Navigation – Plan du site
À propos de livres

Charlier Jean-Émile, Moens Frédéric, Dir., Observer, décrire et interpréter. Un état des méthodes en sciences sociales

Lyon, Institut National de Recherche Pédagogique, 2006, 240p.
Géraldine André
p. 198-200

Texte intégral

  • 1 Quivy R., Van Campenhoudt L., Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod, 1988.

1Il est des questions récurrentes auxquelles se confrontent tous les chercheurs en sciences sociales : comment rendre intelligible la réalité sociale en y étant directement impliqué ? Comment énoncer et mettre en œuvre les grandes étapes de la démarche scientifique ? Que signifient les actes que sont l’observation, la description et l’inter­prétation ? En hommage au professeur et méthodologue Raymond Quivy, connu no­tamment pour l’ouvrage co-écrit avec Luc Van Campenhoudt, Manuel de recherche en sciences sociales1, Charlier et Moens, ont réuni treize contributions stimulantes qui re­viennent sur ces questions essentielles.

2Il s’agit moins d’un manuel destiné à la pratique de la recherche, qui renseignerait sur les étapes-types, sur des techniques, des méthodes prêtes à l’emploi, que d’une réflexion à plusieurs voix autour des interrogations suscitées par les démarches de re­cherche. Concrète­ment, l’ouvrage revisite la méthode en sciences sociales en accordant une place impor­tante à son épisté­mologie. La plupart des contributions s’articulent au­tour d’objets précis, d’exemples con­crets de recherches de terrain. A l’encontre de tout dogmatisme méthodologique, l’ouvrage souligne la nécessaire réflexivité du cher­cheur, l’inlassable travail de construction de l’objet, montrant, notamment, l’interdé­pendance entre les responsabilités éthiques et politiques du chercheur, les choix mé­thodologiques et théoriques, la relation avec les informateurs, le ter­rain, l’évolution et les transforma­tions des contextes sociaux.

3L’importance de la réflexivité, présente tout au long de l’ouvrage, ressort plus ex­pli­citement de certaines contributions. Ainsi, par exemple, Béraud, à travers une inter­rogation sur le type d’entrepreneur décrit par les économistes, montre comment ces derniers éprou­vent des difficultés épistémologiques à s’approprier « l’acte d’entre­pren­dre ». Dans le même ordre d’idées, le socio-anthropologue Bouvier réfléchit sur les conditions d’apparition de nouveaux champs épistémologiques. Travail réflexif d’au­tant plus important que, selon lui, les évolutions récentes de nos sociétés libérales, les désenchantements qu’elles ont produits, ont déconstruit certains faits sociaux et remis en question la pertinence d’outils analytiques élabo­rés dans des contextes sociaux dif­férents. Les nouveaux contextes renforcent l’importance qu’il y a d’entreprendre des recherches qui procèdent à « des mises en corrélation transdisciplinaires » ou des démarches inter­disciplinaires. Cette préoccupation est aussi partagée par les polito­logues Hufty et Muttenzer : la complexité des mondes sociaux fait émerger des objets, en l’occurrence la régulation des ressources naturelles, lesquels requièrent plusieurs angles de vue. Bien au-delà de la simple mise en commun d’un même objet, soit une démarche pluri­disciplinaire, l’interdisciplinarité qu’ils décrivent implique un travail de confrontation des différentes démarches disciplinaires et de leurs présupposés théori­ques, un proces­sus de re­conceptualisation de la problématique à travers des « concepts passerelles ». La contribution de Charlier et Moens plaide également pour une pluralité des points de vue, des techniques qui ne seraient pas complémentaires, mais en quel­que sorte « con­substantielles », fondant une unité de méthode à part entière. Une telle in­tégration de la pluralité méthodologique est éga­lement au centre de la réflexion de Burnay qui, sur la base d’une recherche portant sur les chômeurs en fin de parcours professionnel, cher­che à articuler de manière interdépendante les démarches qualitative et quantitative.

4Avec les contributions de Gallet, Scieur, Neveu et Nyamba, c’est la relation de com­mu­nication sociale que le chercheur établit avec ses informateurs qui est au cœur d’un ques­tionnement épistémologique. Gallet réfléchit, sur la base d’une observation participante con­duite auprès d’activistes d’organisations protestataires, aux frontières entre deux postures relationnelles, celle du spectateur distancié et celle de l’acteur en­gagé. Scieur, au départ d’in­terventions réalisées dans le cadre de pme familiales, montre combien la méthode mise en œuvre dépend du contexte et des paramètres rela­tionnels qui entourent l’intervention et s’in­terroge sur les difficultés inhérentes à la tri­ple figure du chercheur, de l’intervenant et du pédagogue. Neveu, également sur la ba­se d’interventions, en revient à questionner certaines pratiques canoniques, plus parti­culièrement l’anonymisation : celle-ci peut se révéler infé­conde et camoufler des di­men­sions signifiantes de l’objet, ici la reconnaissance des individus. Au départ d’une spécificité des terrains africains, la dimension orale de la culture africaine tradi­tion­nelle, Nyamba met en évidence l’importance d’établir une « vraie » relation sociale d’enquête nourrie par la connaissance de l’histoire sociale du groupe avec lequel le chercheur entre en interaction. Pas seulement pour des raisons liées à la production d’une plus grande intelligibilité des phénomènes étudiés, mais aussi parce que toute méthode possède des implications politiques et des enjeux en matière de reconnais­sance des infor­mateurs. Cette dimension déontologique au cœur de la relation d’en­quê­te est également soulevée par Moens et Charlier qui défendent des méthodes et des techniques qui perturbent le moins possible les informateurs et qui reposent sur une circulation du don, en recourant, par exemple, à la démarche de la restitution.

5L’interprétation est au cœur de trois contributions qui, par la lecture de quelques grands auteurs classiques, réinterrogent les grandes oppositions entre les connais­sances analytiques dotées d’un fort potentiel explicatif et les connaissances compré­hensives centrées sur le sens de l’action. Prenant appui sur les travaux de l’hermé­neu­tique, et plus précisément en partant de Charles Taylor et de Max Weber, Zacaï-Reyners pointe les écueils de l’empirisme, lorsqu’il s’agit d’appréhender le monde commun, non seu­lement pour accéder au sens des pratiques humaines, mais aussi en matière de res­ponsabilités anthropologiques. Quant à Ferréol, notamment au départ des travaux du cercle de Vienne et de l’école de Francfort, il revient sur l’articulation classique de la dialectique entre expliquer et comprendre. Enfin, Cuin discute les écueils et les li­mites de la démarche qu’il qualifie de « compréhensiviste »

6La dernière contribution de l’ouvrage, celle de Javeau, revient sur la naissance de la so­ciologie et sur ses ambitions premières, plus précisément sur le rôle émancipateur attaché au savoir sociologique. En retraçant l’évolution de la discipline, l’auteur mon­tre comment cet aspect de la démarche s’est, sinon perdu, du moins fortement adouci.

7C’est donc là un ouvrage utile et fort bien construit, où l’on voit bien la continuité et le rapport entre les différentes interventions. Dans chacune des pages et à travers tou­tes les con­tributions, le chercheur en sciences sociales est présenté comme un être de réflexion, cons­tructeur inlassable de son objet, jamais détenteur une fois pour toutes d’une méthode absolue et valable pour tous les contextes. De cette manière, ce livre souligne aussi l’importance d’une démarche critique. Cet aspect est un autre apport im­portant du livre qui rappelle la responsabilité du constructeur de savoirs à l’égard du monde qu’il décrit. En somme, cet ouvrage reflète bien la situation actuelle des scien­ces sociales et les défis qu’elles ont à re­lever aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Quivy R., Van Campenhoudt L., Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine André, « Charlier Jean-Émile, Moens Frédéric, Dir., Observer, décrire et interpréter. Un état des méthodes en sciences sociales », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 198-200.

Référence électronique

Géraldine André, « Charlier Jean-Émile, Moens Frédéric, Dir., Observer, décrire et interpréter. Un état des méthodes en sciences sociales », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/486

Haut de page

Auteur

Géraldine André

Facultés universitaires catholiques de Mons (GReSAS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals