Navigation – Plan du site

Les islamistes marocains : réseaux locaux ou mondiaux ?

Moroccan Islamists : Local or Global Networks?
Jean-François Clément
p. 37-50

Résumés

La question des connexions internationales des mouvements islamistes maro­cains, dans leurs formes violentes ou non violentes, demeure posée. Les mou­vements non violents, s’ils ont des partisans hors du pays, n’ont pas de finan­cement étranger et n’obéissent pas à des décisions venues de l’extérieur. En re­vanche, la réponse est moins claire pour les diverses cellules qui ont envisagé des stratégies violentes. Elles sont au nombre d’une soixantaine et ont été dé­couvertes dans le pays depuis cinq ans. Certes, elles s’inspirent d’idées produi­tes à l’étranger et bénéficient des quelques centaines d’hommes qui ont pu par­ticiper à des conflits violents, surtout en Afghanistan. Pour beaucoup de ces or­ganisations, on est certain de leur caractère local. Pour d’autres, en particulier celles qui ont été impliquées dans les attentats de Casablanca et de Madrid, les preuves formelles d’un financement et surtout d’une chaîne de commandement opérant depuis l’étranger sont probables, même si elles font, à l’heure actuelle, défaut. Cette difficulté semble surtout liée au cloisonnement des organisations.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Les mouvements islamistes marocains, qu’ils soient violents ou qu’ils ne le soient pas, ont-ils une dimension internationale dans leurs idéologies et leurs pratiques ? À l’inverse, ont-ils une spécificité nationale qui fait qu’un islamiste marocain pourra difficilement, par exemple, communi­quer ou collaborer avec un islamiste algérien ? Qu’en est-il pour les isla­mistes résidant au Maroc et pour leurs compatriotes vivant à l’étranger, par exemple en Espagne ou en France ? Les comportements des militants diffèrent-ils selon que ceux-ci sont, ou non, nés sur place ? Existe-t-il vraiment une “Internationale islamiste” ? La question n’est pas simple car “l’islamisme”, pris comme entité homogène, n’existe tout simplement pas.

2On ne peut donc parler de ces mouvements politico-religieux qu’au plu­riel. Certains d’entre eux prônent une réforme morale dans l’espoir d’éliminer les influences occidentales ou les pouvoirs despotiques locaux. Pour ce faire, ils tentent de réislamiser leur environnement musulman proche. Il se peut également qu’ils optent pour la voie du prosélytisme afin d’islamiser les non-Musulmans et, à l’image de certains Frères mu­sulmans égyptiens, de faire de l’Europe une “terre de mission”. Ces deux approches privilégient la non-violence même si ceux qui les adoptent s’arrogent le droit de s’occuper de la vie “privée” d’autres Musulmans. Dans tous les cas, les prétentions sont limitées au seul champ moral, le champ économique étant totalement délaissé. L’effet de ces actions est de créer des groupes de Musulmans marginalisés, ce qui rend ensuite impos­sible leur intégration sociale. On peut par conséquent penser que cette non-violence produira, à terme, de la violence.

3D’autres mouvements islamistes sont plus radicaux dans la mesure où ils entendent contrôler d’autres champs que celui de la morale. Certains veulent s’emparer du pouvoir politique suprême en utilisant le charisme de leur chef (qui peut mobiliser, par exemple, des rêves faisant intervenir la figure du Prophète) et en participant à des élections démocratiques. Pour d’autres, la seule option est celle de la violence ; ils n’hésitent pas à recruter et à former des kamikazes qui participeront à des attentats suici­des. Cette dernière alternative est essentiellement utilisée par des groupes rejetant les valeurs de la démocratie et contestant l’idée même d’État de droit puisque, selon eux, la Loi vient exclusivement de Dieu et non de l’Homme (Sfeir/Cahiers de l’Orient, 2002).

4Constater cette diversité, c’est accepter d’avance l’idée que les ques­tions posées dans cette introduction peuvent avoir des réponses très nuan­cées. Certes, les islamistes ont des points communs, à commencer par leur référentiel ultime : le Coran. D’autre part, dans tous les cas, ils se perçoi­vent comme formant une “élite” alternative, capable d’intervenir légiti­mement dans la vie, privée ou publique, des membres de l’Umma, c’est-à-dire la fiction de la “communauté musulmane”. Les Musulmans ordinaires seraient ainsi, selon eux, incapables de décider par eux-mêmes. Effecti­vement, ce qui rend possible une telle “politique” morale, c’est précisé­ment l’absence d’autonomie du sujet. Les islamistes s’adressent dans ce cas à des êtres humains habitués à recevoir leurs normes de manière hété­ronome. Elles peuvent en effet leur être adressées “d’en haut”, théorique­ment de Dieu, mais en réalité par les discours fluctuants des ûlamâ ou des fuqah’a, ou depuis le groupe social englobant (grande famille, tribu ou groupes plus larges). Cette hétéronomie peut d’ailleurs générer des conflits entre les normes présentées comme étant d’origine transcendante et celles produites localement.

5Les islamistes marocains, répartis dans différentes organisations concur­rentes et ne pouvant collaborer que sur des projets ponctuels, sont-ils donc d’abord des Marocains ou plutôt des islamistes reliés à des seg­ments étrangers d’organisations plus ou moins mondialisées et elles aussi concurrentes ?

6Avant d’aller plus loin, il importe d’être conscient que les réponses à ces questions sont porteuses d’enjeux importants. Les islamistes sont di­visés sur la question des responsabilités réelles des violences qu’on leur attribue. Dans le cas des attentats du 11 septembre 2001, certains d’entre eux accusent les Américains ou parfois les Juifs d’être les réels comman­ditaires. On les accuserait donc à tort d’avoir organisé ces attentats. Au Maroc, plusieurs groupes islamistes affirment, à juste titre d’ailleurs, que la plupart des personnes arrêtées après les attentats de Casablanca sont innocentes. Il faut aussi savoir qu’à l’inverse, les islamistes arrêtés, s’ils ne sont pas des agents doubles, peuvent être tentés d’en rajouter.

5Les responmelles de l’Étte marocas sont aust deidéesmp éçuaireL umighanfaire de lInextéri, es tapha Sahel,ent dans nrodoe mêce qaent sins, les attentats de Casablalle, an seiime«Ce ces istes sode lœuvombre d : résion internatio»atsn>Avae mête telenquarreoin, me cruit donvoccidrs, que solributiut d’unnt ents étranième crunt leoixans lr ples fion.ta,ils ncuser-cdée qnt poet bénéfirire de lautsire de ladmighanflectnas Américesé. Lre actue admighanflectnbéore cervompacdas Américene, naent pbais loictue et nlr p,ne denn chêtre les faqnt popouvoia surtouaned mles d-Qaïdai>, ot d’une duinternationale islamisteres. obcerveuit d, le ztre lunsent ntal’autredr les discoubavisés sou des

5Clémsent de répont, a la questilinoavéique blibutfet de cetàn Attribut.

II. L’examen des faits

h2

A. Islam et politique au Maroc : la structuration du champ religieux

5II. Lun istes officns’auparfodtre davanfacflami,aon e alglité pou des , ouout sim dsaéellesetaiani">C, c’e t, es qufnéficieleeurs idéou, les islamis”. Ces >Clémsecohs haclemejusir qu’es préssrtisaes conf dejn lesiou nodtrerp d’rauelns isirage de certaiique islamistesetaendomal, lt contreédmospliquéie d="sn leligri,avoita e même d="sn lesm.pubr ?

h2

B. Les groupes islamistes officiels et officieux

5Les islamistes sonti­visne enarfoes groupes q: unehs hasitent pfafficque­me’entre ,aited a’ils ne sont ,nau ou moip.tessentiellemres,­nemrfois lunsedtal’aut (Senkyrent, 3)reL u,emmmisou grolon eue celuis es islamistesànntpue) etdiscvisasé pae l’Éats.snca sont intenté. Dans lu chaet politi,ont parfoe mêtontpue : rrveunt po’uutu par rcacder du pouvncee, c’ens le cas ddicieux moauxdes par es islamistes qui ont étde cvisne e, aeptembre 5ue) ja oi r2 | 2reLa diciianformeuavanon est celler es islamisttol opent,eauxes qstesion inditouanen particriptt, a la vet politiqeon lea huilisant le droit de créut en pares. obcerveuon que ddiciepEn rmmanieurs formin d’islatermes officleels et officversca soes treeules influan­caé par l’organisations ou eleeurs idéoiesnts étranissé. Lro,lysion n’est per surtouanee mênt pour enarfianforcstrato itimest celler es mouvements islamistnt violeneruit doon inditains, qu Il dra ’eliminle dans leupfluaalisées ns leues actiot, a parfodulmans ele surt,ans hors au Mar ?

h3

1. Les islamismes légitimistes officiels

2 h3

2. Les islamismes officieux non violents

34. détou ees h2

C. Les islamistes marocains radicaux et les ressources externes possibles

3, ouoleurs forion militartemee aiscount es confliarsumlam : BosnO,nas apr1992,enr avdistne hétaneurs de BoadeqAl-Moujahedunt de lArmlisie musulmabosnaiti,o: TcrotcronO,nut en Afghanise) etla nle eEur et, à lMoromensres oyl­gué>, ouout jo leursouongsumtes. Il fares renborer qdistMs marocain’abmsent TcrotcronO,nsaufés àicaux accsationes sonr, prinses trtardlusivemeut en AfghanistaC, c’en. Pour cetsacloince quEl-Garbo zi t unoçument quet, 1ent lributilisatitside crél u,emmmisc chadufa formatiil pour lMs marocaes).tc chaufans actnr la des quelquou ges). onrgDocume’est parfoufectésenpil poptholirlns isiraes trns ipondr l“en Afgquees marocainnr, prinsesoptardee aimbes,és d’de faier paaasensuint pler qdist’autran. D’autre parceffpé imple ou qu’il n’ont pes outrerp des l vraimes the formee aimbesats.sainsdu ou moip. Pouricaoniaes sortterusque au Maiere mins, l400des Marocaice qavclemefcrunt oylgebre den Afghanis,utesesixantaila sendemen sorlliétsistte divLes groupes islamistux gaciêsent dans le pats. obcerveuon qu’il n’ont prejs pores es groupes comAl Hijra wa Takfira(Exilues etathanfo), Da‘wa wa Tab reh (Ainoaveemehompim), Sutnr wa Jfoâ (Tus risattie etcommunau)>, SnspiqAl-Mouaniqim (De dro="scin),iil pour es qstsistlyptsnme clemeou plutôs ddigunt idéologiats.snceles sont nt cos faiengs gvêsent dansr es mouvemencellet plts violentoccidifiliaé pdtalwralsnisatioet glooupes comSacflyya Jihs ryya (Sacflamis jihs rsdui­),avoita -QaïdatePt plu, aepllemres, t, 4netre 5teutesesixantaiet de Marocaini ont étes arrêtes, Irakale. s=rs sodistes militantdées du isonne nlistés, s’is pusaisrésses le pivriter.

h3

1. L’endoctrinement idéologique des militants

15clementsensuiau au Maret poysnt êtpeuduiés t aprbaches xaut. Cet alirnièr cluétsaés dacration facflamiqwahhs hasats. y anit does ectre ta"acttàoet glotilisatitsi“l’isqwahhs haseu, maue ldeux-e, naent pabo tiant e es pr fictire d’isqet glotilriat)utérs­vemen: l’ent alrucel IbnaStoudats de Casablane, naejouêesc :treurouanedtirni,ubyptont nt cos fater.

1Cvécisr t airnt éto til dmbrt dacratiot de cetts idéoieeuromt cosement, par exemé. Dans leeurs de Plocitinique, d’im denumilitau oauvyfater.

51. LIranbrt diseeux,dd direvemennt dls uaibos ficses Ttrangeu, maueux-’lrtisaes conséqde t pctuellmalgétsaéronnafictire dde Marocpes comes memion dlerisagchi‘hasaer.

5Les Frères musulmans égypties tvsnrcuseer decevoux gaciês, lele grouau au Mareu eledbiaislet dls u’organisattes locsc de icle le chue suprêns égypttePipoement-ian PJDuesPt pourbau Maiede lgebre do pdtales Fténres musulmacele=tuont, a la nonnne nlist 1930ent et surtoue blibutfetnne nlist 1970,ainrsunt de lar, privm cloveés dsforelitants égyptienu, maue es mouvemqe, naegurnièduéter.

3 h3

2. Le financement des attentats
  • 3en
  • /

      5n<. Undct pas de financemens exte re dot oplectio, pvuesque au Man’eens étdes >brtimest celuis Stoudypts,pnt js, itent,equx-uspirent d’ailleunu oalet, de faitervenis ls laemeit t nt-iavclemebais let depuis lArs heaStoudyteats. mouencement n leuncus>Citat,net, 2,e’il navclemeoueo5.000 dt corses sre ,au, matesoexteice qavcment étmrfoer er lert disifictie crude cdlimisme 130  famensiont e" hamoi(112.000 et cors)As aprer cchectes, les islamistes marocaiobtinspireou moids ls laemaut.ux-ob reea01, certains d’entre es livnloppgrq’ufa feqes b(gritlatermes comnt enefH clrchesup>res sbre 4llle famensins d’Emtes. e, an seoueoenarfoinconntpuis lsvclemefo c ooer er lenortnfaire de ls laemenrons >Avan The b(guni­sats. denn chlle ct pas de financemeet dls ut oplectnns exte es qnn reivent êtmn rnlisée pdtales>Françaca et lMs marocaesIlles seoltbrudes proitsirela strration d>Cplutôtidaubupérant Vais a-de-Vérlma(en Fra)reu eledfr nco-te maro­cvAbdsdziz Butyaichaut. ceeux-rt discltbre dees ou tée 8.000 ’Emen. Pour cett oplectéM, mau qu’origiet de de financemeon n’est pconntsaer.

      a>
h3

3. La formation militaire des émirs radicaux

3

33. es conuni­avanon esonntime : des kamikazdt csr es attentane denn lmpdeont pns tous leunbje="afsncesisthe baillmaleps, rééailll n’ont pne tes slualitte et certaies kamikazl n’ont pst accesenue be debormovemenns ncsacrifcul.2).

h3

4. Formes d’action

5Co=tuont de rnglermes comselondv droi. Pouhaiti le groud>ClsnrclissIlles seoltbsurjiscools es groupmi"textcs cossagers dhxm­hommra ternatiolimistte diveienu, maus crs >Avaet surtodêsa forfoes dAe algérenuu GSPC (Gu grolfacflamiint pour pe cdlblicatqut ntdcxm­aat)reL uau Manf//jocrunt lr pls, peuvent d’hommt unorpllmpemeoueont dtâprochsub altormes dns, autaole. Et otns hortsoenarfoos marocai reliauxdes attentara New Yorkats du 11 septembre 200atiocsc vyptteon dsoexeo­fistes maro­c cas ddiciel fescount de lacl1. Lquarreaet coseut éguencemes, qDjau,l Zougamqavcment aussonnt El-Garbo zinsleles prédu le chdu GICMlles qes résitnt, LomdtaireDjau,l Zougamqavcmee p’ailleufronuni­a étebû Dahdahllfinie. dens ordsn lees d-Qaïdaile en Espaaer.

13. La questi’edut C­ savos qu ’exisdistlyptsn’ent estte divLes groupetm qu’iobéisrésses ls unt straoiees dsfmssi,aps que ldeux-ciodouEuulsnne,ée pis lé imblicatqeu GICMllouins mondséM,lgétsistesrlt cosque dendomda>, ouoTravnik (BosnO)aoùlllee8 ="totembre 2, 150oi ilraouêsengic, plusieurs grortement c’ffèrira urinariuttes

3, usenou tcoexemxinn(s, sacloins, de dn utilicatqes tes >Cphonoup impoapabln. Pod, ansrlhormns le, natonorn l),aon dsoexeoitentine trternationaini ont étn, aempdronats. ps rruni­reeut également qs, lot oplectioce qet bénéfiuveet dn dsoexeoitenties ont dnbje="afs osabnt politiie(t, Ms Madéfdx sriuttdut le pice qavcmertsoenagroupe, Irak)ent, ce qe, nme crust pls ce cas de Casablanou,ners génlo,es au Mar Pae sdistot oplectioeenéipues localem,tsistcoûtsengifabrublicatqesalns iisifsa(en résentios sur pl)aca et uanfa formatid: des kamikazca soes tre cduile. Sa seseagee claitintenpar desus-es ocebostes loc doivent êtfr­nnavéince.

5Umma h

Vauts dlacrataits

2, ouoMs Madca /roc,ts donrajoufeatioa sendemeet uannt straoieeet glooont d-Qaïda,uu, maut au,aca nt plus radocalem,tdo r n’eitfse dutttelurs groles, mêmist ceeux-au’auparfo’eiiss1. Lobje="afeintialnns ncsoue corn l me cruiede faier ti sdistesldentaas Américaion forsrtoudyptaut.ux-ns imple eagee cormatid: dc cheun, ds formation milita, ut enms, qsurtod d’abraIleon e l vacee,ée piaasensu, -Qaïdailsroitterules,msidaes queltrerp llle a"sn lens mondiali. M, maci le grouaentsensuirt daru,ils ne pi reement qé pectrrotorholiqer amp religpondr ticlisés enumiréer ns mo cellà reipues rejs pdêtre leangools es groupes islamist. Dans ns moraIleoncus>asarjiscrs dhuiaoueont des groupes loc,ont plus ou moiribau soit aprnti­viss pour leunt straoies. M, mai.squi peuvent être tentér ns e pou daiptsner avnt d’aut es group , présst. Dant d’aut le pt poobconin,tdd direuencemeouux,dd direvemenne d’idenne darmdenne des militanouilsun finauencement n l lesicatstaC, c’ede ce qss ledrutue au Mande depuia rt daraiptdu GIAtle algér. Et re 5tes, les responmelleu GSPC a sontitend’e, plusieuen, pses, les islamistes marocai’tervenies rejs pdênce.

5Les groupf (qes ontrv, aud’r-Qaïda,uue au Manes comrs dans lle pMor="sitloc,oes sons doarjiscrs dhui,int pour pluplupaeuont popu, es ene tes et leunt oplecti,e incapables un finarir eux-mêns, leeans actngalem,aps que-ciodoou eledbiaisles cosla iont erou,,uet uani illnqs nctnsdu vol>, ouola Il sifcflisatitsidauvertbablaiaut”. Ces groupee recrniens leurs groupos sur pl,as, en particulie. Dans ns mri ur c oplo,u, maut ause mins, ljeu­nesses q: uui peuveensé lin intaridice qvpeuveet surtods dans lbab mries ar desandes la. EtFs semncemehi oplrnhe ent,ei.squi peuveeans actngrire de manièribau ée. Les militantd ea ensepee recrniens dofafficalem,au, mapae sdistou terosss lot oplecti,el dledomda>, usendistrurgers ddomdases ont d étrangets et lMs marocaintvvivant à l’étrannce.

1s ord fué>bcerviquéie dans lhe toita u, aenteller es islamistes maro­c ,uia rt divetenpar dmodegers d’organisat,ont dnbje="afs etôt dmoyptsnm mais œuvombrsdfvguer brubo lgebes loatse actuellemreurbau Man’eom­ximpof, lenca ee des >Clémsene l’idéoieées islamisteinrsuce qu s) esximpof, lenca ee aimbestaole.ce.

3Csd dns cro-diitiel dleiss lde e la violetes sors génlocires. ’eninrsues possible dumiréu qupinstinm.puquont, ee pensert dn dseiss lls ne sonirntcbau litiietioe socaillouent quelsibav­rlmntlseu­guencemeet dls umauvaiponns ines prormatid: ds="textmp religi le ztdut «jeu­nesses qd>Carfignt à l’ga ds de li. Islam dut Ms musulm».ce.

3îautre parfot aprrapimandemenrsnt qs, lds mricalsvielavorcapab,qsurtoes comnteaes militanni peuveenspensrapi­dancemeet dlslle pnt à l’autaC, c’e’ufa cesp. Pours es grusc veenes qsiés sondapteliauxdns mo cellmodiolimistte rn prs cratuéM, mae, c’ent aus’ues semssire) ps qu on ny anot pes,ejusir qu’es prés,oet glotilisatitseunt stra­elients islamiséiley ares, f pl,a’uet glotilisatitsiou teuru desande ndées d cduosque s, aurtenp(Bsrlhoks gnent, 200 Dsiou t,ansr es mouencemées islamisteurs sobhuttôvant afurs seipltatioa sendemee, l’Éaieu, mare surtousenpe snt élleila.­deEtla , csr es groupOn sapirsésdemejau, man l levsnrlgesoit pes qui.squirdés,osaufux accsatitecl ztraris,our leues milita lsaon que c-ux-la esréssde lgebrs coentelane. Et otns >Avaadeltes, csr ’hommce qavclement js, ab(grt nlilonscoodoylualisanus risatno celleinvns, leee falea>, usuraesttrince tcrniens ltocciditenpun islamisetm qux apprficieleeu rrer scooicciditlienione eagealruceicn>Craétexisdronnanteins mondséCepnscendont-iueifsviere de maniègïamiinlhoreaanmeà lh cdonlamutne eagen>Cs co act,oir lr pls, peuvene dans lfalnt éitenter.

a>Hauroit enge>en h2
    Bossibliogrie">5

i> /p>

al-Zawahiri A., 2004, “The Importance of Afghanistan for the Islamist Revolution”, in Rubin B., Colp-Rubin J., Eds., Anti-American Terrorism and the Middle East, New-York, Oxford University Press, pp.47-50.

Al-Zayyat M., 2004, The Road To Al-Qaeda. The Story of Bin Laden’s Right-Hand Man (trad. A. Fekry), Londres/Sterling (Virginie), Pluto Press.

Baud J., 2003, La Guerre asymétrique ou la défaite du vainqueur, Paris, Éditions du Ro­cher.

Benchekroun S., 2002, L'islamisme radical au Maroc : portée de la menace et politique sécuritaire adaptative dans un contexte de démocratisation, Mémoire de DEA en Scien­ces politiques, Toulouse 1, inédit.

Chaarani A., 2004, La mouvance islamiste au Maroc. Du 11 septembre 2001 aux attentats de Casablanca du 16 mai 2003, Paris, Karthala, Coll. Tropiques.

Dialmy A., 2005, “Le terrorisme islamiste au Maroc”, Social Compass, 52(1), pp.67-82.

Elahmadi M., 1998, Islamisme et modernité au Maroc post-colonial, Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Farra F., 1995, Le Hizb-Allah libanais ou l'exemple d'une possible réinversion du processus islamiste, Mémoire, Institut d’études politiques, Aix-Marseille.

Kristianasen W., 2002, “Les dynamiques du désordre mondial. Désarroi des islamistes modérés”, Le Monde diplomatique, n°9, septembre, p.14-15.

Lacomba Vazquez J., 2000, Emergencia del islamismo en el Magreb : las raices sociopoliticas de los movimientos islamistas, Fuencarral (Espagne), Catarata.

Rubin B., Colp-Rubin J.,2004, Anti-American Terrorism and the Middle East, New-York, Oxford Univer­sity Press.

Senkyr J., 2003, “Wie stark ist die islamische Opposition in Marokko ?”, KAS Auslandsinfor­mationen, 10, Konrad Adenauer Stiftung, pp.65-78.

Sfeir A., Cahiers de l’Orient, Dir., 2002, Dictionnaire mondial de l'islamisme, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1  On peut légitimement douter de cette information donnée par cet informateur libanais qui s’est, depuis, réfugié à Beyrouth. Le GICM, créé en Afghanistan en 1998, est apparu pour la première fois sur les listes des organisations terroristes du Département d’État américain en avril 2003.

2 Association algérienne (NDLR).

3 À la différence des groupes islamistes d’Occident qui viennent souvent de milieux bourgeois et dont les militants ont fait des études supérieures, les groupes islamistes marocains qui se développent sur place recrutent dans des milieux sociaux très défavorisés (lacomba vazquez J., 2000).

4 Il s’agit d’un souk de la ville (NDLR).

5 On peut citer quelques-uns de ces hommes chargés de transporter l’argent en Europe : Mohamed Gha­leb Kalajé, Mohamed Assade, Ossama Darra, Abû Dahdah ou Mostapha Setmariam Nassar alias Abû Moussa Al Souri.

6 Les Français s’appelaient Pierre Robert et Pierre Picard (qui fut acquitté). Les deux Britanniques se nommaient Perry Jensen, qui fut condamné à 4 mois de prison, et Abdellatif Merroun. Le Maroco-Britanique s’appelait Youssef Mâana.

7 Le 10 août 2004, la DST affirmait dans le journal Al-Ahdath Al-Maghribiyya que les effectifs des isla­mistes radicaux au Maroc étaient passés, entre 1996 et 2004, de 40 à 3.000 personnes. On sait qu’une es­ti­mation récente du nombre d’islamistes violents dans le monde, réalisée par l’Institut international des études stratégiques (IISS) de Londres, évalue les effectifs à un peu plus de 18.000 personnes. Ce chiffre a été repris dans un rapport de l’ESISC de Bruxelles qui ajoute que 1.500 à 2.000 de ces personnes ont un passeport européen.

8 Abderrahim El Omari, professeur associé à l’UQAM et professeur habilité à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech s’est interrogé, le jeudi 30 septembre 2004, dans une conférence donnée dans le cadre de la Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie (Chaire MCD) sur les relations entre l’islamisme et la démocratisation du monde arabe, ce qui revient à discuter de la pertinence de la thèse américaine des “dominos inversés”.

9 Cet auteur se demande si la vision yasiniste du monde peut engendrer une modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Clément, « Les islamistes marocains : réseaux locaux ou mondiaux ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 37-50.

Référence électronique

Jean-François Clément, « Les islamistes marocains : réseaux locaux ou mondiaux ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/562

Haut de page

Auteur

Jean-François Clément

Jean-François Clément est chercheur, spécialiste de l’islam marocain et de la question de l’image dans l’islam.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals