Navigation – Plan du site

Ville et prostitution : rivales ou riveraines ?

City and Prostitution: Rivals or Neighbours?
Catherine Deschamps
p. 101-115

Résumé

Sous l’égide de l’Association des maires des grandes villes de France s’est tenue à Nantes, en juin 2003, la “Première rencontre française et internationale des professionnels de la ville” intitulée Les politiques urbaines face à la prosti­tution. Mobilisation des villes pour la répression de la traite aux fins d’exploi­tation sexuelle, la prévention et l’aide aux victimes. À partir des “actes” de cette rencontre, d’une enquête de terrain, d’une revue de la littérature et de la presse quotidienne française pour l’année 2003, cet article questionne la généa­logie contemporaine de l’association de la prostitution aux villes et les raisons qui, à tort ou à raison, motivent cette association. Parmi ces raisons, se cache une instrumentalisation des plus ambiguës de la “jeune prostituée étrangère”, associée à son corps défendant à l’image d’une traite mondiale, donc tenta­culaire. La rencontre nantaise est alors, à l’échelle de la ville, l’illustration, ou la répétition, de mécanismes plus généraux.

Under the aegis of the Association of mayors of major French cities, the “First French and international meeting of city professionals” was held at Nantes, in June 2003, entitled Urban policies in dealing with prostitution. The mobilization of cities in the repression of slavery for purposes of sexual exploitation, prevention and aid to victims. Based on the “acts” of this meeting, a field survey, a review of the literature and the daily French press for the year 2003, this article questions the contemporary genealogy of the association of prostitution and cities, and the reasons which, rightly or wrongly, motivate that association. Among these reasons, is hidden a most ambiguous instrumentalization of the “young foreign prostitute”, associated despite herself with the image of a worldwide, and hence tentacular, slave trade. Thus the Nantes meeting is, on a city scale, the illustration, or the repetition, of more general mechanisms.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sanselme F., 2004, p.114.

Il y a une petite fontaine sur la place où on a fait la manifestation. Je crois que c’est un artiste qui a fait cette fontaine pour la ville. Eh bien, elles [les prostituées] l’utilisent pour se laver, pour faire leur toilette ! [un habitant de Rennes]1.

I. Introduction

  • 2 Au nom de l’abolition des lois portant directement sur la prostitution (définition juridique de l’a (...)

1Des ligues de pureté sociale de la fin du XIXe siècle aux grands textes internationaux contemporains, la figure de la “pauvre jeune étrangère” a cristallisé et cristallise encore des principes d’intention et d’action qui amènent et ont amené parfois à confondre la traite, pensée comme mas­sive, avec la prostitution, de dimension plus individuelle. Dernier exem­ple en date, le Protocole de Palerme de 2000, dans la continuité des accords onusiens de 1949, porte un titre révélateur autant que paradoxal : Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale orga­nisée. Victimes et coupables y semblent mêlés. Indépendamment de la morale des Nations réunies, des lois nationales, variables d’un État à l’autre, mais souvent justifiées par l’alibi de la protection des plus faibles, statuent sur la prostitution. Quelles que soient ces lois, des arrêtés munici­paux modifient concrètement les conditions de travail des personnes pros­tituées. Ainsi, dans un pays abolitionniste comme la France, Lyon, Stras­bourg et d’autres villes interdisent depuis 2002 certains quartiers à la prostitution2. Aux Pays-Bas, au nom du réglementarisme cette fois, la ville de Rotterdam a décidé de procéder à l’arrestation de clients négo­ciant des services sexuels sur l’espace public. D’autres politiques urbaines ne portent pas directement sur la prostitution, mais en modifient la géo­graphie : la volonté récente de la mairie de Paris de lutter contre les “mono-commerces” visait, sans les nommer, les zones de concentration de sex-shops, rue Saint-Denis, rue de la Gaîté ou aux alentours de Pigalle. Entre la volonté, qui s’illustre dans cette mesure, de disperser les manifes­tations publiques du sexe pour apaiser le mécontentement de vnntes, en j, les« rionalesation des ’espace pqui snstrte co raiere la méiseeun mvirnisa concmévehsionb, thopraturoi, deis 20ploitatie ">[ur a] cirnstrciari la vo dlinarte sudes res debaines ne dlimé t ?<» (Jobard2004,1: ln.p.),omme laynt amrfois àtégrtées marmac de puricieese cadsion la gncmlexé de la prgtions ubliques j, loce de la fiostitution. Qup>

  • 2<3span> AuPlique co nom>seJrnals. Oickiiele la fiRpenliques Fnçaise pem>, a m18anirs003, la pan style="font-vazabe:9pt>SaLSIspan> Auit ce réale e dnlia href="#ftn2"3(...)

1 AMai en jusudes grsure, of sckiiell, des lodysnt-conne lnts" u aud inteiquive Csutano-cs plueent juauionersotbai cet a assconvé d: la intenitint prite ud interatucons puestncare dans cel ne dnition jsutanoréeSalsispan> A) class="footnotecall" id="bodyftn2"3"ref="#ftn2"3(.3a>

1<3span> AFe à la intehoite ité trbaines rands isstes ,es personnes pros­tuées] seont dichcoigns e au nomo pt-colles nt d,u secœudes lles iEntr003, e onen004, p.l article">danéurnals mot difur t àlatioa la gévesce te terrls ou rits sul oitngu une imtionales,à l’éoveeu une imrmatée la o ine pobanteeu,à lqulles et ncable, ofun Éonerste ullese.csa reostitution (dd ntuite,-les ur apaant qu payhé-csnentype=ue de lsécotpolog ?Saamgvfspan> A)emblentoecmirndcnvedé cat a asthvdcsaCest unss inn cogide dee soiest tenue à Nantes, ens de12e on13uin 2003, la “Première rencontre française et internationale des professionnels de la ville” intitulée Les politiques urbaines face à la prosti­tion. Mobilisa­tion des villes pour la répression de la traite aux fins d’exploi­tion sexuelle, la prévention et l’aide aux victimes. p>
  • 2<4span> AuNs l artppelo actes” der labude la vagé Entréalité. in loiesagide la prelicationDafun Éfascicua href="#ftn2"4(...)
  • 2<5span> F.,isa ce

1<4span> A partir des “actes” de cettsurnales] drévflexSalsispan> At set la assvioarrançaise lorsquleurssptocole dinternationaux co datent de géndes chelle dAip>

II. Généalogie d’une image d’Épinal Il y ppatuîquec lavenenticdee so prostitution au sckiiell, t un aryhé-c­snentybaines j, questll, croîquec lal vmme" e la oopulion de la prlle. Eh[…]’annonyt PD la prgndes lle det un arftes fairvotubs la prmultipcationDaf facles pouliques dEh[…]U poruisstes ndivtratipqui s carmesn la gévesce te un Éostlvettantou vrr" urmat d’animmigrs danéftuîc dail c,arrvotisso prostitution austritiqcomme la Frostitution auasses vtn la(Corbic,94989: l70-71)p>
  • 2<7span> Atcherche" ee sonvesaquitfns de trLapi dstre r d/li>

1<6span> ADs cettentercetii red in lerches soi, àpeuu laostu, ntributoe à lxe rel’ané ddee so prostitution aut un aryhé-csnentybaines,ettes que i,t sexiiens sexiale dc,ortent pas la coogreo mcel neus gntemporaine dne poso pas di sestattAux mitinumle Prrrain, ui sves-nt d artlLe artl.em>, ru1990) class="footnotecall" id="bodyftn2"7"ref="#ftn2"72<7spem>Le artl.em>, ru1993)maole de(Pryec,94999)DePlesavcdent d,ett fut ranvent nol, casour l’anÎle-de-ance s(Hdesman/Mossuz-ngvx 2004,5 ;lschamps, Ca04,6)De y t tevfaiee so prdsion des accotpolog la prdersité cas accoonvé dsui s’ily tnne f d,el it laquestll,in lisvescett pasvent jus umièelieuu unaueilLesintei avett ettrangèé sem>. ViL facles ponéur de PaToulvese-ngres contaiavenentent dertir de l’asuversitonditdartis qltCtoso pacore des pom>LeR deDiratict/em>. es grandes villes dei a g1dpirt pasvent jus srtiste qs: lae2003, la repetoire duquleurryhotraphiee A coe de esAgatfigudertiuîq dans cel negeLesibraturn>. es la coos­tuées] ceHambourg etsustatie aidelur tr arvt de intednaleon. PaévocvaleinLes pie Kaacen,ans cel omêmleotidienne,ans casu949anirs003, lapéquest cereion: lp>

IlCte ast thtitition d: la est la à,fascin. ins ltoutatégre="s ur ls coos­esseeémotunea,on cooposrsoien-mêml,omme lajauivatervoliq. inmme lajauivateém 20 gooû. insn .i,ur ltoutaçaltCtonest tes dinstrtdgrera fichosl,omme l pace et xe s ,emme l pace etpeutt xe s rans cel omoes ,etest te assvil letifire reur faur cmirnsioue aurépaionnelsrour se lcoos­iq.s et mdnationnemotii jaideuivptoir catiais enjaideus diivptoir caçan j, test teen, sûla sipdant à un erbalesation d: rivefude laestionne lr,’intentrroglr,mesutes i sesaptoir,menséer.ennecentnt de vieleserdp>
  • 2<8span> Au e laHidalgoafiist las ir de ls 15ichcumunici­peuxévescetdex mournales] ntaise eponéun 2003,  ;l

1<7span> APr lda d,el s ir ersise inAgatf,olontéii rnt detru,e it fraure dr cô co racô co viopcéeité trlainii red oHamurg et( ] saucisses)t les racles ponuuartiers Sanktariaionest tes dins lenppellr,s cel oris otrde l’asertiyhémme cette fois, la edéfeplnt:sdtoustalues du Paris dent

1<8span> AFn 4999,’assocaionleorue de la GaClô e, de diGinka Trint-ova,e ébul­ga red o49aaea,oail tlati ce a siujettr la place oécadialues class="footnotecall" id="bodyftn2"9"ref="#ftn2"9(.9a>. Auxarmac drévétition, et des éfenmat Pn, et(, tue fa vt t qu padgèreuxn lisve­sceti de la mom>Lemafiaa>>. ealbalee p),el it la ersit f" t ce.traiaeanmatsroueà rapeun ma égsid rbaines Entrmêmlempordiquleurrntuiq dan vt t ceblenémititue de la révesce teois qstes ns femmes etinEuperte l’asE tens unl grandes villes demnçaise p< puis 20 méiseeuns accnles] 1990in lovett lastrume­ntalisat de protiet d’autres ViL facmes etstruf" es] drlongudail ces la corvot oe.20 mcoltoir rt d,resiratu diglecettra contirrent"cees plus amune proala sicéede oet pe onle trangèrentuit dermacémt-1: lans cett cas,l faratiogideeovett ladtalu-conv Dernrtiripolitiques urttes vimventnts" uféme te qs’utilisen rt deur sentrvnescrde l’asg eticdee es loa uvt la rasportentro nosecrs de Pirsonnes pros­tuées] 20 gsors ngèrs] ds la cona.trvnimesre02<10spa>: lans cett cas la intersit l’ilall-ga cetatucorrist lal facéupve­turn

  • 2<1/span>

1<9span> AToujrs det t- loe de lsveraines seont dichmuiEntr003,2l’ilopraturn des mythication 4. diGinka Trint-ova uvt lait la eettes -tiae imrmes lami-ema.es jre la iladog nce Crela manijorés ViL faupabe dderosse qu lisve­scetiet dejnooue les nventes et les ranvent nxttrangèit frpceti de corvot oe.20occdt d nxtta littmitde l’aseantsc Entréalpdis le Prgventrnisent de Ln 4el Joitedu Xrcionl perse dnecoreururtia conents nes me ds dDeMs encegrsure, of sur ffirt pas d: lanlsveraines sévo lrv rt dPaénée 2003, futmarqe éparus umoj des ÜLaitaoSarko daclass="footnotecall" id="bodyftn1" href="#ftn1">12<1/sp 1 A« Che uzett seiaue sojef surauites vmir?<»: la inemivh et ersitns dellimes et( la traite a)rela matter ontre les s deurg rt nxt(mble dder “jeiminalité transnationale orga­sée III. Rivalités par la ville

  • 2<1/span> AuGabriell, Schnee,s cen coexttes mêlmoi red om>Lema s rem>, rusittuldee esjnomdtre red rosti­tion. , coa href="#ftn2"1>(...)

1 ds la asouiquécadialues DeMs ensspan style="font-variant:small-caps;">Salsispan> Atuvt la ra cavo e éparu pagventrsent de dis terttes virsonnesités danr aue" emvlnt lamtrtiin .trnstriiens ace à lan coirsels. pressionfreionuqule seit la ee traina­dé de la facrte ce s nocrs de Pséfebatpar lmentaries d. Or,a gncmme enqsdejnoance s placusetite f s enfatés daadme te rive Csu proitiques u. Hte o­tiqulnt.c,e l’asalpdqulecadivene, la progreo mntemporaine d,es rateitutititunemunici­pes ouontenoujrs deeu placuselger aanorés our ldiratntiires la comonaain .ieux (18Soq. in1984: l196)DeCest undabolirdo noseide la prncmme e,resie à dlimé tt prosvehsionb, the soieslustre d de gnoon 4. dintrrtatoi re onl perossnb, deuatales dei a yont disociée sDeCest unx modaes dee soiesadsse q de coveraines , c deveraines ntemporains, écontentemou rincmpauxt qstesa,oag qstesu riactg q, asi a jrsd qu paonuandesacldans cel neanis­gtnts" u égislatifsojnomdtre red rosti­tion. aclass="footnotecall" id="bodyftn1" href="#ftn2"1>(.1/a>. AuCemaires deueent juars, us" ud es s deosverogive Csuloce dsour lstifié" ue soientlati ce a sifebat,t sefep la eetti a undovenava dtatuene ex omint notional." up>

  • 2<13span> AuQ a fagoalent davec laClaudinLes rds ier e,eunitt dem>Les pocahr ena>>. ett t quieuu un actes” de csurnales] href="#ftn2"13(...)

1<1/span> A rencontre nadNantes mefutace seess légide de l’Association des maires des grandes villes de France sasi a regrpablites virsonnesités danr ts lhorzs pubitiques u. Cepdant elles e.tradirs«  la inteiquive Ce la pririe de Pantes me de la pririe deris d?<»,e l villes etnr aue" donc to prosière revett ladtrige éparuan-Micarc Ayrault,agoalent dertent-pare de u grpabeociale te co raAssocblenéeations a. EhP laelur tr,us umoandmmee csurnanises] fut tie iar la viseuleeMslka carcovh, ri« enaquité de lanstrelesre reriienfiées ?<». OreMslka carcovh, aclass="footnotecall" id="bodyftn1" 3"ref="#ftn2"13(.13a>Samappspan> A), branes emnçaise pou laeuperes]n posal au ] st lct des a GaCoation deAgns, trafficking OrideWont EhP l titr fa paiot-pass la pr égitimé ttde carcovh, ridméisettes ,evett lad vt u ÜLariienfiées d/li 1 A y t tedisckii de lanséerue soi perositunea,opuna la gnvcdssé de la pruniéerons ubo la comorsonnes prrveyantLePitiques urbaines f…em>, ru es de pour vlnt laêe daegnores] dAsse laHidalgoattes aChstaloiee Carchamd,es radeuxn lisvesceti dde la villee ris deisve­scetdex moncontre nponéun 2003, De ysemvlnt laécédentent desollkii decarcovh, atteJudith Trinartie (unecadec duparre di de comêmldaopa­uns p)eur senhapt nt le mncmé de lapilore du la prherche" ela ce ds lam>Les pocahr ena>>. ei a tnnedinet deieuu un actes” dDe y tn f" tidméêmlebo la ociologiq soine ds àSnti Axelecans (déo de corvavx grmvlnt lag1dpire a simodèlsoine ds à lapvenasation des plnents n)pour faHlécentySack­steide(i a f" t ce vocva la vomen rte l’aseloi­tion sexuelle, s enfantst l’aistriti dans ce aryhé-csnentyalobased rosti­tion. )u proi faBsm.tida Mema (co-punsdt dde ehe Allibannt: Grpabf moMia="eWont ,ui a f" t ceftifigela siclde lsécoa="suttes a oornraphie

  • 2<14span> AuLegrtan npotaninel dAsticle">daschctednne s partent pas la Pséfebatparitiques u,u égislatifso aud en href="#ftn2"14(...)

1<14span> ACtpouliqution 4sasi a imtlmoignt dejnors a ee trat e fa infebatpe ls 12e on13uin 2003, ais enntaiasr lda da scki es comps meiereus,e portent pajnors ar la propcéefkii debaines EnAaud ntuit d,el s dentente gntemidapane à l inegrs danersit s lounfros e tdex motrangèit aux altrangère,raure dgntemporaine dner laexttes cte l’ashorre fa a prosti­tion. MoOni sestvnt la la prmythogiqution des fnel dersit e i,ts la corvot oe.20occdt d nx,esutet de pvfros e te sexinentys serulicatieLes pocahr en a>>. ntaise ,i ] seulà oniy t teestionnee Pirsonnes pr lanhriet( ldemmes et lquio asoÉprte dem delorsquestl ] stntellimes e,u aud inhoes etquiorsodq de apaonyt PDlorsquesil stnteostxve­ntemep)evoluqnt surs ceexttpon des pldividueletquionasolas di aotional."i demnçaise paclass="footnotecall" id="bodyftn1" 4"ref="#ftn2"14(.14a>. AuLlanhoixe la faincaationau aalue fanéraux te copr lda d,ex inel-dsntConahr ena>>. ?

  • 2<15span> F.En vmicia litte coexhtuionv DeConfros e tdepnénre ren:La aseloi­tion sexuelle, x omint noternationa href="#ftn2"15(...)

1<15span> FAutr fa inurnales] ntaise eponé03, ladeuxnyhé-csnent seotchctsconipt de oncDernchcumuo d,urr fai lles e-u dex emo , ilisen a fa égititami denici­pes eur fa iscnt ledrlo nationales, t internationale dme des eunipostpt" urtia à-mêmln p oiégitimé ttds cel ofebat: la loiesagidel l un erosière renifestation. aune envalités our la vqlle, a villeet testrumentatatisen à laautres vifg1dEhCte asstrumentalisation deiesobrvicà larvaittr ar em dbrte ltre r lanstfros e tdde ditubs pooes viouu unioelisit e iotralnt laocpo"s mueuxticlepesaclass="footnotecall" id="bodyftn1" 5"ref="#ftn2"15(.15spa>: ;lles iesobrvicàauionens cel neeae ltituenque c chcumuo dccords s mueuxurnals mour laeloiue dra fadémihe" Auxatteaoiesajoutentaautres vivalités is dgrogique d au nxqls s etm>Les politiques urbaines fa>>. …uo dccuionerviceaautbi dAuCemavalités s dgrogiqu­e speppataie q deds cel onhoixe lcomoelotent dee iot dich trlrgeres] dAsga­sé les maurnales] ntaise epo d’auecoopodui dae traitc EnPeut-êe dae deur sen radeuxnrsonnes pr prirssdist digrpaies ms delles devett la pricathieores dgre des prohé-csnent exploi­tion settes aaite moquestl ] voairet davseul,esutes i settère reur sentrndre la trostitution (dds lan coenmblentAuLfille, lmme lals dritipon jsutpoce ypques u,uvett laors, l oferdss dgre eur senérautra cop fa intetat"> la prunicrn 1<16span> AMs encegrtsion psui stoso paclormes par l’alilisenion deipcéeee de la trlleenénéult laoaralemavalités seffecve Csu xte cetdds la colle. EhL maires de les raternantii dde larrain, uolasu tnéfebatq d,umme lalsolaie q defir"> les maLates” de csurnales] ntaise epmais encuione presse quoti aendm­ntale a prPremière rencontre française et internationale des professionnepane de la ville” innéun 2003, Dep> IV. Rivalités dans la ville

  • 2<16span> AtVmirnsmaiiion deace see setxerq sox efebula eettarticle q/li> 2<17span> AtOninséeavenentent del ls morvavx grde cary Douglas,notaent dtm>LeDco viopaiese dem>. p>. eEssdeuivrns nomoon 4.em>. href="#ftn2"17(...)

1<17span> ACest une trp>. Hte oe. exOa>>. …uvalite onveraines c to prmêmlnorigi étraymologie e so ptn l: la lmeiervoie à l inrsonnes prouisa de apt no la prmêmlnst lctEhCte asostximé ttp ovaaoaranoujrs ded en iaonu asoÉ mouis tettarvnnttatinde Rennes]<, tentrrogs ur lance k nselme la­re, cet a asme on de s teêe dapu. ,isaer du laaitc neeanièe ,i ib red rosvesce t trangèresclass="footnotecall" id="bodyftn1" 7"ref="#ftn2"17(.17a>. Auxattargoard20ralst diglfros e te l’arred,el unsdt des ens en msaitgla fintaine sural au erspocéh.odusgrogique d. Iloiesoffusqulee de estres vineslnt laoaras srttet enfatésquio(ra)dte f doncrètement ln j, s dineulent desymbolu­e snt ln gt-conne l’éobjetEhL maverainestdde s cette mehte oe. tartnose la tératul,ett so panc te coos­tuées] /p> 1<18span> Aénecdo desaptoire e siècle au(ecette assffirt Pn, estattanoujrs dedasaituité d): lp> IlDe grands texys d’inalntrcion dette f doieuu l ininje dg: lattes que iesutet deenavenenticded in aptoirse pendamme siolo-conteomu­e s: ;lttes que iere,gie q de rapcpo"’une traitnsgssion de s cel neapatasue apersives] (Fger 2004,0: l114)p> 1<19span> A reostximé tt sexe pottes a aidrgentae deaure d de coosonnes pros­tutates] eflites viboucteém qstes deé ddl t intdgre. UnCte association. st la pentadent sur la eqls eueent jus ogneffere estres vigsn,fsist di v pajffecvefsi(isvescrvatifsoabds ne s par la prchtuioe c, alntrcion detv or, statuenne lnts" ugêii dd…)p> 1<20span> ACest uncdist ditlmoignt des de pufi« eaninel dés tes poadsse es] ta priri­tide Pantes meds cel onoe,a ets a aidée 2003,2?<» e iot dich trschctednne s parturanr siiles maLates” de csncontre nponéun 2003, DeObrviconque cds lam>Les pocahr ena>>. , c depln (s me(cala loiesagideen, noujrs ded epln (s m,rmêmlnsianexplormemrfois à s cel neap siittr aimrma ladlasollkiiude)stnteosvescetates] stif la proue au l’astéductionda laeae ltituenqustnteimormess0ns uns loriciee drévducons lass="ues u,uau aaloulu,ubo la cos tes ponlsveraines ,tte fl’anlsionst,e laP 1<21span> ACtpou céauon jsutptoire Il[…]jeanesldsse qubsonnes es nt degvs lur lticmirnsiavs lttet endezue c etostituées] egsse q denosefantstur laesn dudiratntiirEh[…]Si’asuvde estre letes qunoue" t ore de[moÉfgl]n j, s ia à-mêmlnpeuttlmntemame dr (neslys pubasop fas maii/inma pors tôtes viflve­x c),ajauiaineds la asoiqugion des vs l, ntiirestapdisal ">[…](iutes in° 1)Dep> 1<2/span> A elounfros e tdegutrrre renso pailisen d au eionuquleugnoon 4. dintemame eon. Pap> 1<23span> A elofantstnstruuéd qu paibi derfoit, saede gnoruf"deeot temtbisen d: Il[…]Si armsons qu­re,a et iscscarn. , atre cldeettr iviars itii rineslvlnt laoaratra cafermes pa(ss l diGaues iaufierre f)anvesanauecoiain dets cerouteuoarasg(iutes in° 8)Dep> Ilx mont de onjévocvaencegrso en jeinséeavetti tiers Pantes me oniy ralst lab 4.vie je ra aétrpdquln jeinséeas ltouta lamelofantst[…](iutes in° 4)p> IlJe0ralsrtppelirectement sugvs lcala loecovae la mooaale antalisde PamoÉfglt[…](iutes in° 5)p> Il[…]Ceciet testacttpoab. EhP pau laais àune prfants,ajauivateds la asoiqugion des ] sutnt dl la prité vt u des iprforêchs Pasoir dess la viurnales] vuue so asendis tet tepleide laisvescrvatifso(iutes in° 7)p> 1<24span> AArs, qule article">da a prosse quotidienne frynntaiagleaire rnt deslsions<,aors, quleds cel onldsse u train, u lhnraphieConahr ena>>. ntaise e posouht llnt laoaraire leppatuîqr sse oirseracte qsss la vitivenion des plusn (s mEhL tréeraines ,ttris par la vmmetse cadsvnet de aiêe daerpresoanibs pour lastifié" ue so asoÉaconne la malevi lelitiques U poiutes ifnelatouteis àexttpon d: ;ls cerouteua-,-les ch trschctednne s reur fas sexulent à unaffecvion d: rm> IlVt drddsv de[…],e éribaer"ee une prtrangère.traio vlnt la à,aguianiss, enfalst dis serigntda a prlnes ur apatr dfl’anttet on. Pa[…]Cedemmes etso p-tes etnijee dg: ?Cedemmes eto p-tes et p oiégitimé ttsuranrtrsoiele les s dedis tetso p- lmeiespecs p: ?Qlle, aage dPantes medne l-,- au uosouht ll-,- aute fl: ?[…](iutes in° 3)p> 1<25span> FChuteuune image d’Épinal

1<26span> ADeuxneaninel statt le rateoi­t eUn ysertent p,eanicunta r tonifere,es ratedic] du dliment su réaptoira a prosti­tion. e la prvill p> Ilxévdaecmirndtr de a sinents ,toutac ÜLabex emoes devnt las ogadflang­e illent de va dte uzens lur lnstrmerce. Aeionunc t,iorsse a22h30,ens l lvm acslorsrce de re les cmitus ponlsnents neur apacdentra ranve damsons […](iutes in° 2)p> 1<27span> A recmitus ,a simotst la âchs ViD ifnel,e laP 1<28span> AAva la gme enco appcationDaf nsspan style="font-variant:small-caps;">Salsispan> A,elén" es]e la viese d cargutritd,t sepleideBs à laBoulvg d,esoide latouteuvnntesrn. , vett lade,a et s hee, of octban, t orhs âtreuune imanihe"i aanomtbis oss dnb, : lanlsnents nestititune t t de l’éoveeu uab d, rfois àtnéouiqdeaulele Prrrordi un erorssdis ominq me us, enautres vifalst t desoudne tnemi-tr f,aya definalent dearrte a fanhoixe rinnisgtt à uné dd,em>Le acem>. ViDfebula03, cet vifmatéss itantati vibanteeu,u,u àe onlprdsion des oopulion de lvnt latvdafalb, inchalnt la voj rantenu pour laabrioerue sles etos­tuées] onsl d aunotaent dtl vifmatéss Melun-St trtt de laFtaine sb, au.rPtsre 1<29span> A vo de la mapan style="font-variant:small-caps;">Salsispan> At de coosière rartirtation. ma s cel nelles dei a estnr ivi d deolas ruaaccdnt dra rohé-csnent: la prosti­tion. , loce é ereere lae"i et lpabe sepgreohétide Pa villeet ted vt u semi-re,aleEnQuleurrnventnts"oientdutubs e rin. , laaquiatés inrsonnes prunsdtLes rris dnneem>. esu 25ufévrr" u03,  rm> Il[…]Crs es tne d,ellee dPa180 âs et lcô des Brr"-Comll-Ror">t,et te sepis e l inrroiq.s et mostitution aue iaeriet de m dbrtexéeraines Pa[…]L etos­tuées] txerct desuoctirtfr laest la trRD 319aede gRD 10,t lqulles etmèes ponuellee dD’auorge dealbalee pru es dent disctb es nt dex om dbrte ldeuxmais enl onhiffrlnpeuttnditelastie au lquaes ViEn umièelieu,a vinici­pesé trdé-ce se envume enco use de la mooe cuté des accanomtbiste qsPa[…]Ducô des mobriga lde gsidaatsride PaCour">t,e, estlionvis EhL onttonest tes dinstrtdgre otme massionb, th de lalmoi red ogsidaatse, end resvennt laoaradus ier eaaccdt demtentluivrns noieuxa[…]p>
  • 2<18span> AtOninr sinela aidelur trobrvicrue soii seraines s grandes villes deo pailisen a r t chcumu href="#ftn2"18(...)

1<30span> A mii red oCrs es tne d,ee iotrluqntdsntusittgreeu a(m>Les rris dnneem>. esu 20anirs003, ), lo cidlariitae de« s etninijup ponlsos­tuées] fur tie q d?<» des lent ce.xt qit la eetstrtioerue se artltent ee es louvt laadsse es] s mour cmirpouliqut lvlnt laesn dumme l cve lartentrour trfrtésclass="footnotecall" id="bodyftn1" 8"ref="#ftn2"18(.18spa>: la« hr e,elrévefecve de laSeide-eticar fraenoonfive paiirte aexploulsns latrcnatinune trune llibanse et xeraisntal epln silaris f ttds cel ollee d[…]?<». p> 1<31span> ACte astloulsns lhorsesuoys aet t,e l’écharle, aaernationale d,ss la virpatatiité des accirte munici­peuxÀintentrdiconDaf nssostitution (dds la i tiers ponlslles dUnCte ass ierre reiutes idun Éveraines ntaise ecé dàds lam>Les ponahr ena>>. tlmoignt dcette fogtionnee Pissostitution ( rm> IlLlanstrele syedicaloiest unveiciox eomkii de uapunsdt da[…]afide latvolvqre m entes etsure, of rapct drduur laire lecdssesen ranuisa ­c neetraenooaent dt ciddve la un animé tt échsutes i Épan style="font-variant:small-caps;">Savœuspan> At ladsse qrar la viusvescettox eDpenl ticae lefiaue es lopct néparucirte ,u autoutatres miyen lanvirpavt t ce,es rasure, of[…]ecocu es corvnescrde coos­tuées] én" letxerctregroviv ddnt delr trtion­vés sede lhs, lanti tiers excsionntnts"ounsdt diel,s ceu esec fanodebainsée 1<3/span> A à,, tontnditet de counsde ddesAsga­sé dPa yse poso pasluponlstedi­veletonsl cel neus s grtres vmais en inrsonnes praocblenée sedegrpabeoderosse n. PaDs cetouteacs rammere pr ons accirte muiat-ostitution au dich trost-ce ssn ersociation de lveraines viusvealaentmt demtre cas radenqsEnPr lalpdidr la prgrpg d,es raires deançaise u difi la astersit lanti d es s dehomtgiq sarb tes,nues urlvlnt lafi lUnCt cod eon, de diSrvasurg et aud eMetz c to imé tts dei tiers poede corvanes sohaine rartccdssbs qu la prosti­tion. ,eiervoya dem>Led ace toa>>. cte ass ierre reeuxttmitdde la ville,ans cel nezonlstedtratiues etnvescrs, enors, quleds ces maiici­pesé tsechaoe nese chalnt lacscaes] dr“aczonls latolch,a c d/li 1<33span> A reoeronn cte lcegrsure, of échloigntnt.c,e uapâ des msons qu auduoys amagft las ir de ls estionneinfebatts etqorsesuojeiolloes dPantes m.Si aractes” demt on. nt dersuacte foproenémilues ,os maurnalx te cs e iot dir iviaéchvvo lmt deyu difi lacharo. Aeion,ds lam>Lesibraturn>. ,, 13uin 2003, allst l- d: ri« […]Uerosière relignt dcertire dooe par s ir rs ceet opsi­tintpe ls cirte munici­peuxiat-ostitution au[…]?<». Dposo amm ,uLtrp>. ris ­tnneem>. eu céist lalamêmlnjr fai l s develletquiolvlnt laadop tts decirte mueflist t deu e« bis clmitige ?<». se laHidalgomartiadersitein cidlarions pu prust dis antoscarmes ur lnriques ruefiseandela mapan style="font-variant:small-caps;">Salsispan> Atd s neadvtrstes deritiques u,uftifigeaaquiate rate, a soiimpl efeplacent su rÜmorroiq.s ros­tituéon anel derrovoqe artia comure, of étentrdiconDasuloce dsooua progrlx t­tion du réale egpublic. Dli 1<34span> AAuom de lauoscavt on. f nssostitution (dttes ville dns s,etest tetoute­is à ppattent dess la dl lai l s develletveiciqu lantes menteosvecorat de prtirt triatpe re les cles demnçaise p< de coos aedAsg onchalnt laorge­uxes de coos­tuées] quioravetinlnt la s detvot oe.2.Ss l artuspic] dun Émorapiorient sufasiseal derrcarmedtnt suLabnéraées dubo la comollimes etdla traite a du.trnhe u laoaois à laacsimpl s derrodene, of étloulsns .Si’aschloi­gnnt de la molleenét teert tfcinhe l’ilchloigntnt.ce la moance s lvnt driitau posolion (dmialld. p> 1<35span> FVlimes et rincupibs p, lomblentaquleugfdoifire reientsvent juporte deur sen es et leceuxnquiontaiammercest la mooexuité. indautrea paslupoqors­e sos ratergre="s sonasolas di aotional."i deido< e,r untrea paslupoqorse es loiesagides mmes ePap> 1<36span> ACtpos ierre r 20 gsors questl ] ppattnne f dex oacse pofalb, de onquestl ] stnt,t sepluu,uvetngère,renfreignt dedeuxntaurgmEhL umièel, tependammet d es s deorge ds,eieq.vle seit laquestl ] pcpo"t la s evt tree l’écharisgt,ess lafii red on eui-cia limioric]e la viespductione siècle a rm> IlLlprostituées] tralnt lanéraux rnt detstrtdgre eencme lau pomar­arisde etnocoopoduconv De[…],ees devett ts"ounnl t] stgrelqsPa[…]U rtre apa" tistie au lrrcarmed dae dlorsqulenlsos­tuées] tdm­blnt laesceie ds,etesvett lad s œai eà lamdss s dequestl ] chétisst t deplletqude estres v: ;lltorsqulenlsos­tuées] […]iesamdammnt laedes eciatillnt la s ces masuéion dettmesques u,uues etnevt t t desoudne tfvecors ma(Lvqll tin1992 r265)p>

  • 2<19span> AuS la coorssdst lisvescetes par lesnents necme lau porma ladlantre lttpon desymbolue dlau llrmapan style="font-variant:small-caps;">SaCmappan> A href="#ftn2"19(...)

1<37span> AEn à dbula eeXXIup>e siècle a,ens l posoes eto di oide lavmirnc co lisve­scetion detatrniates psclass="footnotecall" id="bodyftn1" 9"ref="#ftn2"19(.19a>. Ap> 1<38span> A deuxi.s rtaurg traite ox efeplacent su edemmes eà la ace oquestl ] occupq deds celaspace public. ,ett s ier eavett defige,e laroiracme lanvcdssa ddnt debainesth de c tedgèreuxmagfoir oroqorse es loilatvolvqlhorsesuoys aedauorge dEhL fiitae de ] stionsques uens lspocne f dee aueco04,7,os demmes ettralnt laocesqulecuionem dbrte dse lamigr lai l s dehoes etnasyinnisgtesn, : la trp>. tmuna>>. statta, a ieuuquestl ] quitet de isckiitilent dess la lisvesales d, vmirdass la ulpnntlés ViSs cerouteut t-ccette foage dPaugfmes ,ee asiot dogique dnt sufanb, etue so asoÉ s teostatesgel, i a jtifié" l fiitae de svece vovolieu epace puclou. Cepdant els mass àstlionves la intmmigrion du unsgnt dedesincupibs p tisde ee de estres viss àganumtie q dessostteion Denlsllimes eMoOniobrvicà oalent dei l s demmes etslatvolvqntace sess ceu easuéion dar ladoxa, : la es dent dict en es] te les rds ienntda uormyflaoutajnoobn qstesus mourtetap etdla ibratutituneiouu uniutteomueMoOnialntrerseionuere nadNuxtique d antre l­dc oe. s: la intraet Crawndrdmartiaaptoiras moLabdis de aux almonaain . demaladj j,,ex ee à,ss la vidraénion du rbneiouu u naain .citiyen0occdt d lntempo­raine ,rtppelt la pr« llimesentmg Orideogiqy?<» (Crawndrdma1977: l663-680)Dep>

sclass="fogo-top"ref="#ftiicle">-414(.Haula eepe da> dv cl="bodnb,iraphiey"lass="sideion D Bnb,iraphieieppan> A /h2 Canarelli P., Deschamps C., 2008, “La fabrique de la passe”, Sociétés, à paraître.

Coppel A., Braggiotti L., De Vincenzi I., Besson S., Ancelle R., Brunet J.-B., 1990, Recherche-action : prostitution et santé publique, Rapport final à la Direction Générale de la Santé et à l’Agence Française de Lutte contre le Sida.

Corbin A.,1989, Les filles de noce, Paris, Champs/Flammarion.

Crawford R., 1977, “You Are Dangerous to Your Health: The Ideology and Politics of Victim Blaming”, International Journal of Health Research, n° 7, pp. 663-680.

Deschamps C., 2006, Le sexe et l’argent des trottoirs, Paris, Hachette Littératures.

Deschamps C., 2007“La figure de l’étrangère dans la prostitution”, Autrepart : Revue des sciences sociales du Sud, n° 42, pp. 39-52.

Douglas M., 2001, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte (1967).

Farge A., 2000, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Folio/Gallimard (1979).

Geremek B., 1976, Les marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Champs/Flammarion.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit.

Handman M.-E., Mossuz-Lavau J., Eds., La prostitution à Paris, Paris, La Martinière.

Jobard F., 2001, “Le bani et l’ennemi. D’une technique policière de maintien de la tranquillité et de l’ordre”, Cultures et conflits, n° 43, Consultation en ligne, mis en ligne le 28 février 2003, http://www.conflits.org/index652.html, n. p.

Laqueur T., 1992, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard.

Pryen S., 1999, Stigmate et métier. Une approche socio-anthropologique de la prostitution de rue à Lille, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Rolin J., 2002, La Clôture, Paris, Folio/Gallimard, 2002.

Sanselme F., 2004, “Des riverains à l’épreuve de la prostitution. Fondements pratiques et symboliques de la morale publique”, Les annales de la recherche urbaine, n° 95, pp. 111-117.

Schnee G., 2007, La prostitution de rue à Rennes. De la revendication riveraine à l’action publique locale. Les habitants du quartier Saint-Hélier et leurs élus (2001-2006), mémoire de master, Institut d’Urbanisme de Paris.

Solé J., 1984, L’amour en occident à l’époque moderne, Bruxelles, Éditions Complexe.

Welzer-Lang D., Barbosa O., Mathieu L., 1993, Prostitution : les uns, les unes et les autres, Paris, Métailié.

Haut de page

Notes

1 Sanselme F., 2004, p.114.

2 Au nom de l’abolition des lois portant directement sur la prostitution (définition juridique de l’aboli­tionnisme), la prostitution n’est pas interdite en France. Il n’est donc pas possible pour une ville de l’in­terdire sur l’intégralité de son territoire ; elle peut simplement, au nom de “l’ordre public”, en réduire le périmètre d’action. Par contre, le racolage dans la rue est illégal (peines directes contre les personnes prostituées - renforcées en 2003) et la vente de services sexuels dans des espaces privés (hôtels, stu­dios… ) fait encourir aux propriétaires des lieux des peines lourdes pour proxénétisme immobilier.

3 Publiée au Journal Officiel de la République Française le 18 mars 2003, la LSI fait du racolage public (actif et passif) un délit passible de deux mois d’emprisonnement et 3.750 euros d’amende. Avant cette loi, seul le racolage actif était pénalisé d’une peine d’amende.

4 Nous les appelons “actes” par abus de langage. En réalité, il s’agit de la publication d’un fascicule relié par des spirales et qui se lit recto-verso. Ces “actes” comportent deux parties. La première est constituée de 11 pages présentant simplement les participants ainsi que les titres des conférences et tables rondes. Aucune retranscription des débats n’y est proposée. La seconde partie, Les cahiers, compte 65 pages de recueils de textes, de coupures de presse, d’entretiens avec quelques personnes “autorisées”, manifeste­ment triées sur le volet dans le cadre d’une entreprise idéologique voilée. Cette partie est dénommée par les auteures, Malka Marcovich et Claudine Legardinier, “Analyses et documents de référence sur la prostitution”. On observera en outre que le prix de l’inscription aux journées de Nantes (140 euros) n’était en rien démocratique pour les particuliers et plus précisément pour les personnes prostituées. De fait, ces dernières n’ont pas bénéficié d’un tarif préférentiel ; elles étaient absentes des débats et du panel des intervenants, à l’exception de Yolande Grensen : «fondatrice de l’association Pandora à Anvers, assistante sociale, a vécu 18 ans dans la prostitution» comme le précise sa notice biographique.

5 Financée par Sidaction, une recherche ethnographique a été conduite sur la prostitution de rue à Paris et en proche banlieue entre janvier 2002 et avril 2005 ; les descriptions d’anecdotes de terrain relatées ici en sont issues. Voir Deschamps C., 2006.

6 Cette clause précise «qu’il convient tout particulièrement de s’en débarrasser [des prostituées] dans les rues de bon aloi, celles du centre ville, de les éloigner le plus possible des églises, des couvents, cime­tières et, si faire se peut, de les repousser hors les murs» (Geremek B., 1976, p.257). Faisant suite à l’échec de l’ordonnance promulguée par Louis IX en 1254, qui prescrivait «d’expulser les femmes de mauvaise vie de toutes les villes et villages» (Ibid., p.256), elle n’est pas sans évoquer certaines revendi­cations contemporaines de riverains, voire des chartes de “bonne conduite” rédigées par des personnes prostituées.

7 Recherche que nous qualifions de “pionnière”.

8 Anne Hidalgo faisait partie des 15 élus municipaux présents aux journées nantaises de juin 2003 ; avec Christophe Caresche, elle représentait la ville de Paris. Ce dernier, sous son mandat de député socialiste, a tenté de proposer en 2003 une loi pénalisant les clients de personnes prostituées.

9 Le nom de la rue du 19e arrondissement de Paris où est morte Trifonova a été repris par Jean Rolin comme titre d’un de ses romans : La Clôture.

10 Pour l’analyse de ce fait divers, voir Deschamps C., 2007.

11 Nicolas Sarkozy, devenu Président de la République en mai 2007, était alors ministre de l’intérieur du Gouvernement UMP de Jean-Pierre Raffarin.

12 Gabrielle Schnee, dans son excellent mémoire de master, postule qu’en matière de prostitution, les riverains mécontents, via les courriers adressés à leurs élus locaux et quelques manifestations publiques, ont joué un rôle fondateur dans les changements législatifs nationaux (Schnee G., 2007). A Rennes, ils ont cessé toute forme de revendication et de rassemblement après la disparition des rares prostituées des rues étrangères, peu de temps après le vote de la LSI. Signalons qu’ils se sont mobilisés bien que les per­sonnes racolant dans l’espace public n’aient jamais atteint un nombre supérieur à sept. Rennes avait antérieurement une tradition de prostitution en établissement, qui n’a jamais posé de problème aux habi­tants, ce qui confirme une association symbolique entre ville, prostitution et notamment prostitution pro­blématique et spectacularisation.

13 Qui a également, avec Claudine Legardinier, réalisé Les cahiers tenant lieu d’ “actes” des journées de réflexion de Nantes, comme il a été signalé en introduction de cet article.

14 Les autres extraits d’articles sélectionnés portent sur des débats politiques, législatifs ou de société ; souvent, seuls les titres et les chapeaux sont reproduits. En rapport étroit avec la thématique des journées nantaises, signalons malgré tout un article du Parisien du 18 juillet 2002, reproduit dans son intégralité, portant sur la décision de la ville de Lyon de produire un arrêté municipal pour réduire les espaces et les plages horaires autorisés à la prostitution ; à en croire le journaliste, cet arrêté est directement motivé par «l’arrivée massive depuis quelques mois de jeunes femmes d’Europe de l’Est et d’Afrique, vendant leurs charmes dans les rues de Lyon». Signalons pour pondérer, voire infirmer ce que laisse entendre la sélec­tion d’articles proposée dans Les cahiers, que les meurtres de jeunes prostituées étrangères dans les villes françaises ne sont pas, proportionnellement, plus nombreux que les meurtres de prostituées de nationalité française et, par ailleurs, que selon les statistiques du ministère de la justice pour l’année 2004, les personnes jugées pour proxénétisme sont en écrasante majorité de nationalité française. En outre, dans les articles des quotidiens de 2003, on trouve nombre de témoignages de femmes, de trans­genres ou d’hommes prostitués de nationalité française qui s’étaient mobilisés contre la LSI ; ces témoi­gnages présentent un tableau moins misérabiliste de la prostitution. Que ces articles aient été systémati­quement évacués des Cahiers nantais a évidemment du sens.

15 En voici la liste exhaustive. Conférences plénières : “L’exploitation sexuelle au niveau international : une bataille de tous les instants” ; “La dimension de la traite et du proxénétisme en France” ; “Plénière de clôture : restitution des ateliers” ; “Clôture : quelles suites à donner ?”. Tables rondes : “La diversité des politiques urbaines en Europe : richesse ou cacophonie ?” (aucun intervenant français) ; “État des lieux des politiques urbaines en France” (exclusivement des intervenants français). Ateliers : “Protection, réinsertion, aide aux victimes” ; “Sensibilisation, éducation et prévention des risques au niveau local” ; “Coopération internationale” ; “Répression des trafics et lutte contre le proxénétisme”.

16 Voir la citation placée en exergue au début de cet article.

17 On pense évidemment là aux travaux de Mary Douglas, notamment De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou (Douglas M., 2001).

18 On pourrait d’ailleurs observer que si certains riverains des grandes villes ont utilisé leurs élus locaux pour éloigner la prostitution de leur pas de porte, des élus de petites municipalités ont utilisé la prostitu­tion pour se garantir une audience qu’ils obtiennent rarement sur la base d’autres sujets. Ceci relève en­core du spectacle, en l’occurrence d’une mise en scène de l’ob-scène, au sens littéral et symbolique.

19 Sur les passes représentées par les clients comme une forme de contraception symbolique, on lira Canarelli P., Deschamps C., 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Deschamps, « Ville et prostitution : rivales ou riveraines ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-1 | 2008, 101-115.

Référence électronique

Catherine Deschamps, « Ville et prostitution : rivales ou riveraines ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-1 | 2008, mis en ligne le 15 avril 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/414 ; DOI : 10.4000/rsa.414

Haut de page

Auteur

Catherine Deschamps

EHESS-Paris / Université Libre de Bruxelles / École Normale Supérieure d’Architecture de Paris-Val-de-Seine.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals