Navigation – Plan du site
À propos de livres

Guth Suzie, Préface de Michel Wieviorka, Chicago 1920. Aux origines de la sociologie qualitative

Paris, Téraèdre, 2004, coll. “L’écriture de la vie”, 168p.
Claude Rivière
p. 208-210

Texte intégral

1Voyez le Comité National des Universités (CNU) en sociologie ! Deux engeances ont l’habitude de se toiser, sinon de se détester : d’une part les sociologues de terrain mois­son­nant sur le champ leurs matériaux et les interprétant, d’autre part les sociologues de cabinet étudiant les œuvres des autres, voire l’épistémologie ou la méthodologie de leur discipline, ou encore fonctionnant à l’intuition avec un bon bagage théorique. La remar­que pertinente est du préfacier Michel Wieviorka qui revendique les deux appartenan­ces et se tient droit face au terrorisme qu’il analyse et à la violence qu’il théorise. Suzie Guth se situe elle-même dans l’entre-deux non conflictuel : ethnologue et sociologue, franco-germaniste avec ses Forces Françaises en Allemagne, anglo-saxonne par quel­ques séjours de vie et d’étude, languedo­cienne puis alsacienne d’implantation universi­taire, africaniste balayant du Maroc au Congo dans sa thèse de doctorat, commentant des liasses de récits de vie polonais après F. Zna­niecki, saluant au détour d’un street corner la mémoire de W.I. Thomas, de R.E. Park ou de W.F. Whythe. Grâce en partie à ses traductions et commentaires, on sait que l’université américaine ne cultivait pas la pensée unique, que la déduction sociologique selon Durkheim n’y avait pas bonne presse car on préférait induire, et que, si la notion d’anomie aidait à pen­ser quelques désordres chez nous, la désorganisation sociale, familiale, commu­nautaire ou ur­baine était autrement approfondie Outre-Atlantique, dans ses mécanismes, ses causes et ses effets, après de multiples débats critiques.

2Dans les années vingt à Chicago, l’heure était à la comparaison des échelles sociales en Amérique et en Europe, mais en se concentrant sur le bas de ces échelles. Le Noir américain a du travail et semble favorisé par rapport au Sicilien, le plus mal loti en ce qu’il y a trop peu de terres pour trop de bras. Les Polonais, dont l’espace a été morcelé par traités, vivent chez eux sous tutelle prussienne, autrichienne ou russe. Après aboli­tion des structures de servage, certains ont choisi de s’exiler aux États-Unis et de pour­voir par des envois d’argent aux besoins de leur famille restée au pays. Comment se transforment alors les traits culturels de ces migrants ? Quels sont les effets d’imita­tion, d’inhibition, d’intégration, observables dans ces populations ? En décelant les problèmes les plus cruciaux de la ruralité à l’origine de migrations, Park aussi bien que Thomas espèrent pouvoir établir une géographie de la pau­vreté et contribuer à une so­ciologie empirique des migrations qui ne néglige pas les aspects psychologiques et mo­tivationnels des mouvements de population. Chez les jeunes immigrants en crise, comme dans la France actuelle, on perçoit une non-intériorisation des coutumes des gé­nérations antérieures, l’utilisation d’une autre langue que leurs parents jugés rétrogra­des et auxquels ils n’obéissent plus. Le contexte a été celui de la montée des nationalités à la fin du XIXe siècle, des discussions sur le caractère national, des processus de chan­gement culturel, par exemple la germanisation de Polonais (par influence politique) et la polonisation d’Alle­mands (par influence de la famille).

3Tandis que le premier chapitre s’achève par l’évaluation des parts respectives dans Le paysan polonais de ce qui revient à W. I. Thomas, professeur à Chicago aux vastes connais­sances culturelles en ethnologie, folklore et psychologie, et à F. Znaniecki, phi­losophe polo­nais, fils de régisseur de domaine, riche d’intuitions, le second chapitre tente de couvrir la méthodologie de l’ouvrage, en ne s’y limitant pas, car on y débat de la définition des attitudes et des valeurs, de l’action individuelle comme vecteur de changement et de l’action des gé­nérations comme processus créatif. Les questions fu­sent qui appellent une réflexion causale. Pourquoi, face à une tyrannie paternelle, un fils réagit-il par la soumission et l’autre par la révolte ? Pourquoi, en Posnanie, la germani­sation des terres a-t-elle eu pour effet, non une dépolonisation de la culture, mais son contraire ? Pourquoi dans les procès, les témoins po­lonais mentent-ils malgré leur ser­ment sur la Bible ? Dans ce dernier cas, parce qu’il faut gagner pour l’honneur du grou­pe !

4Avant la recherche causale, doit avoir eu lieu l’observation de multiples phénomènes so­ciaux. Tout au long de l’ouvrage, apparaissent des exemples et conseils quant au dé­roule­ment des enquêtes, aux rapports enquêteurs-enquêtés, à l’usage des matériaux tels que les lettres informatives (météo, santé, faits divers), lyriques et sentimentales, d’occasions festives ou d’affaires, les journaux intimes, bulletins d’associations, diaires paroissiaux, sermons, dis­cours, mains courantes… Fort intéressant : l’exploitation des données empiriques dont l’au­tobiographie comme révélateur de la personnalité sociale, l’étude du contenu des diverses liasses de correspondance, des interlocuteurs et du ton des lettres. Dans la liasse Wro­blew­ski, de cinq ou six lettres par an, s’expriment des desseins, déceptions, solitudes jusqu’à se revoir dans l’autre monde. L’interlocuteur familial parle beaucoup de besoins d’argent et de querelles pour la transmission patriar­cale des biens. « Tout se passe comme si la fonction principale de la correspondance portait sur le don » à la famille moyennant contrepartie sym­bolique de prières et d’images pieuses (p.65). Dans l’autobiographie de Wladeck Wisz­niewski, alternative­ment philistin ambitieux et bohème barbier, boulanger, buveur, chômeur, contremaître, ouvrier agricole, miséreux à Berlin, militaire en Arménie, gendarme dans un corps d’armée russe, puis mûr pour le mariage et l’Amérique, il y a comme l’amorce d’une sociologie du vagabondage, de la mobilité sociale et de l’adaptation à différents corps de métiers.

5Le chapitre principal traite du concept central, celui de la désorganisation sociale : fin de la civilisation paysanne (au village, l’un marche à la vodka et à la piété, l’autre bat sa femme ou dépense immodérément), diversité ailleurs des normes et usages (vête­ments, manières, loi­sirs), affaiblissement des convictions et appartenances, chemine­ments de mobilité ascendante, saisie des opportunités. Pauvre curé polonais sans guère d’écoute à ses homélies : l’émigré en Allemagne ne pourra pas faire abstinence le ven­dredi et la jeune femme reviendra avec le fruit de son péché prussien ! Ah, la déviance et le hors-norme ! Pour se racheter, on ponc­tuera ses lettres de « Loué soit Jésus-Christ ! ».

6La psychologie sociale s’enrichit ensuite de recherches typologiques sur les motiva­tions et sur la personnalité sociale des migrants. Thomas dénombre quatre motivations dominantes : le désir de nouvelles expériences, le besoin de sécurité, le besoin de ré­pon­se, le désir de re­connaissance. À propos des personnalités sociales, il propose la typo­logie tripartite du phi­listin conservateur, autoritaire et content de soi, du bohème rebelle, fluctuant et non con­formiste, du créatif adaptable et évolutif. Il y ajoute six types culturels d’immigrants. Gur­vitch, me semble-t-il, fut à bonne école pour s’habituer à mettre des étiquettes à ses tiroirs de com­mode. Pour moi, l’intérêt fléchit quelque peu en lisant le discours trop généraliste des pages 112 à 115, même si on y rencontre Sim­mel et Bouglé, ainsi que des réminiscences de Spen­cer parlant des complexes sociaux et de la spécialisation des éléments.

7En fait, ce sont la plupart des grands noms et des orientations de la sociologie (quali­tative) de l’époque qui sont évoqués autour du Paysan Polonais. La critique de l’œuvre effectuée surtout par Herbert Blumer, l’un des créateurs de l’interactionnisme symboli­que, montre clai­rement qu’il faut perdre l’illusion d’une science nomothétique : rensei­gnements ponctuels et scotomisés sur les réseaux familiaux, correspondance insérée dans un rituel de présentation de soi, dramatisation intentionnelle par Wladek de sa propre histoire, illustration seulement partielle des données théoriques avancées, contradiction entre l’hypothèse de stabilité de la société d’origine et son état de fracture et de changement durable, impossibilité d’établir des lois de développement ou d’élabo­rer une sociologie des contacts culturels à partir de maté­riaux fragmentaires.

8Mais Thomas et Znaniecki, S. Guth les réhabilite si besoin était, dans les derniers chapi­tres qui présentent leur biographie, leur caractère, leur cheminement intellectuel et leurs prin­cipales œuvres. Comme Malinowski parti pour l’Australie au moment de la grande guerre, Znaniecki lui aussi ne rejoindra que bien plus tard son pays d’origine après réalisation d’une œuvre maîtresse à l’extérieur. Et les récits de vie, et les études de communautés, de nourrir la sociologie naissante. Et l’ethnologie de se nourrir grâce au don de type kula entre l’Europe et l’Amérique.

9Même si l’A. pénètre un peu vite dans son sujet en supposant le lecteur au courant des programmes sociologiques des années vingt aux États-Unis et des méthodes de Hull House, même si toute la sociologie de Chicago à l’époque n’y est pas concentrée, même si la typo­graphie en fins caractères ne facilite pas la lecture, il me semble que la syn­thèse critique est opérée de main de maître, dans un langage clair, avec une argumenta­tion très pédagogique qui doit séduire les étudiants, parce que plus accessible que les 346 pages des Fondements de la sociologie américaine. Morceaux choisis, parus à l’Harmattan en 2000, dont on re­trouve un digest dans ce postlude à des récits de vie, qui peut préluder, selon les insistan­ces du livre, à des recherches sur un ami de Tho­mas : Robert Ezra Park.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Rivière, « Guth Suzie, Préface de Michel Wieviorka, Chicago 1920. Aux origines de la sociologie qualitative », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 208-210.

Référence électronique

Claude Rivière, « Guth Suzie, Préface de Michel Wieviorka, Chicago 1920. Aux origines de la sociologie qualitative », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/595

Haut de page

Auteur

Claude Rivière

Université de Paris V - Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals