Navigation – Plan du site

“L’homme qui n’élève pas ses enfants ne devrait pas être appelé un père” ?* Les tendances du discours sur la paternité et le dilemme paternel au Japon

“The Man who Doesn’t Raise his Child Shouldn’t Be Called a Father”? The Trends of Discourse on Fatherhood and Father’s Dilemma in Japan
Futoshi Taga
p. 27-45

Résumés

La paternité japonaise a longtemps été caractérisée par un engagement professionnel exacerbé et une absence marquée au niveau familial. Cependant, le contexte économique et politique récent a induit certains changements dans la manière d’appréhender la paternité. Il est ainsi possible d’identifier trois types de positionnements dans les discours récents relatifs à la paternité au Japon : 1) le père “pourvoyeur”, garantissant les ressources économiques nécessaires aux besoins des enfants, 2) le père “socialisateur”, encadrant ses enfants dans l’apprentissage des normes sociales, 3) le père “soigneur”, aidant ses enfants pour ce qu’ils ne peuvent faire. Il n’est pas facile pour les pères de trouver un équilibre par rapport aux responsabilités que ces trois approches supposent. Les codes professionnels valorisant “l’homme dominant” et les carences du système d’encadrement des enfants obligent de nombreux pères à s’investir énormément dans leur vie professionnelle tandis que de nombreuses mères restent à la maison. Les réactions des pères face à cette situation sont variées. Certains valorisent une division genrée des responsabilités parentales et se consacrent pleinement à leur travail. D’autres articulent travail et famille tandis que l’épouse reste à la maison. D’autres, enfin, optent pour une articulation travail/famille impliquant les deux membres du couple, redéfinissant ainsi la signification de la masculinité.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte a été traduit de l’anglais vers le français par L. Merla. Traduction du résumé par D. Rochat.

Texte intégral

I. Introduction

  • * 育児をしない男を父とは呼ばない?

1La paternité japonaise a longtemps été caractérisée par une préoccupation marquée pour le travail et par une prise de distance vis-à-vis de la vie familiale, en particulier au niveau des relations avec les enfants. Au cours de la période de croissance économique forte (1955-1973), la « masculinité hégémonique » japonaise (Connell, 1995) s’est construite autour du rôle du salaryman, col blanc travaillant pour une entreprise et pourvoyant aux revenus de la famille (Vogel, 1963 ; Dasgupta, 2000). Dans le contexte d’un emploi garanti à vie, les pères salarymen ont travaillé dur pour démontrer leur loyauté à l’entreprise et leurs compétences. Leur retour tardif à la maison n’était pas seulement dû à la prestation d’heures supplémentaires, il était aussi conditionné par diverses activités de socialisation avec les patrons, les collègues et les clients (Allison, 1994).

2Si cette forte implication professionnelle a permis au Japon d’atteindre une croissance économique miraculeuse et si elle a assuré aux familles un niveau de vie confortable, elle a eu pour effet d’éloigner les pères de la vie familiale (Ishii-Kuntz, 1993). Comme le laissait entendre la formule populaire des années 1980 « Mieux vaut un mari en bonne santé et absent de la maison », l’absence prolongée des pères de la maison a conféré à ces derniers un statut d’invités (Kersten, 1996). Alors que dans les familles occidentales, le lien entre mari et femme est considéré comme le plus fort, au Japon, c’est la relation mère/enfant qui a ce statut. Le lien puissant unissant le père au travail a longtemps maintenu ce dernier à distance de la famille (DeCoker, 2000). D’après les enquêtes internationales menées dans les années 1990, les pères japonais étaient ceux qui passaient le moins de temps avec leurs enfants (jawe, 1994 ; ocde, 2003).

3La situation économique et politique récente a toutefois poussé les pères japonais à changer. Au niveau international, l’émergence de la vague globale prônant l’amélioration du statut des femmes a encouragé le gouvernement japonais à promouvoir l’égalité de genre (Osawa, 2000). La compétition économique globale croissante et libre a mis à mal la garantie d’emploi à vie et la promotion de l’ancienneté qui soutenaient un marché du travail à dominante masculine (Yamada, 2004). Sur la scène domestique, l’implication des pères dans la vie familiale est de plus en plus sollicitée afin de stopper le déclin du taux de natalité et de discipliner les enfants (Ishii-Kuntz, 2003 ; Taga, 2005). Ces éléments pourraient avoir un impact important sur la régulation de la relation travail/famille au sein de la société japonaise (Fusulier, 2005) et plus particulièrement sur les attitudes et comportements des pères japonais.

4Cet article est précisément consacré à un examen des effets de ces changements sur la paternité japonaise ; il se fonde non seulement sur les données existantes, mais aussi sur des données qualitatives que nous avons récoltées au cours d’entretiens approfondis menés avec des pères. Nous commencerons par donner un aperçu des principaux discours relatifs à la paternité dans le Japon d’après-guerre. Nous dessinerons ensuite un portrait général des pères japonais contemporains au travers d’un bref examen statistique et nous nous pencherons sur les raisons expliquant le fossé qui sépare les attitudes et les comportements. Enfin, nous nous centrerons sur la diversité des pères japonais et nous illustrerons les dilemmes auxquels ils sont confrontés ainsi que la manière dont ils les gèrent, en nous appuyant sur plusieurs récits.

II. Contexte socioéconomique et discours d’après-guerre sur la paternité

5Funabashi distingue trois rôles joués par les pères au niveau de leur responsabilité parentale fondamentale : 1) le “pourvoyeur” fournit les ressources économiques nécessaires à la croissance de l’enfant, 2) le “socialisateur” participe à l’apprentissage des normes sociales et des bonnes manières, 3) le “soigneur” aide les enfants en faisant ce qu’ils ne peuvent faire (Funabashi, 1999). On retrouve ces trois rôles dans les tendances qui traversent les discours japonais relatifs à la paternité depuis l’après-guerre.

A. Le père pourvoyeur

6L’un des facteurs majeurs qui a conduit les Japonais à considérer le rôle de “pourvoyeur” comme fonction principale du père a été l’augmentation au cours de la période de croissance économique forte du nombre de maris employés et d’épouses au foyer. Dans la plupart des familles de fermiers et d’indépendants, l’épouse travaillait dans l’entreprise familiale et jouait un rôle de pourvoyeuse de revenus. Dans la famille nucléaire composée d’un père employé, d’une mère au foyer et d’enfants en bas âge, c’est uniquement sur le père que repose la responsabilité économique. Selon l’enquête des Forces de travail du Ministère des Affaires internes et des Communications (maic), la part des employés masculins au sein des travailleurs hommes est passée de 50 % au milieu des années 1950 (au début de la croissance économique) à 76 % en 1975 (juste après la fin de la croissance économique). L’accroissement du niveau des revenus des travailleurs masculins et le sexisme ambiant ont poussé les jeunes travailleuses à rester au foyer après le mariage. Les taux d’emploi des femmes proches de la trentaine ou l’ayant à peine dépassée ont atteint leur point le plus bas dans l’histoire de l’après-guerre en 1975 (avec respectivement 42,6 % et 43,9 %). Selon l’Enquête sur les opinions au sujet des questions féminines menée en 1972 par le cabinet de l’ancien Ministre de l’Emploi, plus de 80 % des répondants soutenaient l’idée qu’« un homme doit travailler en dehors de la maison et une femme doit prendre soin de la maison ». Même si de nombreuses femmes qui se sont retirées du marché du travail dans les années 1970 ont réintégré un emploi une fois leurs enfants devenus grands, la plupart d’entre elles n’ont pas pu devenir des pourvoyeuses à part entière en raison du cantonnement des femmes d’âge moyen dans des emplois à temps partiel faiblement rémunérés.

7L’identification de la paternité au “père gagne-pain” a longtemps prévalu. Ainsi, il ressortait de l’enquête qualitative menée par Ishii-Kuntz dans les années 1990 sur base d’entretiens approfondis réalisés auprès de 20 couples japonais que la plupart des couples identifiaient la paternité à l’apport des revenus (Ishii-Kuntz, 1993). Les mères prenaient en charge la plus grande part de la socialisation enfantine et du soin des enfants. Il est intéressant de noter l’absence de sentiment de culpabilité dans le chef des pères ; les mères quant à elles ne se plaignaient pas de cette situation.

8Même au cours des dernières années, cette façon d’envisager la paternité n’a pas perdu de son influence. S’il est rare que le discours du “père pourvoyeur” soit cité explicitement c’est parce que celui-ci est évident pour de nombreux Japonais et non parce que son influence aurait diminué. Certains récits permettent de confirmer l’importance de ce discours : l’histoire d’un père qui, ayant perdu son emploi et étant incapable de l’avouer à sa famille, se rend chaque matin dans un café ou dans un parc vêtu d’un costume et rentre chez lui le soir ; celle de cet homme d’âge moyen qui passe pour un individu suspect parce qu’il se promène dans un quartier résidentiel en pleine journée (Tanaka, 2005). Il va socialement de soi qu’un père parte travailler et ne traîne pas autour de la maison ou dans le quartier.

B. Le “père socialisateur”

9Alors que le discours sur le “père pourvoyeur” est trop évident pour être explicitement exprimé, d’autres discours sont mis en avant afin de mettre à la disposition des hommes des images désirables de la paternité. En dépit de variations mineures, plusieurs études concluent que les discours explicites sur la paternité produits après la Seconde guerre mondiale se subdivisent en deux courants majeurs (Nakatani, 1999 ; Nakata et al., 2001 ; Kodama, 2001). Ils correspondent à deux rôles parentaux fondamentaux identifiés par Funabashi : le “socialisateur” et le “soigneur” (Funabashi, 1999).

10Le discours sur le “père socialisateur” a émergé dans la littérature des années 1960 (Jidōkenkyōkai, 1961). Avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’autorité du père en tant que patriarche était définie dans l’ancien Code civil. Après la défaite japonaise, l’égalité entre les hommes et les femmes fut garantie par l’armée américaine d’occupation via la promulgation de la Nouvelle Constitution de 1946, l’amendement du Code civil sapant, lui, les bases légales de l’autorité paternelle. De plus, la forte croissance économique fit prospérer l’industrie manufacturière et de services, et fit augmenter le pourcentage d’employés travaillant loin de leur domicile durant de longues heures. Un débat s’engagea sur la manière de restaurer l’autorité paternelle “perdue” et d’encourager l’investissement des pères dans la socialisation des enfants.

11Au milieu des années 1970, le discours relatif au “père socialisateur” gagna les faveurs d’une part croissante de la population japonaise (Jidōkenkyōkai, 1972, 1976 ; Yoda/Ogawa, 1975). Les explications de cet engouement varient (Kamitani, 1998 ; Kuroyanagi, 2000 ; Kodama, 2001 ; Nakata et al., 2001) mais peuvent être résumées en quatre points. Primo, l’ “absence paternelle” devint de plus en plus importante. Alors que le pourcentage d’employés masculins augmentait, le pourcentage de travailleuses atteignit son point le plus bas au milieu des années 1970. Ceci amena la population à s’inquiéter de l’influence sur les enfants de l’absence paternelle et de la présence maternelle “excessive”. Secundo, les discours académiques occidentaux mettant l’accent sur l’importance du rôle “paternel” ou “instrumental” pour la socialisation des enfants et le maintien de l’ordre social (Mitscherlich, 1963) se popularisèrent dans les cercles académiques japonais. Tertio, via la reconnaissance de l’ “absence paternelle” et du rôle unique du père dans la socialisation des enfants, on commença à attribuer la croissance de la délinquance juvénile au manque d’autorité paternelle et à l’affaiblissement de l’investissement paternel dans la socialisation des enfants. Quarto, la crise économique provoquée par le choc pétrolier de 1973 rappela le caractère incertain de l’emploi et encouragea les individus à rechercher un rôle paternel complémentaire à celui de pourvoyeur de revenus.

12Depuis lors, le discours sur le “père socialisateur” a attiré l’attention chaque fois que l’anxiété sociale a crû. Dans les années 1980, lorsque les statistiques relatives à la délinquance juvénile atteignirent leur niveau le plus haut pour la troisième fois depuis la fin de la guerre, les journaux d’éducation populaire abordèrent les uns après les autres le “rôle du père” dans la socialisation des enfants (Jidōkenkyōkai, 1983, 1988). Dans les années 1990, dans un contexte de récession faisant suite à l’éclatement de la “bulle” internet et face à l’impression, dans l’esprit des gens, d’une « croissance du nombre de meurtres commis par des adolescents », des critiques influents défendirent l’importance du rôle unique du père dans la socialisation des enfants. Les livres sur la paternité considérant les compétences paternelles comme essentiellement différentes de celles des mères devinrent des best-sellers (Hayashi, 1996 ; Masataka, 2002). Il faut noter que, depuis les années 1990, les publications éducatives, mais aussi les leaders économiques et les magazines économiques populaires ont défendu avec enthousiasme le rôle du père (Purejidentosha, 1997 ; Tōyōkeizaishinpōsha, 2000).

13Le discours sur le “père socialisateur” est proche de celui du “père pourvoyeur”. En effet, l’autorité paternelle et sa capacité à socialiser les enfants sont censées découler de l’expérience professionnelle des pères. Selon l’étude menée par Ishii-Kuntz, la figure du père pourvoyeur de revenus constitue la ressource principale pour asseoir l’autorité sur les enfants (Ishii-Kuntz, 1993). Cependant, alors que le discours sur le “père pourvoyeur” permet aux intéressés d’être absorbés par leur travail et absents de la maison, le discours sur le “père socialisateur” suppose que les pères reviennent à la maison et fournissent directement aux enfants un exemple des normes sociales. Dans l’étude d’Ishii-Kuntz, les pères peuvent être absents de la maison non seulement en raison de contraintes professionnelles mais aussi en raison de leur désir de conserver l’image masculine du gagne-pain. Les mères peuvent de ce fait s’appuyer sur une image factice de père autoritaire pour discipliner les enfants. Si l’autorité des pères est construite et maintenue autour de leur dévotion pour le travail professionnel et de leur distance vis-à-vis de la famille, ceux qui tentent de jouer à la fois un rôle de pourvoyeur et de socialisateur idéal risquent de se trouver face à un dilemme.

C. Le “père soigneur”

14Un autre discours majeur relatif à la paternité repose sur l’idée que les compétences parentales du père ne diffèrent pas fortement de celles des mères. Les pères sont supposés s’investir complètement dans la parentalité, y compris dans le soin des bébés et pendant la grossesse. Les discours autour du “père soigneur” (Yazawa et al., 2003) sont apparus dans les années 1990. Leur diffusion serait liée à trois catégories d’acteurs : les épouses, le gouvernement et les pères eux-mêmes.

15Primo, l’augmentation de la participation féminine au travail, en particulier pour les femmes en âge d’avoir des enfants, a généré de nouvelles attentes envers les pères en matière de soins aux enfants. Bien que le taux d’emploi des femmes entrant dans la trentaine atteignait 43,9 % en 1975, il a connu une croissance importante depuis 30 ans pour atteindre 60,3 % en 2003. Il est permis de penser que l’augmentation de la proportion des épouses professionnellement actives et économiquement indépendantes a contribué à influencer les maris et a poussé ceux-ci à participer aux soins des enfants.

16Secundo, l’idée soutenue par l’État qu’une plus grande participation des hommes aux soins des enfants soulagerait les mères et encouragerait ces dernières à avoir plus d’enfants a encouragé les pères à s’investir davantage en la matière. Après la promulgation en 1991 de la Loi sur le congé parental, le gouvernement a renforcé les mesures promouvant l’implication paternelle en matière de soins des enfants. L’attention de la population a été particulièrement attirée en 1999 par une campagne d’affichage et de spots télévisés initiée par le Ministère de la Santé et du Bien-être ; celle-ci mettait en scène une star du petit écran tenant son enfant dans les bras et disant : « Un homme qui n’élève pas ses enfants ne peut pas être appelé un père ».

  • 1 Libération des hommes.

17Tertio, certains hommes, réfléchissant à leur mode de vie et cherchant à se libérer des attentes masculines “traditionnelles”, ont voulu s’investir dans les tâches domestiques, y compris le soin des enfants. Bien que certains groupes de pression se sont engagés dans de telles actions dès les années 1980, (Otoko no Kosodate wo Kangaeru Kai, 1987 ; Ikujiren, 1989), ces pratiques ne trouvèrent un écho plus décisif que dans le contexte de l’anxiété économique liée à l’éclatement de la “bulle internet” et suite à l’attention médiatique portée sur le mouvement Menzu-ribu1 (Menzu Sentā, 1996 ; Taga, 2005).

18Contrairement aux affirmations de certaines féministes (Nakata et al., 2001), le discours du “père soigneur” ne peut être automatiquement assimilé à un discours “d’égalité entre les sexes”. D’un côté, il semble promouvoir un investissement plus égalitaire des hommes dans le soin des enfants. Il ne sous-entend pas que les pères et les mères ont des compétences différentes pour le soin des enfants, sauf en ce qui concerne les fonctions biologiques comme l’allaitement ; par ailleurs, il sollicite la participation active des hommes. En ce sens, il diffère fortement du discours du “père socialisateur” qui met la relation père/enfant sur le “devant de la scène”, ce qui permet au père d’échapper aux aspects non spectaculaires mais essentiels du soin des enfants en faisant reposer cette responsabilité sur la mère (Nakatani, 1999).

19D’un autre côté, le discours du “père soigneur” est susceptible de faire peser une double charge sur les pères uniquement. Il ne suppose pas toujours que les mères assument une responsabilité active de pourvoyeuses de revenus. Elles sont autorisées à fuir cette responsabilité. Alors que l’expression « Un homme qui n’élève pas ses enfants ne peut pas être appelé un père » est sur toutes les lèvres, l’idée qu’une « femme qui ne pourvoit pas aux besoins matériels de son enfant ne peut être appelée une mère » n’est pas évoquée. On remarque chez les femmes plus jeunes une tendance à exiger des relations conjugales qui leur permettent d’ “écrémer” la répartition genrée des tâches domestiques. Selon certains auteurs, « les mères donnent la priorité au soin des enfants par rapport à d’autres activités, alors que les pères combinent travail et soin des enfants » (Funabashi, 2000) ou « l’épouse articule travail domestique et activités de loisirs, alors que le mari combine travail salarié et travail domestique » (Kōseishō, 1998).

20Ces deux affirmations ne reflètent bien sûr pas la vraie situation des femmes, mais plutôt leurs souhaits. En réalité, de nombreuses épouses assument la double charge du travail, salarié et domestique, sans recevoir une aide suffisante de leur époux. Selon l’Enquête sur l’utilisation du temps et les activités de loisirs menée en 2001 par le maic, les épouses consacrent en moyenne 9h58 par jour au travail rémunéré, au travail domestique et au soin des enfants, ce qui représente 15 minutes de plus que les maris. De plus, si l’on prend en compte la situation actuelle de l’emploi au Japon, comme nous la décrirons plus loin, il ne serait pas raisonnable d’attendre, de manière générale, des femmes qu’elles apportent autant d’argent au ménage que les hommes. Il serait cependant utile de noter que la responsabilité paternelle en matière de soins aux enfants n’encourage pas nécessairement les épouses à reprendre un emploi. En outre, les attentes croissantes à l’égard des pères, si elles ne s’accompagnent pas d’une réduction de leur responsabilité économique, pourraient les mettre sous pression.

III. Attitude des pères à l’égard de la parentalité et prise en charge effective

A. Attitude des pères à l’égard de la parentalité

21Les enquêtes d’opinion fournissent des images d’un “nouveau père” qui diffèrent fortement des images stéréotypées dont nous avons traité dans la première partie de cet article. Selon le bureau de l’ancien Premier Ministre, le Recensement des opinions sur l’égalité de genre de 2000 a révélé le fait que les hommes japonais, en particulier la tranche d’âge des 20 à 49 ans, semblent fortement désirer s’investir dans la vie familiale et la parentalité. Le nombre d’hommes approuvant l’idée qu’un père prenne un congé parental excède celui de ceux qui la désapprouvent, et plus des trois quarts des hommes dans la vingtaine et la trentaine souscrivent à cette idée. De plus, plus de 90 % des hommes affirment que les pères doivent s’impliquer dans le soin, la socialisation et l’éducation des enfants. Les enquêtes sur les pères dans la trentaine et la quarantaine qui ont été menées à Tokyo en 2001 montrent que 77 % des répondants pensent que les pères doivent s’impliquer autant dans le soin des enfants que dans le travail professionnel (Yazawa et al., 2003).

B. Prise en charge effective

22Contrairement aux enquêtes d’opinion, les résultats d’enquêtes portant sur la prise en charge effective du soin des enfants par les pères laissent entrevoir que le modèle traditionnel n’est pas en voie de disparition. Selon l’Enquête de base sur les pratiques de gestion de l’emploi des travailleuses FY2004 menée par le Ministère de la Santé, du Travail et du Bien-être (mstb), alors que 70,6 % des travailleuses prennent un congé pour la naissance de leur enfant, seuls 0,56 % des travailleurs le font, et ce malgré le fait que la moitié des hommes approuvent l’idée qu’un père prenne un congé parental.

23Quel que soit l’âge de l’enfant, un père passe moins de temps avec son enfant qu’une mère. Selon l’enquête de 2001 du maic mentionnée plus haut, les pères d’enfants de moins de 6 ans consacrent seulement 36 minutes par jour aux soins contre 2 heures 34 minutes en moyenne pour les mères. Malgré cela, il faut noter que le temps que les pères passent avec leurs enfants a plus que doublé par rapport à ce que révélait une enquête similaire menée en 1996.

24La tendance est la même chez les pères d’enfants plus âgés. Selon la même étude, les pères d’enfants âgés de 10 à 14 ans passent avec eux 2 heures 35 minutes par semaine pour 4 heures 1 minute dans le cas des mères.

25Par comparaison avec les principaux pays étrangers, le Japon est caractérisé par le peu de temps que les pères accordent à leurs enfants. Selon une étude menée en 2005 au Japon, en Corée, en Thaïlande, aux États-Unis, en France et en Suède auprès de parents d’enfants âgés de 0 à 12 ans (nwec, 2006), les pères japonais ne passent que 3,1 heures par jour avec leurs enfants, ce qui place le Japon en avant-dernière position, derrière la Corée (2,8 heures).

26Si l’on observe des différences entre les pères et les mères au niveau du temps passé avec les enfants, il en va de même au niveau du type d’activités. Selon la Première enquête sur les nouveau-nés du 21e siècle du mstb, la plus grande part des activités de “soin” des bébés sont accomplies par les mères. Même si la moitié des pères prennent “toujours” leur bain avec leurs enfants, les pères qui changent “toujours” les langes ou qui promènent leurs enfants ne représentent que 10 % des répondants. La moitié des pères aident “rarement” ou “jamais” leurs enfants à manger ou à se mettre au lit. Il convient de noter que les caractéristiques de la prise en charge du soin des enfants par les pères japonais ne sont que fort peu dépendantes de la situation d’emploi de la mère : sans-emploi, en congé parental, professionnellement actives (Naikakufu, 2003).

27Selon l’enquête susmentionnée, menée en 2000 par le bureau de l’ancien Premier Ministre, les pères et les mères japonais ont tendance à jouer des rôles différents. Ainsi, 72 % indiquent que le père est le principal pourvoyeur de revenus et 88 % désignent la mère comme principale responsable de la préparation des repas. Même si environ la moitié des répondants déclarent que les deux parents sont responsables de la discipline, la quasi-totalité de l’autre moitié indiquent que c’est la mère qui en est la principale responsable. Seuls 4 % attribuent ce rôle au père. Ainsi, de manière générale, les pères assument principalement un rôle de “pourvoyeur de revenus” et les mères un rôle de “socialisation” et de “soin des enfants”.

IV. Au fondement de la contradiction entre souhaits et comportements

A. De longues heures de travail

28Bien qu’une part grandissante des pères japonais souhaitent équilibrer travail et parentalité, leur investissement réel auprès de leurs enfants reste limité. D’où vient cet écart entre l’envie et le comportement réel des pères ?

29Comme les résultats de nombreuses enquêtes le montrent, les longues heures de travail représentent le facteur principal qui empêche les pères d’être plus présents auprès de leurs enfants. Ainsi, selon l’Enquête sur le soutien des enfants de l’ancien Institut de recherche ufj, 72,5 % des pères et 58,6 % des mères déclarent que la raison principale d’un engagement insuffisant du père dans la parentalité est qu’ils sont « trop occupés par leur travail » (Kōseirōdōshō, 2003). Selon l’Enquête sur les forces de travail menée par le maic, le temps de travail moyen des japonais prend la forme d’une courbe en U inversé, le point le plus élevé se situant dans le groupe d’âge des 30-39 ans. Environ un quart des travailleurs de cet âge travaillent 60 heures et plus par semaine. Les travailleurs qui ont de petits enfants ont ainsi tendance à prester plus d’heures que les autres tranches d’âges (Naikakufu, 2005). Cette observation s’expliquerait par la promotion par les entreprises du retrait anticipé du marché du travail des personnes les plus âgées afin de réduire les coûts salariaux ; une telle politique induirait par conséquent une augmentation de la charge de travail pesant sur les employés en milieu de carrière (Kumasawa, 2003).

30Les résultats de certaines études montrent que le nombre d’heures consacrées à la parentalité est inversement proportionnel au temps de travail. Par exemple, selon l’étude du maic mentionnée plus haut, le temps parental des mères passe de 2 heures 43 minutes en semaine à 2 heures 16 minutes le samedi et 2 heures le dimanche, alors que celui des pères augmente pour passer de 25 minutes en semaine à 58 minutes le samedi et 1 heure 12 minutes le dimanche. Matsuda, dans son analyse des données portant sur les mères d’enfants non scolarisés, met en avant le fait que l’implication dans le soin des enfants ne diffère que fort peu parmi les pères qui rentrent à la maison après 21 heures, ceux-ci participant bien moins que les pères qui rentrent plus tôt (Matsuda, 2002). La réduction des heures de travail n’induit pourtant pas toujours une augmentation de l’implication active des pères dans la parentalité car ces derniers ont un faible sentiment de responsabilité dans le domaine de la parentalité (Kōseirōdōshō, 2003).

B. Raisons économiques

31Étant donné les conditions de travail actuelles au Japon, la naissance d’un enfant est susceptible d’accroître la responsabilité paternelle en tant que pourvoyeur de revenus et de pousser les pères à travailler plus dur que jamais. Bien que la loi permette tant aux mères qu’aux pères de prendre un congé parental, les pères ne font que rarement usage de ce droit. Ceci ne s’explique pas uniquement par le fait que la prise d’un congé parental serait considérée comme “non masculine”, mais aussi par la pression qu’une telle décision ferait peser sur les finances du ménage.

32Une part croissante des femmes mariées qui travaillent sont des “employées irrégulières” : elles prestent des emplois à temps partiel ou comme intérimaires. Selon le score moyen de l’Enquête sur les forces de travail 2004 du maic, alors que les emplois régulier sont majoritairement occupés par des hommes (hommes 70 %, femmes 30 %), on observe l’inverse en ce qui concerne les emplois à temps partiel et intérimaires (78 % de femmes et 22 % d’hommes pour les premiers, 57 % de femmes et 33 % d’hommes pour les seconds). La plupart des femmes travaillant de manière irrégulière occupent des emplois instables et faiblement rémunérés ; il leur est impossible de prendre un congé parental. Même dans ces conditions, elles continuent à travailler après la naissance de leur enfant en supportant le coût des services de garde d’enfants alors que cette dépense est peu susceptible d’être amortie par une hausse salariale future. Si le salaire de leur conjoint suffit, démissionner après la naissance d’un enfant et se consacrer au soin des enfants semble un choix raisonnable pour la plupart des femmes travaillant de manière irrégulière, sauf si elles reçoivent l’aide gratuite d’un proche pour le soin des enfants.

33Les couples dont l’épouse a un emploi régulier se trouvent dans les mêmes conditions en raison du grand écart salarial existant entre les hommes et les femmes. En 2004, le salaire horaire moyen des employées régulières représentait seulement 68,8 % du salaire des hommes (Naikakufu, 2005). Cet écart salarial est lié à une ségrégation professionnelle extrême. En 2004, les postes de direction dans le secteur privé étaient occupés par des hommes dans 89,9 % des cas pour le niveau le plus bas, 95,0 % pour le niveau moyen et 97,3 % pour le niveau le plus élevé (Naikakufu, 2005). Dans la plupart des entreprises, les employés réguliers sont légalement autorisés à prendre un congé parental. Le montant de l’allocation de congé ne s’élève toutefois qu’à 40 % du salaire de base pour une durée maximale de 10 mois. Dans ces conditions, il est financièrement plus raisonnable que ce soit la femme et non l’homme qui prenne un tel congé, afin de réduire l’impact d’une telle réduction sur les revenus du ménage. Pour les couples qui peuvent vivre une vie décente grâce au salaire masculin et dans lesquels les chances de promotions salariales et professionnelles de l’épouse sont faibles, le retrait du marché du travail de la femme après la naissance d’un enfant semble également un choix raisonnable. Ainsi, environ 70 % des travailleuses cessent de travailler à la naissance de leur premier enfant (Naikakufu, 2005).

34Ce retrait féminin entraîne une réduction temporaire ou permanente du revenu familial et accroît la responsabilité financière du mari. Les pères d’enfants en bas âge ont donc tendance à travailler plus dur que jamais non seulement pour satisfaire les désirs de leur employeur, mais aussi pour des raisons familiales. L’investissement du mari dans la parentalité est freiné par le fait que la naissance d’un enfant lie davantage le père au travail salarié. Ironiquement, cette période de la vie durant laquelle les femmes souhaitent le plus ardemment que leur mari rentre plus tôt à la maison est celle où les hommes sont le moins susceptibles de pouvoir le faire.

V. Paternités diverses et dilemme paternel

A. Émergence de paternités diverses

35Même s’il est possible de dessiner des tendances générales, les pères japonais demeurent un groupe hétérogène. Au cœur d’une même strate sociale, les attitudes et comportements paternels varient.

36Trois types d’attitudes paternelles relatives à l’équilibre entre travail et parentalité ont été mis en lumière par Yazawa, Kunihiro et Tendo ; ils fournissent un exemple typique de la diversité qui caractérise la paternité japonaise contemporaine (Yazawa et al., 2003). Dans une enquête menée par questionnaire en 2001 auprès de pères des classes moyennes vivant à Tokyo, les auteurs ont posé des questions sur l’attitude idéale des pères et des mères en matière d’articulation travail/famille. Trois options étaient proposées : “privilégier le travail plutôt que la famille”, “s’investir dans les deux de manière égale” et “privilégier la famille plutôt que le travail”. Bien que le croisement de ces trois options produise neuf catégories, 93 % des répondants ont pu être répartis en trois sous-groupes correspondant à autant de rôles : le “rôle genré” (le père privilégie le travail et la mère, le soin des enfants), le “double standard” (le père articule travail et famille, la mère privilégie la famille) et l’ “égalitaire” (les deux parents articulent travail et famille).

37Il ressort de cette enquête que le fait qu’un père passe plus de temps avec un enfant ne lui procure pas toujours une satisfaction accrue. Le degré de satisfaction des pères est en fait affecté par la manière dont ces derniers interprètent leur comportement actuel. Par exemple, le type “double standard” a tendance à avoir davantage le sentiment qu’il manque de temps pour ses enfants même s’il ne passe, en fait, pas moins de temps avec eux que les autres types. Le type “rôle genré” croit plus en la discipline et est plus enthousiaste à l’égard de la parentalité que les deux autres types, bien qu’en réalité il ne passe pas autant de temps avec ses enfants. Ceci peut s’expliquer comme suit. Le type “double standard” a le sentiment de manquer de temps pour le soin des enfants parce qu’il ne peut s’investir autant que sa femme en raison de contraintes professionnelles notamment. Le “rôle genré” peut éviter de se culpabiliser en se montrant réaliste par rapport à sa situation actuelle qui l’oblige à s’investir majoritairement dans le travail.

38Notre propre recherche en cours depuis 2004 et basée sur des entretiens avec des employés japonais, donne des résultats similaires. Nous allons décrire quelques cas correspondant à chacun des types mentionnés ci-dessus.

B. Le type “double standard”

  • 2 Les noms utilisés ici sont des pseudonymes.

39M. Shimoda2 est le directeur d’une petite entreprise familiale de fabrication de panneaux située à Fukuoka et employant huit personnes. Il a un peu plus de trente ans, son épouse ne travaille pas, ils sont une fille de neuf mois. Depuis l’effondrement de la “bulle internet”, au début des années 1990, sa charge de travail a augmenté considérablement. La diminution du budget des clients et la compétition affectant les prix l’ont conduit à produire de bons articles plus rapidement et plus économiquement.

40En semaine, il travaille à l’usine de 8 heures à 17h30, supervisant ses subordonnés et produisant lui-même certains articles. Une fois ses employés partis, il travaille seul au bureau, dessinant les plans de nouveaux produits et estimant les coûts afin de produire des articles plus rapidement et plus économiquement. Il rentre chez lui au plus tôt vers 20h00, et parfois après minuit.

41Toutefois, si sa fille est éveillée lorsqu’il rentre, il lui donne toujours le bain et le biberon, et il s’occupe d’elle lorsqu’elle pleure la nuit. Le week-end, il fait également un effort pour faire la lessive et le nettoyage.

42Estime-t-il vivre un conflit entre le travail et la famille ?

Oui, j’y suis confronté. Les vies professionnelle et familiale sont toutes deux importantes. Donc je veux faire un maximum d’efforts pour les deux, mais le travail m’oblige à réfréner mon envie. Maintenant le bébé a grandi et ma femme se sent mieux, mais elle était mentalement instable après la naissance. J’ai été sous pression et exténué.

43Bien qu’il se considère lui-même comme « quelqu’un de traditionnel » et qu’il estime qu’un mari doive assumer la responsabilité financière du couple et la mère, celle du ménage, il fait un effort pour aider son épouse. Il se dit motivé par le fait d’avoir vu sa propre mère assumer seule le travail domestique et le soin des enfants.

C. Le type “rôle genré”

44Lorsque le père est obligé de travailler de longues heures alors que la mère passe plus de temps avec l’enfant, on peut raisonnablement s’attendre à ce que celui-ci ne fasse pas d’effort pour passer autant de temps à la maison que son épouse mais qu’il approuve la division genrée des responsabilités parentales afin de réduire l’écart entre ses souhaits et sa situation effective. Généralement, les pères qui correspondent au type “rôle genré” sont satisfaits de leur relation avec les enfants et leurs épouses n’expriment pas d’insatisfaction à cet égard, même si elles doivent assumer seules la majorité des tâches liées aux soins des enfants (Ishii-Kuntz, 1993). Pour les pères qui approuvent la division genrée, “un bon équilibre travail/parentalité” signifie juste « penser que les deux dimensions ont la même importance » plutôt que « consacrer un temps égal aux deux » ou « partager à égalité avec l’épouse les responsabilités parentales et professionnelles ».

45M. Nakahara est au début de la quarantaine, il est directeur de niveau moyen dans une compagnie de téléphones portables et vit à Yokohama avec une épouse au foyer et leur fille de 23 mois. Il quitte la maison à 7h00 et rentre après 23h00 tous les jours de la semaine.

Auteur : En rentrant après 23h00, vous avez peu de chances de prendre soin de votre enfant, n’est-ce pas ?
M. Nakahara : C’est difficile de le faire en semaine. Seulement le week-end et pendant les vacances.
Auteur : Vous pensez que vous conservez l’équilibre entre vies professionnelle et familiale ?
M. Nakahara : Pour moi, il est souhaitable de s’investir dans le travail et la famille dans une proportion de 6 à 4. Je pense que je peux presque le faire comme ça.
Auteur : Êtes-vous sûr que vous donnez 40 % de votre temps à la famille ?
M. Nakahara : Non, je ne parle pas en termes de temps.

D. Le type “égalitaire”

46Comparativement au type du “double standard”, les pères qui correspondent au type “égalitaire” sont moins susceptibles de se sentir coupables ou insatisfaits d’une implication moindre dans le soin des enfants. Le stress ressenti par les pères “égalitaires” provient davantage de la difficulté qu’ils rencontrent à combiner les tâches professionnelles et parentales.

47M. Tsuchida, proche de la quarantaine, est professeur de mathématiques dans une école secondaire à Fukuoka. Sa femme travaille pour la branche locale d’une des plus grandes compagnies d’assurances japonaises. Tous les jours de la semaine, il quitte la maison avec leurs filles de 2 ans et 4 ans vers 7h00 et les dépose dans un centre de garde d’enfants sur le chemin du travail. Le soir, sa femme va chercher les filles en rentrant. Il a encore beaucoup de choses à faire après avoir donné ses cours : coter les élèves, les conseiller, encadrer les activités du club, prendre contact avec les parents… Lorsqu’il ne doit pas rester tard à l’école, il rentre pour 18h30, fait le ménage et s’occupe des enfants avec son épouse, puis travaille tard à la maison. Le soir, il doit souvent se rendre à des réunions dans et en-dehors de l’école et doit parfois sortir en pleine nuit lorsque des élèves commettent des actes de délinquance. Il parle de ses difficultés à combiner le travail et le soin des enfants comme suit :

Comme ma femme et moi travaillons tous les deux, nous ne pouvons parfois nous empêcher de prendre le travail pour excuse afin de tenter d’échapper au soin des enfants. Par exemple, lorsque nous rentrons tous les deux crevés et que les enfants disent ‘popo’ ou ‘faim’, nous faisons parfois tous les deux semblant de ne pas entendre en espérant que l’autre s’en occupera le premier. Nous rentrons souvent tous les deux frustrés par le travail, alors nous déchargeons notre colère sur les enfants et puis nous nous sentons mal à l’aise.

48Pour les hommes qui disposent d’une marge de liberté dans l’organisation de leur vie professionnelle, il est possible de réduire la quantité de travail et d’allouer plus de temps et d’énergie aux soins des enfants. Cependant, un tel choix constitue un défi pour leur propre identité masculine et pourrait les mettre en difficulté, le monde du travail ayant été défini comme le monde des hommes (Ishii-Kunt, 1993). La fragilisation du modèle d’emploi japonais (travail tout au long de la vie et promotion/rémunération à l’ancienneté) et l’avènement d’un système axé sur la récompense de la performance ont poussé les Japonais à s’investir davantage dans le travail afin de se conformer à la masculinité hégémonique et de bénéficier d’un marché du travail dominé par les hommes.

49Certains pères parviennent cependant à combiner travail et famille et à prendre du recul vis-à-vis de cette question. M. Sonoda, proche de la quarantaine, est chercheur en chef dans un centre de recherche affilié au gouvernement. Il vit à Tokyo avec une épouse qui est chef de cabine dans une compagnie aérienne internationale ; leur fille a 10 ans et leur fils 1 mois. Lorsque sa femme était en voyage, il avait l’habitude de conduire lui-même sa fille à la crèche. Il parle de changements récents dans sa façon de penser :

Quand j’étais célibataire, ma vie était centrée sur la recherche, sur mon sujet favori, mais après mon mariage et la naissance de ma fille, je n’ai plus pu le faire. J’avais le sentiment de me sacrifier pour ma famille, parce que consacrer du temps et de l’énergie à la vie de famille me désavantage sur le plan professionnel dans un contexte de compétition croissante. Récemment toutefois, j’ai commencé à me sentir reconnaissant envers ma famille car elle donne un sens à ma vie autre que professionnel, et je ne veux plus faire de la bonne recherche aux dépens de ma vie de famille. Maintenant je trouve que les gens qui ne trouvent un sens à leur vie que dans le travail sont malheureux. Si j’ai voulu avoir un enfant 10 ans après la première, c’est à cause de cela. Si on veut être rationnel, on ne peut prendre la décision d’avoir des enfants, mais les élever vous apporte un grand bonheur. Mais le travail reste quand même important pour moi. Je vais faire de mon mieux pour faire du bon travail en utilisant une quantité limitée de temps et d’énergie.

VI. Conclusions

50Comparativement à ce qui se passe dans d’autres pays, les pères japonais passent moins de temps avec leurs enfants et sont plus susceptibles de laisser à leurs épouses les responsabilités parentales, excepté financières. Toutefois, la situation politique et économique récente les pousse à repenser leur mode de vie. Alors que la responsabilité de pourvoyeur principal de revenus revient toujours aux pères, l’on attend de plus en plus d’eux qu’ils s’investissent directement dans la socialisation et le soin des enfants. Ces changements sont porteurs de conflits pour les pères japonais. Les réactions varient. Certains justifient leur faible investissement dans le soin des enfants en réaffirmant la division genrée des responsabilités parentales et en pensant qu’en la matière, la qualité prime sur la quantité. Certains font un effort pour devenir des “super papas”, assumant à la fois la responsabilité de pourvoyeur unique de revenus et s’impliquant autant que possible dans le soin des enfants et le travail domestique. D’autres essaient de construire une relation égalitaire avec leur épouse, ils font un effort pour combiner travail et famille et/ou combattent la tendance sociale à juger la masculinité idéale à l’aune des perspectives professionnelles.

51Il n’est pas possible de trancher, pour le moment, entre un modèle qui privilégie un investissement paternel plus important et plus égalitaire dans la famille, et le modèle traditionnel du père autoritaire et absent. D’un côté, les politiques étatiques récentes et la situation de l’emploi semblent encourager les pères japonais à rechercher un meilleur équilibre entre vies professionnelle et familiale. L’État cherche à augmenter le taux de natalité et à améliorer le statut social des femmes. Il s’engage activement dans des politiques de promotion de l’implication paternelle dans la parentalité. Au début du xxie siècle, le gouvernement s’est fixé un objectif : 10 % des hommes prendront un congé parental à la naissance de leur enfant. Il a exigé des entreprises, par le biais d’une législation, qu’elles mettent en place des plans d’action soutenant la parentalité. L’instabilité croissante de l’emploi pourrait pousser les femmes à continuer à travailler après le mariage pour réduire les risques économiques, en même temps qu’encourager les hommes à participer davantage au travail domestique et aux soins des enfants.

52D’un autre côté cependant, il se peut que la paternité “traditionnelle” revienne au premier plan. Les voix d’intellectuels et de politiciens conservateurs regrettant l’individualisation et l’effondrement de la famille “traditionnelle” se sont faites plus fortes ces derniers temps, et un retour en arrière en matière de féminisme et d’égalité des genres est même évoqué (Hayashi, 2005 ; Nishio/Yagi, 2005). L’instabilité croissante de l’emploi pourrait tout aussi bien pousser les pères à s’accrocher à leur travail afin d’assumer leurs responsabilités de pourvoyeurs de revenus, les maintenant ainsi loin de la vie de famille. L’évolution future de la paternité japonaise demeure par conséquent ouverte.

Haut de page

Bibliographie

Allison A., 1994, Nightwork: Sexuality, Pleasure and Corporate Masculinity in a Tokyo Hostess Club, Chicago, The University of Chicago Press.

Connell R. W., 1995, Masculinities, Cambridge, Polity Press.

Dasgupta R., 2000, “Performing Masculinities?: The ‘Salaryman’ at Work and Play”, Japanese Studies, vol. 20, n° 2, pp. 189-200.

DeCoker G., 2000, “Japanese Fathers: The Father’s Place in a Changing World,” inCohen T. F., Ed., Men and Masculinity: a Text Reader, Belmont (CA), Wadsworth Thomson Learning, pp. 207-218.

Funabashi K., 1999, “Chichioya no genzai” (“Contemporary Fatherhood”), inWatanabe H., Ed., Henyōsuru kazoku to kodomo (Changing Family and Children), Tokyo, Kyōiku Shuppansha, pp. 85-105.

Funabashi K., 2000“ ’Kōfukuna katei’ shikō no kansei” (“A Trap in Wish for ‘Happy Family’ ”), inMeguro Y., Yazawa S., Eds., Shōshika jidai no jendā to hahaoya ishiki (Gender and Motherhood in the Society of Falling Birthrate), Tokyo, Shinyōsha, pp. 47-67.

Fusulier B., 2005, “Aux antipodes de la Finlande : le Japon et son modèle alternatif d’articulation travail-famille”, in Tremblay D. G., Ed., De la conciliation emploi-famille à une politique des temps sociaux, Montréal, Presses de l’Université du Québec, pp. 271-280.

Hayashi M., 1996, Fusei no Fukken (The Restoration of Paternity), Tokyo, Chūōkōronsha.

Hayashi M., 2005, Kazoku wo sagesumu hitobito: Feminizumu e no rironteki hihan (People who Disdain Family: Theoretical Criticism of Feminism), Tokyo, PHP Kenkyūsho.

Ikujiren (Otoko mo on’na mo ikujijikan wo renrakukai), 1989, Otoko to on’na de hanbunko-ism (Half-ism by Men and Women), Tokyo, Gakuyō Shobō.

Ishii-Kuntz M., 1993, “Japanese Fathers: Work Demands and Family Roles,” inHood J., Ed., Men, Work and Family, Newbury Park, Sage, pp. 45-67.

Ishii-Kuntz M., 2003“Balancing Fatherhood and Work: Emergence of Diverse Masculinities in Contemporary Japan,” inRoberson J., Suzuki N., Eds., Men and Masculinities in Contemporary Japan, London, Routledge Curzon, pp. 198-216.

jawe, 1994, International Comparative Research on ‘Home Education’: Survey on Children and the Family Life, Tokyo, Japan Association for Women’s Education.

Jidōkenkyōkai (The Child Study Group), 1961, Jidō shinri (Child Psychology), vol. 15, n° 3, Tokyo, Kaneko Shobō.

Jidōkenkyōkai (The Child Study Group), 1972, Jidō shinri, vol. 26, n° 3, Tokyo, Kaneko Shobō.

Jidōkenkyōkai (The Child Study Group), 1976, Jidō shinri, vol. 30, n° 10, Tokyo, Kaneko Shobō.

Jidōkenkyōkai (The Child Study Group), 1983, Jidō shinri, vol. 37, n° 1, Tokyo, Kaneko Shobō.

Jidōkenkyōkai (The Child Study Group), 1988; Jidō shinri, vol. 42, n° 1, Tokyo, Kaneko Shobō.

Kamitani I., 1998, “Gendaishakai ni okeru fusei no mondai” (“Issues on Fatherhood in Contemporary Society”), in Kuroyanagi H. et al., Eds., Chichioya to Kazoku: fusei wo tou (Father and Family: Quest for Fatherhood), Tokyo, Waseda Daigaku Shuppanbu, pp. 110-135.

Kersten J., 1996, “Culture, Masculinities and Violence against Women”, British Journal of Criminology, vol. 36, pp. 381-395.

Kodama R., 2001, “Chichioya-ron no genzai” (“Contemporary Discussions of Fatherhood”), inAsai H. et al., Eds., Nihon no otoko wa doko kara kite doko e iku no ka (Where do Japanese Men Come from and Go?), Tokyo, Jūgatsusha, pp. 122-148.

Kōseirōdōshō (Ministry of Health, Labour and Welfare), 2003, Kōseirōdōhakusho, heisei 15 nen bann (2003 Annual Report on Health, Labour and Welfare), Tokyo, Gyōsei.

Kōseishō (Ministry of Health and Welfare), 1998, Kōseihakusho heisei 10 nen ban (1998 Annual Report on Health and Welfare), Tokyo, Gyōsei.

Kumasawa M., 2003, Risutora to Wākushearing (Ristructuring and Work-Sharing), Tokyo, Iwanami Shoten.

Kuroyanagi H., 2000, “21seiki no chichioyazō” (“The Image of the Father in the 21st century”), Kyōiku to igaku (Education and Medicine), vol. 48, n° 9, pp. 4-10.

Masataka N., 2002, Chichioya-ryoku (Paternal Ability), Tokyo, Chūōkōronshinsha.

Matsuda S., 2002, “Chichioya no ikujisanka sokusinsaku no hōkōsei,” (“The Way to Promote Father’s Involvement in Parenting”), inKokuritsu Shakaihoshō Jinkōmondai Kenkyūsho Ed., Shōshikashakai no kosodate sien, (Child Support in the Society with Fewer Children), Tokyo, Tokyo Daigaku Shuppankai, pp. 313-330.

Menzu sentā (Men’s Center Japan), 1996, Otokorashisa kara Jibunrashisa e (From Manliness to Seflness), Kyoto, Kamogawa Shuppan.

Mitscherlich A., 1963, Auf dem Weg zur vaterlosen Gesellschaft : Ideen zur Sozialpsychologie, Munchen, R. Piper.

Naikakufu (Cabinet Office), 2003, Danjokyōdōsankaku hakusho heisei 15 nen ban (2003 Annual Report on Gender Equality), Tokyo, Kokuritsu Insatsukyoku.

Naikakufu (Cabinet Office), 2005, Danjokyōdōsankakuhakusho heisei 17 nen ban (2005 Annual Report on Gender Equality), Tokyo, Kokuritsu Insatsukyoku.

Nakata T., Sugimoto K., Morita A., 2001, Nichibei no Shingurufāzātachi (Single Fathers in Japan and America), Kyoto, Mineruva Shobō.

Nakatani F., 1999, “ ’Kosodate suru otoko’ toshiteno chichioya ? ” (“Father as Carer? ”), inNishikara Y., Ogino M., Eds., Kyōdōkenkyū danseiron, (The Discussions about Men: A Collaborative Research), Kyoto, Jinbun Shoin, pp. 46-73.

Nishio K., Yagi H., 2005, Shin kokumin no yudan: ‘Jendā furii’ ‘kageki na seikyōiku’ ga nihon wo horobosu, (Alerts to Japanese People: ‘Gender-Free’ and ‘Excessive Sex Education’ Are going to Destroy Japanese Society), Tokyo, PHP kenkyūsho.

nwec (National Women’s Education Center), 2006, Kateikyōiku ni kansuru kokusaihikakuchōsa (International Comparative Research on ‘Home Education’), unpublished.

ocde, 2003, Bébés et employeurs, comment réconcilier travail et vie de famille, Volume 2. Autriche, Irlande et Japon, OCDE, Paris.

Osawa M., 2000, “Government Approaches to Gender Equality in the Mid-1990s”, Social Science Japan Journal, vol. 3, n° 1, pp. 3-19.

Otoko no Kosodate wo Kangaeru Kai, 1987, Otoko no Ikujisho (Childcare Manual for Men), Toyko, Gendaishokan.

Parsons T., Bales R. F., 1956, Family: Socialization and Interaction Process, New York, Free Press.

Purejidentosha, 1997, Prejidento (President, Japanese Edition), vol. 35, n° 7.

Taga F., 2005“Rethinking Japanese Masculinities: Recent Research Trends”, inMcLelland M., Dasgupta R., Eds., Genders, Transgenders and Sexualities in Japan, London, Routledge, pp. 153-167.

Tanaka T., 2005, “ ’Otokorasisa’ to seikatsukūkan” (“ ’Masculinity’ and Living Space”), inNemura N., Ed., Jendā to kōsasuru kenkō/shintai (Health and Body Intersecting with Gender), Tokyo, Akashi Shoten.

Tōyōkeizaishinpōsha, 2000, Shūkantōyoōkeizai, n° 5665.

Vogel E. F., 1963, Japan’s New Middle-Class: The Salaryman and his Family in a Tokyo Suburb, Berkeley and Los Angeles, University of California Press.

Yamada M., 2004, Kibōkakusa shakai (The Society of Growing Disparity in Future Hope), Tokyo, Chikuma Shobō.

Yazawa S., Kunihiro Y., Tendo M., 2003, Toshikankyō to kosodate (Parenting and Urban Environment), Tokyo, Keisō Shobō.

Yoda A., Ogawa K., Eds., 1975, Chichioya: kakukazoku-jidai no yakuwari (Father’s Role in the Time of Nuclear Family), Tokyo, Shibundō.

Haut de page

Notes

* 育児をしない男を父とは呼ばない?

1 Libération des hommes.

2 Les noms utilisés ici sont des pseudonymes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Futoshi Taga, « “L’homme qui n’élève pas ses enfants ne devrait pas être appelé un père” ? Les tendances du discours sur la paternité et le dilemme paternel au Japon », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 27-45.

Référence électronique

Futoshi Taga, « “L’homme qui n’élève pas ses enfants ne devrait pas être appelé un père” ? Les tendances du discours sur la paternité et le dilemme paternel au Japon », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/457

Haut de page

Auteur

Futoshi Taga

Université de Kurume, Faculté de littérature. F.taga@nifty.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals