Navigation – Plan du site

Les épreuves de l’individu dans la globalisation

The Trials of Individuals within Globalization
Danilo Martuccelli
p. 13-32

Résumés

L’article s’interroge sur les modifications que la prise en compte du phénomène de la globalisation entraîne dans le processus d’individuation, en mettant au cœur de l’analyse la diffraction des phénomènes sociaux. C’est la complexité de cette diffraction qui rend compte, à tous les niveaux, de la dynamique entre le global et le local (que ce soit au niveau de la régulation du capitalisme ou des positions sociales occupées par les acteurs). Pour ce faire, l’article mobilise la notion d’épreuve comme opérateur analytique le plus apte à permettre une nouvelle mise en relation entre la structure de la société et les expériences des individus. Elle ouvre ainsi d’autres perspectives pour la sociologie comparée.

Haut de page

Texte intégral

1Quel type d’individu nos sociétés fabriquent-elles à l’ère de la globalisation ? La question est classique. C’est d’ailleurs en mettant en relation la structure de la société et la structure de la personnalité que la sociologie, depuis ses débuts, s’efforce d’y répondre. La première composante de l’équation a essentiellement été saisie au niveau national. Certaines études ont souligné notamment son degré de différenciation sociale et son mode de production. La seconde a été le plus souvent abordée en termes de modèles de socialisation, eux-mêmes subordonnés à la position sociale détenue par un acteur.

2La globalisation en cours amène à considérer cette problématique sous un angle nouveau. Le défi est toujours d’établir une relation entre l’histoire de la société et la biographie de l’individu, mais tout le problème est désormais de cerner les critères qui permettraient d’établir cette mise en relation autrement que par le biais d’une articulation immédiate et directe entre la structure sociale et la structure de la personnalité. Désormais, sauf pour quelques positions extrêmes, où la programmation des étapes de la vie est toujours de rigueur, la plupart des parcours ont tendance à s’individualiser. Le primat analytique accordé jadis à la notion de socialisation, sous la forme d’orientations normatives intériorisées ou de dispositions incorporées, doit être remis en question au profit d’autres stratégies de recherche. Il s’agit de rendre compte des modalités effectives selon lesquelles s’effectue désormais le processus d’individuation ; il s’agit de mettre en perspective les diverses façons selon lesquelles les changements économiques, politiques ou culturels s’inscrivent dans les existences individuelles et comment ils forgent ces dernières.

3Si l’individuation se produit à l’intersection d’une dimension diachronique et synchronique, encore faut-il être capable de trouver la manière de saisir, au niveau d’une biographie, les facteurs permettant de condenser en abrégé une situation historique et sociale. C’est justement ce que permet de faire la notion d’épreuve. Les épreuves se déclinent différemment selon les trajectoires et les places sociales, elles prennent des significations plurielles selon les acteurs considérés. Dans ce sens, il n’est plus possible de cerner directement l’histoire au niveau de la biographie ; il n’est plus guère possible non plus de transformer les tensions sociales et historiques d’une époque en épreuves morales et psychologiques. Si les ressemblances positionnelles sont toujours de mise, le processus d’individuation leur est désormais irréductible. Tout en gardant la dissimilitude des places présente à l’esprit, il faut reconnaître qu’il existe, derrière l’apparente similitude structurelle des positions, une grande diversité de situations et de contextes réels, qu’une vision trop pyramidale de l’ordre social (et de l’idée de société nationale) a longtemps empêché de regarder. Bien entendu, il est toujours nécessaire de considérer l’existence de grands facteurs structurels qui commandent l’essentiel de la distribution des opportunités et des ressources. Mais, au mieux, ceux-ci ne rendent compte que de manière indicative des états réels, et donc des multiples variations au travers desquelles se déroulent effectivement les vies. Le processus d’individuation s’effectue désormais dans une multiplicité de contextes que l’on ne peut plus inférer à partir d’une simple logique “descendante” de la société et de l’histoire. Tout en gardant au premier plan les changements historiques et les inévitables effets du différentiel de positionnement social entre acteurs, les épreuves permettent justement de rendre compte de la manière dont les individus sont produits et se produisent. Elles restituent au social la consistance qui est bien la sienne, du fait de la diffraction non uniforme des phénomènes et des pratiques dans la vie sociale (Martuccelli, 2005).

I. Ce que la globalisation fait à la sociologie

4Partons d’un double constat quelque peu contradictoire. D’une part, on a assisté dans les dernières décennies, à une importante reconfiguration et concentration du pouvoir économique au niveau national et, surtout, transnational. D’autre part, du fait de la multiplication des interdépendances, la capacité d’initiative des acteurs a globalement augmenté (la domination ne pouvant plus être perçue comme une expérience homogène). Il n’y a pas de sociologie valable de la globalisation sans remise en question de l’idée selon laquelle l’ensemble des dominations découlent de l’imposition d’un modèle unique instrumenté par les groupes dirigeants grâce à leurs pouvoirs. Si les facultés d’intervention de ces derniers sont bien réelles, aucune concentration absolue de pouvoir n’affecte entièrement la vie sociale.

5Les deux processus ont évolué de pair. D’un côté, une incroyable concentration du pouvoir politique et économique, de l’autre, et en sens inverse, le constat que désormais aucun groupe dominant n’a plus de capacité d’application directe globale de sa volonté sur les autres groupes (suite à la différenciation sociale croissante et à l’empowerment de bon nombre d’acteurs). Ce n’est pas seulement la vie sociale dans son ensemble qui ne peut pas être régulée par une classe dominante, comme l’a montré l’effondrement du totalitarisme au xxe siècle. Même dans des secteurs comme l’économie ou la culture, les problèmes échappent au pouvoir de régulation globale de toute couche dirigeante. Il ne faut pas alors mélanger les conclusions. Le retour en force des enjeux économiques dans la vie sociale au début du xxie siècle ne doit pas prêter à confusion. Pour importante que s’avère actuellement la concentration du pouvoir économique, elle est loin, à elle seule, de rendre compte de la pluralité des expériences sociales.

A. La dynamique du global et du local

6La situation contemporaine est marquée (et elle le sera pendant les prochaines décennies) par une tension croissante entre le global et le local. D’un côté, des forces et des acteurs de différentes natures poussent vers l’intégration globale. De l’autre côté, des espaces locaux d’autonomie ou de résistance se recréent sans arrêt. D’un point de vue historique, le problème majeur tourne ainsi autour des variantes de l’intégration du local et du global dans les divers domaines de la vie sociale (Robertson, 1992). Le primat de l’un ou de l’autre, en fonction des activités ou des positions étudiées, ne se transforme jamais véritablement en hégémonie unilatérale. Le lieu traditionnel du saisissement des positions structurelles, l’État-nation, est insuffisant, sans cesser pourtant d’être pertinent. C’est pourquoi en matière de globalisation, ni la thèse des sceptiques, ni celle des hypermondialistes ne sont recevables (Held et al., 1999). Les tendances à l’émergence d’une économie globale existent, mais elles sont indissociables du maintien d’une série d’éléments proprement nationaux ou régionaux. Tout n’est pas global (et certainement, ne le deviendra pas dans un avenir proche), rien n’est plus seulement local. Mais surtout, tous les domaines de la vie sociale n’ont pas une dynamique semblable : selon les activités ou les groupes étudiés, il faut observer, empiriquement, les “degrés” de global ou de local. Dans ce travail de conceptualisation transnationale, des catégories anciennes de la pensée sociale, notamment toutes les variantes du type “centre-périphérie”, sont à reprendre et à retravailler.

7C’est en continuité et en inflexion avec ces analyses qu’il faut désormais reconnaître l’importance des facteurs supranationaux dans l’analyse sociologique. En dépit des évidentes inégalités de pouvoir existant entre les différents acteurs, l’idée d’interdépendance transforme en profondeur la capacité d’organisation au niveau global lui-même. L’interdépendance multilatérale et hiérarchisée invite donc à complexifier, sans l’annuler, la notion de “centre”. A la différence du modèle de la dépendance, où il garde une emprise générale sur le processus, aucun acteur n’est plus susceptible de réguler le niveau global et l’ensemble des interdépendances qui le constituent (Albrow, 1997). Plus simplement : la globalisation est une interdépendance de multiples réseaux ou un engrenage des systèmes sociaux ; mais le niveau global, lui, n’est pas vraiment un système. Il faut cependant se garder de tomber dans l’excès inverse : l’hypothèse d’une modernisation sans acteurs, d’une histoire sans aucun dessein, soumise aux caprices multiples d’effets non intentionnels, en dehors de toute emprise de domination. Les classes supérieures visent toujours un contrôle global de situations dont elles n’ont, aujourd’hui comme hier, qu’une maîtrise partielle. Au modèle de la dépendance, privilégiant la relation entre un “centre” et une “périphérie”, il faudra moins opposer un modèle d’interdépendance global/local qu’établir, en fonction des situations, des dynamiques toujours asymétriques entre ces deux modèles. Surtout, il ne faut à aucun moment oublier que la dynamique entre le global et le local n’opère pas directement, mais qu’elle est filtrée, réfractée et détournée par une série de consistances sociales.

8Le problème majeur est alors de montrer l’imbrication in situ des processus globaux et de leur articulation locale (Giddens, 1994 ; Beck, 2000). Il n’y a de globalisation que saisie localement, c’est-à-dire, en tenant compte du différentiel de pilotage entre groupes et pays, mais aussi en prenant en considération les processus multiples d’appropriation culturelle, économique ou politique au niveau local. L’analyse doit ainsi constamment garder à l’esprit la dynamique entre les positions sociales au sein d’une société et la place de cette société dans l’économie mondiale. Et ce sont des conséquences de cette dynamique pour l’individuation dont il s’agit de rendre compte.

B. La diffraction des phénomènes sociaux

9La prise en considération du jeu des consistances sociales et des modes de diffraction des contraintes est le principal défi analytique posé par la globalisation à la sociologie. La globalisation contraint la sociologie à une réorientation fondamentale de son approche de la réalité sociale. Dans une perspective macrosociologique, il ne suffira plus en effet de savoir, d’un point de vue cognitif, comment s’établit un enchaînement vraisemblable entre les raisonnements et les événements (lorsqu’on corrèle, par exemple, la présence d’une crise économique à des poussées de xénophobie). Il faudra aussi s’attarder sur les processus sociaux concrets par lesquels les événements prennent forme dans la vie sociale. L’objectif n’est pas alors seulement d’ “expliquer” les causes ou les raisons d’un événement (même si, au moins implicitement, toute étude sociologique comporte toujours une dimension de ce type), ni de se contenter de la dialectique générale entre le global et le local. Il s’agit de rendre compte de manière très précise de la diffraction des phénomènes. Ce n’est pas la première fois qu’une telle exigence prend forme, mais la globalisation rend celle-ci tellement évidente qu’elle oblige à un véritable aggiornamento.

10En fait, derrière ce constat se pose un problème bien plus fondamental : la dialectique entre le “haut” et le “bas” d’une société. Dans la mesure où tout phénomène social se décline au travers d’une série de consistances, il faut que l’analyse soit chaque fois capable de préciser, pour les différents niveaux de la réalité, la nature et l’étendue du processus étudié. Il faut récuser toute vision mécaniciste de l’exercice du pouvoir et promouvoir une série d’études permettant de cerner les myriades de diffractions par lesquelles celui-ci passe, s’impose, se filtre, se dilue, se perd. Car le problème est double : le trajet du pouvoir n’est pour l’essentiel étudié que dans un seul sens (descendant), et surtout son mode opératoire réel est escamoté puisqu’il est supposé se répandre de manière uniforme et immédiate sur toute la société. Au cœur de la globalisation, il est nécessaire de complexifier le lien existant entre l’emprise d’un acteur dirigeant, les projets de domination stricto sensu et les situations éprouvées par les acteurs. Il existe un ensemble de dominations ordinaires, opérant en deçà des pouvoirs et des volontés de contrôle directes des groupes dirigeants, et par lesquelles se forgent les individus. Savoir “qui” domine ne permet plus de comprendre entièrement “comment” les individus sont dominés, et encore moins de savoir ce qu’ils deviennent. Le fait de relier simplement ces trois processus n’a été le propre que d’un seul moment historique et d’une conceptualisation particulière de l’ordre social (Martuccelli, 2001).

11Il est impossible de rendre compte du processus d’individuation à l’ère de la globalisation si l’on ne considère pas les conséquences, décisives et en cascade, de ce type de phénomène. Aujourd’hui, déduire directement d’une vision macrosociologique des conséquences microsociologiques apparaît plus que jamais comme une erreur. Il n’y a plus de couplage étroit et unidirectionnel entre les différents niveaux. La logique descendante ne permet pas de comprendre comment un acteur individuel éprouve un changement de type macrosociologique. Si certaines situations s’articulent directement avec des événements globaux lointains, d’autres, en dépit de leur grande interdépendance globale n’en jouissent pas moins de marges de manœuvre non négligeables.

II. Comment faire une sociologie de l’individuation à l’ère de la globalisation ?

  • 1 Pour reprendre la caractérisation de K. Polanyi (Polanyi K., 1983).

12Certes, le problème de la diffraction tous azimuts d’interdépendances multiples et hiérarchisées est le défi analytique central de la globalisation. Mais comment cerner alors concrètement l’individuation dans ce processus ? Avant même de pouvoir déployer le jeu des épreuves, il faut cerner la nature du grand conflit central des sociétés modernes qui oppose la logique du marché et la logique de la protection1. Ce prérequis est également indispensable si l’on veut restituer sa diffraction effective et mettre en place une conceptualisation plus dynamique du positionnement des acteurs.

A. Le capitalisme et l’État-providence

13Le problème principal est ainsi d’expliciter les diverses consistances positionnelles à partir desquelles les acteurs agissent et éprouvent la vie sociale. Quel système de places structurelles privilégier pour étudier les processus d’individuation ? La nature proprement capitaliste des sociétés contemporaines est la caractérisation historique la plus importante. Cependant, il ne s’agit pas d’affirmer que l’économie aurait, en dernière instance, un rôle déterminant sur les autres épreuves ou phénomènes sociaux. L’épaisseur croissante du social empêche justement ce type de lecture. Mais une partie décisive des moyens de vie des individus s’obtient de manière directe ou indirecte sur le marché du travail, octroyant toujours à cette dimension une centralité incontestable.

14Le contexte actuel est caractérisé, notamment dans les pays du Nord, par un mélange inégal : d’une part, un capitalisme de plus en plus globalisé, “libéré” des contraintes de la protection sociale ; d’autre part, le maintien, voire le renouveau, de l’État-providence. L’étude des processus d’individuation doit ainsi tenir compte à la fois de l’intensification des interdépendances transnationales et de la diversification institutionnelle des sociétés nationales. La globalisation transforme sans doute les anciennes configurations institutionnelles ; celles-ci résistent cependant au travers de différents mécanismes (rémanences organisationnelles, conflits sociaux, cultures politiques…) et ouvrent ainsi un espace particulier d’articulation entre le global et le local.

15Pour rendre compte de ce phénomène, l’analyse doit privilégier (au-delà de la multiplicité des arrangements institutionnels capables de coordonner les économies contemporaines) un double axe d’organisation des rapports sociaux : l’un relevant de la logique du marché et l’autre de l’impact des politiques publiques. Si ces deux types d’organisation de rapports sociaux sont interdépendants, le premier axe oppose essentiellement, sur le plan analytique, les groupes dirigeants aux groupes dominés dans des relations de travail. Aujourd’hui, les acteurs sont plus ou moins directement exposés aux contraintes du marché selon leurs qualifications, le domaine de production, la position de l’entreprise dans la hiérarchie de la sous-traitance. La ressource essentielle des acteurs est alors leur puissance économique et leur position sur les divers marchés. Le deuxième axe oppose les groupes supérieurs, noblesse d’État et groupes protégés, à ceux qui n’ont pu bénéficier des systèmes de protection ou qui n’en connaissent plus que des bribes. Ici, la hiérarchie est définie par la distribution des positions dans un vaste ensemble réglementaire de transferts sociaux : agents du service public, classes d’âge, élèves et étudiants, retraités, famille. Dans ce registre, la ressource principale des acteurs est leur influence politique.

16Le processus d’intégration des sociétés industrielles a longtemps renforcé le rapprochement des deux axes. Dans les années soixante-dix, en tout cas en France, l’État et le grand capital apparaissaient ainsi comme les deux faces d’un même ensemble. Mais aujourd’hui un conflit, voire une opposition se dessine entre eux. Selon certaines interprétations, les institutions financières (notamment de nature non bancaire, fonds de pensions, fonds de placements collectifs, sociétés d’assurances, entreprises financières…) détiendraient aujourd’hui des montants de revenus qui leur permettraient à la fois d’imposer un autre modèle de gestion des entreprises et en même temps, notamment grâce aux montants des dettes publiques dont elles disposent, de peser lourdement sur les décisions des gouvernements devenus leurs débiteurs.

  • 2 Il existe cependant une autre interprétation selon laquelle le pouvoir de l’entreprise reste toujou (...)

17Les actionnaires et les propriétaires des obligations auraient ainsi la capacité de répartir la richesse socialement produite entre les salaires, les profits et la rente financière, mais aussi, ce qui peut être encore plus important pour l’avenir, entre la part de la rente distribuée en termes de bénéfices et celle attribuée à l’investissement. Le capitalisme patrimonial serait alors un régime accroissant l’antagonisme entre le capital et le travail (Aglietta, 1998 ; Chesnais, 2004). Toujours selon les mêmes interprétations, le pouvoir de la finance se serait considérablement accru, avec, notamment, la constitution d’un marché d’entreprises entre lesquelles les actionnaires pourraient choisir d’investir en fonction de la (non)satisfaction de leurs exigences de rentabilité. Souvent, le cours de la bourse deviendrait le critère déterminant de leur gestion. L’accroissement du pouvoir de la finance et la réhabilitation de la notion de propriété seraient ainsi à l’origine de bon nombre de politiques de réduction des coûts, de restructuration de groupes économiques autour des activités les plus rentables, de licenciements en période de dégagement de profits ou de programmes récurrents de rachat d’actions2.

18Cependant, il est inexact de conclure que le monde du capitalisme est de plus en plus ouvert et compétitif, tandis que le monde de l’État-providence serait de plus en plus fermé sur ses propres règles, se défendant par l’intermédiaire de ses capacités politiques et syndicales. En fait, les positions sociales sont toujours, aujourd’hui comme hier, même si c’est sous de nouvelles modalités, le fruit d’articulations diverses entre ces deux grands axes de rapports sociaux. C’est toujours par leur imbrication conflictuelle que se consolide une pluralité des modèles nationaux. C’est dans cette perspective que G. Esping-Andersen a proposé l’une des plus importantes représentations d’ensemble (Esping-Andersen, 1999) de cette problématique. Selon cet auteur, il ne faut pas raisonner en termes d’États-providence plus ou moins égalitaires, mais plutôt de logiques différentes de stratification sociale. C’est la manière dont l’État-providence régule le capitalisme qui permet de donner la caractérisation la plus solide d’un ensemble sociétal, permettant ainsi de rendre compte, à un certain niveau d’agrégation des conduites, des évolutions dans l’emploi, des parcours d’âge ou des structures familiales. Face aux changements associés à la globalisation, la marge de manœuvre des gouvernements nationaux se transforme. Mais il ne s’agit nullement d’une perte absolue de souveraineté des États-nations ; au cœur de ces processus, il s’est plutôt produit un redéploiement des rapports de forces (Berger, 2006).

B. Globalisation, nations, territoires

19Illustrons rapidement ce qui précède à partir d’un contexte régional et national. Actuellement, les activités dites mondialisées relevant d’une concurrence réellement ou potentiellement internationale ne constituent qu’une des composantes du tissu économique ; il s’agit d’ailleurs souvent d’ « une composante généralement minoritaire par rapport aux activités reposant sur des mécanismes hors marché ou à des activités marchandes de court rayon » (Veltz, 2004 :59 ; Veltz/Davezies, 2004). Les revenus d’un territoire ne proviennent pas seulement des marchés internationaux. Une partie importante et parfois même croissante des ressources des acteurs procède des revenus injectés dans l’économie locale par le biais des salaires, des retraites, des subventions publiques, bref, de transferts divers. Une part importante du revenu des ménages des territoires français n’a aucun rapport direct, en montant et en évolution, avec l’efficacité productive locale. C’est dire qu’une partie non négligeable de la création d’emploi dépend des formes de dépenses locales (les revenus des régions étant fortement marqués par les budgets publics ou les prestations sociales). Dans ces situations, attirer les entreprises n’apparaît pas comme la seule stratégie viable pour un territoire. Bien entendu, enfermer une économie régionale dans de purs revenus de transferts est à moyen terme intenable ; mais, il n’en reste pas moins que l’État-providence est une véritable machine à emplois, et qu’il est parfois, dans certains contextes ou périodes, la seule source significative de croissance. D’ailleurs, c’est dans le tertiaire dit “peu qualifié” que se trouvent probablement les plus importants gisements d’emplois pour l’avenir.

20Or, l’existence de ce double système de rapports sociaux a des conséquences multiples sur les vies individuelles. Dans les sociétés contemporaines, le processus d’individuation à l’œuvre n’est possible qu’au travers d’un ensemble de protections et de droits garantis et octroyés, pour beaucoup, par l’État-providence. La démarchandisation de la vie sociale, notamment, a été l’un des plus puissants leviers de l’individuation : elle a permis de passer de relations contraintes de dépendance mutuelle à un univers plus électif. Elle a surtout émancipé les plus démunis, mais aussi les femmes et les jeunes, de la sphère de la parenté, au profit de la collectivité tout entière. D’ailleurs, les acteurs en sont parfaitement conscients. Ils savent que leur vie dépend largement de l’évolution de l’État-providence : que cette évolution aille vers l’abandon progressif de la socialisation d’une série de risques, notamment en direction des catégories les plus démunies, ou qu’elle s’oriente vers le renvoi aux ménages d’une série de problèmes encore aujourd’hui pris en compte par la solidarité collective. Dans tous les cas, la situation et l’itinéraire de vie des femmes, des jeunes, des catégories populaires, et in fine, des couches moyennes elles-mêmes connaîtront des variations importantes.

21Au cours des dernières décennies, en dépit de profondes transformations sociales et économiques, les sociétés européennes n’ont pas assisté à l’abandon pur et simple des formes de régulation nationale. Elles restent des sociétés marquées par une logique capitaliste et par une variante aménagée d’État-providence. Bien entendu, sur ce registre, les différences sont de taille entre les pays, mais dans un pays comme la France, par exemple, des questions telles que le rôle actif de l’État, l’importance des prestations sociales et des transferts de revenus disponibles, sans oublier l’octroi de nouveaux droits, ne peuvent pas être saisies par l’idée simple d’un démantèlement de l’État-providence. Certes, ce double axe des rapports sociaux est insuffisant pour caractériser la diversité réelle des capitalismes contemporains. Comme les travaux de la théorie de la régulation le montrent depuis des décennies, bien d’autres formes institutionnelles doivent être prises en compte (Boyer, 2004 ; Amable, 2005). Pourtant, si la sociologie doit certainement rester attentive à la diversité réelle des contextes nationaux et des compromis institutionnels, en revanche, il lui faut disposer d’une représentation analytique simple des grandes tendances en cours. Il ne s’agit pas là d’une objection mais d’un rappel nécessaire du degré de précision qui doit être atteint dans les études empiriques.

C. Les deux étages du social

22À un haut niveau de généralité, il est ainsi possible de caractériser les grandes positions structurelles à partir de l’imbrication d’un double système de rapports sociaux. Cinq grandes positions se dégagent. Les “dirigeants” constituent une petite minorité, placée à cheval sur ce double axe ; ils disposent de véritables capacités de pilotage et de prise de décisions globales. Les “compétitifs” sont les “gagnants” de la globalisation, ce sont des acteurs dont le travail a une forte valeur ajoutée ; ils sont mobiles et travaillent souvent dans des secteurs hautement internationalisés de l’économie mondiale. Les “protégés” opèrent notamment dans les services, ils sont relativement protégés de la concurrence globale, que ce soit du fait de leur secteur d’activité ou du statut de leur emploi. Les “précaires” produisent les biens et les services en étant fortement exposés à la concurrence globale ; ils sont souvent soumis à une importante fragilité statutaire. Enfin, les “exclus” sont les véritables “perdants” de la globalisation, ils sont plus ou moins définitivement écartés du marché de l’emploi.

23L’idée d’une pyramide positionnelle enlise cependant l’analyse dans un ensemble d’impasses. La formidable multiplication des positions intermédiaires rend en effet parfois de plus en plus difficile le fait de savoir, qui est vraiment en “haut” ou en “bas”. Les positionnements hybrides s’accroissent et les acteurs peuvent connaître, de manière simultanée et contradictoire, des mobilités “ascendantes” et “descendantes” dans divers domaines sociaux. Dans bien des situations, par exemple, il n’existe plus vraiment de frontière claire entre les salariés placés définitivement du “bon” ou du “mauvais” côté ; en effet, les frontières entre le noyau dur et la périphérie de l’emploi (parfois au sein d’une même entreprise) sont souvent mouvantes et floues, et les conditions de passage de l’un à l’autre sont redéfinies en permanence (Durand, 2004).

24Pourtant, le problème n’est pas de “complexifier” une hiérarchie positionnelle unique. L’analyse doit toujours distinguer, à partir de quelques axes jugés majeurs, des positions structurelles, au nombre restreint, établissant une distribution inégale des ressources. Mais cette reconnaissance ne doit pas négliger l’initiative qui reste entre les mains des acteurs. Autrement dit, l’analyse a besoin de postuler l’existence de quelques grandes places objectivement définies (notamment à la croisée du marché et des interventions publiques) ; dans le même temps, celles-ci ne sont ni suffisantes ni fixes, mais en tension permanente avec d’autres facteurs. Tout en reconnaissant leur importance, il ne faut envisager ce niveau que comme un instrument provisoire de travail auquel il est nécessaire d’ajouter un autre niveau.

25Faute d’une meilleure dénomination, appelons ce second niveau à visage pluriel des “états sociaux”. En effet, ceux-ci ne sont plus superposables à une analyse pyramidale de la structure sociale parce qu’ils se glissent, de manière transversale, entre les diverses positions structurelles. Pour les cerner, il ne suffit pas de complexifier les systèmes de rapports sociaux, ni d’additionner les attributs des acteurs (classe, âge, sexe, ethnie). Il faut plutôt apprendre à les construire à partir d’analyses empiriques visant à comprendre, au plus près des expériences des individus, leurs manières de se forger (ou non) des espaces sociaux protégés.

26Tout dépend alors de ce qui est visé. Il est ainsi toujours possible de placer à une extrémité tous ceux qui jouissent de bonnes connexions (en termes d’emploi, de revenus, de capacités, de protections institutionnelles) et qui, surtout, gardent un contrôle actif de leur situation d’un point de vue économique et politique. A l’autre extrémité sont relégués tous ceux qui sont définis par des connexions considérées comme “mauvaises” (faibles revenus), “rares” (faible densité relationnelle), “perverses” (liées aux activités informelles ou illégales) et qui, surtout, n’ont pas de contrôle actif sur celles-ci (parce qu’elles sont largement dépendantes de décisions sur lesquelles ces acteurs n’ont qu’une faible incidence politique). A un haut niveau de généralité, il serait ainsi possible de trouver, en apparence sans grande difficulté, un lien hiérarchique peu problématisé entre les différentes positions.

27Une analyse plus détaillée corrige cependant immédiatement cette première lecture. Hormis pour une minorité durablement et globalement protégée, la plupart des individus (dans la plupart des sociétés) ont le sentiment que leur position n’est plus imperméable au changement ni à la détérioration sociale. Les pratiques les plus diverses de protection apparaissent dans tous les domaines de la vie sociale. Le résultat est donc, si l’on s’en tient par exemple à ce seul registre, une dynamique particulière entre les connexions économiques globales et la transformation des principes et des mécanismes de protection sociale. En fait, plus que les changements quantitatifs, c’est la capacité grandissante des acteurs à jouer avec les risques sociaux qui s’avère importante. A terme même, paradoxalement, l’important n’est plus, face aux défis de la globalisation, d’intervenir directement sur les événements, mais d’apprendre à se mettre à l’abri des secousses du monde.

28Plus qu’à un jeu à somme nulle, nous sommes confrontés à des effets en cascade, de la part d’acteurs sociaux qui se protègent et s’exposent différemment. Les différences entre acteurs s’expliquent par des compétences cognitives diverses (entre ceux qui sont susceptibles ou non d’anticiper les risques), par la diversité des ressources pratiques dont ceux-ci disposent, par le contrôle qu’ils gardent sur ces processus en se fabriquant des refuges (des “niches”, des “digues” ou des “boucliers”), mais aussi par la qualité des “supports” dont dispose un individu.

29Les états sociaux, transversaux aux positions structurelles, ne modifient pas la place sociale “objective” d’un individu mais désignent les manières dont les acteurs s’acquittent de leur processus d’individuation. On le comprend : le but est de parvenir à décrire de manière concrète et presque singulière l’effet des structures sur les actions individuelles au travers d’une pluralité de formes de diffraction. Parfois, bien évidemment, rien n’interdit la superposition entre une position structurelle et un état social. Mais dans bien d’autres cas, au contraire, les états sociaux doivent être définis transversalement à la plupart des positions structurelles (ainsi que, bien évidemment, aux catégorisations sociales administratives d’une société). Les figures des états sociaux sont ainsi toujours transversales aux différentes positions structurelles, elles-mêmes déjà transversales aux États-nations. L’analyse exige ainsi de briser la cloison souvent artificielle des clivages sociaux ou nationaux afin d’établir d’autres frontières plus significatives. D’ailleurs, les études du pnud et les différents indicateurs que ce dernier a mis en place, ont fortement souligné l’importance des disparités régionales au sein d’un même espace national : certains quartiers des grandes villes des pays du Nord peuvent par exemple connaître des conditions d’inégalité et de pauvreté plus grandes que certaines zones de pays du Sud.

III. Globalisation et individuation

30La sociologie, à l’ère de la globalisation, doit donc rencontrer en permanence une double exigence. D’un côté, elle se doit d’être de plus en plus attentive aux dimensions globales et transnationales de certains phénomènes. De l’autre côté, il lui faut être de plus en plus précise dans la description des modalités selon lesquelles ces phénomènes se filtrent dans la vie sociale. C’est à la résolution de cette équation que nous proposons d’appliquer la notion d’épreuve.

A. L’épreuve comme opérateur analytique

31Les épreuves ont trois grandes caractéristiques. D’abord, elles désignent des enjeux sociaux auxquels sont soumis de manière contrainte les individus. Ensuite, toute épreuve apparaît comme un examen, un test (souvent non formalisé) adressé à chacun d’entre nous. Enfin, le propre de chaque épreuve est de tester notre résistance et nos capacités à nous en acquitter.

32L’intérêt analytique de la notion d’épreuve provient surtout de sa capacité à opérer comme un outil qui agirait à deux niveaux. Si ces niveaux ne fusionnent quasiment jamais, il peut s’établir autour de l’outil une conviction partagée par l’analyste et les acteurs. La notion d’épreuve procède donc de l’articulation entre, d’une part, l’examen des façons effectives dont les individus ont conscience et s’acquittent des grands défis de leur existence (niveau 1) et, d’autre part, une représentation savante et distanciée des faits vécus, animée par ailleurs par la scrupuleuse volonté de mettre en relation les phénomènes sociaux et les expériences individuelles (niveau 2). Autrement dit, il s’agit de saisir les structures historiques au travers des situations individuelles, l’analyse s’emparant des coercitions à partir des trajectoires personnelles. Cependant, pour en rendre compte autrement que sous l’unique forme d’expériences individuelles, l’analyse doit également cerner les différents mécanismes sociaux qui les produisent (et ceci de la manière la plus concrète possible). La prise de vue panoramique doit ainsi constamment aller de pair avec le gros plan, afin de cerner les multiples diffractions des processus à l’œuvre.

33Le problème central est donc de rendre compte des diverses manières dont les épreuves (saisies au niveau 2) se diffractent jusqu’aux individus, s’organisent et s’expriment à travers des formes langagières différentes (niveau 1). Bien entendu, les modalités selon lesquelles les expériences sont restituées, et donc, d’une certaine manière, constituées par les langages, sont inséparables des dispositifs discursifs disponibles dans une société ou une culture. Cependant, ces traductions-énonciations (niveau 1) n’enlèvent rien à la pertinence d’un regard qui objective les grandes formes structurelles de ces épreuves, y compris en recourant à une grande variété de procédures de recherche plus ou moins extérieures aux individus (niveau 2).

  • 3 Pour une recherche empirique en ce sens, on verra Martuccelli D., 2006.

34En réalité, il ne s’agit nullement d’un problème inédit. Ce problème est bien entendu le lot commun de tout historien contraint de rendre compte d’un phénomène collectif en d’autres termes que ceux qu’emploient les acteurs eux-mêmes, au moment où l’histoire est en train de se faire, mais aussi à l’aide d’une autre vision, que l’on peut qualifier de plus exhaustive, sinon toujours de plus exacte. A rebours, les erreurs des autres nous paraissent d’autant plus graves que la croyance dans nos vérités est peu soumise à examen. Et, de la même manière que l’historien doit toujours se garder, dans l’interprétation de l’histoire telle qu’elle fut éprouvée, de confondre sa définition des événements avec la conscience qu’en ont les acteurs, le sociologue doit garder cette tension présente analytiquement tout au long de son étude. Bref : la réalité d’une épreuve ne se réduit pas à sa perception, mais sa perception n’est jamais un pur corollaire de son existence. La réalité structurelle d’une épreuve (dégagée analytiquement au niveau 2) et son expression individuelle ou collective (niveau 1) sont deux choses différentes et irréductibles. Elles ont cependant entre elles un grand nombre d’articulations possibles, allant d’un reflet plus ou moins fort à un divorce plus ou moins radical. Lorsque la sociologie abandonne le niveau 2, elle se réduit à un pur recueil du discours des acteurs, tout au plus à un classement typologique des discours, voire à une présentation qui relève davantage d’un catalogue ou d’un rangement organisé d’une série d’éléments habituellement épars dans l’expérience, que véritablement d’une analyse en bonne et due forme. Lorsque la sociologie n’étudie pas les processus en aval (niveau 1), elle s’enferme dans une posture dogmatique, parfois peu réflexive, puisqu’en négligeant de prendre en compte l’expérience vécue des acteurs, elle enlève de son analyse une partie substantielle de la réalité sociale. C’est la rencontre des deux niveaux qui permettra de mettre en place une sociologie de l’individuation à la hauteur du défi posé par la globalisation3.

B. Une illustration : la ville

35Pensons par exemple à l’expérience urbaine. La globalisation de l’économie conduit à un réaménagement des cartes entre les territoires ; les uns réussissent leur insertion, les autres sont condamnés à une marginalisation poussée. Beaucoup d’analyses soulignent ainsi, non sans raison, l’affaiblissement d’une hiérarchie nationale organisée des classes, au profit de nouvelles inégalités sociales et spatiales (Lash/Urry, 1996 :323). En fait, la compétitivité des entreprises est liée de manière complexe à l’environnement urbain. Ceci s’explique par les facilités qu’elles y trouvent : main d’œuvre (qualifiée ou bon marché), infrastructures de transports, stabilités de différents types. On n’oubliera pas non plus l’importance, trop souvent passée sous silence, et pourtant souvent décisive, des aides publiques. Dans cette ouverture vers la ville globale, les pouvoirs publics gardent toujours, sous différentes formes, une responsabilité certaine : économique, urbanistique, culturelle et bien sûr sociale.

36Une ville, en tant que pôle d’attractivité, a besoin d’effectuer des investissements contradictoires afin d’assurer sa compétitivité et sa cohésion sociale. Si elle doit le faire en termes d’innovation et de richesse culturelle, sa valeur, pour l’extérieur, reste toujours dépendante de la réponse qu’elle apporte aux besoins intérieurs de ses habitants. Dans certains cas, ceci repose la question de l’opposition, jadis classique, entre la valeur d’usage d’une ville et sa valeur d’échange (Castells, 1983). S’il serait absurde d’opposer l’une à l’autre, il faut prendre acte des nouveaux conflits et de leur continuité avec des réalités passées. En fait, il faut distinguer deux processus différents. D’une part, le changement démographique d’un quartier ou d’une ville et d’autre part, la centration d’une ville en fonction de considérations avant tout économiques et productives. La valeur d’échange (spéculations de différents types) ou la valeur productive (la mise en réseau de la ville dans un processus de globalisation) priment alors, sans qu’elles puissent pourtant jamais complètement se déconnecter de considérations relatives à des valeurs touchant à l’usage urbain quotidien. S’il s’agit là d’une tension majeure, elle se définit néanmoins à un niveau qui, même lorsque les individus en ont en partie conscience, leur reste largement extérieur, pour ne pas dire surplombant. Pourtant, et ce quel que soit le degré de conscience qu’en ont les acteurs, ces transformations ont des conséquences très concrètes sur leurs vies personnelles.

37Ce qui précède ne doit cependant pas conduire à négliger l’étude de la diffraction selon laquelle se décline ce processus. Dans la situation française actuelle, y compris probablement pour Paris, il faut ainsi parler d’une tension généralisée des villes entre le global et le local, plutôt que d’une division stricte entre villes globales et villes locales. De fait, une bonne partie de l’agitation relative à la globalisation n’est ressentie dans le vécu local que sous des formes “anodines” en apparence : un quartier de centre-ville qui devient une “vitrine pour touristes” ; une ville où les habitants sont contraints d’aller se loger chaque fois plus loin du centre, chassés par les prix de l’immobilier et l’expansion des bureaux ; des pouvoirs municipaux trop centrés sur l’orientation vers l’extérieur d’une image urbaine. L’ère des villes globales accentue fortement cette dernière tension : les villes avaient jadis une identité historique ; elles doivent désormais avoir une image de marque, le plus souvent liée à une offre culturelle. La capacité à satisfaire une demande extérieure virtuelle peut alors avoir plus de poids que la volonté de répondre aux nécessités locales. Et lorsque cette tension se fige, on aperçoit clairement la déchirure entre une ville à vocation globale, au service de la mobilité de certains et, surtout du capital, et une ville à volonté locale, où il s’agit toujours de favoriser le processus d’enracinement et d’attachement.

38Néanmoins, les polarisations n’ont plus simplement lieu entre les villes, mais aussi entre les secteurs d’une même ville, voire entre les îlots d’un même quartier (Francq, 2003). En effet, comme nous l’avons déjà évoqué, il n’y a qu’une partie de l’activité économique d’une région, parfois même une toute petite partie, qui est actuellement globalisée. Pour bien des régions, la majeure partie de l’activité reste locale ; elle continue à s’organiser autour d’un tissu économique régional fortement dépendant des interventions proprement administratives et dans lequel les petites et les moyennes entreprises jouent un rôle important. En tout cas, telle est la situation de bien des régions en France, et il ne s’agit pas d’une exception en Europe. Ces observations ne remettent pas en cause les tendances, bien réelles, à la globalisation. Elles obligent cependant à insister sur l’importance, voire le primat, des phénomènes locaux et régionaux et surtout sur la nécessité d’une articulation analytique entre les deux niveaux de la notion d’épreuve : ce qui se joue parfois à l’insu des acteurs (niveau 2) et ce dont ils sont conscients (niveau 1).

C. Globalisation et épreuves

39Il faut donc se libérer de la tentation qui nous pousse à présupposer l’existence d’un lien immédiat, mécanique et nécessaire entre les changements macrosociologiques et les expériences individuelles. Il revient aux études empiriques de circonscrire la nature exacte des dynamiques. À côté de situations types d’articulation homogène entre les niveaux, il faut reconnaître aussi l’existence de situations de déconnexion et de rupture.

  • 4 Nous rejoignons ainsi la réévaluation des inégalités faite par A. Sen (Sen A., 1992) en montrant qu (...)

40Du coup, il n’est pas impossible que des individus ayant les mêmes ressources et dont la position structurelle peut paraître, mesurée à l’aune de quelques indicateurs objectifs, comme largement semblable en termes d’inégalités, puissent néanmoins être confrontés à des épreuves très différentes en fonction de variations interpersonnelles4. En sens inverse, et contrairement à ce qu’une vision rigide de l’ordre social laisse entendre, il se peut bien que des acteurs connaissant des positions structurelles et des états sociaux qui, mesurés en termes d’inégalités, apparaissent comme objectivement désavantageux, puissent néanmoins donner lieu à des épreuves subjectives témoignant d’une plus grande maîtrise et d’une plus grande capacité d’action. Les rapports sociaux de sexe sont une bonne illustration de ce processus (Tahon, 2004). Si, à partir d’indicateurs objectifs, notamment en termes d’inégalités économiques ou professionnelles, et non pas scolaires d’ailleurs, un avantage structurel revient aux hommes, en revanche, d’un point de vue plus “subjectif”, comment ne pas reconnaître que ce sont aujourd’hui les femmes qui tirent le mieux parti des transformations des trente dernières années ? Les individus, même s’ils ont moins de capitaux et subissent plus d’inégalités, peuvent faire preuve de davantage d’initiative, bénéficier d’états sociaux plus protecteurs et tirer un parti subjectif plus grand de leur capacité à affronter certaines épreuves.

41Les épreuves sont des défis historiques socialement produits et inégalement distribués que les individus sont contraints d’affronter. En s’y mesurant, ils peuvent réussir ou échouer. Les épreuves ne sont pas indépendantes des places sociales, mais à places identiques, elles sont hétérogènes. Multiples, elles expliquent les sentiments souvent ambivalents qu’ont les acteurs : ce qu’ils gagnent d’un côté, ils le perdent d’un autre. En tout cas, ce sont elles qui donnent sens à bon nombre de leurs caractéristiques sociales et individuelles (en termes de genre, d’âge, d’état de santé, de ressources matérielles), jamais directement, mais toujours au travers du jeu spécifique des consistances sociales qui entourent l’individu. Le problème principal n’est pas, dès lors, essentiellement de quantifier les moyens disponibles pour un individu, mais de saisir en actes, en fonction des étapes de la vie, des domaines abordés ou de la place sociale occupée, les épreuves qu’il affronte effectivement.

D. L’individuation par les épreuves

42L’étude de l’individuation exige toujours de rendre compte de l’inscription concrète des grandes transformations sociales dans les trajectoires et dans les vies individuelles. Ce processus se complexifie de toute évidence à l’ère de la globalisation. En conséquence, il est de plus en plus nécessaire de disposer d’outils d’analyse simples et opérationnels permettant d’établir un lien entre ces phénomènes. C’est cette tension qui doit rester au cœur de l’étude : n’étudier les vies individuelles ni comme des manifestations singulières de trajectoires sociales, ni comme des variantes spécifiques de types d’individus, mais essayer de les rendre intelligibles, pour l’acteur et pour les autres, à partir d’un horizon d’intelligence élargie qui, sans abolir la singularité, insère cette dernière dans un espace de résonance interindividuel.

43La sociologie de l’individuation est un va-et-vient constant entre l’histoire et la biographie, un projet intellectuel sur lequel pèse l’interdit suprême de la tentation de s’arrêter sur l’une ou l’autre, un effort condamné à la quête d’une équidistance permanente entre ces pôles. Le système standardisé d’épreuves est l’abrégé sociologique d’une histoire collective de vie. Il désigne une problématique historique commune à laquelle sont confrontés inégalement la plupart des acteurs (pour ne pas dire tous) d’une société. Un mode d’individuation n’existe donc que tant que reste vivant le système d’épreuves qui le forge.

44Les épreuves se succèdent et se chevauchent au fur et à mesure que les individus avancent dans la vie. Ils les subissent d’une façon indéterminée a priori et sont contraints de leur donner un sens selon qu’ils s’en acquittent ou non. Cette succession ne s’organise cependant pas à l’improviste : au contraire même, peu de choses semblent plus standardisées dans la vie moderne. En revanche, au niveau de la vie individuelle, les épreuves apparaissent comme une suite d’étapes où peuvent s’accumuler les revers du destin ou les réussites de la fortune. Elles constituent ainsi un dispositif de recherche permettant à la fois de rendre justice au caractère ouvert de leur issue et de garder en tête le caractère standardisé et séquentiel de leur déroulement sociétal. L’issue des épreuves est contingente au niveau de l’individu (niveau 1), mais leur organisation et leur succession n’est nullement arbitraire au niveau de la société (niveau 2).

45Si la notion d’épreuve est donc si centrale, c’est parce qu’elle permet de rendre compte, autrement que sous la forme d’une filiation descendante, de l’articulation entre les transformations structurelles et le jeu des places sociales. Pour ce faire, il convient de cerner le mode d’individuation propre à une société au travers d’un nombre limité d’épreuves. En effet, bien qu’il soit possible d’identifier une grande diversité de mécanismes institutionnels et de registres analytiques potentiels, l’étude doit, afin de rester opérationnelle, se restreindre à l’examen d’un nombre limité de processus, jugés particulièrement significatifs au vu d’une réalité historique et sociale concrète. Mais il est aussi nécessaire de caractériser chacune des épreuves étudiées selon une tension schématique qui oppose deux principes. Grâce à cette économie analytique particulière, la tension spécifique à chaque épreuve reflète et organise la dissociation entre l’individu et le monde, c’est-à-dire l’élément fondamental le plus durable de l’expérience sociale de la modernité (Martuccelli, 1999). En choisissant cette forme analytique, il s’agit de parvenir à ce que cette distance matricielle irrigue constamment, c’est-à-dire structurellement, et en dehors de tout sentiment de “crise”, l’analyse sociologique. D’ailleurs, le schématisme, dans sa simplicité, est historique : les principes de tension propres à chaque épreuve varient en fonction des contextes et des périodes.

  • 5 Tout en procédant à partir d’une perspective différente de la nôtre, le lecteur trouvera des éclair (...)

46Très concrètement alors, décrire le système standardisé d’épreuves d’individuation équivaut à décrire une société historique dans son unité. Cet effort, nécessairement intellectuel et critique, participe de la conviction que c’est au travers d’une sociologie historique écrite à l’échelle humaine qu’il est possible aujourd’hui de mieux cerner les grands enjeux de la globalisation5. L’analyse macrosociologique est ainsi toujours en phase avec des constats microsociologiques et la prise en compte synchronique de l’individuation se fait en étroite relation avec un axe diachronique. Pourtant, et c’est le pari intellectuel et politique d’une démarche de ce type, tous les individus sont étudiés comme étant enrôlés dans une aventure commune au sein d’une société et d’un moment historique donné. Une sociologie de l’individuation est par là-même une tentative pour remettre sur pied une analyse macrosociologique.

E. Pour une autre sociologie comparée

47L’individuation ouvre à une nouvelle famille d’études comparées entre sociétés, mais ce genre d’approche impose que l’on évite un double écueil. Le premier est la tentation de supposer que le système standardisé d’épreuves est le même, à quelques variantes près, pour toutes les sociétés actuelles. Le second est la tentation, exactement opposée, de considérer qu’il n’y a rien de commun entre les différentes sociétés nationales ou entre les habitants du Nord et du Sud. Une sociologie de l’individuation à l’ère de la globalisation ne se réalisera qu’en s’écartant de ces deux écueils. Pour y parvenir, il n’y aura pas d’autre possibilité que d’engager de véritables études empiriques.

48Ce n’est en effet que de manière très empirique qu’il sera possible, par exemple, de décider si les bornes nationales doivent ou non être respectées, et ce à propos de quels domaines d’actions. Toute position de principe serait à ce sujet un leurre à l’heure actuelle. Dans certains cas, il est en effet indispensable de prendre acte de la force du cadre national, tant il est évident que les épreuves auxquelles sont soumis aujourd’hui les individus sont toujours largement définies à ce niveau. Mais dans d’autres cas, et tout en soulignant la vigueur du cadre national, il faut également prendre acte des manières dont le global et le transnational s’insinuent déjà, très concrètement, dans les expériences personnelles (le différentiel de vulnérabilité aux phénomènes globaux tels que les crises financières, écologiques ou autres, est même un des éléments majeurs à prendre en considération). Une sociologie empirique de la globalisation n’est possible qu’à ce prix. Certes, une telle perspective mène à condamner une sociologie arc-boutée sur le seul cadre national, mais elle invite aussi à rejeter l’intransigeance infondée d’une posture qui doterait la vision cosmopolitique d’une vertu analytique universelle (Beck, 2003).

49Mais c’est aussi d’une façon très empirique et inductive qu’il sera nécessaire, par exemple, d’établir le profil minimal du système standardisé d’épreuves propre à chaque société étudiée. En apparence pourtant, cette exigence semble superflue. Dans le monde contemporain, n’est-t-il pas vrai que tous les individus, quelle que soit leur société, sont confrontés à un ensemble commun d’épreuves (l’école, le travail, la ville, la famille…) ? Ce type de raisonnement, que la consolidation de certains indicateurs transnationaux et bon nombre de travaux actuellement financés par des organismes internationaux encourage allègrement, est justement à éviter.

  • 6 “Probablement” parce que ces quelques lignes de réflexion, qui sont donc à prendre avec précaution, (...)

50L’écueil peut se situer à deux niveaux, et le premier est certainement le plus facilement contournable. En effet, la reconnaissance de la contextualisation comme élément clé de la connaissance sociologique opère comme principe de précaution. Si la plupart des individus devaient, par exemple, s’acquitter de l’épreuve au travail, on pourrait rapidement tomber d’accord sur le fait que la nature spécifique de cette épreuve varie en fonction des sociétés et des périodes. En revanche, la deuxième erreur est plus dangereuse, parce que plus sournoise. Pour l’éviter, il convient de se déprendre de la fausse évidence qui veut que tous les individus, dans toutes les sociétés, font face à un ensemble commun d’épreuves. L’étude de l’individuation ne se confond jamais avec une simple étude des parcours de vie qui permettrait d’établir de simples comparaisons (puisque tout le monde, ou presque, travaille, a une vie de famille, est scolarisé…). Or, pour une sociologie de l’individuation, le but est de parvenir à isoler les épreuves qui sont, à un moment donné, et dans une société donnée, historiquement les plus significatives. Dans ce sens, par exemple, l’école est sans aucun doute une épreuve centrale dans le processus d’individuation aujourd’hui à l’œuvre en France. En revanche, il est fort vraisemblable qu’elle ne l’est guère pour cerner le type d’individuation à l’œuvre dans d’autres sociétés nationales (ou, pour la même société française, dans la période qui précède les années cinquante). Plus encore, même lorsqu’une même épreuve est significative dans deux contextes nationaux, elle peut ne pas avoir la même importance dans l’économie générale du modèle d’individuation à l’œuvre. C’est probablement le cas, par exemple, de l’épreuve urbaine6. A l’ère de la globalisation, elle est certes un élément important de l’expérience sociale dans les pays centraux, mais elle est souvent décisive dans les pays du Sud, notamment pour les habitants des grandes mégapoles. En effet, pour ces derniers, toute leur vie est marquée par le “combat” quotidien contre la ville (ses distances, ses insécurités, ses frictions). L’individu se conçoit alors à partir d’une imbrication particulière avec l’urbain. En bref, il n’y a de sociologie de la globalisation que localisée.

IV. Conclusions

51Revenons pour conclure à notre interrogation de départ. La vénérable question sociologique (“quel type d’individu se forge structurellement dans une société ?”) s’enrichit donc d’une signification analytique toute nouvelle dans le contexte actuel de la globalisation. En effet, le processus d’individuation est devenu un puissant principe d’unité analytique des sociétés contemporaines. C’est la différence fondamentale entre une théorie des systèmes sociaux qui, en épousant le processus de différenciation sociale croissante, a été contrainte de souligner les phénomènes de dissociation ou de désarticulation, et une étude de l’individuation qui elle, au contraire, souligne d’emblée le principe d’unité. Ce qui est distinct ou contradictoire du point de vue des systèmes sociaux est intégré, y compris par maintes tensions, au niveau des biographies individuelles. C’est pourquoi, et contre toute attente, un des principaux facteurs d’unité analytique de la globalisation se trouve désormais saisissable à l’échelle de l’individuation.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M., 1998, Le capitalisme de demain, Paris, Notes de la Fondation Saint-Simon, n° 101.

Albrow M., 1997, The Global Age, Stanford, Stanford University Press.

Amable B., 2005, Les cinq capitalismes : diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Paris, Seuil.

Beck U., 2000, What is Globalization?, Oxford, Blackwell (1997).

Beck U., 2003, Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, Paris, Aubier (2002).

Berger S., 2006, Made in monde, Paris, Seuil.

Boyer R., 2004, Une théorie du capitalisme est-elle possible ?, Paris, Odile Jacob.

Castells M., 1983, The City and the Grassroots, Berkeley, University of California Press.

Chesnais F., Dir., 2004, La finance mondialisée, Paris, La Découverte.

Durand J.-P., 2004, La chaîne invisible, Paris, Seuil.

Esping-Andersen G., 1999, Les trois mondes de l’État providence, Paris, P.U.F. (1990).

Francq B., 2003, La ville incertaine. Politique urbaine et sujet personnel, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia.

Giddens A., 1994, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan (1989).

Held D., McGrew A., Goldblatt D., Perraton J., 1999, Global Transformations, Cambridge, Polity Press.

Hutton W., 2003, The World we’re in, London, Abacus (2002).

Kay J., 2004, The Truth about Markets, London, Penguin Books.

Lash S., Urry J., 1996, Economies of Signs and Space, London, Sage Publications (1994).

Lordon F., 2003, La politique du capital, Paris, Odile Jacob.

Martuccelli D., 1999, Sociologies de la modernité, Paris, Gallimard.

Martuccelli D., 2001, Dominations ordinaires, Paris, Balland.

Martuccelli D., 2005, La consistance du social, Rennes, P.U.R.

Martuccelli D., 2006, Forgé par l’épreuve, Paris, Armand Colin.

Polanyi K., 1983, La grande transformation, Paris, Gallimard (1944).

Robertson R., 1992, Globalization, London, Sage Publications.

Sen A., 1992, Inequality Reexamined, Oxford, Oxford University Press.

Tahon M.-B., 2004, Sociologie des rapports de sexe, Rennes/Ottawa, Presses Universitaires de Rennes/Presses de l’Université d’Ottawa.

Veltz P., 2004, Des lieux et des liens, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube (2002).

Veltz P., Davezies L., 2004, Le grand tournant, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre la caractérisation de K. Polanyi (Polanyi K., 1983).

2 Il existe cependant une autre interprétation selon laquelle le pouvoir de l’entreprise reste toujours entre les mains de l’équipe de direction. Pour les différentes interprétations de cette logique, on verra, entre autres Lordon F., 2003 et Hutton W., 2003.

3 Pour une recherche empirique en ce sens, on verra Martuccelli D., 2006.

4 Nous rejoignons ainsi la réévaluation des inégalités faite par A. Sen (Sen A., 1992) en montrant que l’on ne peut examiner le poids des inégalités sociales qu’en référence à d’autres cadres plus larges d’interprétation.

5 Tout en procédant à partir d’une perspective différente de la nôtre, le lecteur trouvera des éclaircissements intéressants relatifs à l’imbrication entre transformations économiques globales et expériences individuelles nationales diverses dans l’ouvrage de J. Kay (Kay J., 2004).

6 “Probablement” parce que ces quelques lignes de réflexion, qui sont donc à prendre avec précaution, ne sont tirées qu’à partir des tous premiers résultats d’une enquête en cours sur le processus d’individuation dans une société latino-américaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danilo Martuccelli, « Les épreuves de l’individu dans la globalisation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-1 | 2007, 13-32.

Référence électronique

Danilo Martuccelli, « Les épreuves de l’individu dans la globalisation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-1 | 2007, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/508 ; DOI : 10.4000/rsa.508

Haut de page

Auteur

Danilo Martuccelli

Professeur à l’Université de Lille 3, chercheur au GRACC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals