Navigation – Plan du site
Lecture critique

Une sociologie du travail engagée aux catégories toujours pertinentes

Jean-Luc Metzger
p. 159-164
Référence(s) :

Grémion P., Piotet F., Georges Friedmann. Un sociologue dans le siècle, 1902-1977, Paris, CNRS éditions, 2004, 185p.

Texte intégral

1 En 1902, naissait celui dont l’histoire des sciences sociales retiendra qu’il fut l’un des fondateurs les plus influents de la sociologie du travail française (mais également, l’un des re-fondateurs de la sociologie en France) : Georges Friedmann. En 2002, s’est tenu un colloque en l’hommage du centenaire de sa naissance. Pierre Grémion et Fran­çoise Piotet ont dirigé la publication des actes de ce colloque, réunissant les textes de quinze auteurs (historiens, philosophes, politologues, sociologues).

2 Parmi les seize contributions de ce livre, donnant à voir le caractère multi­dimen­sionnel de l’œuvre de G. Friedmann, nous proposons ici une mise en perspective cen­trée sur la seule sociologie du travail et, notamment, sur la pertinence de ces analyses pour une meilleure compréhension du monde contemporain où, semble-t-il, ni le tra­vail ni la technique n’ont perdu de leur importance.

1) La période formatrice de l’entre-deux-guerres : humaniser la technique

  • 1 Sur ce point, voir Ribeill G., 1999, “Approches critiques du travail industriel entre les deux guer (...)

3 Une première partie porte sur l’itinéraire politique et idéologique du jeune Fried­mann (jusqu’à la Seconde Guerre mondiale), itinéraire qui le fait évoluer du marxisme pro-soviétique au soutien modéré au PCF. Il n’est en effet pas inutile de rappeler le par­cours singulier de ce fils de banquier en rupture de bourgeoisie, qui s’inscrit dans le bouillonnement intellectuel des années 1920 et 1930, entre marxisme et surréalisme, de ce normalien, agrégé de philosophie, assistant de Célestin Bouglé et apprenti métal­lur­giste à mi-temps1, enseignant à l’École Boule auprès d’un public de futurs ouvriers pro­fessionnels du meuble et observateur des pratiques d’usine, qui fut chassé de son poste à l’Éducation nationale, en 1940, pour “raisons raciales”. C’est en effet de ces premiè­res expériences que Georges Friedmann retirera un « intérêt jamais démenti pour le pro­grès technique et le machinisme, au nom d’un Marx plus spinoziste qu’hé­gélien » (p.19).

4 Cette partie historique souligne le caractère lent et douloureux de la “rupture silen­cieuse” avec le communisme institutionnel et l’URSS qui l’avait tant fasciné. En effet, G. Friedmann séjourna en Union Soviétique à plusieurs reprises et, possédant suffi­samment la langue russe pour interroger directement ses informateurs, il mena des en­quêtes de terrain sur le monde du travail soviétique. Les défauts qu’il entrevoyait, les limites structurelles qu’il repérait tout en modérant sa critique, apparurent crûment avec les procès staliniens, puis la signature du pacte germano-soviétique. En même temps que le régime soviétique et les illusions qu’il avait pu nourrir à son propos, ce que Friedmann dénonce alors, c’est « l’abandon par les intellectuels [français] de leur esprit critique […] et leur envoûtement ». Il déplore leur allégeance à la raison d’État qu’est devenu le marxisme officiel. De très beaux passages de l’ouvrage sont consa­crés à l’expérience toulousaine de Friedmann. Dans la “France libre”, il mène une existence de sociologue et de résistant, nouant des relations aussi bien amicales que profes­sion­nelles auprès d’un microcosme que la guerre avait réuni. C’est d’ailleurs la fraternité d’armes avec des résistants communistes qui expliquera la reprise du com­pa­gnonnage avec le PCF, malgré la rupture avec l’URSS. Selon N. Racine, l’un des au­teurs de l’ou­vrage collectif, cette expérience de la guerre fut, non seulement le creuset pour des rela­tions durables, mais surtout l’occasion de renforcer une attitude plus an­cienne chez G. Friedmann, celle de tempérer le marxisme par l’humanisme et de pren­dre con­science que les organisations sont traversées de dimensions morales, de valeurs.

  • 2 Op.cit. note 1.
  • 3 Dubreuil H., Standards. Le travail américain vu par un ouvrier français, Paris, Grasset, 1929.

5 L’auteur retrouve ici un constat amplement développé par G. Ribeill quelques an­nées plus tôt2. Ce dernier, en effet, replace les premiers travaux sociologiques de G. Friedmann dans le contexte de l’entre-deux-guerres et rappelle qu’en 1941, dans l’« esquisse d’une psycho-sociologie du travail à la chaîne […], il se propose de dé­montrer que les problèmes du travail sont à la fois des problèmes techniques, des pro­blèmes psychologiques et des problèmes sociaux ». C’est donc souligner que la pensée sociologique de G. Friedmann s’est très tôt attachée à embrasser la question du travail dans sa globalité, non de façon parcellaire et positiviste comme l’ont fait, dès le début du XXe siècle, ceux qui étudiaient en laboratoire les gestes et tâches de l’homme au tra­vail, et, à partir des années 1920, ceux qui voulaient instaurer une organisation scien­tifique du travail. Friedmann a également exercé sa critique vis-à-vis d’auteurs français comme H. Dubreuil, l’auteur de Standards3 qui, malgré sa connaissance fine du travail ouvrier, s’est contenté d’une apologie du fordisme. Néanmoins, ce qui carac­té­rise la critique friedmannienne de la rationalisation (par rapport à ses contempo­rains), c’est qu’il reconnaît au fordisme certains aspects réellement progressistes (rotation dans les tâches, polyvalence, perfectionnement technique incessant).

2) De la critique de la sociologie industrielle au plaidoyer pour une posture humaniste

6 Pour en revenir à l’ouvrage collectif dirigé par P. Grémion et F. Piotet, la seconde partie traite de l’œuvre de Georges Friedmann, dont l’envergure lui permit d’embras­ser aussi bien la philosophie (Leibniz et Spinoza notamment), que les sciences politiques (Fin du peuple juif ?) et, bien entendu, la sociologie. En ce qui concerne ce dernier point, P. Desmarez examine le rôle qu’ont joué les recherches de G. Fried­mann sur les rapports entre sociologie du travail et sociologie industrielle américaine. L’auteur rappelle que G. Friedmann a accordé une grande importance aux sociologues et psycho­sociologues américains, à commencer par E. Mayo, mais égale­ment Merton, Barnard et Parsons, auxquels il reconnaissait de nombreux apports : leur critique de la ra­tionalisation techniciste a permis d’identifier l’importance des facteurs sociaux dans les organisations ; leur pratique de l’enquête de terrain a ouvert la voie à l’ethnographie d’entreprise. Il leur reproche, néanmoins, d’avoir oublié l’influence du contexte macro-économique dans lequel les entreprises sont inscrites, et de l’apparte­nance des salariés à des groupes sociaux. Et s’il reconnaît à certains auteurs d’outre-atlantique le mérite d’analyser scientifiquement l’entreprise (car la sociologie indus­trielle ne constitue pas un bloc homogène), il s’oppose (notamment, dans Où va le travail humain ?) aux am­bitions manipulatrices de cer­taines tendances, qu’il qualifie de managerial sociology. Symétriquement, G. Friedmann n’a pas été sans avoir une certaine audience aux États-Unis, dans la mesure précisément où il s’est invité dans le débat américain concernant la possibilité d’éla­borer une véritable organisation scientifique du travail.

  • 4 Comme l’a déjà constaté l’auteur dans Casassus C., Desmarez P., 1985, “La sociologie indus­trielle (...)

7 Ainsi, au travers de l’étude d’une partie de l’œuvre de G. Friedmann, P. Desmarez permet de réaliser combien l’origine de la sociologie du travail française est ambiguë : d’un côté, elle revendique une prise de distance critique vis-à-vis d’une lecture trop exclusivement consensuelle du social en milieu organisé ; de l’autre, elle demeure sou­cieuse d’apporter des réponses concrètes aux acteurs de l’entreprise, c’est-à-dire essen­tiellement aux décideurs, ce qui ne peut que l’amener à tomber sous le coup des re­proches qu’elle adresse à la sociologie industrielle (américaine et non américaine), à savoir d’être instrumentalisée au service des entreprises et des administrations4.

8 De façon complémentaire, Françoise Piotet analyse la genèse et le sens du Traité de sociologie du travail, publié en 1962, que Friedmann a co-dirigé avec Pierre Naville. L’auteur souligne tout d’abord la continuité du travail de réflexion théorique entre ce traité spécialisé et le Traité de sociologie publié par G. Gurvitch en 1960 : six auteurs ont collaboré aux deux, ce qui prouve l’existence d’une communauté de sociologues, certes peu nombreuse, mais dynamique. En effet, ces publications, à caractère de ma­nuel mais aussi de manifeste, ont été permises par un processus — qu’elles ont renfor­cé — de création institutionnelle (chaires, laboratoires, postes de Maîtres de confé­ren­ces, revues, etc.). Cette communauté s’est structurée autour de G. Friedmann, à la fois titulaire de la chaire d’histoire du travail au CNAM et de la sixième section à l’École Pratique des Hautes Études, et responsable d’enseignements à Sciences Po. En même temps aussi, il entreprenait une importante activité de publication (il relance l’Année sociologique et dirige la collection “L’homme et la machine” aux éditions de Minuit). Au-delà de son contenu, le Traité de sociologie du travail révèle le parcours accompli, l’énergie déployée, ainsi que « l’extraordinaire appétit pour des “prises de risque” intel­lectuelles, pour le développement de connaissances nouvelles sur de nouveaux ob­jets » (p.121). Défricheur de nouveaux champs de recherches, G. Friedmann a égale­ment donné un nouvel élan aux méthodes empiriques en confiant aux jeunes cher­cheurs d’alors des études formatrices et fondatrices, ce qui permit à plusieurs d’entre eux d’acquérir la renommée suffisante pour devenir les maîtres des générations futures de sociologues. Il faut bien comprendre l’enjeu de ces études empiriques : elles mar­quaient le refus de reproduire les pratiques de l’école durkheimienne considérée com­me trop éloignée du terrain.

  • 5 Voir Bitard M., 1997, “L’aliénation chez Georges Friedmann et Pierre Naville”, in Burnier M., Célér (...)

9 Un autre intérêt du chapitre écrit par F. Piotet est de redonner toute sa place à P. Naville dans la genèse et l’élaboration du Traité, qu’il s’agisse de son influence sur la conception même du travail ou de l’importance à accorder à la technique. Certes, les deux fondateurs n’envisageaient pas ce Traité de la même manière : comme le rappelle M. Bitard qui avait déjà abordé le sujet5, autant Naville souhaitait qu’il reflète les débats opposant les sociologues, autant Friedmann souhaitait qu’il donne à voir un certain consensus. Tout comme, d’ailleurs, ils n’envisageaient pas la sortie de l’alié­nation de la même manière : alors que Friedmann la situait dans le développement des loisirs actifs et de l’éducation, Naville voyait dans l’automation même la possibilité d’un contrôle plus souple et plus complet sur la production.

  • 6 Vatin F., 2004, “Machinisme, marxisme, humanisme : Georges Friedmann avant et après-guerre”, Sociol (...)

10 Dans un ultime regard sur l’étendue de l’œuvre de G. Friedmann, D. Segrestin nous propose une lecture, en partie embarrassée, de son dernier livre, publié en 1970, La puissance et la sagesse. Pour l’auteur, ce livre est d’abord un cri d’alarme contre la ci­vi­lisation technicienne qui met le monde au bord du chaos et qui dote le travail d’une nou­velle forme d’aliénation, impliquant une docilité par rapport aux exigences de la tech­nologie. G. Friedmann, après un long parcours intellectuel, en arrive à réaliser que, pour rendre l’homme supérieur à ses œuvres, il faut faire appel à un effort moral ex­térieur à la science et à la technique. Pour Denis Segrestin, cet appel à la conversion in­térieure de l’homme constitue une provocation intellectuelle délibérée. En effet, vues sous cet an­gle, les grandes doctrines (Freud, Marx, les religions) sont révoquées et, pour résister aux dangers d’un milieu technique débridé, Friedmann ne manifeste sa confiance qu’à des penseurs isolés comme A. Camus, E. Mounier et K. Jaspers. Cette lecture rejoint l’interprétation que proposait F. Vatin6 de l’évolution de la pensée de G. Friedmann : celle-ci « ne va cesser d’évoluer […] jusqu’à le conduire à une criti­que mo­rale de la société industrielle. […] Il se fait de plus en plus critique sur la noci­vité in­trinsèque du machinisme sur le travail humain […] et dénonce la confiance en la science ».

11 Mais, soutient D. Segrestin, ne faut-il pas jouer du premier Friedmann contre le der­nier ? En effet, ne nous a-t-il pas appris à rejeter le déterminisme technique et à iden­tifier les contradictions internes aux organisations, aux systèmes techniques ? Com­ment peut-il être persuadé que le seul moyen d’empêcher le pire repose sur l’édu­cation et l’élévation de la conscience humaine face à la technique, lui qui a « fait tra­vailler l’hypothèse de malléabilité infinie de la civilisation technicienne » ? Et Denis Segrestin de convoquer ses propres travaux qui lui permettent d’affirmer que l’intel­ligence hu­maine est toujours à l’œuvre au cœur même de l’activité : « elle passe par une infinité d’ajustements, d’apprentissages, de négociations, qui rendent pour ainsi dire sans objet la question de savoir lequel de la machine ou de l’homme domine l’autre » (p.151).

12 Même si cette dernière réflexion n’est pas sans rappeler certains aspects les plus dis­cutables de la sociologie de la traduction (“indistinction” entre humains et non-humains), il nous semble qu’elle constitue une importante illustration des enjeux con­temporains de la sociologie du travail. En effet, si l’on doit effectivement prendre ses distances face à l’usage de métaphores donnant le sentiment que la technique évolu­erait de sa propre force comme un processus indépendant de toute action humaine, la pos­ture de G. Friedmann n’en présente pas moins l’avantage de souligner qu’au-delà des arrangements, contournements, détournements locaux requis pour met­tre en œuvre les dispositifs techniques en milieu organisé, les salariés en arrivent effec­tivement à man­quer de recul vis-à-vis du renouvellement incessant des équi­pements, des logiciels, des réseaux, des architectures techniques (sans parler des règles qui en accompagnent l’in­troduction), techniques qu’ils n’ont bien souvent plus le temps d’ap­prendre à maî­triser. Et finalement, dès lors que l’on se place du point de vue d’une série de trans­formations technico-organisationnelles, ce qui est le plus per­tinent, c’est moins la mise en évidence de zones d’autonomie et de capacités de négo­ciation chez une partie des salariés/utilisateurs, que la puissance de ceux qui contrôlent le renouvellement tech­nique (industriels, managers, gestionnaires, cadres et salariés tirant parti des opportu­nités of­fertes). En ce sens, pour les salariés/utili­sateurs, la technique, sa dynamique, semblent effectivement obéir à une logique propre sur laquelle ils n’ont guère prise. Ils sont alors bien obligés de compter sur une sorte de sagesse de la part des décideurs. Ce qui est une manière très concrète, comme le soutient également M. Bolle De Bal, de rappeler combien, dans les années 1970 tout autant qu’au XXIe siècle, l’urgence demeure à « travailler à dominer le milieu technique ».

3) Témoignages et défense de la posture friedmanienne

  • 7 Op.cit. note 1.

13 La troisième partie de l’ouvrage dirigé par P. Grémion et F. Piotet comprend des té­moignages des plus proches collaborateurs de G. Friedmann : Henri Mendras, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine, Jean-René Tréanton. Du point de vue de la socio­logie du travail, ce sont les textes de J.-D. Reynaud et d’Alain Touraine qui retiendront toute notre attention, car ils parlent surtout de la démarche intellectuelle de l’auteur. Ainsi, « le temps est venu de réévaluer l’œuvre de Friedmann. Il n’est pas acceptable qu’on laisse se perpétuer des images de cette œuvre qui la dénaturent et la réduisent à quelques banalités mêlées de bons sentiments. Je donnerai un seul exemple : La puis­sance et la sagesse n’est pas réductible à un appel à des spiritismes » (p.179). En cher­chant à réhabiliter une certaine lecture de Friedmann (et donc en s’opposant à l’inter­prétation qu’en a donnée D. Segrestin), A. Touraine rappelle que, pour « inventer de nouvelles manières de déchiffrer le sens de notre expérience indi­viduelle et collective », les réponses apportées par le co-fondateur de la sociologie du travail sont « les plus justes qui ont été données », à savoir : a) interroger le travail « en montrant que nos sys­tèmes techniques ont une extrême flexibilité » (ou, si l’on préfère, « que ce sont des cri­tères sociaux et culturels qui commandent la gestion des technologies ») ; b) « […] op­poser à tout ordre social des limites qui sont celles d’un ordre naturel et, plus pré­cisément, de ce qui menace cet ordre naturel ». Ainsi, les idées friedmaniennes de travail et d’environnement, prolongées par celle de la dignité de chaque individu, que l’on re­trouve associées dans l’expression de crise du progrès, permettent d’étudier non seulement le travail, mais également le social dans toute sa globalité (économique, poli­tique, sociale, voire morale et territoriale). Ce à quoi il con­vient d’ajouter, avec G. Ri­beill7, que l’originalité de la pensée de Friedmann tient également « dans sa vision dynamique du déchaînement des forces productives ».

14 Quant à J.-D. Reynaud, contre un oubli opiniâtre (qui fait croire à certaines nouvel­les sociologies qu’elles sont les premières à vraiment s’intéresser aux objets techni­ques), il souligne que, si la première sociologie du travail a accordé une telle impor­tance à la technique, c’est parce que cette dernière « était invention et invention collec­tive […], parce qu’elle était un domaine majeur d’exercice de la raison et constituait une des principales puissances de l’homme » (p.173). Et lui aussi donne du dernier livre de G. Friedmann une lecture beaucoup moins pessimiste et spiritualiste : dénon­cer la crise du progrès et en appeler à un bon usage de la technique, c’est bien là une expression de la raison, non de la morale.

4) Pour une sociologie du travail scientifique engagée au service d’une éthique humaniste

15 On le voit, cet hommage à G. Friedmann, cent ans après sa naissance, offre de nom­breuses pistes d’explorations pour comprendre le monde contemporain (précisément parce que la technique — et les technologues — continuent d’étendre leur emprise à une échelle jamais atteinte), ainsi que de belles mises au point vis-à-vis d’interpré­tations réductrices de la première sociologie du travail. En effet, au-delà de l’intérêt bio­graphique à propos de l’auteur du Travail en miettes, plusieurs intérêts de con­naissance nous semblent éclairés par les réponses apportées dans cet ouvrage.

  • 8 Op.cit. note 6.
  • 9 Thoenig J.-C., 2005, “Pour une épistémologie des recherches sur l’action publique”, in Filâtre D., (...)

16 Tout d’abord, il défend clairement la thèse selon laquelle une œuvre scientifique (en l’occurrence la fondation d’une sous-discipline et la définition de ses catégories d’ana­lyse les plus robustes) ne peut se comprendre sans référence au contexte intellectuel de l’époque qui lui a donné naissance et doit prendre en compte l’engage­ment socio­politique de ceux qui la portent (ainsi, bien sûr, que de leurs évolutions, comme le dé­fendait également F. Vatin en conclusion de son article8). Dit autrement, si G. Friedmann a pu mener à bien une œuvre aussi importante, c’est parce que, loin de se limiter aux objets et problématiques liés à l’activité sur le poste de travail, il a su dé­battre de pro­blèmes de portée générale et poursuivre un certain engagement dans les en­jeux de so­ciété, “précaution” méthodologique que nous invite à suivre également J.-C. Thoenig9 à propos des recherches sur l’État, pour éviter de tomber dans un empi­risme étroit ou une socio-graphie sans relief.

  • 10 Naville P., 1963, Vers l’automatisme social ? Problèmes du travail et de l’automation, Paris, Galli (...)
  • 11 Voir Bolle de Bal M., 2004, “Georges Friedmann, père-fondateur d’une ‘autre’ sociologie”, Cahiers i (...)

17 Par ailleurs, cet appel à l’engagement humaniste, cet encouragement à appréhender toutes les dimensions du travail, loin de n’être qu’une pure invocation, débouche sur des réalisations très concrètes, aussi bien chez Friedmann (suggestions d’amélioration du processus de rationalisation) que chez Naville (suggestion de refonte des principes de la formation professionnelle)10 ou encore chez de plus récents sociologues, comme M. Bolle De Bal11 qui, en s’appuyant sur l’expérience friedmanienne de la critique du taylorisme (Problèmes humains du machinisme industriel), dénonce la « déliance » dont sont victimes les salariés (et les chômeurs) de la société industrielle et souligne l’im­por­tance de répondre de façon pertinente à leur aspiration à la « reliance », c’est-à-dire à être de nouveau re-liés et reliés autrement (que par des dispositifs tech­niques ou gestion­naires telles les communautés d’apprentissage ou de pratique).

  • 12 Meyerson I., Febvre L., Aymars A. et al., Dir., 1948, Le travail et les techniques, Paris, PUF.
  • 13 Monjardet D., 1985, “A la recherche des fondateurs : les traités de sociologie du travail”, in Le t (...)
  • 14 TrÉanton J.-R., 1986, “Sur les débuts de la sociologie du travail”, Revue française de sociologie, (...)
  • 15 Dubet F., 2001, “Le travail et ses sociologies”, in Pouchet A., Sociologie du travail : quarante an (...)

18 Et enfin, cet ouvrage aura le grand mérite de raviver la mémoire “collective” des sociologues du travail, en leur rappelant les œuvres majeures (aujourd’hui réputées désuètes) de cette sous-discipline, depuis les actes d’un colloque tenu en 1941 sur le travail et les techniques12 jusqu’aux différentes tentatives visant à faire le point sur l’unité du courant : par exemple, Montjardet13, et la critique qu’en a faite Tréanton14 ou bien encore Dubet15. Ce qui, là encore, fait largement écho aux propos de J.-C. Thoenig concernant les acquis d’une discipline : « un fait me frap­pe. Dans les commu­nications à des colloques et dans des articles de revues, il est ex­ceptionnel de trouver des références à des publications couvrant les années 1940 à 1980. […] Tout se passe comme si le capital de connaissance qui fait encore sens au­jourd’hui remontait au plus à la période fort récente de la banalisation d’Internet » (p.300). Un tel constat ne vise pas l’érudition comme une fin en soi, mais rappelle que la connaissance scientifique vise à enrichir le savoir théorique dans une discipline, ce qui suppose de connaître l’acquis antérieur et de s’y confronter.

Haut de page

Bibliographie

G. Friedmann : ouvrages de sociologie du travail cités

Problèmes humains du machinisme industriel, Paris, Gallimard, 1947.

Où va le travail humain ?, Paris, Gallimard, 1967 [1950].

Le travail en miettes, Paris, Gallimard, 1978 [1956].

Traité de sociologie du travail, Paris, A.Colin, 1962.

La puissance et la sagesse, Paris, Gallimard, 1970.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, voir Ribeill G., 1999, “Approches critiques du travail industriel entre les deux guer­res : la place de Georges Friedmann”, Sociologie du travail, vol. 41, pp. 23-39.

2 Op.cit. note 1.

3 Dubreuil H., Standards. Le travail américain vu par un ouvrier français, Paris, Grasset, 1929.

4 Comme l’a déjà constaté l’auteur dans Casassus C., Desmarez P., 1985, “La sociologie indus­trielle américaine : origines, éclate­ment et retour à l’atelier”, in Le travail et sa sociologie. Essais criti­ques, Paris, L’Harmattan, pp. 203-225.

5 Voir Bitard M., 1997, “L’aliénation chez Georges Friedmann et Pierre Naville”, in Burnier M., Célérier S., Spurk J., Des sociologues face à Pierre Naville ou l’archipel des savoirs, Paris, L’Harmattan, pp. 57-70.

6 Vatin F., 2004, “Machinisme, marxisme, humanisme : Georges Friedmann avant et après-guerre”, Sociologie du travail, vol. 46, pp. 205-223.

7 Op.cit. note 1.

8 Op.cit. note 6.

9 Thoenig J.-C., 2005, “Pour une épistémologie des recherches sur l’action publique”, in Filâtre D., Terssac G. (de), Dir., avec la coll. de Xavier Albanel, Michel Catlla et Ingrid Volery, Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique, Toulouse, Octarès Éditions.

10 Naville P., 1963, Vers l’automatisme social ? Problèmes du travail et de l’automation, Paris, Gallimard.

11 Voir Bolle de Bal M., 2004, “Georges Friedmann, père-fondateur d’une ‘autre’ sociologie”, Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXVI, pp. 55-76..

12 Meyerson I., Febvre L., Aymars A. et al., Dir., 1948, Le travail et les techniques, Paris, PUF.

13 Monjardet D., 1985, “A la recherche des fondateurs : les traités de sociologie du travail”, in Le travail et sa sociologie. Essais critiques, Paris, L’Harmattan.

14 TrÉanton J.-R., 1986, “Sur les débuts de la sociologie du travail”, Revue française de sociologie, n° 27.

15 Dubet F., 2001, “Le travail et ses sociologies”, in Pouchet A., Sociologie du travail : quarante ans après, Paris, Elsevier, pp. 17-34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Metzger, « Une sociologie du travail engagée aux catégories toujours pertinentes », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 159-164.

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Une sociologie du travail engagée aux catégories toujours pertinentes », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/619

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

CNRS/L.I.S.E. (L.S.C.I.-G.R.I.O.T.)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals