Navigation – Plan du site
À propos de livres

Chovaux Olivier, Nuytens Williams, Dir., Rugby : un monde à part ? Énigmes et intrigues d’une culture atypique

Arras, Artois Presses Université, 2005, 184p.
A. Delobelle
p. 204-207

Texte intégral

1« Le football-rugby, et par extension le rugby à XV, trouve ses racines dans le folk foot­ball qui était essentiellement un jeu rural et populaire. La classe dominante de l’Angleterre victorienne s’approprie petit à petit cette activité […]. Ainsi, le football passe-t-il des champs aux public schools sans que ses nouveaux propriétaires recon­naissent aucun lien de parenté entre ces deux jeux » (p.67). Puis, c’est au collège de Rugby, petite ville du sud de l’Angle­terre, que, en 1823, un étudiant du nom de William Webb Ellis se permet de prendre la balle dans les mains et, pour marquer, d’aller la déposer dans le but opposé. Du coup, cette diffé­rence entre les règles de jeu allait principalement distinguer le football-rugby du football association, tout en devenant l’autre “grand jeu” de plein air. Toutefois, à cette première époque, les joueurs continuant de n’appartenir qu’à l’aristocratie ou à la grande bourgeoisie, tout y restait une affaire d’ “amateurs” jouant pour l’honneur là où le football était déjà deve­nu un sport typiquement populaire.

2Mais les compétitions se multipliant tant en football qu’en rugby, il fallut préciser les règles de ce dernier par écrit, et cela d’autant plus qu’il tendait également à se bana­liser toujours davantage, y compris chez des joueurs « issus majoritairement des classes sociales inférieu­res » (pp. 67-68). Dans son cas, ce furent cependant encore les élèves de Rugby qui en rédi­gèrent en 1845 le premier règlement (p.152). Or, comme l’écrit Ber­nard Allain (pp. 33-71), les Britanniques seulement continuant ainsi de composer sa direction internationale et venant tous des mêmes établissements et milieux, ces maîtres « des règles générales de l’institution » imposèrent tout naturellement au rugby, et pen­dant longtemps encore, la poursuite d’un jeu en gratuité dans le style “amateur”, donc avec fair play et en refusant les règles trop nom­breuses ou trop détaillées. Finalement, sous la pression du public, un “schisme” démarre quand même en 1895, donnant lieu au rugby à XIII, avec pour objectif de professionnaliser ce sport. En France, cette innova­tion institutionnelle fut également très bien reçue « au Nord, [où] il paraît tout à fait logique qu’un ouvrier soit dédommagé pour la perte de salaire consé­cutive au temps passé à pratiquer le rugby, alors qu’au Sud on pense qu’un individu qui ne peut jouer au rugby sans se faire payer doit tout simplement cesser cette pratique et chercher un autre sport plus lucratif » (p.49). Et cela, alors même que, à peu près partout, ce sont « les joueurs d’origine ouvrière […] qui sont devenus les maîtres du jeu », et que la qua­lité ainsi atteinte par celui-ci draine des « flux importants de spectateurs vers les stades, remplissant au passage les caisses des clubs ». Mais ces divergences feront aussi que ce n’est pas avant 1995, soit un siècle plus tard, que le rugby à XV sera lui-même déclaré open par la Fédéra­tion internationale, c’est-à-dire « sans interdiction de paiement ou de toute autre forme de profit pour les personnes y participant », en même temps que « l’ethos amateur » y sera offi­ciellement déclaré caduc (pp. 33-36).

3Si le livre ne traite en réalité que de l’évolution du rugby en France, ces divergences ancien­nes annoncent cependant déjà quelque chose de l’opposition qui prévaudra tou­jours dans l’Hexagone entre, d’un côté, la « terre d’Ovalie » qu’est la France du « Grand Sud-Ouest », celle des Pays basque, occitan et catalan, et, de l’autre, une « France du Nord » presque uniquement vouée au football. En effet, dans la France « non méridio­nale » (p.89) — plus précisément celle des départements du Nord et du Pas-de-Calais et ceux, limitrophes, de la Somme, de l’Aisne et des Ardennes, ou plus largement celle au nord de la diagonale « mythique » La Rochelle/Bourg en Bresse (p.87) — presque entiè­rement vouée au « satrapi­que ballon rond » (p.111), le ballon ovale n’a pu vraiment émerger que dans quelques « petits îlots », grâce surtout au dynamisme de personnalités locales. Une histoire que Olivier Cho­vaux raconte pour les XIXe et XXe siècles (pp. 89-110), et que Williams Nuytens rend res­ponsable à son tour de la pauvreté des équipe­ments rugbystiques dans la région et du peu d’enthousiasme que ce sport y a toujours suscité (pp. 111-131), sauf peut-être en cette « oasis du rugby » que fut Arras dans les années 1970-2000, ainsi que l’explique Jean Bréhon (pp. 133-149). Malgré les préjugés, ce « rugby nordiste » est peut-être « moins végétatif qu’on le dit » (p.88). Il s’est d’ail­leurs quelque peu redressé depuis la seconde partie du XXe siècle, mais ce déve­loppe­ment tardif dans la région semble avoir différentes causes, comme « une présence anglai­se qui n’aura guère été déterminante, une hégémonie des sociétés civiles de tir et de gymnastique, la confidentialité des pratiques sportives au sein de l’école, l’absence de missi dominici et de relais institutionnels efficaces », alors qu’à la même époque le football y investissait « progressivement, outre le club, l’École, l’usine, la caserne et (dans une moindre mesure) la paroisse » (pp. 108-109). Avec pour résultat que, « de la Côte d’Opale au bassin de la Sambre en passant par l’Artois, il est bien rare de ne pas trouver un terrain de football dans les agglomérations que l’on traverse » (p.121).

4Tout cela fait que, dans le Nord, c’est le football qui a pris valeur de rite régional princi­pal, avec tout ce que cela peut comporter de “supportérisme” et de convivialité, comme par exemple à Lens ou à Lille. Il faut cependant immédiatement remarquer que, en jouant surtout les règlements institutionnels, le football nordiste a favorisé prati­quement chez lui l’indivi­dualisme et le vedettariat, là où le rugby joue au contraire plus proprement les solida­rités de groupe, en même temps que l’abnégation et l’effort col­lectif (p.118). En consé­quence, celui-ci se prête également mieux au processus d’iden­tification régionale tel qu’il se rencontre typi­quement dans le Sud français (à côté de la corrida), là où l’on ne parle prati­quement que rug­by tout en pratiquant peut-être sur­tout le football (p.128). Avec encore ceci qu’à la différen­ce de l’habitude qui n’est jamais qu’une réponse techniquement ajustée à la situation, le rite a, au contraire, tou­jours rapport à la vie — individuelle ou sociale — tout en ne constituant au vrai qu’un ensemble singulier de paroles et de gestes.

5Et c’est bien cette singularité, même géographique, qui caractérise le rugby du Sud fran­çais puisque, avec les îles britanniques et « en dehors de quelques situations parti­culières (Nouvelle Zélande, Tonga, Fidji et Samoa), [il] se caractérise, entre autres cho­ses, par “une absence d’universalité” » (p.127). En réalité, c’est par son jeu même, cet­te façon d’ « être rugby », que ce sport a en quelque sorte un rapport intrinsèque à la vie et qu’il fascine, comme le montre avec beaucoup de finesse Anne Saouter (pp. 73-83). En effet, là « le contact entre deux ou plusieurs corps est quasi permanent » : un contact qui a même une « double nature », « à la fois défensive et offensive ». « Les corps à corps, dus à la formation des mêlées et des mauls ou encore aux plaquages, donnent au contact une dimension agonis­tique », tandis que d’autres phases du jeu réclament par contre « un contact qui ne rejette plus le corps de l’autre, l’adversaire, mais qui prend le corps du même, le partenaire ». Donc, « le contact au rugby ne cherche […] pas seule­ment la né­gation du corps auquel on s’affronte, il rend positif le corps de son coéqui­pier ». Il s’en­suit que, dans le jeu, « les individus se touchent entre eux de façon prolon­gée, et sans établir de hiérarchie entre les diverses parties du corps ». Pourtant, le temps d’un match, « la dimension érotique qu’un tel toucher pourrait susciter est neutralisée. Il ne peut y avoir de morcellement du corps entre haut et bas, entre zones marquées sexuel­lement, ou pas. Le corps joue en son entier et est touché indifférem­ment dans sa tota­lité. Le non-morcellement du corps empêche une censure du geste. Cette dimension de la pratique des corps est peu à peu intégrée par les joueurs, jusqu’à devenir quasi­ment inconsciente et, de ce fait, acceptable. Le corps est donc “désérotisé” dans le jeu, mais il n’est pas pour autant insensibilisé ». Ainsi, si l’on y touche indifféremment dif­férentes parties du corps du partenaire, « on touche un individu dont on reconnaît l’identité », parce qu’il « n’y a pas de dichotomie entre le corps et la personne » (pp. 78-79).

6S’y ajoute encore toute une sociabilité « de chair » : « de la naissance à la mort, nom­bre d’épisodes de la vie des individus suscitent également la rencontre avec des groupes compo­sés de joueurs et d’anciens joueurs, et ce, en dehors même du temps purement sportif. Le rugbyman est en effet régulièrement en contact avec des représentants d’une même commu­nauté masculine, à l’origine sportive, au point de partager avec eux des expériences similaires à des étapes ponctuant le cycle de vie, comme l’enterrement de la vie de garçon, l’initiation à la sexualité, le mariage, la célébration d’une naissance, etc. Ces étapes, vécues donc au sein de la sphère extra-sportive, incluent néanmoins des éléments de la sphère sportive : il est par exemple fréquent de voir à la sortie d’une église une haie d’honneur pour les mariés dans laquelle des ballons de rugby sont bran­dis […]. Il est également fréquent que l’enterrement de la vie de garçon débute (ou fi­nisse) par un match de rugby, plus ou moins parodique, suivi (ou précédé) d’une troi­sième mi-temps. Parallèlement, le parcours du sportif est jalonné d’expériences indivi­duelles, prises en charge par le collectif masculin, marquant son entrée progressive dans le monde du rugby : rupture avec le monde maternel, apprentissage d’un langage corpo­rel et parlé fortement connoté comme masculin, initiation aux excès d’alcool et de nour­riture, initiation aux jeux sexuels » (pp. 74-75).

7On notera aussi, comme le détaille Jean-Paul Callède (pp. 15-32), que dès « les années 1930, le paysage de l’Ovalie est fixé dans ses principaux contours et dans ses places fortes. Il se définit par un maillage assez serré, hiérarchisé également, de clubs omnis­ports dans lesquels la section de rugby occupe une place déterminante » (p.17). Puis, dans chaque site, « fort de son expérience quasi séculaire à ne pas faire apparaître au grand jour toutes les circulations d’argent (rémunération des joueurs et des entraîneurs, emplois de complaisance, aide à la reconversion des joueurs, soutien municipal aux im­putations imprécises, etc.), le rugby à quinze n’est pas obligatoirement pressé de jouer la carte de la transparence absolue. En ter­mes cul­turels et politiques, c’est un peu la re­vanche discrète ( !) que le pays, le Sud prennent sur l’État centralisé et ses administra­tions tentaculaires. […] Au niveau des clubs, le silence, le sous-entendu, le secret entre­tenu sont autant de “ressources” mobilisables lorsqu’il faut re­bâtir les budgets annuels, démarcher auprès des entreprises, s’assurer de l’appui des col­lec­tivités territoriales, saison après saison, dans un contexte concurrentiel et aux potentialités lo­cales inégales » (p.31).

8Ce n’est d’ailleurs pas seulement chez les “Méridionaux” que le rugby est vécu à la ma­nière d’un rite, en raison de ses règles de jeu. La preuve en est apportée par Joris Vincent (pp. 151-174), qui signale la très difficile émergence en tout lieu d’un rug­by féminin, alors mê­me que le football féminin se pratique partout. En France, il faudra ainsi attendre les an­nées 1920 pour voir apparaître les premières équipes fémini­nes, et même curieusement en com­mençant par le “Nord” (Paris, Lille, Nancy, Compiè­gne…). Cela s’explique « à la fois par un espace de liberté favorable à l’expression d’une telle pratique et par la position sociale et culturelle de ces femmes » dans la société lo­cale, tout en singularisant déjà ce rugby féminin par rapport au masculin, à une époque où ce dernier est au contraire en pleine démocratisa­tion (p.156). De plus, considéré comme une « excroissance disgracieuse » par rapport à ce « monde à part » qu’est le rugby mâle, le jeu féminin, resté toujours “amateur”, développera ses propres règles, tantôt en se rapprochant, tantôt en s’éloignant du « contact » masculin. La spécificité tiendrait alors dans la manière dont elles compensent « la force par la technique », en ayant « un style aisé, fluide, des gestes naturels, précis » : en clair, qu’elles jouent « da­van­tage à la main », en disant qu’il faut « faire vivre le ballon ». Ainsi, la « virilité fémi­nine » ne s’ex­primant que peu « dans les corps à corps », elle transparaît plutôt « dans la dignité de me­ner un combat à distance ». Malgré cela, il va de soi qu’elles ne pourront jamais atteindre à la même légitimité sur le terrain et que, dès lors, « l’utilité de la femme [y] est beaucoup plus conçue à partir de son activité de bénévole dans la vie associative du club que dans son sta­tut de joueuse », c’est-à-dire comme mamie du rugby : « un rouage essentiel dans la gestion des hommes, des jeunes aux plus âgés » (pp. 160-161).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. Delobelle, « Chovaux Olivier, Nuytens Williams, Dir., Rugby : un monde à part ? Énigmes et intrigues d’une culture atypique », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 204-207.

Référence électronique

A. Delobelle, « Chovaux Olivier, Nuytens Williams, Dir., Rugby : un monde à part ? Énigmes et intrigues d’une culture atypique », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/592

Haut de page

Auteur

A. Delobelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals