Navigation – Plan du site

Tentatives de compréhension des mouvements sociaux

Towards an Understanding of Social Movements
Antimo L. Farro
p. 33-46

Résumés

Comment appréhender aujourd’hui la structuration des mouvements sociaux et plus particulièrement de l’altermondialisme ? Après avoir rappelé son parcours de recherche et les distances prises avec la tradition sociologique centrée sur le conflit, l’auteur souligne la nécessité de construire des modèles heuristiques à partir desquels il est possible d’expliquer les relations et les tensions existant entre la rationalisation et l’affirmation subjective. Ces modèles devraient permettre d’expliquer comment la culture s’affirme comme l’élément par lequel l’économie et la politique se redéfinissent. Cette construction nécessite une prise de distance avec l’approche basée sur la mobilisation des ressources. Elle suppose en outre un travail systématique sur les conditions de l’apparition de l’action collective et sur les flux de communication qui la caractérisent afin de mieux rendre compte de l’importance que recouvrent l’affirmation subjective et la culture dans la construction de l’altermondialisme.

Haut de page

Texte intégral

I. Questionnements

  • 1 Cette définition a été, par exemple, adoptée par A. Melucci dans les années 1970 pour désigner la s (...)

1Le travail de recherche que j’essaie de mener se situe dans le contexte d’une orientation culturelle construite à partir de la production intellectuelle d’A. Touraine, définie comme sociologie actionnaliste1. Mon objectif est de relever les questions théoriques et méthodologiques mises en évidence dans les recherches que j’ai menées et que je mène, en Italie et dans d’autres pays de l’Union européenne, sur des actions entreprises par les écologistes, par les travailleurs de l’industrie et par la “galaxie” très variée des altermondialistes. En réalisant ces recherches, je me suis essentiellement posé des questions sur le sens que les acteurs attribuent à leurs conduites, sur les significations de ces conduites dans la vie sociale et sur les relations qui s’établissent entre cette action et le système social.

  • 2 Pour R. Collins cette tradition se distingue de deux autres approches, l’une rationaliste/utilitari (...)

2Pour formuler ces interrogations, j’ai analysé les conduites empiriques à travers un prisme d’observation particulier. Ce dernier était constitué par des outils théoriques de l’actionnalisme, considérés comme relevant du corpus disciplinaire de la sociologie. Dans cette perspective il s’agissait de mettre en relation l’orientation actionnaliste et la sociologie “classique” dans l’optique de la tradition conflictuelle telle qu’elle est définie par R. Collins2. J’ai ainsi envisagé d’étudier des conduites individuelles et de groupe en reliant l’actionnalisme à la tradition qui combine les analyses de M. Weber et de K. Marx ; le but était d’étudier l’action, la domination et le conflit dans la vie sociale. Mais, alors que j’approfondissais la connaissance empirique des champs de recherche et que je tentais de calibrer le prisme pour rendre intelligibles par l’observation les conduites et leurs sens, je me suis rendu compte de l’inadéquation des outils adoptés là où ils restaient trop rigidement ancrés dans la tradition sociologique conflictuelle. Et ceci pour deux raisons.

  • 3 Il s’agit d’une recherche conduite sur le mouvement écologiste italien entre la fin des années 1980 (...)

3La première raison concernait l’explication du sens de l’action. A travers les outils utilisés, j’étais tenté d’expliquer les conduites individuelles et de groupe en mettant surtout l’accent sur leur côté instrumental pour en saisir les implications sociales et politiques. Je cherchais à comprendre, par exemple, comment les acteurs du mouvement écologiste italien proposaient des projets de développement alternatif alors qu’ils se trouvaient face à des interventions de l’État, à des initiatives d’entrepreneurs et à des choix politiques considérés comme dangereux pour les équilibres environnementaux3. Mais je me rendais compte qu’en suivant ce parcours je n’arrivais pas à expliquer en termes satisfaisants les conduites écologistes.

  • 4 La formulation peut-être la plus radicale de cette proposition théorique était déjà développée au d (...)

4Ces dernières, le plus souvent, prenaient naissance dans le refus, opéré tout d’abord au niveau individuel, des modèles de développement et de consommation dominants. Malgré les nombreuses initiatives ponctuelles de dénonciation des dommages et des risques liés aux productions industrielles polluantes, aux dangers des installations nucléaires ou à la spéculation urbaine considérée comme une menace pour la gestion des ressources, ces conduites n’avaient pas forcément pour but d’identifier des adversaires sociaux à qui s’opposer sur le plan national et de développer des modèles alternatifs. Les acteurs, tout en essayant d’intervenir dans les mécanismes de prise de décisions politiques portant sur l’environnement, considéraient l’accès au système institutionnel comme l’horizon de leur action. J’ai alors été amené à envisager que la signification la plus élevée de ces conduites était culturelle. Sans perdre de vue les données empiriques, j’ai cherché dans la théorie des outils analytiques qui pourraient m’aider à expliquer les fondements des conduites caractérisant les initiatives écologistes. A partir du thème de la subjectivisation proposé par A. Touraine (Touraine, 1992), j’ai essayé d’expliquer ce mouvement comme étant le résultat du passage de la résistance subjective des individus à la tentative de s’affirmer subjectivement comme acteurs d’initiatives afin de s’opposer à la suprématie des dominations et des visions culturelles dominantes portant sur l’environnement. Au même moment, se propageaient dans le monde de la recherche les explications de l’action collective soutenues par les différentes tendances de la Resource Mobilization Theory ; celles-ci soulignaient la suprématie du caractère utilitariste et instrumental des différents mouvements sociaux4.

5La seconde raison pour laquelle je me suis rendu compte des limites des outils que j’adoptais tenait aux difficultés rencontrées pour expliquer l’orientation des acteurs et le sens de leurs initiatives en ayant recours au modèle du passage de la tradition à la modernité. Ce passage est en effet caractérisé par deux phénomènes. Le premier est une rupture qui voit l’évolution de la modernité se nourrir, dans le cadre de sociétés nationales, de la rationalisation progressive de l’économie (assurée par l’expansion des entreprises capitalistes) et de la politique (favorisée par le développement des institutions libérales et démocratiques). Le deuxième phénomène est l’individualisation qui se réalise à travers la conscientisation du soi.

6Je ne pouvais plus recourir à ce modèle dès lors que le cadre du développement des initiatives ne correspondait plus à celui défini par les frontières d’États et de sociétés nationales (ceci étant déjà clair pour les écologistes et plus encore pour les altermondialistes). Je ne pouvais plus y recourir parce que les initiatives que j’étudiais ne concernaient pas en première instance des problèmes de rationalisation de la politique et de l’économie; elles considéraient ces problèmes à travers le filtre de la critique des modèles et équilibres en vigueur dans la vie sociale d’aujourd’hui et de la recherche d’alternatives culturelles à leur opposer. Je ne pouvais pas non plus y recourir parce que le rappel au sujet agissant dans toutes les initiatives que je tentais d’étudier ne se référait pas tant à l’individu porté par la poursuite rationnelle de ses intérêts, ni à celui qui était écrasé par une domination visant à l’atomiser ; il se référait bien plus à un sujet désireux de s’affirmer, à travers son engagement dans ces actions, comme contrôlant son histoire (Touraine, 1992) et développant des flux de communication à partir desquels il se connectait aux autres.

7J’ai ainsi dû abandonner une vision évolutionniste de la modernité afin d’adopter les instruments analytiques adéquats pour expliquer ces phénomènes. Abandonner cette vision n’impliquait pas forcément de se situer sur le terrain de la postmodernité, un terrain vers lequel s’est dirigée une partie importante et influente du monde intellectuel à la fin du siècle dernier. De même, la critique de certaines manifestations de la rationalisation n’impliquait pas d’abandonner cette dernière en général, ni ses aspects instrumentaux. En revanche, ces considérations m’amenaient à repenser à la modernité en cherchant à la redéfinir. Il s’agissait d’analyser cette dernière sans renoncer à la rationalisation, mais en en accentuant la portée culturelle. Elle se définirait à travers la capacité à combiner les côtés instrumentaux de l’action avec les exigences de l’affirmation des particularités émotives individuelles mais aussi des groupes défenseurs et promoteurs de leurs propres spécificités culturelles.

8Suivant cette perspective, il est possible d’établir avec le corpus disciplinaire de la sociologie un “détachement tempéré”. Ceci veut dire qu’il est possible d’opérer un détachement par rapport aux modèles sociologiques qui ne permettent pas d’expliquer les conduites individuelles et de groupe, sans pour autant abandonner la perspective qui souligne l’importance de la rationalisation dans la vie sociale. La question à résoudre consiste à construire des modèles heuristiques par lesquels il est possible d’expliquer les tensions existant entre la rationalisation et l’affirmation subjective. Ces modèles devraient permettre d’expliquer comment la culture s’affirme comme l’élément par lequel l’économie et la politique se redéfinissent. Dans la perspective de cette prise de distance, il s’agit alors de suivre le parcours tracé par l’actionnalisme pour expliquer la structuration et la production de sens des mouvements sociaux sur lesquels j’ai conduit mes recherches.

II. L’apparition de l’action

9Nombreuses sont les raisons circonstancielles justifiant les engagements individuels dans les initiatives de contestation qui se développent au sein de la vie sociale aujourd’hui. Cette diversité se retrouve en effet au niveau des initiatives menées dans les rapports de travail mais aussi dans d’autres secteurs. Les raisons circonstancielles motivant l’organisation de grèves dans l’industrie et dans d’autres secteurs d’activité économique ainsi que les raisons justifiant les engagements individuels de travailleurs dans ces initiatives étaient multiples dans le passé. Elles le sont encore aujourd’hui : bas niveaux de salaires, menaces de licenciement, problèmes relatifs à l’organisation du travail (Farro, 2000).

10Les raisons circonstancielles expliquant l’engagement individuel dans le cadre d’initiatives écologistes sont également multiples ; il en va d’ailleurs de même pour les différentes mobilisations centrées sur l’environnement. Depuis que ce mouvement a commencé à se développer entre la fin des années 1960 et le début des années 1970, les raisons justifiant ce type d’engagement ont toujours relevé de volontés individuelles désireuses de s’opposer au gaspillage de patrimoines naturels et culturels ; elles ont également toujours traduit la volonté d’empêcher le recours à certaines technologies, comme le nucléaire, considérées comme dangereuses.

11Comme le soulignaient en 2001 les écologistes à l’occasion de la Conférence sur l’environnement de Johannesburg, ces volontés individuelles correspondent à l’apparition de plusieurs mobilisations et initiatives critiques relatives au rapport vie sociale/nature et visant la recherche d’alternatives tant au niveau local qu’au niveau mondial. La diversité des raisons circonstancielles justifiant les engagements individuels dans les mobilisations et l’apparition des différentes initiatives sont plus évidentes encore dans le cas du mouvement altermondialiste. Celui-ci se caractérise par la multiplicité des thèmes abordés, par sa composition très large, par les domaines d’intervention très différenciés et par une diffusion qui touche tous les niveaux (local, national, régional et mondial).

12Afin de fournir un cadre théorique général qui explique les raisons de l’apparition de l’action et qui rende compte de différenciations circonstancielles telles que celles qu’on vient de voir, des chercheurs, regroupés dans un milieu composite autour de la Resource Mobilization Theory, proposent de recourir à des modèles de participation politique, de choix rationnel et de calcul de coûts et de bénéfices. Selon cette approche, les phénomènes de protestation émergent pour combler le manque de représentation d’intérêts ou l’insuffisance de visions culturelles au sein du système institutionnel. Ils touchent aussi à la structure d’opportunités politiques et se servent d’organisations structurées par des entrepreneurs politiques à qui l’on doit la formation d’industries de mouvements sociaux (McCarthy/Zald, 1977). Ces phénomènes de protestation sont liés à la formation de l’action collective. Celle-ci se constitue selon des choix individuels qui s’opèrent à partir d’un calcul rationnel évaluant d’éventuels avantages à acquérir. Elle se développe dans un contexte organisationnel (Tarrow, 1994). Elle est susceptible d’impliquer la formation de mouvements sociaux mais aussi de grandes révolutions historiques (Tilly, 1978).

  • 5 Je renvoie aux recherches empiriques déjà menées sur l’écologisme, sur les changements de l’action (...)

13Cette explication permet de comprendre certains aspects relatifs à l’apparition de l’action envisagés à l’aune de son côté rationnel. Elle permet aussi de saisir les implications politiques systémiques de cette apparition. En revanche, elle ne permet pas d’expliquer l’aspect le plus déterminant du déclenchement de l’action (que celle-ci concerne les travailleurs, les écologistes ou les altermondialistes) : la particularité subjective qui pousse les individus à entreprendre des actions revendicatives ou à s’y engager. Au lieu d’effectuer des choix rationnels plus ou moins prudents suivant les opportunités existantes et les perspectives politiques à poursuivre en s’engageant dans ces initiatives, les militants syndicaux, les écologistes, les membres des différentes composantes (radicales, ong, écopacifistes) de l’altermondialisme5 cherchent à défendre et à affirmer leur propre particularité au niveau culturel et social.

14Sur le plan individuel, cette volonté d’affirmation subjective se définit comme la recherche de la caractérisation d’un parcours d’existence ainsi que des moyens permettant d’assurer le contrôle de ce dernier. Une telle démarche vise à éviter qu’une domination ne pèse sur l’individu. Cette domination peut s’exercer dans un domaine spécifique comme celui du travail. Elle peut aussi s’exercer dans l’ensemble des interstices de la vie sociale où l’individu est impliqué, directement (comme cela arrive lorsqu’il a accès aux structures qui lui permettent de contrôler sa santé), ou indirectement (comme lorsqu’il a accès aux médias). Cependant, l’engagement dans des actions écologistes ou altermondialistes ne vise pas seulement à éviter la domination. Il vise aussi à concevoir et à privilégier des alternatives qui affectent un ou plusieurs domaines de la vie sociale où l’individu se sent impliqué directement ou indirectement.

15Du point de vue descriptif, l’affirmation de la subjectivité se définit en effet sur deux plans. Le premier est caractérisé par la volonté de se soustraire à la domination qui envahit les secteurs de la vie sociale. Dans les rapports de travail par exemple, l’individu souffre de cette domination qui l’expose, sur le plan subjectif, à une organisation du travail qui le conduit à canaliser son potentiel créatif vers les exigences de rationalisation. L’apparition de l’action syndicale est alors caractérisée par la résistance exercée par l’individu à l’encontre de la domination, cette dernière étant elle-même marquée par les interventions de l’organisation du travail qui cherchent à contrôler le potentiel créatif de l’individu et à conditionner cette instance culturelle subjective afin de répondre aux exigences de rationalisation des processus de travail. L’origine de cette domination n’est pas recherchée par l’individu au sein même de l’organisation du travail mais plutôt dans le contexte du contrôle des flux d’information et des orientations relatives à l’allocation des ressources scientifiques, technologiques et financières destinées aux domaines des processus de travail ou à d’autres secteurs de la vie sociale (Farro, 2000).

16De même, cette résistance à la domination, y compris dans ses aspects culturels, s’exerce au niveau subjectif par rapport au poids des impacts écologiques considérés comme inacceptables, dans l’immédiat comme dans le futur, pour les équilibres biologiques individuels, pour l’espèce humaine et pour les autres espèces exposées à de très grands risques de survie. Ces contraintes sont repérables au niveau local (un espace urbain exposé à la pollution atmosphérique), national (cas d’un pays menacé par la réduction ou l’épuisement des ressources de bois et d’eau), ou supranational (augmentation de la température de la planète du fait des émissions de gaz polluants). Pour le sujet écologiste, toutes ces contraintes renvoient, d’une part, à la domination qui s’articule du niveau local au niveau planétaire, et d’autre part, à des visions culturelles dominantes qui incitent à des productions et des consommations accentuant la pollution et la tendance à l’épuisement des ressources.

17Ainsi, la résistance subjective se définit dans l’écologisme avec plus de fermeté que dans d’autres initiatives. Elle se caractérise également par une critique culturelle forte, menée parallèlement à une représentation de la domination. Le sujet de cette domination ne définit pas les aspects sociaux, même quand il tente de mettre en évidence les relations et la distance qui caractérisent la structuration planétaire de cette domination ainsi que son expansion dans les différents secteurs de la vie sociale. Cette distance sépare, par exemple, la mise en place globale de cette domination, de sa diffusion au niveau de secteurs spécifiques où, comme dans le cas de la mise en œuvre et de la gestion d’installations énergétiques, elle est à l’origine de formes particulières de pollution. C’est aussi le cas d’espaces territoriaux de dimensions réduites, comme une grande ville ou une petite commune, où l’on met en péril la sauvegarde des ressources naturelles (Farro, 1991).

  • 6 Pour une définition des différentes composantes de l’altermondialisme, on verra Farro A., 2003.

18Bien plus, par rapport à la résistance écologiste, la relation entre, d’une part, la résistance subjective aux contraintes observée dans différents secteurs de la vie sociale ou dans des espaces territoriaux réduits et, d’autre part, des structurations planétaires de la domination est encore plus marquée dans le mouvement altermondialiste, que celui-ci soit envisagé par rapport à ses composantes radicales, à sa mouvance non-violente, ou aux ong qui en sont proches6.

19Le second plan sur lequel se définit l’affirmation de la subjectivité est caractérisé, d’une part, par l’opposition aux visions culturelles et à la domination perçue aux différents niveaux et secteurs de la vie sociale et, d’autre part, par la poursuite d’alternatives. La relation entre résistance subjective et opposition implique la construction d’un acteur qui essaie de se situer dans la vie sociale à travers l’articulation et l’accroissement de l’expérience acquise, tout en tentant de se soustraire à la domination et de parvenir au contrôle de son existence. Il s’agit d’une expérience qui se construit par des pratiques à travers lesquelles l’individu tente à la fois de donner un sens à son existence et de contrôler cette dernière. Cette expérience s’articule peut-être plus qu’ailleurs à partir de pratiques d’interventions solidaires menées, en Europe ou dans le Tiers Monde, par un individu engagé dans une des ong soutenant les initiatives du mouvement altermondialiste. Ainsi cet individu définit son propre rôle en tant qu’acteur se construisant et se mettant en relation avec d’autres acteurs au sein des initiatives altermondialistes.

20Cet acteur, en s’engageant dans ces initiatives, ne dissout pas la singularité de son affirmation subjective dans un collectif. Il ne la réduit pas non plus aux exigences d’une action qui transposerait l’expressivité des participants au niveau purement rationnel et qui tendrait alors à trouver une représentation d’intérêts et d’orientations culturelles dans le seul système institutionnel ou à conquérir le pouvoir sous la poussée d’entrepreneurs politiques. Les initiatives de cet acteur, bien au contraire, sont caractérisées culturellement par une recherche d’affirmation subjective qui le conduit à soulever et à affronter, en communiquant avec les autres, des problèmes politiques, économiques et sociaux qui concernent tant des secteurs particuliers que la vie sociale dans son ensemble.

III. Les flux de communication

21Pour le sujet, l’engagement dans des initiatives syndicales, écologiques ou altermondialistes est une manière de défendre et d’affirmer sa particularité face à la domination. C’est une façon pour lui d’échapper à la suprématie des visions culturelles qui l’étouffent et le confrontent à des contextes d’intégration rationnelle. L’acteur se définit pour ce qu’il est et pour ce qu’il fait au cours de son engagement, en qualité d’acteur, dans des initiatives comme celles que je viens de citer. En tant qu’individu, sans affiliation de groupe ou appartenance, il résiste pour ce qu’il est à la suprématie des dominations et des visions culturelles auxquelles il est exposé dans des contextes comme ceux de la rationalisation du travail, de l’environnement et de la mondialisation. Il s’affirme pour ce qu’il fait, comme partie intégrante de l’action syndicale, écologiste ou altermondialiste où il est engagé. Cet engagement consiste aussi à établir des synergies avec d’autres initiatives ; il a ceci de remarquable qu’il ne produit pas la dissolution de l’acteur dans le collectif. L’acteur défend ainsi sa spécificité et sa singularité subjective individuelle, même si, en même temps, il s’affirme comme partie intégrante de l’initiative conduite en commun avec d’autres acteurs dans le domaine syndical, écologique ou altermondialiste. Cette prise de distance par rapport au collectif se remarque, par exemple, dans les initiatives altermondialistes où les acteurs ont rarement recours au “nous” pour désigner leur action. Une telle manière de se situer par rapport à l’action montre combien l’engagement subjectif et la communication entre membres du mouvement sont importants dans ces conduites.

22Cette communication a trait à la résistance et à l’affirmation subjective qui s’expriment en réaction à la domination et aux visions culturelles dominantes qui affectent les différents secteurs de la vie sociale. Elle sert par exemple de substrat culturel et permet ainsi de donner un sens aux circuits communicatifs mis en place entre les nombreuses composantes de l’altermondialisme dont nous savons qu’elles sont très différentes au niveau des orientations politiques qu’elles portent. La référence à ce substrat culturel permet à ces initiatives de se structurer sans que des exigences de rationalisation de l’action ne limitent leur capacité de résistance et d’affirmation subjective.

  • 7 La seule à laquelle je ferai dorénavant référence à titre d’exemple.

23L’action de l’altermondialisme7, dont la continuité est marquée, avec ses hauts et ses bas, par des conduites qui se sont développées dans plusieurs pays depuis une décennie environ, se construit à travers une tension entre ce substrat culturel de résistance et d’affirmation subjective et la rationalisation des initiatives politiques. Cette tension semble indépassable dans la mesure où aucun réseau, aucune organisation ou formation politique organisée ne sont arrivés à la résoudre en subordonnant les affirmations culturelles aux exigences de la rationalisation politique. Au contraire, dans cette tension, au moins jusqu’à présent, l’affirmation du substrat culturel prend essentiellement le dessus par rapport aux exigences politiques. L’insistance sur l’importance politique conduit parfois, comme c’est en partie le cas en France avec attac, à une séparation de fait entre des regroupements à caractère fortement politique et des initiatives fortement culturelles, menées au niveau local ou sur des thèmes spécifiques tels que les rapports Nord/Sud ou la construction d’initiatives de solidarité envers des populations en difficulté dans les quartiers populaires de centres urbains ou de périphéries métropolitaines.

24Ce substrat culturel constitue aussi un cadre privilégié où les différents acteurs ont la possibilité de communiquer autour des initiatives qu’ils mènent sur le plan local, national, régional et transnational. En vertu de ce substrat culturel, se développent des flux de communication entre des sujets qui deviennent ainsi des acteurs constituant le mouvement altermondialiste. Ces flux de communication permettent aux acteurs de s’accorder sur des problèmes à soulever, sur des thèmes à affronter, sur des objectifs à poursuivre pour s’opposer aux orientations dominantes et définir des alternatives à la mondialisation en vigueur. Les contacts directs, les moyens de communication traditionnels et de nouvelles infrastructures de l’information servent de véhicules pour propager ces flux et définir des convergences et des ententes fortes entre les différents acteurs. Ces convergences et ces ententes permettent à leur tour la création de deux types de circuits au sein du mouvement.

25Dans le premier circuit, les convergences concernent des individus et des groupes qui adhèrent aux initiatives et qui sont reconnus par les autres acteurs comme composantes du mouvement dès lors qu’ils interviennent, même de façon très différenciée, sur des problèmes, des thèmes et des objectifs touchant à l’altermondialisme en général. Ce circuit comprend donc toutes les composantes individuelles et collectives du mouvement qui s’autodéfinissent et sont reconnues par les autres comme faisant partie de l’altermondialisme. À travers ce circuit se définit la mise en place continue de flux de communication qui sont particulièrement repérables lors des manifestations et des meetings locaux, nationaux, continentaux et mondiaux. Le second type de circuit est formé par des acteurs qui ont entre eux des relations plus intenses, qui attribuent le même sens aux problématiques auxquelles ils sont confrontés et qui s’organisent de manière à adopter des modalités d’action identiques pour affronter ces problématiques et poursuivre des objectifs similaires. C’est le cas, par exemple, des ong dont l’engagement dans l’altermondialisme se caractérise par des pratiques de coopération et d’intervention dans les régions de la planète en difficulté.

26La tension entre le substrat culturel et la rationalisation politique des initiatives sous-tend les convergences et les circuits de communication les plus intenses. Quatre composantes principales de l’altermondialisme constituent cette tension dans le cadre de circuits de communication où des orientations politiques particulières et des visions culturelles spécifiques s’imposent. La première composante est celle de la nouvelle gauche radicale ; la deuxième est constituée par les ong et les partisans de la non-violence ; la troisième regroupe les nouveaux mouvements sociaux qui convergent, comme par exemple l’écologisme, dans les initiatives altermondialistes ; la quatrième comprend le syndicalisme et les forces politiques de gauche. A travers les flux de communication qui en constituent l’infrastructure organisationnelle, l’altermondialisme a construit des initiatives plus ou moins importantes dans plusieurs pays ; presque toujours ces initiatives ont donné lieu à des réseaux articulés, allant du niveau local au niveau planétaire. En me proposant de comprendre et d’expliquer les sens produits par ces initiatives, j’ai été amené à privilégier leur portée culturelle et à souligner l’importance de cette dernière afin d’expliquer les différents aspects de l’action et en particulier ses aspects politiques.

IV. Significations

  • 8 Représentation rendue possible dans plusieurs instances institutionnelles et territoriales de l’Uni (...)
  • 9 C’est dans cette perspective que procèdent, par exemple, des travaux, surtout d’inspiration anglo-s (...)

27Le caractère crucial de l’affirmation subjective et de la culture dans la construction de l’altermondialisme, rend difficile, nous l’avons déjà vu, la compréhension et l’explication des engagements si l’on se limite, comme l’ont fait les chercheurs de la Resource Mobilization Theory, aux seuls modèles classiques de la sociologie ou de la politologie. Rappelons que ces modèles soulignent l’aspect rationnel des initiatives pour en expliquer la structuration, les significations et la pertinence systémique. Ce type d’explication privilégie le thème de la représentation tel qu’il est soulevé par les initiatives menées aux niveaux local, national et supranational de systèmes politiques démocratiques, comme c’est le cas par exemple pour les dynamiques territoriales de l’Union européenne8. Privilégier cette explication permet aussi de saisir les exigences développées par les pressions qu’exercent les actions altermondialistes en vue d’accroître ou, du moins, de renforcer les structures institutionnelles supranationales, comme par exemple celles de l’onu ou du wto9.

28Ces explications, si elles rendent plus intelligibles la rationalisation politique des initiatives et leur représentation institutionnelle différenciée, risquent néanmoins de cacher des significations plus importantes qui renvoient à l’affirmation du sujet et à la culture et qui sont peu explicables si l’on se réfère aux seuls aspects relevant de la rationalisation politique de ces initiatives. Là où cette rationalisation permet de mettre en évidence les aspects de pertinence institutionnelle systémique des initiatives, elle ne permet pas d’expliquer leur importance culturelle par rapport à la rationalisation systémique puisque cette importance culturelle a ceci de singulier qu’elle est en tension avec cette rationalisation.

29Ceci considéré, il devient difficile de saisir les significations les plus importantes de l’altermondialisme en ayant recours à la seule sociologie classique selon laquelle l’acteur des mouvements modernes est fermement relié au système. La rationalisation est considérée comme essentielle pour caractériser la structuration de l’action de cet acteur et son intégration systémique. En conséquence, ces conceptions classiques de l’intégration systémique ne permettent pas d’expliquer les principales significations de l’altermondialisme, dont le substrat est marqué par l’affirmation subjective. Si les aspects culturels de ce substrat et l’affirmation subjective, qui revêt tant d’importance dans la structuration de l’altermondialisme, ne peuvent s’expliquer à travers ces références, il faut en définir d’autres. Une manière d’essayer de les expliquer est de s’éloigner en partie de cette perspective classique en adoptant une posture de distance modérée afin de souligner la priorité qu’ont la construction de l’acteur et la recherche de l’affirmation subjective par rapport aux implications systémiques des initiatives dans la définition des principales significations de l’altermondialisme. Dans le même temps, il convient de considérer que la production des significations fait référence aux aspects essentiellement culturels de l’action, sans refuser pour autant de reconnaître à cette dernière sa place systémique. Cette place peut se définir dans le cadre d’un modèle analytique qui privilégie le recours à la perspective culturelle pour représenter les implications systémiques des rapports entre les acteurs et la rationalisation de la vie sociale d’aujourd’hui.

30Le fait que l’altermondialisme produise des significations, principalement culturelles, liées à l’affirmation de subjectivités n’implique pas l’absence totale d’expressions fondées sur des identités fermées refusant la mondialisation. En effet, des initiatives altermondialistes peuvent s’exposer à des actions de fermeture qui s’insèrent parfois dans leurs mobilisations. Cette situation s’est concrétisée, par exemple, par la participation momentanée, lors d’un Forum social européen, de Tariq Ramadan et de membres de réseaux et d’associations qui soutiennent des orientations aux accents communautaristes et qui cherchent à accroître l’affirmation des particularités islamistes dans l’Union européenne et dans d’autres pays du continent. Cette coprésence ne s’est cependant pas traduite par une fermeture du mouvement altermondialiste dans la mesure où les réseaux organisationnels et les formations proches de ce leader n’avaient pratiquement aucune représentation au sein du mouvement.

31Les conduites identitaires fermées, malgré les dangers qu’elles représentent, ne caractérisent pas les initiatives altermondialistes. En effet, elles n’occupent pas d’espaces importants dans ces initiatives. Les conduites qui s’imposent sont plutôt axées sur des perspectives d’ouverture et de reconnaissance de l’égalité entre toutes les différences présentes sur le terrain de la démocratie. Ces dernières perspectives donnent un sens unificateur aux initiatives, à la résistance et aux affirmations subjectives définies par rapport à la domination. Elles se conjuguent, non sans tensions, avec différentes orientations politiques. Ce sens unificateur est partagé par des sujets qui entendent être protagonistes et maîtres de leur existence en affrontant la domination et les visions culturelles dominantes. Ils deviennent ainsi des acteurs capables de soulever et d’affronter les problèmes de la domination dont la propagation dans la société d’aujourd’hui est liée au contrôle de la production et de la diffusion des informations portant sur la structuration culturelle des différents contextes économiques et politiques de la vie sociale.

V. Conclusions

32J’ai tenté de réfléchir ici aux relations que l’on peut établir entre les problèmes empiriques et les problèmes théoriques lorsque l’on se confronte à un champ de recherche comme celui des mouvements sociaux. Cette perspective m’a amené à expliquer ces conduites en termes de sociologie générale. La construction de l’étude empirique de leurs mécanismes principaux doit être mise en relation avec les perspectives théoriques qui peuvent aider dans la définition de la place que ces mouvements occupent dans le contexte de la structuration de la vie sociale d’aujourd’hui.

33C’est précisément en faisant appel à cette exigence que j’ai été amené à prendre, avec prudence, quelque distance par rapport au corpus disciplinaire de la sociologie classique et plus particulièrement par rapport à des modèles qui, pour rendre intelligible la société moderne et ses supports institutionnels, insistent trop sur l’opposition existant, d’une part, entre la tradition et la modernité et, d’autre part, entre l’affirmation subjective et la rationalisation systémique. Je ne peux en effet expliquer en termes d’évolution historique ou de maintien de la tradition, la résistance et l’affirmation subjective qui revêtent tant d’importance dans la construction d’initiatives comme celles qui se manifestent dans l’altermondialisme. Les significations culturelles et les affirmations subjectives ne peuvent être considérées comme non-pertinentes avec la rationalisation systémique alors qu’elles sous-tendent la construction d’acteurs tels que les altermondialistes.

34Pour essayer d’expliquer ces comportements, je m’achemine par conséquent vers une approche qui ne consiste pas à abandonner la perspective de la relation acteur/système, mais qui reconsidère ce rapport en termes de tension entre affirmation subjective et rationalisation de la vie sociale. Cette affirmation est liée à la construction d’acteurs de mouvements qui sont confrontés à la propagation de la domination et de visions culturelles qui s’imposent dans la vie sociale et pour lesquels le problème du contrôle de la production et de la diffusion des informations est crucial.

35Ma recherche s’éloigne ainsi des perspectives qui font appel à la Resource Mobilization Theory pour expliquer les mouvements en termes d’action collective dont l’horizon serait constitué par le système politique qui, à son tour, accueillerait les instances rationalisées proposées par les acteurs de ces mouvements. Je me place plutôt sur le chemin qu’a tracé et poursuivi la tradition actionnaliste en privilégiant la construction de l’acteur.

Haut de page

Bibliographie

Berthelot J.-M., Dir., 2001, La sociologie française contemporaine, Paris, Presses universitaires de France.

Collins R., 1994, Four Sociological Traditions, New York/Oxford, Oxford University Press.

Della Porta D., Diani M., 1997, I movimenti sociali, Roma, Carocci.

Dubet F., 1994, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

Dubet F., 2002, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil.

Farro A. L., 1991, La lente verde. Cultura, politica ed azione collettiva ambientaliste, Milano, Franco Angeli.

Farro A. L., 2000, Il conflitto dopo la lotta di classe. Azione collettiva e cultura dei lavoratori nella società dell’informazione, Milano, Franco Angeli.

Farro A. L., 2003, “Le tournant italien”, in Wieviorka M., Un autre monde… Contestations, dérives et surprises dans l’antimondialisation, Paris, Balland, pp.177-194.

Hirshhorn M., 2001, “L’actionnisme”, in Berthelot J.-M., Dir., La sociologie française contemporaine, Paris, Presses universitaires de France, pp.47-58.

Khosrokavar F., 2002, Les nouveaux martyrs d’Allah, Paris, Flammarion.

McCarthy J. D., Zald M. N., 1977, “Ressource Mobilization and Social Movement : A Theory”, American Journal of Sociology, 82, 6, pp.1212-1241.

Melucci A., 1975, “Sur le travail théorique d’Alain Touraine”, Revue Française de Sociologie, 16, pp.359-379.

Tarrow S., 1994, Power in Movement: Social Movements, Collective Action and Politics, Cambridge (Ma.), Cambridge University Press.

Tilly C., 1978, From Mobilization to Revolution, New York, Random House.

Touraine A., 1992, Critique de la modernité, Paris, Fayard.

Touraine A., 1993a, La voix et le regard, Paris, Seuil (1978).

Touraine A., 1993b, Production de la société, Paris, Seuil, (1973).

Touraine A., Khosrokhava F., 2000, La recherche de soi. Dialogue sur le sujet, Paris, Flammarion.

Wieviorka M., Dir., 2003, Un autre monde… Contestations, dérives et surprises dans l’altermondialisation, Paris, Balland.

Wieviorka M., 2004, La violence, Paris, Balland.

Haut de page

Notes

1 Cette définition a été, par exemple, adoptée par A. Melucci dans les années 1970 pour désigner la sociologie d’A. Touraine (Melucci A., 1975). Plus récemment elle a été reprise par M. Hirshhorn pour souligner la différence qui sépare, dans le cadre français, cette sociologie de celle de l’actionnisme, constituée autour des travaux de R. Boudon et de son interprétation de l’individualisme méthodologique (Hirshhorn M., 2001 :48)

2 Pour R. Collins cette tradition se distingue de deux autres approches, l’une rationaliste/utilitariste, l’autre durkheimienne, auxquelles se rajoute la perspective micro-interactionniste et interprétative, développée aux États-Unis et soutenue par des auteurs tels que Ch. Horton Cooley, W. I. Thomas, G. H. Mead, H. Garfinkel (Collins R., 1994:47-120 et 242).

3 Il s’agit d’une recherche conduite sur le mouvement écologiste italien entre la fin des années 1980 et le début de la décennie suivante (Farro A., 1991).

4 La formulation peut-être la plus radicale de cette proposition théorique était déjà développée au début des années soixante-dix dans le cadre d’études américaines. Celles-ci tentaient d’adapter aux mouvements sociaux des catégories empruntées à l’organisation de l’entreprise et à l’économie. Elles entendaient expliquer certains aspects de l’articulation organisationnelle des actions collectives, dont le but aurait été de garantir l’accès aux mécanismes du système politique pour tous ceux qui en étaient exclus (McCarthy J. D./Zald M. N., 1977). La forme la plus élaborée de cette tendance théorique est due à l’historien et sociologue américain Ch. Tilly ; ce dernier a tenté de mettre en relation les aspects politiques et économiques de l’instrumentalité de l’action collective et des mouvements sociaux (Tilly Ch., 1978). Ces positions ont été reprises dans le cadre de recherches visant à combiner des définitions théoriques et des explications historiques (Tarrow S., 1994). Elles ont été plus récemment reproposées comme cadre général d’explication des mouvements sociaux (Della Porta D./Diani M., 1997).

5 Je renvoie aux recherches empiriques déjà menées sur l’écologisme, sur les changements de l’action syndicale et sur l’altermondialisme (voir notamment Farro A., 1991).

6 Pour une définition des différentes composantes de l’altermondialisme, on verra Farro A., 2003.

7 La seule à laquelle je ferai dorénavant référence à titre d’exemple.

8 Représentation rendue possible dans plusieurs instances institutionnelles et territoriales de l’Union européenne à travers des canaux comme les partis de la gauche radicale et modérée qui, à leur tour, ont commencé, dès le début du nouveau millénaire, à présenter des représentants altermondialistes sur leurs listes lors des différentes échéances électorales.

9 C’est dans cette perspective que procèdent, par exemple, des travaux, surtout d’inspiration anglo-saxonne, soulignant les difficultés rencontrées par la société civile mondialisée, essentiellement formée d’ONG actives à l’échelle planétaire, pour trouver une représentation dans le contexte d’institutions supranationales. Ces difficultés doivent, par conséquent, être affrontées en renforçant des institutions existantes comme l’ONU et le WTO, mais aussi en réalisant de nouvelles structures qui favorisent des représentations et des confrontations entre intérêts et orientations culturelles différents à l’échelle mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antimo L. Farro, « Tentatives de compréhension des mouvements sociaux », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-1 | 2007, 33-46.

Référence électronique

Antimo L. Farro, « Tentatives de compréhension des mouvements sociaux », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-1 | 2007, mis en ligne le 09 mars 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/510 ; DOI : 10.4000/rsa.510

Haut de page

Auteur

Antimo L. Farro

Professeur à la Faculté de sociologie de l’Université de Rome La Sapienza, chercheur au Centre d’analyse et d’intervention sociologique (cadis/ehess/Paris).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals