Navigation – Plan du site
À propos de livres

Legros Patrick, Monneyron Frédéric, Renard Jean-Bruno, Tacussel Patrick, Sociologie de l’imaginaire

Paris, Armand Colin, 2006, coll. Cursus Sociologie, 236p.
Régis Malige
p. 201-202

Texte intégral

1Si, pour certains, l’imaginaire est synonyme d’irréalisme, de fiction et d’irratio­nalité, pour d’autres, à l’inverse, il correspond à une traduction concrète de la pensée mythi­que. La sociologie qui lui est associée apparaît comme une science, à la fois complexe par son absence d’objet et originale par sa diversité thématique (quotidien­neté, reli­gion, politique, littérature…). Fondée historiquement, mais reconnue plus tardivement, elle est en proie à des réticences et des réserves qu’il convenait de dissiper. Patrick Legros, Frédéric Monneyron, Jean-Bruno Renard et Patrick Tacussel, enseignants-chercheurs confirmés dans leur domaine de prédilection, ont tenté de com­battre cet isolement et cette méconnaissance. Adoptant une démarche claire, précise et cons­truite, combinant théories, méthodologies et études de cas, ils offrent une vision parti­culièrement synthétique et pédagogique du sujet, le tout en quelque deux cents pages, trois parties et sept chapitres.

2L’éclairage historico-théorique, tout d’abord abordé, ne manque pas d’intérêt pour qui veut méditer sur la manière, plus ou moins directe, des précurseurs de la sociologie d’appréhender le rôle des représentations partagées dans les interactions entre les indi­vidus, les processus sociaux et les institutions (Marx, Engels, Tocqueville, Le Bon, Tarde, Pareto, Simmel, Durkheim, Weber). Cette problématique n’a pas manqué d’éveiller la curiosité d’autres auteurs, véritables fondateurs d’une sociologie de l’ima­ginaire. En témoignent les analyses de Mannheim articulant conscience et réalité his­torique (idéologie et utopie), celles de Mauss sur la communion symbolique qui guide davantage l’action que la pensée et préfigure la posture structuraliste de Lévi-Strauss, ou encore les travaux du Collège de sociologie (Bataille, Caillois, Klossowski, Monnerot…) axés sur trois thématiques essentielles. Le mythe, tout d’abord, apparaît comme l’image de la destinée, seule capable de donner du sens à l’existence totale de l’individu. La religion, pour sa part, se révèle être le fondement absolu de toute vie sociale, force d’agrégation rejetant les risques de dispersion et de dissolution de la collectivité. Enfin, l’individualisation du pouvoir et son incarnation en une idolâtrie charismatique procèdent de la conjugaison de la mythologie et de la psychologie au sein de laquelle mensonge et vérité sont dilués. La recherche contemporaine, quant à elle, est illustrée par de grands noms. Songeons à Durand, Castoriadis, Morin, Bau­drillard ou bien encore Maffesoli, dont la sociologie compréhensive accorde une place centrale au quotidien.

3Le tour d’horizon terminé, entrons dans la réflexion épistémologique et méthodolo­gique en considérant l’interprétation de l’imaginaire, c’est-à-dire la dialectique du “ca­ché” et du “visible”. Son approche délicate enrichit la connaissance et s’effectue sous plusieurs angles minutieusement “disséqués”. Le symbole, dans un premier temps, se dote d’une réalité fonctionnelle. Véritable vecteur social, il est de nature à conforter le sentiment d’appartenance des individus et admet plusieurs formes d’interprétation (de détails, par champ d’étude, originelle, ou d’exclusion). La perspective durandienne, bien qu’exposée à de vives critiques, prend appui sur un raisonnement en termes de réflexes, d’archétypes, de schèmes et de mythes, définissant le “trajet anthropologi­que” producteur d’images. Enfin, les représentations sociales trouvent leur pleine ex­pression chez Durkheim qui distingue celles que crée la société (collectives), d’autres, extrêmement variables et diffuses, plus sensibles aux modifications environnementales (individuelles). Si l’interprétation donne un aperçu très relatif des imaginaires, leur création permet la compréhension du social et justifie l’usage de méthodes d’analyse appropriées. Certaines d’entre elles s’intéressent au contenu et utilisent la mythologie pour rendre compte des conduites humaines (théomachie chez Nietzsche, Freud, We­ber, Maffesoli ; mythanalyse chez Durand). D’autres font appel aux portraits contras­tés dont les oppositions structurent les représentations et touchent des domaines divers (œuvres de fiction, animaux, folklore, individus ou groupes réels). Enfin, les techni­ques projectives (associations verbales, sémiométrie, tests des dessins et des récits), élaborées par la psychologie, apparaissent prometteuses pour l’étude de l’imaginaire tant individuel que collectif.

4L’ouvrage se termine par la recension de travaux et champs de recherche spécifi­ques répondant aux fonctions contemporaines de cette sociologie (besoin de rêverie, régulation face à l’incompréhensible, créativité, communion sociale). Sont ainsi évo­qués le quotidien, à travers les figures de la séduction et les rumeurs, mais également les conceptions du monde via la politique, la religion et la science. Le rêve et la litté­rature ne sont pas ignorés, de même que la galaxie des êtres fantastiques, miroirs de projections psychologiques de peurs et d’angoisses collectives et historiques.

5De nombreux exemples, une solide bibliographie, des utilitaires, font de ce livre à plusieurs voix un excellent instrument de travail qu’appréciera tout lecteur en quête de réflexion sur l’évolution des sociétés humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Legros Patrick, Monneyron Frédéric, Renard Jean-Bruno, Tacussel Patrick, Sociologie de l’imaginaire », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-1 | 2007, 201-202.

Référence électronique

Régis Malige, « Legros Patrick, Monneyron Frédéric, Renard Jean-Bruno, Tacussel Patrick, Sociologie de l’imaginaire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-1 | 2007, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/541

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Poitiers, LARESCO-ICOTEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals