Navigation – Plan du site
À propos de livres

Kupiec Anne, Karl Mannheim. Idéologie, utopie et connaissance

Paris, Éditions du Félin, coll. Les marches du temps, 2006, 168p.
Nathalie Zaccaï-Reyners
p. 203-205

Texte intégral

  • 1 Mannheim cité par Kupiec, p.68.

1« Karl Mannheim ne mériterait-il qu’une attention polie… » ? Ainsi s’ouvre cet ou­vrage dont l’intention est double : proposer au lecteur francophone une entrée dans les premières œuvres de Mannheim, mais aussi aviver son intérêt pour la sociologie de la connaissance telle qu’il l’entendait. À savoir une sociologie qui se propose « d’exami­ner la pensée non pas comme elle apparaît dans les manuels de logique, mais comme elle fonctionne dans la vie publique et politique en tant qu’instrument de l’action col­lective »1.

2Un premier chapitre permet au lecteur de se familiariser avec le parcours intellec­tuel et politique de Mannheim (1893-1947). Originaire de Budapest, il y poursuit ses études universitaires, mais sa formation le conduit également à l’étranger (Berlin, Pa­ris, Fribourg) où il fréquente entre autres les cours de Simmel, Cassirer, Troeltsch et Bergson. Il participe à divers cercles de réflexion au sein desquels il côtoie Michael et Karl Polanyi, ainsi que Georg Lukács. Sous la pression des événements politiques, il fuit la Hongrie en 1919, pour, après divers détours, regagner Heidelberg où il poursuit dans la voie universitaire. Alors qu’il est nommé professeur de sociologie à Francfort en 1929 (Nor­bert Elias et Hans Gerth y seront ses assistants), sa judéité l’oblige à un nouvel exil en 1933, qui le mènera finalement à Londres (lse puis Université de Londres).

3Afin de donner à voir le climat intellectuel et politique des années 1920-40, l’A. évoque fort succinctement quelques traits saillants de l’époque marquée par la pré­gnance d’un sentiment de confusion et de crise (le « malaise de la civilisation »). Quel fut le trajet de Mannheim dans ce contexte ? Tel est l’objet de ce bref chapitre 2, dont il ressort que la complexité de sa position d’émigré juif ne serait pas étrangère à ses réflexions sur la posture décentrée de l’intellectuel sans attaches. Ouvert à la pluralité des pensées et des courants intellectuels, Mannheim est resté sans postérité tandis que ses écrits donnent lieu à une étonnante diversité de réactions.

  • 2 Mannheim K., Das Altkonservatismus : Ein Beitrag zur Soziologie des Wissens. Version anglaise : Old (...)
  • 3 Mannheim K., Le problème des générations, trad. G. Mauger, Paris, Nathan, 1990 (1928).
  • 4 Mannheim K., Idéologie et utopie, trad. J.-L. Evard, Paris, Éd. de la MSH, 2006 (1929).

4Nous entrons dans le cœur du livre avec un troisième chapitre consacré à la lecture d’un choix d’essais de Mannheim. L’A. rappelle la forme fragmentée de son écriture et de sa pensée, ses essais se voulant autant d’« aventures intellectuelles » réfractaires à tout esprit de synthèse. Trois textes retiennent l’attention de l’A. : l’étude consacrée à la pensée conservatrice (1925)2, l’étude portant sur le problème des générations3, et enfin le célèbre recueil Idéologie et utopie de 19294. Autant d’écrits rédigés durant la période allemande, avant l’exil en Angleterre. Pour l’A., cette époque est marquée par l’intérêt de Mannheim pour les relations entre “connaissance” et “politique”, pour la diversité des modes de pensée et leur articulation avec les familles sociopolitiques. L’A. évoque les éléments saillants de ces essais en suivant leur fil. Le premier des trois textes cités souligne l’ancrage des visions du monde dans le temps et dans l’espace. La sociologie de la connaissance révèle le lien entre des modes de pensée spécifiques et des visions du monde elles-mêmes articulées à des modes d’existence. Le second texte examine la façon dont les individus relevant d’une même génération partagent une situation identique dans l’espace social. Mannheim ouvre ainsi les déterminants de la pensée au-delà de la seule classe sociale (l’A. reprendra à plusieurs occasions la question des relations à l’héritage marxien).

5Enfin, l’A. nous invite à parcourir Idéologie et utopie, considéré comme “l’œuvre” de Mannheim. Composé d’éléments épars, ce livre fut entièrement réécrit pour l’édi­tion anglaise. Traduit en français dans une version expurgée, il est depuis peu dispo­nible en version intégrale (cf. note 4 ci-dessus). Malheureusement Anne Kupiec ignore cette nouvelle édition dans la lecture qu’elle en propose ici, renvoyant aux textes allemand et anglais. Pour l’A., l’apport décisif de cet ouvrage aura été d’examiner la relation entre connaissance et politique. La connaissance est influencée socialement (et non dé­terminée socialement comme le souligne Z. Bauman). La difficulté consiste à se situer, si l’on adopte cette perspective, par rapport au relativisme. Mannheim s’y essaie en élaborant le concept de “relationnisme”. Il n’a néanmoins pas convaincu ses con­tem­porains sur ce point, comme le montre l’A. dans un quatrième chapitre consacré à la réception controversée de l’ouvrage. Pour l’A., il faut néanmoins voir dans la mul­tiplicité et dans l’hétérogénéité des critiques le « signe de l’intérêt des questions posées par ses analyses ». Et de conclure : « Les réponses que Mannheim avance valent moins que ses questions » (p.109).

  • 5 Mannheim cité par Kupiec, pp.147-148.

6Un dernier chapitre intitulé “Une lecture pour aujourd’hui” revient sur l’absence chez Mannheim de toute conceptualisation de l’émancipation comme d’une théorie de l’État. À la décharge de Mannheim, l’A. soutient que la position décentrée d’extério­rité sans attaches ne lui permettait pas de se prononcer politiquement sur l’émanci­pation, voire de s’engager sur la question de l’État, ce qui n’enlèverait rien à l’intérêt de ses travaux dont une lecture heuristique conserve sa vertu éducative. C’est encore la position même du penseur qui mérite d’être considérée dans l’adoption de ce style qui autorise l’expression des contradictions et des inconséquences. Comme l’écrit Mann­heim, « je pense que, dans le domaine controversé de la connaissance humaine, nous ne devrions pas masquer les inconséquences, et pour ainsi dire dissimuler les plaies ; no­tre obligation, concernant la condition actuelle de la pensée humaine, est de mettre le doigt là où cela fait mal »5 .

  • 6 Voir Max WeberLa science, profession & vocation. Suivi de Leçons wébériennes sur la science & la (...)

7Tout en saluant la parution de ce livre qui vient rappeler d’une façon ouverte et bienvenue l’intérêt de la lecture de Mannheim et de sa sociologie de la connaissance, on regrettera que l’importance des sources anglo-saxonnes n’ait laissé que peu de pla­ce à ses lecteurs francophones contemporains. On regrettera également que l’évocation du rapport à l’œuvre de Max Weber (cf. pp. 91-92) n’ait pas été informée des récents travaux de traduction et d’élucidation proposés par Isabelle Kalinowski sur le savant et le politique6.

Haut de page

Notes

1 Mannheim cité par Kupiec, p.68.

2 Mannheim K., Das Altkonservatismus : Ein Beitrag zur Soziologie des Wissens. Version anglaise : Old Conservatism : A Contribution to the Sociology of Knowledge, trad. établie par D. Kettler et C. Meja, publiée dans le volume XI des Collected Works, Londres, Routledge, 1997. Pour plus de précisions sur les différentes versions de ce texte, voir Kupiec, note 27, p.52.

3 Mannheim K., Le problème des générations, trad. G. Mauger, Paris, Nathan, 1990 (1928).

4 Mannheim K., Idéologie et utopie, trad. J.-L. Evard, Paris, Éd. de la MSH, 2006 (1929).

5 Mannheim cité par Kupiec, pp.147-148.

6 Voir Max WeberLa science, profession & vocation. Suivi de Leçons wébériennes sur la science & la propagande, présenté par Isabelle Kalinowski, Marseille, Éd. Agone, “Banc d’essai”, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Zaccaï-Reyners, « Kupiec Anne, Karl Mannheim. Idéologie, utopie et connaissance », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 203-205.

Référence électronique

Nathalie Zaccaï-Reyners, « Kupiec Anne, Karl Mannheim. Idéologie, utopie et connaissance », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/491

Haut de page

Auteur

Nathalie Zaccaï-Reyners

ULB, Institut de sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals