, « Présentation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-1 | 2008, 1-9.

Référence électronique

Jean-Michel Chaumont, « Présentation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-1 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/402 ; DOI : 10.4000/rsa.402

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Chaumont

FNRS, UCL/ANSO.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals