Navigation – Plan du site
À propos de livres

Ferréol Gilles, Noreck Jean-Pierre, Dir., Introduction à la sociologie

Paris, Armand Colin, coll. Cursus Sociologie, 2007, 7e éd., 236p.
Régis Malige
p. 190-191

Texte intégral

1Cette septième édition, enrichie et actualisée, de l’ouvrage de Gilles Ferréol et Jean-Pierre Noreck, aborde avec cohérence les objets, les méthodes, les problématiques et autres composantes de la sociologie contemporaine. La réflexion, précise et construite, fait appel, selon le cas, à des grilles d’analyse, des notions clés ou des considérations plus quantitatives. Ce manuel, qui constitue un véritable plébiscite du lectorat depuis la première parution en 1989, se dote d’encadrés plus nombreux illustrant ou renfor­çant l’argumentation, met l’accent sur les aspects didactiques sans privilégier tel ou tel courant de pensée et offre une vision particulièrement synthétique du sujet, le tout en un peu plus de deux cents pages et huit chapitres.

2En ouverture, la dialectique système/acteur ne manque pas d’intérêt pour qui veut se remémorer les précurseurs de la discipline, sa spécificité et les thèses classiques. S’inscrivant dans une démarche objectiviste et rejetant les points de vue consensualis­tes, la sociologie explicative du fait social, qui considère celui-ci comme une “chose”, demeure incontournable dans ses caractéristiques essentielles (extériorité, contrainte, raisonnement de type holiste, recherche de lois) et rassemble Durkheim, Marx et Comte dans un même paradigme déterministe, basé sur un projet de transformation de la société. Plus subjectiviste, la sociologie de l’action, portée par Weber, Tocqueville, Simmel, est également reprise dans ses fondamentaux (individualisme méthodologi­que, idéaltype, légitimité, rapport aux valeurs) et centre le débat sur la compréhension des choix des acteurs et des interactions de leurs comportements. La validité des sciences sociales est ensuite examinée selon deux axes principaux : les fondements épistémologiques, d’une part, permettant de situer la recherche scientifique et de con­ceptualiser la “réalité” des phénomènes sociaux ; le traitement statistique de l’infor­mation, d’autre part, par référence à la problématique heuristique du « chiffre noir » (sociologie de la déviance), à la construction de nomenclatures et notamment celle des pcs (thématique de la stratification), ou à la communication nécessaire, bien que parfois difficile, entre techniciens et utilisateurs.

3Le regard historico-philosophique terminé, les hiérarchies et les inégalités, éclairant la formulation durkheimienne de la différenciation, sont présentées de multiples fa­çons : à travers leurs systèmes purs (castes, ordres), selon les lectures marxiste, toc­quevillienne et wébérienne, ou encore en considérant le contexte socio-économique et les rapports de forces symboliques (Bourdieu). D’autres approches marquent une rup­ture théorique. Songeons ici, dans les années 1970, aux nouveaux mouvements so­ciaux d’Alain Touraine (féminisme, écologie, régionalisme…) en quête de contre-pro­jet de société, ou aux travaux de Raymond Boudon sur le rôle de l’individualisme et l’imbrication des diverses stratifications.

4Le processus de socialisation, finement traité, fait converger plusieurs domaines de recherche. Si la famille demeure sensible aux mutations des temps modernes (évolu­tion des mœurs, modifications de la législation, redéploiement de l’appareil productif), elle s’affirme, en dépit des phénomènes de déstructuration et grâce à sa capacité d’adaptation et de régulation, comme l’instance essentielle d’intériorisation des nor­mes et des conduites. La sociologie de l’éducation apporte une pierre à l’édifice. La corrélation entre milieu d’origine et système scolaire, établie à partir d’études empiri­ques sur l’enseignement de masse, sécrète deux paradigmes tenant à la “reproduction” ou à l’existence d’ “effets pervers”. Enfin, par l’examen du quotidien et des profonds bouleversements des mentalités et des modes de vie, l’environnement socioculturel conforte son rôle de maillon fort dans la « construction sociale du monde ».

5Les relations professionnelles, quant à elles, sont appréhendées dans toute leur dy­namique. De la critique du taylorisme à la culture d’entreprise, via la mise en place du management participatif, la flexibilité et la précarisation des emplois, ou bien encore la restructuration de la production ou la désyndicalisation, la sociologie du travail est décrite avec rigueur et minutie. Enfin, les divers modes d’organisations et les rapports de pouvoir sont à l’honneur dans le dernier chapitre. Dans le prolongement du modèle wébérien de rationalité et de l’insertion de la ressource humaine, d’autres travaux se dé­veloppent et ont trait à l’interactionnisme stratégique culturel, créateur d’identités (Crozier), ou aux formes plus récentes de communication (Hirschman) et de direction (théorie des élites de Bourdieu, Touraine, Bauer…).

6Difficile de concevoir un ouvrage aussi court et aussi dense. Cette nouvelle Intro­duction, qui ne cesse de faire référence, ralliera incontestablement étudiants et simples citoyens dans leur désir de découvrir ou d’approfondir le social. Une contribution vi­vante, largement accessible et de qualité remarquable à plus d’un titre !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Noreck Jean-Pierre, Dir., Introduction à la sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-1 | 2008, 190-191.

Référence électronique

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Noreck Jean-Pierre, Dir., Introduction à la sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-1 | 2008, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/432

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Poitiers, laresco-icotem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals